Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2016

Georgia : le conte musical vivement conseillé pour Noël!

unspecified.jpg

C’est bientôt Noël… il m’a semblé important de vous parler de ce conte musical extraordinaire, pour petits et grands, signé Timothée de Fombelle. J'ai eu un vrai coup de cœur pour lui. On y retrouve une pléiade d'artistes exceptionnellement réunis pour raconter et chanter Georgia : Cécile de France, Alain Chamfort, Emily Loizeau, Albin de la Simone, Ben Mazué, Amandine Bourgeois, Pauline Croze, Ariane Moffatt, Raphaële Lannadère, Babx, Rosemary Standley... Une production imaginée et réalisée par l'ENSEMBLE CONTRASTE. Raconté par Cécile de France. Un projet en soutien à l'association SOS Villages d'Enfants avec la participation exceptionnelle d'Anny Duperey, marraine de l'association.

Ce livre-disque a reçu la Pépite 2016 du meilleur livre jeunesse (catégorie moyens) et a été « Coup de cœur » de l'Académie Charles Cros 2016.

Georgia est un conte musical réussi, beau et émouvant, drôle et intelligent, qui laissera rêveurs les petits comme les grands. Il est vivement conseillé pour être glissé sous le sapin.

6293538_1-0-765096125_1000x625.jpg

Argumentaire officiel :

Il est des secrets fondateurs qu’il n’est pas toujours facile de révéler lorsqu’on  est devenue une grande star de la musique...  Un jour, pourtant, arrive  le moment de se livrer : la mémoire déroule alors un à un les souvenirs et les rêves.  Les doutes aussi, qui ont jalonné cette route sinueuse jusqu’au succès.  Le lecteur, aux premières loges, découvre la petite Georgia et une ribambelle  de personnages hauts en couleur, imaginaires pour la plupart, et pourtant  très présents. De ceux qui aident à grandir et à dépasser ses plus grandes peurs.

sans-titre.pngRésumé officiel :

Georgia s’installe dans un nouvel appartement avec sa tante. Sa famille vient d’être dispersée. Georgia, en déménageant, a laissé derrière elle ses petites sœurs, mais elle emmène ses Rêves, personnages espiègles qui ne la quittent pas et chantent autour d’elle. Une nuit, Georgia se rend compte qu’on joue du violon derrière le mur de sa chambre. Une amitié va naître avec Sam, jeune voisin extraordinaire qui joue à la lueur des bougies. Mais qui est ce Sam qui voudrait tant qu’elle chante ? Où vit-il puisqu’il n’y a plus d’immeuble depuis longtemps derrière celui de Georgia ? Elle découvre qu’un siècle est posé entre leurs deux vies. Pourtant, au fil d’une aventure en chansons, malgré l’épaisseur du mur et des années qui les séparent, Sam va remettre la musique au cœur de la vie bouleversée de Georgia.

Interviews :

Timothee-de-Fombelle.jpg

Timothée de Fombelle (auteur) :

Comment est né le conte musical Georgia ? 

Les histoires trouvent toujours un moyen pour prendre vie… Mais celle de Georgia serait peut-être restée au fond de moi si on n’était pas venu me présenter un rêve. C’était le rêve d’un conte raconté, joué et surtout chanté. Quand l’équipe de Contraste Productions m’en a parlé, j’étais impatient de me remettre à un nouveau roman, en solitaire... Mais l’ambition de cette proposition et la chance de travailler avec de grands musiciens m’ont convaincu facilement de faire ce détour passionnant qui a finalement duré un an. La chanson est un art qui m’a construit depuis l’enfance. Et puis, j’avais rencontré des garçons et des filles venus de villages d’enfants quand ils m’avaient remis un prix littéraire pour Tobie Lolness.  J’avais envie de les retrouver à travers ce projet. Je pensais à eux à tout moment de l’écriture.

Quel est votre rapport au genre du conte musical ?

J’aime quand la musique n’est pas là seulement pour le décor. Georgia est ce que j’appellerais « une histoire en chansons ». C’est la musique qui raconte l’histoire, autant que les mots et les dessins. Nous avons travaillé main dans la main, jour après jour, avec Johan Farjot, Arnaud Thorette, Albin de la Simone... Parfois je faisais le premier pas et la musique suivait, parfois c’était le contraire. Les mots et les notes ont cherché leur place jusqu’au dernier moment. En studio, j’étais encore là, dans un coin, à corriger des petites choses ou donner des indications aux chanteurs. Le travail avec Cécile de France a été aussi un bonheur pour moi. Je viens du monde des planches. J’allais voir les spectacles que Cécile jouait quand elle était encore à l’école de théâtre. Depuis des années,  je crois qu’elle a un lien particulier avec les textes que j’écris. On travaille souvent ensemble. L’enregistrement s’est déroulé comme une évidence.

