Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 mai 2019

Héloïse Goy et Tatiana Lenté : interview pour Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie

Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie, héloïse Goy, tatiana lenté, interview, mandor

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorHéloïse Goy et Tatiana Lenté, créatrices du blog littéraire Peanut Booker, signent l'ambitieux Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie (Hachette, 22 mai prochain), préfacé par Alexandre Jardin. Un livre idéal pour (re)découvrir les pouvoirs magiques de la littérature.

Page Facebook de Peanut Booker.

Pour le magazine Contact (journal des adhérents de la Fnac), j’ai interviewé les deux auteures de ce formidable ouvrage. Voici la version complète de leurs réponses (parce que tronquées dans la publication pour cause de « pas beaucoup de place »).

Argumentaire de presse :Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie, héloïse Goy, tatiana lenté, interview, mandor

Et si les livres avaient de merveilleux pouvoirs magiques pour soigner vos chagrins et vos blessures ?

Et si la littérature pouvait vous faire rire, voyager, aimer, pardonner ?

Dans ce livre, Héloïse et Tatiana du blog Peanut Booker vous prescrivent:
•  500 livres qui font du bien pour guider vos humeurs grâce à des textes inspirants, drôles, apaisants, consolants.
• Près de 20 témoignages de personnalités qui ont accepté de partager avec vous les livres qui les ont le plus touchées.

Traitement garanti sans effet secondaires!

AVEC LES COUPS DE COEUR DE :
ISABELLE ADJANI - DOMINIQUE BONA - MICHEL BUSSI - CLAIRE CHAZAL - HÉLÈNE DARROZE - GRÉGOIRE DELACOURT - FRANÇOIS-XAVIER DEMAISON - STEPHANE DE GROODT - CHRISTIAN LACROIX - INÈS DE LA FRESSANGE - ALEXANDRE JARDIN - PATRICE LECONTE - NICOLAS MATHIEU - FRANÇOISE NYSSEN - SARAH OURAHMOUNE - AUDREY PULVAR - CHARLOTTE DE TURCKHEIM - CÉDRIC VILLANI.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorLes auteures :

Héloïse Goy est journaliste littéraire pour Télé 7 jours, Version Femina, et le pure player Do it in Paris. Avant cela, elle a perfectionné ses élans d'écriture en hypokhâgne-khâgne puis dans un master de journalisme au CFJ où elle s'est spécialisée dans l'image. Entre les livres qu'elle grignote quotidiennement et les articles qu'elle écrit, il y a sa passion pour la vidéo, qui l'a amenée sur les rivages du documentaire de société, dans lesquels elle décrypte les hommes et leurs travers avec beaucoup de bienveillance.

Tatiana Lenté a étudié en hypokhâgne avant de s'envoler pour l'Université de Cambridge poursuivre un Bachelor en philosophie politique et sciences humaines. Elle revient ensuite à Paris pour un master de management à l'ESCP. Depuis peu, elle embrasse son rêve à pleines dents en composant, interprétant et dansant ses propres chansons. Passionnée de littérature et éternelle amoureuse, son âme d'artiste lui ouvre les portes d'une sensibilité précieuse.

En Juillet 2015, Tatiana et sa meilleure amie Héloïse, décident de créer Peanut Booker, un blog littéraire qui répertorie et commente des livres (romans, BD, théâtre...) qui font du bien en fonction des maux et des humeurs. Ce livre est une nouvelle aventure pour elles deux qui commence.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Interview :

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorQuelle serait votre définition de la bibliothérapie ?

Tatiana : Stricto sensu, la bibliothérapie signifie utiliser le livre comme soin thérapeutique, c’est à dire comme un medium pour apaiser ses troubles psychiques, ses humeurs et ses douleurs. Plus personnellement, et dans le même mouvement, pour moi la bibliothérapie, c’est chercher et trouver dans le livre – surtout les œuvres de fiction - un rayon de lumière dans l’obscurité, des réponses à nos interrogations, un point d’équilibre au sein de nos vertiges, un échappatoire qui renouvelle le regard, et surtout, une main tendue vers la beauté du monde. Dans son discours d’ouverture du congrès littéraire de 1878, Victor Hugo déclame « La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire ». C’est fou, il a toujours raison ce grand Victor.

Héloïse : La bibliothérapie est une manière de vivre plus grand, en vibration avec son moi profond et le monde qui nous entoure à travers les livres. Par les mots qu’ils emploient, par les histoires qu’ils racontent, par les personnages qu’ils font vivre, les auteurs ont le pouvoir de nous faire explorer d’autres vies que les nôtres et stimuler notre imagination. Ce processus est très précieux lorsque la vie nous impose des obstacles difficiles à surmonter comme un deuil ou une séparation car la littérature est capable de nous faire sortir de notre réalité en nous faisant rêver, voyager ou rire. Il est d’ailleurs prouvé scientifiquement que les livres agissent favorablement sur le cerveau et contribuent à résorber des traumatismes.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Coups de cœur livresques de Grégoire Delacourt.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorEst-ce que vous avez déjà soigné les mots par les mots ?

Héloïse : La dépression dont j’ai souffert il y a deux ans m’a fait prendre conscience de l’incroyable pouvoir magique des livres. Alors même que je ne parvenais plus à sortir de chez moi ne serait-ce que pour promener le chien, ce sont des livres comme Des souris et des hommes de Steinbeck, Mauvaise fille de Justine Levy ou encore Rester en vie de Matt Haig qui m’ont fait renouer avec le monde extérieur: les personnages et leurs histoires ont su m’accompagner dans la souffrance pour me redonner de l’espoir et du courage. Même si je vais beaucoup mieux aujourd’hui, les livres continuent de m’accompagner partout car ils restent mes meilleurs anxiolytiques pour le stress du quotidien, les doutes, les chagrins ou les coups de blues.

Tatiana : Je ne fais que ca ! Je m’apprête à être chanteuse, et, ma témérité est une denrée rare que j’égare aussi souvent que mes clés ! Dans ces moments de beaucoup de doutes et d’un peu de désespoir, je vous avouerais que je ne rechigne jamais à lire Martin Eden, L’Alchimiste, Le cercle des Poètes disparus, ou Au Revoir La Haut, la pépite qu’Héloïse ma conseillée. Je passe sous silence toutes les fois ou Cyrano de Bergerac et bien d’autres œuvres sublimes ont apaisé mes bien trop multiples chagrins d’Amour. Ah ! Puisqu’on est dans la confidence, je tiens à vous dire que les œuvres de Grégoire Delacourt et Wadji Mouawad m’aident, continuellement, à apprivoiser le silence et accepter ma famille que j’aime, mais que, comme nous tous, je n’ai pas choisie. Autrement, mes amis m’appellent désormais à la rescousse pour que je leur conseille des livres qui a) vont leur redonner le courage dont ils peuvent manquer pour créer leur Start-ups b) vont sécher les larmes de leurs cœurs éplorés dans les moments de deuil et même c) des livres pour stimuler leur libido partie en pèlerinage depuis bien trop longtemps.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorDeux des 15 rubriques! À chaque rubrique correspond une humeur, un élan, une aspiration profonde ou latente, secrète ou? exubérante !

Que trouve-t-on dans votre livre outre la prescription de 500 livres parmi des romans, des pièces de théâtre, des bande-dessinées ou des essais ?

Héloïse : Dans ce livre, nous avons décidé de partager aux lecteurs des parties de nos quotidiens à travers des dialogues afin de leur présenter les situations dans lesquelles les livres ont réenchanté nos vies. L’objectif était de montrer à tout le monde, y compris à ceux qui ne lisent pas ou peu, que les livres peuvent souvent apporter une solution à nos problèmes. Par exemple, lorsque Tatiana exprime sa peur d’échouer dans sa carrière de chanteuse et son impossibilité de faire des choix, je sais qu’un livre comme la biographie d’Helena Rubeinstein par Michèle Fitoussi agira, pour elle et les lecteurs qui se reconnaissent en elle, comme un booster de courage en lui offrant un mentor de choc. Afin de montrer que chacun peut se retrouver dans les livres, nous avons également demandé à dix-huit personnalités inspirantes de nous parler des livres qui ont accompagné leur vie lors des moments de doutes ou de chagrins.

Tatiana : C’est une très bonne question! Alors, ce qu’il faut préciser c’est tout d’abord que ces 500 œuvres sont classées ou catégorisées par maux ou par besoins, parmi lesquels : rire aux éclats, voyager, oser vivre ses rêves, accepter sa famille, stimuler sa libido, se sentir moins seul, ou même encore, se débarrasser de ses complexes! A cela s’ajoute des mini-dialogues cocasses et existentiels entre Héloïse, les lecteurs et moi. Dans certains, je leur raconte mes déboires amoureux sacrément foireux, ma maman déjantée, ma quête de l’absolu, mes sessions de sports à outrance entre trois paquets de popcorn, quelques crumbles et deux trois crèmes glacées. Héloïse, nous, vous raconte beaucoup de choses aussi, mais d’un autre ordre puisqu’elle est presque-mariée-mais-pas-encore-car-elle-m‘attend, qu‘elle adore le fromage et qu‘elle a toutes sortes de désirs. Florilège donc. Mais vous allez rire et vous faire deux amies peu recommandables! Enfin, à chaque nouvelle humeur ou thématique du livre, un personnage très sympathique et peu commun dénommé sobrement Dr Livre, discute avec le Lecteur et lui donne invariablement quelques conseils de vie et de précieuses suggestions littéraires. Voilà, je crois que vous savez tout!

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Merci à Héloïse Goy et Tatiana Lenté!

16 mai 2019

Julien Jouanneau : interview pour Le voyage de Ludwig

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

(Photo : Pascal Mary)

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor(Photo de droite: Pascal Mary) Julien Jouanneau est un écrivain très doué que je suis depuis 11 ans déjà. Je l’ai déjà mandorisé là en 2008, là en 2014 et là en 2016 (ce n’est pas pour rien, j’ai une haute estime pour son écriture et son imagination). Dans Le voyage de Ludwig qui se situe sous l’occupation, il emprunte la voix et le regard d’un chien pour raconter son périple le long de la voie ferrée à travers l’Europe, pour retrouver sa maîtresse Hannah, une jeune fille juive déportée. Cet animal pur et innocent se trouve confronté à la période de notre histoire la plus sombre et perfide. Il faudra qu’il se sorte de bien des péripéties. Il y a de l’action et de vrais moments d’émotion. Ce livre est un morceau de bravoure au sens propre comme au figuré.

-Interview sur RTL à écouter là.

-Interview et analyse du livre sur WEBTVCULTURE.

Le 16 avril dernier, j’ai donné rendez-vous à Julien Jouanneau dans un bar de la capitale pour évoquer ce roman que j’estime important.

4eme de couverture :julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Ludwig est un compagnon parfait. Affectueux. Le rayon de soleil de sa maîtresse Hannah dans leur quotidien assombri par l’Occupation. Le jour où elle est jetée dans un wagon à bestiaux en partance vers une destination inconnue, Ludwig se lance à la poursuite du train. Sans jamais s’arrêter, sans jamais quitter les rails. L’espoir de retrouver Hannah lui fait traverser une France ravagée par les ténèbres, exsangue et suffocante. Une terre où les menaces surgissent le long du chemin de fer, où la sauvagerie rôde. Pris au piège des parfums de la guerre, épuisé et meurtri, Ludwig court entre les deux bras d’acier. Sa fidélité bravera les enfers.

À travers le regard de Ludwig se dessine sous nos yeux le paysage de la France occupée, où le bien et le mal sont à la fois l’œuvre des hommes et celle des bêtes.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandorInterview :
Le Voyage de Ludwig est autant un roman initiatique qu’un formidable roman d’aventure ! Il y a tout dedans. Une vraie odyssée littéraire.

J’ai fait en sorte que ce livre respecte le chemin classique du roman d’aventures, tous ses codes qui nous agrippent. Une quête, des ennemis, des apprentissages, des révélations, de la terreur, du bonheur, de la poésie, de la philosophie, des rêves, des cauchemars, des sentiments, des péripéties… et une fin qui doit renverser les lecteurs. Le héros, innocent au début et confronté à la disparition de sa princesse, décide de courir le long de cette voie ferrée pour la chercher coûte que coûte. Il rencontre un mentor, affronte un ennemi tout-puissant, exactement comme dans toute épopée littéraire. On retrouve ces codes dans L’Odyssée d’Homère, Le Seigneur des anneaux et même Star Wars...

