Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12 octobre 2017

François Alquier : interview par Fabien Martin pour L'aventure Starmania

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmaniaFabien Martin est un ami auteur compositeur interprète dont j’apprécie le travail depuis qu’il enregistre des disques. Il a été un des tout premiers mandorisés il y a 11 ans, en juillet 2006, puis il est revenu en 2014. Nous sommes devenus amis au fil des années.

Un jour, il m’envoie un message.

Lui :
-Pour ton livre, L'aventure Starmania, tu veux bien que je te mandorise?
Moi :
-Euh...
Lui : Tu fais la promo des autres tout le temps, je ne te laisse pas le choix. Je vais m'occuper de ton cas, point barre!
(Ainsi, le 29 septembre dernier, dans son studio d'enregistrement, un de mes chanteurs préférés a fait son boulot d'intervieweur impeccablement. Il avait bien lu le livre et m'a posé une série de questions très intéressantes. 
(Fabien, reste dans la chanson, je ne veux pas que tu me piques mon job!) 
(Et merci pour tout!)

Interview :françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Bonjour François.

Bonjour Fabien.

Il y a environ deux ans, tu sortais un livre sur la chanteuse Louane, et aujourd’hui nous sommes ici pour parler de la parution de ton ouvrage sur l’aventure Starmania.

Tout d’abord, toi qui as l’habitude d’interviewer des chanteurs, qu’est-ce que ça te fait d’être interviewé par un chanteur ?

Etre interviewé n’est pas l’exercice dans lequel je me trouve le meilleur. Par un chanteur, qui plus est, c’est la première fois. Donc je ne sais pas. Je vais vivre cette expérience, et je t’en parlerai à la fin.

Alors ce sera notre première fois pour tous les deux. Tu as bien dormi ?

J’ai… moyennement dormi, mais pas à cause de ça.

La première question que je vais te poser sera la dernière à laquelle tu répondras, parce qu’elle n’est pas simple, et qu’elle va te demander un peu de réflexion et d’imagination. Tu vas donc y penser durant l’interview et j’y reviendrai à la fin.

Nous sommes donc en 2017, la dernière édition de Starmania a eu lieu en 1993 et, comme tu le sais, une nouvelle édition verra vraisemblablement le jour en 2018, sous la houlette de son auteur.

Ce que tu ne sais pas encore, en revanche, c’est que Luc Plamondon va t’appeler d’ici la fin de la semaine pour te proposer le poste de Directeur de Casting, poste que tu ne peux pas refuser évidemment.

Evidemment.

Qui verrais-tu dans chacun des rôles aujourd’hui ? Evidemment, on a besoin d’un casting franco-québécois, c’est le désidérata de monsieur Plamondon. Alors tu y réfléchis et on y revient dans trente minutes. Ok pour toi ?

OK.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmaniaQuel âge avais-tu au moment de la première mouture de Starmania ?

J’avais onze ans, je m’en souviens parfaitement. J’avais fait acheter le disque bleu de 1978 par mes parents, pour la seule et unique raison qu’il y avait à l’intérieur un chanteur que j’entendais de plus en plus, Daniel Balavoine. « Le Chanteur » était joué sur toutes les radios. Et cette voix-là m’avait complètement… bouleversé. Je l’adorais.

Donc tu as acheté l’album de Starmania juste…

… Juste parce qu’il y avait Balavoine, exactement !

C’est un spectacle que tu as vu ou que tu as fantasmé ?

Oui je l’ai vu, mais uniquement la dernière version.

Je voulais savoir si tu avais vu l’original.

Malheureusement, non. Et c’est vraiment ma version préférée. J’ai aimé Starmania avec la première version. D’abord l’album bleu, enregistré en studio, puis la version live, un an plus tard, qui est, à mon avis, la plus complète. Le vrai Starmania c’est cet album-là, puisqu’il y a toutes les chansons, ainsi que les intermèdes qui racontent l’histoire.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Avec Daniel Balavoine (Johnny Rockfort) en 1984 au Palais des Sports de Paris.

Donc c’est par le truchement de Balavoine que tu arrives à Starmania, mais tu y découvres d’autres chanteurs…

Oui, et j’ai fini par aimer toutes les chansons très rapidement. Je ne comprenais pas vraiment ce qu’elle racontait, parce que les thèmes abordés à l’époque ne me parlaient pas vraiment, mais j’aimais les voix. Et j’adorais la musique de Michel Berger. D’autant plus que toutes les chansons se suffisaient à elles-mêmes. On pouvait les écouter sans forcément penser à l’histoire.

Justement, c’était ma question suivante… Penses-tu que le public ait à ce point conscience de ce que raconte Starmania, au-delà des chansons ? Ne crois-tu pas que la redoutable efficacité et popularité de chacune des chansons n’a pas un peu éclipsé l’ensemble de la comédie musicale, son livret, son propos ?

Je partage ton avis. Les chansons ont éclipsé l’histoire et, j’irai même plus loin, elles ont éclipsé les interprètes.  En France, peu de gens savent que c’est Claude Dubois qui chante « Le Blues du Businessman » par exemple. Et encore, là, je te parle de la première version…

C’est ce que tu écris dans ton livre d’ailleurs, ce sont les chansons qui sont au service des interprètes et non pas l’inverse…

C’est ce que me disait le directeur de Radio Nostalgie. Quand la radio diffuse ces chansons, personne ne sait qui les chante, à part Balavoine et Fabienne Thibault.

Oui quand même… Dans ton avant-propos, tu mentionnes une personne que tu as interviewée pourfrançois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania ton livre et qui te demande pourquoi tu aimes Starmania depuis toujours. Tu dis te retrouver dans l’incapacité de répondre. Depuis que tu as terminé le livre, j’imagine que tu as eu le temps de réfléchir à la question… As-tu une réponse à lui donner aujourd’hui ?

Je ne sais pas, j’imagine que toi aussi tu as des albums de référence, que tu as écouté toute ta vie, que tu aimes, mais tu ne sais pas vraiment pourquoi. Starmania, c’est un truc qui m’a toujours touché. Chaque chanson raconte une histoire dans laquelle tout le monde peut se retrouver.

