Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 septembre 2014

Pierre Faa (Peppermoon): interview pour Gingko Biloba et Prismes

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

© Wenpeng Lu. Pierre Faa devant une œuvre éphémère de Pierre Roy-Camille.

Pierre Faa écrit sur les autres, écrit aussi pour les autres, interviewe la planète chanson pour des magazines, réalise des pochettes de disques pour d’autres artistes, a fondé Peppermoon (duo pop élégant), et sort des albums sous son propre nom.

Pierre Faa mérite l’admiration de tous. Il a la mienne.

Pierre Faa m’impressionne, car il a l'intelligence, la culture et l'expérience d'un homme qui connaît la chanson, et de l’intérieur.

Étrange mosaïque sonore, tantôt acoustique, électro, lo-fi, lyrique ou intimiste, l’œuvre de cet artiste unique (et malheureusement encore trop méconnu) me touche, comme il devrait toucher un public féru de chansons pop élégantes et troublantes.

Homme sans emphase, sans théâtre. C’est rare. J’apprécie sa présence. Et j’ai aimé le recevoir à l’agence le 18 août dernier pour évoquer ses deux nouvelles sorties de disque : son deuxième album personnel, Gingko Biloba et le nouveau Peppermoon, Prismes.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorCe que Pierre Faa dit de lui et de son nouvel album, Ginkgo Biloba :

Suis un chanteur à voix douce, pas envahissant, plutôt rêveur… qui entend avoir le droit de partager cet univers-là, même s'il n'est pas le plus fédérateur du monde. Question de principe !

Comme le premier, ce deuxième album a pris son temps. Dans un contexte différent puisque je l'ai produit moi-même. Depuis que j'ai réalisé le premier Peppermoon en 2009, je n'ai pas cessé de travailler sur des chansons, et ça s'entend : il y a des textures sonores, des voyages, des rencontres qui sont passés par là.

Travailler avec Jay Alansky, avec Erica Buettner, Elsa Kopf, Iris de Peppermoon et Emmapierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor Solal (ordre alphabétique) est à chaque fois un apprentissage. Sans fin. Il faut aller chercher des sons, des émotions différentes. Chacun vous apporte sa vision, ses richesses, ses fêlures aussi. Au plaisir du partage, je substitue cette fois le plaisir d'explorer en quasi solitaire, tout de même rejoint par quelques amis musiciens de passage : quelques guitares de Benoît Pillon et Christophe Héry, quelques percussions de Philippe Istria, quelques insectes électroniques semés par Yamori Kota... et une ou deux surprises...

Ceux qui me suivent sur scène connaissent certaines chansons, polies au fil des concerts (Parisienne, Ginkgo Biloba, La mer, la nuit) et deux autres créées par Buzy (Nébuleuse, Un mot pour ça), que je reprends dans des arrangements très différents. Il fallait que je les rassemble, un jour ou l'autre. C'est fait.

Je chante toujours feutré parce que c'est ce que j'aime entendre. Mais je crois pouvoir dire qu'il y a plus de nerf et de corps dans certains morceaux, des rythmiques autour desquelles je peux enrouler mes volutes.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorInterview :

Je suis content de te recevoir, Pierre.

Je tiens à te remercier d’avoir passé du temps avec ma musique. Je ne pars jamais du principe que c’est un acquis ou un dû. Quand je réécoute mes chansons, je n’entends que les petits défauts, ce qui m’incite à vouloir être meilleur la fois suivante.

Un artiste n’est jamais objectif sur son propre travail. Es-tu d’accord ?

Il y a ceux qui sont fans d’eux-mêmes et il y a ceux qui, au contraire, se battent la coulpe. Pour ma part, j’espère juste pouvoir mesurer la part de progrès que je fais sur le son ou sur les textes. Je me dis que je peux éventuellement présenter mon travail et ne pas en avoir honte, parce que j’ai été au maximum de ce que je pouvais produire. En sachant que mes possibilités d’aujourd’hui sont, j’espère, moindres que celles de demain. Si on ne veut pas se présenter avec une marge de vulnérabilité et de choses critiquables, il ne faut pas faire ce métier.

Tu es également journaliste musical. Tu rencontres donc beaucoup d’artistes. Parfois, ce sont des chanteurs de variétés. Nous nous sommes croisés chez Patrick Bruel. C’est marrant parce que ce genre de chanteur est aux antipodes de ce que tu fais comme travail musical.

Je ne vais jamais interviewer un artiste en tant qu’artiste, mais en tant que simple journaliste. D’ailleurs, je ne suis pas persuadé que Bruel et d’autres artistes sachent que je fais moi-même des chansons. Je ne me mets jamais en avant et je ne viens surtout pas pour parler de moi. Il est arrivé ponctuellement qu’au fil des années, il y ait des relations amicales qui se tissent avec tel ou tel artiste, alors, à ce moment-là, ça vient dans la conversation.


Pierre Faa : "Le nombre ne valide rien" (le 26 août 2014) par Europe1fr

Frédéric Taddéi : "Pierre Faa, vous êtes peut-être le chanteur le plus humble que j'ai recu jusqu'à présent au Europe 1 Social Club..."

Toi qui es un artiste exigeant, quand tu interviewes un chanteur qui interprète des pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor« bluettes », tu n’as pas envie de leur faire des remarques ?

Je suis exigeant pour moi-même. On a tous nos idées de ce qu’est l’endroit où on veut arriver avec une chanson, l’endroit où on voudrait emmener les gens. Ce ne sont pas les mêmes que ceux de certains autres artistes, même très doués comme Albin de la Simone ou Bertrand Belin. Nous avons chacun notre royaume secret et enfantin et je ne me permettrais jamais de critiquer celui d’un autre. De toute manière, les comparaisons n’ont pas lieu d’être. Je suis toujours épaté par le talent des autres. Il y a des talents très divers que je n’ai pas et quand je les vois chez les autres je sais les reconnaître. Faire de grandes chansons populaires qui attirent des gens dans les stades, je n’ai pas cette capacité-là.

