Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 juillet 2013

Pic d'or 2013 : Bilan (2) Les coulisses

389809_464222313646783_237346011_n.jpgCette année encore, on ne peut pas dire que j’ai été très rapide pour écrire ce bilan du Pic d’Or 2013. (Si vous voulez d'ailleurs jeter un coup d'oeil sur celui de l'édition 2012, c'est là). Je suis lent pour ce qui m’importe. Je procrastine pas mal quand je sais qu’il faut que je me surpasse (et souvent d’ailleurs la chronique en question n’est ni pire, ni meilleure qu’une autre. Moralité : rien ne sert de procrastiner, il faut partir à point.)

Cela étant, récemment, je vous ai proposé la finale 2013 (en vidéo).

C’est ma deuxième participation au Pic d’Or et je crois que tant que l’on me demandera de renouveler ma participation comme membre du jury, je reviendrai (même si je dis le contraire à chaque fin d’édition… hein, mon cher président, mon cher Arnold Turboust?)

Pourquoi je ne peux pas m’empêcher de revenir?

-Parce que ce tremplin me permet de repérer des jeunes artistes (souvent très talentueux) que je ne connaissais pas et dans de bonnes conditions professionnelles (zéro faille dans l’organisation logistique et technique de ce tremplin). Je finis, pour certains d’entre eux, par les mandoriser (trois sont déjà en boite et seront bientôt visibles ici. D'autres sont prévus).

-Parce que ma qualité de juré me force à aller contre ma nature. Parfois, c’est intéressant. Je passe ma vie à (tenter de) faire découvrir de jeunes artistes n’ayant pas une visibilité médiatique conséquente. À Tarbes, on me demande de juger et d’éliminer. Mais aussi de mettre en avant et de récompenser. Ma nature profonde n’aime pas la première partie, mais jubile de la seconde. Les autres membres du jury le savent, je ronchonne chaque année à cause de cette histoire de jugement, de sélection, d’élimination et je leur dis que « plus jamais ça »… mais ils me regardent en souriant en se disant « à l’année prochaine, alors !» Ils ont raison. (C’est ce détail qui est d’ailleurs énervant. Je pérore inutilement). 

(Notez bien qu’en 2013, l’utilisation des mots « ronchonner » et « pérorer » dénote d’une volonté flagrante de ne pas vivre avec son temps et trahie un âge fort avancé de l’auteur de ces mots).

DSC07961.JPG

Bref, continuons le pourquoi du comment je reviendrai.

-Parce que le Pic d’Or représente pour moi 4 jours qui forment une parenthèse dans ma vie, parenthèse dans laquelle j’oublie tout le reste. Et, il y a des moments où ça fait franchement un bien fou. Et particulièrement cette année, soit dit en passant.

-Et enfin parce que de solides amitiés sont nées. Je ne citerai pas de nom, évidemment, mais il y a quelques personnes qui sont devenues des amis. Plus généralement, j’ai l’impression que tous les gens qui gravitent autour de ce tremplin sont bienveillants et sympathiques. On n’est pas chez les Bisounours, ce n’est pas ce que je veux dire, mais on évolue dans une ambiance positive et constructive…

Je vais, dans cette chronique, vous montrer un peu les coulisses du Pic d’Or 2013. Comme d’habitude, de mon point de vue. C'est-à-dire, d’une manière sérieuse, austère (on n’est pas là pour déconner non plus) et tout à fait objective. Toutes les photos seront évidemment primordiales et passionnantes (je ne parle même pas de leur légende).

Faisons connaissance avec les membres du jury de cette année (qui sont sensiblement les mêmes que l'année dernière, hormis l'arrivée d'Anne Toujas et de Jean-Pierre Pasqualini)

DSC07932.JPG

Chaque année les membres du jury non tarbais (de gauche à droite, Jean-Pierre Pasqualini, Thierry Cadet, Arnold Turboust et bibi) arrivent le jeudi en fin d'après-midi. (C'était le 23 mai). Et traditionnellement, nous commençons notre périple au Celtic. Le pub principal de la ville. Enfin, je dirais, notre pub principal, sorte de QG de nos fins de soirées durant le séjour. Et nous fêtons toujours notre arrivée avec des verres de Banga. (Parce que Corinne Labat, la présidente du Pic d'Or (ici à gauche), veille à notre bonne santé et surveille les excès éventuels de ces "gens qui viennent de Paris", dont il est évident qu'il faut se méfier).

