Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 juin 2015

Sigolène Vinson : interview pour Le caillou

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Une jeune femme qui rêve d’être un caillou. Il n’y avait que Sigolène Vinson pour oser entreprendre un tel livre. Elle a pourtant réussi une fable solaire sur le vieillissement, la création et la solitude. Une réussite littéraire très originale. Une écriture exceptionnelle et un sujet captivant. L’héroïne (dont on ignore le nom) retourne sur les traces du passé d'un vieux voisin décédé. Un retour aux sources en Corse apportera l'apaisement moral et physique dans la vie monotone de cette femme.

Pour tout dire, Sigolène Vinson est une personne que j’aime beaucoup. Je l’ai rencontré la première fois pour la mandorisation de son livre J’ai déserté le pays de mon enfance (elle est aussi présente dans cette mandorisation un peu spéciale). Et puis nous sommes devenus amis. On a souvent refait le monde.

Mais, le monde qu’on refait, visiblement, on ne le refait pas toujours très bien.

Son monde a elle s’est écroulé. Et nous, on a eu peur. Sacrément.

Sigolène Vinson fait partie des rescapés du massacre de Charlie Hebdo. Elle était au cœur de la tragédie. Et aujourd’hui, elle tente de s’en remettre.

Elle fait comme elle peut.

En tout cas, parler de son roman sans faire allusion au lien de l’auteure avec ce lâche et ignoble attentat aurait été d’une hypocrisie sans nom.

Parce que tout est lié.

Et parce que ce 7 janvier 2015 fait partie de l’histoire… et fait surtout partie de son histoire.

Le 18 mai dernier, quand Sigolène est venue à l’agence, c’est la première fois que je la revoyais sourire. Elle me semblait redevenir ce qu’elle était avant « les évènements ». Mais, je sais bien que ce n’était qu’une illusion. Que rien ne sera jamais comme avant pour elle. Je sais aussi qu’elle est forte et qu’elle se bat jour après jour. Je suis heureux que son « Caillou » soit si bien accueilli. Et que l’on puisse parler de nouveau littérature. Avec légèreté et passion.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorLa 4e de couverture :

Le Caillou, c’est l’histoire d’une femme qui voulait devenir un caillou.

« Avant de raccrocher, je lui confie que j’ai dans l’idée de partir quelques jours en Corse. Je l’entends renifler et pleurer. Pour elle, c’est le premier signe de vie que je donne depuis bien longtemps. Le dernier qu’elle a perçu, c’est le cri que j’ai poussé en venant au monde. Elle oublie qu’enfant, je riais tout le temps et embrassais le bonheur commun. Ce n’est que plus tard que j’ai eu des vues nouvelles, d’abord celle d’un désert sous ma fenêtre, et depuis peu, celle du large. »

L’auteure :

Sigolène Vinson est née en 1974. Elle est journaliste à Charlie Hebdo et à Causette. Elle est également l'auteur d'une autofiction (J’ai déserté le pays de l’enfance, Plon, 2011) et de plusieurs polars écrits à quatre mains avec Philippe Kleinman.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorInterview :

L’idée de vouloir écrire un livre sur une jeune femme qui veut devenir un caillou t’es venue comment ?

J’aime beaucoup les cailloux et j’ai vécu dans des pays où il y en a beaucoup. Dans J’ai déserté le pays de l’enfance, il y avait déjà un caillou dans le coffre des bagnoles pour éviter qu’une bouteille de gaz n’explose. J’ai vécu en Corse et je passais mon temps assise sur un caillou. Il y a deux ans, je me suis inscrite à l’école du Louvre en auditeur libre. J’ai fait de l’histoire de l’art. Même si ce que je préférais était la peinture, j’ai aussi fait de la sculpture. Un jour, la prof nous présente Le gisant de Catherine de Médicis. Je décris cette sculpture dans mon livre. Elle est à la fois assez terrifiante et troublante. Bref, on donne au caillou la forme humaine, je me suis donc demandée pourquoi on n’essayait pas l’inverse. Ce n’est pas une idée nouvelle. Dans Les visiteurs du soir de Marcel Carné, à la fin, des personnes deviennent des statuts. Dans le livre, L’âge de pierre, de Paul Guimard, un homme désire devenir granit. Je pense aussi à la fin des Travailleurs de la mer de Victor Hugo quand Gilliatt va s’asseoir dans un siège naturel creusé dans le roc du rivage, la « Chaise Gild-Holm-'Ur », et se laisse submerger par la mer tout en regardant s'éloigner le navire. L’idée n’est donc pas nouvelle, mais je voulais me l’approprier à ma façon.

Les personnages de ton roman sont inspirés de gens que tu as croisé ?

Oui. Mais j’ai forcé le trait de chacun. Normalement, personne ne devrait se reconnaitre (rire).

Ton roman est difficile à expliquer. Il est tellement plein de surprises et de rebondissements, qu’on est obligé de rester à la surface pour ne rien déflorer.

Oui, le roman est très structuré, mais j’écris simplement, je recherche l’économie de moyen.