Justement, est-ce qu’il y a une chanson qui te tient particulièrement à cœur ? Un personnage auquel tu t’identifies ? Ne me dis pas « Balavoine », attention! Je ne parle pas d’un chanteur en particulier, mais d’un personnage.

Je serai tenté, effectivement, de te dire que ma chanson préférée est « S.O.S. d’un terrien en détresse », car je la trouve superbe, mais Johnny Rockfort n’est pas le personnage dans lequel je me retrouve ; c’est un terroriste, il est plutôt faible, il se fait un peu mener par le bout du nez par Sadia puis par Cristal… De fait, en réalité, je trouve qu’il n’a pas tant de personnalité que cela.

Comme la plupart des terroristes aujourd’hui.

Oui, c’est vrai. Ma sensibilité m’amènerait donc plutôt vers le rôle de Marie-Jeanne, la serveuse automate. Je crois que c’est le rôle le plus universel. Elle raconte la solitude, les déceptions amoureuses, l’interrogation sur ce que l’on fait sur Terre, sur où est notre place… Marie-Jeanne se pose des tas de questions que l’on se pose tous. Les autres personnages sont davantage segmentants.

En lisant ton livre, j’ai eu la sensation que le succès et la réussite de Starmania, tant commerciale qu’artistique, tenaient au fait que Berger et Plamondon n’étaient pas du même continent. Un compositeur du Vieux Continent, et un auteur du Nouveau, avec tout ce que cela implique de modernité. Je ne sais pas si Starmania aurait été si visionnaire à l’époque, et donc autant d’actualité quelques décennies plus tard, si Luc Plamondon avait été européen. Qu’en penses-tu ?

Effectivement, Luc Plamondon est arrivé avec sa culture, et la culture nord-américaine, tu le sais, n’est pas la même que la nôtre. Et ce choix, Michel Berger l’a fait volontairement. Il savait qu’il n’allait pas trouver les mots, il sentait qu’il manquait quelque chose. Il n’avait pas la virulence de Plamondon, la même culture, ni forcément la même vision du monde. Cette association a été comme une étincelle, ils se sont trouvés. Et ils n’ont jamais pu refaire aussi bien, même s’ils ont remis le couvert par la suite avec « La Légende de Jimmy »…

Oui, un peu comme un vieux couple qui se remet ensemble des années après, mais ce n’est plus la même magie.

Ça n’a pas matché de la même façon. Je ne sais pas, il devait y avoir toutes les conditions réunies en 78 pour faire ce chef-d’œuvre.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmaniaLes planètes étaient alignées.

Voilà, c’est ça!

Je voudrais revenir un peu sur ton livre, sur la façon dont tu l’as écrit. Quelles ont été les premières étapes ?

J’ai commencé par les entretiens. Comme tu le sais, c’est mon métier, et j’aime beaucoup ça. Tous les livres que j’écris sont à base d’interviews, je trouve que c’est le bon matériel pour commencer un livre. Donc j’en ai fait beaucoup, beaucoup, beaucoup… Et le problème c’est que quand tu as autant de témoignages, et là j’en avais quand même trente ou trente-cinq, c’est qu’il faut déjà les retranscrire. Savoir où tu vas situer telle phrase, telle citation, tel thème… et cela devient vite un casse-tête, un véritable enfer même ! J’avais tout imprimé, tout disposé par terre, je relisais, je me disais : « tiens, ça, ça peut aller là, ça ici », etc… C’était ludique, mais difficile.

Combien de temps t’a demandé l’écriture de ce livre ? A quelle fréquence, à quels moments de la journée ?

Ça m’a pris un an en tout, dont véritablement trois mois à temps complet, où je ne faisais quasiment que ça. 

Es-tu parvenu à sacrifier ta vie de famille et à laisser tomber tes amis afin de te consacrer pleinement à l’écriture ?

Les gens qui me sont proches ont eu la gentillesse de ne pas m’en vouloir quand j’avais beaucoup de boulot. Mais c’est vrai qu’on n’est pas disponible, ni dans le temps, ni dans sa tête. Mais je suis sûr que c’est pareil pour toi, qui est chanteur et musicien, quand on est dans son truc, on a du mal à s’en extirper. Starmania a occupé un an de ma vie ; je ne vivais que Starmania, je ne pensais que Starmania. Ça m’a fait pareil avec Louane. Quand tu prends un sujet,  tu vis avec, tu t’endors avec, tu te réveilles avec.

En tout cas, bravo, le livre est vraiment beau, bien documenté, très fourni en photos et en témoignages. J’ai appris par exemple que Michel Jonasz avait décliné l’offre de chanter « Le Blues du Businessan ». C’est fou !

Oui, mais comme je sais que c’est quelqu’un de ta famille, il faudra quand même lui demander si c’est vrai.

On lui demandera. Cela dit, puisqu’on est entre nous tu peux me le dire, de quels protagonistes aurais-tu aimé avoir les témoignages, t’entretenir, et qui n’ont pas voulu te répondre ? Ou peut-être que tu n’as pas osé contacter ? Evidemment, on pense à France Gall, Luc Plamondon…

Ce sont ces deux-là justement ! Luc Plamondon, je voulais que ce soit lui qui fasse la préface.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Avec Luc Plamondon, l'auteur de Starmania, le 20 novembre 1998 à Radio Notre Dame.

C’est Maurane qui va être contente (Maurane signe la préface, NDLR)…

Je pense qu’elle le sait et qu’elle le comprend. Donc, concernant Plamondon, je n’ai pas eu de réponse. Ou plutôt une fin de non-recevoir de la part de son entourage, qui m’a expliqué qu’il ne participait jamais à ce genre de chose... France Gall, c’est une toute autre histoire. C’est quelqu’un de tout à fait admirable professionnellement, mais lorsque sort un projet concernant Michel Berger, je crois qu’elle aime bien avoir l’œil dessus, et moi je ne souhaitais personne qui veille sur ce que je faisais. Je voulais de la liberté et de la sérénité.

Donc tu ne lui as même pas demandé…

Pour être franc, j’ai hésité. Je me suis dit « soit je l’appelle », au risque d’être un peu embêté pendant l’écriture, soit je fais sans. Et il y avait suffisamment de témoignages d’elle à droite et à gauche sur le sujet pour que je puisse m’en passer.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Avec France Gall (Cristal), le 3 septembre 2015. ®Bruck Dawit

La ou les personnes que tu as été le plus heureux de rencontrer ?

