Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 mai 2014

Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête!

1011012_10151634525282114_933086970_n.jpg

Marcel et son Orchestre mêle un punk rock aux mélodies entrainantes. Alliant des chansons revendicatives, des chansons à textes festifs, voire des chansons politiques, leur volonté artistique s'exprime dans le triptyque « danse, déconne et dénonce ». Pendant plus de 20 ans, sans se soucier des modes, des codes et des façons, Marcel a trimballé son mauvais esprit, ses riffs et ses refrains convulsifs sur toutes les scènes, de la plus modeste à la plus prestigieuse.

Le groupe emblématique du Nord-Pas-de-Calais, originaire de Boulogne-sur-Mer, a décidé récemment de raccrocher les micros et les instruments.
Les Marcel, ambassadeurs de leur région, restent l'un des groupes les plus populaires de la région.

Franck Vandecasteele, dit Mouloud, le chanteur du groupe est passé à l’agence le 17 février dernier pour m’expliquer, notamment, pourquoi le groupe arrêtait sa carrière en pleine gloire.

MARCEL-ET-SON-ORCHESTRE.jpg

 marcelqmq.jpgInterview :

Doit-on croire à la fin de vie de Marcel et son orchestre ?

La fin de vie est un complot international, ça n’existe pas (rires). Sérieusement, nous nous sommes toujours dit que le jour où on allait se fatiguer, où on allait sentir une lassitude, on arrêterait sans regret. On ne se doit rien, il n’y a aucune obligation. Nous n’étions pas liés contractuellement avec une maison de disque, on ne devait pas d’album à personne, bref, nous avions l’absolue liberté de nous arrêter quand nous le souhaitions.

Il y a peu de groupes français qui ont perduré pendant 20 ans.

Magma ou Ange ont fait davantage, mais pas avec le même line-up. Quand tu regardes Marcel et son orchestre, tu as cinq des sept membres qui ont enregistré tous les albums.

Au niveau des chanteurs, ça a un peu bougé, non ?

Oui, parce que je ne voulais pas être chant lead. On était en binôme devant, j’aimais beaucoup ça et puis un jour, on est revenu à la formule moi en « front ». Si je résume un peu, sur les trois premiers disques, on est deux à chanter, sur les 4 derniers, c’est moi seul.

Le chanteur d’un groupe est toujours considéré comme le leader. Est-ce que cela t’a gêné ?

On en jouait un peu. On disait toujours que Marcel et son Orchestre n’avait pas de leader, mais un Lidl… un leader pas cher (rires). Mais, on a toujours été un collectif, on partageait vraiment les tâches et chacun avait une place aussi importante que celle des autres.

Cela dit, ce ne doit pas être toujours simple…

Justement, c’est ce qui peut précipiter la fin d’un groupe. Dans le milieu artistique, on a tous un certain ego et l’idée de consensus est compliquée. Je pense qu’on a arrêté aussi parce qu’on a remarqué qu’on était plus d’accord. On avait envie de dire la même chose, mais on n’avait plus envie de le dire de la même façon. On y mettait plus le même enthousiasme. Je pense aussi qu’on se connaissait trop. Nous commencions à devenir prévisibles. Pour se protéger, pour ne pas gâcher cette belle histoire, je pense qu’il fallait y mettre un terme.

Teaser du double CD DVD, C'est ma dernière surprise party!!!

Tu regardes souvent le passé ?

Avec Marcel et son Orchestre, on n’a jamais regardé dans le rétroviseur. On a mené cette aventure un peu à la va comme ça vient. Quand on se rappelle qu’on a fait sept albums en vingt ans, deux fois la scène principale des Francos, 3 fois celle des Solidays, 2 fois celles des Vieilles Charrues et que certaines tournées étaient sold out, on se dit que c’était pas mal à vivre. Sauf qu’on a vécu tout ça dans l’instant. On ne s’est jamais posé de questions. Il y a faire et faire savoir… nous, ce qui nous plaisait, c’était de faire et partager.

