Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26 mars 2021

Boulevard des Airs : interview de Sylvain Duthu et Florent Dasque pour Loin des yeux

boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandor

(Photos : Cédrick Nöt)

boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandorBoulevard des Airs (aussi communément appelé BDA) est un groupe composé principalement des frères Dasque - Jean-Noël et Florent et Sylvain Duthu. En quelques chiffres BDA c’est trois nominations aux Victoires de la musique (2011, 2013, 2019), plusieurs disques de platine, des millions de streams et de vues YouTube, des tournées en France et à l’étranger (Europe, Japon, Amérique latine …). Le succès de ce groupe Tarbais est sans commune mesure. Allant régulièrement dans leur ville, j’ai fini par les connaitre un peu mieux et les apprécier humainement ainsi que professionnellement.

En 18 ans de carrière, je ne les ai mandorisés que trois fois (là en 2018, ici en 2016 et là en 2015).

Leur nouveau disque, Loin des yeux, sort aujourd’hui (après plusieurs reports). Je suis allé rejoindre les deux leaders, Sylvain Duthu et Florent Dasque, à Paris le 21 octobre 2020 pour en savoir plus sur cet album très original dans lequel ils se livrent beaucoup.

Leur site officiel.

Leur page Facebook officielle.

Pour écouter l'album Loin des yeux.

boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandor

(Photo : Cédrick Nöt)

Argumentaire de presse :boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandor

Début 2020, le groupe devait continuer sa tournée triomphale des Zeniths, mais le Covid 19 en a décidé autrement forçant le groupe a changer ses plans et les incitant à travailler sur un nouveau projet comme l’indique le communiqué du groupe : « Voici notre nouvel album. L’idée est née durant le confinement, alors que la tournée s’annulait. Il s’appelle Loin des yeux et il contient 24 titres. On y mélange la joie de revisiter nos titres avec des gens qu’on aime beaucoup. Et celle de vous plonger, à travers douze inédits, dans l’intimité du groupe. Les très beaux invités de l’album : Vianney, Patrick Bruel, Claudio Capéo, Tryo, Jérémy Frérot, Lola Dubini, LEJ, Gauvain Sers, Tibz, Yannick Noah, Doya, Lunis…»

boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandor

(Photo : Cédrick Nöt)

Interview :

Pourquoi vos nouvelles chansons évoquent-elles les débuts et l’évolution du groupe ? La nostalgie s’est emparée de vous lors du premier confinement ?

Sylvain Duthu : Ce n’était pas réfléchi au début. Mais quand on analyse, c’est vrai que l’on a commencé l’écriture pendant le confinement, puis il s’est poursuivi lors de la période de non festival. Inconsciemment, ça a dû nous inciter à faire le point et à regarder en arrière.

Florent Dasque : Beaucoup de gens pensent que l’histoire de Boulevard des Airs a démarré avec l’album « Bruxelles » ». Même ceux qui connaissaient réellement notre vraie vie nous demandaient de raconter d’où nous venions. 

Clip de "Et nous vraiment".

C’est ce que vous faites avec la chanson qui ouvre l’album, « Et nous vraiment ».

SD : Ce sont vraiment mes souvenirs. Je me demande à quel moment l’histoire a vraiment débuté. J’ai voulu remonter à la genèse de Boulevard des Airs.

Il n’y a même pas la réponse, du coup.

SD : Parce qu’on n’en sait rien. Cette chanson est aussi une déclaration d’amour au public.

Comme dans la magnifique chanson « Au début de vos  lettres ».

SD : Ce sont de vraies lettres reçues. Beaucoup sont émouvantes. On ne peut pas rester insensible à une demande comme « ma fille est malade, pouvez-vous la rencontrer ?», ou quand on nous dit « On s’est mariés sur votre chanson »… C’est hyper touchant.

Dans « Abécédaire », vous vous moquez des journalistes qui posent notamment la question : « Sinon, c’est quoi vos inspirations ».

SD : Ce n’est pas méchant. Je me suis amusé à dresser une liste des inspirations de tous les membres du groupe. J’imagine que, vu la quantité d’artistes cités, les journalistes réfléchiront à deux fois avant de poser cette question (rires).

Clip officiel de "Bruxelles" avec le duo Lunis.

Au début, vous songiez à faire un spectacle avec des images d’archives…

SD : On avait aussi envisagé de faire un documentaire parce que nous avions beaucoup d’images d’archives. On était loin de s’imaginer que ça finirait dans un album de chansons.

