Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 juillet 2019

Les Francofolies de La Rochelle (10): Interview Flavien Berger

francofolies de la rochelle, flavien berger, interview, mandor

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandor« Flavien Berger surprend et interpelle pour finalement nous charmer. En jouant avec les mots pour créer des histoires d’amour, en testant des sons tourbillonnants, le compositeur autodidacte s’est fait rapidement un nom en apportant un vent de fraicheur à la scène française. Flavien Berger, membre du Collectif sin~ travaillant sur l’expérimentation, a toujours été intéressé par le bidouillage de machines pour en sortir des sons. Sur ce point, c’est assez difficile de définir son style : Il va au-delà, mélangeant francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandorhabilement les passages effrénés et les longues plages de synthétiseurs. Écouter toutes ses sorties ou le voir jouer sur scène confirme son génie à emmener le public dans une expérience émotionnelle profonde, pleine d’imagination.
Il a joué le 14 juillet prochain sur la scène du Théâtre Verdière. Dans la journée, il est passé à la salle de presse pour me parler de ce concert et de son nouvel album (près d’un an après Contre-Temps, sorti l’année passée), Radio contre-temps, une collection de morceaux issus du processus de création de l’album précédent.

Sa page Facebook.

Tous ses clips ici.

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandor

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandorInterview :

C’est important pour toi ce premier FrancoFolies ?

Je vais te paraître ingrat, mais aucun festival ne me fascine, parce que ce n’est pas du tout ma culture. Avec les Francos, je n’ai pas un rapport très sacré. Après, je découvre ce monde et ce milieu et ça me plait beaucoup parce qu’en effet, quand j’arrive et que je vois des photos de concerts qui ont eu lieu depuis plus de 20 ans, je me dis qu’il s’est passé des choses. De plus, on est fort bien reçus.

Les photos des personnes « mythiques » t’impressionnent?

« Mythiques »… il faut faire attention avec ce terme. Pour moi, aucun homme n’est sacré et

personne ne m’impressionne.

Quand as-tu commencé à faire de la musique ?

Peut-être à partir du moment où j’ai commencé à l’écouter. Et puis, il y a un jour ou ça se développe, ou on se met à produire et à enregistrer. Mon système d’annotation n’était pas par la portée, parce que je ne connais pas le solfège, il a été par le data, la mémoire… j’ai découvert la composition musicale sur ma Playstation 2.

Le fait de ne pas connaître le solfège permet d’aller là où ne vont pas les autres ?

Je ne sais pas. Connaître la musique permet aussi d’aller dans des territoires encore plus précis.

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandor

Quand tu es à pparu en 2015 avec ton premier album Léviathan, tu es devenu francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandorimmédiatement l’artiste du moment, un peu à part.

Je m’en foutais un peu. J’étais ravi des retours que l’on me faisait et des mises en avant que j’avais dans certains médias, mais la case de celui qui monte, c’est une case… et les cases me font peur parce qu’une fois qu’on y est, on ne peut qu’en sortir. Je me protège beaucoup d’une possible descente après une ascension. Je crois beaucoup à la racine Huzohide et à l’oscillation. On ne peut pas être dans une croissance et une progression constante. Une carrière, c’est du travail, de la patience, mais je n’ai pas d’attente sur ce métier. Ce n’était d’ailleurs pas un métier que je voulais faire et je ne le ferai certainement pas toute ma vie.

J’ai l’impression que tu as un sérieux détachement sur le milieu musical…

Pour moi, la musique sert plus à rencontrer des gens, à avoir des expériences. Je fais de la musique seul, pour ensuite travailler à plusieurs, que ce soit sur le live et sur la finition de l’album. Ce qui m’arrive, je n’en suis pas détaché, contrairement à ce que tu penses. C’est gratifiant, mais je ne suis pas dans un storytelling de l’artiste qui mène son petit bout de chemin, guitare au dos. Je m’intéresse juste à la création en soi.

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandorJe suppose que tu n’aimes pas trop les interviews.

Si, j’aime bien. J’ai un côté narcissique qui aime bien parler de moi et de mon travail. Je fais juste attention à ne pas mettre mon image en avant. Ça me fait plaisir de parler à des gens qui en ont fait la demande, comme toi. Je ne vois pas pourquoi je refuserais.

Tu viens de sortir un nouvel album, Radio Contre-Temps qui est le pendant du précédent, Contre-Temps.

C’est un disque corollaire à l’album précédent en effet. J’avais une folle envie de sortir un disque en deux semaines. Avec mon label, c’est ce que nous avons fait. Radio Contre-Temps est un disque commenté qui s’adresse à celui qui l’écoute.

Expliquer un disque, ce n’est pas démythifié le truc ?francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandor

J’explique ce que j’aurais aimé qu’il y ait, mais qu’il n’y a pas. J’explique ce que j’aurais aimé faire, mais que je n’ai pas fait. Après, je suis d’accord avec toi, le mystère est hyper important. C’est primordial de ne pas tout donner, de ne pas tout expliquer, de ne pas tout montrer.

On ne peut pas dire que l’on te voit beaucoup dans les médias. On ne sait rien de toi, de ta vie…

Ma vie n’est pas très intéressante. Ce n’est d’ailleurs pas ce que je fais de mieux. Je préfère que l’on creuse les discutions artistiques et culturelles et plus largement politiques.

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandor

francofolies de la rochelle,flavien berger,interview,mandorAux Francos, vous êtes combien sur scène ?

Nous sommes 5… mais je suis le seul humain. Je suis entouré de fantômes. Si tu viens au concert, tu auras l’occasion de les voir tourner. Ce sont des présences que j’ai toujours eu dans la tête, mais qui sont matérialisées aujourd’hui. Je suis le seul à faire de la musique, ils se contentent de tourner et de danser.

Tu as un monde imaginaire intense en toi ?

Oui, et que j’ai l’intention de matérialiser un jour dans l’espace physique. La musique c’est physique. Ce sont des ondes qui percent l’air et qui font bouger les molécules. La musique, c’est de la communication à travers de la matière.

francofolies de la rochelle, flavien berger, interview, mandor

Après l'interview, le 14 juillet 2019.

francofolies de la rochelle, flavien berger, interview, mandor

Les Francofolies de La Rochelle (9) : Interview Canine

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor« Elle chante en français, elle chante en anglais, elle chante surtout une langue étrange, personnelle, d'une voix déterminée et languide : on se demande parfois si Canine est homme, est femme. Le chant de Canine est grave, car on ne peut pas tricher avec la soul qu'elle détourne vers une version très personnelle du genre, qui doit autant au R&B de pointe qu'au vintage Phantom Of The Paradise. La voix de Canine ne fut pourtant pas toujours si grave : dans son adolescence passée entre Nice et Paris, elle coloria ainsi des chansons espiègles, aux limites de la pop et du dancefloor. C'est peu dire qu'on est mordu de Canine. Elle s’est produite au Théâtre Verdière le 13 juillet 2019 ! »

Bon, aujourd’hui, après une phase de mystère de quelques mois (sur scène et en promo, elle ne quittait jamais un imposant masque fait de plumes noires), nous savons désormais que la tête pensante du projet Canine est Magali Cotta. Et c’est à visage découvert, le sourire aux lèvres, que l’artiste pluri disciplinaire est venue, le 13 juillet 2019, dans la salle de presse pour me parler de son groupe.

Son site.

Sa page Facebook.

Toutes ses vidéos.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandorInterview :

Je sais que la musique est arrivée dans ta vie à l’âge de deux ans.

J’étais dans une école d’éveil. On enfermait pendant une heure et demie des enfants de deux ans avec une personne hyper gentille. On avait le droit de toucher tous les instruments. Ça allait des percussions au piano. Je me souviens d’un joyeux bordel. A 3 ans, j’ai continué, mais c’était encore un peu le bordel. C’est à 4 ans que j’ai commencé à apprendre à lire la musique et à travailler le piano. Je considère que j’ai appris mon métier à cet âge-là. Ça a complètement influé sur le reste de ma vie.

Très vite, tu t’es dirigée vers le jazz. D’ailleurs, on l’entend dans la musique de Canine.

Le jazz m’a appris à la fois une exigence, un travail d’harmonie assez complexe… et une grande liberté. Quand tu es dans un bon jazz, tu es dans un lâcher prise sans nul autre pareil.

Avoir une grande technique permet de sortir des cadres imposés habituellement ?

Tout à fait. C’est le cas pour moi et pour mes musiciennes, chanteuses et instrumentistes. Elles ont toutes une technique imparable. Il y en a qui viennent du jazz, mais pas uniquement. Certaines viennent de la soul, du gospel et même deux qui viennent de la comédie musicale. Elles sont toutes malléables, ouvertes et libres.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Dans ton show, il y a plusieurs chants.

Oui, d’ailleurs, celles qui m’accompagnent sont contentes d’explorer des choses nouvelles, vocalement, pour elles.

Tu as composé toute la musique du projet. Te considères-tu comme un chef d’orchestre ?

C’est exactement ce que je suis sur les lives, mais je suis aussi metteur en son et metteur en scène. C’est presque ce qui m’intéresse le plus.

Ce projet à 5 ans. Je trouve qu’il évolue très vite.

J’ai désormais une petite équipe autour de moi composée de personnes qui me donnent confiance en moi et qui sont excités par le projet. Nous sommes tous heureux de tous travailler ensemble et de faire évoluer Canine à vitesse grand V.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Canine aux Francofolies le 13 juillet 2019.

