Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2019

Marcel et son orchestre : interview pour Hits, hits, hits, hourra!!!

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

(Photo : Deborah Priem)

Depuis plus de 30 ans, l'esprit de Marcel et son Orchestre fait la différence : un rock'n'roll exutoire dans des habits de Carnaval.

J’avais reçu en 2014, le chanteur de la formation de Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais), Franck Vandecasteele. Il était venu m’expliquer pourquoi le groupe arrêtait sa carrière en pleine gloire. Et puis en 2017, ils sont revenus au Grand Sud de Lille. Le groupe a même repris la route en 2018 et en 2019 pour une tournée "Sans Complexe". Aujourd'hui, les Marcel sortent une super compilation

Pour évoquer (notamment) ce retour très attendu par leurs nombreux fans, le 24 octobre dernier, j’ai donné rendez-vous à trois membres éminents du groupe : Franck Vandecasteele (« Mouloud » chant et percussions), Jean-Baptiste Jimenez (« JB » guitare) et Pierrick Viard (« Bidingue », claviers).

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandorArgumentaire de presse officiel :

En août 2017, après cinq ans d’absence, Marcel et son orchestre annonçait son retour pour trois dates à Lille. L’engouement du public est là, tout comme l’énergie et l’envie. S’en suivront deux tournées en 2018 et 2019 réunissant à chaque date plusieurs milliers de personnes.

Pour remercier ce public, toujours fidèle après plusieurs années d’absence, quel meilleur cadeau qu’une compilation réunissant 47 titres sur un double digipak et 26 titres sur un double vinyle ? Quoi de mieux qu’une compilation qui retracerait la discographie du groupe ? Pour ce faire, de nombreux mois ont été nécessaires pour récupérer les premiers enregistrements et les inédits oubliés.
N’aillant pas pour habitude de faire les choses à moitié, le groupe réalise ensuite un véritable travail d’orfèvre sur chacun des titres : la plupart sont remixés et certaines pépites de la discographie sont même réenregistrés. Pris dans cette dynamique positive, le groupe ira même jusqu’à composer et enregistrer un nouveau titre (« Plus c’est con, plus c’est bon » présent sur le CD2).

Après son retour sur le devant de la scène, Marcel et orchestre est désormais de retour dans les bacs avec une compilation qui illustre, son tout aussi bien que son triptyque fédérateur – « Danse, Déconne, Dénonce » - ce qu’est Marcel : un exutoire où le rire devient une arme.

Le site officiel.

La page Facebook.

La compilation est écoutable sur ces différentes plateformes.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

(Photo : Deborah Priem)

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandorInterview :

Franck, je t’ai reçu en 2014 à l’annonce de l’arrêt du groupe. Qu’est-ce qui a fait que vous revenez aujourd’hui ?

Franck : Comme dans les bonnes cantines, un jour ou l’autre, tu y retournes manger. On ne s’était pas interdit de revenir, mais il fallait faire une pause pour que chacun se retrouve et fasse des choses pour lui. On a eu l’occasion de rejouer ensemble pour des fêtes d’anniversaire ou des départs de potes et on a fini par nous faire des propositions. On nous a mis un local à disposition pour répéter et c’était reparti.

Dès que vous avez annoncé votre retour sur scène, le public s’est jeté sur les réservations.

Franck : On a mis en vente les places de concerts de décembre au mois d’aout à 10h00 du matin. A 10h10, il y avait 1800 places vendues. A midi, les 4000 places étaient achetées. Il y a eu 6000 demandes de places non satisfaites. Un truc de taré.

Le teaser du Sans Complexe Tour 2019.

Dans vos chansons, vous revendiquez des faits de société avec humour. Il n’y a plus beaucoup de groupes comme le vôtre.

