Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 février 2022

Chico de Chico & The Gypsies : interview pour l'album Unidos

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interviewDepuis plus de 25 ans et plus de 20 millions de disques vendus, Chico et son groupe Chico & The Gypsies font toujours danser la planète. L’ex-leader et ancien fondateur des Gipsy Kings, co-auteur et compositeur de titres tels que « Bamboléo » ou « Djobi Djoba », est de retour avec son nouvel album Unidos.

Ici, Chico & the Gypsies font appel à la grande chanteuse orientale Hasna. Pour la première fois, une voix féminine vient compléter les rythmes endiablés du groupe. Langue arabe et espagnole s’unissent ainsi sur un album rempli de soleil. 

J’ai rencontré récemment Chico dans un hôtel parisien pour évoquer en détail ce nouvel album de fusion Gipsy Orientale Pop. C’était ma deuxième mandorisation (la première ici) et force est de constater qu’il reste, malgré sa notoriété mondiale, un homme souriant, sympathique, généreux, mais qui n’a pas sa langue dans sa poche.

Site officiel de Chico.

La page Facebook officielle de Chico & The Gypsies.

Pour écouter l’album Unidos.

Le disque (argumentaire de presse) :chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

Résolument festif et envoûtant, ce nouvel album ravira les fans de la première heure tout comme le grand public avec sa fusion entre culture gipsy et orientale.

Chico & the Gypsies font appel à la grande chanteuse orientale Hasna. Après 40 de carrière depuis les Gipsy Kings, Chico et ses musiciens se positionnent encore et toujours comme pourvoyeurs de bonne humeur ! Unidos regroupe treize titres aux sonorités étonnantes et animées d'une énergie estivale qui nous fait un bien fou. On retrouve également un hommage à Charles Aznavour avec une reprise de « La Mamma ».

Ce nouvel album est une fête, un moment de partage sur une musique aussi émouvante qu'entraînante, qui nous transporte dans un univers magique.

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interviewInterview :

C’est déjà le 10e disque de Chico & The Gypsies.

J’ai fait quatre albums avec les Gipsy Kings, trois avec Los Reyes. Le tout fait une belle aventure musicale. Je suis comblé car en compilant tous ces groupes, nous avons vendu 31 millions d’albums. Si on m’avait dit ça quand j’ai commencé, je n’y aurais pas cru.

Chez Amazon, vous avez récemment publié un livre intitulé « C’était mal parti… ». Quel piedchico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview de nez à la réalité !

Je raconte mon vécu personnel et professionnel qui sont finalement indissociables. La vie est faite de hauts et de bas, de joies et de tragédies. La mienne n’a pas échappé à cette règle immuable. Cela fait plus de quarante ans que la musique gitane coule dans mes veines. Grâce à elle, je parcours le monde et malgré les peines, les coups durs, je pense avoir une bonne étoile. J’ai eu la chance de rencontrer les personnalités les plus prestigieuses, des têtes couronnées aux stars internationales. Ma longévité, je la dois à mon travail, ma constance, mon sens de l’amitié, au soutien de ma famille, de mes amis et l’amour du public. Le hasard aussi a eu une grande importance dans ma vie, ce hasard qui a mis sur mon chemin tant de personnalités qui m’ont aidé, sans arrière-pensée. Cet ouvrage leur rend hommage. Grâce à eux je peux dire “merci la vie”… J’ai déjà écrit une biographie aux éditions Assouline, mais dans celle-ci, je vais plus loin. Je suis moins pudique alors je raconte des anecdotes que je n’osais pas dévoiler il y a quelques années.

J’ai connu Manitas de Plata, il y a très longtemps. J’ai même été le dernier à l’avoir interviewé (lire ici). Ensuite, je vous ai vu arriver avec vos groupes. Aujourd’hui, il y a un neveu de cinq ans qui prend la relève. On peut dire que la transmission, dans votre communauté, ça fonctionne bien.

Il s’appelle Pépino. Il a déjà une aura et il est habité. Son père, Tchandrou, est guitariste-chanteur, ses grands-oncles font partie des Gipsy Kings. Son arrière-grand-père n’est autre que José Reyes, chanteur de Manitas de Plata. Pépino accompagné de ses deux frères, Chico et Vito, deux guitaristes solistes de 10 et 12 ans, enchantent déjà les réseaux sociaux dans le monde entier sous le nom des Gipsy Princes. Une de leur vidéo postée le 31 décembre 2020 a été vue par plus de 3 millions de personnes en quelques jours. Son dernier clip date de noël dernier. En général, dans la communauté gitane, il y a un vivier de talents incroyables. Avec les Gypsy Kings, on a juste ouvert une porte et créé un chemin musical, le Gypsy rock, qui a fait le tour de la planète.

Pepino: clip de "Feliz Navidad".

Vous vous sentez le padre de cette communauté musicale ?

Je suis surtout celui qui se régale de voir ça.

Avez-vous commencé au même âge que Pépino ?

Non, un peu plus tard. Mais j’ai passé ma vie à être au milieu de gens qui jouaient de la guitare, alors j’ai commencé par mimétisme, et puis surtout parce que j’adorais ça. Un jour, c’est moi qui ai donné le rythme pour tout le monde. Ils se sont tous demandé comment j’avais appris ça. Je ne le savais pas moi-même. A partir de ce moment-là, mes ainés m’ont vraiment appris à jouer sérieusement.

Excellent medley audio des Gipsy Kings : "Bambaleo", "Volare", "Djobi Djoba", "Pida Me La" et  "Baila Me".

Parlons de nouveau des Gipsy Kings. Quel est la vérité sur votre scission ?

Nous faisions des concerts dans le monde entier. Nous remplissions des stades. Nous vendions des albums comme des petits pains, mais nous n’en voyions pas les revenus. Le manager venait constamment nous voir en faisant la gueule et en prétendant que ça ne marchait pas comme il le voulait. Un jour, je lui ai demandé de sortir les comptes et les décomptes pour que je vérifie. J’ai payé mon honnêteté parce que c’est ce qui m’a valu d’être dégagé. Je ne demandais pas ça pour moi mais pour tout le groupe et je n’ai reçu aucun soutien. Les autres membres étaient manipulés par ce manager. Il faut savoir aussi une autre chose qui est importante dans cette affaire : pour le deuxième album, Mosaïque, personne ne voulait faire de la promo parce que ce n’était pas payé et qu’ils étaient feignants. Moi, j’avais compris que parler des disques aux médias était essentiel pour faire pousser la graine. J’ai pris ce deuxième disque sous le bras et j’ai fait le tour de la planète. Je me retrouvais dans des salles où il y avait de 50 à 100 journalistes. Ils me prenaient en photo et, au final, je suis devenu la figure emblématique du groupe. Le jour ou il y a eu ces histoires de comptes à vérifier, le manager à sorti une pile de journaux où on ne voyait que moi. Il a demandé au chanteur, Nicolas Reyes, et au soliste, Tonino Baliardo, s’ils trouvaient normal qu’ils ne soient pas considérés comme les leaders des Gispsy Kings. J’ai été viré pour des raisons d’ego et de jalousie. Je suis devenu l’homme à abattre. Je ne regrette rien car j’ai toujours considéré que lorsque une porte se fermait, une autre s’ouvrait.

Aujourd’hui, il y a 20 groupes Gipsy Kings qui tournent.

C’est ridicule. Ça me fait de la peine parce que le groupe original que j’ai créé il y a 40 ans est désintégré. On doit le respect au public. Ces groupes-là, c’est de l’arnaque. Si je peux continuer à faire de la musique et en vivre depuis des années, c’est que je suis quelqu’un d’honnête et qu’il y a toujours eu du respect entre le public et moi.

Chico & The Gypsies feat. Hasna : clip de "3 Daqat Gipsy".

Revenons à ce nouvel album, Unidos. Il y a une chanteuse marocaine star dans son pays, Hasna. Racontez-moi cette collaboration.

Hasna est une chanteuse extraordinaire. C’est un fantasme. Une princesse orientale avec une voix qui nous fait rêver. Je la connais depuis 1993. On a fait beaucoup de concerts ensemble. Ça a été une longue histoire d’amitié qui s’est transformée en histoire d’amour.

Pourquoi avoir attendu autant de temps pour faire un album avec elle ?

Depuis mon premier groupe, Los Reyes, je ne fonctionne pas avec un plan de carrière mais au coup de cœur, à la passion et à l’instinct. Quand j’entends la qualité de l’album et tout ce qu’il y a à l’intérieur, je ne regrette pas d’avoir attendu jusqu’à aujourd’hui. On a eu le temps chacun de mûrir musicalement, de vivre des expériences et plus simplement, de vivre la vie. Le disque s’en ressent.

Chico & The Gypsies feat. Hasna : clip de "Allez allez".

Dans cet album très oriental, vous avez laissé beaucoup de place à Hasna.

On a fait le disque ensemble. De plus, elle écrit ses chansons elle-même. C’est formidable d’avoir un album en entier avec une voix féminine. Dans ce disque, Hasna est notre diamant et nous, nous sommes l’écrin qui le met en valeur. Je suis ravi de faire connaître Hasna à notre public. J’aimerais qu’elle ait une porte ouverte à l’international parce qu’elle le mérite.

J’ai l’impression que tout le monde aime votre musique.

Elle n’a pas de barrière d’âge, pas de barrière de langage et pas de barrière sociale. C’est incroyable !

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

Pendant l'interview...

Vous n’avez pas peur que cela s’arrête un jour ?

Peur de quoi ? Vous savez, d’une caravane, on ne tombe pas de haut. Quand les Gipsy Kings se sont arrêtés, normalement, j’aurais dû y laisser des morceaux… Et regardez-moi (sourire). J’ai continué avec mon nom parce que les gens m’aimaient. Et c’est moi qui suis toujours en avant dans les médias, alors que je ne suis ni le chanteur, ni le soliste principal. Je suis en tout cas l’incarnation de cette musique.

Cela dit, vous êtes auteur et compositeur.

Oui, mais il faut un truc en plus.

Vous avez été pendant 25 ans ambassadeur pour la paix à l’UNESCO. Quelle vie vous avez eue !

Ma vie est déjà plus que comblée. Même s’il y a eu du travail derrière, ça ne suffit pas. Il y a eu le bon dieu ou quelqu’un qui m’a protégé de là-haut sinon je n’aurais pas pu faire ce que j’ai fait. Et puis ce n’est pas fini… j’ai de belles idées qui arrivent.

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

Après l'interview.

chico,chico & the gypsies,unidos,hasna,mandor,interview

21 janvier 2022

Victoria Sio : interview pour son EP Tout est bon là et pour le film Aline

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

(Photos : Elodie Daguin)

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorDans le film Aline, on n’entend qu’elle, pourtant Victoria Sio n’apparaît jamais visuellement à l’écran : cette chanteuse lyonnaise a tout simplement prêté sa formidable voix au personnage de Valérie Lemercier, très librement inspiré de Céline Dion (chez Mandor là et ici). Aline est une énorme carte de visite pour elle, mais ses compositions lui tiennent tout autant à cœur. Depuis quelques semaines, pour la promo, Victoria Sio jongle donc entre Aline et son EP, Tout est bon là.

L’occasion était belle pour une première rencontre. Alors qu’elle court un véritable marathon, c’est une Victoria Sio très sympathique, souriante et prolixe que j’ai retrouvée dans un hôtel de la capitale. Comme si la promo commençait, alors qu’il n’en était rien. Impressionnant !

Sa page Facebook officielle.

Son site officiel.

Pour écouter l’EP.

Mini biographie officielle :victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

Victoria Sio, chanteuse française d’origine italienne, se découvre très jeune une passion pour la musique. Découverte dans des projets conceptuels & collectifs (Le Roi Soleil, Les 3 Mousquetaires, générique de la série Heroes) Victoria est aujourd’hui et pour la première fois aux manettes de son propre projet qu’elle compose entièrement en collaboration avec l’artiste Mosimann (réalisateur / compositeur de l’album Mesdames de Grand Corps Malade, récompensé aux Victoires de la Musique). Récemment, elle a donné naissance à son premier EP, Tout est bon là. Avec un mélange de chanson française et d’électro, Victoria Sio apporte un vent de nouveauté sur la scène musicale française et signe le début d’une nouvelle étape dans sa carrière. À la fois percutant et enivrant, on s’immerge dans l’EP comme dans un slow-motion sur le monde qui nous entoure avec les émotions qui en découlent. Cet EP, c’est un cri du cœur sincère, celui d’une fille de 2022.

Parallèlement, elle est choisie pour être la voix chantée du film Aline (sortie mondiale, le 10 novembre dernier). Réalisé par Valérie Lemercier, le film, inspiré de la vie de Céline Dion, a été l’un des événements les plus attendus dans le monde du cinéma de l’année 2021.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

(Photos : Eliott Aubin)

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorInterview :

Votre double promo, Aline et votre EP, me rappelle Balavoine quand il faisait la promo pour Starmania et son premier album, Le chanteur.

