Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 septembre 2011

Mort de Cizia Ziké... l'hommage!

cizia-101[1].jpg

"L'écrivain et aventurier français Cizia Zykë, qui avait connu le succès dans les années 1980 avec son roman "Oro", sur ses périples de chercheur d'or, est décédé mardi à Bordeaux à l'âge de 62 ans, au terme d'une vie mouvementée, a annoncé son frère Jean-Claude à l'AFP."

Merde! Les boules.

Ceux qui me connaissent savent que j'aimais ce type-là (que tout le monde n'aimait pas). Il fuyait les médias, mais acceptait pourtant toujours de me voir (même avec un micro).

Je republie donc ma dernière mandorisation.

Elle date du 9 juillet 2009.

 

C’était un soir du mois dernier. J’avais rendez-vous dans un hôtel parisien avec l’aventurier de mon enfance.

Cizia Zikë.

Il pleuvait à torrent.

J’arrive trempé de la tête au pied. Une allure de chien errant.

Je m’ébroue devant l’entrée de l’hôtel, mais me retiens de faire pipi sur le mur.

Personne à la réception. Pendant 10 minutes. Je cherche partout. Aucune âme qui vive.

Ça y est, je suis en retard.

15 minutes plus tard, je vois un type souriant qui arrive tranquillement.

-Ça fait 30 minutes que j’attends ! (Quand je suis en colère, j’exagère toujours un peu.)

-Excusez-moi monsieur, je ne vous avais pas entendu.

C’est un peu normal, il n’était pas là.

Bref, je la fais courte (Waldheim).

Je lui demande de prévenir mon héros que je suis là (et las).

5 minutes plus tard, il descend.

Pas seul.

Avec un jeune homme de 36 ans, au visage avenant.

 

Cizia ne me le présente pas encore.

On parle météo, puis décidons d’aller nous sustenter dans une brasserie du coin, spécialisée dans les poissons.

À notre menu : sole grillée, lotte, pavé de thon purée, avec une modeste bouteille de blanc.

(J’ai le sens de la précision…)

Cizia Zikë me présente son camarade.

Karim Djelouah, 36 ans.

"Le Karim ?", je demande.

Oui, LE.

Karim est un des héros de l’ultime livre de Cizia Zikë. Monsieur Catastrophe et monsieur Pad’chance réunis.

Très curieuse la sensation de diner avec deux personnes dont on vient de lire les aventures.

10.06.09 Cizia Zikë 3.JPG
Cizia Zikë et son "disciple", Karim Djelouah.
10.06.09 Cizia Zikë 5.JPG
Karim tout seul. Hilarant dans Oro and Co.

Pour ceux qui ne le savent pas, Cizia Zikë, pour beaucoup (confrérie dont j’appartiens) est une légende vivante. Le dernier aventurier des Temps modernes.

C’est la deuxième fois que je le mandorise.

La première fois, ça avait fait toute une histoire...

Je n’ai jamais compris pourquoi il acceptait de me rencontrer. Il ne parle jamais (où extrêmement rarement) aux journalistes.

Pas sa tasse de thé.

Avec lui, le facteur humain compte.

Il ne fait pas ce qu’il ne sent pas.

Je crois qu’il a perçu en moi une sincérité et une bienveillance à son égard.

9782265088368R1.jpgLe fait est que nous sommes réunis pour évoquer Oro and Co. Il y raconte dans les premières pages son aventure éditoriale, puis très vite, sa dernière aventure dans la jungle amazonienne. Au Surinam et en Guyane française.

Au début, Cizia veut bâtir une ville au bord du fleuve, puis il devient trafiquant d’or pour pénétrer le monde des garimpeiros, les orpailleurs clandestins brésiliens qui pillent l’or de la Guyane française.

 

Voici un podcast de 4 minutes enregistré ce soir de pluie et de poissons.

Il vous permettra d’en savoir plus.

 
podcast

Et d'autres questions venues glanées ici et là, pendant le repas.

 

-Votre réputation sulfureuse, vous arrange-t-elle dans vos nouvelles aventures ?

