Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 février 2015

hélène Ségara : interview pour la sortie de Tout commence aujourd'hui

17102014-_B2_5590_md-1200x800.jpg

(Photo : Benjamin Decoin)

Oui Hélène Ségara a été malade. Elle l’est encore. On a tout entendu ou presque à ce sujet, mais la seule chose importante à retenir est qu’aujourd’hui elle va mieux et que cette épreuve lui a permis de revenir à l’essentiel : l’amour de la vie, l’amour de la musique, l’amour comme réponse à tout. Et c’est ce dont elle parle dans son nouveau disque Tout commence aujourd’hui que la chanteuse a voulu à la fois grave et lumineux.

J’ai rencontré la  chanteuse au sein de sa maison de disque le 16 janvier dernier. D’office, elle te tutoie, d’office, tu as l’impression d’être son ami. Une belle rencontre, donc.

cover ségara.jpgArgumentaire officiel:

Hélène Ségara est définitivement une des plus grandes chanteuses à voix de la scène française, de cette voix si pure qu’on la reconnait instantanément. Bien sûr la collection impressionnante de disques d’or, de platine et de diamant atteste d’un succès qui ne s’est jamais tari, la preuve étant les 150.000 ventes de son très réussi album de duos avec Joe Dassin, sorti en octobre 2013. Hélène Ségara a immanquablement su choisir les mélodies et les mots qui touchent le public, sans doute parce qu’elle y a toujours mis une immense sincérité et beaucoup de son histoire personnelle.

La chanteuse a vécu l’enregistrement de son 8ème album studio avec un plaisir non dissimulé, s’impliquant comme à son habitude dans la composition et l’écriture. Elle a ainsi insufflé son intuition et sa tendresse sur chacun des morceaux. Elle a de nouveau collaboré avec son mari, Matthieu Lecat, mais pour la première fois les plumes très prisées de Jean-Jacques Goldman et de Zazie sont venues mêler leur sensibilité à la sienne.

Jean-Jacques Goldman lui a fait du sur-mesure avec le premier single de l’album, Tout Commence Aujourd’hui, une chanson profondément optimiste. Zazie a écrit avec elle « Genre Humain » un titre qui serait presque le portrait craché d’Hélène et que cette dernière interprète avec sa propre fille et une chorale d’enfants. Elles ont aussi collaboré sur le très touchant « Je te Pardonne ». Hélène n’hésite plus à lâcher prise, casser sa voix, laisser parler ses sentiments.

c-Benjamin-Decoin-1-1200x800.jpg

(Photo : Benjamin Decoin)

c-Benjamin-Decoin-2--533x800.jpgInterview :

C’était essentiel pour toi de chanter des vérités intimes ?

Oui, parce que lorsque je rencontrais des gens, la discussion ne tournait qu’autour de ma maladie. Je n’en pouvais plus de devoir expliquer ce que j’avais. Je t’en parle une dernière fois à toi, mais  je n’ai toujours pas de diagnostic aujourd’hui sur ce qui m’arrive et ce n’est toujours pas fini. Il était temps que je reporte mon énergie ailleurs. Quand on fait ce genre de métier, c’est important de se projeter.

Cela fait d’ailleurs vingt ans que tu fais ce métier.

Non, tu te trompes d’une décennie. En réalité, j’ai commencé à gagner ma vie en chantant, il y a trente ans. Je suis partie tôt de la maison et j’ai commencé à vivre de cette activité à quatorze ans.

Dans cet album, il y a près de huit chansons que tu as coécrites. Ce disque est donc l’un de tes plus personnels.