Si je pouvais avoir le petit doigt de pied de la carrière de Balavoine, je trouverais ça pas mal. J’adore ce chanteur. En ce moment, je me sens dans une espèce de schizophrénie. Un jour je mets mes baskets pour mon projet, un autre, je mets mes talons pour aller au Festival de Cannes pour Aline. J’adore ça parce que je ne me cantonne pas à un seul registre et ça me plait de le montrer.

Parlons d’abord de l’EP, Tout est bon là.victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

C’est mon premier vrai disque. Avant celui-ci, j’ai fait des albums, mais ce n’était pas mes compositions. Je chantais les mots et les musiques des autres. Le premier était entièrement composé par André Manoukian. Le deuxième, c’était un atelier d’écriture dans lequel il y avait notamment Tété et Emmanuel Moire… le tout réalisé par Pierre Jaconelli. Pour moi, Tout est bon là est mon premier disque. C’est la vraie naissance de mes bébés. J’ai tout composé et j’ai co-écrit sur certains titres.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandorQuand on entend la BO d’Aline et cet EP, on pourrait croire que ce n’est pas la même chanteuse. Plus précisément, ce n’est pas la même façon de chanter.

Les gens me connaissent avec des projets conceptuels dans lesquels on me demandait de donner de la voix. J’ai joué le jeu parce que ça fait partie de moi, mais je voulais qu’aujourd’hui, on me connaisse dans mon propre registre. Il y a une base de variété française, mais avec quelque chose de plus couillu, sanguin, moins chanté… avec un peu plus de personnalité. C’est un univers mélodieux avec une touche plus electro, ce qui a emmené le réalisateur Mosimann dans ce projet. Dans Aline, c’est vocalement plus technique.

Clip de "De belle à moche".

On sent dans cet EP, une jeune femme au caractère bien trempé. Vous vous montrez enfin tel que vous êtes ?

Quand on est chanteur, on a la possibilité de faire passer des messages ou des sous-lectures discrètes. Je ne suis pas quelqu’un qui a le poing levé. Je ne suis pas revendicatrice, mais j’ai la possibilité d’évoquer des sujets qui me tiennent à cœur, comme dans « Belle à moche ». Cette chanson parle du jugement physique. Je raconte comment, en un claquement de doigts, on peut être désirée dans le regard de l’autre et traitée de sale pute ou connasse, si on ne répond pas positivement aux sollicitations. Toutes les femmes ont vécu cela dans la rue. On devrait tous, femmes et hommes, se libérer de cet impératif de beauté et se moquer du jugement des autres.

Et vous dites quoi dans FMLP (acronyme de Foutez-moi la paix) ?

Cette chanson est née d’une journée pourrie que j’avais passé. Tout le monde m’avait saoulé. J’ai appelé mon amie et auteure Dobriski pour lui raconter cela et elle me répond qu’il en était de même pour elle. Elle a donc décidé d’écrire sur ce sujet que tout le monde a vécu mille et une fois. J’ai reçu beaucoup de message de personnes qui se retrouvaient dans cette chanson. Pour certaines personnes, c’est devenu leur cri du cœur.

Clip de "FMLP".

Dans Gaïa (c’est la Terre en grec), il est donc question d’écologie, mais avec un angle très original.

Gaïa, c’était aussi le nom de ma chienne, qui n’est plus là. A travers ses yeux, je raconte ce que font les humains de la planète. Cette chanson est née un jour où j’ai lancé une balle à ma chienne et qu’elle m’a ramené dans sa gueule quelque chose en plastique. Ça a été le déclic.

Vous faites ce métier depuis l’âge de 11 ans et soudain vous explosez grâce à la bonne fée Valérie Lemercier.

Les projets que j’ai faits ont toujours bien fonctionné. Les comédies musicales Le Roi Soleil, Les Trois Mousquetaires ont été des cartons. La chanson du générique de Heroes a été un gros succès aussi. J’ai eu de la chance, je n’ai jamais participé à aucun bide, mais à chaque fois, la star du projet, c’était le projet. Aujourd’hui, en faisant une analyse sur moi, j’ai compris que je me suis volontairement cachée derrière des projets collectifs parce que je n’étais pas encore prête. Je ne voulais pas être soliste. J’avais peur d’assumer seule un projet, j’avais peur qu’on ne m’aime pas, j’avais peur de l’abandon… A la trentaine, j’ai réalisé qu’il fallait que je franchisse le cap et que je me mette derrière un piano, une guitare, un ordi et que je crée ma propre musique. C’est ce que j’ai fait.

Cover de "Pour que tu m'aimes encore" par Victoria Sio sur RFM.

Et faire la voix de Céline Dion dans Aline, sans réellement faire sa voix, c’était compliqué ?

J’étais bien coachée par Valérie. Elle m’a bien expliqué comment apprivoiser la bête. Nous nous sommes attaquées à un monstre de la musique. Céline Dion est pour moi une des plus grandes chanteuses au monde. Les chansons qu’elle interprète sont dans le cœur des gens depuis des années.

Il ne fallait pas l’imiter.

Non, parce que de toute façon, je ne suis pas imitatrice. Il ne fallait pas trop en faire, mais réussir à l’évoquer. La difficulté principale était de trouver le juste milieu.

Vous chantez 16 chansons de Céline Dion, de son adolescence à aujourd’hui. Là encore, c’est une façon différente d’interpréter.

Il y a effectivement une vraie évolution vocale dans toutes les chansons. A 13 ans, elle a une voix un peu maladroite et nasillarde, elle roule encore les R. En trois mois, ça a été beaucoup de travail, mais je voulais que Valérie soit fière de moi. Parfois, j’ai refait des chansons 20 fois.

Aline. Une voix exceptionnelle avec Victoria Sio (making-of).

Quand vous avez vu le film pour la première fois, ça vous avez fait quoi ?

(Rires). C’était très étrange parce que je m’entendais, mais ce n’était pas mon enveloppe corporelle. Valérie, elle, se voyait, mais ce n’était pas sa voix. On se regardait pendant la projection. C’était très fort parce qu’on avait compris qu’on avait bien travaillé. Mon entourage qui était là aussi était très ému, ça m’a beaucoup rassuré.

Valérie Lemercier vous a mis beaucoup en avant pour ce film.

Elle le fait avec tous les comédiens, mais c’est vrai qu’elle m’a emmené partout. Elle n’était pas obligée de me demander de venir au Festival de Cannes ou sur le canapé de Michel Drucker. C’est une femme généreuse et bienveillante. Je ne cesserai de la remercier. Le coup de projecteur qu’elle me donne grâce à Aline donne un sacré coup de projecteur à mon projet personnel.

Le Live de C à Vous : Valérie Lemercier et Victoria Sio chantent "Je sais pas", le 5 novembre 2021.

Cet EP est, j’imagine, annonciateur d’un album ?

Oui. Il contiendra les 5 titres originaux de l’EP et d’autres sur lesquels je suis en train de travailler en ce moment.

Vous qui avez fait quelques comédies musicales, j’imagine que vous savez que Starmania revient à partir du 8 novembre 2022. Ça vous intéresserait d’y jouer un rôle ?

Oui, je suis au courant. On m’a proposé de participer aux auditions.

Je vous verrais bien dans le rôle de Sadia.

Et bien, ce n’est pas le rôle pour lequel j’ai été pressentie. C’est pour Marie-Jeanne. Céline Dion a chanté « Ziggy », « Les uns contre les autres »… il y a une suite logique. J’ai décliné parce que j’étais en plein Aline et sur mon EP. Je ne voulais pas me perdre.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor(Photo à gauche, Victoria Sio et Maurane à l'Olympia en 2012).

Vous avez une histoire personnelle avec ce rôle de Marie-Jeanne.

Oui. Il a été interprété par Maurane, puis par Réjane Perry qui étaient deux grandes amies à moi. J’ai toujours dit dans mes interviews que si je devais refaire une comédie musicale, ce serait Le Roi Soleil parce que cette expérience m’a marqué, soit Starmania pour rendre hommage à mes amies aujourd’hui disparues.

Maurane était quelqu’un de très sensible.

Moi aussi, je suis une hyper sensible. Un rôle pourrait me vampiriser comme ce fut le cas pour elle avec Marie-Jeanne. Heureusement, je suis bien entourée. Je sais que j’ai mes piliers et que je tracerai quoi qu’il arrive.

C’est difficile d’être une artiste aujourd’hui ?

Je suis contente parce que ça se passe positivement en ce moment. Je me prends des vagues d’amour et ça fait du bien. Quand tu fais ce métier, tu as forcément envie de toucher le cœur des gens, tu as forcément envie d’être connue, mais aussi d’être reconnue pour ton travail. Être artiste est une bataille constante. Les modes musicales changent, il faut donc être sans cesse à la page, voire précurseur. Aujourd’hui, chanter juste ne suffit plus. Il faut une histoire, un background. Il faut être un personnage, être looké, savoir gérer ses réseaux sociaux, son image…

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

Avec Victoria Sio, après l'interview à l'Idol Hôtel.

victoria sio,tout est bon là,aline,interview,mandor

20 janvier 2022

Mélie Fraisse : interview pour l'EP Eclosion tardive

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

(Photo : Poppy Moukoukenoff)

Mélie Fraisse est une belle découverte. J’étais passé un peu à côté de son premier EP interprété en langue anglaise. Par contre son deuxième EP, Eclosion Tardive, m’a envoûté immédiatement. Sa voix assurée (parfois susurrée) m’a embarqué sans jamais me lâcher tout au long de ses cinq titres aussi modernes qu’universels. Mélodiste hors pair, cette musicienne parvient avec douceur à bousculer son auditoire. La force tranquille disait le slogan… je dirais dans le cas de Mélie Fraisse, la pop tranquille.

Très efficace.

Nous nous sommes rencontrés, il y a quelques semaines dans un bar parisien pour évoquer son parcours et cette nouvelle aventure musicale. (C’est d’ailleurs à ce moment que j’ai appris/percuté que Bertille Fraisse, mandorisée trois fois, était sa sœur).

Sa page Facebook officielle.

Pour écouter son EP.

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

(Photo : Poppy Moukoukenoff)

Biographie officielle :

Mélie Fraisse est une artiste complète, Premier prix de violon, Conservatoire national de musique de Paris, formation supérieure aux métiers du son. Née à Sète, elle grandit avec les chansons de Brassens, étudie le classique, rencontre le Grand répertoire et participe aux tournées de l’Orchestre français des jeunes. Puis la musique de son cœur, pop et rock, prend une place différente, plus intense. Musicienne pour les autres, sur scène et en studio (Raphaelle Lannadère, Albin de la Simone, Cats on Trees, Arandel, Maestro, Hburns, Laura Cahen), et arrangeuse, elle développe son métier comme l’artisan qu’elle revendique être, fille de ferronnier. Instrumentiste et créatrice, elle écrit pour le théâtre et le film des musiques illustratives déjà remplies de cette couleur qui la caractérise, nostalgique et sensible. Après un premier EP en anglais réalisé par Frédéric Soulard (Poni Hoax/Maestro/Jeanne Added), en 2017, elle retrouve la langue française, qu’elle manie de sa fibre littéraire, et le chemin du studio. Textes, composition, interprétation et arrangement, elle en ressort aujourd’hui avec ce magnifique EP, du temps volé à l’accélération du monde, de la sérénité trouvée.

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandorLe disque (argumentaire de presse) :

Éclosion tardive, traduction littérale de “ late blooming “ : se trouver sur le tard, prendre le temps. Un set rempli de puissance, sur lequel Mélie Fraisse pose son fil, voix éraillée et grave, sur les instruments polymorphes qu’elle joue tous sur cet EP. Équité dans les textes, dans les instruments et dans les arrangements, sa musique à l’esthétique forte est la bande-son d’une époque où il est impossible de se positionner qu’a demi. Comme un souffle à l’oreille, la violoniste Mélie Fraisse invite à l’impudeur en nous ouvrant les portes de son univers sensible. Ses chansons aux arrangements prolifiques arpentent des textes nuancés, contrastés d’émotions, récit des transitions de la vie d’une femme. Mélodiste hors-pair, elle grave ses refrains sur des orchestrations écrites et profondes. Synthétiseurs, violons qu’elle utilise autant pour leurs qualités lyriques que dans une orchestration rythmique, sa machinerie de cordes pulse des arrangements en boucles infernales. Ses arpeggios nous emportent au-delà des mots vers un univers mélancolique mais bien terrestre. Un voyage au-delà de l’imaginaire, tableaux après tableaux.

