Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 novembre 2015

Ingrid Desjours : interview pour Les fauves

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor« Depuis 1954 et la toute première enquête de Nestor Burma dans Les Nouveaux Mystères de Paris de Léo Malet, les éditions Robert Laffont proposent au plus grand nombre polars et thrillers, français et étrangers. C’est avec cet héritage chevillé au corps que nous lançons en octobre la collection « La Bête noire ».
Des intrigues fortes et originales, une littérature populaire de qualité destinée tant aux inconditionnels qu’à la nouvelle génération, une maison et des auteurs en relation directe avec leurs lecteurs. La Bête noire traquera ces derniers sur tous les territoires du polar : enquêtes âpres, thrillers abrasifs, suspenses éreintants, true-crimes glaçants, la bête grondera d’un constant désir d’adrénaline. Rassurez-vous, elle sera certes vorace, mais nous ne la nourrirons que d’une dizaine de titres par an, moitié français, moitié étrangers. La qualité la rassasiera plus que la quantité.La Bête noire est née, à vous de l’apprivoiser ! »

Voilà la présentation officielle de cette nouvelle collection dirigé par Glenn Tavennec. C’est le roman d’Ingrid Desjours (mandorisées , , (sous le nom de Myra Eljundir) et encore ), Les Fauves, qui lance cette collection.

Ingrid Desjours fait partie de ces auteurs de romans noirs dont je guette les sorties depuis le premier roman tant je suis admiratif de son talent. Les Fauves est un livre qui se dévore (je sais, c’est facile, mais tellement vrai). Un page turner qui fait froid dans le dos et qu’il est impossible de lâcher. La noirceur humaine, comme si vous y étiez. Le meilleur polar d’Ingrid Desjours. Sociétal et obscur comme jamais. Impressionnant!

Le 14 octobre dernier, nous avons déjeuné ensemble dans une brasserie de la capitale (micro ouvert).

4e de couverture :ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

Votre pire prédateur : Celui qui vous aura apprivoisé.
« Torturez-la ! Violez-la ! Tuez-la ! » À la tête d'une ONG luttant contre le recrutement de jeunes par l'État islamique, l'ambitieuse Haiko est devenue la cible d'une terrible fatwa.
Lorsqu'elle engage Lars comme garde du corps, le militaire tout juste revenu d'Afghanistan a un mauvais pressentiment. Sa cliente lui a-t-elle dit l'entière vérité sur ses activités ? Serait-ce la mission de trop pour cet ancien otage des talibans ?
Dans cet univers où règnent paranoïa et faux-semblants, Haiko et Lars se fascinent et se défient tels deux fauves prêts à se sauter à la gorge, sans jamais baisser leur garde.

« L'ex-profileuse est passée maitre dans la manipulation de sa proie : le cerveau du lecteur » Julie Malaure, Le Point.
« La faculté stupéfiante d'Ingrid Desjours à dépeindre les émotions humaines fait mouche à chaque fois » Marie Rogatien, Le Figaro Magazine.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorL’auteur :

Ingrid Desjours est psychocriminologue. Après avoir exercé de nombreuses années auprès de criminels sexuels en Belgique, elle décide en 2007 de se retirer en Irlande pour écrire son premier thriller. Depuis, elle se consacre entièrement à l'écriture de romans et de scénarios pour des séries télévisées. Les nombreux psychopathes qu'elle a profilés et expertisés l'inspirent aujourd'hui encore. Outre ses tableaux cliniques pertinents, l'auteur excelle dans l'art de lever le voile sur la psychologie humaine et de faire ressentir au lecteur ce que vivent ses personnages, pour le meilleur et surtout pour le pire.

Ses quatre premiers romans, Écho (2009), Potens (2010), Sa vie dans les yeux d'une poupée (2013) et Tout pour plaire (2014) ont été plébiscités tant par le public que par les libraires. Consécration : Tout pour plaire est en cours de développement pour une série TV par Arte. Elle a également animé l'écriture de Connexions, un polar interactif édité en partenariat avec l'émission « Au Field de la nuit » (TF1). Son dernier-né, Les Fauves, ouvre la nouvelle collection de polars et thrillers des éditions Robert Laffont : « La Bête noire. »

Ingrid Desjours publie également chez le même éditeur des sagas fantastiques chez Robert Laffont sous le pseudonyme de Myra Eljundir : la trilogie Kaleb ainsi que Après nous, dont le premier tome paraîtra en mai 2016.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorInterview :

Ton 9e roman est particulier par rapport aux autres. Il est noir, certes, mais tu te diriges très nettement vers  la critique sociale et politique, dans la grande tradition du néo-polar français des années 70 et 80. Et tu pulvérises la frontière entre littérature de genre et littérature tout court.

Depuis Echo qui est sorti en 2009, j’ai écrit huit autres livres. J’ai changé, j’ai vieilli. On dit souvent qu’un livre, c’est comme un bébé. Je suis d’accord avec cette affirmation, c’est quelque chose d’organique. Ce que je crée est fonction de ce que je suis. Je n’applique pas une recette que j’utiliserais à chaque roman. Le livre dépend de moi, de mon état d’esprit, de l’évolution de mes réflexions, bonnes ou mauvaises. Il est le miroir de ce que je suis. Je ne vois pas mon écriture se figer, se scléroser dans un genre. J’ai envie de partager mes émotions et mes pensées, j’ai donc besoin de plus d’espace de parole.

