Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19 décembre 2013

Jonathan Dassin : interview pour son premier album

5258_194107477379878_1116910161_n.jpg

(Photo : Pascal Bignolais).

C’est ma deuxième mandorisation de Jonathan Dassin en un an, c’est dire si cet artiste m’intéresse. Dans la première, j’ai surtout fait sa connaissance. Il n’y avait pas encore d’album. Juste un single et deux, trois titres qui trainaient sur le Net. Cette fois-ci, son premier album est sorti. Évidemment, ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, vocalement, on pense immédiatement à son père Joe Dassin. La comparaison s’arrête là. Musicalement, Jonathan a choisi de ne pas suivre les traces du père. Et c’est tant mieux.

Le 6 novembre dernier, Jonathan Dassin est revenu me voir à l’agence. Nous avons évoqué ses nouvelles chansons et abordé des sujets un peu plus sensibles sans langue de bois.

Et ça… j’aime !

564417_214925328631426_2008126868_n.jpgBiographie officielle (par Laurent Petitguillaume):

JD…Comme Jonathan Dassin

La question ne s'est jamais posée, dès son plus jeune âge, Jonathan savait que la musique accompagnerait sa vie. Comme son frère Julien, tous deux ont hérité d'un nom qui résonne toujours dans le cœur du public : petit-fils d'un réalisateur de cinéma de génie Jules Dassin, fils de l'inoubliable Joe Dassin, leur enfance a pourtant été plus rythmée par les voyages que par une éducation musicale. Les Antilles et la Grèce, où leur mère les emmène régulièrement, offriront sans doute très tôt, à Jonathan le goût pour les musiques empreintes de chaleur.

À 13 ans, il monte son premier groupe « Limelight ». Jonathan chante en anglais des textes qu'il écrit avec sa tante Richelle.

À 16 ans, il quitte, avant d'avoir son bac, le lycée où il était en Belgique. Il part à Belgrade et découvre les influences slaves et se passionne pour la trompette.

S'en suit une année à Tahiti, une période fondatrice de sa vie, dit-il. Les rencontres et les 179695_188259561298003_467315470_n.jpgénergies locales lui inspirent beaucoup de mélodies et de textes dont « Pays lointain ».

À son retour, grâce à la trompette, il intègre le groupe « Nassara ». Pendant près de 5 années, à leurs côtés, il se familiarise avec le soukouss, le zouk, le reggae, la musique africaine et antillaise.

Puis, Jonathan change de décors et d'entourage. Il se remet à chanter seul à Autouillet, auprès de ses tantes Ricky et Julie. Il écrit et compose au piano : « Pays lointains », « Pourquoi faire semblant ».

La suite est faite de périodes fastes, mais aussi de moments de doute, d'« Idées noires » et de « Désert » une chanson née d'un voyage initiatique au Maroc.

Les collaborations se succèdent et le répertoire s'étoffe, Sylvain Inglebert « Ma gueule », Fabrice Colombani « Un autre matin », Michel-Ange Pecci « Quand je serai grand », Ludovic Gaudez et Jeff Lebrun « Ma voisine », Franck Compper « Sans raison » …

La route fut longue, mais ce n'est que le début pour JD… comme Jonathan Dassin.

DSC08521.JPGInterview :

La dernière fois que je t’ai vu, tu étais chez Wagram et ton album n’était pas encore sorti… tu ne l’es plus et l’album vient de sortir. C’est compliqué.

Je peux te dire qu’il a fallu le mériter cet album. La dernière fois que je suis venu te voir, j’étais avec des gens de chez Wagram. Depuis, nous nous sommes séparés parce que l’on s’est rendu compte que nous n’étions pas exactement sur la même longueur d’onde. Nous nous sommes quittés en très bons termes. Cela dit, après, il a fallu que je me remette au boulot.

Mais, le travail était déjà bien commencé.

