Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02 mars 2017

Mountain Men (avec Denis Barthe et Olivier Mathios): interview pour Black Market Flowers.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandorDix-huit mois après l’intense Against The Wind qui marquait déjà une ouverture vers un versant plus électrique du duo, le chanteur-guitariste Mr Mat et l’harmoniciste australien Barefoot Iano, le duo impeccable de Mountain Men, reviennent (ma première mandorisation du duo est à lire ici). Mais magie des rencontres et des envies, ils se sont  associés à un autre duo, le bassiste, Olivier Mathios de The Hyènes et le batteur, Denis Barthe (ex-Noir Désir), lui aussi membre de The Hyènes. Un quartet qui s’est entouré d’autres pointures bordelaises comme Estelle Humeau (Eiffel), Hervé Toukour (The Very Big Small Orchestra) et Jean-Paul Roy (Noir Désir). Du beau monde pour un album marie émotion et riff parfois brutal. L’album Black Market Flowers compte treize morceaux dont deux en français. Une puissance décuplée, un blues profond. Impressionnant !

Le teaser de Black Market Flowers.

Le 18 janvier dernier, à la veille de leur concert mémorable au Café de la Danse, j’ai reçu à l’agence Mr Mat (Matthieu Guillou), Barefoot Iano (Ian Giddey), Olivier Mathios et Denis Barthe. Nous avons parlé de leur rencontre, de leur disque commun, des concerts et de l’industrie musicale actuelle. Aucune langue de bois à l’horizon…

Argumentaire de presse de l’album Black Market Flowers :mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

Depuis leur 1er album Spring Time Coming, sorti en 2009, Mountain Men poursuit sa route, pavée de rock, de folk et de blues. Aucune limite artistique ne s’impose à eux, seules l’émotion et l’énergie priment. Leurs influences qui vont du rock à la chanson, de Metallica à Brassens en passant par Bob Dylan ou Tom Waits, font de Mountain Men un groupe à part et singulier alliant émotion et sens aigu du spectacle. Black Market Flowers ouvre une nouvelle page pour le groupe, paradoxalement encore plus personnelle. Il y est question de tempêtes intérieures, d'amis disparus, de colère et d'amour, de rock et d’énergie, toutes ces émotions qui font de Black Market Flowers un pur condensé de vie et à l'image de leur musique : Brute, simple, belle et universelle.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

(Photo: Vincent Assié)

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandorInterview :

Mr Mat et Barefoot Iano, comment s’est passée cette fusion  avec Denis et Olivier ?

Mr Mat : Nous cherchions un réalisateur qui pouvait réaliser notre disque sous une autre forme. On a donc fait une liste d’artistes avec lesquels nous aurions aimé bosser… dont Denis Barthe.

Denis Barthe : Nous avons été contactés par Mike, le producteur de Mountain Men. C’est un pote à moi, mais je n’avais jamais entendu parler de ce groupe. Je lui ai dit que je n’avais pas le temps, mais qu’il m’envoie quand même du son. Les titres reçus m’ont parlé immédiatement. Piqué par la curiosité, je suis allé voir sur Internet  et là, j’ai découvert deux mecs qui donnaient beaucoup sur scène, et donc qui recevaient beaucoup du public. Encore une fois, j’ai expliqué que je n’avais pas le  temps, mais que deux mecs punks qui faisaient du blues, ça m’intéressait beaucoup. Cela faisait longtemps que je n’avais pas vu ça. J’ai donc demandé à les rencontrer. MrMat est venu à la maison. Au bout d’un quart d’heure de conversation, j’avais l’impression de le connaître depuis des années. Nous étions sur la même longueur d’onde, aussi bien dans la vie que musicalement.

Et vous, Mr Mat et Barefoot Iano, pourquoi le choix de Denis Barthe ?