L’action se situe en France peu après l’attentat contre les membres de Charlie Hebdo, le 7 ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorjanvier 2015.

Ça a été une espèce de déclic. Même avant ces évènements-là, j’étais déjà catastrophée par la montée des intégrismes et par l’apathie et l’inertie de nos dirigeants par rapport à ce problème. Quand est arrivé l’attentat de Charlie Hebdo, j’ai été très affectée et il a eu un impact très fort sur moi. Moi qui dénigre certains médias qui jouent beaucoup sur l’émotion au détriment de la véritable information, j’ai fait comme tout le monde. J’ai allumé mon poste sur une chaine d’info en continu et je n’ai pas pu lâcher l’écran de la journée, j’étais complètement hypnotisée. J’avais besoin de ce truc-là qui était horrible. Un vrai lavage de cerveau ! Avec ce livre, j’ai voulu témoigner et crier ce qui me révolte. La montée des intégrismes, la montée des haines et les épouvantails qu’agitent les politiques. Ce qu’il se passe en Europe et dans le monde me fout véritablement en l’air. Avant j’avais plus de réticences et de craintes à dévoiler ce que je pensais, peut-être par peur d’être jugée ou d’être à côté de la plaque. Mais à partir du moment où tu n’assènes pas les choses comme des vérités absolues et que tu gardes un peu d’humilité, au contraire, il faut parler, échanger.

Savais-tu, le 7 janvier, que tu allais en parler dans un livre ?

Non, ça m’est venu quelques mois après. Le livre a été écrit assez rapidement du coup. Un jour, c’est devenu une évidence, un besoin intense d’en parler.

Ton héroïne s’appelle Haiko, une jeune femingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorme, fille d'une célèbre journaliste dont le combat est d'empêcher les jeunes français de se faire laver le cerveau et de partir en Syrie faire le Djihad. Pour cela, elle a monté une association, N.e.r.F (Nos enfants resteront en France), qui a pour but de sensibiliser, agir auprès des jeunes qui commencent à se radicaliser et dans le pire des cas, contrecarrer le départ en Syrie, à la demande des parents.

Haiko est une jeune femme qui se cherche. Elle porte une culpabilité terrible et recherche la légitimité à sa vie et à son existence. Elle essaie de racheter deux fautes qu’elle estime avoir commise, cela en fait une espèce de passionaria qui pourfend les injustices et qui est de toutes les grandes causes. Elle a aussi besoin de se rassurer, alors elle utilise beaucoup les réseaux sociaux et les médias. Elle est très accro à la notoriété et à l’image d’elle qu’on lui renvoie. Comme si elle cherchait la confirmation qu’elle existe dans ce monde.

Elle est trouble.

Oui, d’un côté, elle fait des choses très positives, parce qu’elle défend des gamins et d’un autre côté, on sent bien qu’il n’y a pas que ça. 

Tant et si bien que l’on se demande si c’est une sainte ou une diablesse.

J’aime bien pointer du doigt nos filtres, nos préjugés et nos interprétations. On confond souvent analyse et interprétation. Moi, je fais en sorte que les lecteurs interprètent. Je ne mens pas dans mes livres, c’est le lecteur qui se trompe lui-même. Les apparences sont souvent très trompeuses. Il faut arrêter de tout prendre pour argent comptant.

Et les réseaux sociaux n’arrangent rien.

Cela crée des embrasements spontanés complètement démentiels. Une chasse aux sorcières en chasse une autre. Les gens prennent ce qu’on leur dit sans vérifier. Ils s’emballent, jugent, s’enthousiasment, dénigrent…C’est toujours de la surréaction et de la mauvaise émotion. Je parle aussi de cela dans Les fauves.

Ton héros masculin s’appelle Lars, un ancien militaire revenu d'Afghanistan qui a de ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorlourdes séquelles psychologiques. Il a été pris en otage par des Talibans et il est en ressorti traumatisé. Depuis son retour en France, Lars est addict à l'alcool et aux amphétamines, il a suivi une formation pour devenir agent de sécurité rapprochée. Il doit surveiller Haiko.

Il est aussi la quintessence de la virilité ! Il a une force brute et beaucoup de charisme. Haiko et lui, c’est le chêne et le roseau. L’homme que l’on croit un roc a une fêlure énorme. C’est un homme extrêmement fragile, un colosse aux pieds d’argile.

Il est attachant.

Oui, parce qu’il est entier, sincère et vrai. Il doute beaucoup et se débat avec ce qu’il a. Parfois, c’est la drogue, parfois c’est Dieu, parfois ce sont ses convictions. Il sait à quel point il est atteint, entamé et il essaie de préserver le peu qui lui reste. Il s’accroche à sa dernière petite part d’humanité. C’est un pur.

