Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11 avril 2018

La Goutte (Gabriel de Villeneuve) : interview pour Advienne que pourra

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

10 ans d’existence, de très nombreuses scènes et 3 albums, voilà le bilan du groupe Lillois, La Goutte. Il vient d’enregistrer douze nouvelles chansons dans Advienne que pourra. Le quatuor confirme ce gout certains pour les beaux textes ciselés. Cette fois, les arrangements sont différents, il y a des sonorités nouvelles... comme pour marquer une évolution. Il est question de solitude, d’enfermement, de relations amoureuses, de doutes, de questionnements personnels, du destin et des hasards de la vie. Malgré des textes plutôt graves, on sent toujours un brin d'espoir dans le fond...

Le 28 février dernier, j’ai mandorisé (pour la deuxième fois) le chanteur et âme du groupe, Gabriel de Villeneuve dans un café (bien nommé) « La pinte du Nord ».

(La première mandorisation, en janvier 2013, pour le deuxième album de La Goutte, Drôle de monde, à lire ici.)

Mini bio (officielle, mais écourtée):

Flamenco du port d'Amsterdam...tango des Flandres...quelque part entre la musique de chambre et le rock de garage, La Goutte marche hors des sentiers battus. "En s'énervant contre le monde à force de trop vouloir l'aimer", c'est une douce révolte, un grand parfum de liberté que la bande vous invite à partager. Sans faux-semblants ni simagrées voici un récital à fleur de peau, mais aussi une franche rigolade et il suffit de le découvrir en scène pour s'en apercevoir.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandorL’album (argumentaire officiel, mais écourté) :

S’il y a des poètes que le temps tarit, des musiciens que la trentaine assèche, les membres de La Goutte ne sont pas de ceux-là. Avec Advienne que pourra, leur troisième album, Gaby et sa troupe nous offrent une consolation, un contour à nos nostalgies, un sourire à nos angoisses. Cet album, c’est le fado d’un équipage rimbaldien, l’appariement des chansons de pirate et des chansons d’amour. « Solitaire en exil », c’est l’inexplicable saudade* (du latin solitatis, isolé, « délicieuse nostalgie et désir d’ailleurs ») à portée de notre sensibilité.

Loin de s’enfermer dans le carcan « chanson » qui colle au timbre du groupe, celui-ci se réinvente. Plus électrique, plus équilibré, l’album laisse un espace rêvé aux chœurs et aux claviers de Ludivine, aux guitares et aux basses-batteries inspirés de Jonas et Hugo. La Goutte a fait son chemin et trouvé sa voie, nous livrant comme un compagnon son chef d’œuvre, après deux beaux albums qui sonnent aujourd’hui comme les promesses de celui-ci. N’est-ce pas cela, un chef d’œuvre : un objet qui rend sensible ce que l’on pressentait, donne une forme à ce qui nous hantait ? Advienne que pourra est un trésor trop précieux pour qu’on n’ait pas l’envie de le partager avec le monde entier.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandorInterview :

Tout le monde s’accorde à dire que Advienne que pourra est un album dans lequel vous vous renouvelez franchement.

Il n’y a rien qui ne s’est fait consciemment. J’ai continué à composer les chansons et à les écrire de la même manière, mais avec plus d’âge et d’expériences. La grosse différence, c’est que j’ai laissé beaucoup plus de place à Ludivine qui fait des voix, les claviers et l’accordéon et à Jonas, à la guitare électrique. Ils ont apporté énormément sur la tonalité du disque. Avant, j’étais attaché à l’acoustique, là, j’ai lâché du lest.

Pourquoi as-tu décidé de leur laisser plus de place ?

Parce que j’ai trouvé leur travail magnifique. Nous étions fiers d’aller enregistrer ses chansons-là avec ses arrangements-là. Nous sommes restés fidèles à ce que l’on a toujours fait, mais au final, notre son est beaucoup plus actuel. J’ai pris conscience qu’il le fallait.

Clip de "Nuages à l'envers", extrait de l'album Advienne que pourra

Tu n’as pas eu peur de bousculer le public de La Goutte ?

Je me suis posé la question, mais pas longtemps. Le disque est sincère, il est ce que nous sommes, donc le public le remarque aussi.

Ce disque est beaucoup plus personnel que les deux précédents. Il me semble que tu parles plus de toi.