Tu parles de royaume propre à chaque artiste, peux-tu me décrire le tien ?

Il est toujours en rapport avec l’enfance. Il y a toujours des rêveries d’enfance dans mes chansons. Ce sont des années où on a le temps de rêver. J’ai grandi dans des endroits où on s’ennuyait ferme. A posteriori, ce n’est pas si mal.

Tu as fait de la musique très vite dans ta jeunesse ?

Non, je n’ai pas été immédiatement dans l’action. Mes tous premiers souvenirs sont musicaux. À même pas un an, je me souviens avoir entendu Jacques Loussier Trio à la radio,  dans un décor très précis : un appartement dans lequel mon père et ma mère ne sont pas restés longtemps. La première fois que j’ai entendue « Comment te dire adieu » qu’interprétait Françoise Hardy est un souvenir marquant également. « La ballade de Johnny Jane » aussi. Quand j’étais petit, je voulais faire Jane Birkin comme métier.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorTu es fan d’elle ?

Parmi les premiers disques que j’ai achetés, il y a ceux de Jane dans les années 70.

Comme Gainsbourg l’a fait avec Jane Birkin et bien d’autres, toi aussi, tu travailles avec beaucoup de femmes ?

S’il y a quelque chose qui est comparable avec Gainsbourg, sans que cela soit présomptueux, c’est que l’on doit avoir une sensibilité féminine. On a plus de facilité à se connecter au pôle féminin.

Tu es à l’origine des albums d’Emma Solal, Elsa Kopf et quelques autres que, personnellement, je ne connaissais pas.

Ce n’est pas une posture de travailler avec des artistes femmes inconnues. Il y a tellement d’intermédiaires pour toucher un artiste réputé que ça m’épuise d’avance. En France, il y a des gens avec lesquels je trouverais intéressant de faire un jour un texte ou une musique. Pour les joindre, il faut remuer ciel et terre, je n’en ai pas envie. Je préfère donc aller à une forme de naturel, de simplicité. Travailler avec des gens qui ne se posent pas 36 000 questions.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

Peppermoon (Iris et Pierre).

Tu n’es pas très connu en France pour ton travail perso ou pour ton groupe Peppermoon, contrairement à certains autres endroits, comme l’Asie.

Pour Peppermoon seulement. Le nouveau disque est sorti d’abord en Corée et ensuite à Taïwan. L’Europe était ensuite le gouffre qui avalait ce qu’on avait durement gagné en Asie. Ici, tout coûte une fortune. Quand on gagne des yuans en chine et qu’ensuite on dépense des euros, on ne va pas loin.

Ça veut dire que dans ces pays là Peppermoon a une notoriété conséquence ?

Nous ne sommes pas des artistes grand public, « mainstream », et nous ne sommes pas pour autant des inconnus. Mais, réunir quelques centaines de personnes en Chine, il n’y a pas de quoi se vanter non plus. Il y a quand même une affection particulière autour de la façon dont j’aime prendre les voix, de façon assez proche, avec une certaine délicatesse. Mes chansons sont bien perçues là-bas parce qu’elles correspondent à ce que les Asiatiques se représentent de la chanson française, de l’héritage de Jane Birkin, de Françoise Hardy, mais aussi plus récemment de Keren Ann et de Carla Bruni.

Qu’aiment-ils chez Peppermoon ?

Peppermoon, c’est du macaron musical. Nous sommes une boite de macaron Ladurée pour les oreilles. On fait quelque chose qui ne fait pas peur s’apparence, qui a un côté mignon, mais qui a une saveur qui n’est pas celle d’usine.

Tu regrettes ta situation en France ?

Oui, mais comme on était très occupé là-bas, ça nous a pris du temps et il y a certainement des efforts que je n’ai pas faits ici pendant ce temps. J’ai le projet de refaire un petit paquet de chansons de mon répertoire en piano-violoncelle. Il y en a certaines d’entre elles dont je continue à me dire qu’au fil des années, elles peuvent toucher un certain public. J’ai parfois l’impression de ne pas avoir pris le bon chemin. Et puis, j’ai beaucoup appris entre le son du premier album et celui d’aujourd’hui. Je n’ai pas arrêté de faire de la musique, de voyager, de voir des gens différents et, j’espère, de progresser. Je me suis énormément nourri d’apports extérieurs.

"Basse, batterie guitare", written & produced by Pierre Faa, taken from the album "Ginkgo Biloba" (2014)

(Première diffusion officielle du clip, chez Mandor. Merci à Pierre Faa de sa confiance!)

Es-tu curieux de ce que font les autres ?

Bien sûr. Je continue à acheter beaucoup de musique et à lire intensément. J’ai toujours envie d’explorer.

En écoutant tes textes, je sens aussi une nourriture spirituelle.

Il faut savoir que j’étais un drôle d’enfant qui faisait de l’astrologie. Depuis l’âge de neuf ans, je suis tombé là-dedans comme Obélix dans la potion magique. J’ai étudié cette science et je sais faire des thèmes. Ça te confronte à une part de mystère et d’étrange. J’ai toujours aimé la science-fiction et le fantastique. J’aime bien tout ce qui repousse les limites et tout ce qui nous ramène à une forme d’humilité par rapport à des forces et des mystères qui nous dépassent. Le mysticisme en fait partie. Je suis donc plus sensible aux manifestations made in Asia de ce sentiment-là. J’ai été très tôt en contact avec le Tao Te King ou Le Vrai Classique du vide parfait de Lie-tseu, deux grands jalons de la pensée d’Extrême-Orient. Le Shintoïsme m’intéresse beaucoup. J’en ai été imprégné.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

(photo © Dior Sa - live in Seoul with Peppermoon, 2013)

Écris-tu différemment quand tu écris pour toi ou pour Peppermoon ?

Pas pendant la création. Disons que ce que je fais pour Peppermoon, c’est plutôt bleu ciel et ce que je fais pour moi, c’est plutôt bleu nuit. Mais généralement, quand j’écris, je ne sais jamais à qui le texte sera adressé. C’est après que je décide à quelle voix ira le mieux la chanson. Je me mets au piano et je regarde ce qui tombe. Il n’y a jamais de projet au départ, tout est instinctif.