Une association qui essaie d’empêcher les enfants de partir en Syrie, ça existe ?

Il y a des gens qui sont spécialisés dans la déradicalisation et qui doivent faire un travail de détricotage énorme auprès de ces jeunes. Une association qui enlève les enfants, ça n’existe pas, en tout cas, pas à ma connaissance. C’est, a priori, le fruit de mon imagination.

Tu t’appuies sur des faits véridiques et pimentes le récit en ajoutant des articles et des témoignages sortis dans la presse ou disponibles sur internet. Tu as beaucoup enquêté ?

Je voulais avoir une vision la plus exhaustive possible. Je ne suis ni experte en géopolitique, ni en théologie, ni en profil de djihadiste, alors j’ai beaucoup cherché sur internet. J’ai été en contact avec un recruteur, j’ai lu des témoignages de familles d’ado qui sont partis et qui ont pu revenir, je me suis retrouvée sur le darknet et j’ai vu des discours et la propagande des Djihadistes… avec tout ça, j’ai essayé d’être plus dans l’analyse que dans l’interprétation. Je n’étais pas en très bonne compagnie ces derniers mois, je suis contente de revenir à la vie.

Tu ne t’es pas demandé si ce livre pouvait être dangereux pour toi ?

Je me suis dit que ce livre pourrait être mal interprété. On comprend ce que l’on est capable de comprendre. Il faut raison garder, c’est juste un roman et un témoignage parmi d’autres. Si on commence à ne plus rien dire parce qu’on a peur, on est déjà dans une dictature alors. M’autocensurer serait malhonnête.

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorQu’est-ce qui a été le plus difficile pour écrire ce roman ?

Sans conteste de donner la parole à tout le monde avec les vrais et bons arguments de chaque partie concernée. L’idée n’était pas de faire un procès à charge, mais d’essayer de comprendre les motivations des gens qui pouvaient être attirés par le djihad. On critique leur modèle social et leurs aspirations, mais posons-nous les bonnes questions : comment a-t-on pu générer cette envie-là chez la jeunesse ? Et nous, quel modèle de société propose-t-on ? On est déjà dans la chute de l’Empire romain là, une chute et une fin de civilisation qui n’est pas très reluisante. On propose aux jeunes un monde matérialiste, un monde sans croyance, sans valeur, un monde où personne n’a sa place. L’être humain a fondamentalement besoin de beauté, besoin de croire, besoin d’une forme de spiritualité et nous avons complètement négligé cette transmission-là. Finalement, comment ne pas être attiré par un mode de pensée morbide. Beaucoup d’islamistes vénèrent la mort. La mort est l’aboutissement final. On n’a pas assez ancrés les jeunes dans la vie, ils en viennent à souhaiter la mort. C’est quand même terrible.

Est-ce que la préparation et l’écriture de ce roman t’ont épuisé ?

L’écriture a plutôt été libératrice. Ce sont mes recherches qui ont eu des conséquences sur mon moral. Je ne suis déjà pas une grande optimiste et je n’ai pas une foi en l’humanité énorme, mais quand j’ai lu ce que j’ai lu et vu ce que j’ai vu, ça ne s’est pas arrangé. L’humain me désespère et m’horrifie. Au nom de la folie d’une poignée d’hommes, on tue, on torture, on massacre. Je ne sais pas où va ce monde…

Self défense avec Ingrid Desjours. Comment vous défendre quand un agresseur vous menace avec un couteau ?

Dernière réflexion sur Les fauves, plus anecdotique celle-ci. J’aime beaucoup le personnage qui enquête. Un certain capitaine François Alquier.

Ça m’a beaucoup amusé de te piquer ton nom et même de mettre un peu de toi dans mon personnage. Je me suis marrée à en faire un technophobe, un mec qui prend ses notes sur un petit calepin, qui n’est pas du tout branché réseaux sociaux, ordinateur… J’hurlais de rire en écrivant derrière mon ordi de te décrire ainsi. J’en ai fait aussi un amateur de photos. Le capitaine François Alquier mène tous ses interrogatoires avec des photos. Plus sérieusement, ce n’est pas rien, parce que le nom que je choisis pour un personnage va avoir une incidence sur sa personnalité.

Changeons de sujet, parlons de la déclinaison de ton roman Tout pour plaire en feuilleton ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandorpour Arte.

Je viens de signer un contrat avec Arte série qui m’a demandé de développer mon roman en une mini-série de trois épisodes de 52 minutes. Je suis coscénariste avec Florent Meyer. Ensemble nous remanions le texte original, c’est donc une libre adaptation. Nous nous réservons même le droit d’une fin différente. Le producteur Stéphane Strano, de Delante TV, croit en moi et me soutient depuis le début. Je suis très heureuse que l’on me fasse confiance à ce point. J’ai juste peur de ne pas être à la hauteur, mais il paraît que c’est normal. 

ingrid desjours,les fauves,la bête noire,interview,mandor

Le 14 octobre 2015, après l'entretien.

Pour finir, voilà ce qu'en pense l'excellent David Medioni pour Les déblogueurs TV.