L’héroïne te ressemble.

Pourtant, ce n’est pas moi. D’ailleurs, je ne la décris jamais. Récemment, ma mère, qui a lu ce livre et qui a été très touchée, m’appelle et me demande pourquoi je la fait mourir avant mon père. Je suis obligée de lui expliquer que ce n’est qu’un roman et qu’il ne s’agit pas d’elle. Parce que je marque « je », elle pense que c’est moi.

Je reconnais quand même un peu de toi dans la façon d’être, de penser et de voir le monde.

Oui, bien sûr, nous ne sommes pas aux antipodes l’une de l’autre. La narratrice est très proche de moi. Et je te concède que la vieillesse dont je nappe mon héroïne est celle que je m’imagine. En espérant devenir vieille… J’ai toujours pensé que je ne serai jamais vieille. En commençant à écrire ce livre, il y a deux ans, je me suis dit que je m’offrais une vieillesse que peut-être je n’aurai pas.

Pourquoi ton héroïne n’a-t-elle pas d’identité ?

Peut-être que c’est parce qu’elle n’existe pas. Peut-être que c’est vraiment un caillou sur la mer. Il y a dans ce livre plusieurs réalités… mais laquelle est la bonne ? S’il y en a une bonne…

Dans cette fable, il y a à la fois de la violence, de la douceur et une belle dose d’humour.

En vrai, je voulais faire rire, mais je savais bien que quelques passages étaient tristes. Je suis comme ça, drôle et triste à la fois.

Quelles sont tes références en matière de rire dans la littérature.

San Antonio et Romain Gary. Oui, Romain Gary me fait pas mal rire.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Dans le Lire de ce mois-ci.

Ton héroïne dit : « quand j’ai besoin d’un bouc émissaire, je me regarde dans la glace et je le trouve ». C’est de l’autoflagellation.

J’aime bien me faire du mal (rires). A une époque, je me complaisais là-dedans. Plus aujourd’hui (silence).

A cause de ce que tu as vécu le 7 janvier ?

Bien sûr. Depuis, je vois la vie autrement. Je suis triste perpétuellement, mais j’imagine que je suis contente d’être en vie. Pour l’instant, je marche un peu décalée. Ça s’appelle une dissociation mentale et c’est quelque chose contre laquelle je ne peux  rien faire. Je marche en dehors du monde. J’ai l’impression d’être à côté de vous tous, en fait.

Et être encore en vie t’a donné envie de vivre des choses incroyables ?

Je pensais que c’est ce qui allait se passer en moi, mais finalement, tu reprends un quotidien… Avant, j’étais déjà quelqu’un de très peu énervée, mais aujourd’hui, je le suis encore moins. Je peux être en colère contre les choses politiques, humanistes etc… mais pas contre les choses du quotidien. Plus rien ne m’énerve.

Y-a-t-il une hiérarchie dans la douleur ?

J’ai appris que non. Chacun, avec son histoire personnelle à une douleur, il n’y a aucune hiérarchie. A Charlie, il y a eu ceux qui ont vu les choses, ceux qui étaient en bas… la douleur est similaire. Tu sais, mes amis continuent à me raconter leur petits tracas et je les écoute avec intérêt. Jamais, je ne vais leur dire d’arrêter parce que moi, j’ai vu dix corps d’amis par terre. Bon, j’arrête un peu, je vais chialer là.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Sigolène Vinson entourée de ses amis Honoré, Cabu et Charb...

Pardon, je m’étais promis de ne pas aller vers ce terrain-là. En tout cas, ce livre, si tu l’avais entamé récemment, tu ne l’aurais pas écrit de la même façon, non ?

Je suis sûr que si. Le personnage voulait devenir un caillou pour ne plus avoir mal. Là, ce que je me garde de faire tellement j’ai mal, c’est de ne pas devenir un caillou… parce qu’on peut très vite devenir insensible à tout ce qui nous entoure.

Tu écris beaucoup en ce moment ?

Non, l’imaginaire est en berne. Les médecins m’ont dit que c’était normal après ce qu'il m’est arrivé. Mes idées sont bloquées, je n’arrive pas à divaguer trop. Je vais me contenter pour le moment de reprendre des choses que j’avais écrites avant et je vais les retravailler. J’écris encore des articles pour Charlie et désormais pour Causette. Tout ce qui est factuel, je peux le faire, mais c’est tout. Quand j’essaie de faire divaguer mon esprit, il me ramène toujours au même truc. Toujours.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Pendant l'interview.

Parlons de la Corse, un des « héros » de ton livre.

J’y ai vécu quatre ans. Mon ex-compagnon était corse. J’ai fait beaucoup de boulots saisonniers là-bas. Il y a deux ans encore, j’étais dans une caravane pendant six mois.

Tu te moques un peu des corses, mais avec une telle tendresse que personne ne pourra s’offusquer.

J’aime terriblement la Corse. J’y ai beaucoup d’amis. C’est vrai que la rive sud d’Ajaccio est assez particulière. Il y a une solidarité familiale et amicale qui est forte, et en même temps, il y a une espèce de pudeur. Les gens parlent beaucoup, mais n’expriment pas l’émotion, leur intimité et les sentiments. Là, c’est bloqué.