Mr Mat : Parce que l’on connaissait son travail pour d’autres groupes, comme les Têtes Raides et Les Suprêmes Dindes, par exemple… et aussi parce que, quand même, Noir Désir…

Denis Barthe : Je travaille aussi pour des petits groupes. Je fonctionne au coup de cœur. Que les gens soient connus ou pas, qu’il y ait une boite de pro ou pas, je m’en fous. Il faut que ça me plaise. C’est mon seul critère.

Et toi, Olivier Mathios, tu es arrivé comment ?

Olivier Mathios : Comme une fleur (rires). Je joue avec Denis dans The Hyènes depuis 10 ans. Il m’a fait part de sa nouvelle passion pour Mountain Men. J’écoute et comme il m’avait dit, je découvre que, vraiment, « ça déboite ». Denis me demande si je veux bien faire deux, trois basses. J’accepte avec plaisir. Dès que nous nous sommes serrés la main avec MrMat et Barefoot Iano, on a compris qu’il se passait un truc. Quand nous avons commencé à jouer ensemble, il y a eu une osmose totale, une parfaite alchimie. Au fur et à mesure que l’album avançait, je prenais conscience que ce que nous faisions était énorme.

Mr Mat : J’ai pris un plaisir incroyable à faire cet album. Rester tous les quatre en studio, à presque faire exprès de prendre notre temps parce qu’on était bien, c’est un souvenir inoubliable pour moi. Ca faisait longtemps que je n’avais pas pris autant de plaisir à faire de la musique. Avant cet album, les sessions de studio étaient des moments douloureux pour moi. Là, on a travaillé énormément, on a fait de grosses journées, mais dans une superbe ambiance et dans un plaisir fou.

Clip de "Dog Eye" tiré de l'album Black Market Flowers.

Vous jouiez en live dans le studio ?

Denis Barthe : Oui. La prod, je l’assimile à de la cuisine. Je n’ai pas de recette. Le groupe m’amène des aliments. C’est posé sur la table et il y a des choses à faire avec. On n’est jamais sûr de rien. On ne sait pas si ça va être bon. Quand on trouve la recette miracle, quelle satisfaction ! Et pour cet album, on a souvent trouvé la recette miracle.

Olivier Mathios : On a joué de manière assez instinctive. C’est ça qui donne la fraîcheur de l’enregistrement.

Mr Mat : Avec Barefoot Iano, on a toujours joué de manière instinctive. L’album est très basé sur l’instinct et l’instant T.

Barefoot Iano : La seule attente que nous avions, c’est que Denis et Olivier apportent quelque chose à table. Puisqu’on parle cuisine, nous ne voulions pas « manger » la même chose que d’habitude. On ne savait pas où on allait, mais on était prêt à aller n’importe où pourvu que ça sonne et que ça nous amène ailleurs.

Barefoot Iano, comment tu as vécu l’arrivé de Denis et Olivier dans l’aventure Mountain Men ?

Barefoot Iano : J’étais très confiant. Comme d’habitude, je n’avais pas préparé mes parties d’harmonica. Mes préparations sont techniques. J’essaie d’être capable de faire ce que l’on me demande,  je bosse à fond et je tente d’intégrer au mieux mon instrument dans les compositions déjà enregistrées. Denis a manœuvré le bateau avec une délicatesse et une gentillesse qui m’ont beaucoup plu.

Clip de "Still in the race", tiré de l'album Black Market Flowers.

Mr Mat et Barefoot Iano, vous attendiez quoi de Denis et d’Olivier ?

Mr Mat : Travailler avec un réalisateur, c’est souhaiter ouvrir une porte et aller se balader dans des chemins auxquels nous n’aurions pas pensé. C’était aussi une manière de mettre nos ego au placard. Je suis toujours très intransigeant quand nous enregistrons un disque, ça peut être pénible pour l’autre. Là, je me suis un peu laisser conduire et ça fait un bien fou.

Denis, il  faut ressentir l’âme du groupe pour lequel tu travailles ?

