Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 septembre 2016

Sophie Adriansen : interview pour Le syndrome de la vitre étoilée

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Sophie Adriansen est une auteure que je suis depuis un moment (comme en témoigne ses nombreuses mandorisations). Elle écrit des romans, des livres pour enfants, des nouvelles, des biographies, des essais. Bref, elle a la plume dans la peau.

Je ne la mandorise pas à chaque livre, elle publie beaucoup. Mais soudain, je vois passer une pépite et je m’arrête. C’est le cas avec ce livre, Le syndrome de la vitre étoilée, sur un sujet absolument pas évoqué dans la littérature. Le syndrome de la vitre étoilée raconte l'histoire  d'un couple qui tente d’avoir un enfant par PMA (voir plus bas). Mais ce livre est bien plus que cela. C’est surtout un roman sur la place de la femme dans la société. Et le constat n’est pas beau à voir.

Sophie Adriansen est passée me voir une nouvelle fois à l’agence, le 7 septembre dernier.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor4e de couverture :

Un garçon, une fille, dix ans de vie commune. De cette équation parfaite naît le désir d’enfant. Puis les difficultés arrivent. Le désir se transforme. Le garçon et la fille aussi. Un couple sur cinq connaît des difficultés pour avoir un enfant.

Derrière cette proportion, combien d’autres statistiques ? De formules intrusives ? De conseils « bienveillants » ? De boîtes de tampons ? De pieds dans les étriers ? D’amis auxquels on ment ? De bouteilles éclusées ? Combien de pensées magiques pour conjurer le sort et cette foutue proportion ?

Voilà des questions – des obsessions – que la narratrice de ce roman tente d’éclairer sous un jour nouveau en découpant sa pensée comme on range la commode de son adolescence.

Ce qui démarrait comme un chemin de croix frappe par sa lucidité, sa drôlerie,
sa cruauté et prend la forme du journal rétroéclairé d’une jeune femme qui découvre le pouvoir d’être libre

L’auteure (biographie du site Babelio) :

Sophie Adriansen est l’auteur d'une quinzaine d'ouvrages en littérature générale et jeunesse ainsi qu'en non-fiction. Elle a signé deux biographies, cosigné des témoignages et été formée à l’écriture de scénario à la Fémis.
Elle anime des ateliers d'écriture en milieu scolaire.

Elle tient depuis 2009 le blog Sophielit, finaliste du Prix ELLE 2011, anime des discussions autour des livres et collabore à plusieurs sites littéraires.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Interview :

Dois-je t’appeler la nouvelle Christine Angot ? (A lire avec un ton taquin.)

Pourquoi dis-tu cela ?

Ce n’est pas un livre dans lequel tu racontes ta vie ?

Il y a la mention « roman » sur la couverture, ça n’a pas dû t’échapper. Par contre, je ne cache pas le fait que je ne serais jamais partie dans cette direction-là si je n’avais pas fait de la PMA (procréation médicalement assistée). Il y a quelques années, j’ai fait un début de parcours médical pour essayer d’avoir un enfant. A ce moment-là, j’ai noté plein de choses pour, à la fois me prouver que je l’avais fait et aussi pour m’en débarrasser une bonne fois. Ce n’était pas dans l’idée d’en faire quelque chose de littéraire ou romanesque, c’était juste pour évacuer les choses et en conserver une trace. Mais il fallait que la trace soit extérieure à moi afin que ça ne m’alourdisse pas, ni ne me pèse.

Mais à partir de ce matériau, tu as fini par construire un roman.

Oui, sur une base autofictive. Je n’ai aucun problème avec ça.

Tu évoques la pression sociale sur le fait d’avoir un enfant passé l’âge de 20 ans.

Moi, en tant que jeune femme dans la trentaine, cela fait des années que je reçois cette injonction à me reproduire. Je la reçois directement par des personnes physiques et indirectement par la presse et la société… J’avais envie de parler de ça parce que, pour moi, faire un enfant doit être un choix et une envie. Il y a des femmes qui sont en capacité physique de faire un enfant, qui ont le partenaire avec lequel elle pourrait le faire et qui font le choix de ne pas en faire. Et ces femmes sont jugées.

Ça arrive aux femmes en couple et aux femmes seules ?

Encore plus aux femmes en couple parce que l’on considère qu’elles n’ont aucune excuse pour ne pas faire d’enfant. Il faut se justifier et avoir une bonne raison. La carrière est une des réponses les plus souvent données. Il y a une phrase ultra banale qui me rend dingue : « Et toi, c’est pour quand ? »

Il est vrai qu’on ne pense pas à mal quand on demande cela, mais c’est très maladroit.

Ça pose un peu la question : « comment va ta vie sexuelle ? » Cette question touche au plus intime et personne ne s’en rend compte. Cette question évoque aussi ton projet de vie, ton projet professionnel, les perspectives que tu envisages avec ton partenaire. Bref c’est une question très personnelle, la réponse ne regarde que la personne concernée, pourtant n’importe qui la pose à n’importe qui.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Tu parles de la bible dans ton livre. Tu expliques que tout vient de là.

S’il y a cette injonction, c’est parce que, dans les textes fondateurs, on dit aux femmes qu’elles seront des ventres pour procréer. Puisque la vocation de la femme, c’est faire un ou des enfants, si tu n’en fais pas, cela insinue que tu es inutile. C’est le message que la société renvoie beaucoup. Il y a pourtant un couple sur cinq qui a des difficultés à faire un enfant. 20%, c’est quand même beaucoup. Il n’y a donc aucune culpabilité à avoir.

C’est un livre qui peut aider ceux qui passent par ce que tu as vécu.

Quand la narratrice, Stéphanie, fait ce parcours, elle n’arrive presque plus à en parler à son conjoint. Je me dis que si des personnes lisent ce livre en étant dans cette situation, ça peut, peut-être, leur faire du bien de savoir qu’ils ne sont pas seuls. Ce qu’ils sont en train de ressentir et vivre, d’autres sont passés par là. Stéphanie se sent super seule parce que personne ne lui a jamais dit que ça allait être si compliqué.

Comment ont réagi tes proches à la lecture de ton livre ?

Il y a ceux qui savent ce qu’est l’autofiction et les autres. Ceux qui connaissent l’autofiction savent que l’on peut écrire une œuvre à partir de quelque chose de personnel sans que tout soit forcément vrai. Les autres considèrent que c’est un témoignage, un récit dans lequel simplement les prénoms ont été modifiés. Parce qu’ils ont repéré un truc dont ils savent que ça correspond à la réalité, tout le reste est forcément véridique. Pourtant, j’aurais publié un témoignage si j’avais voulu raconter mon parcours à moi. J’ai choisi de publier un roman parce que ce livre est malgré tout une fiction.

Le lecteur ne doit donc pas se poser la question de savoir si l’héroïne est l’auteure ?

Le lecteur fait ce qu’il veut. Toi, je sais que tu n’as pas pu t’empêcher de voir en moi l’héroïne du livre, mais d’autres, par exemple notre ami commun Bertrand Guillot (voir sa chronique sur Le syndrome de la vitre étoilée), ont lu l’histoire de Stéphanie et Guillaume sans penser à Sophie Adriansen. Je n’ai pas à donner un mode d’emploi pour lire ce livre.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

J’aime la construction de ton livre. Ce sont des chapitres courts et variés. On ne s’ennuie jamais.