Leur rapport à la mort est très particulier.

Je l’ai rendu un peu philosophique dans le livre. Il y a deux ans, tous les jours dans Corse Matin, la une était sur un assassinat. Dans mon roman, j’en ai fait un truc récurrent, un peu drôle, un peu caricatural... J’ai tiré ça vers une philosophie de vie qui est de mourir. Par solidarité, ils s’entretuent, parce que c’est mieux de mourir. Moi, personnellement, je n’ai pas envie de mourir…

Ton héroïne est libre. On aimerait tous faire comme elle.

Moi aussi.

Mais tu es souvent partie seule quelque part dans un pays lointain.

C’est vrai. Mais, je ne l’ai sans doute pas assez fait. Aujourd’hui, je vis par procuration à travers ce que j’écris.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Après l'interview...

Ton livre est très bien accueilli.

Je suis surprise, mais mon éditeur semblait y croire. Habituellement, il édite de la littérature ardue. Je lui ai envoyé parce que nos amis communs, Erwan Lahrer et Bertrand Guillot, qui avaient lu le livre L’ancêtre de Juan José Saer, me l'avaient conseillé. J’ai trouvé cette maison très intéressante et j’ai envoyé mon texte assez rapidement. Je n’y croyais pas trop, car je pensais que mon écriture était trop simple pour que cela passe. Finalement, l’éditeur, Frédéric Martin, a été emballé par le texte. Il a trouvé Le caillou plein d’amour et très généreux. Il a fait le pari de m’éditer.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandorQuel sera ton prochain livre ?

Il va s’appeler Courir après les ombres et sortira, à priori, le 18 août chez Plon. Il sera très différent du Caillou, mais pas si différent… Il y aura de nombreuses solitudes qui s’entrecroiseront. Ce sera aussi une fable.

Depuis cet attentant du 7 janvier, tu es très connue. Les journalistes doivent s’intéresser à toi… mais pas uniquement pour ton actualité littéraire.

Je suis encore beaucoup contactée pour parler de l’attentat parce qu’il y a des docs qui se préparent sur le sujet à l’occasion du premier anniversaire. Mais j’ai remarqué que beaucoup de journalistes littéraires qui ont lu mon livre ne savaient pas qui j’étais.

Ça me paraît curieux qu’on ne sache pas qui tu es, parce que lorsqu’on tape ton nom sur Google…

En ce moment, je t’assure que j’aimerais bien m’appeler autrement que Sigolène Vinson.

sigolène vinson,le caillou,interview,chalrie hebdo,attentat,mandor

Après l'interview, le 18 mai 2015, j'ai raccompagné Sigolène à sa Harley Davidson (une passion absolue).

11 janvier 2014

Spécial Les aventures du concierge masqué, l'exquise nouvelle saison 3

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Vingt nouvelles, soixante-et-un auteurs (dont je fais partie), un mystérieux concierge masqué et une bonne action. Tel est le programme des Aventures du concierge masqué, la troisième saison de l’Exquise Nouvelle (au profit de l’ A.P.C.H, Association des Pancréatites Chroniques Héréditaires).

Je m’étais déjà intéressé à la première saison et à la deuxième (là, particulièrement, parce qu’une partie des fonds est revenue à l’association que je soutiens, Les P’tits Courageux.)

J’ai réuni dans un café parisien cinq auteurs (je ne me compte pas) ayant participé à cet ouvrage collectif et le vrai concierge (pas masqué) qui a inspiré ces aventures… Merci à eux d’avoir joué le jeu (dans un joyeux bordel quand même !)

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyNote des eXquisMen (concepteurs des trois ouvrages):

Pour finir la trilogie de l’Exquise Nouvelle, il nous fallait boucler une boucle entamée il y a deux ans. Mais attention, pas du bouclage à la sauvette ! Pas une saison 3 mesquine du bout du clavier. Non, du feu d’artifice, de l’apothéose carminaburanesque à la Robert Hossein !

Quelle plus belle symbolique, dès lors, que de concevoir une ultime saison reprenant ce qui avait fait le succès des deux premières ? Petit retour en arrière : été 2011, la toute première Exquise Nouvelle réactualisait le principe du cadavre exquis à la sauce Facebook. Bilan : une nouvelle complètement déjantée écrite à quatre-vingts mains et une gigantesque poilade. Un an plus tard, saison 2, à la mode oulipienne cette fois-ci, façon Exercices de style du père Queneau : une même scène de départ imposée à tous les auteurs, et vogue la galère, chacun y va de son interprétation et de son univers. Pour la saison 3, c’est encore une autre histoire…

Le concept :

Un thème imposé aux soixante-et-un participants, en trois mots : Le Concierge Masqué ! Rien de plus. Ensuite, les participants se retrouvent répartis en seize trinômes, chaque membre écrivant successivement la tête, le corps et les pieds de la nouvelle. Un peu le principe des "Mix and Match", vous voyez ? Ces livres aux parties interchangeables.