J’étais heureux de les voir tous, car ce sont des personnes qui ont fait partie d’une aventure qui me fascine. Donc passer un après-midi avec les uns et les autres, c’était génial. Maintenant, la rencontre qui m’a le plus intéressée, c’était quand même Bernard de Bosson. 

Ça ne m’étonne pas. Un grand monsieur du métier.

Un grand monsieur sans qui Starmania n’aurait certainement pas existé puisque, comme je l’explique dans le livre, c’est lui-même qui a insisté auprès de Michel Berger, alors encore un peu frileux, pour financer le projet… et sans avoir entendu une seule note de musique ! C’est une anecdote assez connue, mais je la trouve incroyable. Prendre ce pari…

… avec la maison-mère américaine, qui demandait des comptes et lui mettait la pression !

Oui, mais Warner USA finançaient aussi les albums de Quincy Jones sans non plus avoir entendu quoique ce soit, ce que ne manquait pas de leur rappeler Bernard de Bosson. C’est quelqu’un qui a été à la tête de Warner pendant 17 ans, il a tout vu, tout connu, découvert Véronique Sanson, Berger… Alors quand je suis en face d’un gars comme ça, qui me reçoit chez lui à grand renfort de whisky et qui me raconte tout ça, je me dis que je suis un peu privilégié. Et je me dis aussi que sans lui, il y a de fortes chances que Starmania, on n’en ait jamais entendu parler.  

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Avec Bernard de Bosson (l'homme sans qui Starmania n'existerait pas), chez lui le 19 janvier 2017.

Il faut parfois des gens un peu fêlés également pour suivre les artistes dans ce genre d’entreprise.

Exactement.

D’autres personnes ?

Je suis devenu assez proche de Sabrina Lory qui jouait Stella Spotlight dans la deuxième version, Peter Lorne également, qui était une des étoiles noires. Ce sont des gens qui m’ont beaucoup aidé, qui m’ont donné des photos personnelles inédites. Ils m’ont proposé de venir chez eux et on a sélectionné ensemble tout un tas de photos. Les frères Groulx, Richard et Norman respectivement Zéro Janvier et Johnny Rockfort, se sont réunis un après-midi pour retrouver et sélectionner plein de photos et me les envoyer par mail. Wenta, une formidable Sadia, aussi m’a envoyé des photos de sa collection personnelle. Tout ça fait une somme de documents que personne n’a jamais vu ! Je voulais absolument que le fan de Starmania y trouve son compte.

François, toi qui est un peu un des grands spécialistes de la chanson francophone, penses-tu qu’un opéra rock aussi puissant que Starmania puisse être créé d’ici disons… les 300 prochaines années ?

Je n’y crois pas du tout en fait. Mais je l’espère bien sûr, j’aimerais bien que quelqu’un détrône Starmania un jour. J’ai vu beaucoup de comédies musicales, ça n’a jamais, jamais le niveau de Starmania. Ni dans les thèmes abordés, ni dans les voix. Peut-être dans le décor, dans la scénographie, mais ça ne me touche pas. Même « Notre-Dame-de-Paris », pourtant écrite par Luc Plamandon… je trouve ça tellement insipide…

Et encore, au niveau des compositions, tu ne cites pas la pire de ces vingt dernières années… Pour le reste, c’est vrai qu’en général on sent que tout a été lissé et raboté afin de plaire au maximum de personnes mais que plus personne ne s’en souvienne.

Et c’est l’erreur. Dans la première version de Starmania, il n’y a rien d’édulcoré. D’ailleurs, lors de la deuxième version, ce n’est déjà plus pareil…

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmaniaEn ce qui te concerne, tu es plutôt version 1979, 1988 ou 1994 ?

79 et sans conteste. 

Ce qui est dit en sous-texte dans ton livre, c’est que l’ambiance des représentations de Starmania en 79  n’est pas fofolle… c’est un peu la lutte des egos. On sent qu’ils ne vont pas partir ensemble en vacances… Contrairement aux versions suivantes d’ailleurs.

Cette réunion entre les Québécois et les Français était une première, et on m’a souvent dit qu’ils ne s’entendaient pas forcément bien entre eux. Mais également entre musiciens américains et chanteurs canadiens ! Il y avait pas mal de mics-macs en coulisses. Les petits conflits, l’esprit de compétition, etc…  Quant à France Gall, elle avait une place un peu particulière, puisqu’elle était également la femme du compositeur, en plus d’être déjà une star. Balavoine, lui, ne voulait pas vraiment en être. Ces histoires de comédies musicales, son personnage de terroriste, il avait vraiment peur que ça parasite sa carrière qui commençait à décoller. Ce manque d’envie, ça ne facilite pas vraiment l’adhésion. Et puis il y avait le metteur en scène, Tom O’Horgan, un Américain un peu déjanté, qui n’aidait pas à l’ambiance.

Qu’est-ce que tu reproches aux versions suivantes ?

J’aime beaucoup la deuxième version,  celle de 1988. J’aime beaucoup Sabrina Lory, Renaud Hantson, Wenta, les frères Groulx et bien sûr Maurane. Même la mise-en-scène est pas mal du tout. Je déplore juste le fait qu’ils aient retiré certaines chansons. Et je regrette vraiment les arrangements musicaux, très marqués années 80. Ils étaient très dans l’époque, et forcément, ça a mal vieillit.

C’est vrai que les versions qu’on entend aujourd’hui sont toujours celles de 79.françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Toujours ! Starmania, on entend toujours la première version. Quant à celle de 1994, mise en scène par Lewis Furey et tant décriée par France Gall, c’est la seule que j’ai vue en vrai. C’était un peu déroutant, car le délire de Lewis Furey n’était pas du tout celui de Berger ou de Plamandon, mais je ne l’ai pas trouvé non plus catastrophique. C’était spectaculaire, avec cascadeurs, jongleurs… On en avait plein les mirettes, c’était vraiment la grosse artillerie. Mais plus le temps passait, moins il y avait de décor, de personnes sur scène… ça devenait un peu n’importe quoi à la fin.

Et toi, est-ce que tu aurais aimé chanter dans Starmania ?

