Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2014

Ottilie [B] : interview pour Histoires d’O Deux [live]

10322446_654890131244289_1945018253801605608_n.jpg

10404105_744515545642830_8415760718074310611_n.jpgOttilie [B] revient un an après la sortie de son premier album Histoire d’O2. Je ne vais pas revenir sur sa biographie et son premier album, car l’artiste a été le sujet d’une longue mandorisation explicative sur son œuvre et sa démarche (à lire ici). Cette fois-ci, elle revient avec un EP Live, Histoires d’O Deux [live], contenant quatre titres de son album et deux inédits. Et le résultat est magistral. J’ai donc décidé de l’accueillir une seconde fois pour en savoir plus sur ce deuxième disque et sur l’évolution de sa carrière naissante. Rendez-vous dans un bar de la capitale, un beau jour d’octobre dernier…

ottilie-b-photo-presse-c2a9rodolphejulienne.jpeg

Ottilie [B] avec Didier Simione et Pascal Colomb (photo de Rodolphe Julienne).

Argumentaire de l’EP :10714297_148754741961563_6856475991457435982_o.jpg

Ottilie [B] poursuit sa démarche d’innovation artistique et d’affirmation de son projet en intégrant de nouveaux musiciens et un nouveau directeur artistique à son projet initial Histoires d’O2.

Le groupe, formé par Didier Simione aux machines/clavier/basse et Pascal Colomb à la batterie/guitare/clavier, s’approprie les chansons d’Ottilie [B] sous la co-direction artistique de Nicolas Repac du label No Format dans cet EP de 6 titres Live.

Ensemble, ils proposent au public une performance live dont la qualité d’orchestration et l’arrangement n’ont d’égal que les folies numériques avant-gardistes du collectif Adrénaline-Dopamine (projections vidéo/multimédia pour le dernier live de Stromae).

1962642_744515595642825_2905885009485313849_n.jpg

IMG_6057.JPGInterview :

Cet EP live sort un peu plus d’un an après ton premier album.

J’avais envie de montrer ce que donnaient certaines de mes chansons en live. Je trouvais mon album assez retenu, assez conceptuel. Ce n’est pas une question d’esthétique, mais de dynamique. Il y a eu un travail de direction musicale avec Nicolas Repac qui m’a beaucoup apporté en termes de liens. Son regard extérieur m’a apporté une richesse que je ne pouvais pas laisser au placard. Aujourd’hui, il est en playlist sur France Inter et je suis ravie.

Je trouve que réunir vos deux univers est une sacrée bonne idée. Ils ne sont pas aux antipodes l’un de l’autre.

Nous sommes, il me semble, de la même famille d’artistes. Nous mettons en lumière des choses sombres. Je suis allé le voir parce que j’adorais sa façon d’utiliser les samples, de travailler la matière organique, d’utiliser des beats electros pas clinquants mais texturés…  On a eu tout de suite un échange artistique hyper prolifique dans une atmosphère particulièrement intéressante. Ça a duré une bonne dizaine de jours et ensuite, nous avons mixé ensemble.

Live Concept "Donne tes elles"
Histoires d'O.deux (IN/EX Music 2014 / L'Autre Distribution)
Réalisation : Transfuges

Qu’est que Nicolas Repac aime chez toi ?10403420_744515482309503_7677936459111018419_n.jpg

D’après ce qu’il m’a dit, la voix et l’écriture. Il m’a dirigé et c’était délectable. J’ai pu me concentrer plus particulièrement sur l’interprétation. Il m’a permis de déployer ma voix. C’est comme ça, en tout cas, que je le ressens.

C’est un EP live, mais nous n’entendons aucun applaudissement.

Il existe la version avec les applaudissements, mais on a préféré les shunter. C’est un choix permettant d’être diffuser en radio.

Tu écris de nouvelles chansons en ce moment ?

Oui. Je suis quelqu’un de très maniaque. Je suis capable de ciseler un texte très longtemps ou d’en pondre dans l’urgence et la rapidité. C’est un peu au cas par cas. S’il y a une méthodologie, il n’y a pas de recette miracle.

10 novembre 2014, Froggy's Session de Ottilie [B], Le Chêne, Villejuif.
Titre : Au Bord des Lèvres
Cette session a été enregistrée par Froggy's Delight avec l'aimable autorisation des artistes.

10264322_744515678976150_737810954950320245_n.jpgTon nouvel album avance, alors ?

Petit à petit. Il évoquera le passage de la vie à la mort… la traversée. Ça ne va pas être un disque plombant et triste, je te rassure. Ça parle juste d’un changement d’état et son voyage. A priori, ce sera un double album : une partie en studio et une partie en voyage. Je mettrai en avant le côté world music qui est en moi et le chant originel. Je vais être dans le rétro futur. Je cherche en permanence le lien avec le futur, tout en restant le plus moderne possible.