22 décembre 2014

Ingrid Desjours (et un peu Myra Eljundir) : interview pour Tout pour plaire

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Tout pour plaire, le nouveau livre d’Ingrid Desjours est un magistral thriller psychologique, avec une intrigue à couper le souffle. Elle nous décrit un monde où règne la noirceur humaine. La nouvelle reine du roman noir ne nous épargne pas un instant. Perversité, manipulation, calcul, vengeance, sont les maîtres mots qui animent tous ses personnages. On se demande constamment qui veut le bien ou le mal, qui est honnête et qui ment. Au programme : victimes consentantes, pervers narcissiques ou frappadingues de l'amour vache. Je me suis rarement autant fait balader.

C’est la troisième fois que je mandorise Ingrid Desjours (voir la première et la seconde). Et puis aussi, quand elle n’avait pas encore avoué qu’elle était la fameuse Myra Eljundir. Elle m’avait réservé l’exclusivité de sa première interview…

Ingrid Desjours est venue à l’agence le 11 décembre dernier pour évoquer ce très grand roman noir qu’il est impossible de lâcher. Tout pour plaire devrait en toute logique devenir un standard de ce genre littéraire.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview4e de couverture :

Rien n'est plus suspect qu'une personne qui a tout pour plaire.

Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture. Depuis longtemps déjà, votre couple dérange. Parce qu'une belle et brillante jeune femme n'a pas pu renoncer à tout pour se consacrer à son riche mari comme ça, sans être influencée. Ou vénale.
Parce qu'un séducteur avide de pouvoir n'a pu obtenir la totale dévotion de son épouse que par la tyrannie et la manipulation. Comme tous les pervers narcissiques.
Oui les ragots vont bon train.
Alors quand s'installe chez vous un deuxième homme, aussi attirant que sulfureux, les esprits s'échauffent davantage. Et la disparition pour le moins suspecte de sa femme n'arrange rien.
Bien au contraire.
Pour vos voisins sont désormais réunis tous les ingrédients d'un drame conjugal qui pourrait bien vous mener à la mort. Vous aurez été prévenus.
Voilà, vous y êtes. Arrivés au point de rupture...

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

L’auteur :ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Ingrid Desjours est psychocriminologue. Après avoir exercé de nombreuses années auprès de criminels sexuels en Belgique, elle décide en 2007 de se retirer en Irlande pour écrire son premier thriller. Depuis, elle se consacre entièrement à l'écriture de romans et de scénarios pour des séries télévisées. Les nombreux psychopathes qu'elle a profilés et expertisés l'inspirent aujourd'hui encore. Outre ses tableaux cliniques pertinents, l'auteur excelle dans l'art de lever le voile sur la psychologie humaine et de faire ressentir au lecteur ce que vivent ses personnages, pour le meilleur et surtout pour le pire?
Ses trois premiers romans, Écho (Plon, 2009), Potens (Plon, 2010) et Sa vie dans les yeux d'une poupée (Plon, 2013) ont été très remarqués et plébiscités, tant par le public que par la presse et les libraires. Elle a également animé l'écriture de Connexions, un polar interactif édité en partenariat avec l'émission « Au Field de la nuit » (TF1). Son dernier-né, Tout pour plaire, a été pensé et conçu comme une série télévisée. Ingrid Desjours vit actuellement à Paris. Très engagée dans la défense de la cause animale, ses autres passions dévorantes sont le krav maga et le piano.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewInterview :

Depuis ton précédent roman Sa vie dans les yeux d’une poupée et celui-ci, Tout pour plaire, n’as-tu pas l’impression que ta carrière littéraire commence à prendre une belle tournure ?

Je ne m’en rends pas bien compte. Je suis toujours à fond dans le livre suivant. Je ne prends pas trop le temps de réaliser ce qui m’arrive et je ne me rends pas compte de ce qu’il se passe autour de moi. Tout est abstrait parce que, quand j’écris, je suis complètement ermite.

Lorsque tu fais des salons, cela te sort de ta bulle, non ?

Oui, ça me fait du bien de voir des gens, de les écouter, de leur parler… mais parfois, ils t’aspirent complètement. C’est extrêmement fatiguant parce que beaucoup ont une attente, notamment celle de leur donner ce que tu leur as déjà donné dans le bouquin. Et puis, certains lecteurs ont le sentiment de te connaître. Moi, je ne les connais pas, donc c’est un rapport très déséquilibré. Si j’adore ces rencontres, elles me laissent lessivée.

Je ne comprends pas. Aimes-tu participer à un salon du livre, alors ?ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

J’aime et je n’aime pas à la fois. Le problème c’est que plus ça va, moins j’aime parler. En fait, ce que j’ai à dire, je l’écris. Pour le reste, j’estime que ce n’est pas super intéressant, ni très important. Je ne vois pas en quoi ce que je pense passionnerait les gens. Et puis en bonne écrivain caricaturale, c’est-à-dire solitaire, j’ai besoin d’une grande plage de calme.

Depuis notre première rencontre en 2010, tu as écrit trois autres thrillers et les trois romans signés Myra Eljundir… ça commence à faire pas mal !