Je ne sais pas, et puis aujourd’hui c’est moi qui pose les questions. En plus, tu sais que c’est ma première interview alors c’est important de s’inspirer de ce qui a été fait avant, par les maîtres. Je vais donc, pour terminer, te poser trois questions « à la manière de ».

OK, allons-y.

On va commencer à la manière de Thierry Ardisson.

Tu as pris beaucoup de cocaïne pour écrire ce livre ? Peut-être même avec certains interprètes de Starmania ?

Avec les interprètes de Starmania, je n’ai bu que du thé ou du café. Ah! Aussi un Coca Light un jour. 

Quelle tristesse cette époque…

Maintenant, à titre personnel, je ne prends pas de drogue, mais il m’est arrivé d’être accompagné d’un bon verre de vin. Ça me détendait et finissait par débloquer la situation quand je me retrouvais dans une impasse.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmaniaA la Manière de Yann Moix.

L’impossible n’étant pas le contraire du possible, mais plutôt une sorte de possible qui serait arrivé à son incandescence, penses-tu que c’est justement parce qu’une telle comédie musicale était impossible à réaliser en France que Luc Plamondon et Michel Berger l’ont fait ?

Euh… oui. T’as pas un aspirine, s’il te plait ? 

Et enfin à la manière de Jacques Chancel. Et Dieu dans tout ça ?

Dieu n’a pas sa place dans Starmania. Etonnamment, il n’est pas du tout question de religion. Il y a juste eu dans la première version un gourou d’une secte.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Pendant l'interview...

Je reviens donc à ma première question. Tu as fait ton casting ?

Qui verrais-tu dans le rôle de Johnny Rockfort ?

C’est compliqué pour moi qui suis toujours à la recherche du nouveau Balavoine. Mais je dirai Pierre Lapointe.

J’en étais sûr. Zero Janvier ?

Renaud Hantson. Il a participé aux versions 88 et 94, il serait parfait pour faire le raccord. Et il a l’âge du rôle à présent.

Stella Spotlight?

Une québécoise aussi foldingue que Diane Dufresne à l’époque : Klo Pelgag. Elle est peut-être trop jeune, mais elle serait très bien, excentrique comme il faut. Son show est une folie totale.

Ziggy?

Eddy de Pretto.

Cristal?

Louane, tiens!

Oui, enfin si France Gall accepte. Sadia?

Je ne vois pas à quoi tu fais référence (rires). Mais ma réponse est Fishbach.

Et enfin Marie-Jeanne ?

Buridane.

Très bon casting. Merci.

Merci, c’était ta dernière question ?

Oui, et je te remercie de tes réponses.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Pendant l'interview (bis). (En vrai, c'est pas vrai. On a fait ça avec le retardateur après... comme d'habitude).

En off, mais l’enregistrement continue:

François : Tu crois que ça va intéresser les gens ce livre ?

Fabien : Je pense que ça va intéresser des gens, oui, bien sûr. Les fans de Berger, Balavoine, y’en a… Peut-être pas les 15/18 ans…

François : Eh ben tu sais, je suis très étonné d’une chose, je m’aperçois que, depuis un an que j’enquiquine les gens avec Starmania, beaucoup me disent qu’ils adorent !

Fabien : Tous les âges ?

François : Plein de jeunes aussi ! Parce que papa et maman écoutaient Starmania.

Fabien : Mais qu’est-ce que tu appelles un jeune aujourd’hui ?

François : Ah oui, euh…

Fabien : 20 ? 25 ?

François : Euh… oui, enfin un peu plus quand même…

Fabien : Ah oui, tu veux juste dire plus jeune que nous quoi.

François : Voilà, des jeunes de 35 ans quoi.

Pour finir, je me suis amusé à plonger dans mes archives et à retrouver tous les artistes qui ont participé à Starmania et dont j'ai croisé la route, des années 80 à aujourd'hui... certains plusieurs fois, mais jamais pour parler de l'opéra rock. La vie est paradoxale. 

Commençons par l'artiste qui a préfacé mon livre, Maurane, rencontrée dans les années 90. Elle a joué une merveilleuse Marie-Jeanne dans la version 1988. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Maurane, le 30 mars 1993, au Palais des Congrès de Strasbourg. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Maurane à Top Music, le 24 mai 1994.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Maurane à Top Music, le 24 mai 1994.

Voici Fabienne Thibeault, la toute première Marie-Jeanne en 1978 et en 1979.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Fabienne Thibeault, le 23 avril 1987, à l'Olympia pour la soirée de la Fondation Daniel Balavoine. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Fabienne Thibeault, en 2015, lors d'un conférence de presse/cocktail de présentation des nouveaux programmes de Télé Melody.

Une star mondiale à présent. Céline Dion, qui a participé à la version discographique anglaise de Starmania, Tycoon. Elle y interprète le tube "Ziggy" et un tonique "Tonight We Dance".

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Céline Dion, le 4 novembre 1986, à l'hôtel Etoile Maillot. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Céline Dion, le 4 novembre 1986, à l'hôtel Etoile Maillot. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Céline Dion, le 29 novembre 2012 pour l'émission CD'Aujourd'hui. 

Restons dans Tycoon. Un autre grand interprète: Peter Kingsbery. Il interprète la version anglaise de "SOS d'un terrien en détresse", "Only The Very Best", ainsi que "Ego Trip". Cette photo est intéressante, car avec nous, il y a Peter Lorne, une étoile noire de la version de 1988 (et un artiste qui m'a beaucoup aidé pour mon livre).

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Avec Peter Lorne et Peter Kingsbery, le 12 juin 1995, à l'Olympia, lors d'une soirée de l'association Daniel Balavoine, dont je faisais partie. 

J'ai aussi rencontré très souvent Renaud Hantson, un grand Ziggy (qui a joué aussi Johnny Rockfort) dans la version 1988.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Renaud Hantson, le 21 novembre 1992, à la nuit des Tops à Strasbourg. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Renaud Hantson, le 21 novembre 1992, à la nuit des Tops à Strasbourg. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Renaud Hantson, le 12 janvier 1993, au forum Fnac de Strasbourg pour Top Music. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Renaud Hantson, au Salon du Livre de Provins (que j'animais), le 14 mars 2013.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Renaud Hantson, à l'agence Mixicom, en juin 2013.