En fait, ma narratrice est complètement perdue. Elle essaie de récupérer son moi en morceau. J’avais envie de rendre compte de ce bordel là. J’ai voulu que le livre soit à l’image de la narratrice, donc je ne suis pas allée sur quelque chose de linéaire. Le cerveau est toujours traversé par plein de choses, j’ai voulu transposer cela littérairement.

En tant qu’homme, j’ai beaucoup apprécié ce livre. Il m’a aidé à mieux comprendre les femmes… et toi, tu es très bienveillante envers le compagnon de ta narratrice.

Il n’y a aucune mauvaise intention de la part de la narratrice. Elle est amoureuse de son homme. Il se trouve que dans l’histoire il est hypofertile, mais ça aurait pu être elle.

Il y a une sacrée injustice. Dans ce genre de souci médical, on ne s’intéresse qu’à la femme, très peu à l’homme.

Je suis heureuse de te l’entendre dire. Quoiqu’il se passe chez l’homme, c’est de toute façon la femme que l’on scrute, que l’on observe. La narratrice se retrouve dépossédée de son corps. Ça n’arrive pas à un homme. Guillaume ne fait qu’un examen et il donne son sperme. C’est tout. Elle, en permanence, elle doit se déshabiller et montrer son intimité à des gens qu’elle ne connait pas. En plus, il n’est pas question qu’elle se plaigne. Pour couronner le tout, souvent, les médecins sont des hommes qui lui affirment qu’elle ne va rien ressentir, que l’examen n’est pas douloureux, alors qu’ils n’en savent rien car ils ne sont pas constitués comme une femme.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu évoques beaucoup l’aspect psychologique qui n’est jamais pris en compte.

La sécurité sociale te rembourse tous les examens, mais il n’y a pas d’accompagnement psychologique, alors que cela me paraît indispensable. La gynéco dit à Stéphanie « n’y pensez pas ! » ; mais quand tu as envie d’avoir un enfant, que cela devient ton obsession, comment veux-tu ne pas y penser ? A aucun moment tu ne peux déverser ton trop plein.

Stéphanie reviendra dans un prochain « roman » ?

Oui. Mon héroïne me permet de dire ce que j’ai sur le cœur. J’ai envie de lui faire vivre d’autres choses et de me servir d’elle pour raconter ce qui m’agace dans la société. Je suis partie sur quelque chose d’un peu militant autour du corps de la femme. Je suis fasciné par le rapport entre le corps et l’esprit et le pouvoir de l’esprit sur le corps. Je raconterai une autre pression sociale.

Je n’aime pas ce mot, mais en t’écoutant, je trouve qu’il y a quelque chose de féministe en toi.

Je te dirai oui très volontiers si on ne faisait pas n’importe quoi du mot « féministe ». Tout de suite, on pense aux chiennes de garde. Moi, j’aime le féminisme de Martin Winckler, l’auteur de « Le cœur des femmes ». Il a été un médecin féministe, il est maintenant un auteur féministe. Ce féminisme-là je le chéris, je m’en réclame. Si je peux écrire dans cette veine-là, je serais très satisfaite.

sophie adriansen,le syndrome de la vitre étoilée,interview,mandor

Après l'interview, le 7 septembre 2016.

01 mars 2016

Sophie Adriansen et Jean-Marie Leau : interview pour Naître et grandir en musique

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en ,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques ,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau ,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est ,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exemple

Une fois n’est pas coutume, je reçois de nouveau Sophie Adriansen (mandorisées ici). Cette fois-ci, elle est accompagnée de Jean-Marie Leau. Ensemble, ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner en musique les meilleurs moments de la vie de chacun. Naître et grandir en musique, le premier volume vient de sortir et il est centré sur le bien-être des bébés au travers d'une dizaine de thèmes. Au programme notamment : un historique des comptines, la musique pour la conception, l'oreille du fœtus à la première échographie, l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine, l'accouchement en musique, la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. Ce livre ludique, instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser les mamans et les papas d’aujourd’hui. Le 28 janvier dernier, je me suis rendu chez Sophie Adriansen, où le très sympathique Jean-Marie Leau nous a rejoint.

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exempleNote de l’éditeur :

La musique est le plus fabuleux des médicaments.
C’est particulièrement vrai pour le bien-être des bébés et des enfants.

Savez-vous que l’on peut stimuler auditivement le fœtus dès le sixième mois de grossesse ? Que le chant permet de traverser la douleur des contractions lors de l’accouchement ? Qu’un bébé pleure dans sa langue maternelle ? Qu’un morceau choisi peut l’endormir à coup sûr ? Que la musique est la première fenêtre sur l’art pour un enfant ?

Assorti de témoignages de chanteuses, de musiciens, de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naissance, cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques pour découvrir le pouvoir étonnant de la musique avant, pendant et après la naissance.

Retrouvez Naître et grandir en musique et la B.O. du documentaire L’Odyssée de la vie sur Deezer et Spotify.

Les auteurs :

Jean-Marie Leau est compositeur-interprète. Auteur de nombreux génériques pour la télévision et le cinéma, il a fondé l’ensemble vocal « Les voisins du dessus » et co-écrit plusieurs contes musicaux, dont Sol en Cirque.
Il a enregistré avec Zazie, Alain Souchon, Francis Cabrel, Christophe ou Claude Nougaro.
Il propose chaque mois dans le Magazine de la Santé une chronique sur la musique.

Sophie Adriansen est l’auteur d’une quinzaine d’ouvrages de littérature générale et jeunesse ainsi que de documents autour de la santé.

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exemple

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exempleInterview :

Qui est à l’origine de ce livre ?

Sophie Adriansen : C’est un peu moi, mais j’ai proposé ce projet à Jean-Marie à partir de son travail. Sans lui, je n’aurais jamais eu cette idée. Je connaissais ses chroniques qui me passionnaient et, un jour, en discutant, je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre, ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. Un jour, nous avons concrétisé cette envie que j’avais.

Jean-Marie Leau : Je ne me suis pas posé de question, l’idée m’a plu immédiatement. Ecrire n’est pas naturel pour moi, même quand j’écris mes chroniques. Je suis plus dans l’oralité et la musique. Je crois que Sophie a eu une vraie bonne idée de me proposer ce projet. Cela donne une nouvelle consistance à ce que j’essaie de développer depuis six ans, c’est-à-dire le lien entre la musique, le son et le reste de la vie.

Premier constat, la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour, et même avant notre naissance.

Jean-Marie : La musique, avant d’être une industrie, c’est une expression, voire un outil relationnel. Il est important d’en parler dans une collection telle que nous voulons la mener avec Sophie. Ce sujet n’est pas anodin, c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « Les musicaments ».

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exemple

Vous, Jean-Marie, vous êtes né sous X et vous êtes persuadés qu’il y avait de la musique dans votre entourage.

Jean-Marie : Ce que la musique m’a permis d’être, de devenir, de faire, de vivre, c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas. Je ressens la musique comme une trace vibratoire, poétique… Nous sommes des êtres musicaux. Cette sensibilité est propre à l’espèce humaine. Aujourd’hui, on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale.