 

-Non, pas du tout. Elle me dérange. Ma réputation a démarré avec la question de Pivot, en 1984, quand je suis allé présenter Oro (voir à la toute fin de la note). Il m’a demandé si j’avais déjà tué. C’est le genre de question à laquelle il est impossible de répondre. Si je dis la vérité, que je n’ai jamais tué quiconque et que je préfère préserver la vie humaine, ça ne marche pas. Pour beaucoup, je n’ai pas pu aller dans tous les coins chauds de la terre pour y faire du bizness sans avoir du sang sur les mains. J’aurais eu à me disculper ou à me justifier, j’ai donc toujours éludé la réponse.

 

10.06.09 Cizia Zikë 1.JPG
Zikë version sourire...

-Que pensez-vous de votre lectorat ?

 

-Du bien évidemment. Là aussi, on fantasme sur mes lecteurs. J’ai lu maintes fois qu’ils étaient constitués uniquement de fachos, de gens d’extrême droite, de fascistes… il y en a, je le sais bien, mais ce n’est pas tout mon lectorat. Vous, je sais que vous me lisez depuis des années, vous n’êtes pas comme ça je suppose ? Il y a beaucoup de femmes qui me lisent, mais aussi des jeunes en quête d’aventures, de dépaysement et de liberté… Ce sont, d’ailleurs, souvent les parents qui ont donné mes livres à leurs enfants. Je vends la liberté et la liberté ne devient pas obsolète, ni le désir d’entreprendre, soit dit en passant. Ma légende est parfois lourde à porter, mais il n’y a rien que je puisse faire pour la mettre en miette.

 

10.06.09 Cizia Zikë 4.JPG
Zikë, version "faut pas me chercher"...

-Quels sont les inconvénients liés à la réputation qui colle à votre peau ?

 

En Guyane, par exemple, quand je me suis fais arrêter, je savais que j’étais dans l’illégal depuis le début, mais c’était pour effectuer une enquête. Et quand on effectue un travail de journaliste d’investigation, tous les moyens sont bons, n’est-ce pas ? Comme on me prête encore l’image d’aventurier, le juge d’instruction a été choqué que je puisse être un enquêteur. Alors que j’ai déjà enquêté sur la drogue à Amsterdam par exemple… mais qui que ce soit que je rencontre représentant la justice préfère ne voir de moi que le côté malfrat. Du coup, ce juge m’a interdit de fréquenter la moitié de la Guyane, et évidemment, la partie la plus intéressante pour mon enquête. Je vais donc retourner à Cayenne pour aller négocier le droit d’aller partout. Je ne lâche jamais vous savez.

 

Pourquoi avoir signé chez Fleuve Noir ?

J’étais en guerre contre tous les éditeurs parisiens, comme je l’explique dans mon livre. Depuis mon premier roman, j’ai eu des relations bizarres avec ces gens-là. Je me suis heurté au manque de respect et à l’hypocrisie. J’ai fait entre 10 et 12 maisons d’édition. Chez Fleuve Noir, les gens ont l’air honnête…

 

10.06.09 Cizia Zikë 2.JPG

Je remercie d’ailleurs ici Estelle Revelant, l’attachée de presse de Fleuve Noir, (que je connais un peu) et qui m’a organisé cette rencontre rapidement et impeccablement.

Voici, pour finir, mon article paru dans le Culturissimo du mois de juin qui vient de sortir (et trouvable dans les espaces culturels Leclerc).

Scan10001.JPG
Le milieu de l'édition étant ce qu'il est, Pocket en profite pour sortir conjointement son premier best-seller planétaire, Oro (1984).
OroPocket[1].jpg
La meilleure publicité que je puisse faire pour ce livre, c'est de vous proposer l'interview culte de Bernard Pivot dans Apostrophes en 1984, à la sortie d'Oro.
Un Pivot destabilisé et un Zikë calme et implacable.
A voir en intégralité... car gratiné.

26 mars 2010

Damien Saez... interview!

Damien Saez sort son nouvel album le 29 mars prochain… je l’ai rencontré dans sa maison de disque Cinq7, le 4 mars dernier.

Le magazine Addiction, pour lequel j’écris les pages « Musique » a décidé de mettre en couverture la photo de la pochette du disque…

Je vous propose la version publiée, puis le podcast de l’interview du rockeur souvent décrié.

Scan10001.JPG
Scan10002.JPG
Scan10004.JPG
Scan10003.JPG

04.03.10 Damien Saez.JPGVoici la version « écoutable »… le podcast en 6 parties :

 

Première partie :

 

-Victoires de la Musique 2009.

-"Jaccuse", son album le plus incisif.