Mes deux albums les plus personnels sont Quand l’éternité et celui-ci, Tout commence aujourd’hui. Pour Quand l’éternité, je venais de traverser trois deuils assez intenses. J’avais envie de parler de tout ce qui pouvait suivre après ce genre d’événement tragique, je voulais aussi parler de l’absence et de la spiritualité que l’on peut en retirer. Pour Tout commence aujourd’hui, je voulais arrêter de me plaindre de ce qu’il m‘arrivait parce que je me rendais compte qu’il y avait des cas autour de moi tellement plus compliqués et douloureux. La chanson « Petite flamme » est dédiée à une amie d’enfance qui avait mon âge et qui a eu des soucis de santé quasiment au même moment que moi. Elle a tenu deux ans et malheureusement, elle est partie d’une tumeur au cerveau. Évidemment, tu apprends à relativiser. J’avais envie de dire de ne jamais baisser les bras. Le mental change beaucoup de choses. Je suis aimée aussi, c’est très important. L’amour, c’est ce qui décuple les forces.

C’est un album musicalement assez enlevé. Limite pop parfois.

C’est marrant parce que je ne me suis pas amusée à l’analyser musicalement. Je l’analyse dans le message qu’il délivre. Musicalement, certaines personnes disent que l’on retrouve la Hélène Ségara qu’on a connue avec les grandes mélodies, d’autres disent qu’il est pop.

Le clip de "Tout commence aujourd'hui" (texte de Jean-Jacques Goldman).

Les grandes mélodies… je partage cet avis.17102014-_B2_6322_md-1200x800.jpg

Moi aussi, je trouve. Une bonne chanson, c’est un tout. Une belle mélodie, mais aussi un beau texte.  Par exemple « Tout commence aujourd’hui » la chanson que m’a écrite Jean-Jacques Goldman est un bijou. Au début, j’avais fait un texte moi-même qui s’appelait « C’est tellement beau la vie ». Le couplet évoquait tous les moments obscurs d’une vie, et je concluais en disant que c’était quand même beau la vie ! Je trouvais ça un peu bateau comme phrase et quand Jean-Jacques m’a envoyé sa prose, tout était dit. Ca résumait tellement ce que je pensais. C’est comme s’il était rentré dans ma tête.

Je m’attendais à ce que l’album soit plus positif. Il y a quand même pas mal de chansons tristes, non ?

Je suis d’accord. Ce sont les chansons qui se sont greffées vers la fin, curieusement. « Je te pardonne » devait clôturer l’album. J’étais en travail de « reconstruction » parce que mon regard avait changé. J’avais dit à la maison de disque que ce morceau clôturerait l’album parce que, pour moi, on ne peut rien reconstruire de neuf si on n’a pas nettoyé et si on n’a pas pardonné. C’était mon état d’esprit. Quand tu vis une épreuve, il y a des gens qui sont présents et des gens qui disparaissent. Je ne suis pas dans l’aigreur, c’est la nature humaine…

Tu as été déçue par le comportement de certains de tes amis ?

Je me rappelle de quelqu’un qui se dit être un ami dans le métier et qui s’est manifesté au moment où je faisais l’album. Il n’a pas donné signe de vie alors qu’il savait par une connaissance commune que j’allais à l’hôpital. Quand il m’a contacté, c’était pour me proposer des chansons pour l’album. Je lui ai répondu que je trouvais très étonnant qu’il me laisse un message juste pour ça.

Mais, tu sais qu’il y a des gens que la maladie rend mal à l’aise.

C’est l’avis que j’ai eu d’un artiste dont je suis très proche. Il m’a dit qu’il était désarmé face à ça. Quelqu’un qui a cette discussion en toute honnêteté, je peux l’entendre. Il n’y a personne à qui j’en veux.

Hélène Ségara dans l'émission "Du côté de chez Dave" interprète "Genre humain" (texte de Zazie).

Single-Genre-Humain-Hélène-Ségara-OK1.jpgMa chanson préférée de l’album, c’est « Genre humain ».