C’est un roman initiatico-philisophico-guerrier. Il m’a fait aussi penser à la nouvelle de Joseph Conrad, Le cœur des ténèbres, et aussi au film Stand by me. Pourquoi avoir pris comme héros un chien ?

Je souhaitais plonger le héros le plus pur dans la période la plus obscure. C'est passionnant au niveau littéraire! Le chien s’est imposé. Au début des années 2000, j'avais visionné un film d'archives en noir et blanc émouvant, sur lequel on voit le quai de Westerbork aux Pays-Bas, au moment de la déportation de juifs. Là, pendant quelques secondes, un chien vagabonde. A qui appartient-il? Que cherche-t-il? Son histoire possible était à raconter. J'ai souvent écrit aussi sur les chiens et les animaux, en me mettant même dans leur peau, depuis le début de ma carrière de journaliste au Progrès, au Monde Interactif, à Paris Match ou L’Express.

On est aussi comme dans un jeu vidéo. Le chien Ludwig acquiert des compétences. (Photo ci -dessous : Bernard Lehut)julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Tu as complètement raison. Le long de ce chemin de fer, il acquiert des compétences de combat, de pensée, de lecture, de souvenir… c’est un personnage qui évolue et auquel les lecteurs peuvent vraiment s'identifier, même ceux qui ne sont pas fanas de chiens. Ludwig doit progresser, réussir des épreuves mentales et physiques. Il traverse tant de péripéties qu'elles ne peuvent que le forger!

Au fur et à mesure, c’est un bouclier...

Quand tu as tout perdu, tu n’as plus rien à perdre. Et seul l'espoir te guide.

Tu as écrit ce livre facilement ?

J’y suis allé petit bout par petit bout. Je notais même parfois sur mon téléphone pour ne pas oublier certaines "fulgurances". Après il est difficile de quantifier, avec les relectures, les corrections, les doutes…

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Julien Jouanneau, lors d'un récent salon du livre.

Je verrais bien ce livre transposé au cinéma.

Le scénario est prêt (rires).

A la fin de ton livre, il y a de nombreuses notes permettant de légitimer les actes de Ludwig.

Pour expliquer que les compétences de ce chien sont basées sur de vraies études. Le chapitre sur l’école de chiens savants nazis peut par exemple sembler loufoque, mais il est inspiré d’un article du Telegraph de mai 2011 consacré au livre Amazing Dogs de Jan Bondeson, qui évoque les chiens les plus intelligents de l’Histoire. Ludwig qui apprend des mots ne relève pas de la science-fiction. Un chien capable d’écrire un prénom, de visualiser des odorats ou de parcourir des milliers de kilomètres pour retrouver ses maîtres non plus. Je relie ces actes et d’autres à des articles réels sur ces questions. Je pense qu'il était important de faire cela pour donner de la crédibilité à ce héros canin exceptionnel.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Après l'interview, le 16 avril 2019 au Pachyderme.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

03 mai 2019

Simon Clair : interview pour Lizzy Mercier Descloux, une éclipse

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorQuand j’ai su qu’une monographie sur Lizzy Mercier Descloux allait paraître, même si j’ai trouvé l’idée excellente, je me suis demandé à qui pouvait être destiné cet ouvrage. Hormis deux, trois tubes, dont le fameux « Mais Où Sont Passées Les Gazelles? », elle n’a pas laissé une trace très profonde dans l’inconscient collectif.

(Chapeau, donc, à la maison d’édition de Benjamin Frogel et Laura Freducci, Playlist Society, de prendre des risques.)

Simon Clair (journaliste culturel spécialisé dans la musique, Society, SoFilm, SoFoot, Tsugi, Les Inrockuptibles et Stylist) a entrepris de reconstruire l’existence de cette interprète-musicienne à travers les témoignages de ses proches, ses amoureux et ses collaborateurs professionnels. Son travail minutieux est impressionnant nous permet de comprendre comment fonctionnait l’industrie du disque de l’époque, mais aussi de nous attacher à cette rebelle, libre (mais pas toujours indépendante), qu’était cette étoile filante de la musique française.

Le 18 mars dernier, rendez-vous est pris dans un bar de la capitale avec Simon Clair

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorL’argumentaire de presse (officiel) :

Elle était la muse absolue de la scène rock de New York à la fin des années 1970, l’égérie parfaite du mouvement no wave. Patti Smith, Richard Hell, Lydia Lunch étaient fous de cette chanteuse française avant-gardiste. Pourtant, Lizzy Mercier Descloux est morte à 47 ans, dans le plus grand dénuement, ne laissant qu’une trace infime dans l’histoire de la musique. Comment une figure aussi culte a-t-elle pu tomber dans l’oubli ? Lizzy Mercier Descloux, une éclipse revient sur l’histoire tragique de la chanteuse à l’aide des témoignages de ceux qui l’ont connue.

Marchant dans ses pas de Paris à New-York, la suivant dans ses voyages en Afrique du Sud, aux Bahamas ou au Brésil, le livre révèle comment l’auteure de « Mais où sont passées les gazelles ? » a été précurseuse du courant qu’on appelle aujourd’hui la world music. Il dévoile une personnalité complexe à la carrière malmenée pour ses choix artistiques iconoclastes, au sein d’une industrie musicale sexiste.

Ce qu'ils en disent : 

Les Inrocks.

Libération.

Brain Magazine.

Benzine.

Section-26.

Sun Burns Out (avec pas mal d'albums de Lizzy Mercier Descloux à écouter en intégralité).

LitZic.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

(Photo : Michel Esteban)

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorInterview :

Quelle idée de faire un livre sur Lizzy Mercier Descloux ?

Je me souviens de la première rencontre avec mon éditeur, Benjamin Fogel. Je lui ai garanti que l’histoire était bien, mais aussi que nous n’allions pas en vendre des palettes. Bon, il se trouve que Benjamin lui-même, dans sa propre maison d’édition, Playlist Society, a écrit sur le groupe new-yorkais Swans, il a donc compris la logique de ma démarche. Il aime donner de la voix à des sujets qu’on ne trouve pas ailleurs.

Comment tu as connu Lizzy Mercier Descloux ? C’est plus de mon âge que du tien.

J’ai commencé à écouter beaucoup de musique autour des années 2000. C’était à un moment où il y a eu un retour du rock. Pour les gens de ma génération, cela nous a donné la possibilité de découvrir tout ce qu’écoutaient nos parents grâce à tous les sites de téléchargements illégaux. J’ai découvert le New-York rock revival qui est fantasmé par les gens de ma génération. J’ai creusé, creusé et encore creusé et après avoir découvert les Television, les Talking Heads, j’ai fini par croiser ce nom au milieu de mes découvertes, une certaine Lizzy Mercier Descloux, qui était présentée comme française. Ça m’a rassuré parce que je trouvais chiant le fait qu’à l’époque tous les meilleurs artistes soient anglais ou américains.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Et du coup, tu t’es interrogé sur elle. lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

C’est exactement ça. Je me suis demandé ce qu’elle faisait sur cette scène new-yorkaise à ce moment-là, comment elle était arrivée là, pourquoi elle était là... Je me suis renseigné très progressivement sur elle au fil des années.

Elle avait un côté iconique sur les photos de cette époque.

Iconique et magnétique. Elle m’a vraiment donné l’envie d’en savoir plus. J’ai un peu enquêté avant de me lancer pour savoir si son histoire pouvait être intéressante à raconter. J’en ai fait d’abord un article pour un journal… mais j’ai senti une frustration de ne pas être allé plus loin. J’avais gardé l’idée d’en faire un livre dans un coin de ma tête.

Artist: Rosa Yemen. Album: Rosa Yemen (Recorded: July, 1978 / Released: 1979)

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorMusicalement, il y a plusieurs Lizzy Mercier Descloux.

Elle a commencé avec le duo Rosa Yemen. A ce moment-là, elle a 17 ans et un très fort tempérament. Elle n’est pas encore musicienne, elle a juste des pulsions artistiques qui se matérialisent en des espèces de chants abrasifs qui sortent un peu n’importe comment. Elle ne parle pas encore l’anglais à cette époque-là, donc, il y a des bouts d’anglais qui se mélangent avec des bouts de français.

On est en plein début de la No Wave.

Ça lui donne envie de faire passer le geste artistique avant le morceau final. Elle préfère s’affirmer en tant qu’artiste qui fait ce qu’elle sent, très free, plutôt que de faire un morceau agréable et diffusable. Elle est intransigeante.

Lizzy Mercier Descloux dans Midi Première en 1979 : "Fire".

Son compagnon d’alors, Michel Esteban (graphiste, photographe, entrepreneur, rédacteur en chef du lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandormagazine Rock News, éditeur, producteur et cofondateur avec Michael Zilka du label discographique indépendant ZE Records) a-t-il participé au livre ?

Il a répondu à mes questions pour le livre, mais il n’a pas participé éditorialement, ni n’a eu un droit de regard avant publication. Au tout début, il m’a proposé de sortir ce livre dans une maison d’édition, Michel Esteban Editions, mais j’ai trouvé que c’était important que l’histoire de Lizzy Mercier Descloux soit, pour une fois, racontée par quelqu’un d’extérieur. Elle n’aurait pas été la même par Michel Esteban.

Tu as rencontré beaucoup de personnes qui ont été proches d’elle.

C’est le seul moyen de réussir à raconter une vie si singulière de quelqu’un qu’on n’a pas connu personnellement et qui est si complexe. Rencontrer tant de gens l’ayant côtoyé intimement m’a donné l’impression de la connaître vraiment. C’est quelqu’un qui a laissé une impression très forte aux gens. Je voyais bien qu’ils étaient tous bouleversés à l’idée de reparler d’elle. Il y a qui sont même tombés en pleurs en repensant à la fin de Lizzy Mercier Descloux. Parfois, j’ai été très ému par les témoignages.

Clip "Mais où sont passées les gazelles?"

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorTu expliques dans ton livre qu’elle avait peur de ne pas être crédible s’il n’y avait pas d’homme à ses côtés.

Elle était tellement magnétique qu’il y avait toujours des mecs qui lui couraient après. Souvent, ils avaient de l’argent et elle savait qu’ils pourraient l’aider. Elle n’avait jamais vraiment travaillé… A cette époque, s’il n’y avait pas l’appui d’un homme derrière pour parler aux maisons de disques, on n’était pas pris au sérieux.

C’est curieux parce qu’à New York, à cette époque-là, elle était censée être dans un milieu avant-gardiste…

On aurait pu croire que le sexisme allait être moins présent, mais pas vraiment.

Lizzy Mercier Descloux assumait aimer les hommes et les femmes.

Elle faisait ce qu’elle voulait, donc elle aimait qui elle voulait.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Lizzy Mercier Descloux et Patti Smith.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorSon amitié avec Patti Smith était de quelle nature ?

Elle ne l’a jamais dit, mais je suppose que c’était aussi un peu un rapport amoureux.

A-t-elle été sous-évaluée musicalement ?

Je pense que, s’il faut réévaluer une partie de sa carrière, il ne faut pas non plus tomber dans une hagiographie qui consisterait à dire qu’elle était révolutionnaire du début à la fin. Non, il ne faut pas tout revoir à la hausse. Il y a des passages dans sa discographie que je trouve un peu plus faible, notamment vers la fin de sa carrière.

Mine de rien, elle a lancé la sono mondiale, la word music avant Peter Gabriel et Paul Simon.

J’aurais du mal à croire qu’ils n’aient pas écouté le premier album solo de Lizzy Mercier Descloux. Par exemple, l’album de Paul Simon, Graceland, c’est point par point la démarche de Lizzy Mercier Descloux. On va à Soweto, on trouve des musiciens de Soweto et on fait un disque. Leurs albums respectifs ont d’ailleurs la même approche, sauf que celui de Paul Simon a eu plus de succès.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

T’es-tu attachée à elle ? lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Il y a des moments où elle pouvait être détestable. Je me souviens d’un concert au Palace ou elle a insulté les gens parce qu’elle n’était pas contente d’être dans cet endroit à la mode où il fallait être. Mais, évidemment, elle avait plein de côtés attachants, notamment son entêtement à suivre une direction autodestructrice.

Elle a connu une fin très triste, mais elle participe à sa légende.

