Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 novembre 2019

Cléo Marie : interview pour l'EP La Cadence

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

(@Nacera Laamari)

Quel beau projet que celui de la chanteuse, bassiste et guitariste Cléo Marie. Il réunit poésie, mélodie, humour (très second degré) et délicatesse. La Cadence est un premier EP de 5 titres enchanteurs aux textes intimes, étranges et espiègles, le tout sur des mélodies ciselées et particulièrement efficaces. 

Il ne faudra pas la louper le 18 décembre prochain sur la scène du très bel auditorium de la cité internationale des arts. Elle y présentera ce premier EP... Et bien plus encore. La billetterie de l'évènement est ici.

Son site officiel.

Sa page Facebook officiel.

Sa page Instagram

Pour écouter l'EP, La Cadence.

J’ai rencontré Cléo Marie, le 5 novembre dernier, dans une brasserie proche des Champs-Elysées.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandorArgumentaire de presse :

La cadence, si elle évoque la progression rythmique de sons ou de mouvements, revêt une notion bien particulière pour Cléo Marie. Artiste puissante et gracile à la fois, ses multiples visages se déclinent au gré de mélodies tour à tour subtiles et brutes. La Cadence, titre du premier EP de la musicienne, est tout cela à la fois : un univers où Cléo rencontre Marie, et vice versa. Un recueil de chansons à textes portées par une voix espiègle à la singulière particularité, où les mélodies à la guitare et à la basse forment une berceuse qui aurait été composée pour des adultes…

Habitée, inspirée et animée par une théâtralité évanescente, Cléo Marie tricote ses textes poétiques en usant de métaphores douces-amères emmenées par un tempo pop entrainant (« La Cigarette »). Qui est Cléo ? Qui est Marie ? Une bicéphalie créatrice se développe sur « Les Fleurs », où l’ambiance se fait intimiste et inquiétante, grâce à cette plume mystérieuse et ces arrangements riches et entêtants, mêlant synthés et électronique.

C’est aussi dans ses balades que la chanteuse, bassiste et guitariste déploie une mélancolie qui ne semble cléo marie,la cadence,ep,interview,mandorparadoxalement jamais renoncer à un renouveau, une renaissance, comme sur le titre éponyme « La Cadence », que l’on peut écouter autant comme une comptine que comme une confession à cœur ouvert. Sur scène, Cléo Marie a l’élégance d’introduire ses chansons avec une généreuse dose d’humour. Un second degré qui crée de véritables respirations entre ses titres profonds.

Seule à la réalisation de cette œuvre très personnelle, Cléo Marie a elle-même enregistré les basses, guitares, voix et programmations de cet EP qui ne vous quitte plus dès lors que vous avez baissé la garde. Se laisser happer par cette grâce, se prendre au jeu mélodique de sa voix captivante : voilà la bonne attitude à adopter devant cette Cadence douce et prenante. « L’amour, je n’y crois pas », susurre Cléo Marie avec malice. A l’écoute de son premier EP, on a tout simplement encore envie d’y croire pour elle.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

(@Nacera Laamari)

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandorInterview :

Cléo Marie est plus une entité composée de deux personnes que toi toute seule, si j’ai bien compris.

Dans l’imaginaire de ce projet-là, il y a deux entités. Je m’appelle réellement Cléo et mon deuxième prénom est Marie. Cléo, c’est moi. La nana musicienne qui écrit ses chansons dans sa chambre et Marie, c’est une forme d’inspiration. Cela pourrait être une vraie femme qui m’inspire dans les sujets de mes chansons, mais c’est aussi cette chose difficilement identifiable qui tu traverses quand tu écris.

On appelle ça l’inspiration, non ?

C’est exactement ça. Ça touche beaucoup de gens qui créent. Quand je suis à la maison, je sens le moment où ça va arriver. Soudain, je ressens le besoin de sortir ce qui s’impose en moi avec le style d’écriture qui m’est propre. Je me demande toujours si cette émotion fulgurante m’appartient complètement.

Peut-on parler d’écriture automatique ?

