Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 septembre 2019

Hildebrandt : interview pour îLeL

hildebrandt,îlel,mandor,interview

(Photos : Yann Orhan)

hildebrandt,îlel,mandor,interviewLe 13 septembre prochain, Hildebrandt sortira îLeL, son deuxième album, qui fait suite à Les Animals sorti en 2016, récompensé par le Grand Prix de l’Académie Charles-Cros. Je l’avais mandorisé pour l’occasion.

En 2019, Hildebrandt revient avec un nouvel album à la fois percussif et très émouvant, dans lequel il ambitionne avec succès de déconstruire les clichés et confondre les genres. Comme l’indique le magazine FrancoFans, sous la plume de Mathieu Gatelier : « Il invoque la recherche d’identité, fait fi des codes établis pour mieux dévoiler cette part de féminité qui l’habite… les douze titres sont une bouteille à la mer qu’on aimerait tous voir échouer dans nos vies ». Bien vu. Ce nouvel album pop rock montre encore une fois la finesse des arrangements dont est capable l'artiste. 

Hildebrandt sera en concert au Studio Garage à Paris le 10 septembre prochain, au Belle du Gabut à La Rochelle les 13, 14 et 15 septembre, à La Boule Noire à Paris le 12 novembre, au Trait d’Union à Mons-en-Baroeul le 23 novembre et au Train Théâtre à Porte-Les-Valences le 17 avril 2020.

A quelques jours de la sortie d’îLeL, Hildebrandt me dévoile les secrets d’un album particulièrement audacieux.

Argumentaire de presse officiel : hildebrandt,îlel,mandor,interview

Depuis son premier album Les Animals en 2016, Hildebrandt a fait du chemin. Après avoir exploré en chanson la recherche d’humanité et la rencontre de sa partie animale, le voilà maintenant en quête de son pendant féminin. Le virage est conséquent, mais la question reste la même : comment trouver sa place quand on ne rentre pas dans les cases ?

Sous des tonalités pop teintées de blues, rock et synthétiques, Hildebrandt étudie son double féminin (Je suis deux, Travesti), s’oppose à l’omnipotence du genre dans les rapports humains (Garde tout bas), et défend l’amour universel libéré des carcans sociaux (Qui de nous, Emilienne).  
îLeL déshabille, démaquille, démasque, et contemple.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

(Photo : Yann Orhan)

hildebrandt,îlel,mandor,interviewInterview :

Je n’aime pas que l’on m’explique le titre d’un disque, mais là, je crois que ça demande quelques éclaircissements…

Depuis de nombreuses années, j’ai été préoccupé par la question du genre. Chez moi, chez mes amis, et encore plus ces derniers temps, de manière inconsciente, par l’actualité. J’ai toujours envie de titiller les aspérités des choses qui sortent un peu de l’ordinaire dans ma personnalité et dans celle des autres. Je me suis beaucoup adressé à mon côté féminin.

Tu as toujours ressenti un côté féminin en toi ?

Depuis l’enfance. Au moment de construire cet album et ce répertoire, j’ai eu l’envie et l’opportunité de m’isoler pour écrire et composer. La première opportunité a été de pouvoir m’isoler en Lozère grâce à Olivier Alle, du festival de Langogne, Festiv’Allier. Je suis resté isolé quatre jours en pleine forêt dans un endroit sans chauffage et sans électricité. J’étais à côté d’une étape connue du chemin de Robert Louis Stevenson dans les Cévennes, donc j’ai lu son livre « Voyage avec un âne dans les Cévennes » (1869) et « L’île au trésor » (1883). A travers ces deux rommans, j’ai fait le parallèle entre la forêt et l’île. Comme j’avais envie de continuer à m’isoler, j’ai décidé d’aller une semaine en résidence d’écriture sur l’Île d’Oléron et une semaine de résidence d’écriture sur l’Île-D’yeu. C’est lors de cette troisième résidence d’écriture qu’il m’a paru évident que la symbolique de l’île pouvait rejoindre l’état d’esprit dans lequel j’étais lors de la création des chansons.

C’est une sacrée dualité !