Sophie : Ce que je trouve fascinant, c’est que, par exemple, pour les bébés prématurés, qui n’ont pas baigné dans un environnement musical avant de naître, la musique peut jouer le rôle de rassurer et d’envelopper le bébé. Ils peuvent s’en servir comme un cocon. Cela veut dire que l’on nait en étant des êtres musicaux, même quand il n’y a pas eu de conditionnement au préalable.   

Il y a beaucoup de témoignages de femmes dans cet ouvrage.

Sophie : Oui, et elles ont été heureuses de témoigner parce que ce sont souvent de bons souvenirs qu’elles racontent. Il y a aussi des témoignages d’hommes. Moi j’ai interrogé les professionnels de santé et des anonymes et Jean-Marie a interrogé des artistes.

Quel est l’objectif de cette collection ?

Sophie : Nous avons isolé un certain nombre de thèmes dans les chroniques que fait Jean-Marie. La musique est partout, dans toutes les sphères de la vie, on a donc envie de creuser ce sillon très largement.

Que la musique soit là, à tous les âges et tous les moments de la vie, c’est essentiel ?

Jean-Marie : C’est un peu comme si vous me demandiez « conseilleriez-vous aux gens, quand ils sortent, de respirer ? » Pour moi, c’est aussi essentiel. Et en plus, ce n’est pas couteux. Ce n’est pas rien que ce qui peut permettre le développement soit abordable par tous. Quand on parle d’haptonomie (la discipline du « toucher affectif ». Cette méthode permet de créer, pendant la grossesse, un échange entre le bébé et les deux parents et constitue une préparation à l’accouchement) ou d’autres conditions de naissances particulières, tout le monde ne peut pas se l’offrir. Par contre, tout le monde peut chanter et peut écouter de la musique. Cela peut apporter une nourriture et une relation supplémentaire à l’enfant.

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exemple

Y-a-t-il une musique à privilégier ?

Jean-Marie : La musique classique c’est très bien, en particulier Mozart, mais si vous allez au fin fond de l’Amazonie ou au Tibet, vous comprendrez que Mozart ne sera pas forcément le premier choix. C’est l’émotion qui prime, ce n’est pas tant le caractère ou la classification de la musique en question. C’est ce qui va être véhicule d’émotion qui prend la force.

Sophie : Ce que l’on a aussi essayé de démontrer, c’est qu’il n’y avait pas des musiques pour les enfants et des musiques pour les adultes. On n’est pas obligé de cantonner les enfants ou les bébés aux compilations de musiques électroniques ou synthétiques. On l’explique dans le livre, un enfant préférera toujours une version instrumentale plutôt qu’une version électronique. On n’est pas obligé de réduire les exigences de qualités parce que c’est un petit. La grande musique ne lui est pas inaccessible.

Les fœtus sont plus sensibles à des sons plutôt qu’à d’autres ?

Jean-Marie : Ils sont plus sensibles aux basses fréquences, après, le spectre auditif de l’enfant va s’élargir au fur et à mesure de son développement et de sa croissance.

Accoucher en musique évite la souffrance ?

Jean-Marie : On chante par le diaphragme et le diaphragme exerce une poussée. Quand on chante, c’est presque comme on accouche. On sait que celles qui pratiquent le chant ont souvent des accouchements plus rapides.

Sophie : Sur notre échantillon, toutes les chanteuses nous ont dit que l’accouchement a été plus rapide et plus facile.

Pourquoi la médecine officielle ne prône-t-elle pas l’accouchement en musique ?

Sophie : C’est en train d’arriver. On a fait un chapitre sur une approche qui s’appelle « Naître enchantés ». Il y a des maternités dans le sud qui sont en train d’avoir des labels « Naître enchantés ». Le problème, c’est que c’est contraire aux côtés cartésiens des médecins. Pour que les médecins acceptent cela, il faudrait qu’ils abandonnent les habitudes qu’ils ont apprises et qu’ils se transmettent depuis des siècles. J’espère que ce livre va contribuer à ce que l’on y vienne petit à petit.

sophie adriansen,jean-marie leau,naître et grandir en musique,interview,mandorune fois n’est pas coutume,je reçois de nouveau sophie adriansen. cette fois-ci,elle est accompagnée de jean-michel leau. ensemble,ils proposent une collection d'ouvrages destinés à accompagner e,la musique pour la conception,l'oreille du fœtus à la première échographie,l'ouïe qui s'affine à la 35e semaine,l'accouchement en musique,la fin des pleurs et l'éveil musical de l'enfant. ce livre ludiq,instructif et didactique a une forte probabilité d’intéresser le,de musiciens,de médecins et de professionnels de l’accompagnement de la naiss,cet ouvrage est une mine de révélations et de conseils pratiques,pendant et après la naissance. retrouvez « naître et grandir en,il a fondé l’ensemble vocal « les voisins du dessus » et co-écri,dont sol en cirque. il a enregistré avec zazie,alain souchon,francis cabrel,christophe ou claude nougaro. il propose chaque mois dans le mag,mais j’ai proposé ce projet à jean-marie à partir de son travail,je n’aurais jamais eu cette idée. je connaissais ses chroniques,un jour,en discutant,je lui ai demandé si d’une manière ou d’une autre,ça ne pouvait pas se transformer en quelque chose d’écrit. un jo,nous avons concrétisé cette envie que j’avais.  jean-marie leau,l’idée m’a plu immédiatement. ecrire n’est pas naturel pour moi,même quand j’écris mes chroniques. je suis plus dans l’oralité e,c’est-à-dire le lien entre la musique,le son et le reste de la vie.  premier constat,la musique fait partie de nos vies depuis le premier jour,et même avant notre naissance.  jean-marie : la musique,avant d’être une industrie,c’est une expression,voire un outil relationnel. il est important d’en parler dans un,c’est pour cela que nous avons appelé cette collection « les mus,jean-marie,vous êtes né sous x et vous êtes persuadés qu’il y avait de la m,de devenir,de faire,de vivre,c’est grâce à mon vécu et même celui dont je ne me souviens pas.,poétique… nous sommes des êtres musicaux. cette sensibilité est,on arrive à valider ces concepts-là par l’imagerie cérébrale. so,c’est que,par exemple

Le 28 janvier 2016, après l'interview.

31 mai 2015

Sophie Adriansen : interview pour Max et les poissons

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandor

(Photo : Marc Lehmann)

Sophie Adriansen écrit beaucoup. Toutes sortes de livres. Son éclectisme force le respect. Je la mandorise parfois (là pour un joli roman, là pour une biographie, là pour un essai avec la participation de Mathieu Simonet, là pour une soirée littéraire, là enfin pour un portrait) tant je lui trouve du talent… Quand elle se met à écrire des romans (celui-ci est le second), elle sait toucher au cœur et à l’âme.

Comme l’explique le blog « La cause littéraire » au sujet de Max et les poissons, « chaque année, Sophie Adriansen célèbre son anniversaire à la même date que celle de la rafle du « Vél’d’Hiv ». Après avoir fait la connaissance d’une femme-courage qui lui a raconté son histoire, elle a ainsi donné naissance à ce magnifique ouvrage. La pureté et l’innocence de ce petit garçon, Max Geiger, prend aux tripes et arrache les larmes du lecteur. »

Pas mieux.

Tout est dit dans ces 80 pages : l’abomination de l’extermination, la rafle, les camps, les justes... mais avec une délicatesse et une poésie rare.