Petit détail amusant : aucun auteur ne sait avec qui il a travaillé, ni ce qu’il est advenu de sa contribution. Silence radio complet des organisateurs. Comme depuis le début de l’exquise aventure, la philosophie ayant toujours été de mêler plumes confirmées avec duvets débutants, certains risquent de syncoper en découvrant de quel collègue ils ont pris la suite. Ou vice-versa.

La liste de tous les auteurs ayant participé à ce recueil.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Les forces en présence pour cette mandorisation exceptionnelle:

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyOdile Bouhier :Formée à La Fémis-Ensmis (École nationale Supérieure des métiers de l’image et du son), Odile Bouhier est scénariste et romancière. Elle travaille pour le cinéma, qui fait notamment appel à ses expertises de scenarii. Ses trois romans, publiés aux Éditions Presses de la Cité, revisitent et modernisent le polar historique, ce qui lui a valu une entrée remarquée dans le monde de la littérature noire : pour son trentième anniversaire, la célèbre collection « Grands Détectives » des éditions 10-18 a choisi de mettre en lumière l’univers de cette auteure prometteuse et, surtout, de ses personnages (le commissaire Victor Kolvair et le professeur Hugo Salacan, premiers experts initiateurs de la police scientifique à Lyon en 1920). Gérard Collard a attribué à sa trilogie le « Prix Griffe Noire meilleure série historique 2013 ». Elle écrit actuellement la quatrième enquête de ses héros et un long-métrage.les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Sigolène Vinson : Avocate pendant sept ans au barreau de Paris, Sigolène Vinson décide de démissionner pour se consacrer à l’écriture. Elle a publié un premier roman chez Plon, J’ai déserté le pays de l’enfance. Elle est également co-auteur avec Philippe Kleinmann de deux romans policiers au Masque : Double Hélice et Bistouri Blues. Elle est aujourd’hui chroniqueuse à Charlie Hebdo. (Mandorisée là).

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyRichard Contin : Concierge de son état et grand passionné de romans noirs, polars et autres thrillers. Il tient le blog Le concierge masqué (avec la participation des eXquisMen), dans lequel il interviewe des auteurs de polars et de thrillers. Il est le créateur du prix littéraire, Les Balais d’Or.

Mallock : Depuis toujours, Mallock écrit, peint, compose etles aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly photographie… Il fait partie des premiers photographes exposés au Grand Palais. C’est le point de départ d’une fructueuse carrière d’artiste freelance, DA et designer, rédacteur-concepteur et créateur de multiples textes et visuels contemporains, tant dans le domaine de la publicité que dans celui de l’art. En 2000, il expose à nouveau au Grand Palais dans le cadre du Salon de la figuration critique. Il reçoit le Prix stratégie du design, édite un CD et sort Les Visages de Dieu aux éditions du Seuil. Depuis, Mallock expose régulièrement son travail de peintre et de photographe. De 2009 à 2011, sortent deux thrillers et deux grands livres d’art : Moon, 200 derrières féminin (Éditions Blanche) puis Boob. En 2012, Mallock passe sous contrat avec Fleuve Noir et Pocket pour la sortie du Cimetière des Hirondelles et la réédition de ses thrillers dans des versions « Director’s cut ». En 2013, son personnage « le commissaire Amédée Mallock » devient international : Italie, UK, USA…

(Mandorisé là).

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyFrédéric Rapilly : Breton vivant à Paris. Né en 1968. A écrit deux thrillers, Le Chant des Âmes et Le Chant du Diable, de préférence la nuit, au bout du monde, tout en fumant un cigare ou un cigarillo et en écoutant de l’électro ou de la pop. En prépare un troisième baptisé Dragon Noir dont il ne connaît pas encore l’histoire (mais c’est mieux pour le lecteur), et cogite sur un quatrième qui se passerait sur l’Ile de Pâques. Pratique le surf avec assiduité sinon avec talent. Ancien grand reporter, ancien DJ (a participé activement aux premières rave-parties), et même ancien juriste (spécialiste de Droit Communautaire). Actuellement rédacteur en chef adjoint d’un grand hebdomadaire télé avec un 7 dans son titre. Parle très mal le chinois, réapprend chaque année l’indonésien, et le thaïlandais avec la même méthode Assimil, et se fait régulièrement taper dessus en pratiquant un art martial baptisé le wing chun. A très bien connu Bono de U2 et les 2Be3.les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Frédéric Mars : À 40 ans et plusieurs poussières, Frédéric Mars a déjà publié plus d’une quarantaine de livres dans divers genres, dont six romans. Le dernier en date, Non Stop, est un thriller composé à la manière de la série 24 heures chrono. Certains ont été traduits dans plusieurs langues, notamment Le Livre du mal (Le Sang du Christ), un thriller historique dans la veine du Da Vinci Code. La plupart de ses ouvrages ont été repris au format poche aux éditions J’ai lu.

(Mandorisé là).