Je me suis fait traiter de graphomane par Mazarine Pingeot à Brive (rires).

Y a-t-il une différence d’écriture quand tu es Ingrid ou quand tu es Myra ?

Je passe de l’une à l’autre de manière très naturelle. Je ne change pas ma façon d’écrire. Même quand je suis Myra qui écrit pour les ados, je ne fais aucun compromis, ni n’édulcore quoi que ce soit.

Et ça marche de ne pas prendre les jeunes pour des cons ! Ta trilogie Kaleb a cartonné.

Oui… et on m’a dit que ça continuait à pas mal se vendre.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Tu vas poursuivre l’œuvre de Myra Eljundir ?ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Oui. Je sors d’abord un prochain thriller d’Ingrid en mai 2015… je vais donc officiellement décéder (rires) et en octobre, j’enchaîne sur le premier tome de la prochaine trilogie de Myra.

As-tu déjà tes nouvelles histoires en tête ?

Pour le thriller oui, il sort dans peu de temps, mais pour Myra, grosso modo.

Tu dis Ingrid et Myra quand tu te cites… ne deviens-tu pas un peu schizophrène ?

J’ai plus un syndrome de personnalité multiple (sourire). J’écris aussi dans un journal féminin, Question de de femmes, sous le nom d’Astrid Leviateur. J’y fais le psycho test et les papiers psycho-sociaux.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewTu m’as permis de t’interviewer en exclusivité quand personne ne savait que tu étais Myra Eljundir. Peu de temps après, tu as dévoilé ton identité. Le regrettes-tu ?

Au départ, quand j’ai créé Myra Eljundir, c’était pour ne jamais avouer qui était derrière. Nous avions des clauses de confidentialité. Les gens qui m’interviewaient signaient des papiers jurant que jamais ils ne diraient qui j’étais. Mais quelqu’un à commencer à dire que Myra était une auteure française de thriller, alors des gens se sont amusés à chercher avec beaucoup de sérieux qui était cette intrigante auteure. La photo que tu avais faite de moi de dos pour ta chronique a été pas mal reprise et comme j’avais un chapeau, beaucoup ont pensé que c’était Amélie Nothomb. D’autres ont pensé que c’était Maxime Chattam. Moi, ça m’amusait énormément jusqu’au moment où mon nom est arrivée dans les possibilités. Il y a des jeunes lecteurs de Kaleb qui ont fait un vrai travail d’enquêteur. Ils sont allés jusqu’à comparer les interviews, les silhouettes des photos et ils ont fini par être convaincu que c’était moi. Plus ça allait, plus mon nom revenait avec insistance. A un moment donné, cela devenait ridicule de nier.

C’est au salon international du livre au format de poche de Saint Maur que tu as révélé officiellement ton identité.

Je flippais parce que je me suis dit qu’au final les gens allaient être déçus que ce ne soit que moi. Certains journalistes en avaient rajouté des caisses en prétendant que j’étais un super auteur très connu.

Le mystère se lève sur Myra Eljundir à Saint-Maur en poche (juin 2014).

Tu es donc désormais exposée deux fois. Te connaissant, ça ne doit pas te plaire desingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview masses.

J’ai un gros problème avec le fait de m’exposer. Je suis tellement consciente à quel point on peut être vulnérable et à quel point ça te peint une grosse cible sur le front physiquement et moralement. Plus tu es exposé, plus tu es la proie d’adoration disproportionnée et étouffante ou au contraire de détestation qui peut aller jusqu’au harcèlement. J’en ai déjà fait les frais.

Tu es désormais chez Robert Laffont, c’est un changement conséquent pour toi ?

Ça change absolument tout pour moi. Que les choses soient claires, je suis très reconnaissante à Plon et à mon éditeur de l’époque de m’avoir découverte et de m’avoir donné ma chance. On a juste atteint la limite de notre relation. J’ai vite compris que Plon n’avait pas vocation à faire du thriller et que moi je n’avais pas vocation à rester chez eux. Cela étant dit, aller chez Robert Laffont est un changement radical et positif. J’ai fait une vraie rencontre humaine et professionnelle avec mon nouvel éditeur, Glenn Tavenec. J’ai commencé a travaillé avec lui sur Kaleb et maintenant je travaille avec lui sur les thrillers. Il est bosseur, sérieux et intègre. Il dit ce qu’il fait et fait ce qu’il dit. Il met la main dans le cambouis avec moi si le besoin s’en fait sentir. Il est là à chaque étape de la création du livre. Je me sens hyper soutenue par lui et par toute l’équipe de la maison.

Revenons à Tout pour plaire, je peux te dire que tu m’as baladé du début à la fin.

Intellectuellement, ce roman a été monstrueux à écrire. A chaque chapitre, il y a des retournements. Il fallait que je tienne le rythme sur 520 pages.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewTout pour plaire, à l’origine, était un projet de série télé.

J’ai donc eu des problèmes de structures parce qu’un scénario n’est pas un roman. On ne raconte pas les choses de la même façon. En plus, je me suis donnée comme contrainte supplémentaire de ne pas mentir.

C’est-à-dire ?