J’ai l’impression que tu as du recul par rapport au métier ?

Je ne cours pas derrière le succès à tout prix, en tout cas, sinon, je ferais autre chose. Je suis ravie d’être là, mais ce n’est pas une fin en soi. Je ne me pose pas trop de questions.

Tu ne te demandes pas si scéniquement tu ne vas pas trop loin ?

Non, je ne me bride jamais. Mais parfois, la production me signale que c’est trop cher (rire). Je vois toujours les choses en grand, or, les budgets ne sont pas extensibles. Je n’ai jamais de contraintes artistiques, juste des contraintes financières.

Tes spectacles sont un mélange de danses (sauvages, souvent) et d’expériences vocales.

Au niveau des corps, je voulais qu’ils se reconnectent avec des choses pas du tout cérébrales, mais plutôt animales. Les animaux est un thème qui m’est très cher, autant que notre propre animalité. Dans le chant aussi, nous sommes connectées à nos sensations et à nos corps. C’est un ensemble indissociable.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Canine aux Francofolies le 13 juillet 2019.

As-tu la volonté de ne rien faire comme les autres ?

Pas du tout, mais c’est une bonne question que je ne me pose pas. Tu es d’ailleurs le premier à m’interroger sur ce sujet. C’est juste un projet que je veux voir, moi. Je suis dans une époque où je suis un peu frustrée avec ce qu’il se passe dans la musique actuellement. Dans la musique mainstream, je ne n’y trouve pas beaucoup mon compte. Il y a des artistes qui ont des projets admirables, mais ils sont méconnus et on n’y a pas accès facilement.

Comme il n’y a que des femmes dans Canine, que tu évoques les femmes de manière non caricaturales, on dit que c’est un projet féministe. Qu’en penses-tu ?

Je voulais montrer un féminin qui a différentes facettes et qui ne soit pas dans les stéréotypes : la vierge, la pute, la maman… En live ou dans les vidéos, je veux mettre en avant des femmes qui peuvent être violentes, douces, agressives, bêtes, intelligentes. Un féminin qui regorge de choses beaucoup plus complexes et intéressantes. Je n’aime pas les sentiers balisés.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Au début de Canine, tu ne dévoilais pas ton visage et tu ne répondais pas aux sollicitations des journalistes.

Quand j’ai monté ce projet, je souhaitais que l’on s’intéresse aux valeurs que je voulais défendre et je sentais que si je me mettais en avant, j’allais être dans un truc personnel et marketé. Pour être très franche, j’étais aussi très timide. Maintenant, je le suis moins et je suis ravie de rendre ce projet lisible parce que j’ai envie qu’il parle au plus grand nombre.

Ce n’est pas dommage d’expliquer un projet ?

Je donne juste des pistes de compréhension. Je parle des sens qui passent par les voix, la musique, mais aussi par le corps. Je ne rentre pas trop dans les détails.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Quelles sont les valeurs que tu souhaites véhiculer ?

Le féminisme, le combat pour les animaux et la justice sociale et personnelle. La nature aussi, la mer, la montagne, la forêt.... La nature est pour moi un grand refuge et elle est présente dans quasiment tous mes morceaux.

La musique est un combat ?

La musique est un combat politique. Elle permet de revenir à des choses qui semblent inutiles, sans valeurs marchandes, comme le beau, la poésie et les choses gratuites. J’ai l’impression que si on parvient à faire de l’art pour le collectif, on fait un pas en avant.

Est-ce que Magali Cotta et Canine ?

Canine, c’est beaucoup moi puisque c’est mon projet. C’est plus que moi. C’est plus gros que moi… après j’espère que ce n’est pas que moi.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

Avec Magali Cotta "Canine", le 13 juillet 2019, pendant l'interview.

francofolies de la rochelle,canine,interview,mandor

16 juillet 2019

Les Francofolies de La Rochelle 2019 (8) : interview Ramo

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor

(c) Jeronimo Acero

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor« Qu’aurait bien pu penser le célèbre Douanier Rousseau des mélodies tropicales du jeune Ramo ? – Ramo est davantage un fantasme qu’un simple musicien de plus tentant de suivre ses aînés. Lui a commencé par écrire ses musiques tout seul, puis a attendu que les chansons grandissent, comme des plantes.

C’est cette pop écologique sans colorants qui permet aujourd’hui au Français d’aborder les thèmes qui lui tiennent à cœur : des histoires d’hommes qui, à force de ne plus trouver leur place en ville, reviendraient à la nature, et des comptines aux couleurs inspirées par les plus belles œuvres de Miyazaki. Dans la lignée de Voyou, Myd et François & the Atlas Mountain (qui l’a marqué), Ramo est donc ce Robinson Crusoé rêvant d’un écosystème simple où les refrains seraient chantés au premier degré, et la musique conçue comme un engrais à bonnes vibrations. Ecrit tout seul et produit avec Romain Drogoul, cet EP est donc le premier chapitre d’un livre de la jungle qu’on imagine déjà plus grand. »

Toutes ses vidéos, ici.

Le samedi 13 juillet, Ramo s’est produit sur la scène Jean-Louis Foulquier lors des "Intercales" (interplateau) devant 13 000 personnes et le lendemain, à 15h00 au Théâtre Verdière dans le cadre de Première Francos.

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor

Ramo, le 13 juillet, sur la scène Jean-Louis Foulquier.

Interview :

Tu te sens chez toi aux Francofolies ?

Oui, il y a beaucoup d’affects liés à cet endroit. J’ai passé une semaine aux Chantiers des Francos. C’était hyper intense et positif. Ces moments étaient chargés de bonnes ondes et d’excellentes vibrations. Je suis rentré aux Chantiers, je jouais derrière des machines, un peu comme un DJ. Je chantais avec mes petits synthés. Bref, j’ai remis en question beaucoup de mes comportements scéniques. Vu le propos et mes textes, il est apparu qu’il était évident que je devais me contenter de chanter.

Comment ça se passe les Chantiers ?

Il y a trois groupes. La semaine commence par un concert ensuite tu discutes. Les autres du groupe et un coach te font te poser les bonnes questions : Que veux-tu transmettre ? C’est quoi ton propos ? Pourquoi tu fais de la musique ? C’est quoi un concert idéal ? Que veux-tu que les gens retiennent ? Qu’as-tu déjà essayé et qui n’a pas marché ? Qu’est-ce que tu aimerais essayer et que tu n’as pas encore osé ou eu le temps de faire ? Une fois ces questions posées, la discussion s’engage là-dessus. Ce qui est bien, c’est que tu comprends vers où tu dois aller juste en échangeant entre nous.

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor

Ramo, pendant les Chantiers des Francos en avril 2019.

A la fin des Chantiers, tu dois te produire de nouveau en concert, mais avec ce que tu as appris dans la semaine.

C’est super parce que c’est une grosse bulle de création, mais la veille du concert, j’ai hyper mal dormi. Je me réveillais toutes les heures pour gamberger sur ma prestation. Et le miracle finit par opérer. Tu trouves une formule dans laquelle tu te sens bien et ou tu parviens à transmettre des choses que tu ne parvenais pas à transmettre avant. C’est hyper gratifiant.

Ce soir, c’est toi « l’intercale » sur la scène Jean-Louis Foulquier pour trois morceaux devant 13 000 personnes. Ce sera donc le Ramo nouveau ?

J’ai fait les Chantiers en avril, donc depuis, j’ai eu quelques dates et j’ai eu le temps de roder cette nouvelle formule. Pour moi, symboliquement, c’est émouvant de revenir ici. Revoir les gens avec qui j’ai partagé plein de bons moments, revoir les endroits que j’ai fréquentés… Notre corps garde la mémoire des émotions et des états d’esprit. Je suis très heureux et reconnaissant de pouvoir jouer ici ce soir. Depuis que je fais de la musique, Les Chantiers des Francos est de très loin le dispositif qui m’a le plus apporté.

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor

Ramo sur scène.

J’aime bien les artistes de ta génération. Ils jouent une pop à la fois plus positive et plus engagée. Toi, tu passes discrètement des messages écologiques, sans que cela soit culpabilisant pour les autres.

Toutes ces thématiques d’hommes, d’animaux, de forêts…etc. sont venues de manière très instinctive.

D’où viennent-elles?

Quand j’étais gamin, j’habitais à Laval, la ville du Douanier Rousseau. On m’emmenait régulièrement au château de la ville qui est transformé en musée des arts naïfs. J’ai découvert l’art pictural par ce biais. Je passais beaucoup de temps devant les toiles du Douanier Rousseau à réfléchir sur ce qu’il s’y passait, ce que cela me faisait ressentir… Tout ce vocabulaire du vivant, du végétal, de l’animal, de l’homme… me permet aujourd’hui d’évoquer dans mes chansons des thèmes de société qui m’interrogent et m’angoissent. Mon rapport à l’environnement, mon rapport à l’autre, aux animaux, aux végétaux…

Pourquoi fais-tu de la musique ?

Pour participer à créer un imaginaire collectif vers lequel nous devrions tendre. Pas uniquement les musiciens, mais aussi les scientifiques, les cinéastes, les cuisiniers et tous spectres de la société. Il y a beaucoup de défis sociétaux devant nous. Notre gestion de notre manière de vivre, des espaces, des inégalités entre les gens… Il faut arriver à créer quelque chose de désirable dans lequel nous allons nous reconnaître.

francofolies de la rochelle,interview,ramo,mandor

Après l'interview, selfie par et avec Ramo, le 13 juillet 2019.