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

(Photo : Poppy Moukoukenoff)

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandorInterview :

Tu es née à Sète et tu as été biberonnée à Brassens. Ce n’est pas un peu caricatural ?

Ce n’est pas caricatural parce que, quand tu as un papa guitariste qui t’endort avec Georges Brassens, on peut dire que c’est la réalité. Il était fan de cet artiste, j’ai donc vraiment été élevée à sa musique.

Ce qui n’est pas probant dans la musique que tu fais toi.

Non, mais dans mon set, je fais une reprise de Brassens, « La complainte des filles de joie ». C’est une chanson évidemment réinterprétée à ma manière.

Tu as fait le Conservatoire, ton parcours musical est donc « classique ». Ce sont tes parents qui t’ont incitée à suivre ce cursus ?

Nous avions une certaine éducation. Nous faisions de la musique, de la danse et il fallait bien travailler à l’école. C’était notre package de base. Ma mère disait que c’était « une corde de plus à notre arc ».

"Paris" extrait de l'EP Eclosion tardive.

Vous étiez quatre enfants (deux filles et deux garçons), tous logés à la même enseigne.

Oui, et j’ai quatre cousins. Je suis originaire de Corse par mon papa, alors chaque année, on se retrouvait tous dans la maison familiale. Les huit enfants que nous étions faisaient des spectacles intégrants danse et musique. Le village se déplaçait pour venir nous voir. Il y avait jusqu’à 300 personnes. Donc, je dis souvent que je fais ce métier depuis l’âge de huit ans parce que je n’ai jamais arrêté depuis.

A la sortie du Conservatoire, grâce à Christophe Rosenberg (coordinateur pédagogique, nouvelles technologies, musiques amplifiées, Philharmonie de Paris - Cité de la musique), tu rentres à la Philarmonie de Paris. Qu’est-ce que cela t’apporte ?

J’apprends à faire des sons et jouer avec d’autres. C’est la musique avec un grand M. Je découvre ce que j’ai envie de véhiculer. La musique, c’est de la pop, mais c’est aussi Bartok. Actuellement, j’y anime des ateliers qui s’appellent « Du son à la composition ». On y reçoit des jeunes, des groupes ou des adultes. Ils savent jouer ou pas, peu importe. On met à leurs dispositions toutes sortes d’instruments très différents et nous faisons de l’improvisation générative (forme d'improvisation libre, basée sur des principes d'écoute et d'invention musicale instantanée). On ajoute du sample puis de la MAO (musique assistée par ordinateur), on refait de l’improvisation, ce qui nous permet de voir jusqu’à quel point on peut aller loin musicalement avec zéro technique. C’est magique.

"Une considération sur le temps", extrait de l'EP Eclosion tardive.

Parce que tu as raté tes bourses scolaires, tu es aussi passée par les Bateaux Parisiens. Belle expérience ?

Oui. Je jouais dans les péniches aussi bien des standards de jazz que du Michael Jackson. C’est une magnifique école. Malgré mes diplômes, c’est ça qui m’a fait avancer dans mon métier. C’est vraiment la meilleure école d’adaptabilité. J’ai rencontré des magnifiques musiciens avec lesquels je bosse encore aujourd’hui.

Tu joues pour d’autres artistes et pas des moindres. Là encore, c’est une bonne école ?

Je me sens beaucoup plus libre quand je ne suis que musicienne. Travailler pour les autres m’apporte beaucoup et je suppose que je leur apporte aussi un peu. Je sers leur musique et je me nourris de la leur. C’est un bénéfice réciproque.  

"Je pars", extrait de l'EP Eclosion tardive.

Tu écris aussi des musiques pour le théâtre ou pour des films.

J’adore ça. J’ai la chance d’écrire vite. Ce sont des respirations. J’aime être les oreilles des réalisateurs ou des metteurs en scène. Ils savent ce qu’ils veulent, mais je suis le prolongement de leur désir musical. Je m’imprègne de l’œuvre sur laquelle je dois travailler, je laisse décanter et j’y reviens plus tard.

Tu y mets un peu de toi ?

Toujours. D’ailleurs, on vient me chercher pour ma couleur musicale.

Tu préfères travailler pour toi ou pour les autres ?

J’aime l’alternance.

Quand as-tu décidé d’être artiste « leader » ?

Il n’y a jamais eu de déclic, mais il y a un moment où ça m’a tellement brûlé que je l’ai fait. C’est venu rapidement, mais cette décision était emmagasinée depuis longtemps.

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

Pendant l'interview...

Ton premier EP était en anglais, Eclosion tardive est en français. Quelles sont les différences de façons d’écrire ?

On n’écrit pas de la même manière. L’anglais te met plus en distance de sens. C’est beaucoup plus poétique et abstrait, il me semble. Là, je suis revenue plus dans l’héritage de la chanson française, de plus, au mixage, ma voix est plus devant, même si on entend bien les arrangements très musicaux derrière.

Ce que tu écris est très personnel ?

Oui. Parfois, j’ai une violence en moi dont j’ai envie de me débarrasser, donc, j’écris une chanson. C’est une sorte de purge. Parfois, c’est le moyen de pouvoir dire des choses que je n’aurais pas pu dire autrement. On écrit une chanson pour une raison et après, elle ne nous appartient plus. Les gens se l’approprient, me la renvoient comme ils l’ont comprise, ce qui me permet de l’écouter d’une autre manière. Une chanson est vivante.

La prochaine étape ?

C’est la sortie d’un album. La seule question est : dans quelle condition ? Cela dépendra des humains que je croiserai…

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

Après l'interview.

mélie fraisse,éclosion tardive,interview,mandor

05 janvier 2022

Rouquine : interview pour le premier EP Mortel

rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

(Photo : Thomas Dillis)

rouquine,mortel,interview,mandor,the artistComme l’indique le dossier de presse, « ces deux bruns dont l’un tire sur le gris chantent le spleen avec une ironie mordante, dans une langue explicite et poétique. Les mélodies sont obsédantes et la tête bouge sur une électro-pop élégante et racée. Les mots sonnent comme des percussions. L’amour, les mômes, la mort, le sexe...ça remue et ça fait marrer. Rouquine aime bien James Blake et Boris Vian, Alt-J et Orelsan. Jouant avec les codes urbains sur des thèmes actuels, Rouquine dépoussière la chanson et prend son public à contre-pied ».

Ces deux bruns, je les suis depuis des années. En 2013, je recevais déjà Sébastien Rousselet et Nino Vella pour l’EP de leur premier groupe, Babel, La vie est un cirque (lire ici), puis Sébastien seul en 2015 pour l’EP Bless(e) You (lire là) et enfin, en 2017, Nino et Sébastien m’avaient invité à une écoute de différents morceaux devant figurer dans un futur album chez Elektra, un label de Warner. Il devait sortir début 2018 mais, finalement, il n’a jamais vu le jour (lire là).

Bref, ces deux-là, je savais qu’un jour, ils allaient finir par se faire remarquer. Leur victoire dans l’émission de Nagui, The Artist, en atteste même si elle reste anecdotique dans le parcours de ces deux garçons extrêmement talentueux.

Je leur ai récemment donné rendez-vous dans un café de la capitale pour faire un nouveau point sur leur carrière.

Biographie officielle par Rouquine:rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

Rouquine c'est un scalp à deux têtes. L'une est celle de l'homme clavier/machines et chanteur Nino Vella, compositeur de notre duo. L'autre tête pensante est celle du chanteur et auteur Sébastien Rousselet. C'est en 2010 qu'on se rencontre tous les deux chez un ami commun et qu'on crée le groupe Babel avec deux autres musiciens. Ce quatuor s'inscrit dans une veine rock-electro française et c'est durant les 8 ans d'existence de ce groupe qu'on va véritablement faire nos armes en live avec quelques centaines de dates explosives dont deux passages aux Francofolies, deux tournées en Chine, un stade en 1e partie de Johnny ainsi qu'une signature chez Warner pour un album qui ne verra jamais le jour. Entre nous se tisse surtout une solide complicité basée sur l'amour du gros son et de la bonne bouffe ainsi qu'un humour qui peut faire marrer quand on a 15 ans d'âge mental. En parallèle on écrit et compose tous deux pour d'autres interprètes de la chanson, se frottant ainsi à la contrainte du sur mesure. Suite à la dissolution de Babel, on se retrouve en studio comme en laboratoire avec pour seule ambition de « faire ce qu'on sent », sans savoir où on va. Le compositeur est donc devenu citadin, l'auteur vit dans les coteaux. Le premier a 28 ans, le second est son aîné de 16 ans et daron de quelques mômes. Qu'est-ce que c'est que ce truc ? Ce truc a priori mal assorti va donc s'appeler Rouquine, histoire de pousser à fond l'aspect incongru. Comme si la réunion de deux mecs plutôt hétéro-normés ça donnait quand même du féminin, comme si nos inspirations associées avaient créé un précipité de couleur rouille. Bref comme si ça faisait un peu tache. De rousseur bien sûr. Ça nous fait surtout marrer mais on n'y pense pas plus que ça, on est d'abord réunis par le plaisir de faire nos chansons sans autre contrainte que les règles qu'on s'impose, comme dans un jeu. Pas d'âge pour être des sales gosses.

rouquine,mortel,interview,mandor,the artistLe premier EP (toujours par Rouquine) :

Les premiers titres viennent spontanément, le son trouve sa couleur et les mots donnent le ton. On va parler de nous, de ce qu'on vit et de ce qu'on voit. Un peu romantiques, un poil punk. L'interprétation se trouve aussi. Finies les voix poussées sur la corde raide. Influencée par l'urbain en général tant dans la prod que dans le texte, Rouquine a la mélodie généreuse pour parler des questions que soulève la parentalité d'aujourd'hui, de la relation humaine par techno-cocon interposé (cc Alain Damasio) ou des dernières 24 heures d'un cancéreux qui au son du gimmick solaire d'un orgue hammond va profiter de cette ultime journée « comme un salopard ». Du sentiment mais pas de sentimentalisme. Rouquine assume un ton grinçant, des mots écrits et crus pour traiter frontalement de thématiques peu entendues, mais avec la distance nécessaire. Nos deux voix qui s'entremêlent, feutrées et triturées permettent aussi de maintenir cette distance. Les ombres de James Blake et Alt-J planent pas loin, près des rimes riches et des fulgurances de Chaton et Orelsan.

rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

(Photo : Thomas Dillis)

rouquine,mortel,interview,mandor,the artistInterview :

Nino, raconte-moi ton parcours en quelques mots :

Nino Vella : Après m'être hissé sur le piano droit de mes parents pour rejouer les musiques qui résonnent dans la maison, j'ai étudié au conservatoire de Cholet (49) ma ville natale, où j’ai fais mes gammes sur Debussy ou Oscar Peterson. En grandissant, j'ai écouté aussi bien la chanson française de Renaud, le rap d'Eminem ou la pop néo-classique d'Agnès Obel. Aujourd'hui installé à Paris, il m'arrive de composer la musique d’un film, réaliser des chansons en studio pour de nombreux artistes allant de Nemir à Lord Esperanza en passant par Patrick Bruel ou Gauvain Sers, accompagner en live au piano des artistes tels qu’Yseult, Vianney ou Juliette Armanet.

Même question pour toi Sébastien.

Sébastien Rousselet : Influencé par le parcours de vie d'écrivains tels que Kerouac et Bukowsky ainsi que par mes racines paysannes, j'ai longtemps mis une main dans le cambouis tandis que je lisais de l'autre. J'ai parfois taillé le granite tout en écoutant Radiohead et Gainsbourg. J'écrivais des chansons, j'enfilais une blouse d'aide-soignant, puis je repartais en solo sur un festival avec ma guitare sèche. Après quelques années passées à Londres et en Bretagne j'ai atterri dans les vignes au sud d'Angers où je vis toujours. Aujourd'hui quand je ne suis pas en concert, j'écris des paroles de chansons, des nouvelles, des contes pour mômes, je monte des spectacles avec des détenus, des toxicomanes ou des lycéens et j'accompagne des groupes musicaux sur leur travail scénique.

"Cyborg" en live dans Le Lab Virgin Radio.

Comment êtes-vous passés de Babel à Rouquine ?

Nino : Artistiquement, avec les deux autres Babel, nous n’étions plus sur la même longueur d’onde. Ça faisait un bout de temps qu’avec Sébastien, nous étions frustrés de ne pas avoir un projet tous les deux. Disons qu’après huit ans de tournée, c’est une fin de cycle. L’expérience avec un label de chez Warner qui s’est soldée par un échec à mis fin à notre envie de continuer, même si on a encore fait une tournée qui nous a emmené jusqu’en Chine. Le dernier concert a eu lieu en octobre 2018.