J’ai toujours était fasciné par les dualités et les ambivalences. En création, je me rends compte que j’ai besoin de m’isoler et j’ai besoin d’être ouvert aussi. J’ai besoin de me protéger et j’ai besoin de me mettre en danger. Je tutoie mon côté masculin et mon côté féminin. J’ai trouvé le parallèle avec l’insularité. C’est là que l’idée d’appeler mon disque îLeL m’est venue. C’était à la fois l’évasion avec les ailes ainsi que le repli et l’isolement avec l’île et puis le masculin et le féminin. La double dualité.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

Tu es allé plus loin que ton disque pour continuer à questionner tout cela. hildebrandt,îlel,mandor,interview

J’ai fait un film où j’ai questionné des artistes qui sont en lien avec l’insularité. J’ai pu rencontrer notamment François Morel, Dominique A, François Atlas, Lescop, Laura Cahen, Féloche et Halo Maud… C’est un court métrage de 20 minutes que l’on pourra voir en complément de mes concerts. On le mettra en ligne dans pas longtemps. La musique est un prétexte pour raconter mes préoccupations en tant qu’artiste, mais là, j’ai trouvé un autre biais.

Quand j’ai reçu ton nouveau disque, j’ai commencé par écouter « Docteur » et je me suis dit immédiatement que c’était dans la mouvance du précédent. Ensuite, en écoutant les autres chansons, j’ai changé d’avis. C’est le changement dans la continuité…

En faisant les titres de cet album, j’ai eu la volonté d’avoir quelques chansons qui étaient dans la filiation de la chanson, « Les animals », du précédent album portant ce titre. Cette chanson était la seule à avoir ce gros riff rock’n’roll qui donne la mélodie du chant à l’unisson… J’en ai fait trois de même facture sur mon nouvel album.

De quoi parle « Docteur » ?

Je suis parti du pessimisme et de la peur ambiante. Les gens ont tout le temps besoin de se soigner. La sonorité un peu afro me donnait envie de m’adresser au docteur en le tutoyant. Ça m’est venu comme ça.

Dans « Garde tout bas », tu dis « j’emmerde la morale quand elle met des bornes au féminin ». Il faut combattre les normes ?

Parfois, je suis bêtement anticonformiste. Les normes, il faut les combattre ou, au minimum, en jouer. Elles sont utiles parce qu’à partir du moment où on vit avec les autres, il faut bien des codes communs. Juste, je dis qu’il faut s’en méfier.

Clip de "Je suis deux" (avec Ava Baya).

hildebrandt,îlel,mandor,interview« Je suis deux », c’est un peu le même sujet que « Garde tout bas ». Tu parles encore du genre.

Là, ce n’est pas la part de féminité de l’ami à qui je m’adresse, mais c’est la mienne. La masculinité et la féminité ne sont pas étanches.

C’est à la mode de parler de genre, de transgenre…

Je te le répète, je me suis fait influencer par l’actualité, même si c’est un sujet qui me tient à cœur depuis longtemps. On a connu une petite révolution avec le mariage pour tous et je trouve que c’est bien de souligner les avancées positives. En tant qu’hétérosexuel, je trouve qu’il y a des avancées, mais peut-être qu’un homosexuel dirait le contraire…

Dans « Travesti » aussi, tu poses la question du genre. Tu n’as pas peur que l’on dise que tu es un homo refoulé ?

Je ne me pose pas la question et ça ne me dérange pas si on pense ça. De toute façon, ça fait longtemps que je m’amuse avec ça.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

Pendant l'interview...

Il y a trois chansons qui parlent de morale dans ton disque.hildebrandt,îlel,mandor,interview

Maintenant que tu me le dis, je m’en rends compte en effet. Ce mot est aussi dans ma chanson « Les animals ». Il y a des mots qui me plaisent parce qu’ils sont forts de sens, ils sont symboliques et ils ont une sonorité. Par exemple, le mot qui revient le plus dans mes chansons, c’est « chien ». A un moment, je l’utilisais dans une chanson sur deux sans m’en rendre compte. C’est encore une question de dualité. Le chien est le meilleur ami de l’homme et en même temps, c’est une insulte : « Sale chien ! ». Ca rejoint mon questionnement sur la morale. Qu’est-ce qui est propre ? Qu’est-ce qui est sale ? Qu’est ce qui est bien ? Qu’est-ce qui est mal ? Pour moi, chien et morale, c’est la même chose.