-Son écriture a changé.
podcast

 Deuxième partie :

 

-Des  thèmes récurrents, mais pas répétitifs.

-"La société, c'est pas Dieu".

-Damien Saez, un homme libre et ce que ça implique.

podcast

Troisième partie :
-Ce disque a un côté "C'était mieux avant".
-Interdiction du visuel de la pochette du disque.
podcast
Quatrième partie :
-Saez,  homme moderne sans uniforme.
-"Les profs aujourd'hui, sont les Christs de la société".
-Ecrire et chanter des chansons légères... dans l'ordre de l'envisageable?
-Les jeux de mots sans démonstration.
podcast
Cinquième partie :
-Musique plus rock que sur "Varsovie"... retour vers les fondamentaux?
-Son rapport avec le malheur et la tristesse?
-La prochaine tournée.
-Un public fidèle malgré sa discrétion dans les médias.
podcast

Sixième partie:

-Damien Saez, un incompris?

-"Le travail avant l'homme..."

-La promo?
podcast
Voici à présent le clip de "J'accuse" réalisé par un fan... à tel point que la maison de disque hésite à en faire un elle-même.

 

 

 

 

La prestation de Damien Saez aux Victoires de la Musique 2009 (dont il est question dans la première partie du podcast).

DAMIEN SAEZ VICTOIRES DE LA MUSIQUE 2009
envoyé par saez-godblesse.

20 mars 2010

L'Herbe Folle en interview!

 

l_737ed97e65474a71b184b3505238f765.jpg

Voici ma dernière note sur des invités reçus à 77FM.

 J’ai pris un peu de temps avant d’écrire cette note, car j’ai entamé une nouvelle vie professionnelle depuis et je n’ai guère eu le temps d’écrire des notes « travaillées ».

Aussi, aujourd’hui, je le prends.

Le temps.

Car « L’Herbe Folle » est un groupe dont je tiens absolument à vous parler.

1340579022_l.jpg

Clem (batterie, guitare, cajon, xylophone, chant) et Aladin (guitare, accordéon, chant), deux des membres du groupe sont venus me voir le 24 février dernier.

Merci à leur attachée de presse (et néanmoins amie de moi), Sissi Kessaï, d'avoir tout bien organisé, comme d'hab'!

Voici une biographie (trouvée sur leur MySpace) et Césarisée (c’est-à-dire, fort compressée).

 

l_48ecda2964414eea8e05d816cda09965.jpg«  « Chut » est un album qui n'est qu'une petite illustration d'un art d'écrire, voire de vivre, pour ces 4 là.

Dans une intro rocambolesque, digne du meilleur speaker du supermarché qu'ils ne fréquentent pas, L’Herbe Folle annonce la couleur « T'es vraiment pas commercial comme mec ! ».

Et ce n'est pas un hasard : L’Herbe Folle est un groupe totalement indépendant, qui croit en la réussite de l'autoproduction. En témoigne leur partenariat avec leurs aînés (Les Ogres de Barback) qui accueillent ce nouvel album sur leur label Irfan.

Ils laissent libre cours à chacun des 4 membres, tous auteur-compositeur et tous poly-instrumentistes, sans en brider aucun. Ils cultivent les identités plurielles et les ponts entre les styles musicaux, troublant ainsi le jeu des étiquettes.

Un groupe de chanson ? Assurément ! En français, en polonais, en clin d'œil occitan, L’Herbe Folle distille un savoir-vivre épicurien, une conscience militante, un vent de bohème qu'il fait bon entendre par les temps qui courent.

Un groupe de musiques acoustiques ? Hé comment : jazz, klezmer valse, bourrée, java, tzigane, tout y passe !

Et les musiques « actuelles » ? Elles ne sont pas en reste. « Chut » marque le pas d'une présence de plus en plus marquée des musiques « amplifiées » dans leur répertoire : jungle, dub, drum'n bass, rock, une énergie vitale qui se déploie sur scène, là où ils sont nés, et où ils continuent à pousser à l'ombre de leurs nouveaux instruments (ukulélé, sax baryton ... )

Tendez donc l'oreille à ce « Chut », armez-vous de silence, et savourez. »

1339975731_l.jpg

 Première partie :

 

-Le passé du groupe.

-Faire de la chanson un métier.

-Tous les membres de l’Herbe Folle sont multi instrumentistes.