Franck : Je suis désolé, mais quand Christophe Maé chante « il est où le bonheur ? », il prend des risques. Sans plaisanter, ce matin, dans une  émission de radio, on a chanté « Nous n’avons plus les moyens ». Le traitement médiatique qu’il y a eu sur la crise des gilets jaunes était juste odieux. Les gens manifestent parce qu’ils n’arrivent pas à vivre décemment et on les traite de beauf.

Il y a certains de vos textes qui collent encore à l’actualité d’aujourd’hui.

Franck : Le monde est pire aujourd’hui. La solution du libéralisme, c’est de dire : « Méfiez-vous, si ce n’est pas nous, c’est le chaos ! » Quelque part, c’est la confiscation du choix. Ce qu’il y a d’épouvantable là-dedans, c’est que l’on nous vend l’inéluctable. On voudrait que les gamins aient foi en l’avenir, mais on leur vend un système implacable qui ne peut pas bouger. On te dit : « il faut sauver la planète » et, en même temps, on donne le pouvoir à n’importe qui. Par exemple, on met l’extrême droite au pouvoir au Brésil. Il faut appeler un chat un chat. Ce sont les multinationales qui ont voulu que ce soit Jair Bolsonaro qui soit président du Brésil, histoire de lever le moratoire sur les terres indiennes. L’idée et de faire tous les forages possible n’importe où et aussi récupérer des métaux rares pour mettre dans nos Smartphones et nos tablettes.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

(Photo : Deborah Priem)

Ça me rappelle, dans votre album de 1998, Crâne pas, t’es chauve, la chanson « Si ça rapporte ».

Oui, mais la situation a empiré. Aujourd’hui, on a une économie qui considère que le problème, c’est l’humain, parce que ce qui coûte cher, c’est la main d’œuvre. Une économie qui n’est pas au service de l’humain, mais qui est au service du profit, ne peut pas générer des choses belles. On est carrément dans une économie qui veut se débarrasser de l’humain. On le voit avec la robotisation et l’intelligence artificielle… A moyen terme, je ne sais pas qui va rester employable.

C’est aussi valable pour le monde de la musique. Que pensez-vous des plateformes pour écouter de la musique gratuitement ?

Franck : Si c’était pour moi, je m’en branlerais. Ce qui nous est arrivé avec Marcel, c’est 100 fois au-dessus de ce à quoi on prétendait. Il y a des injustices que tu ne perçois pas forcément pour toi-même. Juste, les artistes sont les dindons de la farce. Quand on était chez Wagram, on touchait 20 centimes d’euro par album vendu. Avec les droits périphériques, Adami ou autre Sacem, ça faisait sensiblement un euro dans notre poche par album vendu. 100 albums vendus, 100 euros dans ta poche. Aujourd’hui sur les streamings, tu es rémunéré 0, 0024 centimes par titre. En clair, il faut que tu aies un million de vues pour commencer à gagner 100 balles. C’est un problème de répartition. Ces plateformes ont compris qu’il n’y avait plus à répartir. Aujourd’hui, on rémunère le contenant, mais pas le contenu.

Je me fais l’avocat du diable, mais on peut voir les choses autrement. Ces plateformes permettent de découvrir Marcel et son orchestre très facilement. Et ensuite, ça peut donner envie d’aller les voir en concert…

Franck : J’entends ce que tu dis, mais je ne suis pas d’accord. Les fournisseurs d’accès disent aux artistes : « Ne vous plaignez pas, vous êtes dans ma vitrine, donc, je vous rends attractifs. » Je réponds que si ta vitrine est attractive, c’est que nous sommes dedans. Il ne faut pas inverser les choses. Aujourd’hui, celui qui gagne du pognon, c’est le portier de la boite de nuit. On est en train d’assister à une uberisation de tout. Celui qui crée, c’est le con de l’affaire.

Jibé : C’est le même problème dans le rapport des agriculteurs avec les supermarchés.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

Vous évoquez des sujets de société, parfois graves, mais toujours avec humour. C’est le meilleur moyen de faire passer les messages…

Jibé : En tout cas, l’humour a toujours été l’angle pour aborder un sujet sérieux.