13 juillet 2019

Les Francofolies de la Rochelle 2019 (7) : interview Alexis HK

francofolies de la rochelle, interview, alexis  hk, mandor

« Alexis HK est un poète funambule : en équilibre, il chante avec humour mais sans cynisme, avec tendresse mais sans fadeur. Une qualité salutaire au milieu de la grisaille. Si des loops lancinants ont remplacé les batteries, sa finesse d’écriture et son humour lui permettent d’aborder des thèmes plus sombres… même si la lumière n’est jamais loin !
Avec Comme un ours, Alexis nous dévoile une nouvelle facette de son talent, toujours tout en élégance et en poésie…
Rendez-vous ce soir à 23h à la Salle Bleue !

Toutes ses vidéos ici.

Alexis HK m'a rejoint le 13 juillet après-midi à mon bureau du service de presse.

(Pour en savoir plus sur son nouveau disque Comme un ours, vous pouvez lire sa récente mandorisation.)

francofolies de la rochelle,interview,alexis  hk,mandor

francofolies de la rochelle,interview,alexis  hk,mandorInterview :

Tu es un habitué des Francofolies.

La première année où j’aurais dû y jouer, il y a 18 ans, il y a eu la grève des intermittents. C’est la première fois que j’ai entendu à la radio une nouvelle qui me concernait directement. Je me préparais à venir. J’ai allumé France Inter, ils ont dit que le festival était annulé… et je suis allé me recoucher. Après, j’ai été très bien suivi par le festival sur la plupart de mes albums. Pour moi, c’est très important d’être ici. Je fais de la chanson française, il n’y a pas beaucoup de festival de chansons comme celui-là. C’est aussi l’occasion de revoir plein de gens qui sont très importants et que je ne recroise pas forcément dans l’année, car nous sommes tous par monts et par vaux.

Je trouve que tu es de plus en plus drôle entre tes chansons lors de tes spectacles.

Comme je fais de la chanson parfois un peu neurasthénique, j’essaie de la contrebalancer en montrant au public qu’il ne faut pas être dupe, que ça reste de la chanson et qu’on est surtout là pour passer un bon moment et relativiser tous nos petits malheurs. J’aime bien l’idée de proposer à la fois de la chanson et en même temps d’utiliser la chanson pour raconter une histoire dans l’histoire. Il y a ainsi une connivence avec le spectateur qui s’installe.

Dans ce monde où on dramatise tout, c’est agréable de détendre l’atmosphère pesante.

On est dans une époque où on n’arrête pas d’envisager la fin du monde, où on nous dit qu’en 2030, nous serons tous morts. Nous sommes dans quelque chose de très anxiogène et en même temps, on profite du moment présent et on essaye de se régaler. La chanson est un vecteur permettant d’avoir de l’ironie sur le malheur.

Tu es présent dans le métier depuis 18 ans. Cela commence à faire…

J’ai conscience de la chance infinie que j’ai dans mon parcours. Comme tu l’as dit, ça fait 18 ans que je fais cela et que je peux continuer à le faire. On sait à quel point ça peut être difficile. J’ai été suivi dans mes envies par des collaborateurs hyper motivés qui m’ont toujours fait confiance. J’ai toujours été convaincu que la chance était un facteur fondamental dans le déroulé d’une carrière. Je vais citer le chanteur Dave : « Ce métier, c’est travail, talent et chance. » S’il manque l’un des trois, ça devient un petit peu compliqué.

Toi tu ne fais que ça. Travailler.

Je suis intégralement mobilisé pour avoir une nouvelle idée de chanson. Ma vie se mélange perpétuellement à mon activité artistique. Je n’ai aucun mérite à ça parce que j’ai tout le temps pour le faire.

francofolies de la rochelle, interview, alexis  hk, mandor

Pendant l'interview...

Tu es sensible aux critiques ? L’article peu élogieux de Valérie Lehoux sur Comme un ours dans Télérama t’as touché je crois.

Ce n’est pas le premier article d’elle que j’ai eu et qui a été critique à mon égard. Certaines fois, je les trouvais assez pertinentes, mais sur ce dernier article, je n’ai pas eu le sentiment que l’album avait été vraiment écouté. Ça m’a fait de la peine. Télérama est un grand journal qui a de l’influence, alors j’aurais préféré qu’on ne parle pas du tout de mon disque plutôt qu’on en parle de cette façon-là. En plus, généralement, elle est toujours la première à écrire et donc ça met tout de suite une ambiance un peu dure autour d’un projet. Le jour où j’aurais un article élogieux de madame Lehoux, je serais aussi très content parce que je respecte son avis. C’est une vraie chroniqueuse et c’est quelqu’un qui connait bien la chanson.

Un concert aux Francos, c’est un concert normal ?

Pas tout à fait. D’abord parce qu’on est au milieu de plein d’autres artistes qui se produisent, il y a donc une énergie qui n’est pas la même que quand on fait un concert plus isolé dans un centre culturel. Ici, le public vient à votre concert, mais il va voir plein d’autres artistes. Je ne vis donc pas les choses de la même façon.

francofolies de la rochelle, interview, alexis  hk, mandor

Après l'interview, le 13 juillet 2019.

12 juillet 2019

Les Francofolies de La Rochelle 2019 (5) : interview de Terrenoire

terrenoire, francofolies de la rochelle, interview, mandor

Terrenoire est un duo composé de deux frères, Théo et Raphäel Herrerias… Quelque part entre la musique électronique, le hip-hop et la chanson française, les machines du petit frère se baladent vers la lumière, se tirent vers les ombres : productions raffinées, poignantes, émouvantes, elles sont les images du film que racontent les textes. Le grand, lui, chante comme un point d’interrogation, des histoires de la grande ville, d’excès, de fuites vers les falaises, la voix clame puis se brise, engueule puis supplie. Découvrez Terrenoire en clôture de la Scène de l’Horloge, à 18h00 ce soir !

Ils sont passés me voir une heure avant leur prestation. 

Toutes les vidéos de Terrenoire à voir ici.

terrenoire,francofolies de la rochelle,interview,mandorInterview :

Comment vivez-vous ce début de notoriété ?

Raphaël : Pour le moment, nous avons sorti 8 chansons. Là, nous sommes en train d’enregistrer notre premier album, donc nous sommes au tout début de quelque chose. Nous avons eu la chance d’avoir eu de supers beaux ambassadeurs de notre musique dont notamment Les Inrocks et Didier Varrod. Nous avons juste franchi le premier passage qui a duré un an. J’ai la sensation que nous avons tout à recommencer pour aller toucher d’autres personnes et pour confirmer auprès de ceux qui ont aimé le premier passage. Tout ne se joue pas dans l’immédiat. Le plus beau c’est de dessiner une relation avec le public et nous avons conscience que ça prend du temps.

Tous les médias sont dithyrambiques à votre encontre.

Raphaël : Ca veut dire que notre duo est encore confidentiel. Si nous avions un fort taux de notoriété, dans le lot, il y aurait des avis négatifs.

terrenoire,francofolies de la rochelle,interview,mandor

Le 1er EP.

Plus vous écrivez des chansons, plus vous vous améliorez ?

Théo : C’est un travail d’artisanat. En japonais, artiste et artisan, c’est le même mot. Pour moi, écrire et composer une bonne chanson, c’est comme construire un beau portail ou une belle porte selon que l’on soit menuisier ou ferronnier. Nous on joue des heures et des heures tous les jours, histoire de se parfaire.

Est-ce que jouer de la musique est un travail ?

Théo : J’aime à le penser. Je me suis toujours inspiré de modèles comme Frank Zappa ou Damon Albarn. Ce dernier raconte dans les interviews qu’il se lève à 8 heures… à 9 heures, il est au travail et à 18 heures, la journée est finie. Zappa, c’est plutôt de 7 heures jusqu’à minuit.

Vous avez une discipline, une rigueur dans le rythme du travail ?

Théo : Oui. Et ce sera encore plus facile de l’être parce que nous aurons un lieu qui nous sera propre.

Raphaël : On achète un studio, ce qui nous permettra de n’être dépendants de personne. « Comment faire pour créer des territoires qui nous appartiennent ? » est un de nos thèmes récurrents. On l’applique dans la vie en ayant ce studio. On pourra aussi inviter d’autres artistes et partager.

terrenoire, francofolies de la rochelle, interview, mandor

Pendant l'interview...

Libé a dit de vous : « Chansons électroniques Alien qui s’emparent des codes hip-hop et du r’n’b.

Raphaël : J’aime bien l’idée d’Alien parce que nous n’avons jamais suivi les codes traditionnels de la musique populaire. Nous, on aime les artistes qui ont innové et qui ont une voix singulière. Souvent ça dissone pour l’époque et ce n’est pas toujours bien compris. Il faut prendre ses aises avec l’époque.

Vos textes sont littéraires, modernes et simples à comprendre. Ils se fondent parfaitement dans la musique.

Raphaël : On essaie de polir très longtemps nos productions, les prises de voix et les mélodies pour que cela fasse un film global.

Vous travaillez sur un nouvel album. Vous en êtes où ?

Raphaël : Nous sommes en train de créer tout un nouveau langage pour l’album. Nous avons déjà envie d’aller ailleurs de ce que nous avons déjà proposé. On ne va pas faire du réchauffé de ce qu’on a déjà fait, parce qu’on a l’impression qu’on a déjà perdu ce que l’on voulait dire On a envie de raconter autre chose, d’une autre manière..

terrenoire, francofolies de la rochelle, interview, mandor

Après l'interview, le 12 juillet 2019.