Max et les poissons est un très beau témoignage à la mémoire de toutes celles et ceux qui ont été emportés en ce fameux mois de juillet 1942.

Signalons enfin les magnifiques et efficaces illustrations de Tom Haugomat, qui a aussi réalisé la couverture.

Sophie Adriansen, le 22 avril dernier, est venue à l’agence pour m’expliquer les raisons qui l’ont poussé à écrire ce roman. Et plus encore…

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandorL’histoire :

Un regard d'enfant sur la rafle du Vel d'Hiv’.

Max a un poisson rouge ! C’est sa récompense : à l’école, il a reçu un prix d’excellence. Max a aussi une étoile jaune sur la poitrine. Il la trouve jolie, mais ses camarades se moquent de lui et disent qu’elle sent mauvais. Il ne comprend pas pourquoi. Comme il ne comprend pas cette histoire de « rafle » dont parlent ses parents. Ils disent qu’elle aura lieu demain, mais c’est impossible : demain, c’est son anniversaire ! Il sait déjà que sa sœur lui a fait un cadre en pâte à sel et il espère que ses parents lui offriront un second poisson…

Quelques extraits du livre :

La guerre, ça fait marcher les Allemands dans les rues et serrer fort les mains des petits sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandorgarçons.

Est-ce qu'enlever un enfant sans l'autorisation de ses parents, c'est vraiment une bonne façon de le protéger ? Je n'avais pas l'air d'être vraiment en danger au milieu des immeubles en forme de U. Je n'étais pas en danger puisque j'étais avec papa, maman et Hélène.

On s'entasse. Je n'ai plus revu Daniel. Je ne sais pas ce qui se passe, mais j'ai peur. Parce que papa, maman et Hélène ont peur eux aussi. Je le sens. Et quand les grands ont peur, c'est comme une couverture toute râpée par laquelle passe le jour : ça ne protège plus de rien.

Tu es le meilleur élève de la classe. L'étoile n'y change rien. Regarde, tu n'es pas le seul à en porter une. La classe est une constellation, chacun brille à sa façon.

Est-ce qu'il y a des poissons juifs et d'autres pas juifs? Nous, on est juifs. C'est pour ça qu'on a des étoiles cousues à nos habits. Papa et maman me répètent qu'être juif, ce n'est pas avoir fait quelque chose de mal. Mais je n'arrive pas à les croire.
J'ai l'impression que ce n'est pas bien, d'être juif maintenant.

La guerre, ça commence l’été et ça empêche de faire des châteaux de sable. La guerre, ça empêche d’aller se baigner dans l’eau salée. La guerre, ça remplace les vacances à la plage par les jeux dans l’impasse avec Daniel et Bernard.

Quand on ne veut aucun mal à un enfant, on n’a pas besoin de le dire, normalement.

L’auteure :

Sophie Adriansen est l'auteur de plusieurs romans en littérature générale et jeunesse et de deux biographies. Elle a également cosigné des témoignages et été formée à l'écriture de scénario à la Fémis. Lectrice compulsive, elle contribue à plusieurs sites littéraires et tient depuis 2009 le Blog de lecture Sophielit.

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandorInterview :

Pourquoi as-tu choisi ce sujet ?

Je ne l’ai pas choisi, c’est lui qui s’est imposé. Il y a quelques années, j’ai travaillé avec une femme qui a échappé à la rafle du Vel d’Hiv. Elle voulait écrire ses mémoires pour ses petits-enfants. Il se trouve que j’ai l’âge de ses petits-enfants et qu’elle à l’âge de mes grands-parents, une certaine complicité s’est donc nouée. Nous nous sommes racontées plein de choses. Elle m’a fait part de son témoignage et j’ai été en contact avec tout un tas de documents qu’elle a conservé. Une fois le travail avec cette femme terminé, je pense que tout cela a infusé en moi. On ne peut pas évacuer aussi facilement un sujet comme celui-ci. Je me suis retrouvée face à un morceau d’Histoire. Ses parents ont été « raflés » le 16 juillet 1942.

La voix de ce petit Max s’est imposée à toi longtemps après ?

Oui. L’histoire de Max est différente de celle de cette femme. Elle est restée à Paris après l’arrestation de ses parents et ce, pendant toute l’occupation. Elle a bénéficié de la solidarité du voisinage. Dans la réalité, aucun enfant raflé n’est revenu. Du côté de l’enfant qui parvient à être sauvé, mon livre est vraiment de la fiction. On n’a pas de cas rapporté d’exfiltration comme moi, je l’ai imaginé.

Les Justes ont existé et ont été nombreux. Tu leur rends hommage.

Oui, c’était un moyen de parler d’eux. Dans la littérature, on parle beaucoup de la rafle, des camps, mais beaucoup moins des Justes.

Tu vas dans les écoles pour parler de ce livre.

Oui. C’est amusant parce que, parfois les élèves me disent que c’est une fin triste, parfois que c’est une fin heureuse. Les enfants ont deux points de vue très différents. Je ne dirai pas pourquoi parce que ce serait dévoiler un peu trop l’issue de cette histoire.

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandor

Le Vel d'Hiv' le 16 juillet 1042.

C’est un livre délicat et intelligent qui ne tire pas les larmes, même s’il est très émouvant. Tu as trouvé le bon dosage d’émotion, je trouve.

Ce n’est pas compliqué de faire pleurer avec un sujet comme ça. Ce n’était surtout pas le but. J’ai préféré la crédibilité. La femme dont je parlais tout à l’heure m’a raconté qu’elle a appris les choses au fur et à mesure et qu’elle ne se rendait pas toujours compte de ce qu’il se passait réellement. Moi, à partir du moment où j’ai entendu la voix de Max, j’ai considéré les choses avec son regard à lui. Il n’y avait pas de raison qu’il s’inquiète dans la mesure où ses parents tentaient de le rassurer. Il ne voit que l’avenir très proche. Comme c’est son anniversaire, il ne voit que le moment où il aura son cadeau, le lendemain, il ne se souciera que de l’endroit où il va. Rien ne lui paraît dramatique. Il ne peut pas imaginer qu’il y a des horreurs derrière. C’est un garçon qui a toujours été protégé et pour qui le monde s’arrête au bout de l’impasse. J’ai essayé de me mettre dans la peau de cet enfant de huit ans.

Comment a réagi la femme qui t’a inspiré cette histoire quand elle a lu le livre?

Elle était très contente. Ce n’était pas son histoire, donc je n’ai rien dévoilé de personnel la concernant. C’est un hommage aux « enfants de juillet », les enfants qui ont vécu cette rafle. Elle est donc ravie, car ce livre participe du devoir de mémoire. On m’a confié une histoire avec un petit h qui appartient à l’Histoire avec grand H… ma responsabilité d’écrivain était d’en faire de la fiction pour qu’on n’oublie pas.

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandor

La rafle.

Tu es allée à Auschwitz et à Birkenau au mois de janvier dernier...

A Birkenau, il y a écrit dans toutes les langues du monde que c’est précisément en se souvenant de ce qu’il s’est passé qu’on peut espérer que ça ne se reproduise pas. Je crois profondément à ça.

Ce livre est destiné à des enfants à partir 9 ans.