C’est elle qui déclenche cette fin. Elle a un cancer très grave, mais refuse de se faire soigner. Elle refuse d’aller à l’hôpital et se réfugie en Corse pour vivre ses derniers jours. Elle n’en a toujours fait qu’à sa tête.

Tout au long de sa vie, elle a rencontré des légendes de la musique.

Elle a quasiment eu une histoire d’amour avec Patti Smith, elle a changé des cordes de guitare avec Éric Clapton, elle a rencontré Bob Marley, Grace Jones… et Chet Baket joue sur un de ses derniers disques.

Lizzy Mercier Descloux et Chet Baker interprètent "My Funny Valentine".

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorMichel Esteban t’a raconté une anecdote sur Chet Baket qui a joué « My Funny Valentine » sur un album de Lizzy.

C’est quand même le seul morceau qu’il devait savoir jouer parfaitement. Et rien ne sortait de la trompette de cette légende absolue du jazz. Ça a été la croix et la bannière pour sortir des sons de son instrument… Il n'était pas dans un état "normal".

Avec ce livre, tu as ressenti le besoin de la réhabiliter?

Pas exactement, mais je serais content que les gens écoutent ses albums des débuts qui sont vraiment qualitatifs et novateurs. Je pense qu’en s’intéressant à son histoire, cela donne envie de s’intéresser à sa musique.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Le 18 mars 2019, après l'interview.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

23 mars 2019

Val Reiyel : interview pour Irineï et le grand esprit du mammouth

53609565_10218288513434776_5302767817089613824_n.jpg

IMG_9157.JPG« Partez dans la toundra pour une aventure palpitante sur fond de découvertes scientifiques, de vivre ensemble et de protection de la planète ! » nous dit l’argumentaire de presse. Merci à Val Reiyel de tenir cette promesse dans ce diptyque intitulé Irinéï et le grand esprit du mammouth. Vous allez tous vous attacher à ce jeune chaman sibérien de 12 ans qui, à travers son regard, va vous interroger, notamment, sur la préservation et le respect de la vie animale et humaine. Personnellement, et je vous jure que je ne suis pas excessif, j’ai pris de grandes leçons de vie. Il y a des évidences qu’il est utile de rappeler… et, cela, sans jamais faire la morale aux lecteurs. C’est une performance. A lire impérativement !

Le 19 février, nous nous sommes retrouvés dans un bar de la capitale pour une première mandorisation. (Non pardon, une deuxième, mais la première était à une époque, en 2011, où Val Reiyel écrivait sous son vrai patronyme)

4e de couverture :IMG_9130.jpg

Au cours d’une expédition scientifique en Sibérie, des paléontologues américains extraient du sol gelé une femelle mammouth parfaitement conservée. A leur retour à Los Angeles, ils se trouvent rapidement face à une incroyable énigme : la femelle mammouth porte un petit, les cœurs de la mère et du bébé battent encore… Seul Irineï, un jeune chaman de 12 ans qui vit dans une tribu de nomades éleveurs de rennes, connaît la clé du miracle: lors d’un voyage dans le monde des Esprits, il a redonné vie au Grand Esprit du Mammouth qui veut reprendre sa place sur Terre… Mais, bien loin des steppes glacées de Sibérie, le mammouth et son petit ne peuvent pas survivre sans Irineï. Pour les sauver, le jeune garçon va vivre loin de chez lui une formidable aventure humaine et spirituelle. Il va se battre pour le respect de la vie des animaux, et l’avenir de la planète.

(Note de Mandor : la fiction de Val Reiyel pourrait rejoindre la réalité. Lire ici.)

L’auteure :

Val Reiyel a plusieurs passions : l'écriture, l'image et la défense du monde animal. Il y a 18 ans, cette auteure, scénariste et comédienne, travaille sur un documentaire relatant l'incroyable découverte d'un mammouth en Sibérie. Elle s'empare de ce sujet et écrit son premier roman jeunesse autour de cette thématique chère à son cœur.

Val Reiyel nous raconte l'histoire d'Irineï sur les lieux du roman (documentaire réalisé par Sébastien Drouin).

IMG_9125 (2).jpgInterview :

Cette histoire, tu la portes depuis longtemps en toi, je crois.

Il y a plus de 20 ans, j’ai écrit pendant 3 mois des sujets dans une boite de prod de documentaires. Cette boite était en train de concevoir un 52 minutes intitulé Sur la piste du mammouth. Il racontait l’extraction d’un mammouth, censé être entier, en Sibérie par une équipe française dirigée par Bernard Buigues. Je voyais des images arriver et l’avancée du projet au fur et à mesure. Je trouvais cette histoire hallucinante et je me disais que ce serait géniale d’en faire une histoire, mais en faisant revivre le mammouth. Comme je ne voulais pas que ce soit un Jurassic Park bis, j’ai cherché ce qui pourrait faire la différence. J’ai donc inventé cet enfant chaman qui a des pouvoirs un peu magiques. A la base, j’ai écrit une trentaine de pages pour qu’il devienne un scénario pour le cinéma.

Tu l’as proposé à des producteurs ?

Oui, mais il y a 20 ans, ils me regardaient avec des yeux ronds. Comment faire vivre des mammouths ? A l’époque il n’y avait pas les effets spéciaux que l’on a aujourd’hui et surtout, on ne parlait pas encore des problèmes d’écologie, de la protection des animaux… Aux yeux de ces producteurs, mon projet est apparu farfelu et très cher à concevoir.

Aujourd’hui, on est en plein dedans.

Il y a deux trois ans, avec mon complice Sébastien Drouin, on a relancé le projet pour le cinéma, mais comme les décisions sont toujours un peu longue à se concrétiser, j’ai décidé d’en faire un roman pour que cette histoire existe concrètement.

IMG_9158.JPG

Photo de circonstance.

Ce livre est considéré comme un  roman pour les ados à cause de la magie et des pouvoir du chaman Irineï?

Oui, alors que les parents et les grands-parents peuvent aussi le lire. Je ne pense pas qu’ils s’ennuieront. Je reçois d’ailleurs plein de mails d’adultes qui adorent l’histoire soit par son côté écolo, défense des animaux, soit par le côté spirituel et chamanique, soit par son côté scientifique. Chacun y trouve le fil rouge qui l’intéresse : Irinéï, les mammouths, les animaux, la vie personnelle des protagonistes de l’histoire… Mon éditrice, Aude Sarrazin, qui épouse complètement l’idéologie véhiculée dans ce roman, considère que c’est un livre à partir de 12 ans, mais extensible.

Il y a de la science dans tes pages, mais accessible à tous et surtout, rigoureusement véridique.

C’est hyper documenté à différents niveaux, mais de manière très simple pour que même les plus jeunes puissent comprendre sans difficulté.

Il y a beaucoup de toi dans certains personnages, j’ai remarqué. Tu pars bénévolement à Bucarest régulièrement ramener des chiens en France pour une association.

De moi, il y a l’amour des animaux que j’ai depuis toujours, le respect de la planète, des peuples premiers qui ont une spiritualité que nous, occidentaux, nous avons complètement oublié. On a oublié le lien avec la nature, mais aussi avec les mondes spirituels.

Mammouth-800x480.jpg

Dans tes deux livres, tu rappelles des évidences écologiques.

Ce qui me touche dans les messages que je reçois, c’est que beaucoup me disent que ça les a fait beaucoup réfléchir sur leur façon de vivre et qu’ils ont pris conscience de plein de choses. Je suis heureuse car c’était le but de ce roman. Je rappelle que les causes de l’extinction de certaines espèces ne sont pas naturelles. Elles sont toutes dues à l’activité humaine : la destruction de l’habitat des espèces, la déforestation, la surpêche, la surchasse, la pollution, le changement climatique si rapide… tout cela vient de l’espèce humaine, qui, elle, en revanche, est en surpopulation et en surconsommation. Autre chose, on a perdu 60% des animaux sauvages en 40 ans. Dans 10 ans, il n’y a plus d’éléphants, de lions, d’orangs outangs, il n’y a plus rien. Ça va à une vitesse monstrueuse. On est dans une sorte de dissonance cognitive.  On a les infos, on voit ce qu’il se passe très précisément et en même temps, on n’y croit pas ou on ne veut pas voir…

image006.jpgOn en parle de la disparition des insectes ?

Ce n’est absolument pas anodin et les gens ne s’en rendent pas compte. S’il n’y a plus d’insectes, il n’y a plus d’oiseaux, de fertilisation et de pollinisation. Greenpeace dit que 75% de la nourriture mondiale vient de pollinisation des insectes. S’il n’y en a plus, on fait quoi ? La disparition des espèces entraînent de graves conséquences en cascade sur les écosystèmes.

Pour toi, ce roman n’est pas un roman de plus, tu veux vraiment faire passer des messages primordiaux et salvateurs.

Pour nos enfants et pour nous, il faut que nous ayons tous une prise de conscience sur ce qui est en train de se passer. Dans 10 ans ou, au maximum dans 20 ans, la vie sur Terre deviendra très compliquée… 

Tu as peur ?

Ce n’est pas la peur qui domine chez moi. C’est la tristesse et la colère. On va dans le mur. La question est de savoir quand nous allons le percuter. Dès aujourd’hui, il faut prendre des mesures sérieuses contre le réchauffement.

Quand Irinéï arrive aux Etats Unis, il nous fait comprendre que la société de consommation et plus généralement le monde moderne, sont complètement illogiques voire fous.

Il a une sorte de naïveté et une logique sur tout ce qu’il peut voir et constater d’une civilisation qu’il découvre qui rend absurde ce que nous, on connait. Il n’a rien contre les américains, mais il ne comprend pas pourquoi ils vivent ainsi, sans respecter aucune forme de vie, animale ou même humaine.

Hélina, la grand-mère d’Irinéï, elle-même grande chaman, dit : « Ils vont devoir ouvrir leur esprit et apprendre qu’il y a bien plus de choses dans l’univers que ce que leurs yeux peuvent voir ».

Voilà. Tout est résumé dans cette phrase.

Tout est dit aussi dans ce qu’inculque le grand esprit du mammouth à Irineï, je cite : « Les hommes Gaïa-grille-énergie.jpgdeviennent fous. Dans leur aveuglement et leur égoïsme, il ravage Gaïa, la Terre. Ils ne pensent qu’à leurs besoins immédiats, et pas même à l’avenir de leurs propres enfants. Mais Gaïa est un être vivant qui souffre des mauvais traitements qu’ils lui infligent. Chaque marée noire dans l’océan, chaque accident de centrale nucléaire, chaque forêt qu’on détruit, chaque bombe qui explose, chaque prairie et chaque rivière transformée en poubelles géantes, sont autant de blessures qui la meurtrissent. Les hommes ne réalisent pas qu’en massacrant leur Mère la Terre et en exterminant les animaux, ce sont eux-mêmes qu’ils détruisent. »

Ai-je besoin d’ajouter quelque chose ?

Non. J’aimerais parler du personnage de Marion Delamare, une française basée à Los Angeles qui est à la tête d’une association de défense des animaux. Une activiste qui agit dans le monde entier. Je sais qu’elle t’a été inspirée par Isabelle Goetz, la porte-parole de PETA (People for the Ethical Treatment of Animals).

Oui, c’est une amie à moi. Elle est très inspirante. Je trouve cette femme incroyable. Elle fait tellement d’happening pour faire bouger les choses. Je suis évidemment sympathisante de ce qu’elle défend.

Ce livre compte tellement pour toi, te demandes-tu ce que tu vas bien pouvoir écrire après ça ?

Ecrire d’autres aventures d’Irinéï ne me déplairait pas. Pas forcément avec des histoires qui se suivent… peut-être avec une histoire qui n’a rien à voir.

IMG_9128.jpg

Après l'interview, le 19 février 2019 au Pachyderme.

Bonus : 

53395002_2649684981725380_8060267014465257472_n (2).png

J’ai tellement aimé les deux volumes d’Irineï et le grand esprit du mammouth que, le 15 mars dernier, j’ai accepté avec plaisir d’interroger de nouveau Val Reiyel, mais cette fois-ci au Salon du Livre de Paris sur la scène « Sciences pour tous »... des jeunes lecteurs très intéressés qui posaient plein de questions et des moins jeunes très attentifs. Un débat sympathique et joyeux dont voici quelques photos.