Oui, les chansons étaient là. Après l’interview, je t’avais même fait écouter des chansons qui sont aujourd’hui sur cet album. On était vraiment sur la fin de cet enregistrement, mais il n’était pas tout à fait terminé. Il nous a fallu savoir dans quel cadre on pouvait continuer l’aventure.

Tu as finalement terminé cet album en indépendant et tu as trouvé un distributeur. Au fond, est-ce que ce n’est pas mieux ?

(Rires) Il y a des avantages à être indépendant. Je l’ai fait de mes mains, sans cadre, ni limite. Mais il y a aussi des avantages à être dans une major. Notamment, la force de frappe publicitaire inégalable qu’elle peut t’apporter. Dans les deux cas de figure, il y a des avantages et des inconvénients. Honnêtement, je n’ai pas vraiment choisi d’être indépendant, mais aujourd’hui, j’en suis fier. Je n’ai pas baissé les bras.

Clip officiel de "Le désert".

Il y a des chansons que je connaissais et qui existaient déjà il y a un an comme « Le désert » et « Ma gueule ».

Oui, mais elles ont été complètement remixées. Pour « Le désert », on n’a vraiment plus l’impression d’entendre la même chanson. C’est le jour et la nuit entre le premier et le deuxième mixage.

Dans ce disque, il y a pas mal de morceaux qui parlent d’évasion et de l’acte de tout quitter. « Le désert » ou encore « Faut que je me taille » ou « Pays lointain ».

J’aime beaucoup les voyages. Parfois même je suis resté dans des pays un petit moment. Quand j’avais 18 ans, je suis resté à Tahiti un an, par exemple… et j’ai écrit ma première chanson là-bas. C’est justement « Pays lointain » que j’ai décidé de mettre dans cet album.

Et « Faut que je me taille », elle a une histoire ?

À la base, cette chanson s’appelle « Faut de la maille » et ce n’était pas ma chanson. Je suis tombé amoureux de ce titre, mais je ne pouvais pas chanter « faut de la maille », donc j’ai refait tout le texte. Je me suis réapproprié cette chanson et j’en ai fait autre chose. Je suis reconnaissant aux auteurs originaux de m’avoir laissé faire ce que je souhaitais.

Il y a un truc qui m’étonne. Pourquoi as-tu voulu aller à Tahiti ? On sait que c’est là-bas que ton père est décédé.

Il y a plusieurs raisons et, comme tu le soulignes, il doit y avoir un rapport avec le fait que mon père aimait ce pays. J’y été déjà allé à l’âge de 3 ans et j’ai gardé de ce premier voyage là-bas de beaux souvenirs dans ma tête.

887192_194107857379840_1863860225_o.jpg

(Photo : Pascal Bignolais).

Il y a des chansons que tu n’as pas du tout écrites, comme « Ma voisine » et « Quand je serai grand ».

Oui, mais ce sont des chansons que j’aime beaucoup et que j’ai envie de porter. « Quand je serai grand », franchement, elle n’est pas éloignée de ce que j’aurais pu écrire moi-même.

Quand tu étais jeune, pensais-tu que tu serais comme tu es à l’âge que tu as aujourd’hui ?

J’imaginais que j’allais être musicien. Je ne savais pas comment ça allait se passer. Disons que cela fait des années que je me dis : « cette année, c’est la bonne ! » Là, j’espère que ça va être le cas. Sincèrement, je pensais que ça allait être plus facile, que j’allais y arriver plus tôt, que j’aurais moins à me battre.

C’est d’être le fils de ton père qui finalement t’a desservi ?

Maintenant, je peux l’affirmer, ça a été une épée à double tranchant. Il y a eu peut-être trop de questionnements de la part des maisons de disque. J’entendais dire qu’ils ne savaient pas vraiment comment faire un travail de développement avec un « fils de ». J’imagine très bien que ça puisse être compliqué. Mais, j’ai eu un peu d’intérêt de la part des médias. Je leur suis très reconnaissant de passer outre les aprioris.

jonathan_dassin_album.jpg

Ta condition de « fils de » n’implique pas que tu sortes un mauvais album. Il est très honorable et surtout, malgré une voix similaire à celle de ton père, tu te détaches nettement de son répertoire. C’est très intéressant.