DSC07907.JPG

Nous enchaînons ensuite avec un restaurant en compagnie de quelques personnes très sympathiques qui aident à la bonne marche de cette manifestation musicale. Là, nous en voyons quatre, mais en vrai, ils étaient plus nombreux. Alors pourquoi eux? Et pourquoi pas les autres? Je ne sais pas. Les hasards du destin. La roue de la vie. C'est comme ça. Les choses s'imposent d'elles-mêmes. On n'a pas toujours les réponses aux questions existentielles et essentielles de la vie. Pardonnez-moi!

DSC07909.JPG

Ensuite, en sortant du restaurant, nous rencontrons un bus scolaire américain. Nous posons devant, ce qui ne sert à rien (nous sommes encore lucides à cette heure-ci), mais doit-on uniquement faire des choses qui servent à quelque chose? Méditez et rendez les copies dans une heure! Merci!

268826_10151672396718674_967949322_n.jpg

Nous décidons de rentrer travailler. C'est à dire écouter les disques des concurrents, bien s'imprégner de leur univers, faire des recherches sur Google pour apprendre à les connaître. Bref, nous voulons commencer le lendemain notre travail de manière irréprochable pour mener à bien notre mission. Choisir les meilleurs artistes. Certes, il y a bien eu un petit crochet par cet établissement, mais je vous demanderai de rester discret sur la question. Personnellement, je ne voulais pas, mais on m'a forcé.

DSC07920.JPG

C'est d'ailleurs, ce monsieur (Thierry Cadet, oui je dénonce) qui a insisté pour que l'on vienne voir ses "amis de l'année dernière". Je ne sais pas ce qu'il s'est passé l'année dernière, mais le journaliste intègre et professionnel que je suis ne veut pas le savoir.

DSC07918.JPG

Du coup, j'ai fait la gueule toute la soirée.

DSC07917.JPG

(Hum... sans rire, ça reste entre nous ce genre de dérive. Les soirées diapos ne doivent pas atterrir dans la sphère publique, je vous le rappelle. J'ai une réputation à tenir.)

Bref, le vendredi matin, au réveil, je découvre la presse locale... au taquet sur le Pic d'Or.

DSC07926.JPG

DSC07928.JPG

DSC07929.JPG

DSC07934.JPG

Tous les membres du jury (excepté Pierre Domenges, excusé pour cause de souci médical, on a d'ailleurs beaucoup pensé à lui et il nous a manqué), avec aussi Corinne Labat et Florence Cortes (la nounou des artistes en coulisses), réunis avant les sélections pour la demi-finale. Là, on ne plaisante plus.

DSC07924.JPG

Avant les prestations, dans les coulisses... ici Idhem et Garance.

217373_547595805281965_204777622_n.jpg

Simon Autain discutant avec Virgule.

261777_547595668615312_750910007_n.jpg

Askehoug en pleine conversation avec Leïla Ssina et mARThelene du groupe HuM.

382473_547954488579430_1790363920_n.jpg

Voici quelques photos de la demi-finale du vendredi soir. Délibérément, je ne porte aucun jugement professionnel sur les différents artistes. Chacun d'eux (ou presque) savent ce que j'ai pensé d'eux. Mais, je ne peux que vous conseiller de lire cet excellent article de HorScène sur l'édition 2013 du Pic d'Or pour en savoir plus sur la qualité artistique des uns et des autres. J'aime bien l'idée que deux chroniques sur le même sujet soient complémentaires...

Maeva.

395337_10200886464020343_362020480_n.jpg

Askehoug (sa mandorisation).

931359_10200886463940341_1340314333_n.jpg

Garance (sa mandorisation).

431875_10200886465340376_141003832_n.jpg

Tony Melvil.

972160_10200886465500380_1993176147_n.jpg

Leïla Ssina.

976980_10200816800438797_2004156850_o.jpg

La Jeanne (déjà croisée au Prix Georges Moustaki 2013).