J’ai l’impression que vous n’aviez rien à faire du star-system. Je me trompe ?

Disons que nous nous sommes construits autour d’une carrière qui nous semblait plus pertinente que le punk rock ou le rock’n’roll.

À Boulogne-sur-Mer, Fabrice et toi, les deux créateurs du groupe, vous avez grandi dans la maison des jeunes de votre quartier.

Je pense que c’est ce qui nous a sauvé la vie. Honnêtement, je suis passé des Rubettes et de Michel Sardou aux textes d’Henri Tachan, de Pierre Vassiliu, de Jean-Roger Caussimon et de Font et Val. Ce sont nos éducateurs qui nous ont fait découvrir tout ça. Leurs textes étaient des textes de rebelles. On s’est dit : « les voilà nos modèles ! »

Tu cites Font et Val qui disaient : « Quand on voit la gueule de la réussite, ça nous donne envie d’échouer. »

Ça nous a fait réfléchir. Quand on a décidé de monter un groupe, on a fait le contraire de ce qu’il fallait faire. On a pris le nom le plus baltringue et handicapant possible. On voulait voir jusqu’ou on pouvait pousser ce handicap dans ce monde du paraître et de la frime. C’est une attitude assez punk au départ, mais nous on ne calculait rien.

Marcel et son Orchestre avec Skip The Use et Mamatth (La Familya) dans "Body Building".

Marcel et son Orchestre a fabriqué son look en prenant le parfait contre-pied de la rock’n’roll attitude, en accumulant les fautes de goût avec une joie jamais dissimulée.

On a voulu voir si on pouvait être considérés comme de grands rockeurs en pantoufles, comme des rebelles en sandalettes… On a joué de ça. Ça nous amusait de travailler là-dessus. 

Tu penses que le public a compris ce que vous souhaitiez prouver ?

Oui, même si une partie du public nous a aussi pris pour des clowns, ce que nous étions aussi un peu, d’ailleurs. Dans notre région, le Pas-de-Calais, il y a une grande tradition de carnaval. Le carnaval, c’est le moment de l’année où tu peux mettre à mal les codes de bonne conduite. Tu vas rire de l’autorité, de l’institution, de la religion, des attitudes vestimentaires, aussi. C’est un exutoire. Je pense que les gens savaient, en venant nous voir, que l’on pouvait sortir du cadre, du rang et qu’on pouvait se libérer. C’était l'une des clés de notre succès.

Quand on a pour référence Caussimon ou Tachan, on n’a pas l’impression, avec un groupe tel que le tien, de faire le contraire de ce qu’on aime ?

On s’est questionné sur le fond et la forme. Fallait-il avoir une forme sérieuse pour dire des choses déconnantes ? Quand un clown veut montrer qu’il n’est pas con, doit-il prendre une forme académique ? Est-ce que pour faire intelligent, il faut faire chiant ?

Vous avez revendiqué le droit d’être multiple, en tout cas.

C’est exactement ça. Nous avons des chansons qui sont exutoires contre la bêtise avec des messages clairs, compulsifs, frontaux et d’autres, plus écrites,  jolies, soignées. Ces dernières sont prises comme des morceaux mous de Marcel et son Orchestre et non pas comme de belles chansons. Parfois, ça fait un peu chier.

franck vandecasteele,mouloud,marcel et son orchestre,interview,'est ma dernière surprise party!!Vous avez décidé d’arrêter le groupe après la sortie de votre précédent album, Tous les coups sont permis. Tout le monde était d’accord ?

Non, mais c’est de ma faute. J’ai été maladroit sur cette affaire. Je n’ai pas réussi la concertation. J’étais sur la création d’une pièce de théâtre, ensuite nous devions participer à une fête des indignations en soutien aux Roms. Un journaliste qui avait entendu dire que c’était la tournée d’adieu de Marcel m’a fait parler et comme j’avais un peu picolé, j’ai lâché l’affaire devant tout le monde, de manière informelle. Sauf que le lendemain, il a fait la une de La Voix du Nord avec ça. J’étais fou de rage et les copains me sont tombés dessus… et ils avaient raison. On avait émis cette décision, mais on ne l’avait pas acté.