11 juillet 2019

Les Francofolies de La Rochelle 2019 (3) : Conférence de presse (express) d'André Manoukian

IMG_2924.jpg

Juillet 85, première édition des Francofolies de la Rochelle.

Une idée un peu folle née un soir, très tard, de l’imagination débridée de Jean-Louis Foulquier. Vouloir créer le festival de la scène française aux pieds des tours de la Rochelle son port d’attache.
Juillet 2019, le festival célèbre sa 35ème édition ! Et pour fêter ça, André Manoukian, le pianiste et présentateur de l’émission La vie secrète des chansonssur France 3, vous invite à le retrouver ce soir pour un concert très spécial.
Avec ses amis chanteuses et chanteurs, il revisitera 35 ans de Francofolies à travers les chansons qui ont marqué l’histoire du festival.

Rendez-vous ce soir au Grand Théâtre de la Coursive à 20h00 pour une création inédite !

En collaboration avec la Sacem.

IMG_2918.jpg

Voici quelques précisions d’André Manoukian lors de sa conférence de presse de ce matin (et merci au journaliste se voulant spirituel qui pose des questions stupides, sans intérêts pour ses collègues présents... mais qui prennent du temps de réponse sur un temps déjà hyper limité):

Comment avez-vous choisi les chansons ?

Avec le directeur du Festival, Gérard Pont, on a choisi à travers tous les artistes qui sont venus aux FrancoFolies 22 chansons. Après, nous avons fait un casting d’artistes de la nouvelle génération parce qu’il est de notoriété publique que je chante comme un jambon. Ils ont tous une forte personnalité originale et ils amènent tous leur lumière et leur interprétation à cette histoire. Je les accompagnerais au piano avec un quatuor à cordes et je ferai le MC. On a l’impression que chaque chanteur est un invité qui vient s’intégrer dans un son. Du coup, l’homogénéité, elle est dans la musique et le fil conducteur qu’il y a à travers cette jolie histoire.

Ce soir vous raconterez l’histoire des Francos ?

Oui et l’histoire de certaines chansons, mais surtout le rapport des artistes avec les Francofoliesde La Rochelle.

C’est quoi votre souvenir principal des Francos ?

C'est  lorsque l'on s'est retrouvés sur la scène avec Liane Foly, Maurane et d'autres artistes, qui sont venus juste parce que Foulquier avait décroché son téléphone. Quand on est sur la scène du parking Saint-Jean d'Acre, on voit ce public si particulier, qui pogote... mais  sur de la chanson française. C'est  le seul festival qui existe dans notre pays, à ce niveau-là.

Que pensez-vous de la variété française d’aujourd’hui ?

Elle est morte. Aujourd’hui, il y a de la chanson française qui est devenu un genre, le rap et quelques musiques de niche qui sont en train d’arriver. Certains qui viennent du rap ajoutent d’ailleurs de la chanson pure. La grande variété est devenue une musique classique, qu’on peut revisiter. Cela fait partie de l’évolution des choses. Avant, en France, les jeunes artistes se faisaient développer par des majors. Aujourd’hui, tout ça c’est mort, chacun se débrouille dans sa “niche”, puisqu’il faut utiliser des termes de marketing. Du coup, on n’a jamais eu autant de richesses musicales et autant de genres complètement différents. On se trouve dans une autre forme de variété puisqu’on est dans un éclatement de styles et une profusion de créativité de dingue.

IMG_2916.jpg

Le 11 juillet 2019, conférence de presse d'André Manoukian.

Edit : Deux photos de la soirée...

andré manoukian,francofolies de la rochelle,conférence de presse

André Manoukian et ses invités, Elodie Frégé, Ben Mazué, Maissiat, Barbara Carlotti et Tim  Dup.

andré manoukian,francofolies de la rochelle,conférence de presse

André Manoukian et ses invités, Elodie Frégé, Ben Mazué, Maissiat, Barbara Carlotti et Tim Dup.

Les Francofolies de la Rochelle 2019 (2) : interview Gainsbourg for Kids

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview« À l’image de « Ce petit garçon nommé Charlie » qui se casse la figure à tous les coins de la ville, chanson touchante et pas si désespérée qu’il avait écrite pour le dessin animé Charlie Brown et qu’il avait sans doute perçu comme un miroir de lui-même, Serge Gainsbourg avait aussi sa part d’enfance. Et comme beaucoup d’enfants, il avait le goût des mots qui sonnent, et des « Shebam ! Pow ! Blop ! Wizz ! » qui explosent dans les bulles des comic-strips. De quoi donner l’envie à la dreamteam de Wanted Joe Dassin de fouiller dans le répertoire monumental de Gainsbourg, d’en extraire quelques pépites connues et inconnues, et d’imaginer ce nouveau spectacle destiné aux grands enfants et aux familles. Bienvenue dans le comic-strip des Gainsbourg for Kids ! » Ainsi est présenté officielle ce projet.

Avec : Cheveu, François Guernier, Ben Ricour.

Conception et mise en scène : Olivier Prou
Régie et création son : Stéphane Andrivot
Création lumières : Philippe Arbert

Ce matin, aux Francofolies de La Rochelle, les 3 artistes se sont produits dans la salle bleue dans le cadre des Franco Juniors. Cette scène est spécialement dédiée au jeune public, pour le plaisir des petits, mais des grands aussi !

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview

De gauche à droite : Ben Ricour, Cheveu et François Guernier.

Interview :

Après Nino Ferrer et Joe Dassin, voici un hommage à Serge Gainsbourg. L’idée est de faire découvrir aux enfants un répertoire qu’on entend plus dans les médias ?

François Guernier : Oui, mais c’est surtout leur faire découvrir un répertoire de 600 chansons vers lequel ils n’ont plus accès. Quel enfant connait Serge Gainsbourg aujourd’hui ? L’idée est que son répertoire devienne un élément fédérateur entre les enfants et les parents. C’est bien qu’ils aient un artiste en commun à partager.

Le répertoire de Gainsbourg est parfois sulfureux. J’imagine que vous avez choisi des chansons comme « L’ami Caouette »…

Cheveu : Il y a plein d’autres chansons qui sont accessibles aux enfants. Je rappelle qu’avant Gainsbarre, il y a eu Gainsbourg.

Ben Ricour : Et on a pioché uniquement dans Gainsbourg. Du début de sa carrière à la période reggae, fin 1970, début des années 1980. Dans des chansons comme « Laetitia », il y a des jeux de mots qui sont hyper accessibles.

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview

Gainsbourg For Kids aux Francofolies de Rochelle, ce matin.

Vos concerts sont scénarisés.

Ben Ricour : On ne fait pas juste de la reprise de Gainsbourg. Il y a une histoire. Nous sommes trois déménageurs qui livrons un piano au 5 rue de Verneuil, là où habitait Gainsbourg. On sonne, il n’y a personne. Que va-t-on pouvoir faire en attendant que le propriétaire arrive ? On fait des histoires, des devinettes et de la chanson. Après, je n’en dis pas plus par respect pour le public qui viendra.

Il n’y a que des chansons interprétées par lui ?

François Guernier : Non, nous avons puisé aussi dans celles qu’il a écrites pour d’autres, comme « La gadoue » pour Jane Birkin et « Pourquoi un pyjama » pour Régine…

Ben Ricour : Il y en a un peu pour tout le monde. Il y a du connu et des chansons très peu connues. Même les fans de Gainsbourg sont souvent surpris.

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview

Le choix des chansons a dû être draconien ?

Cheveu : Nous avons été aidés par le metteur en scène Olivier Prou. A la base chacun en avait choisi trois que l’on avait maquetté chez nous. Après, Olivier a pioché dans notre listing commun de 35 chansons. On en a pris 18 pour le spectacle.

François Guernier : Ca a mis en évidence la part d’enfance qu’il y avait chez Gainsbourg.

Et musicalement, il pouvait connecter tous les genres musicaux.

François Guernier : T’aimes le rap, tu aimes Gainsbourg. Tu aimes le funk, tu aimes Gainsbourg. Tu aimes le rock, tu aimes Gainsbourg. Tu aimes le reggae, tu aimes Gainsbourg. Tu aimes la poésie, tu aimes Gainsbourg. Ils sont peu dans ce cas à être se balader de style en style d’époque en époque.

francofolies de la rochelle,gainsbourg dor kids,françois guernier,ben ricour,cheveu,mandor,interview

Après l'interview, le 10 juillet 2019, en terrasse à La Rochelle.

Les Francofolies de La Rochelle 2019 (1) : Conférence de presse d'Angèle

angèle,interview,francofolies de la rochelle

(Photo après la conférence de presse: Sébastien Acker)

Les FrancoFolies de La Rochelle 2019, c’est parti ! Pour connaitre la programmation, allez faire un tour ici.

Comme l’année dernière, je vous proposerai au quotidien des interviews d’artistes.

La première, c’est Angèle qui s’est produite hier soir sur la scène Jean-Louis Foulquier. Bon, ce n’est pas une interview en face à face (son succès est tel que les demandes étaient gigantesques), mais une conférence de presse. Un exercice journalistique auquel je n’aime pas m’adonner… sauf quand je n’ai pas le choix. Angèle ne donnera plus d’interviews avant pas mal de temps, elle lève le pied sur la promotion (elle a beaucoup donné depuis un an), il est donc intéressant d’écouter ses propos post silence.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

(Photo après la conférence de presse: Mandor)

Florilège de quelques questions.