Tu parles comme si tu n’étais pas responsable de ton inspiration.

Disons que je perds un peu le contrôle à un moment. S’oublier, se perdre dans une suite d’accords, si ça ne m’arrive pas quand j’essaie de le faire, alors je ne peux pas prétendre que ça fasse rêver les gens ensuite. Il y a dans la création certains aspects de la méditation, mais je ne cherche pas à faire le vide dans mon esprit quand je compose. Au contraire, on appelle des images, on appelle une espèce d’effervescence.

Pourquoi n’écris-tu que pour les femmes ?

J’aimerais bien travailler avec un interprète masculin qui serait plus extraverti que moi et plus « chanteur » au sens traditionnel du terme. Pas un chanteur diseur comme moi.

C’est ce que tu penses de toi ?

Je ne suis pas un prince de la technique vocale.

Étienne Daho non plus, et pourtant…

Que l’on soit Daho, Sheller, Chamfort, ce qui est important, c’est de faire bien ce que l’on propose. C’est comme un peintre qui veut faire une toile en utilisant du gris et du bleu, on ne va pas forcément lui demander pourquoi il n’a pas mis de rouge et de jaune. À partir du moment où tu as choisi une certaine façon de présenter ta création et ta vision du monde.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

(Kyoto - 2014)

Tes « chanteuses » ont des voix très différentes.

J’ai été très chanceux, j’ai pu exprimer des facettes très différentes. Donc aujourd’hui, j’aimerais avoir cette même complicité avec un jeune chanteur qui serait moins intériorisé que moi et qui serait moins émotif pour la scène. Je fais des mélodies pas faciles, c’est ça le pire. Si je faisais des musiques linéaires, ce serait plus simple à chanter. Pour moi, chanter mes chansons sur scène, c’est une conquête.

Je sais que tu aimes la difficulté dans la création de chanson.

Ça me rappelle la chanson de Sheller, « Un endroit pour vivre ». À un moment, il dit : « J’aimerais faire quelque chose, pas forcément facile. » Il a raison, pourquoi faudrait-il que tout soit forcément facile ?

Pourtant, parfois, tu as des mélodies simples, mais terriblement efficaces.

Si je ne vais pas toujours musicalement vers la simplicité, par contre, je n’ai pas peur de la simplicité mélodique. J’ai observé parfois chez certains artistes français, presque une peur et une sorte de snobisme autour des mélodies trop évidentes.  Il y a au moins un endroit, un moment, dans une proposition artistique, qui est directement compréhensible. Elle peut être dans l’interprétation ou dans la façon de balancer un texte. Ce n’est pas toujours cérébral à tous les étages. Il y a toujours un endroit où c’est physique. C’est important qu’à un moment, ça se connecte au plexus solaire. S’il y a toujours des métaphores dans mes chansons, je fais en sorte qu’il y ait toujours un endroit où les gens puissent passer sans difficulté.

Pierre Faa - je n'attends rien from pierre faa on Vimeo. Premier extrait de l'album Gingko Biloba.

Il y a une chanson qui s’intitule « Je n’attends rien ». C’est pour ça que tu es un solitaire dans la création ?

Oui, je fais tout moi-même sauf la guitare. Je ne suis pas bon avec cet instrument. Je le regrette d’ailleurs. Mais si je fais tout tout seul, c’est aussi par défaut. Quand j’ai commencé Peppermoon avec Iris, je cherchais quelqu’un pour produire l’album. J’ai rencontré quelques personnes qui étaient éventuellement intéressées, mais à chaque fois, venait sur la table la question du financement. À cette époque-là, il n’y avait pas d’Ulule ou autres, j’étais pris au piège. Je n’avais pas les sommes qu’ils me demandaient, je me suis donc retrouvé à faire les choses moi-même. Au départ, j’en ai beaucoup souffert, car je ne me considérais pas du tout comme arrangeur. J’étais très mal à l’aise avec les machines, j’ai donc réellement appris.

Aujourd’hui, tu y trouves du plaisir ?

Oui. Ça m’a pris trois ans pour que je commence à apprécier ce travail.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandorSur ton premier album, tu as travaillé avec Jay Alanski. Ce n’est pas rien.

J’ai adoré ma collaboration avec lui. D’ailleurs j’ai fait une chanson qui l’évoque dans mon deuxième album, « Song for Jay ». Je voulais lui dire que j’aurais aimé que notre travail ensemble soit plus aimé. Je veux me mettre de côté. Jay m’a donné énormément. De son temps, de son énergie, de son affection. Il faut apprécier les gens, pour passer des mois sur des chansons de quelqu’un d’autre. Il n’a pas souvent été juste arrangeur pour un album, donc vraiment, il m’a fait un cadeau très généreux. J’ai été hyper touché et je continue à l’être.

Il t’a appris beaucoup ?

Bien sûr. Il m’a appris la liberté sonore. J’avais des idées reçues sur la façon de faire les choses, sur comment ça doit sonner… Il m’a expliqué parfois le contraire de ce dont j’étais certain et ça a marché à chaque fois. Pour ce qui est de bousculer les idées reçues. Il m’a permis de pousser mon sens de l’exploration.

Il a écouté ton nouvel album ?

Oui, il y a des choses qu’il aime beaucoup et il y a des choses avec lesquelles il est moins en phase. C’est normal.

Avec ton album solo, je considère que tu n’es pas à l’abri d’un succès tellement je le trouve excellent.

À force d’avoir du mal à m’intégrer au système du disque en France, j’en ai développé une notion du succès très différente. Si cela t’arrive à vingt ans, tu vends des disques et tout va bien. Tu es un peu sur un tapis volant. Tu te laisses porter, les choses sont faciles et tu ne vois pas forcément la suite. Donc, le succès est à l’extérieur. Moi, ma vision du succès, je l’ai intériorisée. Mon succès, c’est mon progrès.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

Avec Pierre Faa, après l'interview, le 18 août 2014.