Je ne parle pas forcément beaucoup plus de moi, je l’ai toujours fait. C’est juste que j’essaie de toucher à l’universel en passant par la singularité de ma vie. Je parle du couple notamment, parce que cela touche tout le monde. Nous sommes de plus en plus seuls dans l’amour. On n’est pas accompagnés comme nous l’étions avant, il me semble. Sans juger que c’est mieux ou moins bien, c’est juste différent. Ce sujet m’a inspiré.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

Ce disque ne serait-il pas un chouia plus optimiste que les précédents ?

Le thème de la destruction progressive de la vie sur Terre est un thème infini, certes, mais je me suis peut-être un peu usé à l’évoquer. Dans ce disque la chanson « Kaput » est encore sur cette thématique-là. Pour ne rien te cacher, j’écris encore plein de chansons là-dessus, mais j’en garde moins qu’avant. Je dois dire que les autres membres du groupe m’ont incité pas mal à mettre en avant les histoires d’amour plutôt que mes chansons sur la planète en danger (rires). Quand j’arrive avec mes chansons, je sens à l’avance lesquelles vont leur plaire et celles qu’ils aimeront moins. On se connait depuis longtemps maintenant.

Vous avez changé votre façon d’enregistrer en studio ?

Disons que c’est la première fois que l’on entre en studio avec des chansons que l’on n’a jamais joué en live. Précisément, on en jouait 4 en concert, mais pas les 8 autres. Il fallait donc que ça sonne déjà sur le disque. Pour le live, on a réarrangé la plupart des titres, car nous sommes 5 musiciens et le disque a été enregistré à 4.

Vous avez un nouveau batteur.

Oui, c’est un ami de Jonas, le guitariste. Il s’est d’ailleurs parfaitement intégré. Il est comme un poisson dans l’eau. Il est charmant.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

La presse spécialisée est dithyrambique sur ce  nouvel album.

Les gens qui m’en parlent disent qu’il y a une nette évolution et que c’est plus mature. J’ai l’impression qu’il se passe plus de choses avec ce disque. Mais, bon, on ne sait pas ce qu’il va se passer derrière ce frémissement.

Faut-il 10 ans pour trouver la bonne voie ?

Quand je regarde autour de moi, j’ai l’impression qu’il y a deux chemins possible. Il y a ceux qui sont propulsés immédiatement, et qui ne durent pas forcément longtemps, et ceux qui sont dans le labeur, qui ne lâchent rien et qui persévèrent… parfois pendant 10 ans. J’ai conscience que dans 10 ou 20 ans, on pourra encore nous dire qu’enfin, on a trouvé le bon chemin.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

(Photo : Kalimba Mendes).

Pourquoi écris-tu une chanson ?

Le plus grand plaisir que je peux avoir, c’est quand quelqu’un vient me voir et me dit que ma chanson l’a aidé ou lui a ouvert les yeux sur certains sujets. Ce genre de témoignage est précieux pour moi. Sinon, écrire, c’est plutôt une hygiène de vie. J’ai besoin d’écrire des chansons pour me sentir bien. Si je ne les chante pas, je suis frustré. A la base, je sais, c’est égoïste. Je le fais parce que ça me fait du bien. Pour que ça me fasse du bien, j’ai besoin que les gens les aiment aussi… je suis pris dans un sacré cercle vicieux (rires). De là à dire que mes chansons ont pour but de faire réfléchir ceux qui les écoutent, je trouve cela prétentieux. En tout cas, si jamais je pose des questions qui invitent aux questionnements, ce n’est déjà pas si mal.

« Si je me voyais » est une chanson sur le regard que l’on a sur soi-même.

Et du regard que l’on a sur les autres. C’est une analyse un peu psychologique de ce que nous sommes, de ce nous nous ne comprenons pas, de ce que nous ne maîtrisons pas, mais qui sort pourtant de nous. Cette chanson est une invitation à se découvrir plus profondément, une analyse de ce que nous sommes.

"Elle dit" en version acoustique, extrait de l'album Advienne que pourra.

Que penses-tu de toi-même ?

Ça va, je fais comme je peux.

Advienne que pourra n’est pas un titre choisi au hasard, je présume ?

J’ai choisi ce titre-là parce que j’ai l’impression que c’est finalement une réponse que l’on pourrait apporter à une question fondamentale et principale :  qu’est-ce qu’il va se passer demain sur Terre ? On n’en a aucune idée. C’est donc une forme de philosophie à suivre. On ne maitrise rien, donc, on verra bien. Il faut faire confiance à la vie.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

Le monde qui part en sucette, ça te rend fou ?

