Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 avril 2014

Pierrot panse : interview pour La chamade

pierrot panse,la chamade,interview,mandor

(Photo : Lucie Sassiat)

Pierrot panse est le pseudo ou le projet (je ne sais pas trop) d’un jeune auteur-compositeur-interprète, Guillaume Ougier, très talentueux, à la fois sensible et mordant. Après Façon de panser, son premier album, je le mandorise une seconde fois (la première ici) pour son lumineux, profond et humain La chamade. Il est revenu à l’agence le 7 février dernier pour m’en dire un peu plus sur l’évolution de sa jeune carrière.

Biographie officielle (la plus courte de l’histoire des biographies officielles, soit dit enpierrot panse,la chamade,interview,mandor passant) :

Des bouts de vie qui s’empilent, qui se cassent la gueule, on ramasse tout et on recommence. Ça rit, ça pleure, ça rêve, ça grince des dents… c’est bizarrement foutu un être humain !

Parcours :

2008, il autoproduit un EP 5 titres « Parle à mon cul… ma tête est en balade »

2011 voit naître son premier album « Façon de panser »

2013, son second album « La Chamade » voit le jour. L’aide à l’autoproduction de la Sacem lui est attribuée.

Ce qu’en pensent mes confrères (éclairés) :

« Pierrot est comme un peintre en sentiments maîtrisant son art avec subtilité » – Stéphanie Berrebi (FrancoFans)

« Une réalisation soignée, une orchestration fine et ample » – Soul Kitchen

« La chamade lèche ses mélodies et ses harmonies vocales » – Thierry Cadet (Horscene)

pierrot panse,la chamade,interview,mandor

pierrot panse,la chamade,interview,mandorInterview :

Je trouve que cet album est mieux produit que le premier et que ta musique a sacrément évolué.

J’ai beaucoup plus travaillé avant d’entrer en studio et j’ai grandi entre les deux disques. Il s’est passé trois ans. A l’époque où j’ai écrit le premier, j’étais beaucoup dans la chanson. Depuis, j’ai beaucoup écouté des groupes comme Radiohead et j’ai cherché à découvrir des musiques plus fouillées.

Entre écouter les choses et pouvoir les réaliser soi-même, il y a une grosse marge.

L’ingé son avec lequel j’ai bossé, qui est le même que sur mon premier album, s’est lui aussi beaucoup plus retrouvé dans ce style de musique, plus rock finalement. J’ai la sensation qu’il s’est un peu plus fait plaisir parce qu’il s’est plus reconnu dans le projet.

J’adore le premier titre, « Fatigue palpable ».  Musicalement, je me suis vraiment dit qu’il fallait que tu ailles dans ce sens-là.

C’est justement ce que je compte faire. J’aurais aimé développer plus ce genre de musique sur ce deuxième album, mais il faut que ça murisse encore un peu en moi. Utiliser des machines pour faire du rythme, c’est quelque chose qui commence vraiment à me tenter.

Clip de "Bien longtemps" réalisé, filmé et monté par Rémi Pinaud.

Considères-tu que La chamade est un album de transition ?pierrot panse,la chamade,interview,mandor

Complètement. C’est une transition en douceur entre la chanson à texte de mon premier album et ce que j’ai envie de faire pour le prochain. Je ne peux pas changer radicalement de style. Ceux qui me suivent ne comprendraient pas un changement soudain.

La chanson « Ca commence quand ? » va dans la même direction que « Fatigue palpable ».

Oui, mais ce sont justement les deux morceaux qui divisent mon public.

Je trouvais ton premier album un peu trop doux, je te l’avais dit à l’époque. Celui-ci est vraiment intéressant, tant au niveau des textes que de la musique… j’attends le troisième avec beaucoup d’impatience. C’est très plaisant de voir quelqu’un comme toi évoluer dans le bon sens.