Il s’est passé beaucoup de choses pour vous en un an. Comment avez-vous vécu cette année ?

Super bien. Il y a eu plein de rebondissements. Il y a eu la finition de l’album, le mixage, le mastering ensuite l’album est sorti. A la suite de cela il y a eu une grosse phase où j’étais très présente dans les médias et, en parallèle, il y a eu la préparation de la tournée des SMAC et des Zénith. Je n’ai pas arrêté.

Vous êtes une des nouvelles voix de votre génération, comprenez-vous ce qui plait dans vos chansons aux jeunes d’aujourd’hui ?

Peut-être qu’ils se sentent compris ? Comme je parle de moi, je parle de ma génération, donc certaines jeunes se reconnaissent dans mes chansons.

Et personnellement ?

Ça a été très positif et très intense.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier

C’est quoi pour vous, être chanteuse ?

C’est un métier qui demande énormément d’implications à plein de niveau. Ça peut paraitre idiot, mais pour moi, être chanteuse c’est chanter des chansons que j’ai écrites. C’est un réel exutoire de ressentir des choses et de pouvoir ensuite les exprimer en chanson. Dans la vraie vie, j’ai du mal à exprimer ce que je ressens.

L’année dernière vous étiez aux Francos au théâtre Verdière, une salle fermée, cette année c’est la grande scène mythique Jean-Louis Foulquier. Quelle évolution !

Je trouve ça agréable. On parle de mon évolution en me disant « Ça va, tu tiens le coup ? », comme si, vraiment, j’avais un métier très dur. Il ne faut jamais oublier que c’est un métier que j’aime, que j’ai choisi et que je suis très chanceuse d’exercer. Là où ça peut être difficile, c’est la fatigue physique. Elle peut avoir un impact sur la fatigue mentale. Être constamment comme ça, avec des micros autour de moi et des gens qui m’écoutent, ça me donne l’impression de devoir dire uniquement des choses très intelligentes… et je n’ai pas toujours des choses intelligentes à dire. Etre tout le temps sur scène, ça demande d’être tout le temps en forme et je ne suis pas tout le temps en forme. Quand je marche dans la rue, ça impliquerait que je sois tout le temps souriante avec les gens, et je ne le suis pas tout le temps non plus. Le gros succès est un peu déshumanisant. On attend d’un artiste qu’il soit en permanence apte à faire son métier alors qu’on devrait être en représentation uniquement quand on est sur scène.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier.

Il est compliqué de rester un être humain normal ?

Oui, c’est ça qui est le plus dur à gérer. J’essaie de ne pas m’en plaindre parce que mon succès me fait vivre des moments intenses.

Dans votre chanson « Flou », vous vous interrogez sur la notoriété. Est-ce qu’un an plus tard, c’est toujours aussi flou ?

C’est toujours aussi fou, mais un peu moins flou. Il y a plus d’information à intégrer. Je suis mieux entourée qu’il y a un an. Il n’y a autour de moi que des gens bienveillants et agréables, avec qui je peux partager tous ses moments que je traverse.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier

Malgré le succès phénoménal, continuez-vous à vous sentir illégitime ?

J’avance dans la quête de la légitimité. Je crois que je l’ai trouvé, c’est bon. Si j’en suis arrivée là, c’est que j’ai beaucoup travaillé pour. A force de parler de ma famille, ça m’a fait croire que tout ce qui m’arrivait était dû à leur existence et à leur présence. Je réalise aujourd’hui que ce qui m’a vraiment aidé, c’est d’avoir des parents qui m’ont soutenu psychologiquement. Tout est arrivé tellement vite que je n’ai pas eu le temps d’analyser ce qui me tombait dessus.

Pensez-vous déjà à la suite, à votre prochain album ?

Non, je ne pense pas à un prochain album, mais je ne peux pas m’empêcher d’écrire. Il y a encore des trucs qui se passent dans ma vie dont j’ai besoin de parler. C’est comme ça que je procède. Quand des évènements m’arrivent, positifs ou négatifs, quand des questions s’imposent en moi, en général, ça fini en chansons. Je ne sais pas ce que j’en ferai parce que si c’est trop personnel, peut-être que je ne les partagerai pas.

angèle,interview,francofolies de la rochelle

Hier soir, sur la scène Jean-Louis Foulquier.

23 juillet 2018

Francofolies de La Rochelle : interview de Didier Varrod

didier varrod, foule sentimentale, france inter, interview, francofolies de la rochelle, mandor

(Photo : France Inter)

didier varrod, foule sentimentale, france inter, interview, francofolies de la rochelle, mandorIl n’existe (quasiment) plus d’émissions consacrées à la chanson française sur les ondes radiophoniques et je trouve cela déplorable. Un des derniers des mohicans défendant la chanson d’aujourd’hui, classique et moderne est Didier Varrod (mais citons aussi notamment Yvan Cujious avec son Loft Music sur Sud Radio et Olivier Bas avec Ricochets sur Radio Néo...).

« Didier Varrod a fait toute sa carrière à France Inter. Directeur de la musique de la chaine de service public de 2012 à 2016, il s’est illustré par le lancement à la radio d’une nouvelle génération d’artistes. Il est aujourd’hui producteur de l’émission Foule sentimentale consacrée à la scène musicale française, où se croisent anciennes et jeunes pousses de la chanson, de la pop, du rock, du hip hop et des musiques électroniques.

Dans cette émission, il a mis en place des résidences de jeunes artistes qui pendant quatre semaines se font connaitre au grand public. On y a ainsi découvert les premiers pas radiophoniques de Juliette Armanet, Tim Dup, Eddy de Pretto, Fishbach, Lomepal, Aloise Sauvage, Nusky, Clara Luciani etc… Il est également l’auteur de documentaires événements sur la chanson pour la télévision de service public. France Gall, Renaud, Julien Clerc, Véronique Sanson, Daniel Balavoine, Serge Gainsbourg, Coluche, Jean Jacques Goldman, tous couronnés par de gros succès critiques et d’audience. Il a également signé une douzaine d’ouvrages sur la chanson. Didier Varrod a été également programmateur. Francofolies de la Rochelle, Nuit des électrons libres au Futuroscope de Poitiers, le festival FNAC Live… Il a été fait Chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres en janvier 2011. » (Source : site de l’Académie Charles Cros)

Le 15 juillet dernier (quelques heures avant la finale de la Coupe du Monde), nous nous sommes donnés rendez-vous dans un hôtel Rochelais. Présent sur place du premier au dernier jour, Didier Varrod a animé bon nombre d’émissions en direct des Francofolies. L’occasion de lui poser notamment des questions sur ses relations (parfois houleuses) avec ce festival, sur son émission, l’état de la chanson française aujourd’hui, son rapport avec les artistes et sur des affaires plus personnelles… C’est passionnant et sans langue de bois.

didier varrod, foule sentimentale, france inter, interview, francofolies de la rochelle, mandor

(Photo : Renaud Monfourny)

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandorInterview :

Ça te fait quoi de revenir aux Francofolies chaque année ?

Les Francofolies de La Rochelle et moi, c’est une histoire d’amour qui, comme beaucoup d’histoires d’amour, a été contrarié. C’est une histoire très particulière, à la fois très forte, constitutive de ce que je suis, où il y a toujours quelques traces de petites douleurs qui ne parviennent pas à s’effacer et qui parcourent mon esprit quand j’arrive ici.

Tu as appris beaucoup aux Francos, je crois.

J’ai commencé dans ce métier de journaliste musical en 1983 et deux ans plus tard, j’arrivais ici avec Jean-Louis Foulquier. Les Francos sont liés à l’émergence, à la naissance de mon métier. J’ai appris à être journaliste intrinsèquement. Il faut rappeler que ce type de festival n’existait pas, même si, aujourd’hui, il s’est démultiplié sur tout le territoire. Il y avait donc tout à faire, à inventer, à imaginer. Jean-Louis l’a souvent expliqué, il a exporté le modèle de nos amis québécois. Quand il est allé au Québec la première fois, il a vu que ce peuple francophone était capable de se regrouper, de vivre ensemble et d’inventer sur cinq jours un territoire utopique ou toutes les musiques, toutes les générations, tous les modes de vie pouvaient se rencontrer. C’est ce qu’il a fait ici avec, au début, beaucoup d’oppositions locales. Je me souviens que les premières années des commerçants mécontents affrontaient Foulquier parce qu’ils assimilaient le public des Francos à une horde de punks à chiens. Il a fallu aussi convaincre les artistes que ce moment-là était un passage obligé. J’ai vécu la construction, l’édification, le développement, les crises de croissance, le désamour et le retour en grâce.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Après la victoire des bleus, lors de la dernière émission en direct du Café Pollen, aux Francofolies de La Rochelle le 15 juillet 2018 (photo : Mandor).

En ce jour de finale de la Coupe du Monde, que ressens-tu ?

Je suis très ému, parce qu’une finale de coupe du monde c’est un grand moment de vivre ensemble pour le pays et la nation, mais aussi parce que lors de la finale de 1998, je n’étais pas là. J’ai quasiment fait toutes les éditions, mais j’ai commencé à prendre le large avec les Francofolies en 1997 et 1998. Pendant ces années-là, je travaillais en maison de disques. C’était compliqué d’être à la fois programmateur avec Foulquier et être, en même temps, directeur artistique d’une maison de disques.