Denis Barthe : Oui. Inévitablement, il faut se fondre, trouver sa place sans pour autant bousculer l’équilibre. Il faut rentrer dans la cuisine du duo, sans casser la vaisselle.

Ça s’est tellement bien passé entre vous, que l’aventure continue sur scène.

Denis Barthe : Ce n’était pas prévu du tout. A la fin des enregistrements en studio, nous nous sommes quittés, heureux du devoir accompli, mais point barre. Un jour, Mat m’appelle pour me demander si nous acceptions de jouer pour le Café de la Danse. Pour une date, c’était possible. Très rapidement, on s’est dit que nos calendriers étaient compatibles pour en faire un peu plus. Et la machine s’est mise en route, comme une évidence.

Olivier Mathios : Et pour être clair, et je vais placer l’ego là où il ne faut pas, il était hors questions qu’il y ait un autre batteur et autre bassiste que nous deux… d’autres auraient forcément souillés cette œuvre (rires).

Mr Mat : Pour nous, c’était trop évident qu’il fallait que ce soit eux qui nous accompagnent. On a fait 600 concerts à deux, notre public était donc un peu inquiet de ce qu’allait donner Mountain Men à quatre… et, visiblement, ils ont adoré. Parce qu’avec cette formule, nos chansons sont magnifiées et ont pris de l’ampleur.

Olivier Mathios : Le tout premier concert, c’était l’épreuve du feu. Nous étions dans le bar où Mr Mat et Barefoot Iano se sont rencontrés. Ça s’est super bien passé et nous avons eu la sensation d’avoir été accepté par la « famille ».

Le 19 janvier 2017, le lendemain de l'interview, Mountain Men au Café de la Danse. Un aperçu de l'énergie et l'ambiance de folie qu'ils transmettent. A voir absolument!

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandorC’est jubilatoire pour vous deux de redécouvrir vos chansons habillées différemment ?

Mr Mat : Mais carrément. Nous ne repartons pas à zéro, mais nous repartons avec quelque chose de tout neuf. En 2015, je me suis rendu compte que j’étais nostalgique du tout début. Quand il y avait tout à faire, tout à prouver… on collait nos affiches nous-mêmes la nuit. En ce moment, j’ai l’impression de revivre tout ça.

Barrefoot Iano : Sauf qu’on ne colle plus nous-même les affiches. Moi, voilà l’image que j’ai de ce qu’il se passe. Au début, avec Mat, nous sommes rentrés dans un tunnel, bien éclairé, et là, nous sommes en train de sortir de l’autre côté et on voit un grand panneau qui indique : vous êtes en train de quitter la puberté. Il y a dans nos chansons, une vraie puissance qu’il n’y avait pas avant.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

(Photo : Vincent Assié).

Denis, rétrospectivement, tu ne te demandes pas comment l’existence de ce duo t’avait échappé ?

Denis Barthe : C’est surtout parce qu’ils n’ont presque jamais joué dans le grand sud-ouest. Il n’en reste pas moins que, depuis longtemps, je n’avais pas entendu un groupe qui joue de manière si artisanale. Avec eux, on a envie de mettre les mains dans la terre. Ce que fait Mountain Men est pensé, senti et paradoxalement, pas prémédité ni élaboré. Ça m’a beaucoup plu.

Olivier Mathios : Quand j’ai découvert ce duo, je me suis demandé d’où il sortait. J’ai trouvé leur musique mortelle. Je n’avais pas regardé leur vidéo sur internet, je les ai pris en studio direct. J’ai trouvé ça monstrueux. Je me suis demandé ce qu’étaient ces mecs qui nous fracassaient la gueule… à domicile, en plus.

(Rires général)

Mr Mat et Barefoot Iano, vous commenciez à vous lasser de cette vie musicale à deux ?