Ça me fait plaisir ce que tu dis, parce qu’il est hors de question pour moi de faire le même album. Mon but est d’essayer des choses différentes et d’évoluer. J’ai mis « Fatigue palpable » au début pour affirmer mon changement de direction.

Tu fais pas mal de concerts en solo. Tu vas t’en sortir comment avec un tel album ?

Réadapter les morceaux en solo est un peu galère, je te le concède.  Ça demande du travail, il faut revoir les morceaux. Mais, ça fait partie de mon métier.

Il y a une chanson que j’aime beaucoup, « Chaque seconde ». Un type qui regarde par la fenêtre des personnages en bas de chez lui.

Ces personnages existent. C’est une chanson à peine romancée. Mais, le vrai thème de cette chanson, c’est la façade que montrent les gens en société. Elle n’est jamais le reflet de ce qu’ils sont réellement. Les vraies émotions, les vrais échanges, on les montre très rarement. J’ai la chance depuis quelque temps de partager des vrais bons moments  avec des gens comme Thierry Cadet ou David Govrache par exemple. Nous nous voyons régulièrement et on peut dire que nous sommes assez proches. Quand tu es avec ces gens-là, tu peux dire ce que tu veux, tu sais que tu ne seras pas jugé. Quand tu vis de tels bons moments d’humanité, tu te rends compte que 80% du reste de tes rapports sont hyper faussés et pas vraiment honnêtes. « Chaque seconde », parle de ça avec différents personnages.

Si on te demande quelle musique tu fais, tu réponds quoi aux gens ?

Il y a une définition qui m’est venue récemment. Je dis que mon travail est de la chanson à vif. Parce qu’elle vient du bide.

Pierrot panse, autoproduction Sacem 2013.

Espères-tu que ce deuxième disque déclenche plus d’intérêt pour toi, de la part des médias, des professionnels et du public ?

Déjà, l’attribution d’une subvention de la Sacem pour faire ce disque à quelque chose d’encourageant en terme de crédibilité… et aussi en terme de finances. 4500 euros, ce n’est pas rien. Ça me rembourse la totalité de l’album. C’est un signe qui me laisse penser qu’il a déjà plus d’avenir que le premier et qu’on commence à reconnaître que mon travail est honorable.

As-tu fait des compromis pour ce disque ?

J’ai juste pris conscience de certaines choses. Avant, j’écrivais une histoire, sans penser au refrain. Thierry Cadet m’a fait remarquer que quand on fredonne une chanson, on fredonne un refrain. Avant, je faisais ma tambouille tout seul. Je m’aperçois qu’on manque d’objectivité sur son travail quand on a le nez dedans constamment. Aujourd’hui, j’écoute les conseils de mes amis. Ils m’aident à rendre du recul sur ce que je fais. Le troisième album va dépoter, je te promets.

As-tu une équipe pour la scène, pour lancer ton disque?

Non. Je suis toujours seul. Je n’ai pas de tourneur par exemple. Ce n’est pas évident de gérer tout moi-même. Ce que j’aime, c’est faire des chansons, écrire, les enregistrer… je fais tout ça par mes propres moyens.

pierrot panse,la chamade,interview,mandor

Es-tu optimiste sur la viabilité de ton projet Pierrot Panse ?

Je suis assez optimiste artistiquement sur l’avenir, dans le sens où je sais qu’il y a du chemin qui est fait et que j’évolue.

Tu es optimiste pour ta carrière, mais pas trop dans les textes de tes chansons.

Là, c’est ton point de vue. Pour moi, parler de choses un peu tristes n’est pas forcément un gage de pessimisme. Le mec qui m’a donné envie d’écrire, c’est Mano Solo. Je n’ai jamais trouvé Mano Solo triste. Au contraire, c’était un combattant dans un décor lourd à digérer, mais il avait la niaque et la rage de vivre. Son répertoire était plein d’énergie et de vie !

En écoutant attentivement tes chansons, j’ai quand même l’impression que tu n’as pas une vision de l’homme très positive, non ?