Ben Mazué interprète "Tous mes rêves chantent".

Georgia ou Sam sont-ils un peu de vous enfant ? Aviez-vous des rêves qui vous parlaient?

Mes rêves m’ont souvent fait tenir. Ils ne me parlaient pas mais ils dessinaient un horizon, ils servaient de ligne de fuite pour voir loin, pour m’échapper. Mais très vite j’ai transformé mes rêves en création : fabriquer un radeau, construire un décor de théâtre, écrire une histoire. C’est la force de l’enfance. Je suis très heureux que Benjamin Chaud ait su donner une forme si touchante et drôle à ce petit peuple des rêves. Au début, Georgia dit qu’elle les trouve encombrants comme une équipe de rugby ou une fanfare. La musique va lui permettre de les rendre plus légers, puis de les laisser partir quand ils se réaliseront.

Les rêves nous poursuivent-ils adultes ?

Heureusement, un rêve en chasse un autre. La capacité à rêver est restée mon moteur. Pour mes proches, je suis un peu épuisant, à force de rêver toujours loin devant, de faire à chaque instant des projets possibles ou impossibles…

Quels liens tissez-vous entre vos livres ?

La fuite, l’imaginaire, le temps, la fragilité. Je crois que je laboure toujours le même sillon, mais avec des moyens chaque fois un peu différents. Et quand la musique de Johan ou le dessin de Benjamin s’emparent de mon univers, ils m’entraînent aussi dans leur monde à eux. Ils ouvrent d’autres paysages. C’est un voyage que j’aime beaucoup. Et quelle chance de pouvoir finalement se reconnaître dans chaque note, chaque couleur de cette histoire alors que nous sommes si nombreux à l’avoir fabriquée !

arnaud-thorette.jpg

Arnaud Thorette, de l’Ensemble Contraste (directeur artistique).

D’où l’envie de ce conte musical vient-elle ?

Nous gardons tous en nous une part de notre enfance, faite de rêves, qui nous amène quelquefois sans qu’on y prête attention à imaginer des projets un peu fous. Jeune, j’ai été bercé par Émilie Jolie, une histoire et une musique qui ont marqué toute une génération d’enfants. Aujourd’hui, Georgia naît avec, nous l’espérons, l’idée que ce conte musical fera chanter nos enfants et aidera l’association SOS Villages d’Enfants.

Pourquoi avoir confié à Timothée de Fombelle, auteur de romans pour la jeunesse, l’écriture de l’histoire et des chansons ?

En fait l’idée revient à la productrice du projet,  Hélène Paillette, férue de littérature et qui connaissait l’œuvre de Timothée,  son imaginaire, ses personnages toujours un peu cabossés par la vie, à la recherche d’un paradis perdu, mais aussi parce que c’est un homme de théâtre aimant les collaborations un peu folles et étonnantes. Gallimard Jeunesse a répondu présent. L’aventure a commencé ...

Florian Laconi interprète "Le temps des cerises".

Quels ont été vos critères de choix pour les artistes interprètes, les comédiens, le chœur d’enfants … ?

C’est avant tout un choix du cœur: le premier choix s’est naturellement porté sur Anny Duperey, marraine de l’association SOS Villages d’Enfants, et une bande de copains comédiens très talentueux qui ont eu envie de participer à cette belle aventure collective. Timothée de Fombelle a demandé à Cécile de France qu’il connaît de longue date d’incarner Georgia. Elle a spontanément accepté. J’ai connu la jeune Marie Oppert lorsqu’elle interprétait Les parapluies de Cherbourg avec Michel Legrand au Théâtre du Châtelet. C’est une grande révélation. Quant au rôle de Sam, c’est tout naturellement vers Albin de la Simone que je me suis tourné même si j’assure moi-même la partie de violon ! Le choix des voix des rêves s’est laissé guider par nos envies multiples de collaboration. Ce sont des artistes pour qui j’ai une très grande admiration. Je tenais aussi à ce qu’il y ait de magnifiques voix d’enfants, j’ai donc proposé aux jeunes chanteuses de La Maîtrise de Paris de venir chanter à nos côtés.

unspecified2.jpg

Albin de la Simone lisant Georgia.

Quel a été le rôle particulier d’Albin de la Simone ?