C’est quand même souvent le fruit d’un minimum de réflexion, mais une réflexion qui est différée. Je vais être touchée par un sujet, je vais ensuite me renseigner sur ce sujet et ensuite l’inspiration fait son chemin. En tout cas, ma façon d’écrire est très viscérale, mais empreinte de douceur.

Dans quel état tu dois être pour écrire ?

Principalement quand je suis dans des états émotionnels un peu forts, que ce soit négatifs ou positifs.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

(@Mehdi Demaked)

A la base, tu es connue pour être une bassiste émérite.

J’ai bossé pour des spectacles et des artistes en tant que bassiste, en effet. Je gratouille aussi la guitare depuis quelques années, mais je m’en sers uniquement pour moi. Dans mes concerts, j’alterne ces deux instruments.

Cléo Marie est ton premier projet en tant que chanteuse. Qu’est-ce qui t’a poussé à te mettre un peu plus en avant ?

J’ai commencé à écrire des chansons avec des mélodies dans la tête sans me dire que j’allais les chanter moi-même. C’était ma catharsis et ça m’a fait un bien fou. Je me suis sentie apaisée. A un moment, je me suis dit que j’allais chanter ses textes moi-même tant ils étaient intimes. A partir de là, j’ai développé le chant et l’interprétation en prenant des cours. Je n’ai pas l’ambition ou la prétention de devenir une grande chanteuse à voix, mais j’ai eu envie, pour mon épanouissement personnel artistique, de développer ça en un projet officiel.

Tu as employé le mot catharsis. C’est un mot fort.

Ecrire ce que je ressens m’évite peut-être de passer par la case "brûler des maisons ou tuer des bébés chats (rires).

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

(@Dan Piper)

Tu gères toute seule ce projet ?

Complètement. J’ai le contrôle sur tout, de mon image à ce que je vais raconter dans mes textes et entre mes morceaux.

On ne se connait pas, mais tu me sembles humble et discrète. Tu arrives facilement à te mettre en avant ?

Je me cache souvent derrière une petite dose d’humour. Selon les contextes, je peux être assez intimidée, mais je me suis rendu compte qu’en lead, seule, j’ose quand même pas mal de choses. Là, tout repose sur moi, mais ma démarche est tellement sincère que finalement, je me sens légitime. J’ai de vraies choses à raconter qui sont complètement moi.

Tu continues à accompagner des gens ?

Oui. J’aime continuer à être derrière. Les bassistes ont la réputation d’avoir un tempérament assez discret. Bref, j’aime bien faire les deux, mais comme je viens de te le dire, je me sens plus épanouie maintenant que j’ai ce projet.

Tous tes textes parlent de toi. Ce que j’aime, c’est que tu poétises tes histoires. Rien n’est clair, mais tout est compréhensible.

Comme ce sont des émotions qui me traversent, ce n’est pas forcément ultra claire et limpide. Quand j’ai fini d’écrire, je me rends compte qu’il peut y avoir plusieurs interprétations de mes textes. Les émotions ne m’appartenant pas, ce que j’écris devient malgré moi universel.

Clip de "Les fleurs" réalisé par Sébastien Angel. Lumières: Jean-Luc Chanonat. Image: Alice Gelmi et Sébastien Angel.

Dans « Les fleurs », par exemple, je n’ai pas su déceler de quoi tu parlais exactement.

C’est la chanson la plus compliquée pour moi à raconter. Je dirais que c’est une femme qui peut développer des relations avec les gens de manière complètement candide et bienveillante, sans forcément se poser la question de l’attachement et de l’engagement… sauf que les personnes qu’elle rencontre ne sont pas dans la même optique.

La chanson la plus claire est « Nathan ». Tu parles d’un homme qui est avec une femme, qui a un enfant avec elle, mais qui est homosexuel.

Il a construit sa vie avec une femme qu’il aime et on ne sait pas s’il va finir par assumer son homosexualité. Pour être heureux, il faudrait qu’il l’assume…

J’aime beaucoup « Berceuse de comptoir ». Dans cette chanson, tu es l’alcool.