53726552_10157024153463674_8539075079634419712_n.jpg

53778686_10218311253283258_3834603065940377600_n.jpg

53897085_10157024153358674_7941890663451197440_n.jpg

54522895_10218311255123304_8574268080312549376_n.jpg

54419841_10218311257803371_1376260882035638272_n.jpg

53853856_10218311257003351_6665042752306151424_n.jpg

53739876_10218311258563390_2492377987249340416_n.jpg

54114876_10218311258963400_2162039940706205696_n.jpg

53835476_10157024153663674_3038356420350181376_n.jpg

53510744_10157024153583674_5731798959349825536_n.jpg

53891027_10218311259683418_1580554639307177984_n.jpg

Et cela s'est terminé avec une longue séance de dédicaces pour Val Reiyel.

Bonus (bis) : Voici un documentaire de 50 mn, réalisé par Tim Walker en 2012. On y retrouve le scientifique Bernard Buigues évoqué par Val Reiyel au début de mon interview, mais ce n'est pas le film dont il est question dans ce même entretien. Il m'a tout de même semblé intéressant de le publier ici, car il y a des accointances avec les propos tenus par l'auteure dans cette mandorisation. 

09 février 2019

Maryline Martin : interview pour La Goulue, Reine du Moulin Rouge

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Louise Weber, dite La Goulue, est une figure emblématique de Paris, du Moulin Rouge et du French Cancan. Elle a su s’imposer dans le milieu mondain et côtoyer les plus grandes personnalités de son temps avant de tomber en disgrâce. A l'occasion du 90e anniversaire de sa mort, découvrez l’histoire de cette danseuse, de cette muse, de cette icône du Paris de la Belle Epoque grâce au magnifique livre de Maryline Martin (déjà mandorisée là et un jour, c'est elle qui m'a invité), La Goulue, Reine du Moulin Rouge. Nous nous sommes retrouvés dans un bar de la capitale le 28 janvier dernier.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor4e de couverture :

À seize ans, la future reine du cancan est blanchisseuse. Mais le soir, Louise Weber « emprunte » les robes des clientes pour courir à l'Élysée Montmartre. Celle que l'on va surnommer La Goulue se fait rapidement remarquer par sa gouaille et son appétit de vivre. Au Moulin Rouge, elle bouscule les codes en arrivant avec un bouc en laisse, détournant ainsi l'interdiction faite aux femmes d'entrer dans un lieu public sans être accompagnées par un mâle ! Immortalisée par Toulouse-Lautrec et Renoir, elle va également s'imposer dans le milieu mondain et côtoyer les plus grandes personnalités de son temps – le prince de Galles, le shah de Perse, le baron de Rothschild, le marquis de Biron… – avant de tomber en disgrâce.

Pour mener à bien cette biographie, Maryline Martin s'est plongée dans le journal intime de la danseuse, conservé au Moulin Rouge. Elle a également consulté les archives de la société des amis du Vieux Montmartre, le service de la mémoire et des affaires culturelles de la préfecture de Police et les divers documents des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. À partir de ses recherches, elle a pu dessiner le portrait tendre et intimiste d'une figure incontournable de la Butte Montmartre : une femme libre, fantasque, généreuse et attachante.

L’auteure :

Journaliste littéraire, Maryline Martin a écrit des nouvelles et des romans dans lesquels elle s'interroge sur la place et le rôle des femmes dans l'histoire.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

(La  Goulue)

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorInterview :

Avec ce livre, tu as voulu réhabiliter l’image et la mémoire de La Goulue ?

Oui, c’est exactement ça. C’est une femme dont l’image a été malmenée par des clichés réducteurs : vicieuse dénuée d’intelligence, perle sortie d’une fosse d’aisance, chair à plaisir… Personnellement, j’ai fait sa connaissance par le biais du peintre Henri de Toulouse-Lautrec. Dans sa biographie, j’ai lu qu’il avait été nommé « le peintre officiel de La Goulue ». J’ai donc eu envie d’en savoir plus sur elle. J’ai voulu feuilleter des bouquins qui parlaient de Louise Weber, son vrai patronyme, et j’ai constaté qu’il y en avait très peu. En faisant des recherches sur Internet, j’ai visionné un film sur le Moulin Rouge où il était mentionné l’existence d’un journal écrit de sa main. J’ai pris rendez-vous avec le chargé de communication du Moulin Rouge, Jean-Luc Péhau-Ricau. Je me suis présentée et lui ai exposé mon projet d’écriture. Au terme de cet entretien, riche en émotions, il m’a permis de repartir avec une copie du journal. Lui et moi avons beaucoup d’empathie pour cette femme.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

(La Goulue par Henri de Toulouse-Lautrec).

Ce n’est pas le seul document que tu as pu avoir.maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Non, en effet. La directrice du Musée du Vieux Montmartre, Isabelle Ducatez, m’a permis d’accéder à des documents, des photos, des extraits de journaux… En regroupant tous ces  éléments riches en informations je me suis rapidement aperçue qu’il y avait chez La Goulue autre chose qu’une personne fantasque, légère et peu cultivée. Elle était bien plus complexe que cela.

Je me suis dit en lisant ton livre que La Goulue aurait pu être une people d’aujourd’hui. Il y avait des gazettes qui parlaient des vedettes de l’époque, pas toujours de manière bienveillante, comme aujourd’hui dans Voici par exemple.

Tu as tout compris. Le Gil Blas, le quotidien dans lequel elle est le plus citée, était le Closer de l’époque. Louise Weber était très intelligente. Elle n’avait pas forcément les mots qu’il fallait pour s’exprimer à cause de son éducation, mais elle s’est beaucoup servie de la presse. Elle faisait souvent des procès, ce qui lui permettait d’avoir de la publicité dans les journaux. 

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorDans la relation homme-femme, La Goulue a toujours mené la danse, au propre comme au figuré.

Dans le quadrille naturaliste, plus communément appelé le French-Cancan, les femmes se démarquaient des hommes. Les hommes étaient des coqs dans un poulailler. Les femmes, elles, menaient le cavalier seul. Même si elle était en couple, elle souhaitait mener ses affaires en solo.

Au niveau de la pudibonderie, elle a été victime d’une certaine hypocrisie, non ?

Si elle levait trop haut son jupon, elle était mise à l’amende parce qu’il ne fallait pas montrer trop de chair, mais si elle ne levait pas assez haut la jambe, elle était aussi mise à l’amende parce qu’on considérait qu’elle n’exerçait pas son rôle de danseuse professionnelle. Ceci dit, on lui doit son fameux « coup de cul » (où elle montrait en retroussant ses jupons, le cœur brodé sur sa culotte) et le coup de pied  au chapeau, quand elle décoiffait d’un coup de pied le chapeau d’un spectateur qu’elle avait repéré dans l’assistance.

Sa façon de communiquer passait par la vulgarité et par les gestes.

Elle ne savait pas faire autrement, elle n’avait ni les mots, ni les codes. Elle s’était d’ailleurs vite affranchie des codes sociaux. Ce n’était pas facile d’être une femme à la Belle Epoque. L’article 213 (du code pénal) proclamait l’obéissance des femmes à leur mari et celles-ci ne pouvaient pas exercer une profession sans demander leur permission. Comme toute femme devant se rendre dans une administration devait être accompagnée d’un homme, elle a pris un bouc qu’elle promenait au bout d’une laisse. Elle portait autour du cou un petit collier de chien, c’était une de ses manières de dire « je n’appartiens à personne ». Dans le livre, je lui fais dire : « Ni dieu, ni maître ! »

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Ce n’est ni une courtisane, ni une demi-mondaine. maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Non, elle n’a ruiné personne et personne ne s’est suicidé pour elle. La preuve qu’elle n’était pas vénale, elle avait aussi des amants qui n’étaient pas fortunés.

Elle en avait beaucoup ?

Oui. Ça n’en faisait pas une prostituée pour autant. Quand les hommes qui collectionnent les femmes, on les considère comme des Don Juan et les femmes se font traiter de « trainées ». Je n’ai jamais compris ça.

Elle aime le sexe… avec les hommes et avec les femmes.

Elle aimait bien les femmes parce que ça la reposait des hommes.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorQu’est ce qui faisait craquer les hommes chez La Goulue ?

Son petit côté borderline devait les émoustiller. Quand le bourgeois rentrait chez lui, il avait une femme clean, avec les codes de l’époque. Il avait besoin de s’encanailler, donc il allait voir un spectacle peu orthodoxe.

Beaucoup pensent que c’est elle qui a inventé le French-Cancan.

Non, elle l’a juste fait évoluer. Le chahut est devenu cancan dans  l’art de manipuler le jupon et de lever la  jambe. Grace à elle, on ne venait plus au bal pour danser, mais pour regarder danser. C’est elle qui a amené la professionnalisation de la danse. Elle était payée pour danser, ce qui était nouveau.

En te lisant, on comprend qu’elle avait un caractère bien trempé.

Au Moulin Rouge, elle menait son monde à la baguette. Avec ses copines danseuses, ce n’était pas toujours rose. Elle était la reine du Moulin Rouge et le montrait bien. Il y avait beaucoup de jalousie, mais elle voulait garder sa place. Parfois, elle pouvait en découdre avec une danseuse après le spectacle devant témoins. Un jour, elle est tombée sur plus forte qu’elle. C’était Aïcha, une femme qui allait enfanter de la mère d’Edith Piaf.

Pourquoi quitte-t-elle le Moulin Rouge ?

Elle avait pratiquement 30 ans, elle était fatiguée et en plus, elle était enceinte. Elle a accouché et très vite, Charles Zidler, l’un des deux créateurs du Moulin Rouge avec Joseph Oller, lui a intenté un procès parce qu’il l’accusait de concurrence déloyale. En effet, elle continuait à danser… même si c’était de la danse orientale.

Gros coup de cœur de Gérard Collard.

Après les années fastes du Moulin Rouge, elle s’essaie à pas mal d’activité.

Elle va danser dans une cage avec des animaux, puis carrément devenir dompteuse.

Elle était complètement inconsciente du danger. Elle a failli se faire manger par un puma.

C’est quelqu’un qui vivait l’instant présent. C’était une intuitive, une instinctive. C’était une performeuse de son époque et elle aimait attirer l’attention sur elle.

Elle a toujours été proche des animaux.

Même à la fin de sa vie, elle préférait nourrir ses animaux qu’elle-même. Elle a longtemps vécu avec une petite guenon qui est morte de pleurésie.

Symboliquement, c’est parce qu’elle n’a jamais été déçue des animaux, je suppose. Pourtant, elle a dompté tous les hommes qui ont traversé sa vie.

Le seul homme qu’elle n’a jamais réussi à dompter, c’est son fils… c’est lui qui va la mener à la ruine.

La Goulue au début des années 20, devant sa roulotte à Saint-Ouen (cette archive exceptionnelle ne contient pas de son). 

Elle a aimé son fils?maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Oui, à sa façon. Déjà, elle ne l’a pas élevé. Elle s’en est lassée très vite. Elle l’a donc mis en nourrice, puis en pension. Quand il est revenu vivre avec elle, c’était un jeune ado. Je subodore qu’il était jaloux de son cousin Louis, le fils de la sœur de Louise, Victorine. Elle s’en est occupée de sa naissance jusqu’à l’âge de 7 ans.

Ce fils a fait pas mal de conneries.

Pendant la Grande Guerre, en 1917, il a été condamné pour faux et usage de faux.  Il s’est battu, commis des vols. Des faits qui l’ont conduit au pénitencier… Ces informations m’ont été transmises par les Archives de Paris que je remercie d’ailleurs vivement.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Louise Weber, à la fin de sa vie.

A la fin de sa vie, malgré elle, Louise Weber a perdu de sa superbe et est devenue, malgré elle, un peu pathétique.

Elle m’émeut beaucoup parce qu’au fond, c’est une femme qui n’a pas eu de veine. Elle n’a pas eu l’éducation lui permettant de se reposer sur des valeurs et de se construire. Elle s’est faite toute seule et à un moment donné elle a tout lâché. Ça devenait trop compliqué. Elle a épongé les dettes de son fils et a vécu d’expédients. C’est moche parce qu’elle ne méritait une fin comme ça.

"Entrée Libre" sur la 5 parle du livre de Maryline Martin.

Tu parles de déterminisme quand tu évoques Louise Weber.

Elle n’est partie de rien du tout, ensuite elle a côtoyé les grands de ce monde, puis elle a fini de là où elle venait.

Tu es romancière, as-tu inventé certaines situations ?

