Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview de Voyou

francofolies de la rochelle,interview,voyou

(Photo : Pierre-Emmanuel Testard)

À tout juste 28 ans, Thibaud Vanhooland, alias Voyou, a le vent en poupe et de beaux jours musicaux devant lui. Découvert via Elephanz, Pegase ou encore Rhum for Pauline, le jeune chanteur se lance en solo & nous révèle son univers éléctro-pop légèrement mélancolique à travers son premier EP, On s’emmène avec toi. Lumineuses et joliment bricolées, ses mélodies ont le chic de vous faire du bien et de rester en tête. Touché.

Je l’ai rencontré cet après-midi au lendemain de ces deux prestations aux Francofolies.

francofolies de la rochelle,interview,voyouBiographie officielle :

Voyou, on l’a découvert sur scène, seul avec sa guitare, ses machines et sa trompette, son instrument de cœur qu’il volait déjà à son père dès 3 ans. Et d’emblée, le sourire enfantin et la drôle de dégaine de ce jeune homme de 28 ans imposent un artiste au charisme hors-norme. C’est qu’il y a du Jacques Tati dans sa douce folie et ce corps un peu trop grand, pas toujours adapté au monde, mais qui s’en imprègne pour prendre son envol et virevolter avec aisance sur scène.

Portant un regard malicieux sur les vicissitudes de son époque, Voyou met la compassion et l’amitié au cœur de sa musique. Avec des mots simples et poétiques et une complète absence de cynisme, il nous raconte des histoires d’aujourd’hui. Des histoires d’amour et d’ennui, d’ailleurs et d’ici.

« Et roulez, roulez pourvu que jamais rien ne vous arrête...» : c’est tout ce qu’on souhaite à Voyou et à sa musique lumineuse et bienveillante car elle résonne déjà comme une évidence rassurante. Et si la vérité sort de la bouche des enfants, elle sort aussi de celles des voyous.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

francofolies de la rochelle,interview,voyouInterview :

Tu es déjà venu aux Francos avec Elephanz et tu as participé aux Chantiers des Francos, il y a 5 ans.

Oui, j’étais avec Feu ! Chatterton à l’époque où ils n’avaient sorti qu’un morceau sur YouTube. J’y suis retourné l’année dernière faire des showcases. Cette année, je suis passé au Théâtre Verdière et sur la grande scène, je n’en reviens pas.

Tu te rends compte qu’il se passe quelque chose autour de toi, en ce moment.

Oui, mais j’essaie de rester distant par rapport à ça. Il est difficile de rester naturel. C’est bizarre d’être si sollicité autour de quelque chose que l'on a créé dans sa chambre. C’est appréciable, mais ça peut être dangereux si on se laisse aller aux tourbillons des médias. Il faut être lucide.

Clip de "Tout seul sur ton tandem".

J’aime le fait que tu avoues apprécier les « vieux » chanteurs comme William Sheller ou Michel francofolies de la rochelle,interview,voyouFugain.

J’ai dénigré cette chanson française quand j’étais plus jeune, mais je me rends compte que je m’en suis écarté pour mieux y revenir et pour mieux la comprendre.

Tu fais de la musique pop avec des textes dignes d’intérêt, c’est rare.

Je ne suis pas contre l’idée de faire des textes qui soient ésotériques, un peu moins ancrés dans le réalisme.

Je sais que tu aimes Fishbach, Bagarre, Grand Blanc. Ce sont des artistes qui t’ont permis de penser qu’une musique pop pouvait intégrer des textes intéressants.

C’est drôle, tu n’as cité que des groupes de mon label.

Je ne l’ai pas fait exprès.

Il y a aussi Flavien Berger et La femme qui sont importants pour moi. Ces artistes ont amené un son et des textures très modernes, pas toujours faciles d’accès, et ils ont intégré des paroles en français. Ils déconstruisent complètement les codes de la variété française. Ça fait du bien à tout le monde parce que ça renouvelle le paysage musical francophone. Voir Eddy de Pretto, Juliette Armanet, Radio Elvis ou Fishbach aux Victoires de la Musique, nous les artistes de la nouvelle génération, on se dit qu’il se passe quelque chose.

Son nouveau titre, "Papillon".

francofolies de la rochelle,interview,voyouJ’ai lu que tu faisais « de la pop electronique avec zéro cynisme et beaucoup de tendresse ». Ça te convient comme définition ?

Tout à fait. Le cynisme est à la mode aujourd’hui. Le rap a pris une place super importante dans la scène française. Ce genre musical à une manière de parler beaucoup plus violente, dure, terne, froide, du coup, il y a plein de chanteurs qui font de la pop, mais qui puisent là-dedans. Moi, je suis quelqu’un d’assez heureux dans ma vie, je n’ai donc pas envie de mentir sur ce que je suis ou ressens, ni sur le point de vue que j’ai sur les choses. Les artistes doivent être là aussi pour montrer qu’il y a des choses qui vont bien, contrairement à ce que l’on voit à la télé.

Es-tu optimiste sur l’avenir de la chanson française ?

Oui, carrément. Là, nous sommes dans une phase qui est très prolifique. Ce qu’il se passe aujourd’hui dans la musique ouvre beaucoup de portes, du  coup, l’univers du possible s’agrandit, je trouve ça rassurant.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

(Photo : Aurèle Bossan)

Tu revendiques le fait de ne pas raconter tes propres histoires.

Je ne considère pas que ma vie est si intéressante qu’elle mérite que je la raconte. Nos histoires personnelles ressemblent aux histoires personnelles des autres personnes. Elles ont toutes une substance commune et je préfère raconter cette substance  plutôt que raconter les détails qui font que mon histoire est différente de celle des autres.

Comment as-tu vécu ces Francofolies ?

C’est fou, sur la scène Jean-Louis Foulquier, je me suis retrouvé catapulté devant 15 000 personnes. J’ai juste eu l’impression que je viens de courir derrière un tram, que je l’ai loupé, et que j’attends celui d’après. C’est l’aboutissement de deux ans de travail avec le Chantier des Francos.

francofolies de la rochelle,interview,voyou

Pendant l'interview...