Dans « Si ça va » et « Revers », tu évoques la danse. Sujet déjà traité dans ton précédent disque.

Si je parle de danse, c’est pour parler d’abord du corps. La vérité et la sincérité, c’est le corps d’abord. C’est ce que j’ai dit dans « Les animals ». Les êtres humains sont des animaux et on l’oublie bien souvent. Dans « Revers », je parle d’assumer son corps et ses maladresses et dans « Si ça va », je parle plus du fait que pour avancer il faut être optimiste et savoir danser.

Dans îLeL, il y a des chansons dansantes et d’autres émouvantes comme « Emilienne », qui parle de ta grand-mère, « Qui de nous », qui évoque ta fille et « Vingt », que tu dédies à ta femme.

Ce sont les trois femmes de ma vie les plus importantes. Dans cet album, j’ai fait beaucoup de chansons qui s’adressent aux gens que j’aime. Tout comme le premier, j’ai fait ce deuxième album avec Dominique Ledudal, un réalisateur de renom devenu un de mes meilleurs amis. On a enregistré le disque à Paris sauf les voix que l’on a fait à La Rochelle. Pour la chanson « Vingt », le premier jour, on n’y arrivait pas. Dominique me disait que rien ne se passait et qu’il fallait recommencer le lendemain. La fatigue aidant, on commence la journée par ça et je commence à sentir la sincérité de la chanson. Soudain, je me suis mis à pleurer sans pouvoir m’arrêter. On a été obligé d’arrêter la session car j’étais envahi par l’émotion. Je n’arrivais pas à chanter. Au bout d’un moment, avec l’aide de Dominique, j’y suis parvenu. L’émotion s’entend dans l’enregistrement. C’est sans doute la chanson la plus personnelle de l’album.

Ces chansons personnelles sur les femmes que tu aimes, tu les chantes pour leur faire plaisir ou pour te faire plaisir ?

Pour leur faire plaisir, mais je crois qu’il y a aussi une part de narcissisme là-dedans. On se fait plaisir en voyant l’émotion que ces chansons suscitent aux intéressées.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

Pendant l'interview...

hildebrandt,îlel,mandor,interviewDans les chansons « Attends » et « Cannibale », tu te présentes comme un ogre. C’est comme ça que tu te vois ?

Oui, parce que je suis un bon mangeur et que ça se voit. Les émotions peuvent un peu vampiriser et je sens un peu ça chez moi. A cause du temps qui passe, j’ai besoin de tout garder en moi parce que j’ai peur que ça s’en aille trop vite. Je me sens parfois ogre à vouloir retenir, manger, ingurgiter ce qui passe.

Enregistrer des disques, c’est retenir ?

Oui.

Tu as deux invités dans ton disque, la chanteuse du groupe This Is the Kit, Kate Stables et Albin de la Simone.

Commençons par la chanteuse parce que j’ai vraiment craqué sur sa voix. Elle fait les chœurs sur six chansons et elle est en duo avec moi dans « Attends ». Ensuite, je voulais un pianiste de renommé qui connaisse bien Dominique Ledudal. En fait, c’est lui qui m’a proposé de travailler avec Albin de la Simone. Il a joué sur cinq titres. Ça a été un vrai bonheur. A un moment, je lui parle d’une chanson de Raphael que j’aime bien, « Terminal 2B », dans l’album Pacifique 231. Ça commence par une batterie pleine de reverb et un piano qui faisait un son très saccadé que j’adorais. Pour ma chanson « Vingt », j’avais très envie de quelque chose de similaire. J’explique ça à Albin pour qu’il comprenne ce que je voulais précisément. Au bout d’un moment, il réalise que c’est lui qui était au piano dans « Terminal 2B ». Parfois, il n’y a pas de hasards. Avoir Albin de la Simone au piano est une vraie plus-value. C’est un magnifique pianiste.

Parlons de ton look et de tes visuels. Tu te présentes désormais habillé en costard rouge. hildebrandt,îlel,mandor,interview

Je voulais avoir une image assez rock et en lien avec l’éventuel exotisme que peut nous inspirer l’insularité. C’est aussi revenir au corps et à la vie. Le rouge, c’est violent, mais c’est la vie et le sang.