Franck : En plus, une chanson doit faire 3 minutes. En 3 minutes, tu ne peux pas faire thèse, antithèse, synthèse. Pour nous, l’humour est notre oxygène. Comme dirait l’autre, c’est le dernier rempart avant le désespoir.

Vous ne donnez jamais de leçon dans vos chansons.

Franck : Les donneurs de leçons sont pénibles. On n’est pas du tout là-dedans.

Jibé : On n’aime surtout pas enfoncer des portes ouvertes. La guerre, c’est mal, le racisme, ce n’est pas bien… on ne va jamais sur ces terrains-là.

Franck : L’engagement, ce n’est pas chercher les causes entendues. S’indigner, tout le monde sait le faire. Et une fois que tu t’es indigné, qu’as-tu à dire ? Si tu ne t’attaques pas aux causes, tu déplores simplement les effets.

J’ai un gros problème avec la chanson engagée.

Franck : Nous aussi, mais ça dépend laquelle. Dans la chanson engagée, tu mets François Béranger, Bernard Lavilliers ou Pierre Perret ? Moi, ce sont des gens qui m’ont conscientisé. Vraiment.

Pierrick : Il y a une façon de dire et de faire la chanson engagée. Souvent, comme dans un scénario de films, c’est la façon de raconter les choses qui est importante.

Franck : Je ne me pose jamais la question de savoir si une chanson est engagée ou pas, c’est juste un sujet qui s’impose à moi. Point.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

(Pendant l'interview…)

Y a-t-il des chansons innocentes ? marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

Non, je ne crois pas. Même dans les chansons d’amour. Dans « Je vais t’aimer », Michel Sardou chante l’amour, mais il reste Sardou. Sa façon de voir les choses, sa façon de voir la femme subsiste. Il commence sa chanson ainsi : « A faire pâlir tous les Marquis de Sade, à faire rougir les putains de la rade, à faire trembler les murs de Jéricho, je vais t’aimer… » Quand il chante ça, qu’est-ce qu’il dit à la gonzesse ? « Tu vas prendre cher ! ». C’est terrible. On croit que c’est une chanson d’amour, sauf que c’est d’un machisme parfait.

J’adore ! Sardou vu par Marcel et son orchestre !

Franck : Je trouve que Sardou est un des pères du rap français.

En effet, si on part du principe que c’est un clasheur.

Franck : Il a compris que pour buzzer, il faut d’abord choquer. Il a toujours utilisé la punchline qui va bien ou le mot qui dérape sur des sujets un peu glissants.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandorVous revenez avec une super compilation. Comment avez-vous choisi ces 46 chansons ?

Franck : Avec Marcel, il y a au minimum 150 titres enregistrés. Franchement, l’idée d’une compil’, c’est plutôt l’idée d’une maison de disque. Ce n’est pas plus excitant que cela de réfléchir à compiler des morceaux. Ce n’est pas très créatif. En plus, on se demande à qui cela s’adresse parce que les fans ont déjà tout. Peut-être que ça s’adresse à des nouveaux qui pourraient apprécier le groupe. Il y a encore des gens qui nous découvrent.

Je crois savoir que ça a fini par vous amuser de farfouiller dans vos archives.

Franck : On a récupéré tous nos masters et en numérisant les bandes, nous nous sommes aperçus qu’il y avait plein d’inédits, des morceaux que nous avions même oublié. C’était la première fois qu’on jetait un coup d’œil dans le rétroviseur pour regarder notre histoire. On a finalement eu du plaisir à réécouter et redécouvrir certaines chansons.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

Vous saviez quels été vos hits ?

Pierrick : Tu as raison de poser cette question parce que nous n’avions pas tous les mêmes. On a hésité à enfoncer les portes ouvertes ou à mettre des morceaux plus surprenants. On a essayé de faire un bon dosage entre les hits et les raretés.