L’époque (de la Belle Epoque aux années folles) et le décor, je ne les invente pas. Quand Louise est dans l’atelier de Renoir, tu t’imagines bien qu’il n’y avait pas de témoins de leurs conversations et de leurs actes, donc là, je fais fonctionner mon imagination. Mais comme je n’aime pas l’à peu près, au contraire je suis d’une grande rigueur, je ne balade pas le lecteur et l’atelier du peintre, je le restitue d’après mes lectures de plusieurs biographies liées à Renoir.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Pendant l'interview…

Du coup, ta biographie se lit comme un roman.

Je ne voulais pas faire un catalogue de coupure de journaux et d’extraits du journal de Louise. J’ai juste pris de ce que jugeais essentiel et j’ai souhaité raconter son histoire dans l’Histoire.

Je crois savoir que le Moulin Rouge continue à entretenir la tombe de La Goulue.

Oui. Ils ne l’ont pas oublié. Elle a été la plus grande vedette de ce formidable établissement.

Christophe Hondelatte raconte l'histoire de La Goulue d'après le livre de Maryline Martin (qui est interviewée par lui à l'issue de sa narration).

Ce livre va-t-il déclencher des choses en faveur de Louise Weber ?

Tant que rien n’est fait, je ne préfère pas en parler.

Quel beau film ça ferait !

Tu n’es pas le seul à me le dire…Ce serait mon rêve parce que c’est un personnage, une gouaille. Je verrais bien Myriam Boyer ou Anne Benoit dans le rôle de La Goulue… 

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Après l'interview, le 28 janvier dernier.

23 janvier 2019

Julien Blanc-Gras : interview pour Comme à la guerre

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

(© Corentin Fohlen)

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandorDepuis In Utero, on a bien compris que l’écrivain-voyageur Julien blanc-Gras n’allait plus se « contenter » (avec de gros guillemets) de nous trimballer aux quatre coins de la planète. Il sait parfaitement poser ses valises à Paris et en tirer des livres/romans/récits tout aussi jouissifs. Dans Comme à la guerre, il est question, de paternité et de transmission générationnelle dans un contexte de guerre et d’attentats. L’auteur est inquiet de la tournure que prend le monde, mais il élève son enfant à Paris en lui montrant le beau, ce qui donne un nouveau livre teinté d’humour, d’amour, d’émotion et de gravité (la patte Blanc-Gras quoi !)

J’apprécie tant cet auteur que je l’ai mandorisé maintes fois (la première en 2008,  la seconde en 2013… il y a un peu de lui aussi ici, la troisième en 2015 et la quatrième en 2017.)

Cette 5eme interview a été réalisée dans un bar de la rue des Petites-Ecuries, le 17 décembre dernier.

4e de couverture :julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

« Le jour de la naissance de mon fils, j’ai décidé d’aller bien, pour lui, pour nous, pour ne pas encombrer le monde avec un pessimisme de plus. Quelques mois plus tard, des attentats ont endeuillé notre pays. J’en étais à la moitié de ma vie, je venais d’en créer une et la mort rôdait. L’Enfant articulait ses premières syllabes avec le mot guerre en fond sonore. Je n’allais pas laisser l’air du temps polluer mon bonheur. » Roman d’une vie qui commence, manuel pour parents dépassés, réflexion sur la transmission, cette chronique de la paternité dans le Paris inquiet et résilient des années 2015-2018 réussit le tour de force de nous faire rire sur fond de tragédie.

L’auteur (mini bio de sa maison d’édition, Stock):

Journaliste, romancier, globe-trotter, Julien Blanc-Gras est né en 1976 à Gap. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages, dont Touriste et In utero.

Ce qu’ils disent de Comme à la guerre :

« Très juste, très touchant, Julien Blanc-Gras est en train de devenir un écrivain très important. » Frédéric Beigbeder

« Son livre est un impeccable antidote au désespoir et à la bêtise. » L’Obs

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor« Notre guerrier des temps modernes nous parle d'hier et d'aujourd'hui avec tendresse et un humour fou. » Marianne

« Hilarant, très juste, infiniment de tendresse. Julien Blanc-Gras est un vrai grand écrivain, découvrez-le. » Olivia de Lamberterie, Télématin

« Une plume frétillante et maîtrisée. » Causette

 « Un savoureux mélange d’humour et de gravité ! » Librairie au fil des pages

L’interview : julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

Est-ce que je peux dire qu’après In Utero, Comme à la guerre est ton deuxième livre « parisien » ?

Oui, cela veut dire que j’ai deux veines dans mes romans : ceux de voyages et ceux un peu plus « domestiques ». Il y a ma part aventurière et ma part de papa à la maison. J’aime bien écrire sur la partie banale de ma vie, car elle permet à beaucoup de s’identifier.

Et en même temps, dans tes livres d’écrivain-voyageur-reporter, tu vends du rêve… ce n’est pas négligeable.

Les gens se disent qu’ils ne pourront jamais faire ce que je raconte, donc ils le vivent par procuration.

Expliquons le titre de ce nouveau livre. Tu évoques cette atmosphère guerrière qui s’est déroulée à Paris lors des attentats et la Seconde Guerre Mondiale vécue par tes grands-pères.

J’ai commencé ce livre au moment des attentats. Parallèlement, je tenais, juste pour moi, le journal de l’évolution de mon fils. A un moment, je me suis dit que si je mélangeais tout ça, peut-être que je parviendrais à en faire de la matière littéraire. Un troisième élément s’est ajouté là-dessus. En l’an 2000, mon grand-père maternel, Marcel Gibert, m’a donné le journal intime qu’il avait tenu au début de la Seconde Guerre Mondiale.

Comme tu l’indiques dans ton livre, « c’était un récit factuel, minutieux, haletant et atroce ».

Oui. Je me suis dit que c’était le moment d’exploiter cette parole-là. J’ai mélangé ces trois fils narratifs pour construire Comme à la guerre. Du coup, sa structure est un peu plus complexe que ce que je fais habituellement.

C’était inespéré que tu aies en main ce carnet.

A l’âge de 24 ans, mon grand-père maternel m’a tendu un carnet en me disant : « ça n’est pas intéressant, mais si tu veux y jeter un coup d’œil… » Quand il est parti, j’ai lu un peu et je suis resté ébahi parce que je me suis rendu compte qu’il m’avait donné un journal intime qui commençait le 1er septembre 1940. C’était bouleversant à titre personnel parce que l’histoire racontée était très forte. Il m’a donné son journal à 24 ans et c’est l’âge qu’il avait quand a débuté cette guerre. J’ai relativisé immédiatement ma vie d’étudiant. Pendant que je faisais ma petite vie tranquille, lui se prenait des obus sur la tronche… J’ai fait un saut de maturité. Et puis, c’était la julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandordernière fois que j’ai vu mon grand-père. J’ai eu le temps de lui écrire une longue lettre pour lui expliquer ce que j’avais ressenti à la lecture de son carnet. Il me l’a donné l’air de rien, mais il y avait clairement un geste de transmission assez fort. Un an après ça, j’ai écrit mon premier livre.

Tu es allé piocher aussi du côté de ton grand-père paternel, Raphaël Blanc-Gras.

Il avait lui aussi beaucoup de choses à raconter. Mes deux grands-pères ont apporté à ce livre une dimension romanesque. Cela m’a permis de développer une réflexion sur la transmission  familiale de la violence. Il y a eu presque deux millions de prisonniers de guerre, il y a donc beaucoup de gens qui peuvent trouver des accointances avec ce que racontent mes deux papis.

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

Deux pages du livret militaire de Raphaël Blanc-Gras. (Document familial).

Quelle a été la plus grosse difficulté pour écrire ce livre ?

La principale était d’articuler le récit contemporain et le récit du passé dans une certaine fluidité et cohérence. Pour intégrer les deux époques, ça a été beaucoup de travail.

Au final, le texte se lit très agréablement.

La première qualité d’un livre, il me semble, c’est qu’il ne tombe pas des mains. Je travaille donc beaucoup le rythme et le style pour qu’il soit limpide.

Tu abordes beaucoup de sujet. Il y a une réflexion du monde dans lequel on vit, la vie d’un père de famille, le terrorisme… mais rien n’est plombant. C’est grave en étant drôle. C’est la touche Blanc-Gras ?

Je pense que l’on peut parler de choses sérieuses sur un ton léger.

Tu as vécu les attentats parisiens de quelle manière ?

J’habite dans le 19e. J'ai entendu les rafales depuis mon balcon. Ca faisait tac tac tac tac tac.  Je le raconte dans le livre. Ma compagne m’a demandé s’il y avait un feu d’artifice de prévu ce soir-là. On a vite compris que ça ne faisait pas le même bruit qu’un feu d’artifice.

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandorCe n’est pas la première fois que tu écris sur les attentats, je crois.

Après celui de Charlie Hebdo,  Le Livre de Poche a sorti un recueil de nouvelles intitulées Nous sommes Charlie. Comme 60 autres écrivains, j’ai écrit un texte de deux pages. J’ai aussi fait un petit texte pour Bibliobs (Nouvel obs). Ces deux textes-là sont une des matrices de Comme à la guerre.

Tu parles beaucoup de Paris.

Je voulais que ce livre soit aussi un portrait du quartier où j’habite. J’ai voulu traiter Paris comme je le fais dans mes récits de voyage.

C’est un livre positif ?

La première phrase du livre est : « Le jour de la naissance de mon fils, j’ai décidé d’aller bien... » On vit dans un monde de merde, essayons de ne pas sombrer avec l’ensemble des nouvelles dramatiques qui nous assaillent. Essayons de voir le verre à moitié plein, malgré l’atmosphère délétère. Il y a dans ce livre du volontarisme d’optimisme en rapport à la naissance d’un enfant. On n’a pas envie de se dire qu’on a fait un enfant qui va vivre dans un monde catastrophique.

Tu dis aussi dans ton livre que tu ne veux pas "encombrer le monde avec un pessimiste de plus". C’est joli dans un texte, mais y parviens-tu dans la réalité ?

Je fais tout ce qui est possible de faire pour ne pas contribuer au pessimisme ambiant et je suis heureux de constater que c’est ça que les gens retiennent de ce livre. Un journaliste du Nouvel Obs a écrit que mon bouquin était un antidote au désespoir. Rien ne peut me faire plus plaisir. Ce n’est quand même pas un manuel de développement pour savoir comment aller bien (rires).

Tu écris aussi : « Je n’allais pas laisser l’air du temps polluer mon bonheur. »

Je raconte juste ma façon d’appréhender les choses, ensuite, les lecteurs se servent, ou pas, de la posture que j’ai par rapport au monde.

Présentation du livre Comme à la guerre par l'auteur pour Hachette France.

Je trouve que tu as une écriture qui « adoucit » les évènements.

Ce n’est pas conscient, mais concernant ce livre, plusieurs fois les mots « douceur » et « tendresse » sont revenus. Je pense que c’est parce que je parle de mon enfant avec émerveillement, malgré son petit côté agaçant parfois (rires). J’ai décrit certaines situations qui en vrai peuvent être compliquées à vivre en les transformant en tranches de vies burlesques et en scènes cocasses… ce par la magie de l’autodérision.

Les nuits étaient courtes avec ton fils.

Oui, j’avoue. Et le manque de sommeil est une méthode  de torture pratiquée par les plus grands tortionnaires.

Tes premiers livres étaient assez désabusés. Beaucoup moins aujourd’hui. Que s’est-il passé ?

A 25 ans ou à 40 ans, on n’est plus tout à fait la même personne. La naissance de l’enfant change ton rapport à l’existence. Je ne peux plus me contenter d’une attitude un peu narquoise vis à vis des évènements. La fin du monde, « what the fuck ! » Ben, non, pas « what the fuck ! » parce que j’ai un enfant et que c’est important.

Tu prends plus de plaisir à écrire des livres d’écrivain voyageur ou de père de famille à Paris ?

J’aime les deux. La beauté de notre métier de journaliste et d’auteur, c’est la diversité des sujets que tu peux aborder. Ce que j’essaie de fuir, c’est la routine. J’essaie donc de passer d’un sujet à un autre.

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

Julien Blanc-Gras en 4e de couv' de Libération et à côté de moi. (Pour lire son portrait, cliquez là!)

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandorPour finir cette interview, je me suis laissé dire que tu écrivais des chansons.

J’aime la musique et j’aime la chanson française. J’aimerais bien écrire pour de jeunes chanteurs.teuses. Les artistes qui ont nourri mon enfance sont Gainsbourg, Renaud et Brassens. J’ai aussi une petite marotte pour Joe Dassin. Il cachait une âme torturée.

