Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 novembre 2011

Dick Rivers: interviews pour Mister D

dick rivers,interview,mister d,cd'aujourd'hui,addiction,le mag

dick rivers,interview,mister d,cd'aujourd'hui,addiction,le magDick Rivers est (avec Eddy Mitchell et Johnny Hallyday) un de ceux qui a introduit le rock’n’roll en France. Parmi les trois, il est certainement celui qui a gardé le plus l’esprit rock jusqu’au bout de ses santiags et de la banane. Le chanteur niçois vient de sortir un nouveau disque, parallèlement, une biographie est publiée aux Editions Florent Massot, ainsi qu’une compilation DVD de clips et autres scopitones aux Editions Montparnasse.

Professionnellement, on ne peut pas dire que je sois passé à côté de son anniversaire, puisque je l’ai rencontré à deux occasions en moins d’un mois.

Commençons par la première. C’était le 9 septembre sur la terrasse du Terrass Hôtel pour Addiction, le mag (daté du mois de novembre 2011). Une longue interview d’une heure, dont voici la substantifique moelle.

Scan10033.JPG

Scan10034.JPG

Scan10038.JPG

Quelques photos prises lors de l'entretien...

DSC01199.JPG

DSC01200.JPG

DSC01205.JPG

Avant de passer au second rendez-vous, voici le teaser de Mister D.


Quelques jours plus tard, le 2 octobre dernier, je me rends cette fois-ci au domicile parisien de Dick Rivers pour tourner l’émission CD’Aujourd’hui.

1718260833.jpg

Pour CD'Aujourd'hui, les questions ne sont pas posées de la même façon. Généralement, mes entretiens avec les artistes durent une vingtaine de minutes. On en garde juste une. Exercice de style, donc, que d'orienter une interview pour trouver 3 angles courts, efficaces et parlants. L'ami Dick a bien joué le jeu. Merci à lui.

Pour voir l'émission, cliquez là!

Voici quelques photos de la session acoustique... avec la participation du légendaire Oli Le Baron.

DSC01961.JPG

DSC01968.JPG

DSC01973.JPG

DSC01976.JPG

Photo souvenir...

DSC01977.JPG

14 septembre 2011

Lyonel Trouillot: interview pour "La belle amour humaine"

lyonel trouillot,la belle amour humaine,interview addiction,le mag

Dans ce qui m’a été donné de lire lors de cette rentrée littéraire 2011, le roman de Lyonel Trouillot, La belle amour humaine, est une des très belles surprises. Au point qu’à la rédaction d’Addiction, le mag (le journal que l’on trouve dans les Virgin), nous avons décidé de le mettre en avant. Coup de fil en Haïti, pays d’origine de l’auteur, un beau matin…

Ce qui a donné ceci dans le numéro daté du mois de septembre 2011:

Scan10030.JPG

Scan10031.JPG

Scan10033.JPG

Scan10032.JPG

Le bonus Mandorien (ce que vous ne lirez pas dans Addiction, le mag) :

- L’histoire se met en place doucement, puis nous sommes happés très rapidement par votre style et les propose tenus. Savez-vous précisément quand le lecteur ne pourra plus lâcher votre roman ?

Non, je ne sais pas. En écrivant, je pense plus à l’impression générale, à une sorte d’atmosphère qui viendrait tendrement, brutalement quelquefois, piéger le lecteur. Lire est toujours une imprudence. L’histoire ne peut être qu’un prétexte, une invitation à la conversation. C’est pour cela qu’il y a justement un travail de mise en place qui fait que l’histoire « prend forme », et c’est dans cette prise de forme qu’elle devient dangereuse, troublante.

-Quand on dit qu’il y a une littérature antillaise, caribéenne. Qu’elle est plus puissante que les autres, vous êtes d’accord ?

Non. Il y a peut-être des moments durant lesquels quelque chose se concentre dans un lieu. On peut penser à la grande vague du roman latino-américain, par exemple. Peut-être certains textes produits dans la Caraïbe ou par des Caribéens ont-ils proposé des choses nouvelles. Et la spécificité de l’histoire régionale incline vers des thématiques ou même vers des choix langagiers qu’on peut juger propres à telle région, mais c’est toujours sur des durées limitées. Je comprends qu’on parle d’une littérature caribéenne en référence au contexte historique et géographique. Qu’elle soit plus puissante que les autres, j’en doute. Déjà il n’y a pas une littérature caribéenne au sens où tous les écrivains feraient la même chose. Et dire qu’elle est plus puissante que les autres, c’est un cadeau empoisonné, cela veut dire qu’elle pourrait l’être moins…

-Anaïse est venue chercher la vérité sur la mort de son grand-père. Mais au fond, on comprend que le message que vous voulez faire passer est : qu’est-ce que la vérité et la connait-on vraiment jamais ?

Il y a de cela. La vérité est souvent une construction, ou une reconstruction.

-Tout ce qui compte, c’est le bonheur, dit Thomas. C’est un peu la morale de votre livre ?

Le bonheur conçu comme une création collective. Oui.

19 juillet 2011

Imany : Interview pour The Shape Of a Broken Heart

Scan10028.JPG

Imany est une artiste qui monte, qui monte... il m'a semblé évident de la rencontrer rapidement. Son attachée de presse m'avait prévenu. "Elle est en tournée tout le mois de juillet, il faut faire fissa!". Ainsi fut fait.

Fissa, donc.

Je l'ai rencontré le 4 juillet dernier pour l'un de mes journaux, Addiction, le mag (daté du mois de juillet). Voici le résultat de cette rencontre.

Scan10022.JPG

Scan10024.JPG

Scan10029.JPG

Pour finir, le clip officiel du premier single d'Imany, "You Will Never Know".

Son MySpace.