Ça ne me rend pas plus fou que toi, je n’en sais rien. Je suis content d’être vivant, ma vie me plait, tout va bien. Après, si tu me parles de l’état du monde, il y a en moi une certaine fatalité. On se dirige tout droit vers quelque chose qui risque de nous péter à la gueule, mais au fond, je n’en sais rien.

Quoi ? Un chanteur n’est pas prophète ?

Malheureusement non.

Es-tu satisfait de comment est ta vie d’artiste ?

Ça ne nous suffit jamais totalement. On aimerait avoir le confort de ne plus chercher des dates. On aimerait que l’on nous propose et que nous disposions. Mais, globalement, cet équilibre me va bien. J’alterne ma vie banale et tranquille en Bretagne où je vis 10 jours par mois et le reste du temps nous sommes sur la route pour faire des concerts. Le truc, c’est qu’on aimerait travailler régulièrement. Ça fait 10 ans que nous restons à la surface, mais de manière progressive…et on est toujours là.

gabriel de villeneuve,la goutte,lille,advienne que pourra,interview,mandor

Après l'interview, le 28 février 2018.

26 janvier 2013

La Goutte : interview pour Drôle de monde

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

La Goutte, c’est Gabriel de Villeneuve (chant /guitare), Hugo Lagorsse (guitare/banjo/trompette/soubassophone), Jonathan Testar (violoncelle), Ludivine Vandenbroucke (accordéon/claviers), Pierre Yves Lemay (batterie) et Alexandre Viallet (basse/clarinette).

la goutte,drôle de monde,interview,mandorLa Goutte, c’est d’abord une histoire d’amitié qui s’est forgée autour de la chanson. Un mélange de chansons avec beaucoup d'instruments acoustiques, d'influences arabo-andalouses ou slave et celle de grande chanson française comme Brel, Brassens ou Boby Lapointe. Les membres de La Goutte explorent ces petites choses de la vie qui les touchent et qu'ils veulent partager - réflexions sur l'humanité, sur les vraies valeurs d'un monde confronté au progrès, à l'indifférence - et qu'ils jugent parfois absurde. Le 4 janvier dernier, Gabriel de Villeneuve, Hugo Lagorsse et l’ex-percussionniste du groupe, dont je n’ai pas encore l’identité (faute professionnelle, je sais) sont venus me rejoindre dans un café parisien lors d’un passage parisien rare et rapide…

Biographie officielle :

Au printemps 2012, La Goutte concrétise avec brio son second projet discographique.
Entre conte moderne et réalité urbaine, "Drôle de monde" porte un regard cherchant dans le quotidien l'empreinte d'une valeur que l'on nomme humanité.
Les six musiciens nous livrent un son parfois plus électrique, où la batterie et les cuivres ont su trouver leur place sans dérober au groupe son identité première, résolument acoustique.

Vous pouvez écouter quelques titres là.

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

Interview :

Vous vous connaissez depuis toujours.

Gabriel : Il y en a deux, trois dans le groupe qui se connaissent depuis l’âge de 10 à 15 ans.

C’est bien de se connaître parfaitement. Cela permet d’être solidaire dans une vie de musicien dont on sait qu’elle peut être compliquée…

Gabriel : Ça dépend. Ca peut-être aussi plus compliqué que si c’est juste un rapport de travail. Là, on est dans des rapports mêlés entre amitié et profession. Quand on est dans une phase de professionnalisation, il faut gérer cet aspect-là. On s’en tire plutôt bien.

Vous existez en tant que La goutte depuis 4 ans. Vous avez employé le terme de professionnalisation. Quand se rend-on compte que l’on passe d’amateur à professionnel ?

Hugo : Le fait que les concerts soient fréquentés, ça rend plus crédible. Aujourd’hui, nous avons un tourneur, ça facilite les choses.

Gabriel : Nous n’avons plus du tout le même rythme de travail. Quand nous étions plus jeunes, on se voyait une fois par semaine pour les répétitions et puis c’est tout. Aujourd’hui, on se voit plus souvent…

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

Vous avez commencé à jouer ensemble dans la rue. La meilleure école musicale du monde, je présume…

Gabriel : Oui, c’est sûr. Les gens, ils n’en ont rien à battre. Il faut parvenir à capter leur intérêt. C’est une bonne leçon d’humilité aussi. Là, après ton interview, on y retourne.

Ah bon ! Sérieusement ?

Gabriel : Oui. On adore ça. Moi, c’est le fait de jouer qui m’anime. Alors, dans la rue, nous nous sentons complètement libres. C’est génial.

la goutte,drôle de monde,interview,mandorA Lille et dans sa région, vous avez déjà un public conséquent.