Dans tous tes livres, tu glisses des paroles de chansons.

J’en ai toujours plein dans la tête, il m’arrive donc, en effet, d’en glisser pour  m’amuser. Ce sont souvent des paroles de « classiques ». Dans celui-ci, je suis dans le train et je dis que je suis « bercé par les ronrons de l’air conditionné »…

Ah oui ! Téléphone !

Tu es fort (rires). Dans Touriste, j’ai glissé « une nuit que j'étais à me morfondre dans quelques pubs anglais du cœur de Londres… » Ça te dit quelque chose ?

(Après un  long temps de réflexion.) C’est du Gainsbourg ? Je ne me souviens plus du titre.

« Initials BB ».

Ah oui, c’est ça ! Bon, si un artiste veut te contacter pour avoir tes textes, il le peut ?

Mais absolument. Je le souhaite ardemment.

julien blanc-gras,comme à la guerre,stock,interview,mandor

Après l'interview, le 17 janvier 2018.

03 janvier 2019

Stéphanie Berrebi : interview pour Les nuits d'une damoiselle "Après vous Messieurs"

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandor

Quel livre ! Il devrait être lu par tous pour comprendre les finesses des relations hommes-femmes… qui ne sont pas toujours simples. A travers les chansons qui ont rythmé ses jours et ses nuits, ma collègue journaliste musicale (et néanmoins amie, ne le cachons pas), Stéphanie Berrebi, se livre comme jamais. Il est certain que je porte un autre regard sur sa personne depuis que j’ai lu son récit. Celui d’une femme moderne, libre et libérée. Mais aussi celui d’une femme sincère qui n’a jamais eu la langue de bois. Les nuits d’une damoiselle « Après vous Messieurs ! » tient des propos qui ne vont pas toujours dans le sens de la marche féminine tant entendue après l’apparition des mouvements #metoo et #balancetonporc. Et c’est bien parce que, personnellement, je ne crois pas beaucoup au manichéisme des êtres.

Rendez-vous le 20 décembre dernier avec Stéphanie Berrebi dans un bureau du Studio des Variétés.

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandorL’auteure (photo de Cédric Nöt):

Journaliste culturelle, elle travaille pour le magazine FrancoFans. Elle représente également le magazine au sein de nombreux jury de tremplins d'artistes (Mans Cité Chanson, Grand Zebrock, Prix Georges Moustaki, Mégaphone Tour, Pic d’Or ...)

Stéphanie Berrebi est aussi co-animatrice de l’émission TriFaZé sur Radio Campus où elle accueille des artistes qui brillent dans la chanson française. En parallèle, elle écrit pour les Editions First 3 Livres (Le petit livre illustré de ceux qui sont nés en 1961, 1985 et 1986). Sortie en 2018 de son premier roman, Les Nuits d'une damoiselle (chez Vox Scriba).

Extrait de l’avant-propos : stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandor(Photo de la couverture : "Musica Nuda/Cédric Nöt)

« Dans ce qui est devenu une grande foire tout à la fois de la guerre des sexes, du retour au puritanisme et un règlement de compte entre « people », j’étais une anonyme qui ne se retrouvait nulle part, à qui on ne donnait pas la parole Aujourd’hui, je la prends ! J’avais l’impression d’être face à des robots, qui avaient catégorisé le monde en deux parties : hommes = porcs, femmes = saintes. Je suis de celles qui voguent dans cette zone grise, se retrouvant dans un discours médiatiquement minimisé, celui de l’ambiguïté.

Oui, j’ai été victime, non, je ne suis pas qu’une petite chose fragile victime des hommes ! J’aime séduire et je sais en jouer quand ça m’arrange. Le sexe est devenu mon arme ! Viol, pervers narcissique, tromperies, homme marié… J’ai dans ma vie cumulé le tout, accompli le combo gagnant. Est-ce seulement de leur faute si j’ai laissé tous ces hommes entrer dans ma vie ? »

Vous pouvez commander le livre .

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandorInterview :

Pourquoi as-tu décidé de livrer un récit aussi intime ?

Lors de ma dernière rupture avec un homme marié, la première chose que je me suis dite c’est qu’il fallait que j’écrive un livre sur le fait qu’être maîtresse, ce n’est pas nécessairement être une salope. Je voulais exprimer ce que l’on est quand on est avec un homme qui n’est pas libre. Je voulais signifier que ce n’est pas obligatoirement « chercher à détruire un couple ». Avant d’attaquer ce projet, des amis m’ont conseillé de prendre un peu de recul. J’ai commencé une psychothérapie parce que cette relation était la conséquence d’une vie qui n’allait pas.

Tu as suivi ta psychothérapie alors qu’arrivaient les #metoo et #balancetonporc.

Ça m’a donné encore plus envie de prendre la parole, mais je voyais bien que sur les réseaux sociaux, je ne pouvais pas me permettre parce que je n’étais pas dans la parole dominante. J’avais cette sensation qu’il fallait avoir une vision des rapports hommes-femmes. Dès qu’on en sortait, on se faisait insulter, laminer… ce qui a été le cas pour Brigitte Lahaie, Catherine Deneuve ou Christine Angot.

Il n’y aurait pas eu ces mouvements #metoo et #balancetonporc, aurais-tu songé à écrire ce livre ?

Oui, parce que ça n’a rien à voir. Je te le répète, il y a deux ans, je voulais écrire un livre sur le rôle de la maîtresse. Je pense qu’il serait sorti de la même manière après la thérapie. Je l’écris au début du livre, quand j’ai rompu avec mon amant, j’ai passé mes nuits à lui écrire. C’était compulsif. Finalement, on retrouve pas mal de ce que je lui ai écrit dans le livre. Les débats d’après les mouvements #metoo et #balancetonporc m’ont juste aidé à trouver comment raconter cette histoire.

Tu expliques bien dans ton récit que tu n’es pas la femme parfaite, que tu n’es pas innocente de tout stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandoret que tu as ta part de responsabilité dans ce qu’il t’est arrivée avec les hommes.

C’est ça. Il y a par exemple toute une partie sur un pervers narcissique, que j’appelle « le salaud » dans le bouquin. J’aurais très bien pu prendre mes responsabilités pour ne pas vivre cette vie-là avec lui. Je ne l’ai pas fait. Je l’ai laissé me bouffer, comme beaucoup de femmes se font bouffer en laissant faire. Ce que je n’ai pas aimé dans les débats, c’est que l’on plaçait les femmes comme sexe faible, éternelles victimes des hommes. Non, nous ne sommes pas des petits anges envoyés sur cette Terre, en souffrance permanente.

Tu racontes que ta vie sexuelle a commencé à l’âge de 18 ans par un viol. Est-ce déterminant pour tout le reste ?

C’est ce que j’ai essayé de raconter. Le viol en soi, je n’en étais pas responsable. Ma responsabilité, c’était d’avoir été dans le déni pendant plus de 15 ans.

Comment peut-on être dans le déni d’un viol ?

Pendant longtemps, je n’ai pas considéré avoir été violée. J’ai trouvé ces instants bizarres et pas vraiment normaux. On a toujours l’image d’un viol comme quelque chose de violent, mais ce n’est pas toujours le cas. Là, j’étais chez une personne alors que j’étais dans une situation de faiblesse, j’avais un bras dans le plâtre. Je pensais que cette personne allait m’aider, mais elle m’a enfermé chez elle. J’ai dit non, non, non, plusieurs fois, mais quand j’ai vu que l’homme était déterminé, j’ai fini par accepter cet état de fait.

Quel a été le déclic pour que tu prennes conscience que c’était un viol ?

Après une conversation avec une amie à qui j’ai raconté l’histoire il y a 10 ans. C’est elle qui m’a fait prendre conscience que c’était un viol. Malgré cela, j’ai encore mis 5 ans pour accepter l’idée. Par fierté mal placée, je ne voulais pas être une victime. C’est en grande partie pour cela que pour moi, le sexe est devenu une espèce de guerre. Pour être plus précise, une espèce de jeu qui est devenu une guerre contre moi-même.

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandorTu expliques aussi que tu as toujours su jouer de ton corps.

Oui, mais jamais dans le cadre professionnel. Je n’ai jamais couché avec qui que ce soit pour obtenir quelque chose ou pour me faire avancer professionnellement. J’ai utilisé mon corps pour charmer les hommes que je voulais pour le plaisir. Je te le redis, ça devenait un jeu qui s’est transformé en arme contre moi-même. C’est tellement facile de conquérir un homme. Les hommes qui disent non ne sont pas très nombreux au final. Les femmes ont cette supériorité sur les hommes.

Ce qui est fou, c’est que tu ne choisis jamais un prince charmant, mais toujours des hommes dans un certain schéma, à part l’homme dont tu as été la maitresse pendant des années, qui est quelqu’un de normal. 

La conséquence du viol, c’est que je suis allée vers de mauvaises relations et de mauvaises personnes. C’est un manque de confiance en soi, une espèce de haine de soi. Pendant 15 ans, j’ai reproduit les mêmes schémas, c’est pour ça que j’ai suivi une psychothérapie. Ça me rappelle une chanson d’Orelsan qui dit que « si tu as des problèmes avec tout le monde, c’est peut-être toi le problème ? »

Professionnellement, tu es considérée comme quelqu’un qui brille, de toujours joyeuse…

Alors qu’en fait, quand cette fille rentrait chez elle, elle pleurait tout le temps parce qu’elle n’allait pas. J’ai beaucoup fait semblant.

Tu as eu ton premier coup de foudre à l’âge de 11 ans.

Je le dis dans le livre, il n’y a pas d’âge pour aimer. C’était le meilleur ami de mon grand frère. Celui-là n’a pas joué avec mon corps, mais il a joué avec mes sentiments et ça a été déjà une vraie blessure dont j’ai eu du mal à me remettre.

Avoir suivi une thérapie et avoir écrit ce livre font que tu vas mieux aujourd’hui ? stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandor

Le travail que j’ai fait sur moi pour reprendre confiance à fonctionné. J’ai réussi à détruire mes mécanismes pour aller vers d’autres. Lors d’une première séance, ma psychologue m’a expliqué que même si mes mécanismes étaient mauvais, ce sont les seuls que je connaissais alors je m’y confortais. J’ai réussi à passer à autre chose. Le fait est qu’aujourd’hui je viens de sortir ce bouquin et j’ai quelqu’un dans ma vie depuis quelques mois… et tout se passe bien.

Au début ce livre devait s’appeler « une vie cachée ».

Oui parce que c’était d’une régularité déconcertante. Les hommes et les cadres n’étaient pas les mêmes, mais c’était des relations qui devaient rester cachées. Finalement, les quinze dernières années, j’étais la célibataire de service.

Avais-tu une piètre opinion des hommes ?

Même pas. Non, j’avais juste une piètre opinion de moi-même.

Est-ce un livre pour les femmes uniquement ?

C’est un livre qui fait réfléchir les femmes en tout cas concernant leur part de responsabilité dans leurs histoires foireuses. Les hommes devraient aussi le lire. Certains ne se rendent pas compte de leur comportement. Je crois que ce livre permet de mieux comprendre le mécanisme féminin. En règle générale, c’est un bouquin qui fait réfléchir sur notre relation à l’autre.

Tu es un peu un personnage public, n’as-tu pas peur que les gens qui lisent ton  livre te regardent autrement ?

J’ai tellement vécu cachée que le fait de tout lâcher ne m’est pas désagréable. Ça m’a même fait du bien. J’ose espérer que les regards qui changent sur moi seront pour des regards plus bienveillants. Beaucoup ne comprenaient pas certains de mes comportements et certaines de mes souffrances, j’espère qu’avec ce livre, ils auront quelques explications.

Tes parents ont-ils lu le livre ?

Ils l’ont acheté pour me soutenir. Ma mère n’a pas commencé, mon père a commencé mais comme je suis sa fille, il n’a pas pu continuer. Il n’était pas prêt. Je me demandais s’ils allaient le lire, mais je crois que ce n’est pas possible. Il y a toujours beaucoup de pudeur entre les parents et les enfants… et vice versa.

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandor

Pendant l'interview...

Dans ce livre, la musique est très présente. C’est bien raccord avec ton métier de journaliste musical.