Voici quelques rencontres avec Solal (qui n'avait pas encore ce pseudonyme à l'époque), un Ziggy qui a succédé à Renaud Hantson dans la version 1988. Depuis, il est présent dans beaucoup de comédie musicale, encore aujourd'hui.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal, le 21 août 1986, à la Grande-Motte lors d'un Podium Europe 1.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal à Kourou (Guyane française), lors d'une l'interview à Couleur 3, le 8 septembre 1989.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal sur la scène du Festival de Kourou (que j'animais), le 9 septembre 1989.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal, en "route" pour les Iles du Salut, le 11 septembre 1989.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal, en "route" pour les Iles du Salut, le 11 septembre 1989.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Solal, en "route" pour les Iles du Salut, le 11 septembre 1989. Il y a entre nous deux, Marc Tobaly (ex guitariste des Variations) et Jean-Pierre Mader. 

Et enfin, pour terminer, après une de mes premières interviews,  le 22 août 1984 à La Grande-Motte, lors d'un podium Europe 1,  un souvenir avec celle qui fut Cristal en 1989, Nathalie Lermitte.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

On en parle là:

Chez TouteLaCulture.com.

Sur le site de  France  Bleu.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

France Bleu avec Julien Baldacchino. 

Sur le site de TV Melody.

Sur le blog Bios enchantées.

Et soudain, la presse people et leurs extraits non contextualisés.

Le pompon avec Voici, puis Yahoo qui copie-colle, et ceux qui suivent, GalaNon Stop People, OrangePure People, Free, Télé Loisirs, Le Gossip, People no limit, 7 sur 7Le Point (oui, même eux!), 

Quelques médias:

MOI FM (le podcast de l'interview est là!), le 16 octobre 2017. Interview de Sabrina Fraty. Emission avec Fabienne Amiach (présentatrice de la météo sur France 3 depuis 28 ans) pour son livre "Les potagers des grosses légumes" aux éditions Fortuna.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Sabrina Fraty, Fabienne Amiach et moi.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Sabrina Fraty, Fabienne Amiach et moi.

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Fabienne Amiach et moi interprétant en direct, "Le monde est stone".

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Photo d'après émission avec Sabrina Fraty, le rappeur Alibi Montana (directeur de la radio), Fabienne Amiach et moi. 

françois alquier,mandor,interview,l'aventure starmania

Ici avec Olivier Vadrot (manager d'artistes), Sabrina Fratry, Fabienne Amiach et son éditeur François Michalon

 

26 septembre 2017

Louis Arlette : mini biographie à l'occasion de la sortie de son EP A notre gloire

18835631_1563465830352974_3503610304136390101_n.jpg

On m'a demandé d'écrire une mini bio pour un artiste que j'aime beaucoup, Louis Arlette (mandorisé là). J'ai accepté uniquement parce qu'il est rare, précieux et fort talentueux. D'autres suivront (pour les mêmes raisons). Pour écrire sur quelqu'un il faut que je l'apprécie professionnellement et humainement. J'aime bien l'exercice de raconter une vie musicale sur deux pages. Voilà ce que cela donne, dans le cas de Louis Arlette qui sort le 13 octobre prochain  un premier EP, À Notre Gloire, extrait de l’album Sourire carnivore (sortie le 19 janvier 2018).

jj.jpg

JJJ.jpg

JJJJ.jpg

jjjjj.jpg

Louis Arlette / Nouvel Ep / A notre gloire. Enregistré en live au Studio Kremlin. Réalisé par Julien Reymond

Chant : Louis Arlette. Guitare : Isïa Marie. Claviers : Pierre-Emmanuel Chassain. Batterie : Julien Boyé.

a.jpg

 

aa.jpg

aaa.jpg

louis arlette,à notre gloire,sourire carnivore,biographie,mandor,françois alquier

Avec Louis Arlette, le 14 juin 2017 (après l'interview pour élaborer cette mini bio.)

Le 30 septembre 2017,  j'ai passé un long moment avec Louis Arlette (qui était en première partie de Soan au Trabendo) et sa team. 

louis arlette,à notre gloire,sourire carnivore,biographie,mandor,françois alquier

Gaël Chosson ( batteur de [no one is innocent]), Louis Arlette et Isïa Marie.

louis arlette,à notre gloire,sourire carnivore,biographie,mandor,françois alquier

Gaël Chosson ( batteur de [no one is innocent]), Louis Arlette et Isïa Marie.

louis arlette,à notre gloire,sourire carnivore,biographie,mandor,françois alquier

La team au complet.

louis arlette,à notre gloire,sourire carnivore,biographie,mandor,françois alquier

La team au complet (bis).

 

22 février 2016

Louane, aujourd'hui l'avenir : Le livre (revue de presse, dédicaces, émissions radio, télé, web...).

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandorJ'ai publié le 18 février dernier, aux Editions du Moment, la première enquête sur Louane (mandorisée là), Louane, Aujourd'hui l'avenir (Fnac, Amazon, Leclerc, Decitre, Cultura... )

Voilà, ce qu'en pense des journaux qui ont lu le livre et qui m'ont interviewé :

L'Express : "Louane, aujourd'hui l'avenir, livre original sur une "artiste si fédératrice".

La Voix du Nord : Première biographie de Louane : "Un tel succès, c'est un truc qui est unique en France". 

Dans cette interview pour le magazine de la FNAC, OpenMag.(daté du mois de février 2016), je réponds aux questions qui me sont le plus souvent posées concernant cet ouvrage

louane open mag.jpg

louane open mag1.jpg

louane open mag2.jpg

Ce qu'en dit le magazine Platine, daté du mois de mai 2016. Particulièrement bien vu.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Quelques liens sur le sujet: 

Voici les articles avant que le livre sorte:

MusiqueMag : Louane : Aujourd'hui, l'avenir, sa première biographie.

Just Music : "Louane : Aujourdhui, l'avenir" par François Alquier.

LD People: Biographie... Sortie du livre sur la chanteuse Louane

Aficia info: Une biographie sur la carrière de Louane arrive la semaine prochaine!