Quand Nathan m’a appelé pour me dire qu’ils voulaient publier Max et les poissons, ils m’ont demandé pour quel âge je l’avais écrit. Je n’ai pas su répondre. Je ne m’étais pas posée la question. Ils l’ont fait lire à des instituteurs de différents niveaux et ce sont eux qui ont déterminé que c’était à partir de 9 ans. A 9 ans, dans le programme scolaire, on a déjà commencé à aborder la seconde guerre mondiale. Dans les faits, je suis déjà allée dans une classe de CE1, les enfants avaient donc 7 ans, ils connaissaient des choses de la seconde guerre mondiale, mais rien de la Shoah. On a quand même pu en parler. Je trouve qu’entre 7 et 10 ans, c’est bien qu’il y ait un adulte pas très loin derrière pour expliquer certaines parties du livre. Le fait que ce livre soit court, écrit gros et structuré en chapitres courts, permet que cet ouvrage soit étudié en classe. A la demande de l’éditeur, j’ai rajouté à la fin des éléments chronologiques réels. Il ne s’agissait pas de raconter de nouveau la guerre, mais d’apporter quelques éclairages sur ce qu’il s’était vraiment passé en rapport direct avec l’histoire de Max. Si ce livre peut permettre aux enfants  d’entrer dans ce sujet et de le comprendre par ce biais où l’on parle de tolérance et de solidarité, moi je suis ravie.

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandor

Pendant l'interview...

Quelles sont le genre de questions que les enfants qui ont lu ton livre te posent?

Il y a d’abord des questions comme « c’est quoi un écrivain ? »ou « comment on fabrique un livre ? ». Mais il y a aussi des questions plus basées sur le livre en lui-même. « Pourquoi les juifs se sont laissés faire, alors qu’ils étaient plus nombreux ?», « pourquoi ils n’essaient pas de s’échapper ? », « pourquoi les enfants de l’école de Max se moquent de lui à partir du moment où il porte une étoile jaune ? », « pourquoi Max fête son anniversaire précisément le jour de la rafle ? »… Ce sont des questions qui parlent d’Histoire et qui parlent aussi des choix que je fais en tant qu’écrivain.

Tu es à nouveau en train d'écrire pour la jeunesse.

Oui, ce sera  un roman qui se passe sous l'Occupation à Paris, après la rafle, toujours par le biais du regard d’un enfant. Entre 1942 et 1945, je raconte une capitale vidée de beaucoup de juifs avec, malgré tout, des enfants et des adultes qui restent, résistent, cachent, survivent…  j’évoque aussi les problèmes d’identité et l’occupant toujours présent. Bref, je n'ai pas encore tout dit sur cette période.

sophie adriansen,max et les poissons,nathan,interview,rafle du vel d'hiv',mandor

Après l'interview, le 22 avril 2015.

Bonus:

Joss, libraire à Vannes (56), dit tout le bien qu'elle pense sur ce livre essentiel...

30 août 2013

Sophie Adriansen : interview pour Quand nous serons frère et soeur

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

Sophie Adriansen m’a fait parvenir son premier roman, Quand nous serons frère et soeur, avec ce petit mot : Le point de départ de ce roman est le Salon de Coulommiers 2011, où j’étais entre Laurent Richioud (cf. page 217) et toi… (voir la mandorisation sur ce salon avec les photos qui confirment les dires de Sophie (et aussi de superbes clichés de la marraine de ce salon, la comédienne Mélanie Laurent. Je dis ça, c'est juste pour inciter les lecteurs à cliquer sur le lien. Mélanie Laurent, c'est mon produit d'appel pour cette chronique. Hé ho! Je sais comment ça marche. Une star et la foule en délire se presse... Je ne suis pas né de la dernière pluie. Je sais comment fonctionne le monde. Hum... ça va sinon, vous?).

Bref, je me reporte à la page217, donc, et lis :

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

J’ai donc involontairement assisté à la naissance de l’idée de ce roman. J’en suis fort flatté parce qu’en lisant Quand nous serons frère et sœur, j’ai été impressionné par la qualité de ce roman. Son tout premier, que je trouve merveilleusement bien écrit, optimiste, tendre et très émouvant. Un conte moderne sur l’importance de tisser des liens. Mais pas que.

Sophie Adriansen est passée me voir le 11 juillet dernier…

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandorNote de l’éditeur :

«II n'était tout simplement pas comme elle.
Il ne serait jamais son frère, c'était aussi simple que cela.
On ne pouvait se décréter frère et sœur par volonté commune ou désir profond, ni même décision unilatérale, et encore moins parce qu'on avait reçu un bout de papier l'affirmant.»

Louisa, la trentaine dynamique et urbaine, n'a jamais connu son père. Par une chaude journée d'avril, elle apprend la mort de celui-ci et découvre dans la foulée qu'il lui a laissé un conséquent héritage. Mais cet argent inespéré est soumis à une condition : elle doit cohabiter un mois avec un frère dont elle ignorait jusqu'à l'existence. Ne se doutant pas qu'elle prend un aller simple pour le début du reste de sa vie, Louisa fait sa valise et débarque à Lougeac, village du centre de la France où elle n'est pas la bienvenue et où les rumeurs vont bon train.
Quand nous serons frère et sœur est une ode à l'échange et à la simplicité qui met en scène l'étonnante rencontre d'une jeune femme enlisée dans son passé, que le mystère de ses origines a rendue méfiante, avec un homme concentré sur le présent, dans un récit servi par une écriture lumineuse.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandorL’auteure :

Sophie Adriansen (que je suis depuis le début, car je n'ai aucun doute sur l'immense carrière littéraire qui l'attend... ce n'est pas pour rien que je l'accueille ici régulièrement) est l'auteure de plusieurs ouvrages en littérature générale, Je vous emmène au bout de la ligne aux Éditions Max Milo (mandorisé là), Trois années avec la SLA aux Éditions de l'Officine (mandorisé aussi là), Un meeting aux Editions StoryLab et en littérature jeunesse Ca fait longtemps que j'ai passé l'âge d'aller en colo aux Editions Volpilière. Elle a aussi écrit une biographie sur Louis de Funès, Regardez-moi vous là, vous ! aux éditions Premium (mandorisé également ici). Ses nouvelles ont été publiées en recueil et dans différentes revues.
Chroniqueuse et jurée littéraire, elle est membre de la Société des Gens de Lettres.
Quand nous serons frère et sœur est son premier roman.

Interview :

Ton livre est un roman sur la filiation, autant que sur la différence culturelle et environnementale.

C’est la confrontation de deux univers. Que se passe-t-il quand deux personnes aux univers très différents sont amenées à cohabiter pour une durée déterminée ? Je voulais que la découverte soit des deux côtés. Luisa est une working girl, son frère Matthias est un peu rustre, sauvage. Il la juge quand, par exemple, elle cherche du réseau, quand elle s’habille pour descendre au village alors que tout le monde s’en fout. Elle aussi le juge. Elle se sent même humiliée par le fait que Matthias ne fasse pas d’effort vestimentaire pour elle, humiliée aussi parce qu’il lui met un pot de chambre dans sa mansarde…

Ils réagissent positivement, en même temps. Il y a une même progression dans les efforts.