Le début des années 2000 est un tournant pour Jean-Louis Foulquier.

Oui, c’est le moment ou le bateau s’est remis dans le bons sens après des années plus difficiles. En 98, les Francos ont programmé à la fois Sardou et organisé une rave. Les festivaliers ont perdu leurs repères. Les Francos avec les années 2000 sont retournés vers leurs fondamentaux. Les artistes de scène de la chanson plutôt d’auteur et le hip hop mieux intégrés… A partir de 2001/2002 les Francos ont trouvé enfin leur deuxième souffle. La musique bougeait déjà. Il y avait de la techno, du hip-hop, plein d’autres musiques, mais Jean-Louis a estimé qu’il fallait que ce festival reste fidèle à ce qu’il avait toujours été. Ça a correspondu à l’émergence de la nouvelle scène française : Cali, Sanseverino, Benabar, La Grande Sophie, Camille… ils ont émergé de la scène sans passer par le filtre réducteur des médias. Moi j’adorais la techno et les musiques électroniques et cette nouvelle génération dite nouvelle scène française était celle avec laquelle je tissais des liens. Ambre, la fille de Jean-Louis, a ouvert le festival au hip hop. C’est donc à ce moment que j’ai rejoint Foulquier à nouveau avec cette promesse faite en 2004 qu’il quitterait le navire pour me passer la succession. C’était une décision qu’il a même annoncé à la presse et au métier pour pouvoir préparer la transition.

Promesse non tenue. Tu n’étais pas Rochelais, c’était un problème ?

Oui, c’était pour certains un énorme problème. Beaucoup plus que reprendre un festival, parce que j’avais déjà un peu de bouteille. Je connaissais tous les rouages de ce festival, j’avais des idées très précises de la manière dont je pouvais le faire évoluer. Même si je n’avais jamais voulu en faire un métier. Je ne me suis jamais dit « quand je serai grand je serai directeur de festival ». Je crois que ce que j’ai payé par-dessus tout, c’est de ne pas être équipé financièrement. Je n’avais pas de société, pas de bizness, j’étais juste moi. Le montage économique était plus compliqué à imaginer. Face à des gens qui arrivaient avec de l’argent, je n’ai pas fait le poids.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Jean-Louis Foulquier et Didier Varrod en 1989.

Tu t’es occupé des Francofolies de La Rochelle avec Jean-Louis Foulquier de 1985 à 2004 avec une pause entre 1997 et 1999. Tu es revenu plus tard pour faire des émissions ici pour France Inter.

J’ai mis du temps à revenir. C’est le patron des Francos, Gérard Pont, qui m’a invité. Il a été vraiment déterminant et a eu les bons arguments pour me convaincre. J’ai refusé pendant un petit moment. J’ai fini par accepter de revenir en juillet 2008. Il m’a reçu comme un prince et ça m’a touché évidemment.

Pourquoi ?

La blessure était un peu refermée, j’avais fait une psychothérapie. J’ai compris qu’à un moment donné, il fallait savoir affronter ses blessures, affronter ses propres failles et surtout accepter à ciel ouvert ce que l’on est. J’ai aussi compris que cette aventure n’était peut-être pas faite pour moi. Que ma place était ailleurs. Je ne suis pas parfait, mais je suis un homme qui accepte de souffrir et qui accepte enfin de se montrer tel qu’il est. Ça a été un parcours un peu long et difficile, mais essentiel pour la suite.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Didier Varrod interviewe Gérard Pont, le directeur des Francofolies de La Rochelle.

Tu te sens l’enfant de Foulquier ou tu es aujourd’hui vraiment détaché de ce mentor ? 

C’est une très bonne question parce que, finalement, elle est pleine de sens et elle raconte ce qu’est la vie. Comme tout le monde le sait, j’ai eu une relation très forte avec Foulquier jusqu’en 2004. Il a été une sorte de tuteur professionnel. Mais j’en ai eu d’autres comme Christian Page, décédé aujourd’hui qui m’a fait entrer dans le métier. Par moments, on a des tentations de se désaxer ou d’être un peu moins digne ou de répondre à des sirènes qui ne sont pas forcément celles qui vous conviennent, donc Foulquier m’a toujours permis de savoir où étaient mes racines et de me tenir droit. C’est pour moi essentiel dans la vie. L’intégrité est la vertu cardinale de ce métier. En cela je lui dois sûrement ce que je suis et les choix professionnels que j’opère.

Et puis, il y a eu une séparation douloureuse entre vous (lire cet article de Libération datant de 2005)

Oui effectivement. Et qui s’est malheureusement terminé aux prud’hommes… Je le répète aujourd’hui, d’avoir fait un procès aux Prud’hommes à Foulquier en 2005, ça m’a paradoxalement libéré. En plus c’était à la fois un procès à Foulquier, mais aussi à la société des Francofolies. C’était à la fois la même chose et différent. Le fait de passer devant la justice désamorce toutes les problématiques psychanalytiques. Ça c’était vis-à-vis de lui. Je n’avais nullement envie de « tuer le père » grâce à la justice. Et finalement j’ai perdu, mais lui n’a pas gagné non plus. Moi, j’estime avoir vraiment perdu au regard du travail fourni. Vis-à-vis de la législation du travail. J’ai travaillé 20 ans dans un festival avec des CDD successifs qui n’ont pas été requalifiés en CDI. Et le fait d’être viré comme ça, c’était implicitement une non reconnaissance de mon investissement, de mon travail dans cette aventure pour laquelle Jean Louis m’avait fait confiance jusque-là. Et ce qui était le plus blessant c’était d’observer la lâcheté de certains, de tous ceux qui avaient été témoins de ce passage de témoin et qui n’étaient plus là. Beaucoup étaient aussi gênés, consternés ou attristés d’observer une telle rupture. Parce qu’ils nous aimaient ensemble autant que séparément…

Qu’est devenue ensuite ta relation avec Jean-Louis Foulquier ?

Il a été sidéré, ce qui est normal, que je puisse « l’emmener » aux Prud’hommes. (Un moment de silence) L’histoire est un peu dure, je vais garder mes lunettes noires. Je suis revenu à La Rochelle l’année où lui s’est fait virer de France Inter. Il était également en CDD, car tous les producteurs de Radio France sont en CDD. Je passais dans la rue où se trouve l’hôtel où nous sommes en ce moment et franchement, je craignais de le croiser. Ce qui devait arriver est arrivé. J’ai entendu crier très fort « Didier ! »  Là, c’était une scène de théâtre. Toute la rue nous regardait et, je te jure, il y a eu un silence aux tables des restaurants. Les gens se disaient « putain qu’est-ce qu’ils vont faire ? » Je suis arrivé devant lui, je lui ai fait la bise et il m’a dit : « Tu as vu ce qu’ils m’ont fait ». J’ai répondu sans acrimonie, le sourire en coin : « Je crois que tu vis ce que j’ai déjà vécu…»  Il s’est marré comme toujours. C’est le juste retour des choses, c’est la vie. Je l’ai quand même pris dans les bras. Il était au bord des larmes et je lui ai dit qu’il fallait s’en foutre et que nous étions plus forts que ça. C’était l’acte sacré de réconciliation… nous avions vécu la même chose.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Aux Francofolies de La Rochelle, chaque année, deux portraits rendent hommage à Jean-Louis Foulquier, dont celui-ci (photo : Mandor).

Vous vous êtes revus après ?

Non. Il ne m’a pas rappelé pendant des mois alors que je pensais qu’il le ferait. On a fini par se recroiser parfois et à chaque fois c’était sympa, mais assez rapide. Il m’a parlé de son expérience au théâtre. Il était heureux comme un gamin de cette expérience où il avait adapté le best-seller de Philippe Delerm, La première gorgée de bière. C’était un de ses rêves, comme de faire le chanteur.

Un jour, il tombe malade.

Avant cela, Pauline Chauvet, qui était son assistante, m’a demandé de l’appeler parce qu’il le souhaitait. Ce que j’ai fait, mais il était déjà assez fatigué. Je me souviens d’une très longue conversation alors que j’étais à Venise. Il était heureux pour moi de me savoir amoureux et pacsé. On a parlé très longuement. Il rêvait en fait de me voir responsable de la programmation musicale d’Inter. Il était réconcilié de savoir Philippe Val aux commandes de la radio. Il l’aimait beaucoup. Puis il est tombé malade, je suis devenu directeur de la musique à Inter et je lui ai promis de passer le voir pour que l’on se retrouve enfin. Je voulais lui apporter mon livre sur Trenet, lui montrer comment je travaillais à la direction de la musique. Il m’a fait comprendre que ce n’était pas la peine que je vienne. Et il m’a dit très étrangement « je t’aime », ce qui n’était ni dans ses habitudes, ni dans son vocabulaire. Quelques semaines plus tard, Pauline m’a fait comprendre que c’était la fin. J’ai appris que juste avant de partir, il lui a dit : « Dis à Didier que je l’aime… dis le surtout à lui ». Ensuite il a fallu faire cette émission le soir de sa mort en direct avec tous ses amis artistes qui ont témoigné. C’était un exercice difficile, utile pour moi, mais surtout nécessaire pour que France Inter lui rende un peu ce soir-là ce qu’il avait donné à cette radio. Depuis qu’il est parti, tout mon parcours s’inscrit consciemment ou parfois inconsciemment dans cette continuité de l’œuvre de Jean-Louis Foulquier, différemment bien sûr, avec ma sensibilité, mes gouts... mais il n’y a pas une semaine où je ne parle pas de lui, où je n’évoque pas son travail. C’est ma manière, dans la durée, de démontrer que professionnellement on ne vient jamais de nulle part.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Emission en direct du Café Pollen, le 15 juillet 2018 (photo : Mandor).