Metro : 6 petites choses que vous ne saviez sûrement pas sur Louane.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandorEt, des articles plus contestables, des articles "people"... qui reviennent sur l'histoire du casting de Louane pour la comédie musicale de France Gall, "Résiste". Ça s'emballe!

Voici : Louane a postulé pour Résiste, la comédie musicale de FranceGall: elle a  été recalée.

Télé Loisirs: France Gall l'a recalée aux castings de sa comédie musicale Résiste!

Non Stop People : France Gall l'a recalée de sa comédie musicale

Star Actu : Louane recalée par France Gall pour Résiste

Public : Louane s'est fait recaler par France Gall de la comédie musicale Résiste.

DNA :"Résiste" : Louane recalée par France Gall.

Le Dauphiné : "Résiste" : Louane recalée par France Gall.

TF1 : Louane recalé par France Gall pour Résiste.

Le Journal des femmes : Louane, recalée par France Gall.

Le Figaro : Louane "recalée" par France Gall sur le casting de Résiste.

Gala : Louane, trop connue pour "Résiste" de France Gall.

BFM TV : Louane écartée de la comédie musicale Résiste par France Gall.

20 Minutes : "Résiste" : France Gall a recalé Louane au casting de la comédie musicale.

La Voix du Nord : Louane recalée par France Gall pour "Résiste" : "Elle n'avait pas besoin de ce que je voulais apporter".

France Dimanche daté du 12 au 18 février 2016 :

france dimanche.jpg

Et Soudain, communiqué de presse de France Gall pour démentir. Ça continue à s'emballer :

Télé 7 Jours : France Gall dément avoir recalé Louane au casting de "Résiste".

BFMTV : Louane recalée de Résiste : les excuses de France Gall.

Metro : Louane recalée de "Résiste"? France Gall a fait une grosse bourde.

Voici : France Gall est "désolée" : Louane n'a en fait jamais passé le casting pour Résiste.

Gala : Non, France Gall n'a pas recalé Louane pour Résiste.

Le Huffington Post : France Gall s'excuse d'avoir confondu Louane avec une autre chanteuse.

Stars Actu: Louane n'a pas été recalée par France Gall... qui s'excuse.

Télé Star : France Gall : elle n'a pas recalé Louane!

Public : France Gall présente ses excuses à Louane suite à un quiproquo

Femme actuelle : Louane recalée de "Résiste"? France Gall s'excuse pour la bourde.

Canal Togo : France Gall dément avoir recalé Louane au casting de "Résiste".

 

Et puis, plus que las de tout ce tintamarre inutile, je me suis décidé à répondre et dire mes 4 vérités (diplomatiquement). MusiqueMag : Tout sur la polémique avec France Gall

Comme si une polémique ne suffisait pas, une deuxième pointe le bon de son nez, toujours tirée du contexte louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandorinitial, c'est plus vendeur... Cette fois-ci, c'est Didier Varrod qui ne veut pas diffuser Louane sur France Inter

Gala : Louane Blacklistée de France Inter

Public : Louane : France Inter refuse de diffuser sa musique !

TF1: Le directeur artistique de France Inter pas tendre avec Louane

7 sur 7 : "Louane n'a pas de crédibilité artistique"

Il est vrai que ce livre m'a apporté de bonnes et de mauvaises surprises...

La mauvaise (non, je ne cache rien, c'est arrivé et ça m'a bien foutu les boules): 

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Et la bonne (comme quoi, le public s'en fout des tweets!): 

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Les choses se sont tassées, il y a eu des articles "normaux" et objectifs, de ce type.

Le site Nos Enchanteurs (et l'avis à la fois dur et bienveillant du journaliste Michel Kemper qui m'importait beaucoup). 

L'écho du Pas-de-Calais:

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Le Matin Dimanche (l'unique journal dominical de suisse romande):

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Glossy (numéro de l'été 2016).

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Ce livre m'aura permis de participer à quelques émissions et interviews radios et télés.

A la radio, sur RTL, les très sympathiques Thomas Hugues et Sidonie Bonnec m'ont accueilli 20 minutes dans l'émission La Curiosité est un vilain défaut du 22 février 2016. Le podcast est là! (cliquer sur "Le phénomène Louane").

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Sur France 3 Nord Pas-de-Calais, j'étais l'invité du 19/20 le 13 février 2016 (en duplex de Paris) et du 12/13 le 26 février 2016 (en direct des studios de Lille).

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans l'émission de Christophe Caron, Le Mag'Musique, sur IFDM (la première radio du Val d'Oise), le 24 février 2016.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans 90 min people présenté par Clothilde Gagnon, sur Non Stop People (chaîne de Canal Sat), le 16 mars 2016.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans l'émission La Fringale culturelle présenté par Christophe Mangelle, le 17 mars 2016. La première partie de l'émission est visible et la seconde ici

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans l'émission HPy Hour sur le site HPY TV (Tarbes-Lourdes-Pau), la télé des Hautes-Pyrénées, le 9 avril 2016. Emission animé par Steeve avec Virginie Ricaud et Elodie. L'émission est visible ici

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans l'émission de Jacky sur IDF1, le JJDA, le 12 mai 2016. Moment de gloire à voir ici (à partir de 14'25'').

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Et le deuxième invité de l'émission, Boris Bergman, l'un des plus grand parolier français.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Dans l'émission animée par Olivier Monssens et Ronan ChastellierC'est tendance, en direct sur Sud Radio, le 25 mai 2016. Vous pouvez écouter l'émission là, à partir de 6'35''.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Le 2 juin 2016, dans l'émission Cocktail Show sur Radio Air Show, présenté par Arno Koby avec Didier Gustin (imitateur, chanteur et comédien), Hanna Castera (Chanteuse, comédienne) et moi (interrogé par Olivier Vadrot). Emission que vous pouvez écouter ici

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Le dimanche 5 juin dans les nocturnes de Légende FM animé par Benoît Quiviger (responsable support, direction technique à RTL) et Laetitia Augonnet.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

J'ai aussi fait quelques signatures dans des librairies et dans des salons du livre.

Ici à la Librairie du Hérisson à Montargis, le mercredi 23 mars 2016. On en parle ici

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

(Avec la libraire, Stéphanie Hérisson Delattre).