Ce serait dur de reproduire ce que faisait mon père. Tu t’imagines si je calquais ses chansons…

Ton disque est très ensoleillé et très pop.

Il est très varié. D’ailleurs, il ne s'intitule pas, c'est un album éponyme. Il ne peut pas s'intituler, car ce n'est pas une idée, mais le condensé de cette tranche de vie, avec ses transformations perpétuelles. C'est mon histoire, mon travail, ma passion. Il y a des anciennes chansons, des chansons écrites par d’autres et des chansons que j’ai écrites très récemment.

Y en a-t-il une que tu préfères ?

Peut-être « Idées noires ». C’est la chanson la plus personnelle, celle où je n’ai guère laissé la possibilité aux autres de s’exprimer.

C’est l’histoire d’un homme tourmenté qui n’est pas forcément très sympathique.

Je l’ai écrite de mauvaise humeur et dans un moment de solitude. J’ai dû avoir des périodes très courtes où j’étais tourmenté. Ce qui est important dans une chanson, c’est d’aller au-delà de ses petites contrariétés et ne jamais ne s’apitoyer sur son sort ou ses actes.

885491_194103844046908_2074759860_o.jpg

(Photo : Pascal Bignolais)

Il y a un instrumental, « Amnesia ». C’était pour montrer que tu es bon musicien ?

Non, parce qu’il n’a pas une technicité incroyable dans ce morceau. Juste, j’aime la musique. Et parfois la musique sans paroles. Cette musique, je l’ai depuis longtemps et j’ai toujours su que je n’allais jamais y ajouter des paroles. Et puis, j’aimais bien l’idée de terminer sur quelque chose de doux.

Dans « Un autre matin » et « Pourquoi faire semblant », tu parles d’histoires d’amour et de manière peu positive.

Aujourd’hui, je vois l’amour de façon différente, car ma vie amoureuse est différente. Ma compagne et ma petite fille me comblent. Dans « Pourquoi faire semblant », je trouve qu’il y a beaucoup d’humour. L’homme en question dans cette chanson est un salaud. Mais, parfois dans ma vie d’avant, je n’ai pas été tendre.

Dans « Sans raison », c’est presque sexuel !

Oui, là on est dans le positif (rire).

Dans « Ma gueule », il y a beaucoup d’ironie.

C’est ce que je voulais. On est tous un peu égotiques. Je souhaitais que tout le monde puisse se reconnaître avec un peu de second degré et à la fois, tout le monde peut reconnaître quelqu’un de son entourage.

Sinon, tu l’aimes ta gueule ?

Ca dépend des jours. Je ne me trouve pas particulièrement beau, mais je m’assume ainsi.

Clip officiel de "Ma voisine".

544471_193053430818616_734965663_n.jpgJe trouve dommage le choix du premier single « Ma voisine ». Ce morceau n’est pas du tout représentatif de l’album. C’est la plus légère et j’ai peur que l’on dise que ton album est léger. Ce n’est pas le cas.

Je suis un peu d’accord avec toi. C’est la plus légère et un peu un ovni. Cette chanson nous a porté chance… mais le prochain single sera très différent.

Sur Youtube, j’ai regardé ta prestation dans Le Grand Cabaret… j’ai senti Patrick Sébastien très ému. Il a bien connu ton père, je crois.

Patrick  m’a dit qu’il avait beaucoup aimé « Ma voisine ». J’apprécie beaucoup sa personnalité et je crois qu’il est sincère. Sur le plateau, je me disais simplement : « Pourvu que je ne chante pas faux ! Pourvu que je donne ce qu’il faut donner !»

Tu as des retours sur ton album, hormis la famille et les amis ?