Pour terminer, sachez que Pierre Faa sera en concert en double plateau avec Sarah Jeanne Ziegler le vendredi 26 septembre à 20h00 à La Dame de Canton, à Paris.

pierre faa,peppermoon,gingko biloba,prismes,interview,mandor

30 septembre 2013

Elsa Kopf : interview pour Marvelously Dangerous

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

C’est le génial et prolifique Pierre Faa (tête pensante du trio pop Peppermoon) qui m’a parlé pour la première fois d’Elsa Kopf (il a très largement participé à l’élaboration de son deuxième album). Quand j’ai reçu Marvelously Dangerous, j’ai immédiatement été séduit. La jeune femme a un nom à consonance germanique pour une voix cristalline et des mélodies du sud. Elsa chante des amours espiègles et ensoleillés... Le 15 juillet dernier (quoi je suis en retard ???), Elsa Kopf est venue à l’agence…

Biographie officielle :

En 2011, elle nous a conté les plus belles de ses joies acoustiques dans un délicieux album, au croisement de la folk et du jazz. Elsa Kopf revient avec « Marvelously Dangerous », onze chansons nées dans le salon-studio de son ami de toujours, Pierre Faa. Voilà dix ans qu’elle fréquente l’architecte du trio Peppermoon avec l’envie réciproque d’écrire des chansons puis d’enregistrer.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaOn connaissait Elsa Kopf pour la richesse de ses mélodies et de ses rythmes – conjuguant le swing, la bossa et le jazz – mais surtout pour la délicatesse de son timbre de voix. On retrouve toutes ces qualités dans les arrangements de Pierre Faa, qui les souligne de subtiles broderies digitales : claviers, boucles, échos, delays... 

Elsa chante en anglais, en français et en espagnol. Des langues qui l’ont accompagnée tout au long de sa vie, de Strasbourg où elle est née, à l’Argentine et l’Espagne où elle a vécu et retourne régulièrement. Trois palettes de vocabulaire et de sonorités dont elle se sert spontanément, sur lesquelles son timbre déploie toutes ses nuances. En bref, Marvelously Dangerous est un splendide herbier d’histoires nostalgiques et impertinentes, servies par des mélodies entêtantes.

Voici un medley de l'album, histoire que vous vous fassiez une idée...

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaInterview :

Comment as-tu débuté ?

Dès l’âge de 4 ans, j’ai souhaité devenir chanteuse. Ma mère, Joëlle Kopf, est parolière. Elle a notamment écrit dans les années 80 un tube qui s’appelle « Femme libérée » pour Cookie Dingler. C’était d’ailleurs le voisin du dessous et souvent, il y avait des fêtes avec plein de musiciens qui jouaient du piano, faisaient des bœufs dans une ambiance incroyable. J’ai vraiment grandi dans une ambiance de musique et ça m’a donné des idées très précises sur ce que je voulais devenir. Mon émission préférée était L’École des Fans et je me voyais y participer. C’était mon rêve, mon fantasme absolu (rires).

Une mère parolière, certes, mais pas musicienne.

Si. En fait, elle a fait des très belles chansons et elle ne les a jamais sorties. C’est dommage parce qu’à l’époque, pour sortir des chansons, il fallait avoir un label, des musiciens, payer des maquettes… enfin, c’était encore très compliqué. Et puis elle venait d’avoir deux enfants, elle vivait à Strasbourg, bref, elle n’avait pas tout pour faire avancer les projets. Elle a donc lâché le truc pour rester uniquement parolière. C’est moi qui continue à sa place…

Ta mère t’a incité à faire de la musique ?

Elle m’a inscrit à des cours de piano, mais ça ne me plaisait pas vraiment. Je n’avais pas non plus une voix très bien placée, donc je chantais très mal. À 15 ans, j’ai commencé en même temps la guitare et l’écriture de chansons. Dès que j’ai su faire deux accords, j’ai fait ma première chanson. Ensuite, je me suis écrit un répertoire.

Que pense ta mère de ce que tu fais ?

Elle aime beaucoup. Elle est ma plus grande fan, en toute objectivité évidemment (rires). On travaille parfois ensemble. On se met mutuellement sur des projets, parfois on écrit des chansons ensemble pour d’autres gens.

À un moment, tu es partie à Paris. Pour y faire quoi?elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

J’ai commencé à faire une école de musique tout en travaillant à côté. Un jour, j’ai rencontré un chéri qui était Argentin. Je suis donc partie avec lui en Espagne et en Argentine. J’ai fait mes petites expériences et je suis revenue en 2005. J’ai commencé à travailler sur mon premier album, Acoustic Joys et j’ai eu tellement de galères qu’il n’est sorti qu’en 2011.

La passion pour la musique argentine te vient d’où ?

Mon beau-père est argentin et depuis que j’ai 10 ans, je passe tous mes étés en Espagne. Donc, j’ai grandi avec Astrud Gilberto et  toute la musique sud-américaine. Ce sont de très beaux souvenirs d’enfance.

Du coup, tu refuses de choisir parmi dans toutes tes cultures.

Mon père est allemand, je chante donc aussi dans cette langue. Chaque langue a une certaine manière d’être appréhendée. C’est très intéressant.

Pierre Faa a écrit toutes les chansons en langue française et toi le reste.

On avait depuis longtemps fait des chansons avec Pierre et ce disque était l’occasion de pouvoir en faire quelque chose. J’écris aussi en Français, mais j’adore les textes de Pierre, alors je lui ai laissé la place. Ses chansons méritaient d’exister.

Clip de "Des enfants insolents".

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faaRaconte-moi votre rencontre.

Il y a très longtemps on m’a parlé de lui en me disant qu’il fallait que je le rencontre. On s’est donc donné rendez-vous, on a bu un thé ensemble et on a discuté musique. On s’est beaucoup apprécié, puis je suis partie en Espagne faire ma petite vie. Quand je suis revenue en 2006, il y a eu MySpace. On avait chacun un pseudo, mais sans  savoir que l’un était l’autre, on s’est contacté tant nos univers respectifs nous plaisait. On était fait pour se rencontrer vraiment.