-Comment travaillent-ils ensemble ?
podcast

Deuxième partie :

 

-Un disque aux genres musicaux différents.

-Les préférences musicales de Clem et Aladin.

-Il y a des messages, mais L’Herbe Folle ne fait jamais la morale.
podcast

24.02.10 L'herbe folle 3.JPG

24.02.10 L'herbe folle 4.JPGTroisième partie :

 

-Chansons variées sont être de variétés…

-Direction artistique expérimentale.

-Le son « L’herbe Folle ».
podcast
Quatrième partie :

 

-L’album à venir.

-L’Herbe Folle sur scène.

-Un public fidèle ?

-Jouer à Paris.
podcast
Cinquième partie :

 

-Groupe indépendant.
podcast

1340542853_l.jpg
Quelques clips et extraits de concerts de L'Herbe Folle...


Clip Remix Debout les Morts L'Herbe Folle
envoyé par lherbefolle.


Par En Vie Live par L'Herbe Folle
envoyé par lherbefolle.

"L'idole", extrait de leur dernier album "Chut" 2009

10 mars 2010

Pollux : Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving

l_8026e8b7ed69402790927a49d9a84497.jpg

Il y a quelques jours, Guillaume Chassang, le directeur des éditions Praelego m’appelle.

 

-Bonjour François, Pollux a sorti récemment un nouveau livre. « Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving ». Ça vous intéresse de recevoir le livre ? Bon, en plus, vous y figurez…

-Comment ça j’y figure ?

-Pollux vous a donné un petit rôle dans son roman. Il vous nomme carrément.

-Ah bon ? Mais, il nomme Mandor ou François Alquier ?

-François Alquier.

-Bien et que fais-je précisément ?

-Oh, c’est très court ! Vous prenez un jeune stagiaire dans votre radio… je vous fais parvenir ce livre, vous verrez vous-même…

 

l_4edea6aea0ef43ef898663ffbeadec0f.jpgEffectivement, si Pollux avait été un parfait inconnu de moi, ce procédé aurait été idéal pour que je m’intéresse à cet auteur.

Mais, je le connais parce que je l’ai déjà reçu et Mandorisé pour son premier roman : « J’étais sur le chemin du retour, et j’étais libre ».

J’aime l’écriture de ce garçon.

Un John Fante à la Française. Dans ses livres, les gens banals sont sublimés.

Je lui ai donc demandé de revenir à 77FM pour enregistrer un podcast sur lui et son œuvre (ce que je n’avais pas fait la première fois)…

C’était deux semaines avant mon départ.

Le 26 février 2010.

Et toc, j'ai scanné le passage de "Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving" dans lequel je fais une apparition fugace.

(Egotrip, quand tu nous tiens!)

Scan10003.JPG

Avant d’écouter le fruit de notre entretien, voici sa présentation (présente sur sa page Facebook, son Myspace)…

 

« Pollux est né..., et c'est déjà pas si mal... Après des études universitaires de Lettres Modernes, il chemine quelques années dans le domaine de l’Éducation, avant de goûter au monde des bibliothèques. Aujourd’hui écrivain, auteur de plusieurs romans et nouvelles, il s’adonne à toutes les formes d’écriture (poésie, pièces de théâtre, textes de chansons, scénarios...). Il est aussi connu pour son travail en tant que photographe, et représenté ce jour par la Toast Gallery, vitrine où une partie de ses œuvres sont exposées. Il voue aussi un véritable culte à la musique, et se régale en créant des chansons sur une vieille guitare folk qu’il affectionne. »

 

Voilà un résumé de ses trois livres :

14995_1385918090262_1301333400_31087507_6476604_n.jpg"Cherche petit coin de ciel bleu loin du périphérique"
Nouvelles. Février 2010. Editions Praelego.

 

Résumé : Les personnages de ces nouvelles ne sont pas des héros. Ils sont comme nous, et tentent seulement  d’être heureux. Ils ont renoncé depuis longtemps à changer le monde, mais jour après jour, font preuve de courage pour donner un sens à leur vie, et cherchent seulement à être rassurés et aimés. Ils espèrent, se désespèrent, pleurent  et rient. Ils construisent leur vie avec des grains de sable et de folie, forts et fragiles, grandioses et minuscules. On les croise tous les jours, sans forcément les remarquer. Ils sont autour de nous… dans le miroir qui nous reflète.