Ce que j’aime bien chez vous, c’est que vous vous moquez des autres autant que vous faites preuve d’autodérision. Dans votre nouveau single « Plus c’est con, plus c’est bon », vous ne vous épargnez pas.

Pierrick : Les seules personnes qui peuvent se moquer de nous sans que l’on se vexe, c’est bien nous.

L'inédit de cette compilation, "Plus c'est con, plus c'est bon".

Vous comprenez pourquoi le public est ravi de vous revoir ?

Jibé : On ne sait pas pourquoi les gens nous aiment bien. On a lancé une campagne Ulule et un paquet de gens ont adhéré et ont donné pas mal de sous. Comme les temps sont durs, nous savons que ce n’est pas facile de donner de l’argent.

Mais comme les temps sont durs, les gens ont besoin d’entendre et de voir des artistes qui les détendent…

Pierrick : Les chanteurs d’aujourd’hui sont souvent très tristes et sombres. Ils en ont marre de la vie et se prennent au sérieux. Cette ambiance glauque devient très standardisée. Le public a donc besoin de légèreté et de folie.

Franck : Marcel et son orchestre promènent un carnaval. On a tous les codes du carnaval, mais on n’en a pas le répertoire. Nous ne faisons pas de chansons à boire, ni de chansons grivoises. C’est quoi le carnaval ? C’est le jour des fous en même temps que l’exutoire. C’est le moment où tu vas rire de l’autorité, de l’institution et de la religion, mais dans un cadre libérateur. Le carnaval, c’est le complet lâcher prise.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandorLes artistes qui font aussi rires ne sont pas souvent pris au sérieux. Cela m’agace un peu.

Franck : Dans tous les domaines artistiques, c’est le même problème. Quand tu fais une comédie, la critique va dire « ce film n’a pas d’autres prétentions que de faire rire ». Je me souviens d’un édito du dessinateur Gotlib (voir photo de gauche), un génie, dans Fluide Glacial. Il répondait à cette injonction : « mais elle est énorme cette prétention de faire rire ». Le ressort comique, c’est de la mécanique de précision. Il faut une métrique parfaite et les sonorités au bon endroit. Dans la chanson, j’ai beaucoup d’admiration pour Gotainer. C’est un maître en la matière. En bande dessinée, je suis immensément fan de Franquin. Il a changé ma vie. Dans Gaston Lagaffe, tout est là. Les considérations écologiques, les cadences infernales au travail… c’est insensé. Je considère que dans la poésie de Gaston, c’est le rebelle parfait.

Vous repassez à l’Olympia le 22 février prochain. C’est une date normale ou il y a un quelque chose en plus dans cette salle mythique ?

Franck : On a fait les quéqués la première fois que l’on a jouée dans cette salle. Je suis parti du principe que c’est plus glorieux de faire 3000 spectateurs dans la Creuse, parce que les gens font en moyenne 250 bornes pour venir au concert, que de de faire complet à l’Olympia. Nous l’avions donc abordé "branleurs". Au moment du concert, il s’est passé un truc curieux. Tu sais, nous, les Marcel, on se claque la bise, mais nous ne sommes pas des tactiles. Nous avons une vraie pudeur les uns envers les autres. Nous sommes des tendres et des affectifs, mais on ne l’exprime pas. On ne va pas se dire « je t’aime », mais on va se charrier et c’est notre façon de nous témoigner de l’affection. Eh bien, ce jour-là, avant de monter sur scène, nous nous sommes pris dans les bras. Cela n’était jamais arrivé. Pas de doute, faire l’Olympia, c’est chargé.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

Après l'interview, le 24 octobre 2019.

marcel et son orchestre,franck vandecasteele,mouloud,jean-baptiste jimenez,jb,pierrick viard,bidingue,interview,mandor

30 mai 2014

Marcel et son Orchestre : pourquoi le groupe s'arrête!