970184_10200886465140371_1234083885_n.jpg

 Guillo.

600906_10200886465700385_433773957_n.jpg

Dyne.

601823_10200886465780387_880363450_n.jpg

Virgule (sa mandorisation).

941386_10200886466020393_1599923453_n.jpg

Manon Tanguy (sa mandorisation).

980848_10200816770958060_1884698728_o.jpg

Les musiciens de Manon Tanguy: Laurent Duflanc (Basse Guitare) et Jenny Galvao (violon).

993023_10200886466220398_1352828754_n.jpg

Je rigole (Andoni Iturrioz) (ses mandorisations).

941805_10200886466380402_1821180359_n.jpg

Marius.

934029_10200886466500405_1395856653_n.jpg

Simon Autain.

941326_10200886466860414_147922628_n.jpg

Jesers (sa mandorisation).

419138_10200886467300425_1126344820_n.jpg

Govrache (sa mandorisation).

946787_10200886468300450_1719620841_n.jpg

Passons à la journée du lendemain...

Samedi matin, repos des guerriers, mais très vite, avant la finale du soir, l'organisation du Pic d'Or nous reprend en main (si je puis dire) avec une visite du coin + restaurant le samedi midi. Florence Cortes et Éric Kieser nous emmènent (Jean-Pierre Pasqualini, Thierry Cadet et moi même) précisément à Argelès-Gazost (pendant qu'Arnold Turboust, comme les deux années précédentes, anime un atelier d'écriture au lycée Marie Curie). Nous nous sommes balladés un moment dans ce très joli village . 

DSC07938.JPG

Thierry Cadet a trouvé le moyen de se faire un nouveau copain... je n'ai pas osé lui dire que cette peluche n'était pas vivante. Thierry est quelqu'un de sensible.

293000_547584405283105_1725311602_n.jpg

Devant les massifs enneigés... (nous sommes fin mai, je le rappelle). Une photo très "touchante" (surtout au sens propre).

306951_547585685282977_1873889333_n.jpg

Jean-Pierre Pasqualini a shooté sur tout ce qui bougeait.

969586_547584801949732_2045102147_n.jpg

Thierry Cadet a shooté sur tout ce qui ne bougeait pas beaucoup (par contre).

DSC07941.JPG

Nous aussi, nous avons considéré que poser avec un ours en peluche avait un sens. Lequel?

Ça ne regarde personne.

943399_547586328616246_663180136_n.jpg

Par contre, terminé ces histoires d'aller manger dans des endroits bondés à l'ambiance survoltée...

969008_547587911949421_615190561_n.jpg

Là, je tente d'hypnotiser Jean-Pierre, mais ça ne marche pas des masses. (C'est Thierry qui s'est endormi). Peut mieux faire, donc...

431073_547588591949353_2147284612_n.jpg

Après, nous nous sommes rendus à Saint Savin. Nous avons visité son église et admiré le paysage (magnifique... ceci n'est pas du second degré, je répète, ceci n'est pas du second degré).

DSC07945.JPG

La vue presque panoramique...

DSC07946.JPG

DSC07947.JPG

Et là... une belle bande de winner!

20130525_144946nnn.jpg

Un journaliste culturel a été maltraité sur cette photo. Sachez le retrouver.

249155_547589241949288_547447975_n.jpg

Voilà. Il est temps de revenir à Tarbes... Arnold nous attend.

DSC07949.JPG

Nous arrivons vers 16h au lycée Marie Curie de Tarbes. Une bouffée d'enfance nous envahit. Le très sympathique Eric Kayser (notre guide touristique du jour, donc) pose discrètement avec Thierry et moi.

306942_547590241949188_832109043_n.jpg

Enfin, nous retrouvons Arnold (et Corinne) afin d'écouter le fruit du travail d'écriture et de chant de monsieur Turboust et de ses élèves d'un jour. Trois titres différents et intéressants. Un carrément magistral.

DSC07957.JPG

DSC07960.JPG

20h... la finale va bientôt commencer. Petits clichés souvenirs avec Eric Lagarrigue, Thierry Cadet, Florence Cortes et Scotch et Sofa (les gagnants de l'édition 2012 du Pic d'Or qui commencent à tourner dans le monde entier).