Elle va comprendre qu’il y a des choses que l’on peut vivre, qui sont plus importantes que ce qui arrive par l’argent ou par le progrès. Elle va perdre un peu son caractère matérialiste et lui, à l’inverse, va apprendre qu’il y a tout un tas de choses qui peut devenir des marques d’attention pouvant prendre de l’importance quand on est face à l’autre avec un grand A. La relation humaine, c’est un muscle finalement. Ce sont deux handicapés de la famille. Louisa et Matthias vont faire des efforts, alors qu’aucun d’eux n’était habitué à ça.

Qu’est-ce qui fait que Matthias finit par s’intéresser à cette sœur qui ne lui ressemblesophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor pas ?

Il se rend compte qu’il s’est empêché de vivre. Il lui a même fait une dédicace dans un livre qu’il a écrit : « les ombres sont parfois pires que les tombes ». Il est vraiment entouré de fantômes. Son père qui est mort, sa mère qui est comme morte… soudain, il se rend compte qu’il a encore quelqu’un pour qui il peut exister. Il se rend compte aussi qu’il est la seule personne du cercle familial, au sens large, qui existe encore pour Louisa. Ça va le sensibiliser, le toucher. C’était la volonté du père, il prend conscience de la préciosité de ce lien-là.

Il y a un côté miroir chez le frère et la sœur.

Quand tu es seul, tu n’es pas capable de déceler tes faiblesses ou tes défauts, mais elles deviennent flagrantes quand tu les vois chez l’autre. C’est l’un qui révèle l’autre et qui permet à l’autre de s’ouvrir, même sur le plan amoureux. Ce n’était pas du tout prévu. Ils ne sont pas là pour ça. Ils sont là pour se connaître eux, simplement…

Leur père était-il quelqu’un de bien, finalement ?

Je ne peux pas te donner une réponse aussi tranchée. En tout cas, avec les années, il a pris la mesure de sa lâcheté, il a donc voulu réparer les dommages causés. Il n’a pas été capable d’aller jusqu’au bout, c'est-à-dire de les rencontrer de son vivant. Il a eu très peur de leur jugement. Il a raison parce que les enfants avaient chacun un bon paquet de griefs à son encontre.

Tu évoques aussi le racisme ordinaire dans ton livre…

J’ai beaucoup d’affinités, au moins intellectuelles, avec l’Afrique, mais surtout, je trouvais que dans la confrontation de deux univers, c’était intéressant que ce soit elle qui ne puisse s’imaginer que son frère soit autrement que noir. En fait il est blanc. Elle est noire, lui est blanc.

Mais dans le village, ce racisme est discret…

Du coup, on ne sait pas si c’est vraiment un racisme latent ou juste la méfiance que l’on peut avoir dans un petit village quand un étranger débarque… quelle que soit sa couleur de peau. L’étranger éveille toujours la curiosité, la méfiance et les regards insidieux. C’est peut-être la parano de Louisa qui fait que les regards de méfiance des gens deviennent des regards racistes. Je ne veux pas que l’on sache vraiment.

Louisa dit qu’elle est noire de peau et blanche dans la tête.

Elle n’a jamais mis les pieds en Afrique. Sa mère a volontairement coupé tous les liens culturels avec l’Afrique. Elle  méprise même les femmes noires qui portent des boubous dans le métro. Sa mère se veut complètement française. Elle a élevé sa fille avec ces valeurs-là, ce qui fait que Louisa est coupée des deux côtés. Elle sent que sa couleur de peau l’empêche d’être complètement intégrée au pays qui est le seul qu’elle connaisse.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

Qu’est-ce qui t’intéressait le plus en écrivant ce livre ?

C’était de savoir si les liens familiaux pouvaient s’apprendre. Je voulais réfléchir sur le rapport du temps passé ensemble par rapport à cet état de fait qu’est la fraternité. C’était ça mon thème central, les autres sont venus se greffer autour. Le thème de l’argent par exemple.

Toi, Sophie Adriansen, sais-tu où est ta place ?

Mon changement radical, je l’ai fait il y a quelques années. J’ai quitté le monde de la banque où j’avais un bel avenir pour une situation précaire dans la littérature. Aujourd’hui, je me sens à ma place. C’est pour ça que j’ai déjà écrit plusieurs histoires de gens qui sont persuadés d’être à leur bonne place et qui un jour ont eu une révélation.

Tu prépares une adaptation cinématographique de ce roman grâce à la FEMIS.

Je prépare cela pendant toute l’année 2013. Au départ, quand j’ai présenté le projet pour lequel j’ai été retenue, je parlais d’une adaptation télévisuelle parce que j’avais l’idée de faire un joli téléfilm à partir de ça. Plus ça va, plus je travaille, plus je me dis que ça pourrait devenir un film de cinéma. Sachant qu’écrire un film à partir d’un livre, c’est garder les murs de la maison, mais tout péter autour, tout péter à l’intérieur et faire des extensions… en fait, tout changer.

Où en es-tu de ce projet exactement ?

J’écris le scénario dans les meilleures conditions possible parce que la FEMIS, c’est la meilleure école pour ça. Je suis avec des pros qui m’aident à tirer le meilleur de mon point de départ, ce livre, pour lequel ils m’ont retenue. Ils ont vu le potentiel d’adaptation du livre et mon envie d’aller jusqu’au bout.

sophie adriansen,quand nous serons frère et soeur,interview,mandor

27 janvier 2013

Søphie Adriånseñ : interview pour Louis de Funès-regardez-moi là, vous!

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

Trente ans, jour pour jour, après sa mort, Louis de Funès manque au cinéma français. Selon un sondage Ifop pour le JDD paru aujourd’hui, quelque 74% des Français établissent ce diagnostic, faisant de l'acteur comique une valeur incontournable dans le divertissement.

Pour célébrer cette journée anniversaire, j’ai décidé de recevoir Sophie Adriansen qui sort une brillante biographie sur le comédien, Louis de Funès-Regardez-moi là, vous !

Sophie Adriansen est déjà passée par la case Mandor a deux reprises (ici et ). La jeune auteure sort des livres à un rythme assez soutenu, je dois dire. Et c’est temps mieux parce que sa plume est agréable et les sujets de ses livres particulièrement variés.

Ainsi, le 22 janvier dernier, elle est venue à l’agence pour évoquer son ouvrage, Louis de Funès et ses projets littéraires futurs.

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor4e de couverture :

Il y a trente ans, Louis de Funès nous quittait. Trente ans déjà, trente ans seulement. Le roi du rire conserve une place à part dans nos cœurs : malgré le temps qui passe, il reste un de nos acteurs de légende préférés. Bourvil, Jean Carmet, Michel Galabru (mandorisé là), Jean Lefebvre, Daniel Gélin, Jean Gabin, Yves Montand, Jean Marais (curieusement mandorisé ici), Coluche, Pierre Mondy, Michel Serrault, Jean-Claude Brialy, Bernard Blier, Mireille Darc, Mylène Demongeot (mandorisée là), Claude Gensac ont été ses inoubliables partenaires à l’écran – et pour certains d’entre eux, de vrais camarades. Gérard Oury, Georges Lautner, Claude Zidi, Robert Dhéry, Sacha Guitry, Pierre Tchernia, Michel Audiard, Claude Autant-Lara, Édouard Molinaro, Claude Sautet lui ont façonné des rôles mythiques. Léonor de Funès, sa mère, Jeanne de Maupassant, son épouse, Patrick et Olivier, ses fils, ont été les piliers d’une vie privée qu’il a veillé à protéger au maximum. Dans cette biographie, Sophie Adriansen revisite le parcours de Louis de Funès à travers trente rencontres particulièrement marquantes et propose des lectures étonnantes et inédites de plus de trente films qui nous en disent chacun un peu plus sur l’homme qu’il était. C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais vu. C’est Louis de Funès comme vous ne l’avez jamais lu.