Sébastien : Avec Babel, il y a eu beaucoup de pics et de creux. A un moment, on commençait à être épuisés. Avec Nino, on a continué à faire des chansons ensemble en studio. Celles-ci nous ont amené à créer un nouveau groupe, en l’occurrence Rouquine. Je tiens à préciser que nous continuons à bien nous entendre avec les deux autres membres de Babel. Il n’y a aucune rancœur dans cette histoire.

"Les enfants sont des gros enfoirés". Graphisme : Marie Poirier. Motion Design : Sebastien Vion

Ce qui est fou c’est que Rouquine n’a rien à voir avec Babel..

Sébastien : On avait l’envie de changer artistiquement. Vocalement, nous voulions envoyer beaucoup moins et musicalement, on a calmé nettement notre grandiloquence.

Nino : Cette désinterprétation du chant nous a permis de gommer le côté rock pour nous retrouver avec des compositions beaucoup plus intimes. La digestion de tous les projets sur lesquels nous avons travaillé nous ont aidé à évoluer dans ce sens. J’ai pris beaucoup des artistes dont j’ai réalisé les albums ou que j’ai accompagnés.

Sébastien : On a tout épuré.

Vos textes sont beaucoup plus frontaux et intimistes.

Sébastien : Il y a beaucoup moins de fioritures pseudo-poétiques, c’est vrai.

Session Live de "Mortel" au Jardin de verre à Cholet (49) - Juin 2021

Dans « Mortel », vous faites d’un sujet grave, le dernier jour d’un homme qui meurt d’un cancer, une chanson joyeuse.

Sébastien : La musique solaire nous aide à aller vers ce processus.

Nino : Avec Babel, nous faisions du ton sur ton. Les textes graves étaient interprétés sur des musiques graves. Avec Rouquine, on fait le contraire.

Le premier album de Rouquine sort quand ?

Nino : On aimerait le sortir en mars 2022.

rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

Rouquine, lauréat de la première édition de The Artist.

Parlons de The Artist, l’émission produite par Nagui dont vous êtes les lauréats. Comment êtes-vous arrivés dans cette aventure ?

Nino : On a été castés par un des directeurs artistiques de l’émission. On est venu nous chercher. Jamais de la vie, nous nous serions inscrits à ce type d’émission.

Sébastien : Quand on nous a contactés, ça nous a angoissé. On a hésité deux mois, mais ils ont su trouver les bons arguments. A commencer par Nagui qui ne fait pas n’importe quoi en terme de musique. Il a créé Taratata quand même et aussi, il respecte beaucoup les artistes. Autre argument de poids, on allait pouvoir proposer nos propres compositions en live. Au final, ça a été une expérience très positive.

Nino : On a eu aussi une formation accélérée sur comment gérer le stress. La télé, le direct, les caméras, les contraintes techniques colossales, ce n’est pas le même stress que celui que nous vivons sur scène. Et, il faut bien le dire, depuis The Artist, nous sommes beaucoup plus facilement identifiables.

Sébastien : L’émission a été un accélérateur de particules.

rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

(Photo : Thomas Dilis)

En quoi The Artist vous a donné un peu plus confiance en vous ?

Nino : Ça m’a donné confiance en tant que chanteur parce qu’avant l’émission, je ne me considérais pas comme tel. Aujourd’hui, j’arrive un peu à accepter l’idée. Cela dit, cette émission n’est pas une fin en soit, elle fait partie de notre parcours.

Sébastien : Ce qui est sûr, c’est que ça nous a donné du carburant pour aller plus loin.

Nino : En gros, on vient d’arriver en haut d’une colline, et en arrivant en haut de cette colline, on voit celle d’après. Je ne ressens pas tant que ça de soulagement après l’émission.

Sébastien : Moi, pareil.

"Tombé". Graphisme : Marie Poirier. Motion Design : Sebastien Vion.

C’est quoi la prochaine étape ?

Nino : C’est que les gens viennent nous voir en concert.

Sébastien : La notoriété, c’est presque le mal nécessaire parce que tu as besoin de faire venir les gens te voir sur scène. Grâce à cette aventure, on a fait des premières parties de Tryo, de Gaëtan Roussel, un Café de la Danse le 15 décembre dernier. Nous allons également faire une tournée des SMAC (scènes de musiques actuelles) et des festivals.

rouquine,mortel,interview,mandor,the artist

Avec Sébastien Rousselet et Nino Vella, après l'interview, dans un café parisien.

08 décembre 2021

Emilie Marsh : interview pour Nevada

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor

(Photo : Alexandre Attias)

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandorLe deuxième album d’Emilie Marsh, Nevada, est un jouissif road trip musical. Elle nous embarque dans un voyage faisant constamment dialoguer l'intérieur et l'extérieur, l'intimité et l'immensité. Les titres sont les étapes de cet itinéraire. Tout le monde peut s’y laisser emporter et rêver autour d’elles. Nevada paraît sur son label FRACA !!!, co-fondé en 2018 avec Katel et Robi.

Pour évoquer cet album, nous nous sommes retrouvés sur la terrasse d’un café parisien pour une deuxième mandorisation (la première ici, pour le précédent disque).

Son site officiel.

Sa page Facebook officielle.

Pour écouter l’album Nevada.

Argumentaire de presse officiel :

C’est une amoureuse qui roule. Tenue en éveil par des mélodies immédiates et une énergie rock’n’roll, les rugissements du moteur. Elle s’appelle Émilie Marsh, et elle réinvente aujourd’hui ce qu’est le Nevada. Un état américain, direz-vous. Or, la musicienne d’origine franco-britannique n’y a jamais mis les pieds. Nevada, pour ce véhicule qui n’existe plus, ce vintage qu’on recherche sans cesse, mués de nostalgie. Nevada, parce que « va » inscrit la musique et les textes d’Emilie Marsh dans un mouvement qui se poursuit, quelle que soit sa destination. Du moins si elle y parvient… Car Nevada, c’est l’histoire d’une femme qui prend la route pour retrouver l’être aimé, avant de se laisser désorienter par ses pérégrinations et changer de trajectoire. Finalement, le point d’arrivée ne sera peut-être pas celui qu’on croit. Piste après piste, Émilie Marsh révèle de nouvelles facettes de son jeu d’autrice, compositrice, chanteuse et multi-instrumentiste. On la découvrait par bribes sur son premier album éponyme, paru en 2019, on l’envisage dans son entièreté plurielle grâce à Nevada. Parce qu’elle aime partager le studio, elle a travaillé avec un autre musicien surdoué, réalisateur et mixeur, Sébastien Collinet. Ensemble, ils ont façonné un Nevada déjà produit seul par Émilie. Ils ont aussi rassemblé, le temps d’une journée, des chanteuses devenues d’enthousiastes choristes : Buridane, Pascale Abécassis, Clou, Inès Desorages, Garance, Claire Joseph, Skye, Karen Lano, Latchmy, Lonny, Marilyne Maillot

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor

Bercée par les westerns visionnés en boucle durant le confinement, Paris-Texas de Wim Wenders, la musique de Ry Cooder, les road movies, de Pierrot le Fou à Thelma et Louise, Émilie Marsh crée une narration musicale au rythme implacable et multi référentielle – en cela, elle fait écho au cinéma de Tarantino qu’elle affectionne. Ces mariages contraires font de ses chansons des hymnes immédiats, portés par la légèreté, parfois ironique, de la pop, dotés d’une énergie rock’n’roll que ne renierait pas Dani. De l’icône de la chanson française, Émilie Marsh a beaucoup appris au fil de leur collaboration sur scène, puis sur l’album Horizons dorés. Notamment à ressentir l’image dans la musique. Entrecoupé d’interludes, des Errances enregistrées sur iPhone sous la carcasse d’une voiture, improvisées puis retaillées à la serpe, Nevada s’amuse des humeurs et des personnages.

Le disque (toujours extrait de l’argumentaire de presse) :emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor 

Le fil rouge, c’est la voix d’Émilie Marsh, capable de multiples variations. Tube instantané, Nevada est une invitation au voyage, tant géographique que sentimental, souligné de riffs vénéneux. Les chœurs de « Tout commençait la nuit » nous emportent comme une vague, avec Émilie comme prêtresse de la mélodie électrique qui, sur « Salam Saravah » devient chaman, avant de laisser libre cours à la fièvre stellaire de « (La nuit) Tombée de haut » jusqu’à la flamboyante conclusion de « Danser Marco ». Au programme également, deux duos avec des artistes dont Emilie admire le parcours comme la personnalité : La Grande Sophie dans « Mélancolie sur la Riviera » et « Héros », avec Gaëtan Roussel, écouté dès l’adolescence par Emilie, et qui a aussitôt accepté. Parmi les influences d’Emilie, du son et des mots : Anna Calvi, Sylvia Plath, Catherine Ribeiro, Arthur Rimbaud, Blaise Cendrars, Isabelle Mayereau, dont elle reprend la trépidante « Chevrolet Impala », Apollinaire, Henri Michaux… Par sa recherche de vocabulaire, le manque voulu d’articles, le parti pris énumératif et nominal, s’impose l’écriture poétique d’Émilie Marsh, qui a toujours été la sienne – rappelons qu’elle a étudié la littérature et qu’elle a été, à peine vingtenaire, lauréate du concours national Poésie en liberté.

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor

(Photo : Alexandre Attias)

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandorInterview :

Tu avais ton fil rouge dès l’écriture des premières chansons?

Oui. Avec les quatre premières chansons, « Nevada », « Héros », « Salam Sarava » et « Tout commençait la nuit », je savais déjà quelle direction j’allais prendre. Pendant la période d’écriture, j’avais besoin de grands espaces et surtout de me décentrer de là où j’étais. Je cherchais un contraste entre l’intérieur intimiste de la voiture et l’extérieur, lié aux grands paysages américains, réels ou fantasmés. Celui entre le jour et la nuit, dont je suis amoureuse. J’ai regardé pas mal de road movies et j’ai écouté de nombreuses musiques de film. Ça évoque immédiatement des images.

L’album commence par la chanson d’Isabelle Mayereau, « Chevrolet Impala ». Elle te correspond parfaitement. On dirait un titre de toi.

Je suis flattée que tu me dises ça parce que je suis très admirative du travail d’Isabelle Mayereau. Il manquait une chanson pour terminer l’album. J’ai pensé à celle-là car je savais qu’elle allait coller à l’ensemble. J’ai donc fait un arrangement dans la journée et je lui ai envoyé. Elle a beaucoup apprécié, du coup, ça nous a rapprochées. Nous avons tourné le clip ensemble, mais nous le sortirons plus tard.

 Clip de "Nevada". Réalisation & images : Alexandre Attias.

Quelle est la différence entre ce nouvel album, Nevada, et le précédent ?

Mon premier disque était une photographie de qui j’étais et de ce que je faisais à l’époque. Sur celui-ci, je raconte une histoire sous forme de road-trip. C’est un voyage en temps réel.

Il y a un duo avec La Grande Sophie, « Mélancolie sur la Riviera ». A la première écoute, j’ai eu du mal à identifier qui chantait quoi.

On me l’a déjà dit, mais ça m’étonne. Je connais tellement sa voix. En tout cas, la sienne et la mienne se mélangent bien. J’ai découvert cette artiste quand j’étais ado et elle fait partie des gens qui m’ont donné envie de faire de la musique. En 2019, j’ai eu le bonheur de faire ses premières parties et je l’ai donc mieux connue. J’avais très envie de travailler avec elle. Il y a notre duo et elle a fait les arrangements de la chanson « Nevada ». C’est un petit rêve d’enfant que j’ai réalisé.

On peut découvrir un autre duo, « Héros », avec Gaëtan Roussel.

Lui aussi m’a construite musicalement. Adolescente, j’écoutais beaucoup Louise Attaque et j’adorais ça. Je suis fière qu’il ait accepté de chanter avec moi.

Clip de "Ironie. Réalisation & images : Alexandre Attias.

Il y a de nombreuses choristes sur cet album (voir l’argumentaire de presse).

Ce disque a été réalisé à deux avec Sébastien Collinet. On était dans notre bulle, mais à un moment donné, nous nous sommes dit qu’il serait bon d’élargir le cercle. Nous avons considéré qu’avoir des chœurs féminins allait ajouter un supplément d’âme. J’ai appelé plein de copines chanteuses et nous nous sommes retrouvées une journée à l’Alcazar pour enregistrer. C’était un moment magique.

Ton écriture est devenue plus rythmée.

Je me suis inspirée de la poésie de Blaise Cendrars. Dans « La Prose du Transsibérien et de la petite Jehanne de France », par exemple, on voit les images défiler et on sait qu’il avance. J’ai donc choisi une écriture du défilement qui passe par beaucoup d’énumérations. J’ai enlevé des articles, des phrases nominales. Je voulais que ce soit direct et immédiat.