1011012_10151634525282114_933086970_n.jpg

Marcel et son Orchestre mêle un punk rock aux mélodies entrainantes. Alliant des chansons revendicatives, des chansons à textes festifs, voire des chansons politiques, leur volonté artistique s'exprime dans le triptyque « danse, déconne et dénonce ». Pendant plus de 20 ans, sans se soucier des modes, des codes et des façons, Marcel a trimballé son mauvais esprit, ses riffs et ses refrains convulsifs sur toutes les scènes, de la plus modeste à la plus prestigieuse.

Le groupe emblématique du Nord-Pas-de-Calais, originaire de Boulogne-sur-Mer, a décidé récemment de raccrocher les micros et les instruments.
Les Marcel, ambassadeurs de leur région, restent l'un des groupes les plus populaires de la région.

Franck Vandecasteele, dit Mouloud, le chanteur du groupe est passé à l’agence le 17 février dernier pour m’expliquer, notamment, pourquoi le groupe arrêtait sa carrière en pleine gloire.

MARCEL-ET-SON-ORCHESTRE.jpg

 marcelqmq.jpgInterview :

Doit-on croire à la fin de vie de Marcel et son orchestre ?

La fin de vie est un complot international, ça n’existe pas (rires). Sérieusement, nous nous sommes toujours dit que le jour où on allait se fatiguer, où on allait sentir une lassitude, on arrêterait sans regret. On ne se doit rien, il n’y a aucune obligation. Nous n’étions pas liés contractuellement avec une maison de disque, on ne devait pas d’album à personne, bref, nous avions l’absolue liberté de nous arrêter quand nous le souhaitions.

Il y a peu de groupes français qui ont perduré pendant 20 ans.

Magma ou Ange ont fait davantage, mais pas avec le même line-up. Quand tu regardes Marcel et son orchestre, tu as cinq des sept membres qui ont enregistré tous les albums.

Au niveau des chanteurs, ça a un peu bougé, non ?

Oui, parce que je ne voulais pas être chant lead. On était en binôme devant, j’aimais beaucoup ça et puis un jour, on est revenu à la formule moi en « front ». Si je résume un peu, sur les trois premiers disques, on est deux à chanter, sur les 4 derniers, c’est moi seul.

Le chanteur d’un groupe est toujours considéré comme le leader. Est-ce que cela t’a gêné ?

On en jouait un peu. On disait toujours que Marcel et son Orchestre n’avait pas de leader, mais un Lidl… un leader pas cher (rires). Mais, on a toujours été un collectif, on partageait vraiment les tâches et chacun avait une place aussi importante que celle des autres.

Cela dit, ce ne doit pas être toujours simple…

Justement, c’est ce qui peut précipiter la fin d’un groupe. Dans le milieu artistique, on a tous un certain ego et l’idée de consensus est compliquée. Je pense qu’on a arrêté aussi parce qu’on a remarqué qu’on était plus d’accord. On avait envie de dire la même chose, mais on n’avait plus envie de le dire de la même façon. On y mettait plus le même enthousiasme. Je pense aussi qu’on se connaissait trop. Nous commencions à devenir prévisibles. Pour se protéger, pour ne pas gâcher cette belle histoire, je pense qu’il fallait y mettre un terme.

Teaser du double CD DVD, C'est ma dernière surprise party!!!

Tu regardes souvent le passé ?

Avec Marcel et son Orchestre, on n’a jamais regardé dans le rétroviseur. On a mené cette aventure un peu à la va comme ça vient. Quand on se rappelle qu’on a fait sept albums en vingt ans, deux fois la scène principale des Francos, 3 fois celle des Solidays, 2 fois celles des Vieilles Charrues et que certaines tournées étaient sold out, on se dit que c’était pas mal à vivre. Sauf qu’on a vécu tout ça dans l’instant. On ne s’est jamais posé de questions. Il y a faire et faire savoir… nous, ce qui nous plaisait, c’était de faire et partager.

J’ai l’impression que vous n’aviez rien à faire du star-system. Je me trompe ?