Tes deux albums ne sont pas aux antipodes, ils sont même complémentaires je trouve.

Les premières personnes à qui j’ai fait écouter les chansons de îLeL, deux professionnels, m’ont dit qu’elles étaient dans la continuité du premier. Pour le troisième disque à venir, je me pose la question de rester dans la continuité ou de tout bouleverser. Je ne sais pas tourner les pages, je suis toujours dans des histoires dans le long terme. Je n’arrive pas toujours à anticiper, analyser et à réfléchir les choses, c’est souvent très organique, je reste donc dans la continuité.

Tu es content quand tu entends cet album ?

A part pour ma voix, oui. Je me pose toujours des questions sur ma voix, je ne l’aime pas trop. Mais faire cet album a été un bonheur véritable, je t’assure. Constater que tout ce que j’avais imaginé a fonctionné m’a rendu fier. Je n’avais jamais été aussi heureux en studio. Je vis une période où je ne me suis jamais senti aussi épanoui et accompli artistiquement. Je me sens heureux dans ce que je construis en tant qu’artiste.

Tu arrives à te considérer comme un artiste ?

Je n’ai pas honte de dire que je suis un artiste. Ce n’est ni un gros mot ni un mot sacralisé. Un artiste, c’est quelqu’un qui fait de l’art. L’art, c’est une production humaine dont le seul but est de créer de la beauté. C’est ce que j’essaie de faire.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

Hildebrandt et ses musiciens : Pierre Rosset, Anne Gardey-Des Bois et Emilie Marsh.

hildebrandt,îlel,mandor,interview

21 décembre 2016

Grands Prix du Disque et du DVD 2016 de l'Académie Charles Cros

15095496_649285705253012_1528434005141239792_n.jpg

971350_153136021534652_1854479169_n.pngLe 24 Novembre dernier s’est tenue la proclamation des Grands Prix 2016 de l’Académie Charles Cros à la Maison de la Radio. Fondée au lendemain de la guerre, en 1947, cette académie a pour objectifs de soutenir la création autant que la préservation de la mémoire sonore. Une fois par an elle décerne ses Grands Prix internationaux du disque, attentive tant aux compositeurs, auteurs, interprètes qu’à l’esprit d’entreprise et au courage des éditeurs graphiques et phonographiques. 

Cette académie, que beaucoup jugent irréprochable dans ses choix (il se trouve que depuis quatre ans, les jeunes artistes primés correspondent souvent aux mandorisés des mois précédents... preuve que nous avons des goûts similaires) récompense les artistes qui portent et  illustrent la diversité des cultures des peuples qui ont le français en partage. Elle contribue également à établir le lien entre les artistes et les publics, notamment les jeunes, mettant au cœur de ses préoccupations l’accès de chacun à la culture. Elle établit désormais un lien entre l’enregistrement sonore et le spectacle vivant. 

Je m’attarde ici sur les récompenses « CHANSON », laissant de côté la musique classique, le jazz et les musiques du monde (qui ne sont pas précisément mes spécialités). Ainsi, voici les photos (accompagnées de quelques commentaires) de Juliette (grand prix pour l’ensemble de sa carrière), Michèle Bernard, Christian Olivier, Hildebrandt (en découverte discographique), Merlot (pour un disque jeune public), Miossec, Jules et le Vilain Orchestra ainsi que Barbara Weldens, ces trois derniers pour la scène.

(Merci à Jean-Marc Vaudagne  et Elodie Louette  de l’Académie Charles-Cros pour l’invitation… et l’accueil chaleureux et Alain Fantapié pour sa présidence, sa bienveillance et sa gentillesse exceptionnelles).

IN HONOREM INTERPRÈTES :

CHANSON :

JULIETTE (mandorisée là) pour l’ensemble de sa carrière, à l’occasion de la sortie de l’intégrale des albums en 13 CD + 1CD raretés (14 CD Polydor)

Juliette @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

15135936_1218095814945202_7516644770555041885_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15134818_1218094308278686_8704804337566110256_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15181144_10153599898509058_3281257293439081082_n.jpg

Le discours de remerciements de Juliette qui n'était pas vraiment un discours convenu, mais qui a bien fait rire l'assemblée. 

15253496_1218095554945228_5787789210882806619_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

Juliette et Alain Fantapié (président de l'Académie Charles Cros).