Clip de "Dunhill". Réalisation & images : Alexandre Attias.

Musicalement, tu te situes dans quelle catégorie ?

Je me moque des étiquettes. Je n’ai pas de problèmes à dire que c’est un disque de variétés. Plus exactement, je suis au carrefour de la chanson, de la variété française, de la pop et du rock.

Tu es fière de cet album ?

Très. Il s’est fait dans un temps court, je lui trouve donc beaucoup d’intensité et d’énergie. Je peux défendre ce disque de A à Z.

Est-ce que tu penses avoir enfin trouvé ta voie ?

Je le pense. C’est la première fois que je me sens autant alignée, que ce soit dans ma vie, dans mes chansons et dans mes différents projets. Sans renier ce que j’ai fait avant, il me semble avoir trouvé un équilibre global. Il y a un avant et un après Nevada.

Tu chantes un peu différemment, je trouve.

J’ai beaucoup travaillé ma voix dans les graves. Dans cet album, j’ai enregistré plus bas par rapport à mes capacités vocales habituelles. J’ai tout baissé parce que je voulais quelque chose d’intime dans mes couplets.

Tu es guitariste pour Dani et Hildebrandt, tu fais partie du trio féminin Bodie… parfois, tu es difficile à suivre.

Je suis beaucoup dans le collectif. Être guitariste pour d’autres me permet d’avoir un autre rapport avec mon instrument parce que je ne chante pas. J’aime me mettre au service d’artistes que j’apprécie. Ça nourrit mes propres chansons et ma façon d’évoluer sur scène. Il est inconcevable pour moi de m’occuper uniquement de ma petite carrière personnelle.

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor

Après l'interview.

emilie marsh,nevada,interview,fraca!!!,mandor

01 décembre 2021

Martin Luminet : Interview pour l'EP Monstre

martin luminet,mandor,interview,monstre

(Photo : Chloé Nicosia)

martin luminet,mandor,interview,monstreMartin Luminet a sorti un premier vrai EP, Monstre.

Parfois, au début d’une carrière, on se cherche. Il arrive donc que des artistes enregistrent des disques qui ne représentent pas exactement qui ils sont. Donc, on les oublie.

Pour des raisons qui lui sont propres, Martin Luminet est désormais incapable d’écrire des choses fictives. Il explique ne pas avoir assez confiance en lui pour inventer des histoires de toutes pièces. Besoin de régler pas mal de choses. Tout déballer, même les choses les moins reluisantes de sa personne. Il raconte tout ce qu’il n’arrive pas vraiment à dire dans la vie et, curieusement, je m’y suis retrouvé. Et beaucoup vont s’y retrouver. Quand le très personnel peut devenir universel.

Pour être honnête, j’ai une grande affection humaine pour ce garçon que je suis depuis quelques années maintenant (lire les deux premières mandorisations ici et là). Mais ses chansons me touchent au cœur, comme rarement. Une écriture tranchante et touchante. Mélange rare. Artiste rare.

Sa page Facebook.

Pour écouter son EP, Monstre, c'est notamment ou là.

(Paroles & Musiques : MARTIN LUMINET
Producer / Réalisation : BENJAMIN GEFFEN
Prises de Son / Mix : TONY BAKK
Master : CHAB
Direction Artistique : MARION RICHEUX
(c) LA PERCÉE)

Argumentaire de presse :martin luminet,mandor,interview,monstre

Sensation de la dernière édition (réinventée) des Francofolies de la Rochelle, Martin Luminet a mis longtemps à s'autoriser le droit d'être en colère. L'éducation, certainement. Attiré par le décloisonnement des arts, le lyonnais n’endossera finalement ni le rôle du héros séducteur ni celui de l’ami irréprochable auquel certains le destinaient.

Ne pas se réfugier derrière un « best of » de lui-même, ne plus chercher à se donner le beau rôle. Le bain a débordé, c'est maintenant un déluge. Violence sensible et lucidité couperet surgissent de son spoken word. Il assume pleinement sa face sombre. Cru parfois, cash souvent, percutant toujours. A l'évidence, il se joue chez Martin Luminet quelque chose d'important, de viscéral et de vital. Il suffit d'écouter « Cœur », envoyé en éclaireur et balancé comme quatre vérités, pour recevoir un pur shoot d'adrénaline. Il y a là une confrontation belliqueuse et sans merci avec cet organe de trahison. Il y a là encore une électro cinématographique et cinglante, une tension, un télescopage entre le Biolay d'À l'origine et la noirceur viciée d'Odezenne. Il y a là surtout une urgence à sauver sa peau.

martin luminet,mandor,interview,monstre

(Photo : Chloé Nicosia)

martin luminet,mandor,interview,monstreInterview :

Dans ce disque, est-ce que l’on connait enfin le vrai Martin Luminet ?

Il y a en tout cas, un côté de moi que je ne voulais pas montrer pour plaire au plus grand nombre. Avec cet EP, j’ai ressenti le besoin de tout déconstruire. Toutes mes chansons parlent de ça : déconstruire l’amour, déconstruire le couple, déconstruire les parents, déconstruire le modèle que l’on a sous les yeux. Du coup, je me suis déconstruit aussi, ainsi que le chanteur que l’on attendait de moi. Comme je suis un peu branlant dans la vie, j’ai essayé de montrer une image de moi plus belle que la réalité. Je me suis donné le bon rôle alors qu’il ne fallait pas du tout faire ça.

C’est vrai que tu as commencé un peu en chanteur de charme. J’exagère, mais on sentait que tu avais la volonté de séduire.

J’avais envie de réparer un truc que je n’arrivais à faire dans la vie. Aujourd’hui, je ne suis plus dans la posture du chanteur. Je veux être le plus sincère possible.

Mais est-ce que tu n’exagères pas ton côté sombre ?

Exagérer son côté sombre, c’est juste le remettre à sa juste place. On nous pousse beaucoup à ne parler que de nos qualités, nos forces, de ce que l’on réussit. Maintenant, je me dézingue. Je suis intraitable avec les autres, il faut que je le sois aussi avec moi.

Clip de "Cœur". 

Depuis que tu te montres avec un regard dur envers toi dans tes chansons, ton entourage te voit-il différemment ? 

C’est un risque de se montrer tel que l’on est parce qu’il y a un risque de se faire rejeter. Là ce serait se faire rejeter pour ce qu’on est vraiment. Cela dit, se faire accepter pour les mauvaises raisons, ce n’est pas honnête. Au final, parce que j’ai déjà des relations déjà intenses avec mon cercle d’amis et mes proches, ils connaissent déjà un peu celui que je raconte.

Dans tes chansons, désormais, tu lâches le monstre !

Je le lâche parce que je ne peux plus le retenir. Dans la vie, je l’ai retenu longtemps, même si personne n’était dupe. Si les gens que j’aime restent après tout ce que je raconte, c’est qu’ils m’aiment vraiment.

Le fait que tu te racontes, même cruellement, avec de la musique, ce n’est pas comme si tu racontais ça dans une conversation.

Tu as raison. La musique rajoute de la saveur au discours.

Clip de "Monde".

Tu as chassé le côté superficiel de ta vie ?

Oui, j’ai besoin d’intensité. D’ailleurs, je suis comme ça dans la vie. Quand je suis avec des potes, je peux être chiant. Je parle de choses graves et profondes. Plutôt que m’adapter et d’essayer de vivre moins intensément, je vais décréter que je ne vivrai les choses qu’intensément parce que c’est mon langage. Je ne veux plus m’adapter à un monde qui refuse les émotions fortes, les fragilités et les aveux de faiblesse.

Il faut être courageux pour se raconter sans filtre ?

Oui. C’est une forme d’abandon et parfois l’abandon, c’est du courage. J’essaie de compenser des années de lâcheté, à ne pas chercher le fond des choses alors qu’il n’y avait que ça qui m’intéressait. J’ai passé beaucoup d’années à me censurer et à me nier.

Finalement, nous sommes tous un peu comme ça.

Tu as raison. C’est pour ça que je ne me sens pas différent des gens. Nous avons tous cette dualité en nous. Ce que l’on montre et ce que l’on ne montre pas (ou ce que l’on ne monstre pas). Il faut arrêter de voir le monde uniquement du bon côté, c’est vivre avec un œil crevé.

martin luminet,mandor,interview,monstre

(Photo : Chloé Nicosia)

Quel est son nom ?

A qui ?

A ton psy.

(Rires) J’ai longtemps milité pour ne pas avoir de psy pensant que je faisais un gros travail sur moi grâce à la musique. Finalement, ce n’est pas vrai, j’étais plutôt dans une quête.

Tu vois donc un psy aujourd’hui ?

Oui, mais pas parce que j’avais des soucis ou des blocages. J’en avais sans doute, mais je faisais en sorte de ne pas les voir. J’ai voulu rencontrer quelqu’un pour m’accompagner au moment où je sais où je veux aller. J’ai tellement eu autour de moi des gens qui m’ont dit ce que je devais faire de ma vie professionnelle ou amoureuse que je ne voulais pas d’un psy qui, lui aussi, m’explique comment je dois gérer mon existence.

Clip de "Magnifique".

Ce que j’aime chez toi, c’est que tu es très fort en punchline.

Je n’essaie pas de faire de la punchline pour la punchline. Je m’inspire beaucoup de comment procède Souchon. Il te pose une phrase et tu as le décor, la personne et dans quel état elle est. J’ai envie d’écrire en très peu de mot ce à quoi on a affaire.

Tu fais partie d’une génération d’artistes français qui ont l’amour du mot.

La chanson évolue et c’est une bonne chose. Dans les années 90 et 2000, la tendance était aux chanteurs bien sages et aux rappeurs bien engagés. A part des gens comme IAM ou Oxmo Puccino, il y en avait très peu qui réunissaient les deux. C’est bien qu’aujourd’hui nous assumions que le rap et la chanson ciselée se retrouvent.

Tu as trouvé ta voie avec cet EP ?

Je me présente sous un jour le plus honnête possible. Et je compte rester dans cette direction. Je pense que mon écriture ne pourra pas trop s’éloigner de ce côté viscéral. Je veux que mes chansons prennent aux tripes, au corps et au cœur. Je veux qu’on pleure en dansant (rires).

J’ai l’impression que tu as tout dit dans ces chansons. Que peux-tu dire de plus monstrueux sur toi ?

Je me sens tellement encore en mouvement et heurté par plein de choses que je trouverai encore quoi dire sur moi. Mais après avoir déconstruit, peut-être que je vais me décider à écrire sur le fait de construire.

Tu te sens un bad boy ?

Non, je me sens boiteux, comme tout le monde. Par contre, je mets un point d’honneur à ne pas vouloir être parfait et à chasser le faux-semblant. Je vois les choses en face sans être tendre avec moi et je l’exprime. J’essaie de devenir un meilleur humain, mais pas un meilleur humain selon un schéma ou selon que l’on nous demande d’être.

martin luminet,mandor,interview,monstre

Le 3 juin 2021, après l'interview.

09 novembre 2021

Jean-Michel Fontaine : interview pour Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman vient de sortir. En le lisant, un constat s’impose. Qui peut raconter au mieux les chansons de Goldman que le principal intéressé ? Ainsi, deux passionnés du chanteur (toujours numéro un dans le cœur des français), Alexandre Fievée et Jean-Michel Fontaine ont rassemblé une somme d’informations passionnantes et la plupart du temps, rares.

Pour en parler, j’ai rencontré l’un des deux auteurs, Jean-Michel Fontaine, le 11 octobre dernier (jour des 70 ans de Jean-Jacques Goldman), en terrasse d’un bar parisien.

Argumentaire de presse :

Pour fêter les 40 ans du premier succès de Jean-Jacques Goldman – Il suffira d’un signe – les auteurs ont choisi de rendre hommage à l’œuvre de l’artiste en racontant l’histoire de ses chansons.
Cette histoire est racontée par Jean-Jacques Goldman à travers 700 citations issues de plus de 400 archives papier, radio et télé.

103 chansons interprétées par l’artiste sont traitées dans cet ouvrage:

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Chaque chanson est illustrée par une photographie de Claude Gassian, qui collabore avec Jean-Jacques Goldman depuis 1985.
 
Marc Lumbroso (éditeur) et Erick Benzi (arrangeur), personnalités incontournables de la « famille » musicale de Jean-Jacques Goldman, apportent leur éclairage à travers des anecdotes liées à la naissance des chansons.

Les auteurs :

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandorAlexandre Fievée est avocat.
Le dictionnaire illustré des chansons de Jean-Jacques Goldman est le troisième livre consacré à l’artiste, après Fredericks Goldman Jones – De l’intérieur (Gründ, 2018) et Sur ses traces (Gründ, 2016).jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor
Il est également l’auteur du livre Coluche – Agitateur social (Gründ, 2020).