Mr Mat : L’envie première de faire un album comme Black Market Flowers, c’était justement pour éviter que cela arrive. Je déteste la routine dans tout ce que je fais. Quand une routine ou un certain confort s’installe, ça se délite. En 2015, on a fait à peu près 110 dates. Ça a été aussi une année très compliquée humainement au sein du groupe. Il y a eu des histoires intérieures et extérieures dont nous nous serions bien passés. Ça a été très difficile émotionnellement par rapport à nos vies respectives. Cette année compliquée est d’ailleurs ce que raconte notre disque. Pour exorciser beaucoup de choses, je voulais du neuf bien pimenté.

Barefoot Iano : Je ne peux rien ajouter de plus.

"Passe dans cette vallée", tiré de l'album Black Market Flowers, live filmé par France 3 Auvergne-Rhones-Alpes pour l'émission Le Backstage.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandorDepuis que je vous suis, je me demande pourquoi Mountain Men n’est pas plus populaire.

Mr Mat : J’essaie de ne plus me poser cette question, car elle m’a travaillé souvent. On a toujours eu que des retours dithyrambiques sur tous nos albums. Les gens, en sortant de nos concerts ne cessent de nous demander pourquoi on ne nous entend pas plus. J’avoue que cette situation m’a rendu aigri très longtemps. Je n’ai plus envie de me prendre la tête avec ça. Je me contente de suivre notre chemin en jouant la musique que l’on a envie de faire. On se considère comme des artisans et on essaie de faire vivre le spectacle vivant. On fait le plus possible avec nos petits moyens. Au moment, où on nous bassine depuis des mois avec les élections, il faut faire gaffe à la culture. Il n’y a aucun candidat qui n’a prononcé le mot culture. C’est symptomatique de notre époque.

Denis Barthe : Pourtant la culture rapporte en France plus que l’industrie automobile. On vit une époque où le business et les médias, sont plus fermés qu’avant. Il y a des portes qui sont dures à pousser. Ce qu’on entend venant d’une radio ou d’un programmateur, c’est : « Ça rentre pas dans ma grille de programme ». C’est stupide. Une grille des programmes est là pour être ouverte. Qu’est-ce qu’on risque à programmer un disque qui a plu ? Au mieux, qu’il plaise aussi aux auditeurs ou aux spectateurs, au pire, rien.

Mr Mat : Si on ne prend pas garde, dans dix ans, il ne restera plus que cinq gros festivals en France. Il y aura cinq artistes du moment, ceux qui vendent le plus de disques. Tout le reste sera mort.

Denis Barthe : On est dans un fonctionnement dinosauresque. Les maisons de disque, les organisateurs de festival… tout est dinosauresque. Les cachetons pour certains groupes sont indécents, on dirait qu’ils font du football. On aurait besoin d’un mouvement musical qui vienne balayer tout ça, qui ouvrent les fenêtres et qui vienne distiller du sang neuf.

Mr Mat : Denis, je ne sais pas ce que tu en penses, mais un groupe comme Noir Désir qui arriverait mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandormaintenant, il ne signerait pas.

Denis Barthe : Surtout avec la maquette qu’on a présenté à l’époque. Il n’y aurait pas non plus de Têtes Raides, d’Alain Bashung, de Stéphan Eicher, de Mano Negra, de Gainsbourg, de Ferré, de Brassens, de La Tordue. Tous ces artistes, y compris Noir Désir, étaient dans des maisons qui ont perdu des ronds avec leurs premiers disques.

Olivier Mathios : Il y avait la notion de carrière, mais elle n’existe plus aujourd’hui. Maintenant, tout le monde est jetable.

Mr Mat : En cinq ans la musique est devenue un produit de consommation comme un autre. Le téléchargement, le streaming n’ont pas aidé… C’est un vaste sujet.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

(Photo : Vincent Assié).