Venant plutôt du monde classique, je tenais à être guidé par un artiste en qui j’avais une confiance absolue pour réaliser un disque de pop. Pour trouver ce son, cette esthétique, c’était pour moi un choix évident. Albin connaît notre monde et il nous a emmenés dans son univers, respectant nos envies et apportant son savoir-faire. Quant à Johan Farjot, nous travaillons ensemble depuis presque 20 ans ! Il a composé et arrangé  la plupart des musiques avec une imagination folle. Nous souhaitions être à la jonction d’un conte et d’une comédie musicale, et il a relevé ce défi avec un immense talent.

(Par manque de temps et à cause de plannings compliqués, il n'a pas été possible de faire les interviews des protagonistes de ce conte avant Noël. Or, l'intérêt de cette chronique était de faire connaître "Georgia" avant les fêtes afin que ce livre-disque puisse devenir cadeau. En accord avec l'attachée de presse de ce projet, vous avez lu deux interviews tirés du dossier de presse. Je n'aime pas cela, mais... cas de force majeure!)

09 janvier 2016

Raphaële Lannadère : interview pour la sortie de L.

raphaële lannadère,interview,l.,mandor

Raphaële Lannadère, alias L., est une artiste que je suis depuis son premier EP. Je me trompe souvent sur le devenir des artistes, mais là, il me semble que je n’étais pas passé à côté. En 2008 (il y a 8 ans), dans ma première mandorisation, je lui prédisais un bel avenir. Dans la seconde, en 2011, elle est en session acoustique devant des caméras et déjà, elle avait pris de l’assurance. Il faut dire que tout lui souriait.

Cette jeune artiste française, auteure, compositrice et interprète, ose un chant très personnel. Sensuelles et féminines, ses chansons mêlent rock, electro, trip-hop ou tango. C’est cet alliage-là qui fait la singularité de Raphaële Lannadère.
Elle s’inscrit dans la grande lignée d’une chanson intemporelle, tout en s’ancrant dans une réalité et des considérations très contemporaines.
Le 1er décembre 2015, je me suis rendu dans les locaux de sa maison de disque, tôt Ou tard, pour une troisième interview, le lendemain de son concert enthousiasmant au Café de la Danse.


raphaële lannadère,interview,l.,mandorBiographie officielle (écourtée et triturée) :

C’est sa voix qui vous happe.
Sa voix que l’on retient, comme un sortilège antique, irrésistible, sirène des temps modernes. Pour le public et les professionnels, l'histoire commence en 2008. Cette année-là, son EP  Premières Lettres suscite rapidement la curiosité des médias. Il lui permet d’être repérée par les Inouïs du Printemps de Bourges, le chantier des Francos.
Deux ans plus tard, celle qui se fait encore appeler L., signe avec le label tôt Ou tard, et poursuit l'élaboration de son premier album. Initiale voit le jour en avril 2011, réalisé par BabX. C'est l’engouement : Prix Barbara, prix Félix Leclerc de la chanson, finaliste du prix Constantin, nomination « artiste révélation » aux Victoires de la musique 2012, et disque d’or. Tout le monde reconnaît là un auteur-compositeur comme on n’en avait plus vu depuis longtemps. A sa Une, Télérama va jusqu'à titrer : « La chanson française, c’est L ». Saluant l'éclosion d'une artiste rare.




Ses mots, leur sensibilité, leur force ont déjà conduit de grands interprètes à faire appel à ses talents de « faiseuse de chansons » (Camélia Jordana, Patrick Bruel ou Julien Clerc).

L’argumentaire de l’album L. :raphaële lannadère,interview,l.,mandor

Aujourd'hui, ses mots s’affinent encore. Dans ce second album, ils se précisent. Figurent une poésie moderne et une vision du monde qui témoignent d'un état de grande porosité, à l'égard de ce qui l'intrigue, l'amuse, la bouleverse. Le verbe est juste ; les textes, fluides. Ils nous entraînent au cœur de ses pensées et d'émotions tant universelles que personnelles. Après une tournée riche de plus de 150 dates, Raphaële Lannadère prend alors la route, seule, au volant d’une petite voiture, pour retrouver, réaménager, formuler, malaxer ou inventer ses mots en changeant d’air. Son chemin la mènera au pied du Mont Ventoux, où elle va poser ses valises et ses instruments, travailler en solitaire, chercher la trame de ce nouvel album, avant de retrouver ses musiciens et donner vie à ses chansons.