Jean-Michel Fontaine est directeur marketing d’une grande agence de marketing digital en Suisse.
Depuis 1997, il se consacre à Parler d’sa vie, le site web le plus complet consacré à Jean‑Jacques Goldman.
Ce dictionnaire est son premier livre.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandorInterview :

Pour moi tu es la référence sur tout ce qui concerne Jean-Jacques Goldman et ce, grâce à ton site Parler d’sa vie, dont tu t’occupes depuis 1997.

A 13 ans, lorsque j’ai découvert le clip de « Je marche seul » (juin 1985), ça a été un révélateur. Cette chanson a fait résonner en moi une situation de solitude que je ressentais. Ensuite, je me suis intéressé aux chansons antécédentes de Goldman et j’y ai entendu mon intimité. Il y a une phrase d’« Envole-moi » qui a changé ma vie c’est « à coup de livres, je franchirai tous ces murs ». Pour moi, fils d’ouvrier, c’était un signe… sans faire de jeu de mot avec un autre titre. Quand j’ai découvert Internet en décembre 1995, j’ai cherché ce qu’il y avait sur Goldman et je me suis aperçu qu’il n’y avait rien. Pendant 6 mois, je suis allé voir tous les sites de chanteurs, j’ai noté ce que j’aimais, ce que je n’aimais pas et surtout ce que j’aurais aimé trouver. Finalement, Parler d’sa vie est le site sur Jean-Jacques Goldman que j’aurais rêvé consulter à l’époque.

Ce qui était important pour toi, c’était le sens des chansons.

Très rapidement, j’ai mis en ligne ce qui a servi de base à ce livre. J’ai expliqué ce qu’a voulu dire Goldman dans ses chansons à travers ses propos dans la presse, à la radio ou à la télé.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Jean-Jacques Goldman et Jean-Michel Fontaine (Summum de Grenoble, 24 avril 1998).

Les citations du livre sont donc tirées en majorité de ton site.

Oui, mais Alexandre Fievée en avait aussi quelques-unes. Et j’ai aussi relu le livre de Fred Hidalgo sur Goldman, Confidentiel. C’est une des sources principales du livre. Avec Alexandre Fievée, on a fait une partie de ping-pong. S’il n’avait pas été là, il y aurait eu le double de citations. Il a su me convaincre du non intérêt de certaines, mais pas toujours car, pour moi, il y en avait des essentielles. Et pour lui, c’était la même chose. Nous avons lutté tous les deux pour imposer nos points de vue. Au final, je crois que nous avons trouvé le bon équilibre.

Je crois savoir que les deux pages sur « Tu manques » sont les plus importantes de ce livre. Pourquoi ?

Jean-Jacques a dit à deux reprises pour qui cette chanson était destinée. Ça a été l’occasion de traiter l’importance de son père. C’était essentiel d’évoquer cela.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Il y a 15 chansons où vous n’avez rien trouvé.

Sur 118 chansons, ce n’est pas beaucoup.

Qui a eu l’idée de ce livre ?

Alexandre Fievée. Il voulait faire ce livre avec moi, mais au début je n’étais pas très chaud. Je m’étais dit que si je devais écrire un livre sur Goldman, ce serait en mon nom propre. Et puis, j’ai fini par accepter parce que je connaissais le travail qu’il avait fait pour ses deux livres précédents sur ce même artiste. Nous avons convenu qu’il n’y aurait que des citations de Goldman, agrémentées de photos de Claude Gassian.

Gassian, la classe !

J’ai été super fier qu’il accepte rapidement. Quand on a fait notre première séance de travail avec lui, Alexandre et les gens de chez Gründ, il a été très à l’écoute. Il se demandait ce qu’il pouvait apporter comme photos que l’on ne connaissent pas déjà. Je lui ai répondu que nous ne voulions pas uniquement des clichés de Jean-Jacques, mais d’autres qui pourraient illustrer ses chansons. Pour « Des vies », la photo de l’immeuble prise dans je ne sais pas quel pays, est hyper parlante. Et derrière cela, j’espère que l’immeuble est encore debout et la femme que l’on voit, encore vivante. En règle générale, je trouve incroyable le pouvoir de suggestion de Claude Gassian, à travers ses photos.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Quand tu as eu le livre entre les mains, il y a eu de l’émotion ?

Déjà quand je l’ai eu en PDF pour les dernières corrections, c’était émouvant, mais quand je suis allé à Paris signer les premiers exemplaires pour les journalistes, ça m’a fait quelque chose. C’est un livre massif de 1 kilo 600 grammes sur du très beau papier. C’est un très bel objet dont je suis fier. Ça rend tangible tout ce que je fais depuis 36 ans. Il y a désormais une trace réelle et concrète de tout ce que j’ai écrit et archivé concernant Jean-Jacques Goldman pendant toutes ces années.

Avec Alexandre, vous rétablissez aussi certaines vérités.

Tu as raison. Par exemple, j’en avais marre d’entendre que « Tu manques », « Puisque tu pars » ou « Ton autre chemin » parlent du demi-frère de Jean-Jacques, Pierre Goldman. Non, il n’a jamais écrit sur lui. Parfois même, quand je cite Jean-Jacques Goldman, certains persistent à trouver des ambiguïtés. Non, il n’y a pas d’ambigüités !

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Goldman connait l’existence de cet ouvrage ?

Je pense. S’il pouvait me donner un retour sur ce livre, je conserverais cela très précieusement pour moi.

Tu regrettes qu’il ait arrêté sa carrière si tôt ?

Je suis partagé. Bien sûr, j’aurais aimé entendre de nouvelles chansons, mais au fond, il est préférable qu’il ait arrêté avant l’album de trop. 

Comment expliques-tu qu’il soit toujours le chanteur numéro 1 des français.

Je pense que c’est justement parce qu’il est absent. Ce qu’il a fait pour les Enfoirés y est aussi pour beaucoup. Les gens ont de la sympathie pour lui parce qu’il a écrit des chansons qui parlent à tout le monde. En fait, je connais très peu de personnes qui ne l’aiment pas.

Quels sont tes projets « livresques » ?

Dans mon idéal absolu, j’aimerais écrire 6 livres qui n’ont rien à voir les uns avec les autres. Chacun consacré à un sujet qui est important dans ma vie… mais je ne t’en parlerai pas aujourd’hui.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Pendant l'interview... (photo : Alexandre Fievée)

Avec ce livre, ta crédibilité « goldmanienne » va te permettre d’écrire un tome 2.

Effectivement, j’aimerais sortir un livre sur les 178 chansons qu’il a écrit pour une soixantaine d’interprètes. La boucle serait ainsi bouclée.

Tu interviewerais les artistes tels que Patrick Fiori, Patricia Kaas, Céline Dion ou autre Julie Zenatti ?

J’ai deux axes. Soit refaire un travail d’archiviste, soit rencontrer ceux qui ont eu la chance d’avoir des chansons de Goldman dans leur répertoire. Je pense que le deuxième axe serait le plus intéressant.

Tu es très BCBG comme garçon.

(Rires). C’est une formule que j’ai inventée. Je suis très Balavoine, Cabrel, Berger, Goldman.

jean-michel fontaine,alexandre fievée,le dictionnaire illustré des chansons de jean-jacques goldman,gründ,interview,mandor

Le 11 octobre 2021 (photo : Alexandre Fievée).

05 novembre 2021

Stéphane Mondino : interview pour Sous les abat-jours du soleil

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interviewStéphane Mondino sort son sixième album, Sous les abat-jours du soleil. Tout simplement de la bonne variété comme on en fait beaucoup moins. Cet artiste est l’un de mes préférés. Je le suis et le soutiens depuis son premier album en 2004 (lire ses deux dernières mandorisations : En 2017 et en 2012).

J’ai rencontré une nouvelle fois Stéphane Mondino le 2 novembre 2021, quelques jours avant son concert aux Trois Baudets.

Sa page Facebook officielle.

Son site officiel.

Pour écouter l’album Sous les abat-jours du soleil.

Mini biographie officielle :

Né le 6 juin 1975 à Aubervilliers (93). Originaire d'une famille Italienne et Picarde. Fan de Daniel Balavoine, quitte les cours à 16 ans pour se consacrer à la musique.

Il participe aux Rencontres d'Astaffort en mars 2002 et se fait repérer par Francis Cabrel qui le signe sur son label Cargo. Deux albums naitront de cette collaboration : St-Lazare (2004) et Roll over (2007).

Mondino trace sa route avec plusieurs albums entre labels indépendants et autoproduction. Il reçoit de l'UNAC et la SACEM le prix du meilleur album autoproduit en 2013 pour l'album 1975 réalisé par Michel Françoise.

Il réalise également plusieurs clips pour divers artistes.

Son dernier album Sous les abat-jours du soleil, réalisé par Romain Roussoulière, est sorti le 1 octobre 2021.

Argumentaire de presse :stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

D’amour, il en est profondément question dans le nouvel album de Stéphane Mondino, tant le thème s’écrit en fil rouge de sous les abat-jours du soleil. Avec ce titre, le chanteur appuie d’ailleurs l’interrupteur d’une lumière tamisée qui va éclairer une exploration aussi intime que protéiforme. Déclaration d’amour limpide, la chanson d’ouverture éponyme ouvre ainsi les voies d’un registre beaucoup plus large : la violence dans le couple, la paternité, les rencontres virtuelles, la trace du temps, une histoire d’amour dans l’Histoire de la déportation, la fausse couche aussi... Même Uma Thurman, petit ovni au milieu de tout ça, parvient finalement à se raccrocher au fil conducteur sous les contours fantasmés de l’image de l’actrice américaine.

Album proche du cœur, sous les abat-jours du soleil marque aussi le souhait de Stéphane Mondino de « revenir à la chanson ».

Couleur bleu électrique, les chansons flottent comme les méduses, symbole gracieux des tentacules de l’amour, qui se baladent sur la pochette de l’album. Prêt pour la piqure ?

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interviewInterview :

A l’inverse de tes albums précédents, c’est au piano plutôt qu’à la guitare que tu as composé la majorité des morceaux.

C’est en effet assez nouveau pour moi. L’objectif était d’abord que les chansons puissent fonctionner autour d’un piano-voix.

Dans ce 6e album, tu retournes aux fondamentaux : la chanson.

Tout est parti d'une soirée en tournée sur le dernier album (Les rêves de Babylone). J'ai fait écouter à Romain Roussoulière une maquette, c'était la chanson « Sous les abat-jours du soleil ». Il a complètement craqué sur elle. J'ai enchainé en lui disant que j'aurais beaucoup aimé qu'il réalise l'album suivant, avec ce titre comme phare. Je n'avais pas de volonté pop, rock, folk mais l'envie de retrouver mes racines : la chanson française, avec la réalisation d'un jeune musicien de 27 ans. L'album est un voyage parfois mélancolique, dans l'intimité humaine. 

Je sais que lorsque tu commences un album, il faut que tu aies d’abord le titre, en l’occurrence, cette fois-ci, Sous les abat-jours du soleil.

Avoir un titre me met une ambiance et un concept qui peuvent parfois dévier. Mais, j’ai vraiment besoin d’avoir une base. Après il y a parfois des chansons qui s’imposent et qui n’ont rien à voir avec la direction que je comptais prendre. C’est la magie de la création.

Toutes les chansons qui composent ce nouveau disque sont-elles récentes ?

Cet album a été écrit sur plusieurs décennies. J’ai toujours 300 chansons d’avance. Si je pouvais, je ferais bien deux albums par an.

Je sais que dans tes textes, tu fais attention autant au sens qu’au son des mots.

Parfois le son me donne le sens. Je me dis rarement : « Tiens, je vais écrire une chanson sur tel thème ». C’est souvent l’inconscient qui parle. Je ne maîtrise pas toujours tout.

Dans « Orages », tu évoques la déportation, mais on ne le comprend pas forcément si on n’a pas lu le dossier de presse. En règle générale, il y a dans tes chansons plusieurs niveaux de lecture.

Parfois, les gens passent à côté de l’histoire que j’ai voulu raconter, mais finalement, ça me va. S’il y a un sens pour eux, je prends. Je n’aime pas les chansons trop frontales, celles qui expriment une histoire au premier degré.

En 2017, tu as eu une petite fille. Tu parles d’elle dans « Petit royaume ».

La chanson dit : « Neuf mois avant toi, j’étais roi d’un petit royaume, mon ego ». Je ne suis plus autocentré. Il y a plus important que moi et mes angoisses sont démultipliées. Tu ne dors plus de la même façon quand tu as un enfant.

Il y a aussi « Baby Blues ».