Denis Barthe : Les maisons de disques ont menti aux gens. On te permet de télécharger du MP3, qui est quand même une qualité de merde, du coup, la maison de disques n’a pas à fabriquer de supports physiques, c’est-à-dire de pochettes, de boitiers, il n’y a pas à payer de livreurs pour faire parvenir les disques, pas de personnel pour mettre en place dans les magasins. C’est tout bénéf’ pour les maisons de disque au détriment de la qualité. Aujourd’hui, les gens qui ont les moyens d’écouter de la musique dans de bonnes conditions, ce sont des gens qui ont des moyens financiers conséquents.

Mr Mat : Nous, malgré le fait que nous ayons vendu 50 000 albums et fait 600 concerts, pour gagner notre vie, nous sommes condamnés à tourner en permanence. Sur Deezer, je schématise, mais on est pas loin de la vérité, on est rémunéré 0, 00008 centimes par clic. Mountain Men est rémunéré par une unité de mesure qui n’existe pas. Je ne sais pas si tu te rends compte, mais, en gros, il faut que le morceau soit lu 10 000 fois pour que nous touchions 8 centimes. Et dans tout ça, nous ne sommes pas sûr d’avoir notre statut d’intermittent à la fin de l’année, ni que l’on puisse continuer à faire perdurer le groupe.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

Je ne comprends pas pourquoi les festivals de l’été ne font pas appel à vous.

Mr Mat : C’est très facilement explicable. Je n’ai rien contre les Insus par exemple, ni contre Renaud ou Vianney… ça parle aux gens. Le problème n’est pas là. Mais sur tous les gros festivals, on ne verra quasiment qu’eux. Ils sont payés des cachets astronomiques. Conséquence : les organisateurs n’ont plus rien à donner au groupe comme Mountain Men.

Denis Barthe : Je ne sais pas quel autre métier pourrait supporter cela. Admettons que demain, avec des imprimantes 3D, on puisse imprimer chez soi la baguette de pain. Vous vous imaginez que les boulangers vont accepter de vendre leur baguette 0, 00008 centimes. Quand allons-nous cesser de tout tirer vers le bas ? Il faut que les choses soient acceptables pour tout le monde.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

Pendant l'interview...

Vous pensez qu’un jour, les choses se rétabliront dans le bon sens ?

Mr Mat : Socialement, si ça ne change pas, ça va devenir violent.

Denis Barthe : Il ne faut pas combattre. Dans un combat, il n’y a jamais vraiment de gagnant. On risque de tout perdre face aux puissants de ce monde, les financiers en particulier Il vaut mieux créer quelque chose à côté, que ce soit en social, en politique, en musique, en ce que l’on veut… et faire en sorte que la chose qui te fait suer devienne une coquille vide. Il faut proposer un nouveau modèle qui concurrence en mieux la proposition des puissants.

Avant, les stars de la musique c’était, par exemple Noir Désir, aujourd’hui c’est Jul ou Black M… que s’est-il passé pour qu’on en arrive là ?

Mr Mat : Sans parler de ceux que tu cites, je ne sais même pas ce qu’ils font, je me rends compte en tout cas que depuis quelques années on maintient les gens dans la médiocrité, qu’elle soit musicale, intellectuelle ou politicienne. C’est devenu une unité de mesure.

Denis Barthe : Ça a commencé quand les directeurs artistiques des maisons de disques sont devenus des « chefs de produit ». Tout est dit dans cette appellation. On a introduit la notion de rentabilité à tout prix. Les financiers se sont emparés de la création. Plus généralement, aujourd’hui, on ne peut plus rien dire, on ne peut plus rien faire. Tous les jours on t’éteint une petite liberté.

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

Le 18 janvier 2017, à l'agence, à l'agence. De gauche à droite, Denis Barthe, Olivier Mathios, Barefoot Iano et Mr Mat.  

mountain men,mrmat,barefoot iano,denis barthe,noir désir,the hyènes,olivier mathios,interview,blacck market flowers,mandor

22 août 2014

Mountain Men : interview pour Mountain Men chante Georges Brassens

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Le duo Mountain Men est composé de l'harmoniciste Ian Giddey dit « Barefoot Iano » et du guitariste Mathieu Guillou dit « Mr. Mat ».

