Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 avril 2019

Seemone : l'après Destination Eurovision

seemone, tous  les deux, interview, destination eurovision, mandor

seemone, tous  les deux, interview, destination eurovision, mandorIl y a un an, j’ai accepté pour la première fois de ma vie d’interviewer une artiste qui n’avait pas encore sorti de disque (lire ici). Juste, quelques vidéos de covers étaient visibles sur YouTube.

Elle s’appelle Seemone (fille de Marc Simoncini, entrepreneur de renom et fondateur de Meetic) et, à la première écoute, j’ai senti en elle une graine de star. J’ai même senti qu’elle pourrait conquérir le monde. Carrément. Oui, une conquête à la Céline Dion. Quelques mois plus tard, les projecteurs européens se sont braqués sur elle grâce à sa participation à Destination Eurovision 2019 (avant le monde, l'Europe, c'est déjà un bon début). Elle est arrivée en finale et a « perdu » face à Bilal Hassani. Si elle ne représentera pas la France lors de l’Eurovision, elle a déjà conquis un très large public et imposé sa voix.

Un an après la première mandorisation, voici la seconde alors qu’elle n’a toujours pas de disque. Juste le clip de « Tous les deux ». Le 13 mars 2019, une rencontre dans un hôtel parisien, histoire de faire le point sur cette carrière naissante. Bref,  je ne la lâche pas. 

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandor

Biographie officielle :

Lorsqu’on écoute Seemone pour la première fois, on est forcément marqué par son grain de voix si particulier. Un grain de voix naturel, qui n’a pas toujours été facile à accepter, et à faire accepter par les autres.

Mais, à aujourd’hui 21 ans, la jeune artiste a choisi de faire de cette singularité une force, d’assumer pleinement ce qui fait partie de son identité et, désormais, de sa signature musicale : une voix à la fois chaude, puissante et fragile.

Pourtant, la volonté et la ténacité ne suffisent pas toujours, et une carrière est aussi faite d’heureux hasards et de rencontres. Celle avec Fabrice Mantegna a été décisive : à travers un travail rigoureux et bienveillant, c’est lui qui met le pied à l’étrier de la jeune chanteuse en devenir, il y a un peu plus de 4 ans.

Avec elle, il a notamment co-écrit et co-composé la chanson ‘Tous Les Deux’, déclaration d’amour pudique et bouleversante d’une fille à son père.

seemone, tous  les deux, interview, destination eurovision, mandor

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandorInterview :

Depuis un an, il s’est passé beaucoup de choses pour toi. Notamment Destination Eurovision 2019.

C’est une jolie pierre à l’édifice. Je suis arrivée dans cette aventure parce que deux années de suite, les équipes de The Voice m’ont demandé de participer à ce programme. J’ai refusé car je n’étais absolument pas prête et je n’avais pas envie de chanter des reprises. Comme c’est la même maison de production qui s’occupe de Destination Eurovision, ils m’ont proposé le casting. Là, il fallait chanter une chanson originale.

« Tous les deux » existait déjà?

Ce qui est fou, c’est qu’elle avait été créée deux mois avant que l’on me propose ce casting. Grâce à cette chanson, je me suis retrouvée du jour au lendemain dans une aventure qui est démesurée. Je n’avais aucune idée dans quoi j’embarquais. Je n’avais jamais chanté sur une scène, ni devant un public. Et soudain, j’arrive devant des milliers de spectateurs et des millions de téléspectateurs. C’était complètement fou. Les résultats aussi d’ailleurs.

Tu es arrivée deuxième.

Derrière Bilal.

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandor

(Photo : Sylvia Galmot)

Au fond, ce n’est pas mieux d’arriver à cette place ? Non seulement tu as eu un coup de projecteur incroyable, les gens t’ont découvert et fortement apprécié, mais en plus tu évites les reproches en cas de mauvais résultat.

Je sais que c’est une aventure à double tranchant. Sans parler de l’Eurovision en lui-même, rien que dans Destination Eurovision, j’avais l’option de passer inaperçue, de terminer dernière, au milieu ou en première position. Je m’attendais à tout et à rien en même temps.

Tu as un peu craquée sur scène en direct...

Tu imagines la pression que j’ai eue pour une première scène ? Tout le monde m’a vu pleurer. J’ai eu peur que les gens se disent que je n’avais pas les épaules. Apparemment, ça n’a dérangé personne puisque je suis arrivée seconde et que j’ai eu la majorité des votes des jurés. Pour moi, ça a été la consécration. Je ne pouvais pas être déçue.

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandor

Qu’est-ce qu’il se passe dans la tête d’une jeune fille de 21 ans qui reçoit soudainement tant d’amour de tant de gens ?

Je me sentais tellement privilégiée d’être là. Je n’avais pas de mot et donc, les larmes ont coulé. Je souhaite à tout le monde de ressentir ça. Je souhaite à tout le monde, pas forcément qu’aux artistes, de voir l’amour dans les yeux de quelqu’un quand il a fourni un travail. J’étais fière de moi, pas parce que j’avais fait quelque chose de joli, mais parce que j’avais fait quelque chose.

Est-ce à ce moment-là que tu t’es dit que tu étais vraiment chanteuse ?

(Rires) Je me suis considérée chanteuse à partir du moment où j’ai été validée vocalement par mon prof de chant. J’ai une profonde admiration envers lui alors, quand il m’a dit que j’avais compris l’essence du chant, je me suis qualifiée de chanteuse… même si c’était une chanteuse qui devait progresser.