Pour cette nouvelle aventure, c’est avec Julien Perraudeau (Diving with Andy, Jacques Higelin, Christophe, Rodolphe Burger) son bassiste d’alors, qu’elle a choisi de collaborer. Ensemble, ils ont réalisé et construit L., un album ouvertement et délicatement électro. Empreint de sincérité et d’élégance.

raphaële lannadère,interview,l.,mandor

raphaële lannadère,interview,l.,mandorInterview :

Hier, au Café de la Danse, j’ai trouvé que tu étais plus libre, plus détendue, plus à l’aise que d’habitude. Je me trompe ?

C’est très juste. La musique de cet album y est certainement pour beaucoup, mais pas seulement. J’ai fait beaucoup de scènes ces deux dernières années et peut-être aussi que l’âge que je prends me fait évoluer ainsi. Je suis beaucoup plus heureuse aujourd’hui. Plus le temps passe, plus je suis épanouie et plus je trouve tout plus facile. La vie notamment. A presque 35 ans, j’ai plus de facilité à être dans le monde. J’ai moins peur et je me sens mieux dans ma peau.

Ça se voit sur scène, je t’assure. 

Tout est plein, doux et rond quand je suis sur scène. Je me sens vivante comme jamais. Hier, avec l’accueil des gens, les applaudissements entre tous les morceaux, j’ai eu la sensation de n’avoir jamais vécu un truc pareil. Parfois, j’avais envie de pleurer tellement j’étais émue. Je n’en revenais pas. J’ai trouvé que c’était d’une intensité dingue.

J’ai remarqué que les morceaux du premier album, en version plus electro, ça le fait aussi !

Avec mes musiciens, quand on a commencé à répéter, on a été très surpris que ça marche. A la base, Julien Perraudeau et moi, nous n’étions pas motivés pour transformer les anciens morceaux. On a commencé avec « Jalouse » et, grosse surprise, on a vite remarqué que ça marchait. Du coup, cela nous a motivés pour continuer à transformer musicalement les titres du premier disque.

Tu viens de citer Julien Perraudeau. Vous n’étiez que tous les deux pour concevoir cet album… C’est l’idéal de travailler ainsi ?

Je ne sais pas si c’est l’idéal, mais j’ai adoré travailler avec lui comme ça. C’était un grand bonheur.

Clip officiel de "J'accélère" tiré de l'album L.

Il y a un changement de direction musicale évident entre tes deux albums.

Quand j’ai commencé à enregistrer seules mes premières maquettes pour cet album, c’était de l’electro. Ça a donné la direction vers laquelle je souhaitais aller. J’ai un peu fait ça pour me marrer et parce que c’est ce genre musical que j’écoute. Enfin, j’écoute surtout des gens qui font de la musique un peu hybride. J’aime écouter des couleurs musicales qui m’intriguent. Avec Julien, on a utilisé beaucoup de petits synthés, ni analogiques, ni chics. L’idée, c’était de se dire qu’il fallait faire des chansons qui devaient supporter n’importe quelle orchestration. Le support, on s’en foutait. Ce n’était pas le propos.

Ça m’a frappé hier  quand je t’ai vu et entendu sur scène. Tes mots ont du sens, mais ont aussi un son qui s’intègre parfaitement à la musique.

Quand il n’y a pas de sens, je m’ennuie. Il est impératif qu’il y ait les deux. Ça permet de se mettre dans un rythme. C’est ludique de faire sonner les mots. Bon, en règle générale, les gens qui écrivent bien savent faire sonner les mots.

La chanson doit-elle nécessairement transmettre un message fort à chaque fois ?

Je ne sais pas. Même quand je fais passer des messages, je ne le fais jamais trop au premier degré. Je trouve que sinon, c’est un peu rêche. Je parle juste de sujets qui me touchent, qui me concernent et dont je pense qu’ils peuvent concerner d’autres personnes.

"Elle flâne" (en version acoustique) tiré de l'album L. (avec BabX au piano).

Est-ce que tu t’amuses quand tu écris des chansons ?

Oui, quand j’écris des chansons qui ne me sont pas destinées. Quand j’écris mes propres chansons, elles sont souvent très denses et ça me demande tellement d’investissement, de concentration et de disponibilité que c’est fatiguant émotionnellement. Je plonge si profondément en moi que je ressors très éprouvée.

On sait que tu as écrit pour Camélia Jordana, mais aussi pour des artistes comme Patrick Bruel et Julien Clerc…

Je suis très flattée, car ce sont eux qui m’ont demandé. Bon, Camélia, c’est la famille, donc je n’en parle pas. Pour Julien Clerc, ça a été difficile pour moi car il m’a demandé quelque chose que je sais moins bien faire. Il m’a demandé d’écrire un texte sur une musique déjà existante… ce n’est pas ce que je préfère faire. Patrick Bruel, lui, m’a demandé une chanson, alors ça, quel bonheur !