Dans ta façon d’interviewer les artistes, il y a du Foulquier en toi ?

Oui, un peu mais pas complètement. Nous avons en commun la bienveillance. Après, nous sommes totalement différents. Lui, dans la musique, ce qui l’intéressait c’était la fraternité, le côté « les copains d’abord ». Pour moi, cette notion aussi est importante, mais j’aime bien pénétrer dans la matrice de création. J’aime bien savoir le pourquoi du comment. Foulquier, c’était la force de la chanson comme lien de fraternité, moi c’est la force de la chanson comme lien politique et sociale dans la société.

Si tu n’as plus de responsabilités aux Francofolies, je vois bien qu’il y a comme « une cour » autour de toi. Je mets des guillemets à cour. Mais tu vois bien que tu es courtisé, non?

Un peu, mais quiconque a une possibilité de faire avancer, mettre en lumière un artiste est courtisé. Au fond, je sais que tout ça est tellement « fake ». J’ai vécu des années très difficiles, donc je peux te dire que malade, sans travail, dépressif, personne ne vient te voir. Ça a duré un petit moment, j’ai eu le temps de réfléchir à tout ça. Par contre, sans fausse humilité, je sais l’importance que j’ai aujourd’hui dans (long silence) l’économie de résistance de la chanson française. Même si je ne suis pas seul heureusement. Je suis très inquiet pour cette chanson qui est notre fleuron, qui est essentielle pour la culture de ce pays et qui est complètement méprisée. Comme un art marchand qui n’aurait pas besoin de cadre, de soutien, et d’une vraie politique… Et c’est vrai qu’on n’est de moins en moins nombreux à occuper des places stratégiques dans les grands médias.

C’est lourd à porter ça ?

Oui, particulièrement lorsque j’étais directeur de la musique à France Inter. C’est pour ça entre-autre que j’ai arrêté ce poste que j’ai tenu de 2012 à 2016. Ce n’est pas la seule raison évidemment. Il faut savoir laisser sa place, comprendre que l’essentiel a été fait, Mais c’est vrai que chaque fois que quelqu’un rentrait dans mon bureau et que je lui disais non pour la play list, j’avais l’impression que le monde s’écroulait. J’ai compris que je n’étais pas là pour détruire la vie des gens. Les artistes font des albums, ils y mettent toutes leurs vies, et ce n’est pas parce que France Inter va dire non que leur vie doit s’arrêter. J’avais de plus en plus l’impression que c’était ça.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Didier Varrod, le 12 juillet 2018 avec Gael Faure, lors de la traversée du chenal de La  Rochelle (photo: Vincent Riviere).

Etre chef, tu as aimé ce rôle?

C’est génial, mais dans une durée courte. J'ai surtout aimé être le chef d’une mission de service publique. Cela a une autre dimension. 

Pendant cette période où tu étais directeur artistique et de la musique de France Inter, tu as intégré dans la programmation Woodkid, Christine & the Queens, Benjamin Clementine, Fauve, la Femme, Feu chatterton ! Jeanne Added, Radio Elvis, Jain… Le terme « défricheur de talents » te convient-il ?

J’adore l’idée de prendre des risques pour affirmer que tel ou telle artiste va cartonner. J’y crois à chaque fois et évidemment on se trompe aussi. Je dis toujours que je m’estime plus comme un passeur. Il y a toujours quelqu’un avant vous qui découvre un artiste. Que ce soit un journaliste, un manager ou je ne sais qui.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandorChristine and the Queens, tu étais le tout premier à la passer à la radio.

C’est vrai. A 7h23, alors qu’elle n’était pas encore signée. Puis dans la Play-List d’inter, les émissions… Mais, encore une fois, il y a bien quelqu’un avant moi qui a dit : « Cette nana, elle est mortelle ! On va mettre un peu de sous pour l’aider à éditer son projet. » Et peut-être qu’avant l’éditrice, une petite salle avait décidée de la programmer parce qu’elle lui trouvait du talent… Voilà, ce n’est pas de la fausse modestie, mais je suis juste un passeur. Par contre, je pense que je peux être décisif dans le développement d’une carrière. C’est la plus belle des responsabilités.

Quand tu vois Christine and the Queens en couverture du Time, tu penses quoi ?

Je me dis que j’ai bien fait mon travail et je suis fier de l’avoir fait. Je me dis surtout que cette artiste peut nous rendre fier de faire bouger les lignes dans ce pays. Je pense qu’elle est aussi importante que les artistes de pop internationales comme Madonna ou Beyonce. C’est une femme qui dans son travail et sa musique redéfinit les questions d’identité et de son. Entertaineuse et politique à la fois, le rêve…

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Didier Varrod, chaque soir, en direct du café Belair à Radio France pour son émission "Foule sentimentale".

Les artistes te remercient-ils une fois le succès arrivé.

Il y en a bien sûr. Mais l’ingratitude existe aussi. Mais surtout, on ne fait pas ce travail pour être reconnu, même si c’est important pour sa propre confiance en soi, plus que pour son ego. Et pourtant parfois l’ego souffre. Je ne sais pas pourquoi, mais c’est ainsi. J’ai eu parfois cette prétention d’avoir l’exclusivité de leur oreille ou de leurs confidences, mais j’ai fini par comprendre que tout cela est assez illusoire. Ce n’est pas plus mal parce que l’ego ça te décentre. Et tu perds l’essentiel de ta mission. Au fond, ça me permet de me centrer sur les gens de ma vie personnelle. Toute ta vie, il faut se remettre en question, refaire le match, comme dirait l’autre, prendre des risques avec des gens neufs… et parfois, ces risques, il faut les prendre en sachant quitter des gens avec qui tu as fait un bout de chemin. Je comprends ça.

Tu te sens bien dans notre corporation ?

Je suis journaliste depuis 1985 et j’ai toujours considéré que j’étais un corps étranger de cette corporation. Je n’ai jamais fait partie d’une bande. Je lis les Inrocks depuis le début et n’ai été « reconnu » par eux que récemment. Idem, avec Rock & Folk et Best dans les grandes années… J’aurais adoré travailler pour Télérama, ou Le Monde, ou Libé… Ma culture musicale s’est formée avec eux. A un moment, quand je cherchais du travail, j’ai envoyé des CV partout et je n’ai jamais reçu de réponses alors que j’avais déjà fait mes preuves chez Foulquier à Inter. Après il y a des journalistes que j’admire, comme Valérie Lehoux, qui est d’ailleurs une amie. J’adore toujours lire mes collègues : les papiers de Stéphane Davet, Christophe Conte, Gilles Medioni, Olivier Nuc etc… Et puis j’ai aujourd’hui une famille de cœur et esthétique avec l’immense Patrice Bardot que je considère comme un frère de plume, avec qui j’ai fait le magazine Serge, mon plus beau souvenir professionnel. Alexis Bernier qui en était le chef de meute et dont la plume sur l’électro a tant compté pour moi. Mais pour revenir à ta question,  je crois que faire des livres sur Eddy Mitchell, ou Daniel Balavoine, (ou pire) Sheila, ne m’a pas aidé à être compris par tous ses journaux. Pour eux, il y avait un truc fake chez moi. Comment pouvais-je être un apôtre des raves, de Manu le malin, de Chloé, de jouer des trucs indie en chanson et de parler sans honte de mon admiration pour Goldman ou Balavoine. Je n’ai jamais compris ça. Je peux te dire que j’ai beaucoup souffert d’être suspecté d’avoir des gouts de chiottes et des goûts un peu pointus dans le même temps, comme si je n’avais pas de colonne vertébrale musicale.

didier varrod,foule sentimentale,france inter,interview,francofolies de la rochelle,mandor

Didier Varrod, chaque soir, en direct du café Belair à Radio France pour son émission "Foule sentimentale".

C’est fou parce que ce n’est pas du tout la perception que j’ai sur ce que les gens pensent de toi.

Parce que le monde musical a changé aussi. En fait, ce que je viens de te raconter, c’était plutôt une réalité du début des années 1980 jusqu’à, en gros, l’année 2012. Quand est arrivée la génération Christine and the Queens, Woodkid et aujourd’hui Fishbach, Juliette Armanet,Tim Dup ou Jain, on s’est sentis sur la même longueur d’onde. Christine and the Queens m’a dit « j’adore Balavoine », Fishbach m’a avoué aimer Jean-Jacques Goldman… le groupe L’impératrice a rendu hommage à Michel berger dans Foule sentimentale. Eddy de Pretto reprend Jul. Les chansons honteuses existent moins aujourd’hui. Et puis il y a les rappeurs qui font beaucoup pour faire tomber toutes les barrières. Orelsan, Lomepal, Myth Syzer, Lonepsi, lord Esperanza etc… cette nouvelle génération a adoubé les artistes honnis historiquement par les Inrocks, Libé et Rock & Folk pendant des années. Aujourd’hui, dans le métier, je suis un réfugié avec une carte de séjour (rires). Là, c’est ma meilleure époque professionnelle. Je n’ai jamais été autant excité par les artistes qui arrivent. C’est comme si c’était mon moment. Je suis en phase avec les gens qui émergent, quand on se parle j’ai l’impression de me reconnaitre.

Vas-tu écrire un nouveau livre ?