J’ai ajouté des extraits de chansons, souvent populaires, qui correspondaient aux propos tenus. Ça met une distance, une respiration par rapport au livre et ça permet aussi d’universaliser le discours. Je n’ai pas réfléchi  une seconde à ce procédé, ça m’est venu immédiatement. Quand je me suis fait plaquer, les chansons « Je déteste ma vie » de Pierre Lapointe et « Amoureuse » de Véronique Sanson étaient devenues mes refuges. 

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandorTu cites souvent Georges Brassens. Il est vrai qu’il a souvent parlé de cul.

Oui et on l’a souvent taxé de misogyne alors qu’il me semble que c’est un des mecs qui a le mieux compris les femmes… et les femmes frivoles. Quand il chante des chansons comme « Embrasse-les tous » ou « Le mouton de Panurge » c’était à une époque où on ne parlait pas beaucoup de la sexualité féminine. Il m’a beaucoup appris. Brassens m’a fait comprendre qu’aimer le sexe, ce n’était pas grave.

Es-tu féministe et est-ce un livre féministe?

Je pense être féministe, mais je ne me reconnais pas dans tous les discours féministes. Je n’arrive pas à adhérer aux discours des femmes qui engagent une guerre virulente contre les hommes. Après, j’ai une conscience de femme, je suis quelqu’un d’engagé et d’humaniste, donc je vais revendiquer l’égalité des droits. Par exemple, ça me fait poser la question suivante : pourquoi tant d’hommes sur la scène française et pas assez de femmes ? Quant au livre, est-il féministe ? Je dirais que c’est un livre féministe, mais un peu à contre-courant de la pensée actuelle. En tout cas, c’est une autre voix de femme…

stéphanie berrebi,les nuits d'une damoiselle,vox scriba,interview,mandor

Après l'interview, le 20 décembre 2018, au Studio des Variétés.

22 décembre 2018

Vincent Brunner : interview pour Le rock est mort (vive le rock!) et pour Les super-héros : un panthéon moderne

vincent brunner, terreur graphique, interview, le rock est mort, les super héros un panthéon moderne, interview

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderneVincent Brunner est auteur et journaliste. Je l’ai déjà dit ici, j’ai travaillé avec lui dans un journal culturel. J’aimais bien le croiser et j’avais beaucoup de respect pour ce qu’il écrivait. Je suis donc de près ses publications littéraires.

Vincent écrit sur la musique ou la BD pour Les Inrockuptibles, Libération, Telerama.fr, Topo, Tsugi ou Slate. Il est cocréateur de Tout est vrai (ou presque), programme court diffusé sur Arte qui raconte la vie des grandes personnalités en utilisant des figurines et des objets. Pour Flammarion, il a dirigé Rock Strips et Rock Strips Come Back, deux histoires du rock en BD, et publié En quarantaine avec Miossec et Sex & Sex & Rock & Roll avec Luz. Il a publié en 2014 son premier roman-jeunesse, Platine (mandorisation à lire là), toujours chez Flammarion. En 2010, chez City Editions, il a sorti Jimi Hendrix, electric life (mandorisation à lire ici).

Le 5 décembre dernier, dans un bar de la capitale, j’ai de nouveau mandorisé Vincent Brunner pour son nouveau livre Le rock est mort (vive le rock !) avec des dessins de Terreur Graphique et pour son précédent livre sorti l’année dernière, un essai intitulé Les super-héros : un panthéon moderne.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderneLe rock est mort (Vive le rock!)

À l’heure où les patriarches du rock remplissent des stades et font la une des journaux, il est temps de dresser un bilan… de leur état de santé! Avec la complicité de Terreur Graphique et de ses dessins mordants, Vincent Brunner dresse le portrait mi-ironique, mi-attendri de ces vieilles canailles, déglingos, mystiques, sourdingues… Entre les pages de ce livre, se côtoient parmi une centaine d’autres Patti Smith et Catherine Ringer, Roger Waters et David Gilmour, Robert Smith et Boy George!

Interview :

Tu as eu l’idée de ce livre quand, en 2016, ont disparu Prince, George Michael, Leonard Cohen, David Bowie et bien d’autres, ce qui a provoqué des innombrables RIP dans les réseaux sociaux.

J’ai eu l’impression que nous étions devenus des caisses enregistreuses à nécrologie. Ça m’agace un peu, même si je le comprends. Quand des gens si talentueux et ayant des années de carrière disparaissent, il faut prendre conscience que c’est une partie de nous-mêmes que l’on enterre. Ce sont nos souvenirs… Bref, je me suis dit à ce moment-là que ça pouvait être intéressant qu’il existe un objet, en l’occurrence un livre, pour se consoler et se préparer mentalement aux prochaines disparitions, tout en se marrant. On imagine les artistes immortels parce qu’ils continuent albums et tournées…

Tu as procédé comment pour choisir les artistes dont tu parles ?

J’ai commencé par ceux qui étaient âgés. Plus les rockers sont vieux, plus on risque de les pleurer dans peu de temps. J’ai commencé à noter des noms dans un carnet. A un  moment, je n’arrêtais plus de peur d’oublier quelqu’un. Cela m’obsédait et en même temps, je me demandais pourquoi je faisais ce livre (rires).

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

(Crédits : Vincent Brunner et Terreur Graphique)

Il n’y a pas que des vieux dans ce livre… il y a Pete Doherty quand même !

Tout le monde sait qu’il joue avec le feu depuis des années. C’est sûr, il fait baisser la moyenne drastiquement. 

Il y a deux artistes évoqués morts après le bouclage.

Aretha Franklin, morte deux jours après le bouclage et Rachid Taha.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

 (Crédits : Vincent Brunner et Terreur Graphique)

Il y a plusieurs catégories : « Les déglingos », « les icones des années 80 », « les mystiques », « les vieux conservateurs »…

Il fallait bien que je les classe pour rendre l’ouvrage ludique. Là aussi, c’était amusant de placer les artistes dans une catégorie.

C’est un livre très drôle et absolument pas morbide. L’humour noir est présent à chaque page.

Avec une thématique comme celle-ci, on ne pouvait pas faire dans le premier degré. Il fallait que cela fasse sourire. J’ai écrit des fausses unes et des fausses nécrologies, hormis cela, tout est vrai. J’ai été très influencé par mon expérience d’auteur pour les pastilles diffusées sur ARTE, « Tout est vrai (ou presque) ». On part d’une biographie et on en fait quelque chose d’humoristique.

Il y a du mordant dans les textes, mais également dans les dessins de Terreur Graphique.

Pour ce livre, je l’ai contacté parce que je savais qu’il était capable de partir en vrille. C’est un héritier de Gérard Lauzier et de Claire Brétecher. Je le rapproche aussi de Luz. Il parle de la société par le prisme de l’humour.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

(Crédits : Vincent Brunner et Terreur Graphique)

Il faut bien regarder les dessins, car ils sont truffés de détails, souvent hilarants.

Oui, tu as raison. Les dessins sont aussi importants que le texte. Terreur Graphique se basait sur ce que j’avais écrit, il regardait des photos récentes de l’artiste en question et son imagination à fait le reste. Je veux préciser que nous ne sommes jamais méchants. Nous sommes toujours tendres dans nos traits d’humour un peu sarcastiques.

Tu as établi un « état de santé » pour chaque artiste évoqué.

J’ai mené l’enquête… Parfois, je n’ai pas pu le faire. Quand je parle de Gérard Manset, on sait tellement peu de choses sur lui qu’il est difficile de dire quelque chose sur sa santé.

Tu as enquêté comment ?

Pour beaucoup, il existe des biographies ou des autobiographies, ça m’a bien aidé, même si je sais qu’il faut se méfier de ce genre de bouquins où les angles sont parfois arrondis. J’ai fait aussi des recherches sur Internet pour savoir si les artistes dont je parle ont eu des problèmes de santé, s’ils ont été hospitalisés, s'ils ont annulé des concerts. J’ai vérifié leurs dernières apparitions publiques. Je n’ai jamais autant consulté les sites « people » que ces deux dernières années, parce qu’à un moment, j’ai été obligé d’en passer par là.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

(Crédits : Vincent Brunner et Terreur Graphique)

Vous touchez parfois à des intouchables, Terreur Graphique et toi. Vous n’avez pas eu de plaintes de différents fan-clubs ?

Pas encore. Je suis surpris de ne pas avoir d’insultes sur Twitter ou Facebook. Il semblerait que les lecteurs de cet ouvrage un peu provocateur aient compris le concept et le second degré. Nous rendons humains ces icones. Les désacraliser, ce n’est pas leur manquer de respect, au contraire. Leur œuvre est immortel, nous n’y touchons pas.

On apprend que pas mal d’artistes qui ont beaucoup fait d’excès ont désormais une hygiène de vie irréprochable.

Oui, c’est le cas de Madonna, Nina Hagen, Elton John ou Iggy Pop. Ce dernier a arrêté de prendre des acides chaque jour, il fait de la gym et mange du Tofu. Les rock stars qui sont encore là alors qu’ils se sont bien cramés la gueule pendant des années, c’est parce qu’à un moment, ils se sont repris en main. C’était une question de vie ou de mort.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

Vincent Brunner et Terreur Graphique en dédicace à la librairie Le Merle Moqueur.

Est-ce que le rock est mort ?

Tu es fou ! Le rock sera toujours vivant tant qu’il y aura encore trois gamins qui jouent cette musique dans un garage. Ce sont les figures mythologiques du rock qui sont en train de disparaitre, pas cette musique.

Aujourd’hui, les jeunes s’identifient plus à la musique dite « urbaine ». Rap, RN’B…

Les jeunes qui jouent du rock, et je ne vais pas les citer, sont très bons, mais au niveau du charisme, ce n’est pas hyper intense par rapport aux anciens. Ils ne délivrent plus de messages et n’ont plus d’influence sociale. Ce sont effectivement certains rappeurs ou chanteurs de RN’B qui ont pris le relais. Avant, les rockeurs faisaient bouger les lignes, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Quelques regrets concernant ce livre ?

Johnny est parti trop tôt. Terreur Graphique et moi, nous aurions adoré nous occuper de son cas.

Le 23 décembre 2018, Vincent Brunner interviewé sur le plateau du "64 minutes le monde en français" sur TV5 Monde. 

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

Pendant l'interview...

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderneLes super-héros : un panthéon moderne.

Argumentaire de presse :

Spider-Man et Captain America auraient-ils remplacé Zeus ou Hercule dans l’inconscient collectif ? Umberto Eco voyait déjà en Superman un personnage mythologique. Longtemps méprisés avant d’être réhabilités, désormais omniprésents au cinéma et dans la pop culture, les super-héros ont élargi leur public au-delà des seuls geeks. Hors du domaine du divertissement, ils servent de modèles fantasmés à une humanité en quête de repères. Mais que signifie cet attrait croissant pour ces archétypes ? Et si ces justiciers costumés incarnaient un nouveau panthéon laïc ? En convoquant des penseurs tels que Nietzsche, avec son concept de surhomme, ou Lévi-Strauss, avec les mythes primitifs, Vincent Brunner analyse l’évolution de la figure du super-héros et démontre que Wonder Woman ou les X-Men constituent dorénavant une véritable mythologie contemporaine.

Mini interview :vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderne

Tu es fan des super-héros ?

J’en lisais quand j’étais ado. Après j’ai décroché, puis j’ai repris il n’y a pas très longtemps. Je me suis rendu compte que je découvrais une vraie dimension intéressante que je n’avais pas capté jeune. Les histoires des super-héros sont le reflet de la société. Il y a beaucoup d’antagonismes raciaux et d’extrémismes. Les histoires parviennent à te divertir, tout en te faisant réfléchir. De bons auteurs utilisent ce format qui parait ultra balisé pour en faire quelque chose de très riche et profond. Les personnages de ces comics ont remplacé les Dieux de l’Olympe. Ce sont des totems auxquels tu ne peux pas toucher.

Tu es fasciné par eux ?

Quand j’ouvre une histoire de super-héros, il y a quelque chose du domaine du rêve qui me ramène à l’enfance. Il y a quelque chose d’immédiat qui me met dans un état d’esprit onirique.

vincent brunner,terreur graphique,interview,le rock est mort,les super héros un panthéon moderneLes super-héros ont véhiculé de la propagande, non ?

Lors de la seconde Guerre Mondiale, c’était effectivement des outils de propagande. Les premiers super-héros sont nés un peu avant, mais beaucoup sont apparus lors de cette guerre. Il fallait montrer des images de surhommes qui puissent rassurer le peuple.