Je crois savoir que votre rencontre a été très touchante.

D’abord, il m’a invité comme « découverte » dans l’émission de Michel Drucker. Il est venu me voir dans les loges pour me dire qu’il était très heureux de me rencontrer, qu’il adorait mon premier disque et aussi qu’il adorait les deux premiers disques de David (Babx) et l’album de Camélia Jordana, bref, tout mon univers musical. Là, j’ai compris qu’il ne se moquait pas de moi (rires). Il a commencé à comparer ces quatre albums-là en argumentant. Il connait presque par cœur les chansons, j’ai halluciné. Il s’est même mis à chanter la chanson que j’avais écrite pour Camélia, « Je pars ». J’ai failli tomber par terre. J’ai compris qu’il aimait vraiment ce que l’on faisait et défendait. Il m’a juste donné son numéro, sans prendre le mien, ce que j’ai trouvé d’un chic exquis. Sa proposition était simple : « J’aimerais avoir une chanson de toi pour mon prochain album. Si tu en as envie, si tu as une idée, j’en serais très heureux.»

raphaële lannadère,interview,l.,mandor

C’est amusant parce qu’on s’imagine mal Raphaële Lanadère écrire pour Bruel. Ce n’est, à priori, tellement pas le même monde musical.

C’était génial de se mettre dans sa peau à lui. Je vais t’avouer une chose. Quand j’étais petite, je l’écoutais. Quand j’avais huit ans, mes trois premiers CD étaient Thriller de Michael Jackson, le double blanc des Beatles et un album live de Bruel. Ça m’a donc hyper touché de travailler pour lui

Il y a d’autres artistes pour lesquels tu aimerais écrire et composer ?

Les grands artistes de variétés me fascinent. J’adorerais travailler pour Johnny Hallyday, Patricia Kaas, Lara Fabian... tous ces interprètes m’intéressent énormément.

Michel Sardou ?

Pas du tout. Il est trop de droite. Pour moi ce serait impossible de travailler pour lui. Il a des chansons tellement pétainistes

Mets-tu toujours un peu de toi dans tes chansons ?

Oui, évidemment. Ce n’est pas possible de s’extirper de sa condition, de sa vie, de son expérience, quand on écrit une chanson. Après, ce qui est rigolo, c’est de mélanger la part fictionnelle et véridique. J’ai l’impression de faire des allers-retours entre la réalité et l’invention en permanence.

Parfois, on écrit une chanson avec un thème bien précis et l’auditeur en comprend un autre. Cela vous amuse ?

J’adore qu’une personne s’approprie une de mes chansons en la comprenant comme il le souhaite. Il y a des chansons de Ferré dont on peut avoir soi-même différentes compréhensions à différentes époques de sa vie. Certaines de ses chansons sont vraiment des compagnons pour moi. Je n’en avais pas les mêmes lecteurs à 18, 28 et aujourd’hui à 35 ans. Je trouve ça génial les différents niveaux de lectures.

raphaële lannadère,interview,l.,mandor

Vous aimez Ferré et bien d’autres poètes. Vous font-ils de l’ombre lorsque vous écrivez ?

Avant, mais aujourd’hui c’est fini. Ça reviendra peut-être, mais j’ai l’impression de m’en être affranchie. Il faut s’autoriser à écrire sans penser aux maîtres. A ce sujet, il faut lire Aragon. En gros, dans l’introduction de « Les yeux d’Elsa »,  il écrit « rassurez-vous les mecs, il n’y a pas de création, il faut juste pomper, pomper… et recréer ». C’est génial !

Aragon dit qu’on n’invente pas grand-chose alors ?

On parle tous de la même chose depuis la nuit des temps. Finalement, c’est touchant de se rendre compte que ce sont les mêmes événements et sentiments qui nous étonnent et qui nous émeuvent depuis toujours. Après chacun raconte ça avec son propre regard, son angle, son style.

Vous lisez beaucoup ?

Pas assez. Je lis beaucoup moins depuis que j’écris. J’adore lire de la poésie parce que c’est très court. Ça me convient très bien. Pour lire un roman, il faudrait que je sois peinarde… et je le suis de moins en moins. C’est bizarre ce que je vais te dire, mais depuis que j’écris, j’ai de plus en plus de mal à m’attacher aux personnages des autres. Je trouve ça dommage, mais je n’y peux rien.

raphaële lannadère,interview,l.,mandor

Après l'interview, le 1er décembre 2015, dans les locaux de sa maison de disque.

raphaële lannadère,interview,l.,mandor