Vous tous, vous avez réfléchi à l’après Marcel ?

Non, personne n’a anticipé, personne n’avait de meilleures opportunités. Nous sommes arrivés au bord de la falaise et nous nous sommes jetés dans l’inconnu. Je ne dis pas qu’on ne va pas se casser la gueule et qu’on ne va pas descendre plusieurs marches, mais en même temps, on aura été honnête jusqu’au bout. Marcel et son Orchestre n’aura jamais triché.

1921245_10152280730958674_1981055383_o.jpg

Pour « fêter » cette fin d’aventure musicale, il y a un double DVD+CD qui est sorti, C’est ma dernière surprise-party. Un best of en public.

C’est tiré de nos deux derniers concerts. On a composé pas loin de cent cinquante chansons et on a joué cinquante titres par soir. Quatre heures de concert à chaque fois. Un marathon hallucinant pour remercier tous les gens qui nous ont soutenus pendant toutes ces années et qui ont porté notre histoire. On l’a dit mille fois, mais c’est le public qui a fait l’histoire de Marcel.

Quand on décide de partir, on est vite regretté, même par des gens qui ne vous suivaient pas particulièrement, non ?

Lors de la dernière tournée, les gens savaient qu’on n’allait pas revenir sur notre décision.  C’est un groupe qui a donné sans compter, particulièrement généreux, intègre dans les combats et les attitudes. Tu ne peux pas lutter contre la société de consommation et être un homme-sandwich de ce système. Pour moi, c’est le point de rupture avec le rock’n’roll. Des mecs qui se disaient engagés, mais étaient habillés par une marque de fringues, je ne comprenais pas. Je voyais tellement de contradictions que je trouvais que notre projet prenait tout son sens. Ça nous permettait de rire de tout ça. Je crois que le rock’n’roll est une musique de droite. Le rock’n’roll, c’est extrêmement conservateur. Il y a les dix commandements du rockeur. Ne pas rire, les lunettes noires, l’attitude, les perfectos… etc. Il y a l’uniforme, tu ne joues pas des codes. On ne rigole pas beaucoup dans le rock’n’roll, on ne rigole pas de soi-même. Nous, on a débarqué en disant que tout ça, c’est du flan. On a donc été reçu comme un chien dans un jeu de quilles.

"Megafun" en live.

Vous avez été heureux pendant toutes ces années ?

Quoi qu’on ait dit de la scène du rock français, on a fait partie d’un mouvement qui a aussi conscientisé une partie des gamins. Moi, la chanson m’a conscientisé. Je dois à Renaud et Lavilliers de m’avoir expliqué ce qu’était l’Apartheid par exemple. Je dois à Pierre Perret de m’avoir éveillé à beaucoup de choses. Je me dis qu’avec cette scène-là, on a fait gueuler des slogans anti fascistes à des jeunes.

969694_578134842219712_1968893327_n.jpgParle-moi du projet Lenine Renaud.

Avec Cyril Delmote, le guitariste des VRP, on avait envie de travailler ensemble. On chante et joue tous les deux. Sur des airs de pas y toucher, nos chansons taillent de tendres ou féroces portraits, racontent la grande aventure du quotidien, la revanche des causes perdues, ricanent des marchands de certitudes, ou encore des fous de Dieu.

Tu ne veux pas sortir quelque chose sous ton vrai nom ?

Je n’y arrive pas. J’ai trop le sens du collectif.  

Et le sens du partage.

Je suis travailleur social de formation. J’ai le défaut de ce métier. J’ai besoin d’être un passeur. Quand je découvre quelque chose, une belle idée, une belle image,  j’ai besoin de faire circuler.

DSC08870.JPG

Avec Franck Vandecasteele, dit Mouloud, après l'interview, le 17 février 2014.