L’auteur : Sophie Adriansen est l’auteur entre autres de Je vous emmène au bout de la ligne, Trois années avec la SLA, J’ai passé l’âge de la colo !, Quand nous serons frère et sœur. Lectrice compulsive, elle contribue à plusieurs sites littéraires, participe à des jurys et tient depuis 2009 le blog de lecture Sophielit, finaliste du Prix des Bloggeuses de ELLE 2011.

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

Interview :

Comment en es-tu venue à écrire une biographie sur Louis de Funès ? Je ne t’attendais pas sur ce terrain-là.

C’est la maison d’édition qui m’a proposé de rendre hommage à de Funès. Elle m’a demandé comment j’étais par rapport au sujet Louis de Funès.

Et tu aimais bien ?

Je ne connaissais pas particulièrement, à part les films que tout le monde a vus. Pour moi, c’est un morceau d’enfance. J’étais ravie de me plonger dans ce sujet dont j’avais tout à apprendre. L’homme qu’il était dans la vie était un parfait inconnu.

Quand on écrit une biographie, étant donné le travail considérable que cela demande, on espère qu’on l’aimera humainement, je présume…

S’il m’avait agacé dès le départ, je n’aurais pas accepté ce projet parce qu’effectivement, c’est compliqué de vivre pendant des mois avec quelqu’un que tu n’aimes pas.

Des biographies sur de Funès, il en a pléthore. Je te connais, je sais que tu n’as pas pu entamer ce genre de livre sans trouver un angle particulier.

En effet, je ne voulais pas faire une bio classique de plus. De Funès est mort il y a 30 ans. Tout ce qu’il y a eu à dire sur lui a été dit. L’objectif a été de trouver une manière différente et nouvelle de présenter ce comédien. J’ai donc décidé de m’intéresser à ses rencontres marquantes.

Tu as donc enquêté sur tout plein d’autres personnalités, du coup. 30 en tout.

Pour les membres de sa famille, ils s’étaient déjà exprimés, ce n’était pas le plus compliqué. Si j’avais eu le temps et la possibilité, j’aurais d’ailleurs pu écrire un livre 10 fois plus long que celui-ci. En allant rechercher dans  les rapports de Louis de Funès avec les autres, j’ai eu envie d’en dire plus sur eux parce que toutes les vies qu’il a croisées sont des destins en soi. Quand on lit la vie de tout le cinéma français d’après-guerre, on ne peut qu’être fascinée.

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

Sophie Adriansen interviewée pour le 19.45 de M6 d'hier...

En fait, je constate que ce travail de biographe, tu sembles l’avoir adoré.

Oui, j’ai vraiment adoré. J’espère que ça se sent. Je me suis prise de passion pour ce travail, pour de Funès et pour tous ceux qu’il a fréquentés.

Tu as mis tellement de cœur à l’ouvrage que tu as même parfois corrigé certains témoignages, comme celui de Georges Lautner. Tu vérifies les sources des sources ?

Dans le cas précis dont tu me parles, j’avais tiré une information des mémoires de Lautner lui-même. Il détaille quelque chose du film à sketches « Les bons vivants ». J’ai vu le sketch dont il parlait et je me suis rendu compte que ce qu’il disait n’était pas tout à fait la réalité. C’était juste un décalage de souvenir, rien de bien grave. Mais, de manière générale, je vérifie tout. La mémoire n’est pas infaillible. Je tenais absolument à être au plus près de la vérité. Je considère qu’on ne peut pas s’amuser avec elle. Quand je pouvais vérifier, je vérifiais, quand je ne le pouvais pas, je ne l’écrivais pas. Il faut être irréprochable quand on écrit une biographie.

En quoi Louis de Funès t’est-il sympathique?

Parce que j’aime les gens qui travaillent beaucoup. En fait, quand j’ai commencé à dire que je travaillais sur de Funès, tout le monde m’a dit qu’il était insupportable sur les plateaux et j’ai donc cherché à comprendre pourquoi il avait cette réputation-là. Comme Claude François, il était mal-aimé parce qu’il était hyper exigeant. De Funès avait le doute comme moteur, du coup, il était convaincu que tout pouvait s’arrêter s’il faisait un mauvais film. Il avait une telle pression qu’il ne supportait pas qu’on ne travaille pas autant que lui autour de lui. Il y a des gens avec lesquels ça fonctionnait, les Michel Galabru, les Claude Gensac, les Coluche, certains réalisateurs… et il y a les autres qui travaillaient moins et avec lesquels ça ne fonctionnait pas. Ils considéraient son comportement uniquement comme une volonté d’exister plus que les autres. Ils en prenaient donc ombrage. Jean Lefèvre, Jean Gabin ou Jean Marais au fil des Fantomas, par exemple.

Interview de Louis de Funès.

Est-ce que Louis de Funès t’est sorti par les trous de nez au bout d’un moment ?

Non, je n’en ai jamais eu ras le bol parce qu’il est très attachant. Ça y est, je l’aime pour toujours Louis de Funès. Par contre, pendant toute l’écriture de ce livre, j’ai vu la vie par son prisme. Socialement, ça peut-être compliqué aussi. Dès que quelqu’un me disait quelque chose et que ça m’évoquait de Funès je sortais des références ayant un rapport avec lui. J’étais tellement imprégné que j’ai eu du mal à en sortir.

Ah oui ? Ça vampirise la vie personnelle, donc.

Quand tu fais de l’écriture à temps plein, finalement, c’est toujours comme ça. J’ai travaillé sur différents sujets, et des sujets beaucoup moins drôles, par exemple avec une rescapée de la rafle du Val d’hiv, il y a un an et demi. C’était autrement plus compliqué parce que je n’arrivais à rien regarder du tout sur la guerre. Je ne voulais pas regarder de fiction sur un sujet que je traitais en vrai, sans filtre. À côté de ça, avoir ta vie et tes humeurs dictées par de Funès, c’est plutôt un bonheur.

Écrire une biographie, ça nécessite quoi ? Lire les autres biographies sur de Funès et sur ceux qui l’ont côtoyé?

J’aurais vraiment dû tenir une comptabilité parce que ça m’intéresse. Pour les biographies des autres comédiens, je n’ai lu que les passages concernant Louis de Funès, mais sinon, oui, j’ai lu une quantité énorme de livres sur lui, comme indiqué à la fin de mon ouvrage.

Ce qui est sympa, c’est qu’on n’est pas obligé de lire ton livre dans l’ordre. On peut le picorer de page en page.

Même les encadrés sur les films peuvent se lire à part. Cela étant, je ne l’avais pas pensé comme ça, mais au final, je constate que les gens apprécient.

Je reviens sur ce détail, mais as-tu regardé tous les films de Louis de Funès ?

Si jamais, il y en a certains que je n’ai pas regardés en entier, dans le tout début de sa filmographie, j’ai au moins vu les séquences dans lequel il apparait. Dans ces films, il apparait potentiellement une minute où il fait 3 silhouettes dans un film d’une heure et demie.