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyInterview :

Selon vous, dans cet exercice de style, qu’est ce qui est le plus difficile. De commencer, d’être au milieu ou de terminer l’histoire ?

Sigolène Vinson : Je trouve qu’être à la fin, c’est compliqué. Il ne faut trahir ni le style, ni l’idée de la personne qui a commencé.

Frédéric Mars : Moi, je pense exactement le contraire. J’étais à la fin aussi et ce qui m’a amusé, c’était de trahir, de prendre le contre-pied en tout cas. Tu as le choix d’être raccord ou de ne pas l’être.

Sigolène Vinson : J’ai tenté d’être raccord et j’ai eu peur de décevoir. Le texte est parti gore, j’ai continué très « sale ».

Frédéric Rapilly : Je n’avais jamais écrit de nouvelle, donc c’était nouveau pour moi. Au départ, j’ai voulu respecter, mais j’ai fini par tourner en rond pas mal de temps et à la fin, je me suis dit : « mais je l’emmerde, le premier qui a commencé ! ». Le deuxième pareil… et je me suis même dit que j’allais les baiser à la fin.

Frédéric Mars : Je suis d’accord. Il y a un peu une rébellion parce que tu sens que les précédents t’ont piégé le truc à mort. L’exercice est de savoir se dépatouiller avec le bordel des autres.

Frédéric Rapilly : Il y a aussi les histoires d’univers. Comme tout le monde, je ne savais pas qui avait écrit le début, mais je percevais bien quelqu’un qui connaissait bien le monde du polar. Moi, je ne suis pas dans le polar, mais plutôt dans le thriller. Il y avait un vocabulaire un peu Lino Ventura, Les tontons flingueurs et ce n’était pas du tout mon truc. Je me suis dit que j’allais flinguer tout ça.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

On essaie de s’adapter à l’histoire, mais est-ce qu’il faut s’adapter au style des précédents pour une meilleure cohérence ?

Odile Bouhier : Le style des deux d’avant m’a nourri. (Note de Mandor : j’étais le milieu et Odile à terminé la nouvelle). Il faut que cela soit un peu uniforme quand même.

Frédéric Rapilly : J’avais plus l’idée d’un problème de maths. Le nombre de cadavres à compter, comment trouver la solution, tout ça… J’avais l’impression d’être en Terminale et de faire un devoir. En fait, j’avais senti la jubilation du premier et sa jouissance d’avoir installé un univers.

Sigolène Vinson : Oui, voilà ! La jouissance des premiers à foutre dans la merde les suivants.

Mallock : (Ironique) Le but c’est d’emmerder les précédents. Pour être honnête, quand David Boidin m’a demandé de participer au projet, j’ai refusé plusieurs fois en invoquant un manque de temps. J’étais en train de terminer deux livres. Comme il a beaucoup insisté et que je l’aime bien, j’ai fini par accepter, mais je lui ai demandé de me mettre en premier, afin que je n’ai pas trop à réfléchir sur comment j’allais m’en sortir... j’ai préféré être celui qui emmerde les autres. J’ai conçu une histoire impossible à résoudre et carrément minée. Si j’avais été le deuxième ou le troisième, j’aurais eu l’intention de bien suivre le fil de l’histoire, sans trahir, moi monsieur Mars (rires).

Frédéric Mars : Espèce de tyran !

Odile Bouhier : Oui, le mot est lâché.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Moi, j’étais au milieu. Je ne me demandais bien ce que la troisième personne allait inventer parce que même moi, je ne savais pas du tout comment l’histoire allait pouvoir se terminer…

Frédéric Rapilly : J’en ai parlé autour de moi et à mes proches. Je leur ai montré ce qu’à écrit le « salaud » avant moi et raconté ce qui devrait se passer dans la logique. Mais c’est chiant d’être logique. Pendant un mois, je n’arrivais pas à écrire. Lors d’un week-end chez mes beaux parents, je me suis enfermé et j’ai décidé d’intégrer mon univers à moi. J’ai balancé des escort boys, la Thaïlande… ça n’a rien à voir, mais du coup, je me suis senti plus à l’aise et c’est devenu rigolo.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyVous tous, vous avez écrit des romans. Avez-vous eu une crainte de ne pas être à la hauteur ?

Frédéric Mars : Quand on termine, la sensation est là qu’on ne maîtrise rien.  D’où l’envie de reprendre un peu le pouvoir sur les parties des deux autres. Cela provoque des ruptures stylistiques dans le texte, mais c’est aussi cela qui est drôle.

Frédéric Rapilly : Sur le site, j’avais déjà lu quelques nouvelles sans savoir que j’allais faire partie du recueil. Je les lisais par petits bouts, parfois je ne comprenais rien, mais ça me faisait marrer.

Odile Bouhier : J’ai accepté de participer à ce projet avec l’envie de m’amuser et j’ai trouvé l’exercice intéressant.

Mallock : Dès que l’on m’a répondu que j’étais en premier, le lendemain matin, j’ai commencé à écrire, à midi, j’ai envoyé le résultat. Vraiment, ça m’a beaucoup amusé de savoir que d’autres allaient devoir se débrouiller avec mes délires.