Je me positionne du côté de la substance addictive. Je suis l’alcool qui parle à cette femme alcoolique, c’est un peu le serpent dans Le livre de la jungle. J’interprète cette chanson comme une comptine pour enfant, avec beaucoup de douceur. Dans l’alcool, il y a de la douceur, c’est apaisant. Cette chanson peut-être aussi un discours amoureux.

Clip de "La cigarette", réalisé par Marc Lahore. Conception marionnette / Comédienne : Eve Bigontina.
Maquillage : Sarah Pariset. Accessoires : Sarah Pariset / Alexis Hayere.

Après l’alcool, tu évoques aussi « La cigarette ». De manière imagée, tu racontes la fin d’un amour… un amour qui se consume ?

Tu peux le voir comme ça. Pour moi, la protagoniste de « La cigarette », je l'ai imaginé comme une vieille dame qui perd la mémoire. Tout lui échappe, ses souvenirs et son corps qui commence à décroitre… C’est assez violent. Parfois, on me dit que la cigarette, c’est aussi le temps qui passe…

« La cadence », c’est une chanson sur l’amour pas encore trouvé et l’espoir qu’on le trouvera un jour?

Là encore, on peut voir de deux manières différentes cette chanson. Ton option ou l’amour qui est toujours présent. Tant qu’il y a de la vie, il y a de la cadence et de l’amour.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

(@Alice Gelmi)

Tu ne « genres » pas les chansons et les personnes dans cet EP. Pourquoi ?

Je ne me suis pas dit « il ne faut pas genrer ». Peut-être qu’on peut penser que dans les chansons d’amour, je me positionne comme un homme parce que j’aime les femmes. Quand une femme fait une chanson d’amour sur quelqu’un qui lui a fait du mal, tout le monde pense que c’est un mec, mais non, une femme aussi peut faire du mal à une autre femme.

Il se dégage de ce disque un climat mélancolique. Ca reflète ta personnalité ?

Oui, je suis comme ça. En tout cas, ça reflète mon état d’esprit émotionnel au moment où j’ai écrit ces chansons. J’ai un coté mélancolique, mais si tu écoutes bien, dans toutes les chansons, il y a l’espoir toujours présent. Je crois vraiment en la beauté de l’être humain, en la douceur de l’humanité et de la nature. Je crois aussi en la résilience.

Et ce second degré que l’on retrouve dans tes textes, il te ressemble ?

Je ne suis pas souvent premier degré, en effet.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

Pendant l'interview…

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor(@Thomas Guerigen) Pourquoi sortir un disque aujourd’hui ?

Quand on veut sortir un EP aujourd’hui, je crois que chaque artiste se demande à quoi bon. Mais au fond, c’est le meilleur moyen de présenter ce que l’on est capable de faire. J’ai une vingtaine de chansons sous le coude qui sont en construction, donc, j’ai un projet d’album. Comme pour l’EP, j’ai quasiment tout fait seule, chez moi. Là, j’aimerais bien travailler avec un arrangeur, cela me permettrait de bosser uniquement sur les textes et les mélodies. Ce qui est bien dans le fait d’avoir travaillé seule, c’est que j’ai commencé à trouver une couleur. Ce sera donc plus facile pour un arrangeur de comprendre ce que je veux par la suite.

Tu as un tourneur ?

Non, tu fais bien d’en parler. Ça m’aiderait beaucoup d’en avoir un. J’ai envie de tourner dans le réseau « chanson française », dans des scènes un peu intimistes pour des gens qui viennent écouter du texte. Sur scène, je suis seule avec ma guitare et ma basse et un kick electro qui me permet de rajouter un peu de rythmique sur certains morceaux un peu plus enlevés. Mais je ne veux pas m’enfermer dans la métrique. Je veux pouvoir, aux grès des émotions, faire des ralentis ou des grosses nuances.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

Après l'interview, Chez Savy, le 5 novembre 2019.

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor

Et n'oubliez pas...

cléo marie,la cadence,ep,interview,mandor