Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 septembre 2017

Babel : écoute en exclusivité de nouveaux titres en studio et interview

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

(© Juliette Rozzonelli)

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandorBabel était d’abord un projet solo, celui de Sébastien Rousselet, puis en 2010, l’arrivée de trois musiciens a propulsé le concept dans une autre dimension. La violoncelliste Solène Cosma, de formation classique, elle vient aussi du rock et la musique orientale, le jeune pianiste Nino Vella est un prodige de la composition, et DJ Slade scrache, pratique le beatbox et le beatmaking. Le vrai Babel est là. Des textes, mordants, politiquement engagés et une énergie sacrément communicative, le tout d'une redoutable efficacité. Ensemble, ils ont publié deux EP, et un troisième récemment.

En juin 2016, Babel a signé chez Elektra, un label du géant Warner. Un album est en cours de fabrication pour une sortie prévue début 2018. Parce que je défends le projet depuis longtemps (voir là en 2013 et là en 2015) et qu’ils savent que je porte un fort intérêt à leur travail, Sébastien et Nino m’ont proposé de les rejoindre au studio Motif Music le 22 juillet 2017 pour écouter quelques nouveaux morceaux… mais bien sûr, j’ai dégainé mon micro à l'issue de l'écoute.

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

(à gauche, Nino Vella et à droite, Sébastien Rousselet en studio).

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandorInterview :

Que faites-vous actuellement dans ce studio d’enregistrement?

Sébastien : Nous peaufinons de nouveaux morceaux, sans savoir exactement si nous allons les sortir petit à petit avec des EPs ou si nous allons sortir un album. Nous et notre label nous interrogeons encore sur ces questions.

Nino : Il y a encore des morceaux qui sont à l’étape de maquettes et qui ont un potentiel qui n’a pas encore été exploité, du coup, nous essayons d’en retirer la substantifique moelle, la quintessence.

Jusqu’à présent, vous étiez dans l’autoproduction totale.

Nous sommes désormais accompagnés du label Elektra France (Warner) pour le disque et Décibels Productions pour le tour.

Comment se passe les relations avec le label ?

Nino : Très bien. Comme c’était notre première signature, au début ça a changé beaucoup de choses. On ne savait pas trop comment travailler avec les gens du label. Aujourd’hui, on commence à bien se réguler, car on a appris à se connaître. Nous sommes franchement plus détendus. Nous n’étions pas habitués à ce que des gens mettent le nez dans notre travail. Et maintenant, ça va mieux.

Sébastien : Pour les personnes du label, Babel n’est pas une typologie de projet qui est habituelle, mais ils ont eu envie de ça. Ils sentaient que l’on pouvait amener autre chose dans le paysage musical français. A partir du moment où il y a un partenariat, il y a aussi des débats qui s’instaurent, des petits coups de pression par rapport aux deadlines que l’on te met, mais rien de méchant. Dans une collaboration, ce n’est jamais tout rose ou tout noir, c’est toujours un mélange des deux.

Session live améliorée de "Bless (e) You". Vidéo captée par Joris Favraud - FilmMaker.

Selon vous, qu’est-ce qui a motivé le label à vous signer?

Nino : Ils aimaient bien l’engagement, la rage qu’il y a dans les textes et dans l’énergie. Ils nous ont signés autour du morceau « Bless (e) You ».

Sébastien : Ils ont vu aussi des vidéos de nous en live et ça leur a beaucoup plu. Ils cherchaient quelque chose d’authentique, de rock, de rugueux… avec une histoire.

Le fait que vous ayez déjà un public était aussi un point positif, j’imagine.

Nino : Le fait que le projet existe avec une identité forte était un plus, c’est sûr. Il n’y a pas à fabriquer une image et créer le fond. 7 années de concerts, c'est pas mal. Tout est donc déjà là, même si on doit affiner des choses.

Ça change quoi d’avoir un label ?

Nino : On a plus de moyens pour faire nos chansons. L’argent est le nerf de la guerre, il ne faut pas se le cacher. Avant, nous mettions beaucoup d’énergie pour trouver les fonds. Nous étions endettés en permanence et ça parasitait pas mal de trucs. Aujourd’hui, on se contente de faire de la musique et des concerts. Ça change tout et c'est un luxe!