Ces deux performeurs atypiques jouent, ou se jouent du blues, pour en faire une matière musicale surréaliste. Ils se sont imposés comme un groupe de scène incontournable lors de spectacles où le groove répond à l’humour, où la virtuosité côtoie la simplicité, où la puissance se marie à la finesse, pour le plaisir de tous.

De passage à Paris, le 3 juin dernier, le duo est passé par l’agence pour une mandorisation en règle. Je n’ai pas été déçu du voyage. Mr. Mat et Mr. Iano sont deux trublions qui savent se raconter… à leur manière.

Biographie officielle (mais légèrement raccourcie) :

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorEn 2009, la sortie de Spring Time Coming avait fait sensation dans le monde du blues international. Avec ce premier album, le duo est nominé 2 fois aux Awards de la Blues Foundation de Memphis, reçoit le prix spécial du célèbre Cognac Blues Passion Festival et promène son spectacle aux quatre coins du globe.

En France, aussi, le succès est spectaculaire. Vendre plus de 15 000 albums de nos jours  est déjà une performance, mais le faire sans soutien médiatique relève de l’exploit. Un exploit réalisé grâce à la vox populi et construit au fil de plus de 300 concerts donnés par le duo. Il faut dire qu’en concert la communion entre les Mountain Men et leur public est impressionnante.

Portés par la voix enivrante de Mr Mat ou par les envolées de l’harmonica de Mr Iano,  le groove et l’émotion vont de pair pendant tout le concert. Le charisme tout aussi décalé qu’incontestable de ces deux personnages nous guide tout au long du spectacle, entre rires et frissons, énergie festive et ferveur communicative.mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Hope est le deuxième album du groupe. Si les racines blues du duo sont indiscutablement présentes à chaque instant c’est bien au-delà que nous transportent les 13 titres de l’album. Blues ? Rock ? Pop folk ? Peu importe les étiquettes, ici on parle de musique, de vraie bonne musique!

En attendant la sortie de leur nouvel album studio début 2015, Mountain Men s’offre une parenthèse et un hommage à Georges Brassens à travers un album live Mountain Men chante Brassens enregistré lors de leur concert à Saint-Malo.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorInterview :

Vous vous êtes connus dans un bar où Ian se produisait, c’est ça ?

Ian : Oui, à la fin de la soirée, j’ai demandé si quelqu’un voulait jouer avec moi.

Mat : C’était dans le bar situé à 500 mètres de chez moi. Il y a un morceau du zinc qui est à moi, tellement je suis un habitué (rires). Pas mal de potes présents ce soir-là m’ont incité à monter sur scène avec lui. Nous étions si bien qu’on a joué près de deux heures. On a compris qu’il se passait un vrai truc entre nous. On a eu un vrai coup de foudre musical. Nous ne nous sommes pas revus pendant quelques semaines et un jour, on s’est enfermé dans un home studio d’un ami à Ian et on a enregistré notre tout premier CD, aujourd’hui introuvable.

Vous habitiez loin l’un de l’autre ?

Ian : Non, à trente bornes. Et un jour, j’ai revu Mat par hasard, parce qu’il est venu faire un boulot d’artisan chez mon voisin. C’est le destin.

Mat : Oui, c’est vrai. À l’époque, à Grenoble, mon métier consistait à laver des poubelles au karcher. Un jour, j’ai bossé à côté de chez Ian, nous nous sommes donc revus. C’est à ce moment qu’on a repris contact.

La reprise de la chanson de Nirvana, "Smells Like Teen Spirit. Un extrait de Hope (clip vidéo réalisé par Balkan).

Vous cherchiez l’un et l’autre un alter ego musical?