Là, à la librairie de l'Espace culturel Leclerc de Moiselles, le samedi 26 mars 2016.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

(Un après-midi avec ma fille Stella, à qui ce livre est dédié).

Là, le salon idéal quand on sort un livre comme le mien. Le Salon du Livre et de la Chanson de Randan, les 2 et 3 avril 2016.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Je vous jure que cette scène est vraie... 

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Le dimanche matin, dans le journal La Montagne.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

Un autre Espace Culturel Leclerc, celui du centre commercial Le Méridien à Ibos (à côté de Tarbes), le 21 mai 2016.

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

louane,aujourd'hui l'avenir,biographie,interview,françois alquier,mandor

10 juin 2013

Pic d'or 2013 : Bilan (1)... la finale en vidéo

DSC07924.JPG

Le jury 2013, la directrice et la nounou des artistes...

389809_464222313646783_237346011_n.jpgL'édition 2013 du Pic d’Or  s’est tenue les 24 et 25 mai dernier au Théâtre de Nouveautés de Tarbes (Hautes-Pyrénées).

C’est la deuxième année que l’organisation du Pic d’Or me fait l’honneur de me demander de faire partie du jury de ce tremplin. J’avais accepté l’an dernier « pour voir », malgré les réticences énormes que j’avais à juger les artistes et, pour certains d'entre eux, les éliminer.

Être membre d’un jury, ce n’est évidemment pas que ça. Il s’agit surtout de mettre en avant et de récompenser ceux que nous estimons les plus méritants. Cette partie-là s’impose d’ailleurs moins à moi, je dois l’avouer.

Dans cette première chronique « bilan » et avant de publier celle des coulisses de ces trois jours formidables passées là-bas, je vous propose de voir les prestations des finalistes.

Force est de constater que le Pic d’Or est, depuis trois ans, un tremplin qui réunit une partie de la fine fleur de la scène française d’aujourd’hui. Je le disais déjà l’année dernière (c’est d’ailleurs ça qui est fou, un tel bis repetita), j’ai rarement vu sur une même scène, un plateau composé d’aussi talentueux artistes en devenir. Je ne dis pas ça en l’air. C’est la réalité des faits. A ce propos, j’ai un peu de mal à comprendre pourquoi le France 3 du coin ne couvre absolument pas l’évènement. Mystère et boule de gomme ! (Y a-t-il tant que cela des manifestations musicales de cette tenue dans la région. Très certainement (je ne vois que ça…).

Je remercie ici Corinne Labat (à l’énergie communicative), la présidente du Pic d’Or, ainsi que Florence Cortes, la nounou des artistes (et un peu celle du jury aussi) et tous les bénévoles (sympas et efficaces) de nous avoir tous accueillis admirablement et chaleureusement.

(Une pensée à Christian Garcia qui est à l'origine de mon entrée dans cette aventure. Je n’oublie pas.)

pic_d_or_2013_finale_tarbes_pixbynot (119).jpg

(Photo : Nöt Pixbynot)

En tant que membre du jury, tout comme l'année dernière, je ne donne pas mon avis personnel sur les uns et sur les autres, mais j’ai évidemment mes préférences et mes évidences. Cela étant, vous lirez dans quelques futures chroniques des mandorisations de ceux qui ont eu ma faveur. (Je suis donc très hypocrite sur ce coup-là. Une fois n'est pas coutume.)

Des artistes, des organisateurs, des autres membres du jury (dont vous verrez les interviews à la fin de cette chronique), de l’ambiance générale, je parlerai dans ma prochaine chronique (avec photos et commentaires).

Pour toutes ces belles vidéos, un grand merci  et surtout un grand bravo à Pascale Sonneville Paugam et son mari (pour Via communication, une agence de communication multimédia créée depuis 8 ans sur Tarbes dont le cœur de métier est, justement, la production vidéo) !

Askehoug (mandorisé ici): Pic d'Or.

La remise du Pic d'Or à Askehoug.

Jesers (mandorisé là) : Pic d'argent.

La remise du Pic d'argent et du Prix du public à Jesers.

Leïla Ssina : Prix d'interprétation et prix de l'ACP Manufacture de la Chanson.

Remise du prix d'interprétation à Leïla Ssina.

Manon Tanguy (mandorisée ici) : Prix de la musique et prix de l'ACP Manufacture de la Chanson.

Remise du prix de la musique à Manon Tanguy.

Guillo : Prix du texte.

Remise du prix du texte (que je remets chaque année. Merci Corinne Labat et Stéphane Rigot) à Guillo.

Les autres finalistes non primés (mais qui aurait très largement pu l'être).

Simon Autain.

Tony Melvil.

Dyne.

Virgule (mandorisée ici).

Maeva.

Après les 10 finalistes, voici les interviews des 4 membres du jury "parisiens" par Pascale Sonneville Paugam.

Commençons avec le chef, le président Arnold Turboust (auteur, compositeur, interprète. On connait de lui le single "Adelaïde" en duo avec la comédienne Zabou et il est l'auteur des musiques de grands succès d'Etienne Daho tels que "La notte, la notte", "Tombé pour la France", "Pop satori", "Epaule tatoo", "Le grand sommeil" et "Pour nos vies martiennes"...)

Dans cette vidéo, beaucoup d'images des délibérations du jury...

Thierry Cadet, journaliste du site musical HorsCène, chanteur, animateur sur Télé Melody et co-créateur du Prix Georges Moustaki.

Jean-Charles Pasqualini, fondateur et rédacteur en chef de Platine et animateur sur Télé Mélody. Par ailleurs, il est régulièrement sollicité par les grandes chaînes de télévision pour des interviews (50 mn Inside, 100% Mag, Accès Privé, L’édition spéciale, Planète Music Mag…). Il a signé plusieurs livres sur la chanson et conçu plus d’une centaine de compilations et coffrets de Piaf à Sanson.

Et bibi, pour finir.

16 février 2013

Mandor interviewé pour le site L'oreille à l'envers!

6700_139354020280_5043846_n.jpgL’oreille à l’envers (et autre sens en éveil) est un site musical d’excellente tenue dirigé par un passionné de musique, Hervé Collet. Un jour, ce dernier me contacte pour me dire le bien qu’il pensait de mon travail. Entre confrères, c’est une chose plutôt rare que de témoigner son intérêt à « l’autre ». Quand il m’a proposé de m’interviewer, outre le fait que je suis toujours dans la position du type qui se demande qui cela va intéresser d’écouter un journaliste raconter sa vie, j’ai accepté. C’était surtout l’opportunité pour moi d’expliquer (pour la  première fois et en détail) comment j’envisageais la façon de faire mon métier.