Parfois, je suis un peu emmerdé, je perds un peu espoir. Quand je vois les gens s’engueuler dans le métro parce que l’un a bousculé l’autre, quand je vois que les gens sont à fleur de peau, qu’ils s’énervent pour rien et qu’ils sont prêts à exploser pour des trucs anodins, ça me donne un semblant de désillusion sur les Hommes. À côté de ça, quand je suis avec mes vrais amis, ça me redonne espoir en l’humanité.

Quand tu dis que La chamade est un album apaisé, j’ai du mal à le comprendre.

En fait, quand je dis ça, je crois que je parle de moi finalement.

Ton album va toucher beaucoup de gens, j’en suis sûr…

Je suis dans le sentiment, dans l’humain. Il y a un moment, il faut bien reconnaître qu’on est tous foutus pareil. On vit tous plus ou moins les mêmes trucs dans la vie. Je chante des chansons dont les histoires peuvent arriver à tout le monde. J’espère qu’il touchera un maximum de personnes.

pierrot panse,la chamade,interview,mandor

Après l'interview le 7 février 2014.

08 septembre 2012

Pierrot Panse : interview pour Façon de panser

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or

Voilà encore un artiste repéré lors de ma participation au Pic d’Or 2012 en tant que jury. Pierrot Panse et ses deux excellents musiciens ont conquis les amateurs de bonnes chansons dites « traditionnelles ». Je n’y suis pas insensible non plus. Le 31 aout dernier, j’ai demandé à ce très sympathique artiste de venir à l’agence pour que j’en sache un peu plus sur lui.

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'orBio (officielle) :

"...Pierrot panse, c’est la chanson à vif, celle qui raconte, sans fioritures, sans gros souliers.
En novembre 2010, il sort son 1er album, “Façon de panser”.
Des bouts de vie qui s’empilent, qui se cassent la gueule, on ramasse tout et on recommence ; ça rit, ça pleure, ça rêve, ça grince des dents… c’est bizarrement foutu un être humain !

Pierrot se cogne à la vie ! Mais si certains y laissent des plumes, lui les attrape au vol, et au détour d’un mot, d’une mélodie, remèdes à tous les maux, Pierrot panse les blessures et apaise les tourments. Ses chansons sont comme des caresses, on est là, on les écoute, on ferme les yeux et on se sent bien. Pourtant Pierrot, entier, nous livre aussi ses colères et ses déboires les plus embarrassants, le tout avec une proximité déconcertante. Des textes sincères, tantôt touchants, tantôt drôles et toujours une musique judicieusement choisie..."

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'orInterview :

Pierrot Panse est composé de toi, Guillaume Ougier (guitare/chant/compo/texte), Sofia Miguélez (accordéon/chœurs) et Édouard Heilbronn (Basse). Pierrot Panse, c’est un chanteur accompagné de musiciens ou un groupe ?

Pierrot Panse laisse imaginer un nom de groupe ou un nom de chanteur. Tout le monde pense que c’est mon vrai nom. Le pseudo que j’ai choisi est un verbe. C’est un projet que j’ai commencé seul, après petit à petit, j’ai rencontré des musiciens et j’ai eu envie de partager ça avec du monde. Je me rends compte que, du coup, on est souvent considéré comme un groupe, alors que c’est mon projet. Juste, je suis entouré des deux mêmes musiciens. Ils me sont essentiels. J’aime beaucoup ce côté qu’un groupe peut avoir dans ce qu’il partage.

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or

C’est un album qu’il faut écouter attentivement. J’y ai trouvé quelques références, principalement, du Mano Solo.