Session live améliorée de "Climb the Tower". Vidéo captée dans les anciennes mines de fer de Nyoiseau par Joris Favraud - FilmMaker.

Vous m’avez fait écouter 4 nouvelles chansons, qui d’ailleurs peuvent devenir 4 tubes potentiels tant elles sont efficaces. Mais vous en avez combien en tout ?

Nino : Près de 25. Comme on n’a pas fait d’album depuis longtemps, on a un répertoire qui s’étale sur plusieurs années. Il y a des chansons qui sont restées et d’autres qui étaient la photographie d’une époque et dont nous nous sommes lassés. Nous t’avons fait écouter 4 morceaux aboutis et qui nous représentent bien aujourd’hui.

Elles sont d’une efficacité dingue ! Vous savez faire ça, c’est pour ça que je vous apprécie depuis longtemps.

Sébastien : Si tu écoutes des tubes super efficaces, à un moment, par mimétisme, tu reproduis ces influences. Nous intégrons des structures, des transitions, peut-être même des façons de placer des phrases, ce genre de choses.

Nino : Tout ça, c’est dans un second temps. Les gimmicks et les mélodies, ça vient en composant la chanson, ce n’est pas réfléchi.

Sébastien : C’est inné et c’est lié à nos influences... un mélange des deux. On est en permanence en train d’écouter ce qu’il se fait, de chercher de nouveaux sons. Nous découvrons tous les jours des nouvelles choses.

Nino : Nous n’avons pas peur d’être influencés par quelqu’un et de copier sur lui, c’est plutôt le fait d’être influencés par trop de choses et de partir dans trop de directions différentes  que l’on craint. Il y a des moments où il faut se recadrer un peu.

Session live améliorée de Solo". Vidéo captée par Joris Favraud - FilmMaker.

C’est vous deux, dans le quatuor, qui travaillez les morceaux.

Nino : Je fais la majorité des compositions, des mélodies.

Sébastien : J’écris les textes et je chante.

Nino : Récemment, contrairement à d’habitude, on est beaucoup parti des textes pour concevoir les mélodies.

Sébastien : C’est un peu la méthode Vian. Comme lui,  j’ai besoin d’une mélodie pour écrire un texte. Je me fabrique donc une mélodie, puis j’écris le texte et après, on part du texte et Nino compose une autre musique. Parfois, on peut garder des idées que j’ai amenées, mais souvent, on part sur complètement autre chose. On peut aussi partir d’une grille d’une pré-prod amenée par Nico, le DJ ou par Solène, la violoncelliste. Après, c’est remanié, réarrangé et parfois recomposé un peu par Nino, mais la plupart du temps, c’est lui qui est compositeur principal et réalisateur de la globalité.

Je suis dingue de votre son ! C’est quoi votre patte ?

Sébastien : L’énergie, le grain de voix, la façon de produire. Les 4 titres que tu viens d’entendre sont très différents, mais quelque part, il y  a du lien entre eux.

Nino : Le côté comptines dans les mélodies, les gimmicks et le côté énervé.

Session live améliorée de "Tu mens". Vidéo captée par Joris Favraud - FilmMaker.

J’ai l’impression que tu as modifié ton flow Sébastien.

Sébastien : J’essaie d’évoluer. Je n’écoute plus la même chose que ce que j’écoutais il y a 6 ans, forcément, là encore, ça m’influence. J’ai envie de me diriger vers d’autres directions. Du coup, Nino propose des flows, des mélodies que je ne proposerais pas naturellement… cela m’amène à changer.

Avez-vous déjà testé certaines nouvelles chansons en live ?

Nino : Oui, on aime renouveler notre répertoire sur scène. Dès que l’on sent qu’une chanson est aboutie, nous la proposons au public.

Sébastien : Je m’approprie plus facilement un morceau qui a déjà vécu en live. Pour un disque, tu sais mieux l’interpréter que s’il est tout neuf. Parfois, il me faut 6 mois pour bien m’approprier une chanson. Je sais que Loïc Lantoine fonctionne comme ça. Il lui arrive d’enregistrer un titre deux ans après l’avoir tourné sur scène.