C’est une chanson miroir à « Petit royaume ». C’est une histoire de fausse-couche. Là encore, je ne peux pas en parler en utilisant le terme « fausse-couche ». C’est laid comme mot dans une chanson. De plus, quand un sujet me touche, je n’ai pas envie de l’aborder de manière pathos, je préfère poétiser le sujet.

Tu acceptes désormais d’être considéré comme un chanteur de variété.

A 45 ans, j’assume plus mes goûts qu’à 25. Mes potes de jeunesse écoutaient Nirvana, je ne pouvais pas dire que j’écoutais Berger et Balavoine. Pourtant un mec comme Balavoine s’est beaucoup battu pour ne pas avoir l’image d’un chanteur de « variétoche ». Il disait qu’il ne faisait pas du Sardou et c’était vrai. Il sortait de scène en sueur, comme un chanteur de rock.

A chaque fois que tu sors un album, je ne cesse de te dire que je ne comprends pas que tu ne fasses pas partie des chanteurs populaires d’aujourd’hui.

Ce que tu me dis là, je l’ai entendu une centaine de fois. Aujourd’hui, je me fais une raison, mais des gens comme Charles Talar m’ont fait beaucoup de mal pour des raisons que je ne vais pas expliquer. Pour résumer, certains ont cru en moi, mais ceux qui auraient dû m’élever m’ont plutôt descendu.

Je pense que tu n’as pas fait beaucoup de concessions.

Si des gens intelligents m’avaient parlé avec bienveillance, j’aurais suivi leurs conseils.

Tu as produit et financé ton nouveau disque et ton concert aux Trois Baudets toi-même.

Oui, mais je ne le ferai plus seul. Si personne ne s’intéresse à mon projet, je vais certainement arrêter de m’investir de cette manière. Je ne pourrai jamais arrêter de chanter, mais si les choses n'évoluent pas comme je le souhaite, je continuerai mes concerts de reprises et mes hommages à Daniel Balavoine. Je vis pour la musique. 

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

Avec Stéphane Mondino, le 2 novembre 2021, après l'interview. 

stéphane mondino,sous les abat-jours du soleil,album,mandor,interview

05 octobre 2021

Eric Fouassier : interview pour Le bureau des affaires occultes

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Éric Fouassier est le frère d’un ami, lui aussi auteur, Luc-Michel Fouassier (je les avais d’ailleurs réunis tous les deux pour une mandorisation commune). J’ai appris à connaître Éric de salon du livre en salon du livre et d’interview en interview… Il a sorti juste avant l’été un roman historique mêlant politique, science, ésotérisme, le tout dans un Paris remarquablement décrit. Dans Le bureau des affaires occultes, Éric Fouassier nous embarque dans les grandes découvertes de la science et de la médecine. On peut même affirmer que ce roman est une source riche d’information sur les avancées médicales du XIXe siècle.

Pour évoquer ce livre en passe de devenir best-seller, Éric Fouassier m’a donné rendez-vous sur la terrasse d’une brasserie parisienne.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor4e de couverture :

Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.
Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.
Car la science qui progresse, mêlée à l’ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité. Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l’irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes. Nommé par le préfet à la tête du « bureau des affaires occultes », un service spécial chargé de traquer ces malfaiteurs modernes, il va donner la preuve de ses extraordinaires compétences.eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor
Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d’un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?
Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?
Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l’Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né.

Prix Maison de la Presse 2021

"LE roman historique de l'année. Vous ne le lâcherez pas.Gérard Collard - Le magazine de la santé

L’auteur : 

Après un doctorat en pharmacie puis un autre en droit, Éric Fouassier s’est spécialisé dans l’histoire de la médecine, qu’il enseigne à l’université. Passionné d’énigmes et de codes secrets, il est l’auteur de romans historiques. Le bureau des affaires occultes est le premier opus d’une série policière au héros récurrent : Valentin Verne.

Son site officiel.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorInterview :

Tu as changé de maison d’édition. Tu es désormais chez Albin Michel. Ça change beaucoup de choses pour toi ?

Albin Michel a une sacrée force de frappe promotionnelle, ce n’est pas négligeable. Et puis, dès que je suis arrivé dans cette maison, j’ai senti un grand enthousiasme autour de mon livre. De plus, j’ai désormais une agente littéraire, Isabelle Laffont. Je l’ai connue quand elle était éditeur conseil chez JC Lattès, ma précédente maison (voir mandorisation là).

Je verrais bien ton nouveau livre, Le bureau des affaires occultes, en série sur Netflix ou sur une autre plateforme.

C’est marrant que tu dises ça parce que mes fils et leurs copains m’ont fait la réflexion suivante : « Génial ! On dirait une série Netflix ! » Moi, je t’avoue que je n’étais pas trop consommateur de séries sur les plateformes, mais du coup, je me suis mis à en regarder quelques-unes. Pas de séries policières, plutôt du fantastique. Ça m’a influencé dans mes écrits sur l’ambiance d’une grande ville du 19e siècle. Je voulais que dans mon roman, le Paris de 1930 devienne un personnage.

Tu es très fort pour captiver le lecteur. Un véritable « page turner ».

Par rapport à mes précédents polars historiques qui étaient plus « classiques », là, j’ai voulu greffer une intrigue qui soit beaucoup plus moderne, beaucoup plus en rapport avec celles des séries actuelles. Pour moi, Le bureau des affaires occultes n’est pas un roman policier historique, c’est plus un thriller historique.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Photo par un lecteur d'Eric Fouassier.

Pourquoi as-tu commencé à écrire des polars historiques ?

D’abord parce qu’à partir du moment où j’ai écrit ce genre littéraire, j’ai pu accéder à des maisons d’édition plus importantes. J’ai toujours aimé l’histoire et je me suis dit que ça allait me permettre de capitaliser sur mes compétences. A la fois l’histoire de la médecine et de la pharmacie. Je rappelle qu’au 19e siècle, un pharmacien est un homme de science. C’est dans les arrière-boutiques des officines que se sont faites les grandes découvertes en chimie. Mais ils ne se contentaient pas de cela. Par exemple, à la campagne, ce sont eux qui s’occupaient des feux d’artifice. Ce sont eux aussi qui sont intervenus au début de la photographie parce que c’était des problèmes de chimie. Ils étaient vraiment des touches à tout. Pour moi, écrire sur eux était une façon d’avoir une certaine légitimité puisque je suis spécialiste en la question (note de Mandor : Éric Fouassier donne notamment des cours de droit pharmaceutique à l’Université). J’ai remarqué qu’habituellement, lorsqu’il y a des personnages d’apothicaire dans des romans historiques, il y a des approximations. 

Même si tu es spécialiste de l’histoire de la médecine et de la pharmacie, as-tu tout de même appris des choses en écrivant cet ouvrage ?

Bien sûr ! En tant qu’auteur, j’apprends toujours pendant l’écriture d’un livre. Je passe au moins six mois à me documenter sur la période que je vais traiter. Egalement quand certains de mes personnages ont vraiment existé. Je fais en sorte qu’ils soient le plus proche de la réalité et je ne vais pas leur faire faire des choses qu’ils n’auraient jamais réalisé en leur temps.

C’est pour ça que ton public est très fidèle ? Ils savent la véracité systématique de ce que tu racontes ?

Sans doute. Certains lecteurs de polars historiques veulent apprendre l’histoire de manière ludique. Apprendre des choses sur le passé en se distrayant, quoi de plus agréable ?

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorTu t’es inspiré de quoi pour créer ton bureau des affaires occultes ?

D’une série assez désuète sortie en 1970 sur la deuxième chaîne de l’ORTF, La brigade des maléfices. Elle m’avait marqué quand j’étais petit. Ça racontait l’histoire de l'inspecteur Paumier, chef de la brigade des maléfices chargé à la préfecture de police de Paris d'enquêter sur les affaires les plus insolites que la science policière échouait à résoudre. Avec Albert, son fidèle second, il poursuivait les malfaiteurs les plus inattendus : vampires, fées, fantômes et même une incarnation du diable. 

Qui est ton premier lecteur ?

Une première lectrice. Mon épouse. Elle ne s’attarde pas à la construction de l’intrigue, mais va corriger de petits détails.

Tu as écrit ce roman en combien de temps ?

Huit mois, sans compter le travail préparatoire.

Tu as reçu pour ce thriller historique le prix de La Maison de la Presse. J’imagine que tu es heureux…

Comme tu ne peux pas t’imaginer. Au début, le jury composé d’une trentaine de libraires de La Maison de la Presse avait sélectionné quatre-vingt-dix livres. Ensuite, il y a eu un écrémage pour n’en retenir que treize, puis six. Mon éditeur savait que mon roman avait soulevé beaucoup d’enthousiasme, mais rien n’était joué.

Ce qui est bien avec ce prix, c’est qu’il ne peut pas y avoir de triche. Pas d’accointances possibles avec les uns ou les autres puisque le jury est composé de beaucoup de libraires de toute la France.

Oui, ce sont de vrais lecteurs incorruptibles. Du coup, quand on gagne, on est fier.

Où étais-tu l’après-midi de la délibération ?

Comme je suis professeur d’université, j’y donnais des cours avec mon téléphone coupé parce que je présidais un jury de sélection pour un concours de Maître de conférences. Au milieu de l’après-midi, je constate que mon portable vibre sans cesse, mais je ne peux toujours pas décrocher. Je me disais que si j’avais perdu, ça ne se bousculerait pas pour m’appeler. Quand j’ai fini ce que j’avais à faire, j’ai vérifié les messages et c’était donc la bonne nouvelle.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Quand on a déjà quatorze livres à son actif, on doit être content d’avoir enfin un encouragement des professionnels, non ?

Je suis content pour moi, mais aussi pour les gens qui m’ont fait confiance, comme Isabelle Laffont et les gens de chez Albin Michel. Plus intimement, je suis aussi content pour mon frère, Luc-Michel, que tueric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor connais bien. Quand on avait 18-20 ans, on écrivait déjà. Je nous revois faire un petit film avec nos manuscrits pour essayer d’envoyer ça aux éditeurs afin de potentialiser le fait que deux jeunes frères écrivent… Luc-Michel est un super auteur. Il écrit des choses très différentes de moi et moins populaires, mais j’espère que je pourrai lui ouvrir des portes. Il mérite. Pour moi, il est un vrai écrivain. Pour Luc, l’histoire est un prétexte au style. J’ai adoré et j’ai été impressionné par son dernier roman Les pantoufles (mandorisation ici), mais l’histoire tient sur un timbre-poste. Moi, je suis plus romancier. Je mets le style au service de l’histoire. Quand on en parle entre nous, on aime bien cette différence écrivain/romancier. Finalement, tout cela est sans importance pour le lecteur.

Je sais qu’à la maison, les livres chez vous, c’était sacré.

C’était génial ! Nos parents, de très grands lecteurs, nous ont fait un cadeau exceptionnel en nous initiant très tôt à la lecture. Nous savions que si nous avions envie d’un livre, ils nous l’achèteraient.

Le nom de ton héros, Valentin Verne, n’est pas choisi au hasard, je présume.

Valentin, en référence au commissaire Paul Valentin dans les Brigades du Tigre et Verne, pour rendre hommage à Jules Verne. 

S’il n’y avait pas une obligation de fidéliser ton lectorat et de rassurer les professionnels, idéalement, tu aimerais écrire quoi d’autres ?

Je vais te répondre clairement. Ce serait un cycle de quatre ans : Un thriller historique, un polar contemporain, un roman littéraire catégorie « blanche » comme Luc-Michel et un recueil de nouvelles. Là, je serais le plus heureux des hommes.

Là, tu es plutôt parti pour sortir un Valentin Verne par an pendant un moment ?

Ça peut s’envisager ainsi, en effet, mais si le deuxième fonctionne aussi bien que le premier.

Aujourd’hui, tu te sens plus professeur d’université ou romancier ?

Honnêtement, ça commence à pencher vers romancier, même si j’ai encore six ans à donner des cours à l’Université.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Après l'interview, avec Eric Fouassier le 26 mai 2021 au café Le Rostand.

14 juin 2021

Jules et le vilain orchestra : interview pour Nos vrais visages

JULES & LE VO - mars 02 2021 - LA LUCIOLE MERY- DSCF3650 - david-desreumaux-David Desreumaux - 02-03-21.jpg

(Photo : David Desreumaux)

JULES & LE VO - mars 02 2021 - LA LUCIOLE MERY- DSCF3816 - david-desreumaux-David Desreumaux - 02-03-21.jpgJules et le Vilain Orchestra (photo à gauche : David Desreumaux) est un « groupe » que j’aime depuis près d’une décennie. La tête pensante de cette formation est le fameux Jules. Un chanteur de variété qui n’a pas la notoriété qu’il mérite. Qui n’a pas vu Jules sur scène ne peut pas comprendre. Un charisme débordant, une voix goldmanesque, un roi de la punchline, jamais dans la démagogie, le pathos ou la morale… et pourtant, la société est racontée comme personne. Un homme très pudique, mine de rien. Bizarre pour un chanteur qui n’a peur de rien en concert. Bref, Nos vrais visages vient de sortir et c’est de la bombe.