Mat : Pour ma part, avant Mountain Men, j’ai toujours eu en moi le désir secret de faire de la musique et d’en vivre. À 17 ans, j’ai eu un premier groupe dans lequel nous faisions du rock. Et puis, il m’arrivait aussi de faire des soirées Brassens dans des bars. Quand j’ai rencontré Ian, tout s’est réalisé naturellement, sans qu’on y réfléchisse vraiment.

Ian : Quand j’ai emmené Mat en studio, j’ai immédiatement compris qu’il fallait que l’on bosse ensemble sérieusement. Moi, j’ai mon histoire de duo avec des chanteurs guitaristes, j’ai appartenu à des groupes, j’ai joué aussi en solo… et je sais reconnaître les vrais chanteurs. Et Mat en est un.

Mat : Pour moi, le vrai déclic, c’est quand on a participé au tremplin, « Blues sur Seine ». On a fait un super concert, on a eu des retours élogieux et on a pratiquement remporté tous les prix.

Extraits "live" de quelques titres de l'album Hope.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorÇa doit donner confiance. On doit se dire qu’on est sur le bon chemin, non ?

Mat : Oui, mais au même moment, en 2007, Ian a appris qu’il partait en tournée pour cent dates avec Riké, de Sinsemilia. Ca s’est mal goupillé parce que, du coup, en 2007, nous n’avons quasiment pas joué ensemble. Juste six dates. En 2008, on a enregistré Springt Time Coming. Il est sorti en 2009 et sans aucune promo, on s’est retrouvé « meilleure vente blues jazz en France ». À la fin de cette année, nous avons participé au festival de blues de Cognac et on apprend là-bas que nous sommes la révélation française de l’année dans le blues. Ensuite, on nous annonce que nous sommes sélectionnés pour représenter la France à un grand festival de blues à Memphis. Là, le projet commençait vraiment à prendre sens.

Vous n’avez pas évolué avec le même son dans les oreilles. Ian est plutôt Folk, Mat plutôt rock, voire hard rock.

Ian : De plus, on n’a pas la même façon d’écouter la musique. Mat, a une espèce de mémoire auditive extraordinaire. On peut lui jouer un air une fois, il est capable de le reproduire immédiatement à la guitare et de chanter les textes sans se tromper. Je n’ai jamais vu ça.

Mat : Ma mémoire ne marche jamais aussi bien que pour ça. Moi, je suis un vrai boulimique de musique. J’ingurgite tout et je peux le ressortir sans difficulté.

Ian : Moi, j’écoute de moins en moins de musique. Je ne me sens jamais aussi bien que dans le silence. Dans le silence, il y a toutes les musiques.

"Egotistical", extrait de l'album Hope.

J’ai l’impression en vous voyant qu’il y a une fusion entre vous.

Mat : Oui, par exemple, on a de moins en moins besoin de parler pour se comprendre. Sur scène, nous avons les mêmes idées en même temps. On est toujours très exactement sur la même longueur d’onde. Pour en arriver là, il y a le travail et la rigueur, mais aussi une part de magie.

Ian : En français, on m’a dit que ça s’appelait « complémentarité ». Nous sommes plus complémentaires que complices.

Il faut une dose d’amitié pour former un duo qui tient et qui se tient ? 

Mat : Oui, même s’il nous arrive d’avoir quelques prises de bec. On a tous les deux de forts caractères.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorParlons de cet album Mountain Men chante Georges Brassens. Pour Mat, c’est un retour aux sources de chanter cet artiste, mais pour toi Ian, que signifiait Georges Brassens ?

Ian : Je ne le connaissais pas, à part de nom. Je n’avais aucune idée de ce qu’il pouvait chanter. Le soir où on a enregistré cet album en live, j’ai juste suivi mon chanteur guitariste. Je découvrais presque les chansons et c’est la première fois que je jouais les morceaux.