Florent, comme les chansons inédites sont parfois parlées, tu composes autrement ?

FD : Habituellement, on travaille ensemble et en même temps. Là, on avait créé des ambiances musicales de A à Z. Sylvain a posé les textes sur la musique qui existait déjà. C’est la seule différence que l’on peut noter par rapport aux précédents albums.

boulevard des airs,bda,loin des yeux,interview,mandor

(Photo : Cédrick Nöt)

Je crois savoir qu’à la base, c’est la partie duo qui a émergé dans vos têtes.

SD : A force de faire des partages en visio, comme beaucoup d’artistes le faisaient pendant le premier confinement, on a commencé à revisiter des morceaux à nous et à inviter d’autres artistes. C’était fort de recevoir l’émoi des autres. Nous étions tellement impressionnés de voir comment ils s’appropriaient nos chansons que nous nous sommes dit que ce serait bien de faire ça sérieusement pour un album. 

Clip officiel de "Tu seras la dernière" avec Lola Dubini.

En plus, vous n’avez pas placé tous vos duos parce qu’il n’y avait plus de place sur le disque.

FD : En effet, d’autres titres étaient prêts et on nous a appris qu’un album faisait 70 minutes et 30 secondes.

SD : On était partis sur l’idée de reprendre tous nos titres phares et ceux qui sont les plus forts en live, comme « Bruxelles » et « Emmène-moi ». Cela dit, il y en a des moins connus. « Comment ça tue » avec Claudio Capéo et « Tu seras la dernière » avec Lola Dubini. C’est devenu un best of  hybride.

FD : Il y a aussi des chansons que l’on a créées pour d’autres artistes. C’est le cas de « Viens » avec Yannick Noah et « Tous les deux » avec Patrick Bruel. Ces chansons ne font donc pas partie de notre répertoire, mais on leur a demandé si on pouvait les reprendre dans l’album avec eux, histoire de chanter avec des gens qui ont compté dans notre histoire, qu’ils soient très connus ou inconnus.

SD : Oui, il y a Bruel comme les sœurs Doya dont l’une d’elles a été saxophoniste chez nous pendant trois ans. En tout cas, les 12 duos de cet album sont tous avec des gens que l’on connait et que l’on apprécie.

Clip officiel de "Emmene moi" avec les LEJ.

Vous êtes toujours dans le partage depuis le début de votre carrière.

SD : Inviter des gens sur nos albums et sur scène est une vieille habitude. Tout le temps, nous partageons un maximum.

Vous avez été intégrés dans une stupide polémique avec vos concerts où le public était dans les voitures pour vous voir à Albi et à Tarbes.

SD : C’est amusant parce que j’ai appris cette polémique avec un post que tu avais écrit. J’ai compris qu’il y avait une polémique, mais je n’ai pas cherché plus que ça.

FD : Nous, on nous a demandé de jouer, on a accepté et bénévolement. Les seuls personnes qui ont été payées, c’était les prestataires locaux et les techniciens. Ça leur a permis de vivre le temps d’une soirée. C’était un acte citoyen. Le concert a été énormément relayé par les médias donc il y avait les pour et les contre. Les médias adorent les contre.

Aux Victoires de la Musique 2020, avec Vianney, "Allez reste".

Ça vous atteint les critiques ?

SD : Personnellement, si ça m’atteint, ça ne va pas me démolir.

FD : Nous ne lisons pas les critiques. Parfois, on  nous dit qu’on s’est fait déglinguer  parce que nous sommes trop populaires.

SD : Si quelqu’un nous déglingue sur Facebook, mon premier réflexe, c’est d’aller boire un café avec lui pour comprendre où est le problème. Après, c’est une affaire de goût. C’est le lot de chaque artiste.

FD : Je trouve que nous sommes plutôt préservés.

Clip officiel de "Tous les deux" avec Patrick Bruel.

Vous êtes dans la production pour d’autres artistes en ce moment, c’est pour prévenir l’avenir ?

FD : Ca rejoint le fait que dans notre nouvel album, il y a des gens connus et d’autres pas connus. Nous avons envie de monter notre propre label, Home, pour donner la chance à d’autres artistes. On aimerait produire deux artistes par an. On va endosser cette nouvelle casquette et c’est un défi de taille.

boulevard des airs, bda, loin des yeux, interview, mandor

Avec Sylvain Duthu et Florent Dasque le 21 octobre 2020.

boulevard des airs, bda, loin des yeux, interview, mandor