Voici la 4e mandorisation de Jules, après la première en 2013, la seconde en 2016 et la troisième en 2019. Elle s’est tenue le 4 mai dernier chez lui, dans le Val d’Oise…

Le site officiel.

La page Facebook officielle.

Le nouvel album de Jules et le Vilain Orchestra est disponible UNIQUEMENT en commande sur : nosvraisvisages@gmail.com

JULES & LE VO - mars 02 2021 - LA LUCIOLE MERY- DSCF3830 - david-desreumaux-David Desreumaux - 02-03-21.jpg

(Photo : David Desreumaux)

201295652_10159238153438674_7117247957160611085_n.jpgL’album par Jules :

Jules et le Vilain Orchestra reviennent avec un 5ème album Nos vrais visages.

Album enregistré dans la tempête d’une année 2020 déconfite, on y retrouve 14 portraits de celles et ceux qui se fondent dans la masse, qui ne cherchent ni buzz, ni quart d’heure de gloire déjà obsolète. Ces autres qui fuient la violence des caméras et le dictat de la perche à selfie.

Jules et ses vilains racontent ces vies qui n’ont pas besoin que la lumière s’allume pour sourire.

Tant d’existences précieuses, de trèfles à 3 feuilles qui rejoindront les habitués de la maison comme « Tony » « Thérèse » et « Roméo ». On retrouve la folle variété alternative et la plume incisive, émouvante, jubilatoire de Jules d’avant le drame. 

Hommages donc à celles et ceux qui font, non pas ce que notre monde parait, mais ce qu’il est.

Distribution du disque :photo Francois.jpg

Yvan Descamps : Batterie

Sébastien Leonet : Basse

Pascal Lajoye : Guitare

Alexis Marechal : Guitare

Mathieu Debordes : Claviers

Jules : Guitare/Chant

Vincent Thermidor : Régie générale

JULES & LE VO - mars 02 2021 - LA LUCIOLE MERY- DSCF3632 - david-desreumaux-David Desreumaux - 02-03-21.jpg

(Photo : David Desreumaux)

181634144_10159142020083674_3444322880710540446_n.jpgInterview :

Tu racontes dans une chanson l’histoire de Géraldine, une femme qui est dans une guérite à un péage. Il y a un message fort…

C’est une situation assez symbolique du manque de rapport humain total. C’est un échange de service qui fait figure de machine. Ça me bouleverse parce que c’est l’archétype d’une vie sans humanité. Le fait d’être enfermé et de voir toute la journée des gens partir, c’est incroyable comme situation. Il y a aussi le paradoxe de voir autant de gens en étant seule. Quand je croise une Géraldine, je me demande ce qu’est sa vie après, le soir, en rentrant chez elle. Qu’est-ce qu’elle peut bien raconter à son mari et à ses enfants ? Je me suis mis à sa place en me disant qu’elle devait s’imaginer nous.

Dans « Le filtre », tu expliques que nous sommes tous obligés de faire semblant dans la vie.

J’aurais aimé être une journée un Kersauson ou un Lino Ventura dans un film d’Audiard et dire à certaines personnes « qu’est-ce que tu me fais chier ? » Ce doit être jubilatoire. Moi, je ne peux pas. Je suis soit trop bien élevé, soit trop bienveillant, soit pas assez bien gaulé (rires). Dans la chanson, je dis que ça ne sert à rien de dire à un con qu’il est con, mais dans la réalité, paradoxalement, je le dis de plus en plus. Je préfère avoir des remords que des regrets.

Clip officiel de "Le trèfle à trois feuilles".

120532284_3077037432419339_4122967785774804531_n.jpgJe trouve cet album plus sensible et un chouia moins corrosif que les précédents ? As-tu l’impression d’avoir radouci avec l’âge.

J’ai l’impression d’être plus calme, plus réfléchi. Aujourd’hui, je suis plus serein, mais ça ne m’empêche pas de dire des choses dans mes chansons…

En écoutant « Doucement », la chanson dédiée à ta fille, j’en ai eu presque les larmes aux yeux. Notamment grâce à cette phrase : « Chez toi n’est plus chez moi ».

Et chez elle, ça ne sera jamais chez moi. Bref, il n’y aura plus de chez nous. Ma fille a 15 ans, elle n’est pas encore en ménage et elle n’est pas encore partie de la maison, mais je sais qu’un jour, ça va arriver. J’ai tenu tout de même à ce qu’il n’y ait pas de pathos dans cette chanson.

Je peux demander à ta fille, Prune, ce qu’elle a pensé de ta chanson ?

Oui. (Il part la chercher dans sa chambre).

Qu’as-tu pensé de « Doucement » ?

La première fois que je l’ai entendue, c’était dans un concert de papa. Je ne savais pas que cette chanson existait. Mon père a commencé à raconter dans une intro : « oui, je ne croyais plus au véritable coup de foudre, bla bla bla »… moi, je pensais qu’il allait faire le lover en interprétant « Friandises ». Mais à un moment, il a dit : « jusqu’au jour où est née une certaine petite prune »… du coup, j’ai compris dès les deux premières phrases très significatives que ça parlait de moi et je n’ai pas arrêté de pleurer. Dans cette chanson, il ne m’a mis aucune pression. Ce n’était pas : « ne pars pas du domicile », mais plutôt, « je sens que ça avance positivement petit à petit ».  Je sais que quand je partirai, mon père sera fier de moi. Aujourd’hui, je peux écouter cette chanson sans pleurer, mais il m’a fallu du temps.

96427654_10219789283076109_1893457223162527744_n.jpg

Jules et ses enfants, Prune et Nino.

Jules, ça fait du bien d’écrire ce genre de chanson ?

Je ne sais pas trop, mais en tout cas, c’est une des rares chansons que j’ai du mal à chanter sur scène. Une fois que l’auteur compositeur a fait son boulot, je ne pense plus qu’à interpréter la chanson. La création et l’interprétation sont deux identités très distinctes. J’ai l’impression que le public attend l’interprète. L’auteur compositeur, il n’en a rien à faire. Ma personne civile est beaucoup moins intéressante que le chanteur que je suis. Sur scène, j’ai besoin d’expirer ce que j’ai inspiré.

« Tu m’agaces » est une chanson sur ton fils, Nino, que tu chantes avec lui. Tu ne voulais pas qu’un de tes enfants soit jaloux ?

Ce n’est pas tout à fait ça. Je n’avais jamais écrit sur mes enfants. Je voulais faire un duo avec mon fils car c’est un chanteur incroyable. Cette chanson est une chanson d’amour ultime. Le summum de l’amour, c’est quand il devient viscéral et violent, dans le joli sens du terme.

Dans « Friandises », tu affirmes qu’il faut être un escroc en tragédie pour écrire des chansons d’amour magnifiques.

J’ai la malchance, dans mon métier, d’être hyper heureux en amour et comme tous les chanteurs de mon espèce, on aurait aimé écrire des « Ne me quitte pas ». A un moment donné, je me suis demandé pourquoi je n’arrivais pas à écrire ce genre de chanson. Je pense que c’est parce que je n’ai pas assez souffert en amour. En effet, je suis avec ma femme depuis que j’ai 18 ans et ça va très bien. Le bonheur, ce n’est pas vendeur. « Le bonheur rime avec ennui ».

Dans « Putain », tu évoques un type pas très beau que l’on ne remarque pas.

Il y a un thème assez récurrent dans mes chansons : la sélection naturelle. La beauté intérieure c’est gentil, mais le premier rapport que tu as avec quelqu’un, c’est avec son faciès. Tu vois la beauté intérieure quand la beauté extérieure te plait un minimum. C’est une injustice primaire qui me bouleverse. C’est intéressant de se mettre dans la peau de quelqu’un. C’est l’essence même de notre travail et de notre art.

84730097_2475057642617324_6238128169929408512_n.jpg

(Photo: Dominique Chauvin)

« Johnny Canaille », c’est la caricature des gens qui imitent Johnny Hallyday, Dick Rivers, Eddy Mitchell… tu as de l’empathie pour ces gens-là ou de la pitié ?

Aucune pitié. J’ai surtout de la sympathie. La sympathie c’est quand tu partages l’émotion de l’autre. Après, comme tous les jobs, il y en a qui font ça avec le cœur et d’autres par opportunisme. Ceux que j’ai croisés le faisaient avec le cœur. J’ai une admiration sans borne pour ces gens qui viennent juste par amour de la musique, pour faire danser les gens ou pour leur faire passer un bon moment. Le rôle d’un artiste c’est de faire oublier les problèmes aux gens le temps d’un concert. Le « Johnny Canaille » de ma chanson donne sa vie, qu’il soit dans un camping de Palavas-les-Flots ou au Zénith. Au Zénith, il ne ferait pas plus. C’est un mec amoureux de son métier et il fait du bien aux gens.

Dans « Issu », tu dis que les frontières n’ont aucune raison d’être.

Les frontières, les religions, les nationalités… Je m’engueule souvent avec des copains et avec mon fils parce que je suis issu d’une famille et d’une école un peu anarchiste, mais tout ceci me perturbe beaucoup. Je ne suis pas un chanteur engagé parce que je n’ai pas la prétention d’avoir le savoir et la connaissance pour donner mon avis sur tout. Mais ce qui me fait peur c’est le clanisme, alors je tente d’écrire des chansons évocatrices de cela.

« Mon ainsi soit-il » me fait penser à la chanson de Souchon, « Et si en plus y a personne ». Est-ce une chanson anti religion ?

Pas du tout anti. Si la religion fait du bien aux gens, grand bien leur fasse. Maintenant, que cela devienne des lois, je ne suis pas d’accord. Nous nous sommes battus pour séparer l’état et l’église, il serait bon que cela reprenne le dessus. Que l’on soit bien clair, ceci est valable quel que soit les religions. Il n’y en a pas de plus respectables que d’autres. Moi, je crois en l’Homme et en la nature. Je suis un athée convaincu. Si Dieu existe, j’espère que c’est léger et que ce n’est pas se fouetter avec des orties fraîches. Pour moi, tu es asservi dès que tu te mets à pratiquer, mais c’est juste mon point de vue.

« Mon ainsi soit-il » est la chanson la plus rock de l’album.

Musicalement, du coup, j’ai hésité à la mettre pour la cohérence de l’album.

Dans « La libre antenne », tu dénonces les radios qui naviguent « entre populisme et populaire »…

Je ne suis pas sûr que cela serve le média de mettre un micro au Café des Sports. Dans un café, tu peux contrargumenter. Donner la parole aux auditeurs, c’est risqué. Donner la parole sur l’Islam… ça fait plaisir à une frange de la population qui n’attend que ça pour nourrir sa haine. Il est où l’esprit Canal sur CNews ? Avant Canal, c’était de Caunes et Les Nuls, aujourd’hui c’est Éric Zemmour et Pascal Praud.

A qui t’adresses-tu dans « Nous nous attendions » ?

Peu importe. C’est peut-être au public, à une fille, aux copains ou à un chien. C’est très universel. Nous, quand on s’est vus la première fois dans ton bureau, ça a bien matché. C’est une espèce d’évidence. Quand on apprécie quelqu’un, humain ou animal, directement, c’est un moment magique et précieux.

"Quand tu rougis" en live. 

Dans « Quand tu rougis », tu parles de la femme que tu aimes.

Ce n’est pas sur ma femme qui s’appelle Julie et que j’aime de tout mon amour. Je m’appuie sur elle pour écrire des chansons et vivre ma vie. C’est mon socle, mais ce n’est pas une femme qui rougit forcément. Par contre, j’aime ça chez les gens. Je veux universaliser ça.

Quand tu écris des chansons, comment es-tu ?

Imbuvable. Quand tu écris, tu ne penses qu’a ta petite gueule et tu te regardes le nombril. Quand ma femme, une formidable institutrice, me parle de sa journée, j’ai honte, mais je l’écoute à moitié. Elle le sait très bien et me dit : « finis ta chanson, je t’expliquerai après ». Elle m’accepte comme ça.

Tu es quelqu’un qui doute ?

Le seul moment où je ne doute pas, c’est sur scène. Pendant une heure et demi, je ne doute pas. J’expose mes choix. Pour écrire une chanson, effectivement, il faut douter, poser des questions, sur les rapports avec les gens… la scène c’est ma vie. C’est là où je suis le plus fort du monde. Il n’y a pas plus fort que moi sur scène, j’en suis persuadé.

181621050_10159142020118674_6472610987908251956_n.jpg

Après l'interview le 4 mars 2021.