 

 

 

 

 

 

 

14995_1385918050261_1301333400_31087506_2785661_n.jpg"Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving"
Roman. Novembre 2009. Editions Praelego.

Résumé : « Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving » est une invitation à la vie, à celle qu’on doit poursuivre au-delà de la mort de sa femme et de son enfant dans un accident de voiture. Une série de plusieurs personnages qui se côtoient, se soutiennent, parfois s’emmêlent, tous reliés par un fil. Un roman sur un sujet grave, ponctué d’instants burlesques, décalés, qui trace un sillage jusqu’au dénouement.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

l_a615609e53784df983f8f6b5de4e1d2a.jpg"J'étais sur le chemin du retour, et j'étais libre"
Roman. Février 2009. Editions Praelego.

Résumé : M. Jaspe aspire seulement à un peu de tranquillité, et s'apprête à profiter de sa première journée d'une année sabbatique bien méritée. Tout irait pour le mieux si la crise de la quarantaine ne venait le chatouiller, sous les traits d'une jeune femme convoitée. A son trouble obsessionnel, viennent s'ajouter d'étranges livraisons quotidiennes de bouquets de fleurs, aux messages anonymes et exaltés.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

26.02.10 Pollux 5.JPGPremière partie :

-Son recueil de poésie, « Cherche petit coin de ciel bleu loin du périphérique ».

-Ses inspirations.

-Forme d’écriture variée : romans, poèmes, nouvelles, textes de chansons.
podcast
Deuxième partie :

-Le deuxième roman : « Moby fredonne encore sur sa chanson Everloving.

-Chercher l’âme sœur.

-L’humour pour s’en sortir.

-L’émotionnel plutôt que le cérébral.
podcast

Troisième partie :

-Le résumé du roman.

-Écrire des chansons.

-Ses goûts musicaux.
podcast

26.02.10 Pollux 6.JPG

Quatrième partie :

-Ses goûts littéraires.

-L’importance de la langue française.

-L’auteur, maître du monde.

-Pourquoi aime-t-il les gens banals.
podcast

Cinquième partie :

-Les gens banals sont malléables.

-François Alquier, mentionné dans le roman.

-Projets littéraires.
podcast

26.02.10 Pollux 1.JPG
Petite pause après l'interview... (les cigarettes sont en chocolat, évidemment...).
Pour finir, voici la version live du titre dont il est question dans le deuxième roman de Pollux.


Moby Everloving
envoyé par thunder72fr.

06 mars 2010

Tété... interview (écrite et orale)!

Scan10005.JPG

Le 1er février dernier, je suis allé à la rencontre de Tété pour le magazine « Addiction, le mag ». Comme beaucoup, j’apprécie depuis le début de sa carrière ce musicien/chanteur hors pair. Rendez-vous dans une salle de répétition de Montreuil. Voici le résultat de cette rencontre…

Ensuite, vous pourrez écouter en podcast, l’intégralité de l’interview.

 

Scan10001.JPG
Scan10002.JPG
Scan10004.JPG
19040_295673241409_708026409_4581716_4179250_n.jpg
Voici la version "écoutable". Le podcast en 5 parties...

4263574362_86477940d3.jpgPremière partie :

-Déjà le quatrième disque !

-Un album très attendu.

-Présentation des musiciens.

-Ses tournées à l’étranger.
podcast

Deuxième partie :

-Repartir à zéro.

-Qu’a-t-il retenu de cette tournée « mondiale » ?

-Se remettre en question en permanence.

-L’enregistrement à Portland.

-La peur du vide.
podcast

4356035018_91a7c85251_o.png

Troisième partie :

-Textes plus limpides.

-Son producteur Steve Berling.

-Ses impressions sur son disque.
podcast

Quatrième partie :

-La chanson 36’70’’.

-Mandor apprend à Tété la mort de Sallinger.

-Ses lectures contemporaines.
podcast

Cinquième partie :

-À quand un roman ?

-Un froussard, artistiquement parlant.

-La scène.
podcast

01.02.10 Tété.jpg
Avec Tété, à l'issue de l'entretien... le 1er février 2010.
Terminons cette note sur Tété avec son nouveau clip "L'envie et le dédain" (réalisé par Edouard Salier):


TETE - L'ENVIE ET LE DEDAIN THE VIDEO!
envoyé par tete-leblog.