Tu as un lien très fort avec les ancêtres, les origines et avec le futur. As-tu l’impression d’établir un trait d’union entre le passé et le modernisme le plus absolu ?

Oui, par quelque chose de l’ordre de l’instant. L’absolu présent c’est le désir premier d’être ensemble et de se rencontrer. Le lien, c’est ce qui résume le passé et le futur. Mon propos est de questionner sur ce qui est réel ou sur ce qui est virtuel. Dans mes concerts d’ailleurs, il y a un hologramme. En voyant un hologramme commencer un morceau et moi qui arrive en chantant en vrai implique, j’espère, que les gens se demandent ce qui est vrai et ce qui est faux… A qui et à quoi on donne du crédit ?

Depuis la dernière fois que nous nous sommes vus, tu as été sélectionné dans pas mal de prix prestigieux. Sélection Meilleur Premier Album France Inter/Télérama et Coup de cœur Académie Charles Cros, notamment.

Ce qui est bien c’est quand tu ne t’y attends pas et que tu ne vas pas à la cherche d’un prix. Ce n’est pas un concours, ni un tremplin, ça te tombe dessus comme ça.

DSC09515.JPG

Après l'interview, en octobre 2014.

20 mai 2014

Arthur H : Interview pour L'or d'Eros

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Franck Loriou)

Ce soir et demain, Arthur H (déjà mandorisé là) et le compositeur Nicolas Repac se produisent au 104 (à Paris).  D’abord, ils ont conçu ensemble L'Or Noir, superbe voyage sensoriel autour de la poésie créole contemporaine, d'Aimé Césaire, chantre de la négritude, au contemporain Dany Laferrière en passant par le regretté Édouard Glissant. L'occasion de sonder la part noire de deux musiciens assumant allègrement des identités métisses. Pour L'Or d'Éros, le second volet qui vient de paraître, tous deux rendent hommage aux auteurs les plus libres et les plus sulfureux du XXe siècle. Pour parler de ce projet, Arthur H m’a reçu dans une chambre d’un hôtel de la capitale, le 25 mars dernier.

Argumentaire officiel de ce deuxième volet de la collection Poetika Musika :

Un superbe voyage sensoriel autour de la poésie créole contemporaine. Après « L’Or Noir » consacré à la poésie de la Caraïbe francophone, Arthur H & Nicolas Repac se penchent sur la poésie érotique. Lu, interprété, par Arthur H. Musique Nicolas REPAC.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repacL'Or d'Éros c'est l'émotion du sexe, quand le sexe rentre en résonance avec le coeur et produit de la poésie. Une poésie totalement dégagée des carcans du conditionnement social, un vrai espace de liberté, d'invention et de dévoilement de soi; plus les délices, l'excitation et les labyrinthes d'un jeu sans fin. Nicolas Repac a conçu la musique comme un long film, déchirant parfois, ou tendu, ou tendre, mais toujours voluptueux, oscillant entre les largesses symphoniques et les grooves sexuels-mathématiques. Arthur H, habite chaque mot comme si les écrivains étaient tous des musiciens. Sa voix effleure le chant pour produire une hypnose sensuelle. Tous les deux rendent hommage aux auteurs du 20e siècle les plus libres et les plus sulfureux.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repacInterview :

Présentez-nous cette collection, Poétika Musika, dont vous êtes à l’origine.

C’est une collection qui se propose de colorer les grands classiques de la poésie du XXe siècle avec un filtre musical, spatial et cinématographique. Sans l'aide du chant, il s'agit de retrouver l'ADN musical qui repose dans la cellule poétique, afin de faciliter l'accès à des textes difficiles et de redonner le goût de lire.

Quel est le but de cette collection ?

C’est de mélanger totalement la musique et la poésie et d’avoir une approche musicale de la poésie, mais sans la chanter. Quand on commence, je pose mes voix et Nicolas construit des musiques autour. Lorsque les musiques sont créées, je me recale un peu sur lui.

Vous qui êtes musicien, mettez-vous votre grain de sel dans les compositions de Nicolas Repac ?

Il est totalement maître de la situation, mais je donne souvent mon avis. Mon oreille traîne sans cesse et avec Nicolas, nous conversons.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Yaël Hirsch)

Est-ce votre amour de la littérature qui vous a incité à vous lancer dans ce projet ?