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandor

Quel impact l’Eurovision ! Tu es désormais connue de beaucoup.

Je t’assure que je n’en ai absolument pas conscience. En tout cas, je trouve ça génial parce que je suis arrivée avec ce que je suis. Je n'en ai pas fait des caisses pour attirer l’œil des gens. J’ai eu le luxe d’être moi-même et d’être surexposée à un moment de ma vie où j’étais prête à cela et où j’en avais envie.

Ce qui m’impressionne chez toi, c’est ta volonté de prendre le temps. C’est de la sagesse, de la maturité, de la raison, de la lucidité ?

Je pense qu’il y a un peu de tout ça, mais il y a surtout de la pudeur. Je n’ai pas envie de me transformer pour plaire à des gens. Et ça n'aurait pas été moi si j'avais sorti un album bâclé, juste parce que je venais d’avoir de la lumière sur moi. Je ne peux pas écrire douze chansons en trois semaines. Je préfère faire les choses bien, doucement et sereinement. Je veux du sur-mesure. Je ne veux pas faire de faux pas. J’ai 21 ans et si je rate mon entrée, je m’en voudrais toute ma vie. Je n’ai pas envie de décevoir les gens qui croient en moi. Un des principaux traits de mon caractère c’est cette peur de décevoir…

Clip de "Tous les deux".

seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandorTu viens de me parler de pudeur. Il y a de la pudeur dans la chanson pour ton père (photo à gauche), « Tous les deux » ?

Non, elle est complètement impudique. C’est une déclaration d’amour publique à mon père. L’être humain n’est pas à un paradoxe près. Je me protège beaucoup, alors je tente d’être pudique quand il le faut. Par contre, je peux ne plus l’être pour livrer quelque chose dans mes chansons. Je veux qu’on écoute le propos, pas forcément ma voix. Je ne veux pas être une fille qui chante bien, je préfère être une fille qui chante vraie… avec son âme.

Ton père a-t-il été touché ?

Oui. Il l’avait écouté avant Destination Eurovision, mais il était présent dans la salle et ma mère m’a dit qu’il avait pleuré. C’est un papa très présent dans ma vie, il m’aime beaucoup. On se le dit tout le temps, mais j’avais besoin de lui dire différemment.

Dans ma première interview de toi, tu m’as dit que la chanson n’était pas forcément faite pour divertir le public. Tu es toujours d’accord avec toi-même ?

Je pense cela pour mon cas. Je ne suis pas une artiste capable de divertir les gens ou de les faire danser. C’est pour ça que je suis très admirative du travail de Bilal qui sait faire cela formidablement bien.

Divertir, c’est aussi être touché, pas forcément faire de la musique dansante.seemone,tous  les deux,interview,destination eurovision,mandor

J’ai une vision du divertissement qui est plus légère. J’ai l’impression que la musique qui divertit n’est pas celle qu’on écoute profondément, mais celle qui détend. Quand je chante une chanson, je ne sais pas le faire sans la prendre à cœur. Je veux toucher les gens de la même manière que je suis touchée quand je chante. Je ne sais pas cacher quoi que ce soit. Dans le divertissement, je pense que l'on cache un peu.

Que se passe-t-il pour toi aujourd’hui ?

Je suis en train de fabriquer mon album… comme une artisane. C’est long parce que j’écris mes textes. Chanter mes mots, ça n’a pas de prix. J’ai aussi envie de co-composer mes chansons pour ressentir mes chansons encore plus. Je souhaite tout faire moi-même, avec mon équipe très restreinte composée d’Alexandre Mazargil et de Fabrice Mantegna. Nous faisons les choses très méticuleusement tous les trois ensemble, mais les idées et l’énergie viennent de moi parce que c’est mon projet. Chacun amène ce qu’il sait faire et mes deux acolytes savent faire beaucoup (rires).

Tu as une date de sortie quand même ?

J’adorerais qu’il sorte avant 2020. Pour le moment, nous avons six titres au stade de maquette. C’est long parce que je suis capable de réenregistrer huit fois une chanson s’il y a quelque chose qui ne me plait pas. Je veux être capable de chanter chaque chanson corps et âme, alors il faut que je sois très fière d’elle.

Tu ne fais que ça en ce moment ?

A part aujourd’hui, je suis en studio du matin au soir. Le soir, je rentre chez moi, j’ouvre mon ordinateur, j’écris jusqu’à minuit. Je m’endors. Le lendemain, je me lève, je vais au studio etc… Mais quelle belle vie ! La rigueur que j’ai me rassure et me permet de rester constante dans mon travail.

Quels seront les thèmes abordés dans ce premier disque ?

Je suis une grande amoureuse de la vie et l’amour me fascine. Toutes les formes d’amour. Je raconterai ce que je ressens quand j’aime et quand je suis en contact avec d’autres personnes. Je passe par tellement d’émotion. L’amour ça va avec la tristesse, la mélancolie, la joie, la bêtise. Je suis une hyper sensible au sens premier du terme. J’ai toujours été à fleur de peau, je pleure pour rien et pour tout. Pour moi, la musique est une vraie psychanalyse. Je ne vais jamais aussi bien que quand je chante.

seemone, tous  les deux, interview, destination eurovision, mandor

Après l'interview, le 13 mars 2019.