DSC07963.JPG

DSC07964.JPG

L'ambiance monte dans les coulisses... l'heure de vérité approche.

579356_547953978579481_1614175491_n.jpg

Simon Autain et sa copine d'enfance (véridique!) Chloé Monin (de Scotch et Sofa).

320309_547954235246122_2055089417_n.jpg

Askehoug et Dyne.

988437_547958551912357_660771031_n.jpg

Guillo.

774128_10200851066255421_1263815449_o.jpg

Le théâtre. Majestueux.

463802_10200851066695432_265810602_o.jpg

Les 10 finalistes...

Leïla Ssina.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (34).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (35).jpg

Manon Tanguy.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (38).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (42).jpg

Virgule.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (43).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (46).jpg

Tony Melvil.

965517_10200851066815435_255545016_o.jpg

981557_10200851066455426_439971745_o.jpg

Dyne.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (47).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (48).jpg

Jesers.

469260_10200811555627680_616248722_o.jpg

Simon Autain.

375169_10200851068055466_2058420202_n.jpg

Guillo.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (52).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (56).jpg

Askehoug.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (61).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (60).jpg

Maeva.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (64).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (62).jpg

Les délibérations ont commencé. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale (mais sérieuse et irréprochable... ce n'est pas incompatible).

481626_547958201912392_353629730_n.jpg

431811_547958378579041_881377980_n.jpg

Le maire de Tarbes, Gérard Trémège, est venu nous saluer. Ici avec le président du jury, Arnold Turboust.

Les photos du jury qui suivent sont signées de l'excellentissime Nöt Pixbynot (comme toutes les photos des artistes sur scène. Chapeau l'artiste!)

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (67).jpg

Anne Toujas (les fonctions de chacun sont visibles tout en haut de la chronique, dans la présentation du jury).

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (70).jpg

Thierry Cadet.

pic d'or 2013,bilan,mandor

Eric Lagarrigue.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (68).jpg

Jean-Pierre Pasqualini (méditatif).

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (77).jpg

Arnold Turboust (le seul en couleur. Normal... régime de faveur pour le président).

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (72).jpg

Je n'étais pas super tranquille... pour tout vous dire, je me sentais observé pendant toutes les délibérations par Yvette Horner.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (74).jpg

Pendant ce temps-là, sur scène, officiaient Scotch et Sofa (mandorisés ici). Les gagnants de l'année précédente offraient un concert au public en attendant les résultats.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (87).jpg

Scotch et Sofa, donc.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (79).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (84).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (86).jpg

Sur scène, Corinne Labat entourée des membres du jury et de l'animateur de la soirée.

21196_607247455951996_713674710_n.jpg

Alain Navarro et Eric Lagarrigue (sous l'objectif de Jean-Pierre Pasqualini) vont décerner le prix de l'interprétation.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (91).jpg

Prix d'interprétation décerné à Leïla Ssina.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (92).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (93).jpg

Manon Tanguy, quant à elle, a reçu le Prix de la musique Sacem. Elle était repartie bredouille l'année dernière lors de son première participation au Pic d'Or. Comme quoi, il est bon d'insister parfois.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (94).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (95).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (96).jpg

Chaque année, c'est moi qui remet le prix du texte (je crois que ma fonction de journaliste musicalo-littéraire a influencé les organisateurs)... Le lauréat de cette année était Guillo (et c'était fort mérité).

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (97).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (98).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (100).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (101).jpg

Corinne Labat et Thierry Cadet vont décerner le Pic d'Argent.

970624_607245472618861_1228520264_n.jpg

Jesers est le Pic d'Argent.

474700_10200851071175544_1361679866_o.jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (105).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (107).jpg

Le maire de tarbes, Gérard Trémège, remet le prix du public.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (108).jpg

Il est attribué à Jesers (qui n'en revenait vraiment pas de recevoir un deuxième prix).

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (109).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (110).jpg

Tenez, j'en profite pour remercier le maire de la ville, toujours très avenant. Et c'est aussi grâce à lui que nous sommes reçus aussi bien.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (113).jpg

Enfin, révélation du Pic d'Or. L'étau se ressert... et c'est Arnold Turboust et Jean-Pierre Pasqualini qui vont annoncer son nom.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (89).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (114).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (115).jpg

Pic d'Or 2013: Askehoug.