Je ne m’en cache pas, c’est l’artiste qui m’a donné envie de chanter. On n’a pas la même voix, mais ce rapprochement que l’on fait doit avoir un rapport avec la manière dont je la pose.  L’intonation aussi est proche, ce vibrato chevrotant, je l’ai quand même pas mal atténué par rapport à mes débuts. Cela étant, je n’ai pas le sentiment de faire du Mano Solo. Je peux même te dire que je suis en train de m’en détacher et de trouver ma voix personnelle.

Tes autres influences ne sont pas françaises d’ailleurs ?

Adolescent, j’écoutais les Pink Floyd à fond. Ça se sent chez moi dans les intros de mes chansons qui sont parfois très longues. D’ailleurs, le deuxième album va sonner plus électrique dans les ambiances. Il y a un autre groupe que j’aime beaucoup, c’est Radiohead. Ils font de l’électrique intelligent, pas de l’électrique bourrin. Je pioche un peu des autres, je l’avoue, pour faire une musique à moi. Mais, tu sais, on fait tous cela, consciemment ou inconsciemment.

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or

Tu penses déjà au deuxième album, donc.

J’ai écrit beaucoup de chansons pendant une période, aujourd’hui j’essaie de voir ce que je peux vivre encore pour alimenter d’autres textes. Même musicalement, il faut que je raccroche mon wagon à ce que je ressens aujourd’hui.

Sur scène, tu sens aussi qu’il faut que tu évolues ?

Chanter et jouer en même temps un instrument, ce n’est pas pareil que chanter en ne faisant qu’interpréter sa chanson sans se soucier d’autres choses. Parfois, je me sens coincé derrière ça et en même temps, jouer un instrument, ça peut servir de carapace. Moi, sinon, je ne sais pas trop quoi faire de mes mains. Il n’est pas impossible que je joue de moins en moins de guitare pour n’interpréter mes chansons qu’avec mon corps. Sur scène, il faut que j’apprenne à bouger un peu plus.

Dans la vie, tu as beaucoup d’humour et tu es un peu pince-sans-rire. On le remarque peupierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or dans tes chansons.

Il y a des touches ponctuelles, mais ce n’est effectivement pas ce qui domine. Ce que je vais te dire va te paraître paradoxal, mais j’adore faire rire les gens sur scène, entre les morceaux. En même temps dans l’art, ce n’est pas ce que je privilégie. Pour moi, un bon film n’est pas un film dans lequel je vais me marrer. Ce sont plus des choses qui me prennent aux tripes. Je ne fais pas du Oldelaf, même si j’apprécie réellement son talent. « La tristitude », je l’ai regardé et écouté 1000 fois et je trouve ça super drôle, mais, je n’envisage pas la chanson de cette manière. Même dans mes chansons plus légères, comme « Le mal de l’air » qui parle juste d’un vieux con acariâtre, il y a quand même du fond derrière. Il y a toujours des doubles sens dans mes chansons qu’on ne perçoit pas à la première écoute. Ensuite, chacun intègre une chanson avec son interprétation, c’est normal. 

Dans « Pas si loin », tu expliques que pour que la vie te soit favorable, il faut sourire à la vie.

C’est surtout pour dire que l’on provoque un peu le bonheur, je crois. En fait, je suis tout sauf fataliste. C’est là aussi que je peux me retrouver dans les chansons de Mano Solo. Il chantait parfois des chansons dures, de part la vie qu’il avait et de ce qu’il observait, mais il y avait toujours une rage de vivre, un espoir. C’était un combattant, comme il disait.

On te voit moins sur scène en ce moment… je crois savoir que c’est délibéré.

J’en ai fait beaucoup. J’ai fait la majeure partie des bistrots de Paris. C’est assez facile de trouver des dates. Mais, depuis quelque temps j’ai une ambition folle : jouer dans des lieux où les gens t’écoutent vraiment. Dans me répertoire, c’est indispensable d’écouter le texte. En ce moment, je suis donc beaucoup moins présent sur scène, mais au moins, désormais, il y a un respect et une considération dans ce que je fais.

pierrot panse,façon de panser,interview,mandor,pic d'or