Hugo : Disons, qu’on est en train de grappiller sur le territoire pour se faire connaître. On fait pas mal de premières parties pour nous faire repérer. Ob a joué avec Les Ogres de Barback, Alexis HK, Barcella, Rageous Gratoons, Les Fils de Teuhpu, Debout sur le Zinc, Mon Côté Punk, As de Trèfle…

Gabriel : Parfois, on passe aussi en tête d’affiche. Maintenant, pas mal de personnes se déplacent assez loin pour venir nous voir. Beaucoup connaissent les chansons par cœur et ça fait bizarre.

Gabriel, c’est toi qui écris les textes et qui chantes.

Gabriel : Oui, personne d’autre ne se mêle des textes. En général, les autres membres du groupe me font confiance.

Tu écris des textes un peu « engagés », avec toute la réserve que je mets dans ce terme, des chansons humanistes en tout cas et souvent incisives… il faut que tout le monde soit d’accord avec tes propos, je suppose.

Gabriel : Tu as raison, ce n’est pas une évidence. Bon, on est copain depuis toujours, ce n’est pas pour rien non plus. On a tous à peu près les mêmes idées. Parmi les musiciens du groupe, il pourrait y avoir des personnes qui n’ont pas la même manière de penser que moi, mais en fait non.

Hugo : Avant tout, nous, on se concentre sur la composition de la musique.

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

De gauche à droite : Hugo Lagorsse, l'ex percussioniste du groupe et Gabriel de Villeneuve).

Moi, j’ai un souci avec les chansons trop engagées. Je déteste ça en fait. Je trouve que la chanson doit plus servir à faire rêver, à permettre à l’auditeur de s’évader. Je n’aime pas les artistes qui donnent des leçons de morale aux gens. Tandis que dans tes textes, Gabriel, tu dis beaucoup de choses importantes, sans en faire des caisses. J’aime ça.

Gabriel : Moi, je chante les constats du monde que je vois et que je vis. Je ne dis jamais les méchants sont là, les gentils sont ici… Je ne prends pas parti. J’évite les préjugés un peu faciles. On peut très vite basculer vers la démagogie. Chanter ce que les gens ont envie d’entendre, être moralisateur bien pensant, c’est très facile tu sais. Donc, moi, je ne rentre pas dans ce truc-là.

Écris-tu « facilement ».

Gabriel : Il y a tous les cas de figure. La chanson « Drôle de monde », qui porte le nom de l’album, je l’ai écrite en deux ans. Quand j’ai commencé à écrire, j’étais plus spontané, aujourd’hui je réfléchis beaucoup à ce que je veux transmettre comme message. Je suis un peu plus long. Il y a des périodes ou je n’ai pas le temps, il y a des périodes où je n’ai rien à dire. Mais, j’ai plein de textes en avance. J’ai la matière pour enregistrer un nouvel album. Je suis d’ailleurs impatient.

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

Et musicalement, la création est collégiale. Ce doit être un beau bordel ?

Gabriel : Moi, j’arrive avec une base musicale et on en discute. Parfois, ça plait tel quel, parfois on change tout. Chacun agrémente le squelette.

Votre disque est sorti en mars dernier. C’est une sacrée belle carte de visite. la goutte,drôle de monde,interview,mandor

Hugo : Oui. Nos morceaux sont enfin bien construits et leurs réalisations discographiques nous servent de base dans nos concerts. Et depuis que ce disque est sorti, on a gagné en crédibilité. Les gens ont besoin d’un truc physique pour considérer que l’on fait vraiment ce métier professionnellement. En plus, le disque est plus soigné qu’un premier EP. Il y a 11 titres, on a fait un effort pour le visuel, la réalisation est très satisfaisante. Bref, on a mis les moyens financiers pour avoir un disque dont on soit fier. A nous d’en faire un peu plus pour communiquer dessus.

Vous méritez vraiment qu’on vous connaisse mieux.

Gabriel : On a mis tout notre argent dans le disque. On n’a plus les moyens de nous payer une attachée de presse. C’est compliqué de faire de la promo quand on n’est pas rompu à l’exercice. A la base, se vendre, ce n’est pas notre métier. Par contre, jouer de la musique, on sait faire…

la goutte,drôle de monde,interview,mandor

(Voici leur page Facebook, seul endroit sur le net où l'on peut voir et surtout écouter quelques morceaux...)

(Le chanteur du groupe, Gabriel de Villeneuve, anime des ateliers d'écritures).