Ton essai est sérieux et très bien documenté… et il est lisible par tous.

Je sais que des professeurs de 3e l’utilisent pour leur classe. J’ai fait en sorte que ce livre puisse répondre aux questions des spécialistes, mais qu’il soit accessible à tout le monde. J’ai eu la chance de m’appuyer sur des penseurs comme Friedrich Nietzsche, Edgar Morin ou Umberto Eco. Cet essai raconte l’histoire des super-héros, l’évolution de notre regard sur eux et les fondations du panthéon. J’ai souhaité aussi donner des pistes de lecture.

En décembre 2015, Vincent Brunner interviewé sur TV5 Monde pour évoquer Les super-héros, un panthéon moderne.

14 décembre 2018

Christophe Misraki : interview pour l'année hommage à son père Paul Misraki

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandorEn 66 ans de carrière, le répertoire du compositeur français Paul Misraki contient plus de 790 titres incluant pas moins de 350 chansons, dont la plupart font partie du patrimoine culturel français du XXè siècle (« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux », « Tout va très bien Madame la Marquise » pour l'orchestre de Ray Ventura, « Je Chante » pour Charles Trenet… mais Edith Piaf, Yves Montand et les plus grands interprètes ont chanté sur les compositions de Paul Misraki). Le compositeur et pianiste de l'orchestre de Ray Ventura est aussi à l’origine de 185 musiques de films pour les plus grands cinéastes (Et Dieu créa la femme de Vadim, Le Doulos de Melville, Alphaville de Godard, mais aussi pour Buñuel, Chabrol, Welles, Clouzot, Becker…). Ce n’est pas tout, Paul Misraki a aussi composé 7 comédies musicales et opérettes, deux symphonies… et il a écrit quatorze romans et essais autobiographiques, philosophiques et religieux (dont l’un a été couronné par l’Académie Française).

Son site officiel.

Sa page YouTube.

Sa page Wikipédia (très complète).

"Tout va très bien, Madame la Marquise" par Sacha Distel, Jean-Pierre Cassel, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault 

Ray Ventura et ses collégiens : "Qu'est-ce qu'on entend pour être heureux".

Charles Trenet : "Je chante".

2018 est une année riche en anniversaires de Paul Misraki :

Né il y a 110 ans, le 28 janvier 1908,

Mort il y a 20 ans, le 30 octobre 1998,

Il a composé l’un de ses plus grands succès, « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? », en 1938, il y a 80 ans exactement.

Pour célébrer ces multiples anniversaires, une formidable année Paul Misraki 2018 vous est proposée, regorgeant d’événements rendant hommage à l’œuvre de l’artiste entre septembre 2018 et juin 2019.

Citons les plus proches :

-Qu’est-ce qu’on attend pour être mômes ?christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

200 enfants et adolescents sur scène, chansons et musiques de films. Christophe Misraki sera sur scène pour des interludes joués. Parrainage par le Grand Orchestre du Splendid.

Au Théâtre Déjazet, les 17 décembre 2018 et 25 mars 2019.

-Conférence de Christophe Misraki : La naissance du thème musical christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandordans un film.

A la Médiathèque Municipale de Paris, le 19 décembre, de 19h à 20h30.

-NORMANDIE : comédie musicale en deux actes, de Paul Misraki, Henry Decoin et André Hornez, présentée au public pour le première fois en 1936, est jouée avec l’Orchestre des Frivolités Parisiennes au Théâtre Impérial de Compiègne, en Première le 7 février 2019.

J’ai rencontré dans la maison familiale son fils, Christophe Misraki, grand chef d’orchestre de l’invocation de la mémoire de son père.

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

Paul Misraki, chez lui, à la fin de sa vie.

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandorInterview :

Pouvez-vous nous présenter votre père en quelques mots, ce qui doit être extrêmement difficile étant donné la multitude d’activité qu’il avait.

C’est effectivement très dur. Mon père est un compositeur qui a vécu 90 ans dans le XXe siècle, de 1908 à 1998. Il a déposé son œuvre à la SACEM  de 1928 à 1994, il a donc 66 ans de carrière. Il avait un talent fou parce que c’était naturel. La musique lui venait comme ça, instinctivement.

Ce qui est fou, c’est qu’il n’a même pas fait le Conservatoire.

Il n’a pas appris la musique, ça lui venait tout seul. Après, il y a un boulot de fou derrière son œuvre et ses partitions sont hyper complexes. C’est un musicien qui a duré très longtemps parce qu’il avait la possibilité de s’adapter… et il a accepté de s’adapter. Il était aussi moderne en 1972 qu’en 1928. Il était capable de faire une musique de film pour un réalisateur aussi classique que Jean Delannoy, que pour ceux de la Nouvelle Vague.

Votre père était, parait-il, quelqu’un de très gentil.

Je ne vais pas employer mes mots pour parler de comment était mon père. Je vais utiliser ceux de Martin Pénet qui a fait tout une série d’émission sur mon père (à écouter ici) sur France Musique : « Paul Misraki est un musicien surdoué qui a marqué l’histoire de la chanson et de la musique de films de façon indélébile. D’une gentillesse proverbiale, il avait en outre le talent d’aligner les tubes avec une régularité déconcertante. »

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

UTOPIA (aka K), en 1951 avec de gauche à droite : Paul Misraki - compositeur, Suzy Delair, Max Elloy (debout), Oliver Hardy, Adriano Rimoldi Designer, Stan Laurel. Bref avec Laurel et hardy, quoi!

Vos grands-parents ne souhaitaient pas que votre père devienne musicien, mais plutôt assureur. Pour quelqu’un qui a composé sa première valse à 8 ans, ça devait être impossible d’emprunter une autre trajectoire que celle de la musique.

Evidemment qu’il ne pouvait pas faire autre chose. Il vivait pour la musique. Il n’a jamais compris comment les notes, voire des orchestrations complètes, lui venaient à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Vous avez vécu dans une atmosphère musicale constante.

Justement pas. Mon père essayait deux trois notes, après il pouvait y avoir une heure et demie de silence total pendant lesquelles il écrivait ce qu’il entendait dans sa tête. Il y avait de longs silences à la maison, parce que dans ces moments-là, il ne fallait pas faire de bruit.

3 musiques de films composées par Paul Misraki.

Le doulos de Jean-Pierre Melleville. 

Chien perdu sans collier de Jean Delannoy.

"Les volets clos" de Jean-Claude Brialy.

Quand il créait, il était dans une certaine fragilité ?

Oui, absolument. C’est pour ça qu’il ne fallait faire aucun bruit. S’il entendait un peu fort un disque à moi, je détruisais le château de cartes qu’il y avait dans sa tête.

Il écoutait de la musique moderne ?

Il était obligé pour rester à la page et écrire des musiques de films modernes. Il écoutait mon disque des Pink Floyd, The Dark Side of the Moon, les Beatles, Simon & Garfunkel… Il essayait de comprendre cette musique électrique et électronique qui apparaissait. Il devait s’adapter constamment. La musique, dans cet appartement où nous sommes, c’était du boulot. Il n’en écoutait jamais pour lui, car ça lui donnait l’impression de travailler.

Vous tentiez vous-même de lui faire écouter des disques que vous appréciez ?

Oui, mais il considérait que c’était de la musique de sauvage. Je me souviens de ce fauteuil à côté de vous où il écoutait Wind and Wuthering de Genesis en 1976. Je ne peux pas vous dire qu’il s’en délectait.

Pourquoi défendez-vous la mémoire artistique de votre père ?

J’ai découvert l’univers de mon père il y a dix ans. Quand j’ai commencé à mettre mon nez dedans, j’ai trouvé que son œuvre était hallucinante. Je m’y suis immergé avec plaisir et j’ai vu arriver 2018, j’ai bien compris qu’il fallait qu’il se passe des choses autour de mon père. Je viens du marketing donc je sais ce que c’est que de créer un évènement ou des actus pour intéresser le public et les journalistes.

Que préférez-vous dans l’œuvre de votre père ?

J’aime bien ses chansons sentimentales avec une petite touche d’humour comme « Le petit souper aux chandelles » interprété par Henri Salvador. Mon père, lui, préférait « Insensiblement » et tout le monde est d’accord avec ça. Dans les musiques de films, on trouve aussi des joyaux. Pour le moment, j’ai un coup de cœur pour le final du film de Godard Alphaville.

Henri Salvador: "Un petit souper aux chandelles".

Alphaville de Jean-Luc Godard : Thème d'amour.

Renée Lebas : "Insensiblement".

Il n’était pas très mondain votre papa…

Il était timide. Quand il parlait musique avec des professionnels, pas de souci, mais dès qu’il s’agissait de faire des mondanités, c’était compliqué pour lui. Parler de son univers à des journalistes, par exemple, ça ne le dérangeait pas. Je suis allé sur le site de l’INA, j’ai vu qu’il y avait 351 extraits d’émissions de télé avec lui.

Lundi prochain, le 17 décembre 2018, il y a un premier spectacle, « Qu’est-ce qu’on attend pour être mômes », un cabaret musical autour des œuvres de Paul Misraki. 200 enfants et adolescents chanteront et joueront des compositions de votre père, tous gens confondus, c’est ça ?

Il y a plusieurs formations musicales d’enfants et d’adolescents qui sont impliquées. Il y aura une première partie « chansons » avec une formation orchestrale ensuite avec un big band d’enfants et d’ados. La deuxième partie, ce sera les musiques de films avec l’Orchestre des Petites Mains Symphoniques.

Vous-même, vous participez au spectacle.

Au lieu de me faire parler devant le public, on me fait jouer un rôle avec deux garçons de 13 ans qui me donnent la réplique. Ce sera un semblant de conflit de générations sur un mode humoristique pour annoncer et raconter les chansons qui vont venir. Je ne suis jamais monté sur scène pour jouer un rôle, c’est donc une grande première pour moi.

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

Pendant l'interview...

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandorVotre père écrivait beaucoup de livres sur le questionnement existentiel.

L’ensemble des livres de mon père est cohérent. On ne peut pas prendre un de ses bouquins de façon isolée, je trouve que ça a moins de sens. Le problème de Paul Misraki, c’est qu’il est né dans une famille d’assureurs. Son père voulait qu’il soit dans les assurances et lui ne vivait que pour la musique. A un moment donné, il y a eu un vrai conflit père-fils. A partir de là, il s’est posé beaucoup de questions. Qui suis-je ? A quoi ça sert que je sois ici ? Quel est le sens de tout ça ? Il a rencontré des hommes de religions diverses, il a beaucoup lu… il a fini par se convertir au catholicisme. Ses livres ont tous un rapport avec ça.

Vous les avez lus?

Oui, mais je ne suis pas un grand spécialiste de ses ouvrages. Ma sœur est beaucoup plus intéressée par cet aspect-là de sa création.

Vous êtes fier de votre papa ?

On aurait du mal à ne pas l’être. Mais, pour moi, c’est une découverte tardive. Je n’avais pas pris la mesure de son œuvre. Il a composé 180 musiques de films. Il y a des années, je ne comprends même pas comment c’est possible. En 1956, 1957 et 1958, il fait 12 musiques de films avec des partitions écrites la main, comme je vous les ai montrés dans le placard. Comment on fait ça ? Un par mois… C’est fou ! 

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

Avec Christophe Misraki, dans la maison familiale, le 12 décembre 2018.

Bonus : Après mon interview, est arrivé le très sympathique Alain Leroy pour L'œil du spectacle. Voici le fruit de son travail  (parfaitement complémentaire du mien). 

18 novembre 2018

Fabien Lecoeuvre : interview pour 50 tubes de Johnny Hallyday

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

Spécialiste de la chanson française, Fabien Lecœuvre est aux côtés de Patrick Sébastien depuis plus de dix ans dans l’émission Les Années Bonheur sur France 2.

Il est auteur de nombreux ouvrages consacrés à la chanson. Ses livres rassemblent d’incroyables histoires et de fabuleuses anecdotes. Des ouvrages référentiels, richement illustré, qui se classent régulièrement dans les meilleures ventes de livres. Le dernier en date s'intitule 50 tubes de Johnny Hallyday racontés par Johnny Hallyday. Interview téléphonique pour Le magazine des Loisirs Culturels Auchan (daté des mois de novembre et décembre 2018).

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

Quelques tubes inoubliables de Johnny Hallyday (INA.fr).