Je ne raconte que la réalité. Par exemple, mon héroïne Déborah, à un moment donné, dit à son mari qu’elle est enceinte, alors qu’en fait, elle ment. Elle dit ça pour obtenir quelque chose. J’aurais pu faire croire aux lecteurs qu’elle était enceinte et, après coup, faire comprendre qu’elle ne l’était pas. Je montre aux lecteurs qu’elle ment, donc, je dis la vérité. Je veux qu’ils voient les personnages tels qu’ils sont réellement. Je ne veux pas prendre le lecteur pour un con. Je lui montre tout.

J’ai lu quelque part que ton roman était un « thriller domestique ». C’est une appellation que  je ne connaissais pas.

C’est du suspens de foyer. Ce sont des livres où les intrigues sont placées chez monsieur et madame tout le monde. On met des personnes normales dans un contexte anormal. C’est une manière de faire en sorte que le lecteur se sente concerné et qu’il se dise que la situation aurait pu lui arriver.

Avant de lire Tout pour plaire, j’avais compris que cela évoquait un pervers narcissique.ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview Or, à sa lecture, j’ai l’impression qu’il y en a plusieurs dans ton roman.

Ils ne sont pas tous pervers narcissiques, mais ils ont tous un pet au casque. Sur la dénomination de « pervers narcissique », il n’y a réellement qu’une personne concernée. Le terme « pervers narcissique » date des années 90. Il a été créé pour expliquer une forme de perversion.

La perversion, c’est quoi ?

C’est pervertir une relation à l’autre, instrumentaliser l’autre pour se servir soi. En gros, l’autre n’est plus un sujet, mais un objet. Le pervers narcissique détourne et corrompt la relation pour sauvegarder son narcissisme. Il a besoin de se valoriser en dévalorisant l’autre. C’est une façon pour lui de ne pas retourner son agressivité contre lui-même. Il va donc utiliser quelqu’un d’autre, une espèce de bouc-émissaire qui va devenir une décharge publique de toute la merde qu’il a dans la tête. Il va l’utiliser pour se sentir mieux, se conforter, avoir un petit pouvoir.

Ce sont souvent des gens dont on ne peut pas s’imaginer qu’ils sont pourris à l’intérieur.

Ce sont de grands séducteurs, des personnes qui maîtrisent parfaitement tous les rouages de la psychologie humaine et de la séduction. Ils savent toujours quoi te dire et comment souffler le chaud et le froid. Ce sont souvent des personnes charmantes. Pire encore, parfois, ce sont des personnes qui se font passer pour des victimes.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interviewY a-t-il de plus en plus de pervers narcissiques ?

A chaque époque, on a notre bouc-émissaire, notre coupable désigné. En ce moment, c’est le pervers narcissique notre ennemi intime. Avec lui, on se pose de nombreuses questions. Et si le danger venait de l’intérieur ? Est-ce que je peux faire confiance ? Où est mon individualité dans l’histoire ? Ne me fais-je pas manipuler ? Je trouve que finalement, c’est à l’image de la façon dont on fonctionne dans notre société. On se met toujours en scène sur Facebook ou Twitter, nous parlons avec le monde entier, nous offrons notre vie en pâture à la planète entière. Où sont les limites et qu’est-ce qui protège le moi ? Je pense que l’on parle de plus en plus des pervers narcissiques est révélateur de cette crainte d’être dévoré par tout le monde.

En croises-tu beaucoup et les reconnais-tu facilement ?

Oui, je les reconnais et pour autant, ça ne m’empêche pas de me faire avoir. C’est ça qui est terrible. Cela m’est arrivé d’identifier une personne comme potentiellement problématique, d’y aller à l’affect et de laisser une relation malsaine s’installer. Mais, j’ai les outils pour les sortir de ma vie définitivement, si besoin. Je ne suis pas psy au quotidien et je reste un être humain avec des périodes où je suis plus fragile qu’à d’autres. On est tous vulnérables.

Pourquoi écris-tu des livres qui montrent la face laide des gens ?

J’écris ce que je vois, ce que je connais, ce que je ressens. Ce qui est commun à tous mes livres, c’est que l’on va au-delà des apparences. Il y a les apparences et il y a la vraie nature des gens… et elle n’est pas toujours très jolie jolie à voir.

ingrid desjours,myra eljundir,tout pour plaire,kaleb,interview

Après l'interview, le 11 décembre 2014.

15 juin 2013

Ingrid Desjours : interview pour Sa vie dans les yeux d'une poupée

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

Dans le nouveau polar d’Ingrid Desjours, Sa vie dans les yeux d'une poupée (Plon), se pose, en filigrane, la question du rapport au corps accidenté, du deuil, ou encore des conséquences psychologiques d'un grave traumatisme, jusqu'à la folie parfois. Vous ne ressortirez pas indemne de ce thriller psychologique unique.

Ingrid Desjours est passée me voir le 6 mai dernier. Voici donc la deuxième mandorisation (voir la première ici) de cette auteure qui n’a ni la langue, ni la plume dans sa poche.