Frédéric Mars : C’est marrant ce que tu dis, parce que je pense qu’on a tous écrit dans l’urgence. Je ne pense pas  qu’un de nous ici présents a écrit sa partie pendant des jours et des jours. Du coup, ça donne beaucoup d’énergie aux textes, je trouve. Il y a un côté super spontané qui donne beaucoup de fraîcheur à ce projet littéraire.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Est-ce qu’il y a un aspect compétitif quand on participe à ce genre de projet littéraire. Veut-on être meilleur que les autres ?

Frédéric Mars : Non. Il y a un côté « cour de récré ». On se dit qu’on va se lâcher et on écrit un peu comme ça vient. C’est agréable.

Odile Bouhier : C’est agréable, mais moi, j’ai quand même eu peur de flinguer les textes des deux précédents.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapillyFrédéric Rapilly : J’étais content de tenter l’expérience. Et puis surtout, il y a avait quelque chose de symbolique. Je me suis dit que j’étais accepté dans la famille du polar. 

Odile Bouhier : Moi aussi, ça m'a honorée. Mais vraiment.

Sigolène Vinson : Moi, pareil, je n’ai jamais écrit de polar seule, mais à deux mains…

Frédéric Rapilly : Ce qu’il y a de marrant, c’est de voir qu’il y avait des auteurs de polars, des auteurs pas spécialisés dans ce genre, des non-auteurs.

Frédéric Mars : Du coup, c’est bien parce qu’il n’y a pas le côté clan. C’est un livre qui s’ouvre à la diversité.

Frédéric Rapilly : Ça ne fait pas longtemps que j’écris, mais du coup, j’ai l’impression que le milieu du polar et du thriller est assez accueillant.

Frédéric Mars : Euh… les vieilles familles de polar ne sont pas si accueillantes que cela.

Saviez-vous, tous autour de cette table, que le concierge masqué est inspiré d’un vrai concierge ? Richard Courtin est avec nous. les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Richard Courtin : Je suis gardien d’immeuble, pas loin d’ici et je tiens le blog Le concierge masqué. David Boidin, des eXquisMen m’a demandé si je connaissais une association à qui pourrait revenir les droits du livre. Je lui ai dit l’APCH (l’association des Pancréatites Chroniques Héréditaires). Cette maladie, que j’ai, concerne le pancréas. C’est un gène qui est déficient et qui touche les enfants principalement. Nous ne devons qu’être deux trois adultes à l’avoir, dont mon père et moi. Pas de chance !

Frédéric Mars : Ça se résorbe ?

Richard Courtin : Non, le pancréas fatigue et à 18 ans, les gens touchés deviennent diabétiques parce que le pancréas ne fonctionne plus. Mais entre temps, tu fais des crises de pancréatite à répétition. Pour l’instant, il y a aucun remède. Il n’y a que la morphine pour atténuer la souffrance.

Frédéric Mars : Si je comprends bien, vous n’êtes pas assez nombreux pour intéresser la recherche.

Richard Courtin : c’est tout à fait ça. En ce moment, il y a un grand professeur, le professeur Lévy, qui fait des recherches sur des vitamines. On a découvert que certaines vitamines pouvaient empêcher certaines crises. On garde l’espoir…

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

Merci à Armelle Malavallon-Carlier qui a su bien motiver ses troupes. Nous les auteurs. En ce qui me concerne, on ne peut pas dire que je me sois distingué par ma rapidité pour rendre ma copie… j’ai été impressionné par son calme olympien. Merci aux trois autres eXquisMen, Maxime Gillio, David Boidin et Benjamin Berdeaux (voir photo ci-dessous, au salon du livre de Paris en mars 2012). Ils réalisent un travail qui force le respect.

les aventures du concierge masqué,richard contin,sigolène vinson,odile bouhier,mallock,frédéric rapilly

05 mai 2012

Sigolène Vinson : interview pour "J'ai déserté le pays de l'enfance"

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

Il m’arrive d’avoir du retard à l’allumage.

De passer à côté d’un livre.

Et puis, un jour, les hasards, les coïncidences, tout ce à quoi je ne crois pas, (mais appelez cela comme vous voulez), nous mettent sur le chemin d’un auteur, puis d’un livre.

J’ai donc lu le livre de Sigolène Vinson, J’ai déserté le pays de l’enfance (sorti le 18 août 2011).  Moi qui n’y suis pas parvenu (déserter le pays de l’enfance), je ne me suis pourtant pas senti éloigné du ressenti de l’auteure sur la vie et son sens.