Pierre est une espèce d’alter ego ?

Ce serait prétentieux de dire ça. Il a une culture et une curiosité que je lui envie. Il me fait toujours découvrir des trucs incroyables. Des humoristes, des séries, des restaurants, des galeries d’art, des artistes… à chaque fois, il tombe dans le mille. Je m’inspire de lui, parce que c’est un bosseur, il fait tout tout seul. Il bosse beaucoup et est très indépendant… et ça j’aime bien.

Comment appelles-tu la musique que tu fais ?

De la folktronica. C’est un peu de la folk, mais avec de l’électronique.

Qui dirige qui ?

Personne. On fait ensemble. Quand je ne sais pas, c’est plus lui. En tout cas, il fait superbement ce que je déteste faire moi-même: le traitement sonore, la prise de son. Pour moi c’est de l’astrophysique et des mathématiques mis au milieu d’émotion, de rêverie et de poésie. Je le bénis parce qu’il a la méticulosité que j’aimerais avoir.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

Il parait que vocalement, tu n’es jamais contente. C’est vrai ?

Tout à fait vrai. Je dis toujours à Pierre qu’il faut refaire. Il ne m’a permis que trois prises par chanson. Mais, je me dis toujours quand je sors de studio que j’aurais pu mieux faire.

Il y a un moment où pourtant tu aimais bien ta voix…

J’aimais bien ma voix quand je faisais une voix mystérieuse de chanteuse sensuelle, mais quand je chantais des chansons pour toute la famille et devant tout le monde, j’avais une voix très haut perchée, voire de crécelle. Du coup, j’ai pris des cours de chant avec un grand ténor, qui d’ailleurs joue l’arbre qui chante dans le film Intouchables, Fabrice Mantegna. C’est le meilleur prof que l’on puisse avoir. On a fait un coaching intensif ensemble pendant 6 mois.

Tu dis beaucoup de choses dans tes chansons. Elles ne sont pas moralisatrices, encore moins démagos. Ouf !

Merci de le comprendre comme ça. Qui suis-je pour faire la morale ? Si ça peut se faire poser des questions aux gens, c’est très bien.

Mais la majorité des chansons sont des chansons d’amour poético-sarcastiques. Ça te va comme définition ?

C’est tout à fait ça. Je suis une fille assez fleur bleue et une éternelle incurable romantique. Mais il y a dans l’album des chansons un peu plus noires.

Clip de "Sugar Roses".

Est-ce que tes chansons te ressemblent ?elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

C’est complètement moi. C’est ma vie que j’essaie de mettre en beauté. Ce qui est bien avec la musique et avec les différents arts, c’est que toutes les galères qu’un artiste traverse deviennent des cadeaux. On peut en faire quelque chose. Le pire pour un artiste, c’est qu’il ne lui arrive rien.

Un artiste se met à nu. C’est compliqué parfois de se dévoiler devant des inconnus ?

Dans l’album, il y a certaines chansons que j’ai écrites et que je ne pensais pas mettre. Du coup, je me suis dévoilée à 100%. Par exemple, il y en a une que j’ai écrite pour dire à quelqu’un que je l’aimais, parce que je n’arrivais pas à lui dire en vrai. Maintenant que le disque est sorti, il va l’entendre… parfois, on se met dans des situations… Mais, évidemment, aujourd’hui, j’assume.

Il va falloir les chanter sur scène maintenant.

J’adore la scène. Bon, quand il y a de gros enjeux, je suis un peu traqueuse. J’ai horreur du moment avant de rentrer sur scène. Je me demande ce que je fais là. Après ça va.

C’est quoi, pour toi, le critère d’une bonne chanson ?

C’est si la chanson me reste dans la tête. Je me dis que si elle reste dans ma tête, elle restera dans la tête des autres personnes. Si elles ne passent pas le cap de me séduire moi pendant quelques jours, je la mets de côté ou je la retravaille ou je la laisse dormir quelques années.

C’est un album que vous avez financé sur un site participatif.

Je ne pensais pas du tout à ce système de financement au départ. C’est Pierre Faa qui m’a convaincue de la faire en participatif. Moi, je me disais que personne n’allait mettre de sous sur moi. On a présenté notre projet avec amour et on a récolté un peu plus de 5000 euros, ce dont nous avions besoin pour boucler le projet.

elsa kopf,marvellously dangerous,interview,mandor,pierre faa

Après l'interview...

03 juin 2013

Emma Solal : interview pour Robes du soir

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

Pierre Faa est un auteur-compositeur interprète doublé d’un talentueux journaliste musical. Si je ne le connais pas très bien, quand nous nous voyions, on a l’impression d’être pote depuis longtemps. Bref, j’aime bien son travail et j’aime bien nos rencontres. Quand j’ai su qu’il avait travaillé (et pas qu’un peu) avec une jeune femme, Emma Solal, je me suis donc intéressé de près à son travail.

«  D’histoires d’amour, fragiles et mystérieuses, piquantes ou légères, du désir d’Italie, de la beauté tragique des fleurs, Emma Solal butine un jardin musical empreint de couleurs et de fragrances, oscillant entre langueur et facétie ».

Du coup, j’ai demandé à Pierre de me mettre en contact avec la chanteuse. Ainsi le 11 avril dernier, elle est venue à l’agence pour que nous fassions connaissance... (son site, ici).

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorBiographie officielle, mais un raccourcie :

Emma Solal écrit, chante, rêve... Elle réinvente cette chanson colorisée qu'ont pratiquée Paris Combo, Pink Martini, Enzo Enzo… Il y a en elle des souvenirs de Saint Germain des Prés. On imagine bien cette longue fille brune et lunaire dans la bande à Gréco, époque Rose Rouge, entre Queneau, Boris Vian et Sagan. En même temps, Emma est radicalement de son temps, avec des émotions aussi diverses et spontanées que les couleurs de sa pochette.
Après le succès de sa résidence au théâtre des Déchargeurs, elle sort son premier album « Robes du soir » très encouragé par les internautes. Pour ce premier opus, Emma choisit sa bande, ses amis de musique, avec le talent pour toute considération marketing.
Ça s'appelle la liberté, la fraîcheur, le changement.