03 mars 2010

Brice... chanteur qui se donne!

brice-guilbert-en-silence-serge-leblon-1.jpg

18.02.10 Brice 2f.jpgLe 18 février dernier j’ai reçu à la radio, le chanteur Brice.

Je l’ai découvert en 2006 pour son premier album.

J’avais trouvé le type et ses chansons intéressantes.

Puis le deuxième album est arrivé.

Je ne l’ai pas vu arrivé.

Normal, il est passé à la trappe de la maison de disque.

Enregistré, distribué et pas promotionné.

Autant dire, tué dans l’œuf.

 

Jean-Michel Canitrot, attaché de presse que je côtoie depuis des lustres, m’appelle un jour.

-Tu connais Brice ?

-Oui. J’aime bien.

-Tu veux le recevoir à 77FM ? Il peut même chanter en live, voix guitare.

Emballé, c’est pesé…

 

brice-guilbert-en-silence-serge-leblon-4.jpgVoici sa bio (copié collé sur Wikipédia dont tout le monde loue la rigueur et l’exactitude des informations…) :

Fils d'une mère marocaine et d'un père français, il grandit à l'île de la Réunion dans la ville de Saint-Joseph. À 14 ans il quitte la Réunion et s'installe à Montpellier. Passionné par le jazz-rock il se met à la batterie et à la guitare. À 17 ans il part s'installer à Bruxelles où il est admis à l'école d'art La Cambre. Il y enseigne aujourd'hui le dessin.
En 2001 Brice réalise sa première exposition de dessins et photographies à la galerie Damasquine à Bruxelles. Cette même année il part à Lisbonne où il écrit et compose ses premières chansons.
En 2005 il participe au concours des Franc'offs aux Francofolies de Spa et remporte le premier prix lors d'un concert solo. Son premier album intitulé L'album de Brice sort quelques semaines plus tard en Belgique. Le succès du single «Sans gêne» accompagne la sortie du disque, dans son clip le chanteur apparaît entièrement nu et se met dans la peau de Michael Jackson. En décembre 2006 Brice fait une série de concerts à domicile en Belgique, ce nouveau concept lui permet de se rapprocher de ses auditeurs. L'album est alors signé en France sur le label Polydor. Durant cette période Brice effectue en France et en Belgique diverses premières parties, concerts en solo et en groupe.
Brice rentre en studio à Paris en 2008 pour enregistrer son deuxième album. Intitulé En silence, l'album est co-réalisé par Stuart Bruce et sort le 27 octobre 2008 en France et en Belgique sur le label Polydor.
En 2009 il effectue quelques concerts à Bruxelles, à Saint-Joseph et Saint-Denis de l'île de La Réunion, à Pondichéry en Inde et à Berlin. Fin de l'année deux expositions de ses dessins ont eu lieu à Grenoble et à Berlin.

brice-guilbert-album-de-brice2.jpgPremière partie:

-Présentation de Brice.

-Comment passe-t-il de dessinateur à auteur compositeur interprète?

-Dans une multinationale, mais abandonné par elle.

-Il va chez les gens chanter.
podcast

Deuxième partie:

-Le principe des concerts à domicile.

-Aller chez les gens chanter... concept difficile?

-Que pense le métier de cette façon de s'auto promouvoir?
podcast

brice-guilbert-en-silence-serge-leblon-5.jpg

brice-guilbert-en-silence-22.jpgTroisième partie:

-Un extrait en live du premier album : « Sans gène ».

-Après un échec commercial d'un album, comment s'en sortir?
podcast

Quatrième partie:

-Un morceau « live » du deuxième album en intégralité : « En silence ».
podcast

18.02.10 Brice 5[1].JPG

Cinquième partie :

-Rendre hommage aux endroits où l'on a vécu...

-L'identité, au centre de ses chansons.

-Le site de Brice.

-Ses vidéos.
podcast

Sixième partie:

-Comment envisage-t-il la suite de sa carrière?

-Sa culture musicale...
podcast

18.02.10 Brice 7[1].JPG

Septième partie:

Deuxième chanson « live » tirée du deuxième album : « Dans les endroits branchés ».
podcast

18.02.10 Brice 1[1].JPG
Voici clips et EPK du deuxième album...


Brice - En Silence EPK
envoyé par Brice-officiel.


Brice - En silence
envoyé par folkimplosion.