J’en ai quelques-uns sur mon site, sur Facebook et sur internet plus généralement. Il semblerait que les gens aiment. Il semblerait… Maintenant, il faut que je le fasse connaître. J’ai autour de moi une toute petite structure et je n’ai pas une grande force de frappe au niveau de la publicité. J’espère que cet album fera ton chemin grâce à des gens comme toi et par le bouche à oreille.

joe_dassin_et_sa_famille.jpg

Jonathan et ses parents...

Peut-on parler du disque de duo entre Hélène Ségara et ton père ?

Euh… oui.

Il est dit partout que ton frère et toi étiez de la partie. C’est vrai ?

Sans polémique, j’ai rencontré une fois Hélène Ségara dans un hôtel. Nous nous sommes dit bonjour. La vérité, c’est que, personnellement, je n’ai pas participé à ce projet. Je vais à l’encontre de ce que dit la chanteuse dans sa communication. Non, je n’ai jamais dit qu’elle était la Joe Dassin féminine. C’est faux. Hélène Ségara n’est pas le Joe Dassin féminin. Mais, je ne veux pas créer de polémique, ce n’est pas grave. Je suis très content qu’il marche. Juste, que l’on ne me fasse pas dire ce que je n’ai pas dit.

Un jour, rendras-tu un vrai hommage à ton père ?

Oui. Mais, je ne veux pas me faire connaître comme ça. Je n’ai jamais voulu me faire connaître ainsi. Je rendrai hommage à mon père un jour. À ma manière. Je le ferai autrement en tout cas.

Tu as écouté le disque ? Qu’en as-tu pensé ?

Bip ! Je ne veux pas parler de ça. Mais, je ne suis pas très respecté dans cette partie-là. Il faut savoir que depuis plus de 15 ans, on ne m’a jamais inclus dans la communication de mon père.  Mais, moi, ça m’a convenu, parce que je faisais autre chose. Mais, qu’on me sorte du chapeau aujourd’hui, je l’ai un peu de travers.

DSC08523.JPG

Revenons à du positif. J’aime ton album parce que je trouve qu’il donne la pêche, même s’il y a des textes graves.

J’entends dire que cet album est plutôt gai et ça me plait. Je trouve ça étonnant, mais c’est très chouette pour moi. J’ai l’impression que j’ai tendance à mettre de côté les aspects les plus graves de ma vie. Je suis loin d’avoir tout dit et j’ai même encore beaucoup de choses à dire.

Tu écris beaucoup ?

Je ne suis pas un foudre de guerre. Mais si je regarde derrière moi, oui, j’ai pas mal écrit et j’écris toujours régulièrement.

Préfères-tu écrire des textes ou composer de la musique ?

J’ai eu un moment ou faire sortir la musique était beaucoup plus simple. Écrire n’était pas évident. Presque une souffrance. Depuis pas très longtemps, ça va beaucoup mieux. Je laisse tomber les peurs et les barrières et j’arrive à écrire beaucoup plus librement. Je trouve que la qualité des textes s’en ressent. J’ai hâte de sortir le deuxième.

Es-tu confiant pour la suite de ta carrière ?

Je suis dans un état d’esprit très positif. Je suis plein d’espoir, relativement confiant, mais absolument pas bercé d’illusions.  Il peut se passer n’importe quoi avec cet album. Ce qui est sûr, c’est que je continuerai à faire de la musique. Et je me donnerai les moyens de faire d’autres albums. Cet album dit que je suis musicien, donc, je vais continuer…

DSC08524.JPG

Avec Jonathan Dassin, après l'interview, le 6 novembre 2013.

22 juillet 2013

Olympe : interview pour son 1er album

1005755_565822010122561_178328415_n.jpg

J’ai rencontré Olympe, une des nouvelles coqueluches de la chanson française, le 24 juin dernier pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (daté des mois de juillet/août 2013). Il s’est fait connaître par la saison 2 de The Voice. S’il n’a pas remporté la finale, il a eu l’adhésion d’un très large public. Le jeune homme (qui ne réalise pas encore tout à fait ce qui lui arrive) s’est révélé tout à fait charmant et avenant.