C’est le nouveau single. Tout le monde me dit que c’est leur chanson préférée. C’est amusant parce qu’au début, je ne voulais pas la faire. Quand mon mari l’a composé, je trouvais la chanson mignonne, mais un peu candide. Et puis j’ai changé d’avis. Je ne suis pas obstinée parce que je pense qu’un artiste n’a pas toujours le recul nécessaire. Par exemple, quand Zazie m’a envoyé le texte de « Genre humain », il y avait des mots que je n’aimais pas. Le mot « genre » ne me plaisait pas. Ce n’est pas un mot que j’utilise. Je lui ai dit que je préférais  chanter « Je suis de ceux » et non « je suis du genre ». Elle m’a écrit un mail très intelligent dans lequel elle m’incitait à tenter quand même. Elle m’a demandé de lui faire confiance. J’ai essayé et, effectivement, elle avait raison, ça fonctionnait très bien.

« Nouvelle vie » est aussi une chanson très forte.

Le jour où on va m’annoncer que je suis guérie, j’ai l’espoir que ça arrive, c’est quelque chose que je vais fêter avec les personnes qui m’ont aidé. Quand on m’a fait mon premier implant dans les yeux, je pensais que ça allait guérir la maladie. Malheureusement, quatre mois après, on m’a appris que ça revenait. Les médecins m’avaient pourtant dit que je serais guérie au bout de quelques mois, mais il n’en a rien été. J’ai morflé, mais les fans m’ont énormément soutenu.

Tu as dû annuler ta précédente tournée…hélène ségara,tout commence aujourd'hui,je suis de ceux,interview,jean-jacques goldman,zazie,mandor

J’ai annulé ma tournée et mon Olympia parce que j’avais deux traitements parallèles très lourds et les effets secondaires étaient devenus très handicapants. Je n’étais plus en état de chanter. Là, je vais te dire honnêtement, j’ai pris tous mes médicaments et j’ai tout jeté. L’hôpital ne valide pas du tout ce geste, mais c’est mon choix après un an et demi de traitements intenses.

Heureusement, tu reprends la scène en juin prochain.

J’ai plein d’idées et je sais vers quoi je veux aller. Tout recommence aujourd’hui (rires).

Cet album, c’est un peu une thérapie ?

Franchement, oui. Je parle de la force mentale, de la pensée positive, de la manière dont on construit nos vies. Notre manière de positiver peut changer tellement de choses autour de nous. Et  pas que pour moi. J’ai certaines petites fans qui traversent des maladies pas drôles en étant plus jeunes que moi. Je sais qu’elles se retrouvent un peu dans cet album.

Tu es très proche de tes fans.

Il y en a qui sont là depuis plus de quinze ans. Ils viennent partout. Sur les concerts, les télés, les tournages de toutes sortes. Ils sont d’une telle fidélité et d’une telle gentillesse que tu ne peux pas rester indifférente. Il y en a dont je connais toute la vie.  Quand tu as un public d’une telle tendresse, tu ne peux pas être dans l’indifférence. J’essaie d’être au maximum présente pour eux.

DSC09894.JPG

Après l'interview, le 16 janvier 2015.

23 janvier 2014

Hélène Ségara/Jonathan Dassin: la fausse polémique relayée partout!

jonathan dassin,hélène ségara,polémique,mandor

Voilà l’histoire d'un buzz qui n'en est pas vraiment un… et dans lequel je me trouve impliqué involontairement.

Et je dois dire que tout m'échappe.

Le 19 décembre 2013, j'interviewe le fils de Joe Dassin, Jonathan (c'est la deuxième fois... humainement, j'aime bien ce type) pour parler de la sortie de son premier album personnel. Nous évoquons toutes sortes de choses et, à un moment, je lui parle de la sortie de l'album d'Hélène Ségara en duo virtuel avec Joe Dassin. Je ne lui en parlerais pas, je ne ferais pas correctement mon boulot. Jonathan recadre diplomatiquement certaines choses. Rien de grave. Aucune animosité, juste une pointe de déception…

Et surtout, c’était il y a un mois. Cette interview passe totalement inaperçue… (à part de mes fidèles lecteurs.)