Brice - Dans les endroits branchés
envoyé par folkimplosion.


Brice - La Réunion
envoyé par folkimplosion.

Voici des clips du premier album.


BRICE - SANS GENE
envoyé par jief75.


Brice - Pathologiquement vôtre
envoyé par folkimplosion.


Brice - J'espère
envoyé par folkimplosion.

Son concept plait aux médias...

"1 disque acheté= 1 chanteur à domicile!!! Brice s'improvise "chanteur à domicile" et va à la rencontre des gens qui ont acheté son album. Ados.fr a suivi le chanteur belge dans tout Paris (et dans les lieux les plus improbables!) et filmé ses mini-concerts privés qui ont enchanté les fans... Découvrez Brice en interview et les images de son périple dans la capitale."


Reportage vidéo: Brice, chanteur à domicile !
envoyé par Ados. -


Brice à domicile
envoyé par folkimplosion.

JT d'M6 : Concert à domicile de Brice.


Brice - CD d'aujourd'hui
envoyé par folkimplosion.

25 février 2010

Coup de fil à Yves Jamait!

topjamait.jpg

yves-jamait-concert-L-1.jpgYves Jamait, chanteur, auteur, compositeur et réalisateur des illustrations de l'album, puise l'inspiration de ses textes au coeur de la vie quotidienne. Angoisse existentielle des veilles de lundi, joies et déchirements amoureux, coups de gueules sur la société défilent au gré des sentiments de l'auteur. Yves Jamait insiste sur ce point : il n'est pas un chanteur engagé. Il écrit au fil de ses impressions sur tout ce qui fait la vie : un jour l'amour, l'autre le travail, mais toujours, toujours, ce qu'il y a au creux du ventre.

Sur scène et sur ses albums, Jamait s'éraille la voix, s'extirpe les mots nés au fond des entrailles, fait grincer les dents et verser les larmes, mais ne se départit pas non plus de la gaieté des bals populaires, de cette douce lumière des souvenirs d'enfance en noir et blanc devenus jaunies. À la lumière du pourpre, Jamait ravive les émotions. De valses tristes en clin d'oeil de java, un autre rock'n roll y résonne.

Récemment, pour Culturissimo, j'ai chroniqué son récent "Yves Jamait en concert".

Vous le savez si vous êtes lecteurs fidèles de ce blog, de temps en temps, je passe un coup de fil à un artiste pour prendre rapidement de ses nouvelles. C'est ce que j'ai fait cette semaine avec Yves Jamait...

Première partie:

-Comment tout a commencé?

-Yves Jamait : chanteur de scène?

-Que pense-t-il de sa réputation?
podcast
Deuxième partie:

-La rock attitude à la Jamait!

-L'humour pendant les concerts.

-Prochain disque.

-La création.

-La condition de chanteur.
podcast

Pour finir, voici un extrait de Jamait en Concert: "Je passais par hasard".

Une chanson qui tombe à pic en ce jour où l'Assemblée Nationale doit adopter des mesures contre les violences conjugales. Parmi elles, la mise en place du port du bracelet électronique pour éloigner les hommes violents de leurs compagnes. Rappelons que chaque année, en France, près de 160 femmes meurent sous les coups de leur conjoint.



Yves Jamait en concert - Je passais par hasard
envoyé par wagramlabel

19 février 2010

Fred Ricou et "les histoires sans fin"!

LHSF[1].JPG

Fred Ricou, je ne le connais pas depuis longtemps. Ma rencontre avec lui est même plutôt récente.

Le 5 février dernier, dans les locaux de 77FM.

P1010987.JPG
"Geek attitude, quand tu nous tiens!"

Je crois bien que c’est mon amie, l'éditrice Elisabeth Robert qui m’en avait parlé pour la première fois, ensuite, j’ai lu son nom dans l’ours des magazines pour lesquels je bosse.

Nous sommes effectivement collègues es-écriture et je l'ai appris tout récemment.

Fred Ricou (accompagné de Daniel Henocq) a fondé un site consacré à la littérature jeunesse :

Image 1[1].JPGLes Histoires Sans Fin

"Il s’adresse aux lecteurs qui aiment cette littérature et aux parents qui se sentent perdus au milieu de cette culture foisonnante.

Premier site journalistique sur le sujet animé par une équipe de passionnés, le site Les Histoires Sans Fin propose des critiques positives de livres, d’albums, de bandes dessinées et bientôt de documentaires !