Hormis ses créations, il y a des chansons de Pierre Faa (son groupe Peppermoon a séduit l'Asie), un texte d’Éric Chemouny (auteur notamment de "Sang pour sang" d'un certain Johnny Hallyday), Giuseppe Cucè, des musiques de Joël Ducourneau, Charles Rouah...

À vous d'entendre son grain de folie, les saveurs de sa voix et le bel avenir qui l'attend !

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

(Photo : Stéphane Chouan)

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorInterview :

Comment a commencé ton histoire d’amour avec la musique ?

Ça a toujours été là. J’ai fait du piano toute jeune et j’ai poursuivi en chorale universitaire. Ma mère a toujours organisé des concerts de musique classique, donc j’ai toujours été bercée par cet environnement.

Tu tentes de vivre de ta musique aujourd’hui, mais tu as eu une autre vie avant de prendre cette décision.

J’étais économiste pendant longtemps dans des services de recherches économiques, mais tout en faisant de la musique. D’ailleurs, je suis partie en Italie pendant 4 ans pour faire ma thèse d’économie. C’est à mon retour que j’ai commencé à travailler avec des pianistes sur des répertoires de chansons, notamment celles de Serge Rezvani, Mireille, Dalida, des artistes comme ça. Je négociais des temps partiels avec mes employeurs de manière à gagner du temps pour la musique. Concrètement, j’ai mené de front les deux activités pendant 10 ans. Pendant ces 10 ans, j’ai vu que la musique prenait une place fondamentale, cruciale, vitale. J’ai donc fini par cesser l’économie pour me consacrer uniquement à la musique. Quand je suis partie de la banque dans laquelle je travaillais, la crise est arrivée, je pense qu’il y a un lien de cause à effet (rire).

Clip de "Robes du soir".

Il y a donc un moment où on ressent le besoin de choisir.

Oui, la vie est courte et on a tellement de belles choses à faire. Et puis, c’était deux activités un peu trop parallèles.

Tu as investi Les déchargeurs de mars à juin 2011.

C’était tous les samedis soirs. Et c’était complet tout le temps. Bon, cette salle ne peut contenir que 22 personnes, mais pour quelqu’un qui débutait, c’était déjà extraordinaire. La promiscuité avec le public, la chaleur qui s’en dégageait, j’ai adoré. Cette expérience a été très formatrice en tout cas.

Tu as rencontré Pierre Faa, 6 mois avant d’avoir signé le contrat avec la programmatrice du lieu.

Pierre est une rencontre fondamentale dans ma vie musicale. Il a écrit des chansons, paroles et musiques de plus de la moitié des chansons, mais il a fait aussi l’artwork, il m’a mis en contact notamment avec l’arrangeur qui est un de ses amis d’adolescence et les musiciens qui ont participé à mon album.

Quand on l’écoute, c’est le jazz qui domine, mais pas que. Ce que je trouve étonnant, c’est cette musique un peu « d’avant », finalement d’une modernité absolue.

C’est un peu à l’image de ce que je suis, je pense. Un peu antique et moderne. J’aime beaucoup de choses en fait. J’aime la « variété ». À la fin de mon album, il y a même une tendance electro. Je ne ferme la porte à rien. Il y a des chansons mélancoliques et d’autres plus up tempo, plus solaires… j’ai des origines italiennes par ma grand-mère, alors, le soleil est souvent là.

Clip de "A toi enfant".

Tu as fait appel à un site participatif, Ulule pour faire ton disque.

Grâce à Ulule, j’ai pu financer cet album sans problème. Il fallait 3500 euros… que j’ai eus facilement. Comme je te l’ai expliqué en évoquant mon parcours, ce n’est pas un caprice cette histoire de musique. Ça s’est vraiment ancré dans ma vie progressivement. Et je suis très persévérante, très déterminée. Ça a pris le temps que ça a pris, mais nous y sommes parvenus.

Ce disque est une très belle carte de visite pour se présenter aux gens, pour montrer l’étendue de ton travail.

J’y tenais vraiment, même si le disque n’est plus vraiment le sens de l’histoire.

Quand on t’évoque Saint-Germain-des-Prés, Gréco, Vian… c’est une époque dans emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorlaquelle tu aurais réellement vivre ?

J’aurais bien aimé, mais je suis bien aussi en 2013. Ce sont des références de chansons qui me touchent et avec lesquelles j’ai grandi.  Ce que j’aimais à cette époque, c’est une certaine légèreté et une audace. Ces chansons étaient plus distancées, ironiques, joyeuses, plus drôles même… on est aujourd’hui dans une époque anxiogène, à tous les niveaux, ce n’est pas pour autant que je suis passéiste. Je trouve juste qu’il y a beaucoup de choses aujourd’hui à réinventer, à proposer. C’est un challenge intéressant.

Il y a une chanson très poétique, « J’ai racheté la tour Eiffel ». Je crois qu’elle s’est fait repérer ailleurs qu’en France.

En Asie, elle figure sur une compilation distribuée en chine, Taïwan Hong Kong. Elle s’appelle French Café. Sinon, certaines de mes chansons ont été relayées sur des radios étrangères avec plus de facilité qu’en France. Espagne, Hollande, Angleterre, Pays-Bas. Il y a moins de catégorisation à l’extérieur. En France, j’ai l’impression que dès lors qu’on n’est pas clairement identifiable, tout devient compliqué. Les programmateurs hésitent à te diffuser, car ils ne savent pas dans quelle case te ranger.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

(Photo : Stéphane Chouan)

La question qui tue. Tu chantes pour quoi ? T’épanouir ou rendre les autres heureux ?