312225_607247302618678_419375498_n.jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (116).jpg

Askehoug est une bête de scène et un véritable personnage.

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (117).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (119).jpg

La soirée s'est terminée avec un hommage à la présidente du Pic d'Or, Corinne Labat (pas du tout émue, évidemment).

944385_607247662618642_509542162_n.jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (127).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (123).jpg

Photos finales de tous les lauréats de la soirée!

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (130).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (131).jpg

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (132).jpg

Ensuite, nous nous sommes tous retrouvés dans un bar de Tarbes pour fêter la fin de cette édition. Askehoug a offert la tournée générale!

DSC07965.JPG

Là, je suis entouré des Pic d'Or et Pic d'argent, Askehoug et Jesers. Il était 4 heures du matin (et nous avions abandonné le Banga depuis un moment).

DSC07968.JPG

Et le dimanche après-midi... fin de la parenthèse.

En attendant la prochaine. Aéroport de Tarbes/Lourdes. Ciel bleu et montagnes enneigées. Tristesse de partir...

DSC07969.JPG

DSC07970.JPG

Jean-Pierre Pasqualini et moi in plane by Arnold Turboust...

DSC07972.JPG

Bon, j'ai (encore) quelques remerciements à prodiguer.

D'abord, à toute l'équipe organisatrice du Pic d'Or 2013. Corinne Labat et Florence Cortes, bien sûr, mais aussi tous les bénévoles que j'ai rencontrés. Tous ceux qui nous ont transportés et accompagnés à droite à gauche avec générosité et gentillesse.

Merci aussi aux artistes et à leur entourage. Je rappelle à ceux qu’il a fallu écarter que ce fut pour moi un véritable crève-cœur. Je ne peux m’empêcher de penser aux artistes qui venaient de loin, par leurs propres moyens, et qui repartent sans rien. Je l’ai déjà dit l’année dernière. C’est la règle du jeu. Il faut l’accepter. Les artistes l’ont accepté.

Merci à mes collègues du jury. Je les aime tous. (Dieu sait si je hais la démagogie).

Merci aux photographes à qui j’ai piqué allégrement de nombreux clichés.

Pour les photos de la scène et des délibérations : Nöt Pixbynot.

Et merci à celui qui m'a proposé de faire partie de l'aventure Pic d'Or, Christian Garcia (je ne l'oublie pas).

I’ll back !

J’espère…

Bonus:

Pour finir, je trouve intéressant de lire les points de vue (très complémentaires) de deux autres membres du jury de ce Pic d'or 2013. D'abord, celui de Thierry Cadet pour le site musical HorScène (nettement plus sérieux que mon compte-rendu personnel et analyse plus fine de la prestation des artistes) et celui de Jean-Pascal Pasqualini (très professionnel également) pour le magazine Platine n°194 (daté des mois de juillet/août 2013).

pic d'or 2013,bilan,mandor

pic d'or 2013,bilan,mandor

pic d'or 2013,bilan,mandor

pic d'or 2013,bilan,mandor

pic d'or 2013,bilan,mandor

pic d'or 2013,bilan,mandor

 

10 juin 2013

Pic d'or 2013 : Bilan (1)... la finale en vidéo

DSC07924.JPG

Le jury 2013, la directrice et la nounou des artistes...

389809_464222313646783_237346011_n.jpgL'édition 2013 du Pic d’Or  s’est tenue les 24 et 25 mai dernier au Théâtre de Nouveautés de Tarbes (Hautes-Pyrénées).

C’est la deuxième année que l’organisation du Pic d’Or me fait l’honneur de me demander de faire partie du jury de ce tremplin. J’avais accepté l’an dernier « pour voir », malgré les réticences énormes que j’avais à juger les artistes et, pour certains d'entre eux, les éliminer.

Être membre d’un jury, ce n’est évidemment pas que ça. Il s’agit surtout de mettre en avant et de récompenser ceux que nous estimons les plus méritants. Cette partie-là s’impose d’ailleurs moins à moi, je dois l’avouer.