Oui, mais si j’arrive à l’écrire, ce sera un livre qui sera particulier. Ce sera un récit un peu autobiographique, mais surtout ce sera une fiction dans lequel Johnny sera très présent. Je ne t’en dirai pas plus.

didier varrod, foule sentimentale, france inter, interview, francofolies de la rochelle, mandor

Pendant l'interview...

Comment expliques-tu qu’il n’y ait quasiment plus d’émission sur la chanson française aujourd’hui.

Je ne sais pas. Je ne comprends pas parce que c’est le mode d’expression le plus populaire aujourd’hui. Peut-être que c’est parce que la chanson doit désormais passer par d’autres vecteurs ou canaux de diffusion que sont les plateformes musicales par exemple, sans prescription ou avec une prescription numérique constituée d’algorithmes ? Du coup, là, je suis d’un ancien monde. Mais attention l’ancien monde redevient toujours le nouveau monde un jour ou l’autre. Et puis c’est un truc qui historiquement appartient à la chanson. C’est un art populaire qui a toujours été un peu mésestimé. Contrairement au rock, à la pop ou au hip hop.

Tu es chevalier de l’Ordre des Arts et des Lettres. Tu l’as pris comme une reconnaissance de ton travail accompli ?

Non. Je l’ai pris pour mes parents. J’ai accepté pour que mes parents soient fiers de moi. Lors de la cérémonie, eux et mes frères étaient là. Je trouvais que c’était formidable qu’ils puissent assister à cela. Les honneurs, je préfère les recevoir du vivant de mes parents. C’est une façon de les remercier. C’est une histoire politique. Si tu as des parents qui sont attachés à l’éducation jusqu’à pouvoir te donner les moyens de faire ce que tu as envie alors que ce n’était pas leur projet premier, ils risquent de réussir les individus qu’ils ont enfanté. C’est la clé. 

didier varrod, foule sentimentale, france inter, interview, francofolies de la rochelle, mandor

Après l'interview, le 15 juillet 2018.

16 juillet 2018

Francofolies de la Rochelle : Bilan.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

Voici le bilan des Francofolies de la Rochelle très largement inspiré du communiqué de presse officiel, parce que moi, les bilans avec les chiffres, les trucs et les machins, ce n'est pas mon fort. De plus, j'ai un chouia transformé et raccourci car c’est l’aspect artistique du festival que j’ai mis en avant). Les phrases en italiques sont des réflexions personnelles et ne font pas partie de ce communiqué. Que les choses soient claires, je ne veux pas d’ennuis avec la police.

Du 11 au 15 juillet, 150 000 festivaliers (87 312 entrées payantes) ont pu apprécier plus de 140 heures de concerts. 14 lieux dans la Rochelle ont accueillis concerts, rencontres, expositions, ateliers et conférences réunissant tous les publics autour de la chanson et des musiques actuelles.

Le festival a mêlé des artistes incontournables et des jeunes talents pour plus de la moitié de la programmation. Et j’avoue que c'est une partie d'entre eux que j’ai voulu vous présenter puisque c’est l’ADN de Mandor. Ainsi, j’ai interviewé et mis en ligne immédiatement de nombreux artistes en développement comme Voyou, Suzane, Chaton, Chevalrex ou encore Foé. J’ai aussi mis en avant des artistes ayant plus de visibilité et d’expériences parce que je les apprécie beaucoup tels que Gaël Faure, Bastien Lallemant (pour ses fameuses siestes acoustiques), Dimoné, Clara Luciani (pour moi La vraie révélation de ce festival et de la chanson actuelle en général) et le québécois Pierre Lapointe.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

Véronique Sanson avec Alain Souchon (photo Loll Willems)

Bien sûr, les Francofolies de La Rochelle ont aussi accueilli quelques vraies valeurs de la chanson française telle que Véronique Sanson. Elle a ouvert le bal lors d’un concert unique rassemblant sur scène Chris et Stephen Stills, Alain Souchon, Vianney, Tryo, Jeanne Cherhal et Patrick Bruel.

Les concerts de NTM, Orelsan (absolument gigantesque), BigFlo & Oli, Calogero, Shaka Ponk, Jeanne Added et Jain ont emporté le public dans une énergie fédératrice. Eddy de Pretto, Loïc Nottet, Roméo Elvis ou Therapie Taxi, quant à eux, ont fait leurs premiers pas sur la scène Jean-Louis Foulquier avec succès.

Sur la même scène, Jane Birkin, Juliette Armanet, Brigitte ainsi que MC Solaar ont clôt le festival.

Charlotte Gainsbourg (très electro boum boum mais magnifique lumières), Pierre Lapointe (un génie, si si, mais qui devrait nous offrir aussi quelques chansons plus gaies et rythmées. Ce choix/parti pris, c’est son droit, mais parfois l’ennui m’a gagné. Mais bon sang, que je l’aime quand même !) et Clara Luciani (La star de demain et ma chouchoute), Julien Clerc et Nolwenn Leroy (ohwo !) ont proposé des concerts au Grand Théâtre de la Coursive, des instants pleins de sensibilité.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

Le Chantier des Francos a fêté ses 20 ans, du coup 20 artistes accompagnés par le dispositif ont été programmés sur la grande scène Jean-Louis Foulquier, comme par exemple BigFlo & Oli, Therapie Taxi (on en parle de leur texte ?) et Juliette Armanet (majestueuse… mais j’ai hâte qu’elle dépose ses habits de Sanson pour endosser ceux de Juliette Armanet. C’est pour bientôt, j’en suis sûr), à la Coursive avec Gaël Faure (le grand mystère du monde musical français. Pourquoi cet artiste brillant, charismatique et d’un talent fou n’est toujours pas en haut de l’affiche ?), Ben Mazué, Pomme, ainsi que toute la sélection 2018 avec entre autres Aloïse Sauvage, Voyou (je vais le surveiller de très près. Je sens un truc énorme chez lui), Malik Djoudi, Shelmi et Hyacinthe ou encore Emily Loizeau, Mariscal, François Atlas & Bostgehio à la Chapelle de l’Hôpital Saint-Louis pour des concerts qui ont rencontré un franc succès.

Par ailleurs, le meilleur de la scène hip hop francophone a été réuni, le temps d’une des Nuits Collectives à la Sirène, qui a donné lieu à une soirée pleine de découvertes avec Joey le Soldat, Loud, Sopico, Roméo Elvis (un poil agressif et hautain sur scène) et Bagarre, jusque tard dans la nuit.

Cette année, ce sont plus de 2 400 enfants et parents qui ont pu se retrouver grâce aux Francos Juniors, autour d’un véritable parcours entièrement dédié au jeune public. Quatre spectacles leur étaient dédiés dont celui d’Albebert, qui sera pour la saison 2018-2019, l’artiste associé aux Enfants de la Zique, ressource numérique d’éducation artistique et culturelle développée par le réseau Canopée et Francos Educ.

Le Village éphémère des Francos a accueilli sur la Scène du Port une quinzaine d’artistes comme Biffty & DJ Weedim, Hollydays, Chaton, Suzane, ainsi que les réunionnais Tiloun et les calédoniens de Jason Mist.

Notons également deux expositions : la première, née de la collaboration avec le Centre Intermondes et le Poemart a donné lieu à l’issue d’une résidence de création de 2 mois, à une performance-exposition détonante avec deux artistes de Nouvelle-Calédonie : le poète Paul Wamo et le plasticien, vidéaste Nicolas Molé. La seconde, accueillie à La Coursive a été celle des dessins d’Albin de la Simone, tout en simplicité et en humour.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

(Photo : Loll Willems)

La Maison des Francofolies a offert de très belles rencontres et échanges autour de la question de la scène française, orchestrés en complicité avec Éric Fottorino dans le cadre du partenariat des Francofolies de la Rochelle avec l’hebdomadaire Le 1.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

Eric Fottorino interviewant Aldebert (photo : Aurèle Bossan).

Les festivaliers ont également pu se retrouver autour de cinq ateliers de pratique artistique de chorale, d’écriture et de beatbox.

Les Francos Stories (Cinéma CGR Le Dragon) ont mis à l’honneur 5 artistes emblématiques de la scène francophone et ont connu un joli succès pour cette nouvelle édition, en partenariat avec la Sacem.

Trois prix ont été remis récompensant la jeune scène de la chanson :

Le prix Félix Leclerc : Foé,

Le prix Andrée Chedid : Joséphine Chloé.

Le coup de cœur du club partenaires : Catastrophe.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

Le groupe Catastrophe recevant le Coup de cœur du club partenaire (Photo : Aurèle Bossan)

Mon bilan à moi est plus simple : 11 interviews, 5 heures par jour dans la salle de presse, beaucoup de discussions avec des amis artistes et professionnels au Café Pollen, quelques verres bus, quelques restaurants fréquentés, une finale de coupe du monde appréciée et, évidemment, quelques concert vus avec intérêt (ou pas).

Je tiens à remercier les trois attachés de presse qui ont été d’une efficacité comme j’ai rarement vu : Brigitte Batcave, Jérémy Richet et François Troller. Garder son calme en toutes circonstances dans ce maelstrom de demandes en tout genre, c’est impressionnant. Il en faut des qualités humaines.

francofolies de la rochelle,bilan,mandor

De gauche à droite, Jérémy Richet, François Troller et Brigitte Batcave.

Voilà, la 35ème édition se tiendra du 10 au 14 juillet 2019.

J'espère y revenir et battre mon record d'interviews…