LES GRANDS PRIX INTERNATIONAUX DU DISQUE

DISQUES POUR ENFANTS :

MERLOT pour Marcel le Père Noël (et le petit livreur de pizza) (Little Village / Harmonia Mundi)

15241221_1218095104945273_6953111665853926907_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15202746_1218102968277820_3881453944579787046_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15192548_654327604748822_8707022568757344707_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

Merlot (Marcel, le Père Noël) et Cédryck Santens (le petit livreur de pizza), fiers de ce prix.  

CHANSON :

Michèle BERNARD  pour Tout’Manières… (EPM)      

15179228_1218097398278377_799099806599823564_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15268013_654328778082038_8235442833121179463_n.jpg

Sourire radieux d'une très grande dame de la chanson française (très souvent charlescrossisée et bientôt mandorisée). Que Michèle Bernard soit si peu médiatisée est un grand mystère (cf Anne Sylvestre).

CHANSON :

Christian OLIVIER (mandorisé là) pour On/Off (Mercury / Universal music)

15123348_1378660882144049_6192686351601075115_o.jpg

Dans une loge : Christian Olivier écoutant le Prix Filleul 2015, Thibaut Garcia (guitare classique) (photo : Jean-Marc Vaudagne)

15181668_1218096984945085_5222268076778298802_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

C Olivier @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

C Olivier 2 @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

15253430_1218094894945294_3419027403576243620_n.jpg

15135897_1243470659052745_4085178847615404912_n.jpg

"Z'avez vu mon beau diplôme?"

CHANSON DÉCOUVERTE :

HILDEBRANDT (mandorisé ici) pour Les Animals (At(h)ome)

19 Hildebrandt.jpg

(Photo : Caroline Paux)

Hildebrandt @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

15193534_1218102834944500_3031204251805111339_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

-Acad+®mie Charles Cros 2016 -®Caroline Paux-058.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15219968_654329051415344_3333004115502891120_n.jpg

15171331_1158260354209916_2254823375747603429_n.jpg

Joie!

20161124_140134.jpg

Je suis heureux de ce prix, parce qu'Hildebrandt est pour moi l'une des plus grandes découvertes de l'année.

GRANDS PRIX CHARLES CROS SCÈNE avec la Fédération des Festivals de Chanson Francophone  :

GRAND PRIX SCÈNE :

MIOSSEC (absent de la cérémonie) (mais mandorisé ici). Il est distingué pour sa tournée actuelle, qui suit son dixième album, Mammifères, avec des concerts qui se sont parfois déroulés dans des lieux inhabituels (guinguettes, chapelle, vignoble, musée, jardins).

PRIX "RÉVÉLATION SCÈNE"  :

Barbara WELDENS

15137398_1378661325477338_4001993826834139819_o.jpg

Pointe de pied tendue, Barbara Weldens détendue avant de fouler pieds nus la scène du studio 105 (photo : Jean-Marc Vaudagne).

barabara Weldens3  @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

-Acad+®mie Charles Cros 2016 -®Caroline Paux-082.jpg

(Caroline Paux)

15134675_1218096194945164_2520190449592293618_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

barabara Weldens 5 @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

barabara Weldens 6 @Pierre Majek.jpg

Barbara Hammadi (pianiste), Barbara Weldens et Marc Pfeiffer (président de la Fédération des Festivals de chanson francophone) (Photo : Pierre Majek)

Caroline Paux.jpg

(Photo : Caroline Paux)

15135918_1349677328398493_6534092045588067583_n.jpg

Barbara Weldens (Pic d'Or 2016) avec Corinne Labat, présidente du Pic d'Or et Dany Lapointe (la manageuse de la chanteuse).

PRIX "RÉVÉLATION SCÈNE"  :

JULES et son Vilain Orchestra

15122989_1378660765477394_5937406926660814332_o.jpg

Dans les coulisses... Jules et ses compères interprétant les Forbans, juste avant leur entrée en scène (photo : Jean-Marc Vaudagne).