Disons que nous nous sommes construits autour d’une carrière qui nous semblait plus pertinente que le punk rock ou le rock’n’roll.

À Boulogne-sur-Mer, Fabrice et toi, les deux créateurs du groupe, vous avez grandi dans la maison des jeunes de votre quartier.

Je pense que c’est ce qui nous a sauvé la vie. Honnêtement, je suis passé des Rubettes et de Michel Sardou aux textes d’Henri Tachan, de Pierre Vassiliu, de Jean-Roger Caussimon et de Font et Val. Ce sont nos éducateurs qui nous ont fait découvrir tout ça. Leurs textes étaient des textes de rebelles. On s’est dit : « les voilà nos modèles ! »

Tu cites Font et Val qui disaient : « Quand on voit la gueule de la réussite, ça nous donne envie d’échouer. »

Ça nous a fait réfléchir. Quand on a décidé de monter un groupe, on a fait le contraire de ce qu’il fallait faire. On a pris le nom le plus baltringue et handicapant possible. On voulait voir jusqu’ou on pouvait pousser ce handicap dans ce monde du paraître et de la frime. C’est une attitude assez punk au départ, mais nous on ne calculait rien.

Marcel et son Orchestre avec Skip The Use et Mamatth (La Familya) dans "Body Building".

Marcel et son Orchestre a fabriqué son look en prenant le parfait contre-pied de la rock’n’roll attitude, en accumulant les fautes de goût avec une joie jamais dissimulée.

On a voulu voir si on pouvait être considérés comme de grands rockeurs en pantoufles, comme des rebelles en sandalettes… On a joué de ça. Ça nous amusait de travailler là-dessus. 

Tu penses que le public a compris ce que vous souhaitiez prouver ?

Oui, même si une partie du public nous a aussi pris pour des clowns, ce que nous étions aussi un peu, d’ailleurs. Dans notre région, le Pas-de-Calais, il y a une grande tradition de carnaval. Le carnaval, c’est le moment de l’année où tu peux mettre à mal les codes de bonne conduite. Tu vas rire de l’autorité, de l’institution, de la religion, des attitudes vestimentaires, aussi. C’est un exutoire. Je pense que les gens savaient, en venant nous voir, que l’on pouvait sortir du cadre, du rang et qu’on pouvait se libérer. C’était l'une des clés de notre succès.

Quand on a pour référence Caussimon ou Tachan, on n’a pas l’impression, avec un groupe tel que le tien, de faire le contraire de ce qu’on aime ?

On s’est questionné sur le fond et la forme. Fallait-il avoir une forme sérieuse pour dire des choses déconnantes ? Quand un clown veut montrer qu’il n’est pas con, doit-il prendre une forme académique ? Est-ce que pour faire intelligent, il faut faire chiant ?

Vous avez revendiqué le droit d’être multiple, en tout cas.

C’est exactement ça. Nous avons des chansons qui sont exutoires contre la bêtise avec des messages clairs, compulsifs, frontaux et d’autres, plus écrites,  jolies, soignées. Ces dernières sont prises comme des morceaux mous de Marcel et son Orchestre et non pas comme de belles chansons. Parfois, ça fait un peu chier.

franck vandecasteele,mouloud,marcel et son orchestre,interview,'est ma dernière surprise party!!Vous avez décidé d’arrêter le groupe après la sortie de votre précédent album, Tous les coups sont permis. Tout le monde était d’accord ?

Non, mais c’est de ma faute. J’ai été maladroit sur cette affaire. Je n’ai pas réussi la concertation. J’étais sur la création d’une pièce de théâtre, ensuite nous devions participer à une fête des indignations en soutien aux Roms. Un journaliste qui avait entendu dire que c’était la tournée d’adieu de Marcel m’a fait parler et comme j’avais un peu picolé, j’ai lâché l’affaire devant tout le monde, de manière informelle. Sauf que le lendemain, il a fait la une de La Voix du Nord avec ça. J’étais fou de rage et les copains me sont tombés dessus… et ils avaient raison. On avait émis cette décision, mais on ne l’avait pas acté.