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

(© Judicaël Olivier)

Vous êtes comment en ce moment ?

Nino : On passe par plein d’émotions.

Sébastien : Quand on enregistre, on est toujours dans le doute. Tant que le public n’a pas validé les chansons, on ne sait pas si ça marche ou pas.

Nino : L’enregistrement est une remise en question perpétuelle, quand on part en tournée, c’est une libération, on ne réfléchit plus. A part le moment de spontanéité quand le morceau arrive, quand il est là, on est plus que dans la réflexion.

On vient d’écouter ensemble quelques chansons, vous ne semblez pas gêné…

Sébastien : Non, je te regardais pour essayer de savoir ce que tu pouvais ressentir en écoutant.

Nino : Nous sommes impatients de dévoiler au public les nouvelles chansons. Tu es notre premier public au fond (rires). Le fait que je n’ai pas été gêné de te les faire écouter, que je n’ai pas ressenti le besoin de me justifier à tout bout de champ, ça veut dire que je suis content de notre travail.

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

(© Joris Favraux - FilmMaker)

Tous les deux, vous travaillez avec pas mal d’artistes. Ça vous apporte quoi artistiquement ?

Nino : On apprend beaucoup quand on collabore avec plein de gens. Ça permet de prendre du recul sur son propre projet.

Sébastien : Ce détachement nous permet aussi de relativiser notre travail. Comme nous sommes exigeants avec nous-mêmes et seuls décideurs, ça fait du bien d’être au service des autres.

Vous vous engueulez parfois ?

Sébastien : Non, jamais. Je m’engueule moi.

Nino : Après 7 ans de collaboration, personne n’a jamais haussé le ton. On discute, on essaie de trouver un terrain d’entente et nous y parvenons.

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

Première partie des Vieilles Canailles (© Joris Favraux - FilmMaker) 

Vous avez fait récemment la première partie de Johnny Hallyday et ses « vieilles canailles » devant 20 000 personnes au stade Pierre-Mauroy de Lille, ce n’est pas rien.

Nino : C’est un concert que l’on a appréhendé beaucoup plus que les autres.

Sébastien : On a joué une demi-heure, ce qui est rare pour une première partie. Nous étions tous les 4 avec notre équipe, donc avec notre son habituel. Il manquait juste  nos lumières. L’équipe technique d’accueil  était génial. Bref, belle expérience !

Et le public qui n’est pas venu pour vous ?

Nino : C’est ce qui nous stressait le plus. On savait que le public venait pour voir trois légendes, il ne fallait pas les faire chier. En fait, il a super bien réagi. Le soir même, on a eu beaucoup plus d’abonnés sur nos réseaux sociaux avec plein de messages hyper positifs.

Sébastien : Oui, le public a été très chaleureux. Il était assez « ancien », c’est normal, alors il a fallu deux titres pour que les gens rentrent dans ce qu’on leur a proposé.

Bon, en tout cas, après ce que j'ai entendu, je suis pressé d'entendre l'album en intégralité.

Sébastien : Et nous donc! (rires)

babel,sébastien rousselet,nino vella,interview,mandor

En pleine écoute des nouveaux titres de Babel, avec Nino Vella et Sébastien Rousselet, le 22 juillet 2017.

13 octobre 2015

Babel (Sébastien Rousselet) : interview pour la sortie de l'EP "BLESS(E) YOU"

(Juliette Rozzonelli 2).jpg

(Photo : Juliette Rozzonelli)

Le retour de Babel est une sacrée bonne nouvelle. BLESS[E] YOU  est une vraie bombe. A grand coup de sons electro ultra-contemporains se mêlant au violoncelle et piano, ce disque est une grenade dégoupillée. Ça explose de partout au milieu de mélodies magnifiques et particulièrement efficaces. Étonnant et addictif.