Jules 2 @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

Jules @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

15230802_1218094708278646_3386040581612514186_n.jpg

(Photo : Caroline Paux)

 

-Acad+®mie Charles Cros 2016 -®Caroline Paux-074.jpg

(Photo : Caroline Paux)

-Acad+®mie Charles Cros 2016 -®Caroline Paux-078.jpg

(Photo : Caroline Paux)

Jules 3 @Pierre Majek.jpg

(Photo : Pierre Majek)

20161124_135858 (1).jpg

Un journaliste chelou (mais fan de Jules) s'est incrusté sur cette photo. Sachez le reconnaître. 

15170979_671404849701097_5941003891061306587_n.jpg

La photo de famille...

29 septembre 2016

Hildebrandt : interview pour Les Animals

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Des chansons électro pop dance, certaines hypnotiques, côtoient des ballades aux mélodies d’une redoutable efficacité.  … un brin mélancolique, mais jamais désenchantée, ce premier disque d’Hildebrandt est remarquable. Musicalement et textuellement, une bonne claque dans la fourmilière « chanson française » (il n’est pas le seul en ce moment, mais ils sont tout de même rares à dépoussiérer avec vigueur ce milieu…)

Comme l’indique le dossier de presse : « A chacun de l’écouter, de le vivre, de s’y projeter en imaginant peut-être Les Animals en concept album : comme une longue marche depuis la rupture vers la nouvelle rencontre : la rencontre de son propre corps "animal". Vers la rencontre de soi ! »

Pour ma part, j’ai rencontré Wilfried Hildebrandt dans un bar de la capitale le 13 septembre dernier.

hildebrandt,les animals,interview,mandorBiographie officielle (mais raccourcie) :

Il a longtemps roulé sa bosse un peu planqué derrière une formation dans laquelle il n‘était que Wilfried. Quatre albums à tendance chanson française. Et puis il est passé à l’acte. En solo, après une vie de groupe, comme s’il fallait à un moment de sa vie se dévoiler, assumer ce qui ne vient que de soi. Parce que le temps presse… certainement.

Mais il aura pris son temps. Le temps de construire son monde personnel, de composer en miniature, dans une écriture plus intime, où les mots pèsent moins quand l’espace sonore s’enrichit de couleurs feutrées, de tonalités mineures, de terres sèches et de vapeurs électroniques. Les premières pierres angulaires de son répertoire, « Vos Gueules », « C’est jamais loin », « Déjà », « Coup d’Caillou » et « L’Essentiel à t’apprendre », ont été sculptées avec ses anciens comparses (Nicolas Barbaud et Pierre-Philippe Dangaly). Hildebrandt les a emportées dans son baluchon de voyageur solitaire, et les voici remodelées par les pattes félines de Lucas Thiéfaine et Dominique Ledudal.

Hildebrandt vogue au large, il s'est éloigné des rives de la chanson française et cela s’entend. Parce que les mots ne sont plus chez lui soutenus par la musique mais qu’ils s’insèrent comme une deuxième musique dans le décor orchestral. Comme un acteur se fond dans la scène, Hildebrandt chante dans l’écrin sonore, et il y mène un jeu de rôle avec les instruments au service du tableau final. Là où il n’est souvent question que d’espace, il crée le volume : voilà la force de son album Les Animals.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

hildebrandt,les animals,interview,mandorInterview :

Est-ce que dans ta famille on écoutait beaucoup de musique ?

Mes parents viennent d’un milieu très ouvrier. A la maison, il n’y avait pas énormément de place pour la culture. Nous n’étions penchés ni vers la littérature, ni vers la musique. Ma mère avait gardé quelques 45 tours de l’époque yéyé. Il y a avait aussi une compilation d’Elvis. Ce disque doit être une de mes premières émotions musicales. Mais surtout, un jour, mon cousin a oublié une cassette des Beatles et j’ai passé une grosse partie de mon adolescence à écouter ce groupe. Si je fais de la musique aujourd’hui, c’est parce que, vraiment, j’ai beaucoup écouté les Beatles.

Tu as commencé la musique assez tard.

Effectivement,  j’ai commencé la guitare à 18 ans.

Et tu es venu à la chanson à 20 ans.

Oui, parce que ma chérie d’alors, qui est ma femme aujourd’hui, a grandi dans la chanson. Je me suis mis sérieusement à la chanson, alors que ma culture musicale était plus de la pop. Cela dit, j’avais l’impression de découvrir quelque chose que j’avais ignoré pendant des années. Chanter en Français m’a permis enfin de me raconter. Je me suis rendu compte que la langue française m’autorisait à chanter des choses intimes… et ça m’a donné l’impression d’exister aux yeux des autres.