Les deux à la fois. Il y a quelque chose de très, non pas thérapeutique parce que ce n’est pas ça, mais de très essentiel dans ce rapport à la vibration, au corps, à la respiration… quelque chose de très basique qui vient des tripes. Chanter, c’est un accès au corps qu’on n’a pas forcément dans la vie de tous les jours. Au-delà de ça, le plaisir de partager, de proposer un univers. J’adore la scène et ses moments de partages autant avec les musiciens qu’avec le public. C’est émouvant de constater qu’il y a quelque chose qui passe dans ce qu’on a envie de dire. Ce sont des moments de vie uniques et incroyables.

Tu écoutes quoi chez tes confrères et consœurs  de la chanson française.

J’adore Barbara Carlotti, Clarika, la Grande Sophie, Loane, Nicola Son… mais aussi Arthur H, des gens comme ça.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandorCe métier est-il difficile ?

C’est tellement agréable d’être dans son désir et faire des choses qu’on aime. En France, il y a un peu trop le discours comme quoi tout est difficile. Il faut travailler, il faut y aller, même si le climat est quand même très morose.

Tu recherches un tourneur, pas forcément une maison de disque.

J’ai l’impression qu’il y a des artistes qui perdent beaucoup de temps et beaucoup d’énergie a essayé de rentrer en contact avec les maisons de disque qui sont, elles même en difficulté. C’est peut-être dans l’autre sens qu’il faut le faire. Il faut proposer et voir si on peut capter l’attention de quelqu’un.

Es-tu positive pour l’avenir ?

Oui. Je crois aux chances que l’on se donne soi-même. Je crois au fait que quand on est dans son désir, le monde répond. S’il ne répond pas, ce n’est pas grave. Il y a plein d’autres choses à faire.

emma solal,robes du soir,pierre mc faa,interview,mandor

02 novembre 2011

Tous buzy: Rencontre Buzy, Kate Elliot et Pierre Faa

 

tous buzy,buzy,pierre faa,kate elliot,interview

Jour : 3 octobre 2011

Force en présence : Buzy, Kate Elliot et Pierre Faa.

Lieu : Bar le Passy à Paris

Organisatrice de la rencontre : Flavie Rodriguez

But de la rencontre : Parler de l’album Tous Buzy avec Buzy et deux des artistes ayant participé à cet album.

Avant de lire l’interview, et pour en savoir plus sur ce projet (que je soutiens à fond), voici mon article sur la question, publié dans Addiction, le mag daté du mois d’octobre 2011.

Tous buzy, buzy, pierre Faa, kate elliot, interview

INTERVIEW:

Tous buzy, buzy, pierre Faa, kate elliot, interview

Buzy au milieu de Kate Elliot et de Pierre Faa.

Qui est à l’origine de ce projet ?

Buzy : À la base, il y a plusieurs artistes qui, indépendamment, ont repris quelques-uns de mes succès. L’idée et le résultat m’ont beaucoup plu. J’en ai discuté avec le directeur du studio Unilive et il m’a proposé de monter un « tribute » avec des artistes indépendants qui reprennent certains de mes titres.

Vous êtes la principale intéressée, mais êtes-vous la « directrice » de ce casting musical ?

Buzy : Oui, c’est moi. Mais, à part Pierre Faa, je ne connaissais pas les autres artistes. Si, un peu Kate Elliot. Je l’avais repéré sur MySpace il y a quelques années. Je l’avais même appelé pour lui dire que j’aimais bien ce qu’elle faisait et que je serais intéressée de travailler avec elle pour des textes. Elle m’avait répondu que c’était Daran qui s’occupait de ses titres. Quand il y a eu l’idée de ce « tribute », je l’ai rappelé pour savoir si ça l’intéressait.

Teaser long Tous Buzy from a new emotion on Vimeo.

Pierre, vous, vous êtes carrément ami avec Marie-Claire Buzy depuis des années…

Pierre Faa : On s’est rencontré en octobre 1993, quand je suis arrivé à Paris. On s’est toujours vu depuis. Parfois très fréquemment, parfois moins. Ça fait 18 ans que l’on se connait et il est difficile en peu de mots de résumer notre amitié.

Buzy : Il est ascendant Verseau et moi je suis Verseau. Quand je l’ai rencontré, il faisait de l’astrologie et très brillamment, d’ailleurs. On a le même goût de l’ésotérisme, de l’astrologie et de la musique. Il est aussi graphiste, il a donc fait deux pochettes de disques à moi. J’ai pris deux chansons à lui dans mes albums précédents. Bien qu’il soit moins rock’n’roll que moi, on a une sensibilité qui se répond bien. De toute façon, le rock, c’est une tambouille dans laquelle on met tout et n’importe quoi. Ce qui est sûr c’est qu’il est très indé.

Du coup Pierre, ça ne doit pas être évident de chanter une chanson de quelqu’un que l’on connait beaucoup et qu’on aime ?

Pierre Faa : Effectivement, mais j’ai été porté par l’énergie de Jay Alanski. C’est d’ailleurs grâce à Buzy que je l’ai rencontré pour mon propre album, il était donc logique que je fasse « L’art de ne pas y toucher » avec lui. Si j’avais dû faire ce morceau tout seul, j’aurais peut-être été plus intimidé. J’aurais été certainement plus révérencieux.

pierre faa - l'art de ne pas y toucher from pierre faa on Vimeo.

Certains morceaux sont complètement revisités, d’autres moins…

Buzy : Vous parlez d’"Adrian", je suppose. J’adore le groupe Fancy, mais comme ils m’adorent, ils ont fait un peu de mimétisme involontaire sur la chanson originale. Je n’ai pas insisté non plus pour bien leur demander de prendre la largeur sur ce titre et de le revisiter carrément. C’est aussi leur choix, un parti pris d’être proche de la chanson originale et résultat est très bon, alors cette version à largement sa place sur le disque.

Vous Kate, votre version de "Borderlove", est très largement revisité.

Kate Elliot : Oui, mais je n’ai pas fait le morceau seule. J’ai appelé mon complice de toujours, Nicolas Bergère. On est parti sur le fait d’assombrir le morceau encore plus. On a modifié la réalisation et quelques orchestrations. On était franchement vraiment emballé par le projet et, du coup, on s’est beaucoup amusé. Reprendre du Buzy à pour moi une vraie signification artistique. C’est une vraie fierté cette participation à ce « tribute ».