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor4e de couverture :

Barbara, vingt-quatre ans, a tout oublié de l'horreur qu'elle a vécue, ce soir d'hiver dans un parc désert. Pourtant, de cette incursion au cœur de la douleur et de l’épouvante, elle n'est pas revenue seule : elle a ramené avec elle une vision, une hallucination tenace, entrevue à travers les lambeaux de son cauchemar. Une image avec qui la jeune femme vit. Hantée, obsédée. Et habitée par une soif inextinguible de vengeance dont la poupée qu’elle vient de s’offrir se fait le relais. C'est comme ça que la douce Barbara se laisse progressivement posséder par un double maléfique. Et commet en son nom les pires atrocités. Sur ses traces, Marc Percolès, flic provocateur et omniscient, au corps et au cœur plus couturés que Frankenstein. Il est le premier à faire le lien entre la petite esthéticienne sans histoire et le monstre qui torture des hommes, la nuit tombée. Prêt à tout pour la coincer, il n'hésitera pas à sortir du cadre légal pour arrêter l'escalade de violence. Mais, en cours d'enquête, il comprendra que Barbara ne tient pas forcément les rênes de sa folie, et que d'autres personnes de son entourage ont tout intérêt à ce qu'elle continue. Et que, elle aussi, il devra la sauver.

L’auteure : ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

Née en 1976, Ingrid Desjours est psychologue spécialisée en psycho-criminologie. Après avoir pratiqué en Belgique auprès de criminels sexuels, elle se consacre aujourd’hui à l’écriture romanesque et scénaristique. Elle a déjà publié Echo et Potens (Plon, 2009 et 2010) remarqués et plébiscités par la presse et le public. Elle a animé l’écriture de Connexions, un polar interactif édité en partenariat avec l’émission Au Field de la nuit (TFI).

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandorInterview :

Ton livre commence avec une scène de viol très réaliste.

C’est la scène fondamentale constructrice de ce qui va se passer par la suite et à la fois destructrice. Je ne pouvais pas concevoir un viol autrement que dans la violence. C’est marrant parce que je ne m’attendais pas à ce que les gens réagissent autant sur cette scène. Et c’est surtout les hommes qui sont surpris, choqués pour certains d’entre eux. Dans une scène d’amour, j’aime bien ménager la pudeur de mes personnages. Dans ce cas là, je préfère suggérer parce que c’est quelque chose de beau et on a tous nos références en termes de sensualité et d’amour. Là c’est facile de laisser l’imagination du lecteur faire son travail. Pour cette scène de viol, je ne voulais pas qu’il y ait d’esquive et d’ambigüité possible. Je déplore que dans certains films elles soient un peu érotisées, ce qui fait que l’on arrive à des scènes qui peuvent devenir esthétiques, voire excitantes. Moi, je ne voulais surtout pas ça. Je voulais montrer l’horreur de ce qu’une femme subit dans ces moments-là et décrire tout ce qui peut monter dans la tête d’une femme qui se fait violer, ce à quoi elle va s’accrocher…

Ton héroïne, Barbara, qui a été victime de ce viol, met un voile sur cette partie là de sa vie.

Ça montre bien qu’après des agressions, qu’elles aient eues lieu dans l’enfance ou à l’âge adulte, c’est important de pouvoir mettre des mots dessus. Petite, déjà, Barbara n’a pu mettre de mots dessus quand son beau-père l’a violé. Quelque part, elle était dans le déni. Elle n’a pas de petit ami, elle est « pure », elle sait que passer en pleine nuit dans un parc, pour une femme seule, ce n’est pas le meilleur truc à faire. Quelque part, elle est dans une répétition de schéma. Je ne dis pas qu’elle recherchait à se faire de nouveau violer, mais elle s’est mise en danger. Elle est dans la peau de victime depuis toujours. Elle se vit victime depuis toujours justement parce qu’il y a eu ce déni. Ce livre met beaucoup l’accent sur l’importance de dire les choses, de les nommer. Plus tard, finalement, ce qui va lui permettre de croire en une rédemption possible, et de lui faire accéder à une part de beau, c’est la façon dont un homme va la nommer. Un détail qui révolutionne tout dans sa tête.

Pour tous les personnages de ton roman, Barbara, Marc, le flic et la maman de Barbara, on se demande constamment s’ils sont victimes ou tortionnaires.

La mère, par exemple, elle est les deux. Se sentir victime et ne pas dépasser ce statut de victime, ça autorise à plein de choses. Ça autorise à se plaindre, à faire payer les autres, à envahir les autres avec sa douleur, sa peine et son martyre. « Oui, mais moi j’ai besoin de réparation, après tout ce qui m’est arrivé… » et, finalement, la victime se transforme en bourreau. Ce n’est pas une démarche, ce n’est pas volontaire, mais pour moi, c’est la logique des choses.

Les mères dans tous tes romans sont un peu tordues… je ne te demande pas pourquoi ?ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

(Sourires. Mais pas de réponse.)

J’ai remarqué que tu ne t’interdis rien quand tu écris un livre. En tout cas, tu ne respectes pas les codes du thriller.