Vous tous, vous avez réfléchi à l’après Marcel ?

Non, personne n’a anticipé, personne n’avait de meilleures opportunités. Nous sommes arrivés au bord de la falaise et nous nous sommes jetés dans l’inconnu. Je ne dis pas qu’on ne va pas se casser la gueule et qu’on ne va pas descendre plusieurs marches, mais en même temps, on aura été honnête jusqu’au bout. Marcel et son Orchestre n’aura jamais triché.

1921245_10152280730958674_1981055383_o.jpg

Pour « fêter » cette fin d’aventure musicale, il y a un double DVD+CD qui est sorti, C’est ma dernière surprise-party. Un best of en public.

C’est tiré de nos deux derniers concerts. On a composé pas loin de cent cinquante chansons et on a joué cinquante titres par soir. Quatre heures de concert à chaque fois. Un marathon hallucinant pour remercier tous les gens qui nous ont soutenus pendant toutes ces années et qui ont porté notre histoire. On l’a dit mille fois, mais c’est le public qui a fait l’histoire de Marcel.

Quand on décide de partir, on est vite regretté, même par des gens qui ne vous suivaient pas particulièrement, non ?

Lors de la dernière tournée, les gens savaient qu’on n’allait pas revenir sur notre décision.  C’est un groupe qui a donné sans compter, particulièrement généreux, intègre dans les combats et les attitudes. Tu ne peux pas lutter contre la société de consommation et être un homme-sandwich de ce système. Pour moi, c’est le point de rupture avec le rock’n’roll. Des mecs qui se disaient engagés, mais étaient habillés par une marque de fringues, je ne comprenais pas. Je voyais tellement de contradictions que je trouvais que notre projet prenait tout son sens. Ça nous permettait de rire de tout ça. Je crois que le rock’n’roll est une musique de droite. Le rock’n’roll, c’est extrêmement conservateur. Il y a les dix commandements du rockeur. Ne pas rire, les lunettes noires, l’attitude, les perfectos… etc. Il y a l’uniforme, tu ne joues pas des codes. On ne rigole pas beaucoup dans le rock’n’roll, on ne rigole pas de soi-même. Nous, on a débarqué en disant que tout ça, c’est du flan. On a donc été reçu comme un chien dans un jeu de quilles.

"Megafun" en live.

Vous avez été heureux pendant toutes ces années ?

Quoi qu’on ait dit de la scène du rock français, on a fait partie d’un mouvement qui a aussi conscientisé une partie des gamins. Moi, la chanson m’a conscientisé. Je dois à Renaud et Lavilliers de m’avoir expliqué ce qu’était l’Apartheid par exemple. Je dois à Pierre Perret de m’avoir éveillé à beaucoup de choses. Je me dis qu’avec cette scène-là, on a fait gueuler des slogans anti fascistes à des jeunes.

969694_578134842219712_1968893327_n.jpgParle-moi du projet Lenine Renaud.

Avec Cyril Delmote, le guitariste des VRP, on avait envie de travailler ensemble. On chante et joue tous les deux. Sur des airs de pas y toucher, nos chansons taillent de tendres ou féroces portraits, racontent la grande aventure du quotidien, la revanche des causes perdues, ricanent des marchands de certitudes, ou encore des fous de Dieu.

Tu ne veux pas sortir quelque chose sous ton vrai nom ?

Je n’y arrive pas. J’ai trop le sens du collectif.  

Et le sens du partage.

Je suis travailleur social de formation. J’ai le défaut de ce métier. J’ai besoin d’être un passeur. Quand je découvre quelque chose, une belle idée, une belle image,  j’ai besoin de faire circuler.

DSC08870.JPG

Avec Franck Vandecasteele, dit Mouloud, après l'interview, le 17 février 2014.