Mat : On était en plein milieu de la tournée Hope et on a fait cette soirée Brassens, chez des potes à Saint-Malo, un peu de manière impromptue. Et pourtant ce soir-là, on a joué trois heures dix, sous un chapiteau devant 450 personnes au taquet du début à la fin. On a décidé d’enregistrer ce live, deux heures avant le concert. Le lendemain, Yann, le patron de Radio Sing Sing nous a appelés presque en pleurant d’émotion parce qu’il venait de réécouter l’enregistrement. On a donc décidé de le sortir en disque.

"Les copains d'abord" par Mountain Men (vidéo réalisée par Balkan. Enregistrée le 19 Mars 2014 à l'Odyssée à Eybens - 38).

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandorCe qui est « dangereux » quand on s’attaque à ce genre de projet, c’est que les puristes de l’artiste repris sont parfois des acharnés intolérants.

Mat : Moi, la seule crainte que j’ai eue, c’est que l’on considère que je l’ai massacré, alors que j’ai voulu être à la hauteur du personnage. Ce n’est peut-être pas parfait, mais on a fait ce concert comme on avait envie de le faire, avec notre sensibilité et notre façon de jouer de la musique. Mais, je te jure qu’on a vécu un moment très fort émotionnellement. Brassens, c’est un pan entier de ma vie. Comme je te le disais tout à l’heure, j’ai commencé les concerts en jouant son répertoire. C’est un pilier pour moi et son ombre plane toujours au-dessus de  ma tête, quoi que je fasse musicalement. Sans faire de la psychologie de comptoir, chez Brassens, je suis allé chercher la tendresse que je n’ai pas eue dans ma jeunesse.

Ian, comme tu es australien, comprends-tu toutes les subtilités de la langue de Brassens ?

Ian : Ce n’est pas si subtil que ça. Je trouve qu’il est quand même assez brut. Pourtant Georges est une légende en Australie. On en parle tout le temps.

OK ! Tu te fous de ma gueule.

Ian : Bon, en vrai, je suis moins touché que Mat. Je ne comprends pas toutes les subtilités dans tu parles, parce que c’est justement trop subtil pour moi. Mais Mat m’en a expliqué certaines.

Mat : Je lui ai expliqué le sens de chaque chanson.

En tout cas, vous donnez à ces chansons beaucoup de pêche et c’est sacrément agréable.mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor Vous vous êtes vraiment approprié son répertoire.

Mat : Il y a beaucoup de gens qui m’ont dit qu’il redécouvrait Brassens grâce à nous et il n’y a rien qui puisse me faire plus plaisir. Il y a même des gens qui estiment que Brassens est assez monocorde et monotone quand il chante et que c’est ennuyeux. Je ne suis pas d’accord avec ça, mais on a voulu rendre sa musique plus « festive », avec de gros guillemets. Nous, on veut faire découvrir l’œuvre de Brassens d’une autre manière.

Le prochain album est en route. En quelle langue sera-t-il ?

Mat : En français et en anglais. Un peu plus en anglais parce que la racine de Mountain Men reste l’anglais.

Pourquoi d’ailleurs ?

Mat : D’abord parce que c’est la langue de Ian et aussi que chanter en français m’impressionne. J’ai écouté toute ma vie Brel, Ferré, Brassens, Piaf, Fréhel, ça a de quoi te donner des complexes. L’écriture des chansons qu’ils interprètent est une telle broderie que lorsque tu passes derrière, tu te dis très vite que c’est nul.

Mat, est-ce qu’il y a des chanteurs français encore vivants qui trouvent grâce à tes yeux aujourd’hui ?

Mat : Oui, ils ne sont pas nombreux, mais il y a Maxime Le Forestier, Renaud, Batlik, Loïc Lantoine… et j’ai envie de citer un artiste récemment disparu, Allain Leprest.

mountain men,me mat,barefoot iano,mountain men chante georges brassens,interview,mandor

Avec les Mountain Men, après l'interview, le 3 juin dernier.