Buzy : Quand Kate et Nicolas m’ont demandé de venir écouter le résultat en studio. J’ai été vraiment emballée dès la première écoute.

Kate, qu’aimez-vous chez Buzy ?

Kate Elliot: Buzy est l’une des rares artistes féminines que j’aime beaucoup. Ce que j’aime chez elle, c’est cette liberté, cette indépendance, cette féminité assez directe et brute. J’aime sa voix, ses textes et son côté très viril.

Buzy : Oui, et je te retourne le compliment. Moi, j’ai une passion pour les voix graves et l’énergie féminine très puissante. À ce propos, quand on analyse le CD, les filles ont choisi les titres qui avaient le plus d’énergie et les tempos les plus rapides… les garçons, Pierre ou Prohom par exemple, ont choisi des chansons plutôt douces. Pour résumer, j’ai choisi des artistes qui avaient des caractéristiques qui me ressemblaient.

Teaser court Tous Buzy from a new emotion on Vimeo.

Marie-Claire, vous n’aviez pas peur d’être déçue ? Non, parce que c’est difficile de dire à un artiste qui s’investit qu’on n’aime pas trop le résultat…

Buzy : Ça m’est arrivée trois fois. C’est pénible de dire à quelqu’un que je ne prends pas sa version parce que je n’adhère pas au résultat et que ça ne correspond pas au projet global. J’ai beaucoup de chance, j’en ai 15 absolument formidables. Sur 18, c’est une sacrée performance! Il y a un travail de création et d’adaptation magnifique.

Pierre, reprendre un artiste, c’est un exercice de style ?

Pierre Faa: Il faut s’amuser quand on enregistre une reprise. Il ne faut pas être timide. C’est comme quelqu’un qu’on n’ose pas aller voir à une soirée. Allons lui parler, allons boire un verre, et on verra si ça colle ou pas. Il faut parfois aller vers d’autres chansons plutôt que d’aller vers son quant-à-soi musical.

Dans ce projet, l’idée était de n’avoir que des indépendants.

Buzy : Effectivement, le concept de base, pour moi, était d’aider les jeunes artistes indépendants. Et de les pousser. Il y a énormément d'artistes qui ont du talent et que personne ne voit. Les médias ne défendent absolument pas cette catégorie d’artiste qui est entre la variété et la musique un peu plus indé, un peu plus « classieuse », moins populaire. Je trouve que c’est dramatique. Je me suis dit que c’était le moment de montrer qu’il y a là toute une vague d’artistes intéressants et encore méconnus. Quel est l’intérêt que je demande à Miossec de venir chanter une reprise de « Body Physical » ou à Benjamin Biolay de reprendre « Baby Boum ».

C’est novateur. Jusqu’à aujourd’hui, et je crois pouvoir dire dans le monde entier, personne n’a jamais osé sortir un album de reprises par des artistes « émergents ».

Buzy : C’est mon côté un peu « rebelle ». Je savais parfaitement que j’allais me heurter à des remarques du type : « Oui, mais ce n’est pas bankable tout ça ! Il n’y a pas de noms connus ! On n’en veut pas ! » Quand j’ai commencé à démarcher les maisons de disque, c’est d’ailleurs exactement ce que j’ai entendu.

Du coup, c’est une boite de communication, a/n/e, qui s’est lancée dans ce projet.

Buzy : Elle a décidé de trouver un réseau de distribution différent du réseau classique, les bureaux de tabac, et de jumeler ça avec un livre qui s’intitule Vive le rock !. Tout le monde a mis dans ce projet, du talent, du cœur, du temps, une vraie tenue artistique et de la générosité.

C’est aussi un beau pied de nez à l’industrie du disque.

Buzy : Disons que ça m’amuse bien. Si nous arrivons, nous les 15 artistes, à faire en sorte que ça se développe très bien dans les bureaux de tabac, que ça se développe sur la province et que l’on fait un gros tirage, je dois avouer que je serai très contente ! Ça fait 30 ans que je me farcis les labels, 30 ans que j’en chie avec eux, alors, oui, si ça marche, ça me fera du bien…

tous buzy,buzy,pierre faa,kate elliot,interview

Vous avez redécouvert vos chansons grâce à l’interprétation des autres artistes ?

Buzy : Oui. Au début, c’était énorme pour moi. J’ai même versé ma larme tellement ça m’a touché émotionnellement. Je ne le croyais même pas. C’est comme si, soudain, j’étais devenue styliste et que chaque personne avait trouvé le bon vêtement directement. Ce projet est émouvant pour moi.

Marie-Claire, est-ce que dans le métier, vous estimez que vous avez été aimé à votre juste valeur ?

Les médias m’ont adoré quand j’ai commencé et ça a duré pendant 10 ans. Après, peut-être que ma production était moins populaire, en tout cas, je me suis démarquée dans quelque chose de plus indé « underground ». Voilà, c’est mon parcours. Je ne me vois pas aujourd’hui, à 50 ans, chanter « Body Physical », vous voyez.

Pierre Faa: Moi, en tout cas, je trouve que c’est bien que ce disque existe aussi pour faire découvrir l’œuvre d’une artiste que la nouvelle génération ne connait pas forcément. Et il permet de faire découvrir des chansons moins connues, des chansons d’albums, pas forcément des tubes.

Kate Elliot: Moi, je tiens à réitérer ce que je disais tout à l’heure. Je suis très très fière d’appartenir à ce projet. C’est un bonheur de se retrouver comme ça parmi des gens qui font des choses différentes, mais pas aux antipodes non plus. Je trouve les autres artistes formidables. Vraiment.

Buzy : Ça me développe l’envie d’écrire des chansons pour les autres. Même si personne ne connait l’issue de cette aventure collective, elle aura été belle.

Tous buzy, buzy, pierre Faa, kate elliot, interview

De gauche à droite: Pierre Faa, Marie-Claire Buzy, Kate Elliot et Mandor.

Pour clore cette chronique, replongeons nous dans "les années Buzy"...