Après lecture, le 25 avril dernier, je suis allé chez elle pour en parler. Au programme (que je ne raconte pas forcément dans cette chronique) : café, pains au chocolat, livres, musique, conversation mandorienne, une voisine bruyante... et le temps qui casse, mais que je ne vois pas passer.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor4e de couverture :

Je rêve d’autre chose…
La vie d’adulte, en nous mettant un métier et un salaire entre les mains, brade nos souvenirs, remise nos idéaux, raille nos folies de jeunesse. Un jour pourtant, l’enfance se rappelle à nous, cette époque où l’on était quelqu’un, où l’on était sûr de le devenir.
Avocate à Paris, S. V. supporte de plus en plus mal les compromis, les trajets en métro, les ciels gris et sa robe noire.
Loin, à la Corne de l’Afrique, il y a Djibouti, qu’elle a déserté à la fin de l’enfance. Le pays des braves, des pêcheurs, des bergers, de la mer et du vent. Une terre d’aventuriers où séjournèrent Arthur Rimbaud, Henry de Monfreid, où l’on raconte qu’accosta Corto Maltese. Un ailleurs où elle doit revenir pour ne pas mourir bête, pour ne pas mourir singe, le pays du premier homme, des origines et des possibles.

Biographie :

Sigolène Vinson est comédienne, avocate et écrivain. Elle a été formée au Cours Florent et au Cours Viriot. Elle a joué dans des clips vidéo ou des courts métrages comme Anagramme de Vincent Mottez. Au cinéma, elle joue entre autres dans Fauteuils d'orchestre de Danièle Thomson. Au théâtre, elle a joué dans La mandragore de Machiavel, Le précepteur de Brecht et Noces de Sang de Lorca.

Elle était avocate pendant sept ans, inscrite au barreau de Paris.

Sigolène Vinson a déjà écrit deux romans au Masque avec Philippe Kleinmann : Bistouri Blues, Prix du Roman d'Aventures (2007), et Double Hélice.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

Interview :

Le chemin fut épique pour parvenir à sortir cette auto fiction…

Ce qui est étrange, c’est que j’avais soumis d’autres textes aux maisons d’édition et notamment un auquel je croyais très fort, l’histoire d’une tentative d’implantation russe à la corne de l’Afrique et 1889, Le fort de Sagallo. Chez Grasset, Emmanuel Carcassonne l’avait beaucoup aimé. Il l’avait retravaillé avec moi, finalement, il n’est pas passé au comité de lecture. J’ai eu 2 voix "pour" moi et 3 "contre".

Ensuite, tu as envoyé ce même texte aux éditions Gallimard.

Philippe Demanet, secrétaire littéraire du service des manuscrits, m’appelle pour me dire qu’il le trouve beau. Après plusieurs coups de fil, il m’annonce lui aussi que ça ne passe pas parce qu’il est trop « poétique ». Cela étant, effectivement, moi-même, je ne suis pas sûre d’être capable de lire 400 pages de poésie.

Tu fais quoi, du coup, après ces deux « oui, mais non finalement » ?

Je laisse tomber ce texte en pensant que c’est ce que j’ai pourtant écrit de plus beau. Ensuite, je me mets à en écrire un autre complètement romanesque, Le pingouin. 70 pages format A4 sur une épave dans la vasière à Djibouti. Je l’envoie à Denis Bouchain à qui j’avais déjà fait parvenir un premier texte, 4 ans auparavant… celui qui deviendra,  J’ai déserté le pays de l’enfance. Il me dit qu’il y a quelque chose à faire avec Le pingouin, mais que, pour le moment, il n’est pas assez dense. Puisqu’il veut de la densité, je lui envoie Le fort de Sagallo. Il souhaite me rencontrer et me demande si je n’ai pas un autre texte à lui soumettre. J’ai retravaillé nuit et jour J’ai déserté le pays de l’enfance, qui ne s’appelait pas ainsi à l’époque, et il finit par me dire que mon premier roman sera celui-là.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

Revenons donc à ce livre qui met en scène une avocate qui est déçue par le chemin que prend sa vie professionnelle, à contre-courant de ses propres valeurs. Un jour, elle va plaider contre un homme qui n’a aucune arme pour se défendre et dont elle sait qu’elle va l’écraser. Au lieu de cela, elle s’évanouit, puis va passer 4 jours en Hôpital Psychiatrique. Tout s’est passé réellement comme tu le décris ?

Non, j’ai travesti un peu la réalité. Je ne suis pas restée 4 jours, mais 6 jours en HP. Mais le reste s’est déroulé pratiquement comme je le raconte.

Avec le recul, aller en HP, ça t’a aidé ?

Je pense que je ne serais plus là pour te répondre si je n’y étais pas allée. Ce que je ne raconte pas, c’est que, bien avant cela, je me suis retrouvée plusieurs fois aux urgences, mais jamais aucun médecin n’a pensé que cela nécessitait un séjour en psychiatrie. Visiblement, cette fois-ci, la personne que j’ai vue à posé le bon diagnostic. Au moment où j’arrive à l’hôpital Ambroise Paré, à côté de moi, il y a une jeune femme qui a fait une tentative de suicide concrète, pourtant, elle, on l’a renvoyé chez elle. En me voyant, le médecin avait compris qu’il y avait danger. Je lui tire mon chapeau.