Dans cette première chronique « bilan » et avant de publier celle des coulisses de ces trois jours formidables passées là-bas, je vous propose de voir les prestations des finalistes.

Force est de constater que le Pic d’Or est, depuis trois ans, un tremplin qui réunit une partie de la fine fleur de la scène française d’aujourd’hui. Je le disais déjà l’année dernière (c’est d’ailleurs ça qui est fou, un tel bis repetita), j’ai rarement vu sur une même scène, un plateau composé d’aussi talentueux artistes en devenir. Je ne dis pas ça en l’air. C’est la réalité des faits. A ce propos, j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi le France 3 du coin ne couvre absolument pas l’évènement. Mystère et boule de gomme ! (Y a-t-il tant que cela des manifestations musicales de cette tenue dans la région. Très certainement (je ne vois que ça…).

Je remercie ici Corinne Labat (à l’énergie communicative), la présidente du Pic d’Or, ainsi que Florence Cortes, la nounou des artistes (et un peu celle du jury aussi) et tous les bénévoles (sympas et efficaces) de nous avoir tous accueillis admirablement et chaleureusement.

(Une pensée à Christian Garcia qui est à l'origine de mon entrée dans cette aventure. Je n’oublie pas.)

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (119).jpg

(Photo : Nöt Pixbynot)

En tant que membre du jury, tout comme l'année dernière, je ne donne pas mon avis personnel sur les uns et sur les autres, mais j’ai évidemment mes préférences et mes évidences. Cela étant, vous lirez dans quelques futures chroniques des mandorisations de ceux qui ont eu ma faveur. (Je suis donc très hypocrite sur ce coup-là. Une fois n'est pas coutume.)

Des artistes, des organisateurs, des autres membres du jury (dont vous verrez les interviews à la fin de cette chronique), de l’ambiance générale, je parlerai dans ma prochaine chronique (avec photos et commentaires).

Pour toutes ces belles vidéos, un grand merci  et surtout un grand bravo à Pascale Sonneville Paugam et son mari (pour Via communication, une agence de communication multimédia créée depuis 8 ans sur Tarbes dont le cœur de métier est, justement, la production vidéo) !

Askehoug (mandorisé ici): Pic d'Or.

La remise du Pic d'Or à Askehoug.

Jesers (mandorisé là) : Pic d'argent.

La remise du Pic d'argent et du Prix du public à Jesers.

Leïla Ssina : Prix d'interprétation et prix de l'ACP Manufacture de la Chanson.

Remise du prix d'interprétation à Leïla Ssina.

Manon Tanguy (mandorisée ici) : Prix de la musique et prix de l'ACP Manufacture de la Chanson.

Remise du prix de la musique à Manon Tanguy.

Guillo : Prix du texte.

Remise du prix du texte (que je remets chaque année. Merci Corinne Labat et Stéphane Rigot) à Guillo.

Les autres finalistes non primés (mais qui aurait très largement pu l'être).

Simon Autain.

Tony Melvil.

Dyne.

Virgule (mandorisée ici).

Maeva.

Après les 10 finalistes, voici les interviews des 4 membres du jury "parisiens" par Pascale Sonneville Paugam.

Commençons avec le chef, le président Arnold Turboust (auteur, compositeur, interprète. On connait de lui le single "Adelaïde" en duo avec la comédienne Zabou et il est l'auteur des musiques de grands succès d'Etienne Daho tels que "La notte, la notte", "Tombé pour la France", "Pop satori", "Epaule tatoo", "Le grand sommeil" et "Pour nos vies martiennes"...)

Dans cette vidéo, beaucoup d'images des délibérations du jury...

Thierry Cadet, journaliste du site musical HorsCène, chanteur, animateur sur Télé Melody et co-créateur du Prix Georges Moustaki.

Jean-Charles Pasqualini, fondateur et rédacteur en chef de Platine et animateur sur Télé Mélody. Par ailleurs, il est régulièrement sollicité par les grandes chaînes de télévision pour des interviews (50 mn Inside, 100% Mag, Accès Privé, L’édition spéciale, Planète Music Mag…). Il a signé plusieurs livres sur la chanson et conçu plus d’une centaine de compilations et coffrets de Piaf à Sanson.

Et bibi, pour finir.