Aujourd'hui (lundi 22 juillet) sort son premier album (certes, de reprises en attendant de l'inédit). L'occasion de vous proposer son interview pour le magazine, puis un petit plus mandorien...

img451.jpg

img452.jpg

img453.jpg

Clip de "Born to die".

DSC08237.JPG

img454.jpg

DSC08228.JPG

196460_557867097584719_1085037558_n.jpgBonus mandorien:

Vous vivez un rêve éveillé ?

Très éveillé parce que je n’ai plus le temps de dormir. Une semaine après The Voice, on était déjà en tournée. Je n’ai pas le temps de réaliser ce qui m’arrive. Ce que je réalise juste, c’est que je ne suis pas rentré chez moi depuis deux mois et demi.

Au début, vous vous êtes filmé dans votre chambre en chantant et vous postiez vos vidéos sur YouTube. Ensuite, vous avez essayé de postuler dans d’autres télé-crochets, sans succès. Soudain, The Voice vous accepte et c’est l’explosion immédiate de notoriété.

Je ne pouvais pas m’imaginer avoir un tel impact. Je suis arrivé avec la chanson d’Anna del Rey que j’avais travaillée un peu à la maison, mais pas pour en faire une version télé. Quand on  m’a demandé de la chanter, je me suis dit que ça ne marcherait jamais. Je vous assure, je trouve que ce qui m’arrive est complètement inattendu.

DSC08232.JPG

Le fait d’arriver deuxième permet de continuer sa route sans la pression qu’on a quand on est gagnant, non ?

Pour moi, le gagnant, c’était Yoann Fréget. Il avait une technique exceptionnelle et une voix magnifique. Comme à la finale, il y a eu 0,2 % d’écart, je me suis dit que j’avais tout gagné. Mon but n’était pas de devenir une star internationale, mais de pouvoir me faire entendre.

Je ne reviens pas sur Yoann Fréget qui a dit dans la presse que vous ne l’aviez pas du tout fait vibrer…

On s’entend très bien avec Yoann. Sur la tournée, il y a une bonne ambiance. Je pense que ses propos ont été retirés de son contexte. Il n’est pas dans cet esprit-là.

Vous en avez parlé ?

Oui, le jour où c’est sorti, j’étais en studio pour enregistrer mon album et il m’a laissé un message vocal en m’expliquant qu’il n’avait pas dit ça comme ça et qu’il n’avait aucun intérêt à faire ce genre de déclaration. Et puis, même s’il l’avait dit, chacun ses goûts. Ça ne me dérange aucunement.

DSC08234.JPG

Ce que vous vivez en ce moment vous a redonné confiance en vous ?

J’ai beaucoup de moments de doute et je ne suis toujours pas sûr de moi. Ça ne m’a pas donné plus de confiance que ça. Je peux dire que je suis toujours aussi stressé.

Il y a un deuxième album qui est prévu dans quelques mois. Un album plus pop avec des compos originales. Vous écrivez et composez ?

Oui, mais est-ce que ce sera assez bien pour être dans l’album ? Je ne sais pas. Si une ou plusieurs chansons plaisent à mon équipe artistique, il est possible qu’on les retrouve sur l’album. J’ai vraiment envie de me livrer dans ce disque à venir. Avec Emmanuel Moire, on s’est vu récemment, il n’est pas exclu qu’on écrive un texte ensemble. J’aimerais bien partager avec des artistes qui me touchent et qui ont une sensibilité proche de la mienne.

Quels sont les artistes qui vous touchent ?

J’adore Zazie. C’est vraiment une artiste extraordinaire. J’aimerais beaucoup travailler avec elle, car je trouve qu’elle a des textes et des mélodies magnifiques.

DSC08243.JPG