Tu évoques dans ce livre ton enfance passée à Djibouti, ta déception d’être rentrée à Paris et la difficulté de t’extirper de ton enfance.  Même si tout cela est lié, ton métier tel que tu l’as pratiqué ne t’a aidé en rien à régler ce que tu avais dans la tête…

Ce métier d’avocat, qui est normalement un métier de passion et d’idéaux, je me suis vite rendu-compte que je ne l’exerçais pas de la façon dont je l’avais rêvé. Mais ce livre est complètement une construction intellectuelle. J’ai essayé de comprendre, sans faire d’analyse, pourquoi j’en étais arrivée là et j’en ai fait un objet littéraire.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandorTu reviens en France au milieu des années 80, dans une période particulière.

C’est effectivement une période assez forte de solidarité, de manifestations étudiantes, etc. Je trouvais que les gens étaient nourris d’idéaux, de générosité et de partage. Je m’étais dit que j’allais remplacer les paysages de Djibouti par ces combats-là.

Tu as été élevée dans le militantisme.

Disons, qu’il n’y avait pas une discussion à table qui n’était pas politique. Ca marque terriblement  Je me suis aperçue que ma vie d’adulte ne correspondait pas du tout à mes idéaux. Et même, au jour le jour, je trahissais tout ça.

Ton enfance particulière dans un pays étranger est le fruit de ce livre, la base de tout.

Djibouti n’est pas un pays anodin, c’est le pays d’Arthur Rimbaud où le poète a cessé d’être poète. Pourquoi a-t-il cessé d’être un poète ? Qu’est-ce qu’il a trouvé là-bas qu’il ne trouvait pas ailleurs dans la poésie ? Pour moi, Djibouti, c’est le triangle des Afars, là où on a trouvé le premier homme, donc j’ai associé mon enfance à la naissance des hommes et à leur fin aussi. J’essaie de faire ce parallèle entre l’Existence (la naissance des Hommes), leur fin et ma naissance et ma fin à moi. J’ai en fait un livre, mais je le ressens vraiment dans mon corps.

Dans ton livre, quand tu parles de ta vie à Paris, c’est frontal, dès que tu abordes Djibouti, ta langue devient poétique…

C’était pour faire la différenciation entre Djibouti et le gris de la vie parisienne. La partie en HP est assez contemporaine, une écriture assez proche de l’oralité, que je n’ai pas moi même. Tu sais, au fond, l’écriture frontale, je ne l’aime pas. Moi, en vrai, je suis beaucoup plus tendre que la narratrice. Je trouve même que dans certains passages, la narratrice est très méprisante et crue.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

La jeune femme partage sa vie entre la littérature et la musique...

Ce livre te sert-il à tourner la page ?

C’est la publication en elle-même qui a été importante. Ça faisait tellement longtemps que j’écrivais que j’avais besoin de trouver quelqu’un comme Denis Bouchain. Une personne qui me fasse confiance et qui m'encourage.

Aujourd’hui, rien n’est réglé pour toi ?

Je vois bien que je ne vis pas comme les autres femmes de mon âge. Parfois, mes amis me paraissent beaucoup plus heureux que moi et parfois, beaucoup plus malheureux. Je ne sais pas où est la bonne manière de vivre, ce qui est sûr, c’est que je suis un peu en dehors. Aujourd’hui, je n’ai plus de métier. Je suis réceptionniste dans un hôtel 24 heures par semaine les week-ends, je vis dans le studio que j’avais quand j’étais étudiante, je n’ai pas de compagnon, pas d’enfant, pas de voiture.

Tout ça est remplacé par l’écriture.

C’est le choix que j’ai fait et j’en suis très contente. Il est difficile à prendre et à comprendre, mais aujourd’hui, je l’assume.

Est-ce que l’on peut parler d’une forme de liberté ?

Je me sens libre, en tout cas. Quand je marche seule dans les rues de Paris ou dans les déserts  djiboutiens, je me sens libre comme personne. Bon, je n’ai pas d’écran plat, ni d’iPhone, mais je suis super libre.

Tu écris un nouveau roman en ce moment ?

Je suis sur un projet romanesque qui s’appelle Le collier de perles. Si à la base, c’est une stratégie géopolitique chinoise, je raconte l’histoire d’un Français qui travaille pour la chine et qui se déplace en cargo marchand. Il négocie pour la chine des contrats avec les pays qui jalonnent la voie maritime des matières premières dont la chine à besoin. C’est un objet littéraire très étrange. Un thriller économico-politique, mais avec de la poésie dedans.

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

Bonus :

sigolene vinson,j'ai deserté le pays de l'enfance,interview,mandor

Un film de Raphaël Pellegrino relate les débuts dans la littérature de Sigolène Vinson (et de Margaux Guyon).

Sigolène Vinson.
Margaux Guyon.
Deux premiers romans.
Deux autofictions.
Pour l'une, une enfance à Djibouti, mythifiée; pour l'autre, une adolescence à Cavaillon, honnie.
Un même éditeur, Plon.
Le 18 août, ils étaient 700, comme elles, à intégrer les rayons des libraires.
C'était la rentrée littéraire.
Ceci est le film de leur aventure.


Sigolène et Margaux - Une rentrée littéraire, un... par SIGOLENEETMARGAUX