Quand as-tu décidé d’en faire ton métier ?

Je n’ai pas décidé, cela s’est imposé. A l’époque, il y a une quinzaine d’années, je bossais dans l’éducation nationale, j’étais aide-éducateur. On avait déjà beaucoup d’activités avec mon groupe, Coup d’Marron, et à un moment, on a tous décidé d’arrêter nos activités respectives pour essayer de devenir intermittents du spectacle et de continuer plus activement la musique via ce groupe-là.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Tu as commencé par la chanson française dite « traditionnelle », puis aujourd’hui, tu es revenu à tes premiers amours, la pop. Tu as fait les choses à l’envers.

Je suis toujours à la bourre (rires). Le fait d’approcher la quarantaine fait que j’ai voulu assumer ce pour quoi j’ai voulu faire de la musique quand j’étais plus jeune. Je m’amuse et m’assume plus aujourd’hui qu’hier. J’ai concilié tous mes élans mélancoliques qui font que je suis rêveur depuis que je suis né. En même temps, j’ai des envies de légèreté et de danse. J’ai envie de danser sur scène, de parler de ce que cela évoque. La musique que je joue maintenant me permet de concilier tout ça.

Le fait d’être dans un groupe bride un peu ?

Je ne me sentais pas bridé du tout, je n’avais tout simplement pas conscience de ce que je voulais. Personnellement, je sais que ce qui a changé ma vision des choses dans la vie et dans la musique, c’est la paternité. Le fait d’avoir des enfants fait que je joue ce que je joue aujourd’hui.

Pourquoi avoir quitté le groupe ?

J’ai pris la décision de quitter le groupe et de repartir sous mon nom parce que nous étions arrivés à un stade où on avait encore envie de vivre des choses ensemble, mais pas de la même manière, ni sous le même nom, ni sous la même forme artistique. Comme les choses tournaient beaucoup autour de moi, ça m’a paru naturel de repartir sur une histoire solo. Les autres membres voulant se dédouaner d’une responsabilité de groupe, ils ont accepté de me suivre.

Clip de "J'ai plein de pas".

Encore, une fois, tu as fait les choses à l‘envers. Hildebrandt a commencé par l’enregistrement d’un album… qui n’est pas sorti.

Oui, mais on a retiré quatre chansons de cet album pour en faire un EP il y a trois ans.

Et elles sont de nouveau dans l’album.

Je ne tourne pas les pages facilement. C’est valable aussi dans mes constructions du quotidien, mes amitiés et en amour. J’ai besoin de longueur de temps. J’avais enregistré ces chansons-là, mais je voulais les assumer encore parce que je les aimais et que je ne m’en lassais pas. Et comme l’EP était resté confidentiel, j’ai voulu leur redonner une vie honorable.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Hildebrandt a reçu le Grand Prix Découverte 2016 de l'Académie Charles Cros. I was here. 

On a l’impression que tu prends ton temps pour tout.

Je milite pour les constructions lentes, mais qui durent. Pour moi, il n’y a pas de fulgurances. Quand j’étais petit, je jouais au légo. Là, c’est pareil, j’ajoute une pièce, puis une autre… Comme ça fait longtemps que je construis cet album, j’aimerais qu’il trouve un écho favorable.

Ton album est moderne, si ce n’est novateur. Ça fait du bien.

Ça fait partie de moi et de ma volonté d’aller dans des directions pop moderne. J’ai voulu sortir du carcan inusable de la chanson française, mais je n’avais pas l’ambition de révolutionner la chanson. J’avais vraiment envie de concilier ce qui me touche au quotidien et la vision de ce qui me plait dans la musique.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Tu te sens ancré dans ton époque ?

Oui, parce que je suis sensible à ce qu’il se passe au quotidien et je suis critique et lucide sur ma manière d’accueillir ce qu’il se passe au quotidien. J’enfonce des portes ouvertes, mais il faut être le plus sincère possible.

Tu as fait de nombreux teasers dans lesquels tu apparais mouillé et pas au meilleur de toi.