Un concentré de Louis de Funès.

Ma question emmerdante. Tu n’y échapperas pas et surtout, tous les journalistes te la poseront : quel est ton film préféré de lui ?

Je ne peux pas répondre à une telle question. C’est super compliqué d’en choisir un. Je peux t’en donner 10.

Allez, deux, trois.

Pour plein de gens, ce sera La grande vadrouille qui est le film de lui qu’on a le plus vu. Moi, je trouve qu’il n’a pas la fraîcheur de plein d’autres.

Tu vois, je trouve intéressant que tu ne puisses pas répondre à cette question.

Je le connais trop et c’est trop vaste pour ne t’en donner qu’un seul.  Je peux te dire, Nous irons à Deauville.  C’est un film de 1962 que j’adore. Il y a avec lui Serrault, Galabru, Brialy… Est-ce que pour autant, c’est mon numéro un ? J’aime aussi beaucoup Comme un cheveu sur la soupe un film de 1957. Il y joue un pianiste, un compositeur maudit qui trouve le succès sur le tard. C’est très agréable de le voir au piano. Après, dans les films populaires, en couleur, moi j’aime bien L’homme-orchestre et Rabbi Jacob. Je ne me lasserai jamais de ces films.

Il fait partie de ta famille maintenant…

Oui, voilà, c’est un nouveau papi.

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

Tu as sorti beaucoup de livres en peu de temps. Tous différents. Mais à quand ton premier grand roman ?

J’ai un premier roman qui sort le 30 janvier, Quand nous serons frère et sœur. Je t’avoue que je fais des expérimentations dans tous les sens depuis que j’ai commencé à publier des livres. Je ne me connais pas encore parfaitement bien dans l’écriture. Comme plein d’adultes,  j’ai besoin d’autorisations en permanence, c’est aussi pour ça que je lis beaucoup. En lisant, les verrous sautent. Je me dis : «  Tiens, untel ou untel écris comme ça, donc on peut le faire ». Ce doit être un manque total de confiance. En même temps, j’assume tous les livres que j’ai écrits. Je pense qu’il n’y a rien dans le lot que je renierais, même dans longtemps.

Dans tout ce que tu as écrit, tu parles des autres. Jamais de toi, même si tu parles de la vie de ton homme ou de celle de ton oncle. Il va falloir que tu parles de toi plus frontalement un jour.

Ça c’est plus compliqué. Mais, dis donc, tu es mal placé pour me faire cette réflexion. Toi qui fais parler les autres. Je suis comme toi, pour l’instant, je me nourris des autres et puis le reste viendra sans doute… c’est toujours plus facile de parler des autres que de parler de soi-même.

Tu y viendras. Tu le confirmes.

Oui, je le confirme.

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

(Bon, je vous l'avoue, j'ai contribué involontairement à cet ouvrage. Je l'ai découvert en lisant le livre... C'est très curieux de devenir ""source de bas de page".)

sophie adriansen,interview,louis de funès,mandor

02 mai 2011

Rencontre avec Sophie Adriansen et Rodolphe Macia

sophie.jpg

Mardi soir dernier, j'ai animé une soirée dans le cadre des mardis littéraires du Café de la Marie, Place Saint Sulpice. Il s’agissait d’une rencontre débat autour du livre "Je vous emmène au bout de la ligne" en présence de ses auteurs Rodolphe Macia et Sophie Adriansen...

http://www.auboutdelaligne.fr/

métro-petit.jpgPrésentation de l’éditeur :

Le métro parisien, ce n’est pas le pont d’Avignon : on y dort plutôt qu’on y danse. Et pourtant, il suffirait d’ouvrir les yeux pour découvrir un monde différent et riche. Rodolphe, conducteur sur la ligne 2, nous y entraîne. Il a derrière lui vingt ans de vie sous terre. Avec drôlerie et gourmandise, il nous raconte ce territoire tel qu’il se livre à l’homme dans la cabine : les créatures qu’il y croise, les rituels qu’il observe, les aventures les plus inattendues qui ébranlent la routine. Entre Nation et Porte Dauphine, faune et flore sont examinées avec un regard tendre et affûté : fêtards, contrôleurs, suicidaires, érotomanes, musiciens ou mendiants…


À Paris, plus de 5 millions de personnes prennent le métro chaque jour. À l’heure de pointe, en fin de journée, 540 trains circulent simultanément sur tout le réseau. Tout le monde semble pressé de remonter à la surface. Et pourtant, les coulisses de ce monde underground ont de quoi fasciner et la mission du conducteur peut parfois s’avérer héroïque… Sophie Adriansen, qui a co-écrit ce livre avec Rodolphe Macia, ne s’y est pas trompé en tombant amoureuse de l’homme autant que son métier.

Soirée Café de la mairie 26.04.11 1.JPG

C’est justement Sophie Adriansen, (la "Sophielit" du blog littéraire fort populaire), qui m’a demandé de converser avec eux devant le public présent.

(Elle savait que j'avais lu le livre quelques semaines auparavant. Je lui avais communiqué mon enthousiasme...)

En l’occurrence, ce soir-là, le public était composé, pour la majeure partie, d’écrivains de nos connaissances respectives et d’habitués de ces « mardis littéraires » (conçus par Jean-Lou Guérin que je tiens à remercier pour l’accueil).

Soirée Café de la mairie 26.04.11 2.JPG

De gauche à droite, la comédienne Marie Talon (qui a lu avec talent quelques extraits du livre), bibi, Sophie Adriansen et Rodolphe Macia...

Soirée Café de la mairie 26.04.11 3.JPG

Outre un serveur peu soucieux d’utiliser la case « tact/diplomatie » que pourtant chacun porte en soi et plus porté sur les consommations que sur la littérature hongroise du XVIIIe siècle (absolument pas le sujet de la soirée, ceci étant), la soirée fut très chaleureuse. Des êtres humains bienveillants, parfois taquins, des regards de connivence, de jolis sourires, des présences solaires, parfois des questions surréalistes… bref, un très agréable moment.

Après la rencontre, nous avons bu un coup sur la terrasse de cet établissement, puis chacun est rentré (sagement?) chez soi.

Quant à moi, j'ai pris le métro avec les deux héros de la soirée...

Prendre le métro avec deux auteurs qui ont écrit un livre sur les coulisses du métro... vous me connaissez, j'ai estimé que cela méritait une immortalisation.

(Il ne m'en faut pas beaucoup... je suis au courant, merci!)

Soirée Café de la mairie 26.04.11 6.JPG

mardis littéraires,café de la mairie,je vous emmene au bout de la ligne,rodolphe macia,sophie adriansenDernière précision: Sophie Adriansen a une autre actualité littéraire. Elle participe a un ouvrage collectif, en compagnie de David Foenkinos, Mercedes Deambrosis, Christophe Ferré, Nicolas d'Estienne d'Orves (excusez du peu!).

Il s'appelle Six façons de le dire.

"Des moments de bonheur aux instants de révolte il n’y a souvent qu’un pas, une petite marche si difficile à escalader qu’elle finit par pourrir la vie. Six auteurs de talent vont, chacun à sa manière, vous en faire la preuve. Loin du Vaudeville, chacun saura se reconnaître, un peu…"

Ca donne envie!

Sacrément!