Il y a trois jours, le blog de la télévision Melody TV reprend un extrait dans lequel Jonathan explique qu'il n'a jamais dit qu'Hélène Ségara était la Joe Dassin au féminin. Pas de titre racoleur, pas de surenchère, pas de déformation. Rien de grave donc. La Terre continue de tourner...

Mais depuis avant-hier, la machine s'emballe. Un engrenage infernal. La chronique est relayée partout (où il ne faudrait pas).

Chez Morandini, Charts in France, Ozap, Voici, Closer, Public, RTL Belgique, PureTrend et Télé Loisirs et Télé Star.

Le Grand Chelem de la presse people!

Je suis écœuré.

Écœuré des sous-titres de certains sites (pas tous), écœuré des résumés sommaires de l’affaire, écœuré des allusions sans fondement, écœuré que l’on sorte des phrases de leur contexte, écœuré que l’on me mêle à tout ce merdier…

Et surtout,  au regard de cette mise en avant de mauvaise foi, racoleuse parfois, je plains sincèrement Hélène Ségara, chanteuse qui ne fait pas partie de mon panthéon personnel, mais pour laquelle j’ai beaucoup de respect. Je sais aussi qu’elle traverse des soucis de santé (ce que savent pertinemment tous ces sites), ce n’était pas le moment de lui apporter ce genre de tracas supplémentaires. Mais, le mal est fait. Insidieux ou frontal, je ne sais pas comment la chanteuse a vécu la chose, mais le fait de savoir que je suis en partie responsable de cette cabale me rend dingue. Je ne suis pas précisément un journaliste « people » (ce que tous ces relais peuvent désormais laisser imaginer) et j’ai une haute considération du métier de journaliste culturel que je pratique depuis presque trente ans… sans aucun dérapage de ce genre.

Mon blog, lui, a 7 ans. Il me permet de défendre beaucoup d'artistes peu médiatisés, d'autres un peu plus. Toujours dans le respect du travail de la personne concernée dans mes chroniques. Et la seule fois où l'on me cite à droite à gauche, c'est quand il y a un semblant de polémique de merde (parce qu’encore une fois, replacer dans son contexte, il n’y en a aucune dans ma chronique mandorienne).

Je ne suis pas naïf et ne suis dupe de rien. Je sais que le système marche ainsi, mais quand même...
C'est à désespérer.

Du métier, de la mentalité de certains « journalistes » et des lecteurs qui suivent tout ça avec délectation, voire jubilation. (Le malheur des uns… etc.)

Qu’Hélène Ségara et Jonathan Dassin me pardonnent... je ne souhaitais pas ce tintamarre.

Évidemment, je leur ouvre cet espace, s’ils le souhaitent, pour un éventuel droit de réponse ou mise au point.

(Notez que depuis hier, Jonathan Dassin fait tout pour enterrer cette polémique inutile... Nouvelle preuve d'intelligence et de sagesse de sa part.)

EDIT le 23 janvier 2014 à 14h00:

Je viens de recevoir ce communiqué:


France Bleu Midi Ensemble
Réactions de Jonathan Dassin

Mercredi 22 janvier, 13H10

Ce midi, Jonathan Dassin s’est exprimé sur France Bleu concernant la polémique naissante suite à un entretien accordé en décembre à Mandor.fr et ressorti hier par Melody.tv concernant l’album de reprises  des chansons de Joe Dassin. Selon le fils du chanteur, ses propos ont été mal interprétés.

Jonathan Dassin a confirmé ne pas avoir collaboré à cet album, mais tient à rappeler qu’il est « tout à fait en accord avec ce projet. Il n’y a jamais eu d’ambigüité ».  Il précise : « j’ai rencontré Hélène Ségara une fois et on a parlé spécifiquement de ce projet », avant de rappeler que « dans cet article, je dis combien je suis content que cet album marche ».

podcast

Dont acte.

Fin de la polémique. Tant mieux.