Musicien, comédien, slameur, chanteur, Sébastien Rousselet manie le verbe avec verve. « Radicaux mais pas indécents » dit-il. Les textes de Babel ressemblent à leur auteur. Il est venu à l’agence le 14 septembre dernier pour me parler de ce deuxième EP (que j’écoute réellement en boucle).

Comme j’ai déjà reçu Sébastien (accompagné par Nino Vella, le clavier du groupe) dans une première mandorisation, il y a deux ans, je vous épargne les débuts du groupe et tout le toutim.

(Corentin Luis).jpg

(Photo : Corentin Luis).

10012530_895521440491841_2548012861792848734_n.jpgNous sommes passés directement à l’essentiel.

Argu officiel :

Babel c’est une organique machine. Du boom boom sensible. Du chant-son. En français dans le texte. Pour danser et penser. Chant, scratches, violoncelle, claviers. On brûle sur scène pour te réchauffer. On te cueille au ventre, donne des coups et des caresses qui te bénissent et te blessent. Après un album et un EP auto-produits, un tour aux Francofolies en passant par le Chantier et plus d’une centaine de concerts aux 6 coins de l’hexagone, Babel revient avec son nouvel EP, BLESS(E) YOU et un show explosif, punchy et touchant.

(Benjamin Pavone).jpg

(Photo : Benjamin Pavone)

DSC00742dd.JPGInterview :

Il y a une sacrée évolution entre votre précédent EP et celui-ci.

On a cherché à développer le son qu’on avait commencé à trouver avec le précédent EP, La vie est un cirque. A cette époque, je trouve qu’on allait encore bouffer à tous les râteliers. On était encore un peu dans la chanson. Aujourd’hui, malgré l’éclectisme de ces nouveaux titres, je considère que nous avons gagné en cohérence. On est moins dans la variété, dans le sens « varié », on est moins hybride.

On vous le reprochait ?

Un peu, oui. Et nous, parfois, quand on faisait des concerts, on avait l’impression de faire de la musique d’un autre groupe. Le retour des programmateurs étaient symbolisé par une question : c’est qui Babel ? C’est de la chanson, de l’electro, du slam ? Ils nous reprochaient d’aller partout et nulle part.

C’est chiant de s’entendre dire ça ?

Évidemment. Le public ne se pose jamais ce genre de questions. Ce ne sont que les professionnels qui te remettent en question et qui ne savent pas où te cataloguer.

"Bless(e) You" en live @ Au fil du Son 2015. Image : Corentin Luis - Joris Favraud. Montage : Corentin Luis.

J’ai toujours trouvé qu’il y avait une unité chez vous et que tout était cohérent.

Pendant un an et demi, on a cherché une certaine évolution, mais on a galéré. Il a fallu que l’on trouve la place de chacun, que l’on détermine comment on compose, qui emmène quoi. Personnellement, j’écris les textes et je participe un peu à la musique. Je peux emmener une compo guitare-voix, mais de plus en plus, j’ai laissé le champ libre aux autres membres du groupe. De plus en plus, j’essaie de me détacher de l’aspect composition et harmonie, parce que, très honnêtement, il y en a qui le fond mieux que moi. Chez nous, tout le monde peut composer. C’est à la fois riche et compliqué.

Toi, tu écris en utilisant la méthode Boris Vian. C’est quoi cette méthode.

Il écrivait une musique, puis il écrivait un texte dessus ensuite, un autre compositeur refaisait une musique sur le texte. C’est ce que je fais parce que j’ai besoin de musique pour écrire mes textes.

(festival Epipapu).jpg

(Photo: Carmen M au Festival Epipapu)

Ce que j’apprécie dans votre son « electro pop rock chanson », c’est le sens de la mélodie.

La mélodie est primordiale dans une chanson. Même dans les chansons dites « à texte », comme celles de Georges Brassens. Chez tous les amateurs de Brassens, il n’y a au fond que 10% qui connaissent les paroles, mais tout le monde fredonne la mélodie. Ça te reste tellement dans la tête que ça en devient diabolique.

"Climb the Tower" en live @ Au Fil du Son 2015. Image : Corentin Luis - Joris Favraud. Montage : Corentin Luis.

Vos concerts, actuellement, font l’unanimité. C’est une vraie claque pour tout le monde. 