Déjà, je lis très peu de genre de roman, voire pas du tout. Les codes, je peux allègrement m’assoir dessus parce que je ne les connais pas. Et je n’ai pas envie d’écrire selon un canevas préétabli.

Il y a beaucoup plus de psychologie que chez bon nombre de tes confrères auteurs de thriller.

La psychologie m’a toujours fasciné, j’ai d’ailleurs fait des études assez conséquentes sur le sujet, tu le sais. Depuis que je suis gamine, j’observe les gens. Et je n’observe pas seulement ce qu’il y a de plus beau. Rassure-toi, je suis capable de m’émerveiller des belles choses, mais j’ai un gros problème dans la vie, c’est que je ne suis dupe de rien. J’ai une lucidité, comment dire…  abominablement douloureuse. Ça plus mes études plus mon expérience professionnelle, oui, ça donne des livres où la psychologie est mise en avant. Ce que j’aime, c’est gratter derrière le vernis, derrière les apparences. « Si j’arrache un morceau de ta peau, il y a quoi derrière ? » C’est ce que je me demande toujours quand je discute avec quelqu’un. Même les masques que l’on porte sont révélateurs de ce qu’on est. On ne choisit pas par hasard. Déjà, on en choisit une que l’on peut porter. Les gens ne savent pas regarder en profondeur. Ils regardent en surface.

Le flic, Marc Percolès, est désagréable, abjecte souvent, de mauvaise foi tout le temps.

Pour moi, il est extrêmement attachant. C’est un hérisson. C’est quelqu’un qui te dit merde avant de te dire oui parce que c’est sa façon à lui de se protéger. C’est un écorché vif, dans tous les sens du terme en plus. Il préfère tenir les gens à distance que d’être dans cette souffrance permanente que les autres sont susceptibles de lui apporter. Il pense que quoiqu’il advienne, on va finir par lui faire du mal. Il a du mal à croire en la nature humaine dans ce qu’elle peut avoir de beau. Donc, il envoie chier.

Barbara, elle, finit par avoir un petit copain, Raoul, qui n’est pas moins qu’un sombre connard.

Elle ne sait pas qu’elle est mignonne. Elle ne sait pas qu’elle pourrait en avoir un autre. C’est un choix de dépit. C’est un choix de noyée. En fait, elle tend la main et elle attrape celle du premier qui passe par là. Elle a quand même l’espoir qu’il la sauve. Elle a une image catastrophique des hommes, finalement, lui, l’a conforté dans l’idée qu’elle n’est rien, qu’elle est secondaire, qu’elle n’est bonne qu’à la satisfaire sexuellement ? C’est très cohérent par rapport à l’image des hommes qu’elle s’est construite petite.

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

Bon, nous allons évoquer son amour pour les poupées. C’est ce que justifie le titre de ce livre.

La poupée qui parle à Barbara, c’est plus un symbole. Histoire d’avoir une interface parlante plutôt que quelque chose qui lui vient d’on ne sait où. Je trouve que la poupée se prête tellement à toutes les projections. Il y a un côté fascinant. Depuis la sortie du livre, je découvre à quel point les poupées font flipper beaucoup de gens. À partir du moment où on quitte le monde de l’enfance, une poupée perd tout son côté charmant. Ça doit renvoyer à une part de soi qui est morte et on ne veut pas être confronté à ce qui nous renvoie à l’enfance.

Je sais que les personnages de ce livre t’ont envahi pendant l’écriture. À quel point ?

C’est une question de résonnance. Marc et Barbara étaient indissociables de ce que j’étais au moment où je l’ai écrit. J’avais envie d’être autant amoureuse que Barbara et je me sentais tellement Marc.

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandorÇa va loin.

Le personnage qui est le plus moi, c’est Marc, à l’évidence. Quand j’écrivais ce livre, j’avais des émotions « montagne russe ». Je voyais tout à travers les yeux de Marc et j’avais les espoirs de Barbara. Est-ce que ce sont eux qui m’habitaient ou est-ce moi qui les remplissais de moi à ce moment-là? Peu importe parce que dans les deux cas, ça fait boite de résonnance, ça finit par vibrer.

Tes lecteurs te disent souvent que c’est un livre dur.

J’aime bien quand on me dit ça, parce qu’au moins, ça a provoqué quelque chose.et ça ne laisse personne indifférent. Ce qu’on me dit souvent, c’est qu’après avoir refermé le livre, il faut un petit temps de réadaptation. On m’a dit que les personnages continuaient à exister quelque part.

C’est vrai que tes personnages sont très très forts.

Pour moi, ce ne sont pas des personnages, ce sont des personnes. C’est ça qui fait toute la différence. S’il y a truc que j’ai remarqué depuis que j’écris, c’est que finalement les lecteurs aiment bien avoir leur propre représentation et moi, je n’ai pas à leur imposer ma vision. Je leur donne des cartes et après, ils en font ce qu’ils veulent. Si j’imposais un physique et un personnage, ce serait déjà rentrer dans une espèce de dictature et je ne veux pas être un dictateur.

ingrid desjours,sa vie dans les yeux d'une poupée,interview,mandor

Une interview "coup de poing"!