Il y a beaucoup d’autodérision. J’aime bien paraître beau et moche à la fois. J’aime bien quand le corps est mis dans une situation à laquelle on ne s’attend pas. Qu’il soit déstabilisé, maladroit, adroit, sale, vivant, ou dans la survie, qu’il se démène pour avancer. Le corps dans l’eau est renvoyé à ce qu’il est : un corps animal. C’est pour ça que j’ai appelé cet album Les Animals.

Le clip de "Les Animals".

C’est quoi être un artiste ?

Pour moi, c’est une impression d’exister explosive. Ça me permet d’être dans ma bulle chez moi et d’être plus ouvert avec les autres.

Et c’est quoi faire de l’art ?

C’est une production humaine qui n’a qu’un seul but : être esthétique. Etre artiste, c’est donner de l’esthétique aux gens en espérant que cela leur procure des émotions.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Un artiste est un être à part, j’ose dire « différent ».

J’ai toujours peur d’être prétentieux, alors je tente de rester humble. C’est une question que j’aborde parfois avec mon copain Lescop. Je me pose trop de questions sur l’humilité et lui, ça l’exaspère. On se rejoint sur la fonction de l’artiste. C’est un métier et nous devons l’assumer. Moi, je suis peut-être un peu trop dans la retenue. Être expansif ne fait pas partie de ma personnalité. Mes parents sont des ouvriers complexés, j’ai donc encore ça en moi.

Tu as analysé le fait de vouloir être sous la lumière?

Il y a forcément du narcissisme là-dessous. Je me rends compte que j’ai beaucoup d’ego, alors j’essaie de le canaliser.

L’esthétique a une importance dans ton « œuvre » ?

Avant, je me disais que je ne savais pas faire et que je n’avais pas les moyens. Maintenant, je me rends compte que je sais un peu faire et que même sans beaucoup de moyens, on peut avancer. Avec mon nouveau label AtHome, j’ai plus de moyens.

As-tu besoin de la rencontre avec toutes formes d’arts.

J’aime la pluridisciplinarité, la rencontre entre la musique, le théâtre et la danse. Ces derniers mois, je me suis beaucoup intéressé à tout cela. J’ai besoin de diversité artistique pour avancer.

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Pendant l'interview...

Qui aimes-tu dans la chanson française ?

Je suis très admiratif de la carrière de Bashung. Pour ce qu’il a fait au tout début, les risques qu’il a pris pendant des années et ce qu’il a fait à la fin… qui est majestueux. Je suis fasciné par la constance et l’honnêteté d’un Christian Olivier, alors que les derniers concerts de lui que j’ai vu, il y avait peu de monde dans la salle. J’en ai chialé.

Vraiment ?

Oui. J’en ai chialé parce que ça me renvoyait à mes premiers émois devant mes premiers concerts de Têtes Raides. De voir que cette poésie-là, cette honnêteté artistique, cette présence sur scène ne fédéraient plus, ça m’a foutu en colère.

Tu l’as senti touché ?

Non. Il continue son bonhomme de chemin. J’admire ce mec. J’admire son œuvre. Il ne le sait pas, mais si j’ai commencé à faire de la chanson, c’est suite à une rencontre avec Têtes Raides. Une semaine avant d’aller les voir à un concert, on avait monté mon groupe. Cela nous a donné des ailes.

D’autres artistes encore ?

Oui. Imbert Imbert. J’adore ce qu’il dégage, j’adore la mélancolie et la fragilité qu’il cultive. Sans concession. Je reste aussi fan de Miossec.

Je t’ai vu chanter du Bowie. Tu es capable d’avoir une voix de tête, ce que je ne savais pas.

Quand tu chantes du Bowie, tu peux te permettre des choses que tu ne peux pas te permettre dans la chanson française. Pour tous, la chanson française, c’est plus la voix de Brel que celle de Goldman. Les voix aiguës et androgynes amènent quelque chose de plus érotique qui nous éloigne de cet héritage des troubadours qu’on a dans la chanson. Mais, j’ai pour ambition prochaine de concilier la voix de tête sur de la pop française…

hildebrandt,les animals,interview,mandor

Après l'interview, le 13 septembre 2016.

Bonus : Tous les teasers...

...mouillés.

...et en studio.