Le site Les Histoires Sans Fin propose aussi du contenu écrit et vidéo pour faire connaissance avec les différents acteurs de l’édition jeunesse : auteurs, illustrateurs, éditeurs, dessinateurs, mais aussi toutes les personnes proches de ce secteur : réalisateurs de films, responsables de salons littérature jeunesse, et les grands évènements (salons, films, expositions…)."

(Dixit le site lui-même qui est rudement bien informé sur ce qu’il propose, ce qui m’impressionne fortement !)

P1010984.JPG

4438_91320758366_567868366_2058324_4061335_n.jpgVoici donc sa mandorisation en podcast  (4 parties de 4 minutes) :

Première partie :

-Présentation de Fred Ricou.

-Pourquoi s’intéresser à la littérature jeunesse ?
podcast
Deuxième partie :

-Pourquoi un site spécialisé dans la littérature jeunesse ?

-Présentation du site.

-Critiques toujours positives.

-Pas de pédagogie, juste du plaisir.

-Fonctionnement du site.
podcast

untitledff.JPG
De gauche à droite : Daniel Henoq, Bryan Perro (Écrivain de la série de livres et bandes dessinées Amos Daragon, romans Wariwulf, BD La Grande Illusion, etc.) et Fred Ricou.

Troisième partie :

-Des vidéos sur le site.

-Présentation de l’associé de Fred Ricou, Daniel Henoq.

-Fréquentation du site.

-Reportage sur le site.
podcast

Quatrième partie :

-Les histoires sans fin des les salons du livre.

-Les appels du pied de la profession.

-Evolution du site.

-Mot de la fin.
podcast

P1010989.JPG
M'sieur Ricou (rédacteur en chef des "Histoires sans fin") et m'sieur Mandor (rédacteur en chef de pas grand chose), le 5 février à Crégy-les-Meaux.

18 février 2010

Coup de fil à F.M...

F-M-sur-Musicblog-fr.jpg
f-m-a-dream-or-two-2480482_1350.jpg"La musique de F.M. aurait pu n'etre que le débalage pompeux d'un savoir-faire et d'une culture qu'on imagine développée. Engagé au contraire dans une recherche d'efficacité qui le rattache au monde de la pop, ce chanteur atypique met à profit d'indéniables talents de compositeur et d'arrangeur pour développer un genre accessible quoique sophistiqué, entre la musique de chambre et la chanson rock. Suspendu aux cabrioles d'une voix à l'envergure parfois impressionnante, l'auditeur prend le risque de s'envoler...haut."
(MySpace de l'artiste
J'aime cet artiste hors du commun. Il parvient à concilier deux approches longtemps considérés comme antagonistes, celle de la pop et la musique de chambre.
Abolissant toute notion de hierarchie entre les esthétiques, F.M recherche plutôt l'excellence dans chacun des genres abordés.
Je l'ai appelé hier pour réaliser une interview téléphonique "sur le pouce".
J'espère qu'en l'écoutant, vous aurez envie de le découvrir plus intensément.
podcast
Voici son clip :


F.M. clip "Certain People"
envoyé par Pop_Music.

11 février 2010

Que devient Jean-Claude Borelly?

photo_de_presse_jean_claude_borelly.JPG
  Jean-Claude Borelly, c’est :

18 albums enregistrés.

Plus de 15 millions d’albums vendus dans 23 pays.

22 disques d’or.

Et plus de 2.000 concerts dans le monde.

Son plus grand succès est Dolannes Mélodie.

En 1975...

 


Jean-Claude Borelly - Dolannes Melodie
envoyé par peter95000.

414973.jpgJe l'ai retrouvé... enfin, je lui ai passé un coup de fil pour prendre de ses nouvelles.

Première partie :

-Présentation du musicien.

-Tournée des églises et des cathédrales.

-La relation avec son public.

-Ne plus être en haut de l'affiche...
podcast

Deuxième partie:

-Son duo avec Stéphane Guillon.

-Son nouveau disque : "Du choeur à la lumière".

-Facebook.
podcast

Merci à Jean-Claude Borelly d'avoir eu suffisamment d'autodérision pour jouer le jeu de Mandor. Un jeu qui n'en reste pas moins respectueux.

Allez, on se quitte avec un page de pub!