On essaie de faire en sorte que notre spectacle soit léché. Nous sommes tous assez exigeant par rapport à nos décors, nos sons et nos lumières. Nous voulons être fiers de ce que l’on présente, aussi visuellement.

Votre public est de plus en plus nombreux.

Nous sentons que la mayonnaise prend. Nous avons des passages clips à la télé… et des choses se profilent à l’horizon. Je ne t’en dis pas plus, parce que tant que ce n’est pas fait ça reste du vent.

Bon, il y a des maisons de disque et des radios qui sont intéressés, c’est ça ?

Advienne que pourra.

(Eric Coehoorn).jpg

(Photo: Eric Coehoorn)

Vous êtes dans une période positive, là, j’ai l’impression.

Oui et c’est agréable parce que nous sommes passés par une grosse période de doute. On ramait un peu et comme je te l’ai dit tout à l’heure, nous nous cherchions artistiquement. Un jour, tout s’est débloqué et c’était parti. On a eu envie d’aller vers quelque chose de moins hip hop, qui était un peu la marque de fabrique du premier, pour aller vers une musique plus « épique »… un peu « musique de film » avec du texte dessus, tout en gardant le côté electro.

Voilà, on peut vous cataloguer. Vous faite de l’electro épique ! Tu valides ?

Je valide complètement. On aime bien les grandes envolées lyriques…

Dans vos chansons, tu dis beaucoup sur l’état de la société d’aujourd’hui, mais sans faire la morale. Tu constates, point barre.

Je déteste qu’on me fasse la morale, ce n’est pas pour la faire aux autres. Je ne fais aucune chanson manichéenne non plus. Comme je m’intéresse au monde et que ça me touche, j’écris sur ce qui me touche. Je parle de ce que je ressens plus de ce que je pense. Il y a des idées qui en ressortent, forcément.

Clip officiel de "Bless(e) You".

Dans « Bless(e) You », tu parles au peuple et il y a de la colère.

Il y a une forme de désespoir dans cette chanson. La chanson engagée, genre anti militariste de base, je n’y arrive pas. Dans cette chanson, je tape sur l’armée, la guerre, pas sur les militaires. Eux, ils font leur travail. Le militaire que « j’interprète » a cru au bien-fondé de la guerre qu’il est obligé de mener, mais il se rend compte qu’il s’est fait baiser la gueule, qu’on a utilisé des idées pour l’utiliser lui et ses camarades. Dans les chansons engagées, on est dans le jugement, moi, je ne prends jamais cette direction. Je ne veux pas faire mon chanteur de gauche de merde (rires).

Vos fans suivent votre évolution d’album en EP. Comment ont-ils réagi à ces nouvelles chansons ?

Les retours sont globalement positifs. Il n’y a pas de sentiment de trahison. Le fait que nous nous éloignons de la chanson traditionnelle pour une musique plus électrique et électronique ne semble pas choquer grand monde.

(Arnaud Grislin).jpg

(Photo : Arnaud Grislin).

Je me suis fait la réflexion que l’on n’a pas l’habitude d’avoir de bons textes sur ce genre de musique.

C’est notre challenge. J’essaie de bien écrire, de bien tourner les compliments… je suis très exigeant et je me donne du mal pour amener du fond. Pour moi, ce n’est pas un exemple, mais Stromae a bien réussi ça. C’est très populaire sans avoir vendu son âme. Il est très sincère, ses textes sont d’enfer. C’est très simple, mais ce n’est pas simpliste. C’est accessible et ça envoie d’enfer ! Sans faire la même musique, j’essaie de faire en sorte que l’on prenne une direction de cette nature. Faire danser sur des textes noirs, j’aime l’idée.

Tu as envie de produire une œuvre classe… et qui touche tout le monde.

Je me sens populaire aussi. Je viens de là. Autant j’aime la grande littérature et les films d’auteurs, autant j’aime le dernier Mad Max. Je veux tirer les gens, modestement, vers le haut, mais en faisant de la musique qui plaise à un maximum de gens.

DSC00743.JPG

Le 14 septembre 2014, après l'interview.