Non, c’est l’amour du cinéma. Je trouve que la poésie, c’est un cinéma pour pauvre. Ce sont des images à l’état brut et sauvage avec le moins de moyens possible et imaginable. Un poème, c’est l’expression la plus dépouillée et la plus désossée possible. Pour tout vous dire, je ne suis pas un grand lecteur, mais je constate que la poésie est très efficace pour créer de la manière la plus directe possible un monde.

C’est quoi la poésie pour vous ?

La poésie, c’est comme le sexe finalement. C’est un monde avec lequel on a une grande intimité et en même temps, qui sera toujours inconnaissable. Je n’ai jamais vu la poésie comme une espèce de fantasmagorie onirique, ni de doux délire pour les gens qui ne sont pas vraiment sur Terre et qui ont besoin de s’échapper de la réalité. Pour moi, c’est absolument le contraire. C’est un outil extrêmement précis pour observer des choses intimes de soi qu’on ne peut pas voir de manière frontale. Souvent, on est obligé d’avoir un regard oblique pour les remarquer, du coup, la poésie peut être pris comme un moyen très technologique pour percer la carapace et aller de l’autre côté. Ça permet de se rendre compte ce qu’est notre vraie présence au monde et notre vraie intimité.

C’est quoi être poète quand on écrit ?

C‘est tout simplement prendre de la liberté avec la langue, avec l’idée de voir l’envers du décor. Ca peut être aussi écrire un texte très cru et très simple sur le réel. En réfléchissant, je peux dire que la poésie est un moyen de faire face au réel, de manière détournée ou très frontale, le plus honnêtement possible.

Comment avez-vous choisi les textes qui figurent sur L’Or d’Éros ?arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

J’ai choisi des textes qui génèrent une émotion très immédiate, qui tout de suite délivrent des images et qui sonnent. Il faut qu’il y ait une musicalité du texte et un rythme évident. La poésie, c’est de la musique visuelle.

Est-ce que parler demande plus de concentration que de chanter ?

On doit tenir son énergie, mais on doit se laisser traverser par elle. C’est plus nourrissant de chanter que de parler, mais finalement, c’est un peu la même chose à la base. Je ne ressens aucune frustration en tout cas. Dans cet exercice de style, j’ai été très influencé par Jean-Louis Trintignant. Je l’ai vu sur scène et j’ai même écrit un poème sur mon album Baba Love pour qu’on le récite ensemble. Il a une prononciation et une articulation démoniaque. J’essaie de lui arriver au moins à la cheville en le copiant au maximum.

Il y a des textes très sexuels et d’autres plus sensuels. L’élaboration de cet album a-t-elle été une question de dosage ?

J’ai pris les textes qui avaient l’émotion, des images et du son, comme je vous le disais précédemment. Des textes très crus, en poésie, je n’en ai pas lu et vu beaucoup. Des textes trop sentimentaux, ça ne m’intéressait pas. Mes deux textes préférés sont pourtant ceux qui mélangent les deux. « La lettre à Nora » de James Joyce et « Mademoiselle mon cœur » de Georges Bataille. Je trouve que le sexe est l’émotion est reliée à une forme de vérité. Quand on fait l’amour, on éprouve une émotion en même temps. Cela me paraît indissociable.

"Lettre à Nora" de James Joyce.

Faire un disque de chansons, c’est plus simple ?

Non, au contraire. On doit inventer un monde, cela implique beaucoup de gens, il y a toujours des choix déments à faire. Moi, quand j’enregistre un disque, je me sens souvent dans une sorte de labyrinthe. Il y a toujours un moment où je me tape la tête contre les murs. Là, on n’a pas à écrire des paroles… en plus elles sont sublimes. Nicolas prend son pied à les accompagner… bref, c’est le projet plaisir ! Il n’y a aucune contrainte artistique et ça devient rare de nos jours.

Lou Doillon interprète avec vous « L’amour » d’André Breton et Paul Eluard.

Sur ce texte, une participation féminine me paraissait naturelle.

Il n’y a pas de textes de femmes. Pourquoi ?

Je n’en ai pas trouvé. Il y avait bien du Duras, mais c’était un peu trop cérébral. Sinon, j’ai trouvé des textes de femmes, mais trop cash par rapport aux aspects positifs et de beauté que nous cherchions.

Avant votre prochain album plus personnel, ce genre de projet vous fait-il du bien ? Est-ce une respiration ?

C’est un vrai ressourcement. Se frotter à ces grands auteurs est toujours positif. C’est une expérience qui m’enrichit beaucoup. Ça me donne envie d’être plus exigeant avec mes propres textes.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

Après l'interview, le 25 mars 2014.

arthur h,l'or d'éros,interview,mandor,nicolas repac

(Photo : Franck Loriou)