L’interview dure 26 minutes. C’est insensé à l’ère du zapping immédiat. Pardon !

(Merci Hervé. Merci vraiment. Aussi pour l'élégance d'avoir écrit (mine de rien) un laïus sur les P'tits Courageux... ce qui m'a peut-être le plus touché.)

16 mai 2012

Pic d'or 2012 : on en parle dans "Hors Scène" et dans "Tarbes le mag" !

Dans une semaine se tient le Pic d’or 2012, à Tarbes. J’ai hâte d’y être, très sincèrement.

J’ai déjà expliqué, récemment, comment je me suis retrouvé membre du jury de ce Festival « Paroles et Musiques », plus particulièrement destiné à faire connaître au public les auteurs, compositeurs, interprètes exclusivement d’expression française.

Le site musical Hors Scène (l'information musicale autrement) évoque cette manifestation et présente ici les candidats.

Et voici un article publié dans le journal de la mairie de Tarbes.

COUV.jpg

PIC D'OR.jpg

22 novembre 2011

Pic d'Or 2012

 

pic d'or.jpg

181671_133210876747930_100001770550476_224176_580796_n.jpgIl n’est pas exclu que vous entendiez parler du Festival Pic d’Or de temps en temps sur ce blog. Ce Festival « Paroles et Musiques », est un concours destiné à faire connaître au public les auteurs, compositeurs, interprètes de textes et musiques inédits, de tous styles et exclusivement d’expression française.

Les inscriptions pour les présélections aux auditions du 25 mai 2012 ont débuté le 1er novembre dernier et se termineront le 31 mars 2012.

Il existe un site offciel qui vous expliquera tous sur ses tenants et ses aboutissants de ce festival.

L'édition 2012 aura lieu les 25 et 26 mai au Théâtre de Nouveautés à Tarbes (Hautes-Pyrénées).

J’y serai car, suite à mon coup de gueule à propos du Prix Constantin 2011, j’ai été contacté par Christian Garcia, l’un des organisateurs du Pic d’Or, afin de devenir membre du jury de leur concours.

J’ai hésité, puis finalement accepté. Après tout, si on critique d’un côté, il faut s’impliquer dans un autre.

Montrer l’exemple est un brin présomptueux, je vous l’accorde, mais enfin, au moins appliquer les conseils que l’on donne aux autres. Et puis, depuis toutes ces années passées à défendre la scène française, je vous avoue que l’éventualité de trouver la ou les nouvelles perles m’enthousiaste au plus haut point.

Voici donc les membres du jury dans sa totalité.

Aujourd’hui, je suis fier de participer à cette aventure et je remercie le Pic d’Or pour sa confiance. Je tâcherai d’être à la hauteur.


Théâtre des nouveautés à Tarbes : Stéphane RIGOT... par viaprod

11 septembre 2011

Interview de Mandor sur RGB (pas tout à fait en direct).

rgb,interview mandor,françois alquier,philippe raimbault,marie-laure bigand« Les Mots Migrateurs », qu’est-ce que c’est ?

Une ligne de force, une émission de radio, une association loi 1901, … et une maison d’Édition associative en Val-d’Oise.

Attardons-nous sur l’émission de radio diffusée sur RGB le 1er mardi de chaque mois de 22h à 23h30 et rediffusée le mercredi de 14h30 à 16h (puis à écouter pendant deux mois sur le site de l’association Les Mots Migrateurs)

Dans cette émission littéraire animée avec brio (et beaucoup de justesse) par Philippe Raimbault et Marie-Laure Bigand, il y a une première partie qui évoque textes de chanson, nouvelles, pièces de théâtre, conférences, articles de presse, essais, romans, bandes dessinées, poésies, airs d'opéra, correspondances, contes, mots d’arts, et autres écrits...

Dans la seconde, il y a un invité pour parler d’un livre. Mardi dernier, c’était donc moi.

rgb,interview mandor,françois alquier,philippe raimbault,marie-laure bigand

C’est Marie-Laure Bigand (romancière et surtout amie) qui m’a fait rencontrer Philippe Raimbault au dernier Salon du Livre de Paris. Je me souviens qu’elle m’avait proposé d’être leur invité, mais elle a ajouté. « Quand Philippe aura lu le livre et seulement s’il l’a apprécié ! ». Je n’étais guère optimiste. Philippe Raimbault est un poète qui écrit depuis 20 ans des poèmes à multiples niveaux de lecture, sous le nom de V. Gabralga. J’ai toujours l’impression que les « intellectuels » ne seront pas touchés par les écrits d’un type qui écrit ses aventures professionnalo-personnelles dans un livre.

A tort.

rgb,interview mandor,françois alquier,philippe raimbault,marie-laure bigandPhilippe Raimbault a tout fait pour que je puisse participer à cette émission. Dans un premier temps, il était question que je me rende à Cergy-Pontoise en semaine dans les locaux même de la station, puis se rendant compte que mon emploi du temps était ce qu’il était, il s’est proposé de venir à ma rencontre, dans le 10e arrondissement de Paris. Je n’ai pas refusé. Effectivement, ce gain de temps énorme m’arrangeait considérablement.

Le 2 septembre dernier, Philippe Raimbault et Marie-Laure Bigand m’ont rejoint à l’agence pour laquelle je travaille. Puis, nous nous sommes installés dans un café à proximité. Un café qui habituellement est calme.

Habituellement…

Percolateur et bouteilles entrechoquées ont orné cette belle interview (dans laquelle on remarque que je suis très à l’aise pour parler de mon livre et de moi… #ironie#).

Merci encore à Marie-Laure et Philippe...

Pour écouter cette demi-heure de discussion, il faut cliquer ici !

08 mai 2011

Signature à la médiathèque Joseph Kessel de Groslay

 Alquier 2.jpgCe qui est bien quand tu sors un livre, c’est que cela permet de remettre une bonne couche d’humilité sur ton ego dégoulinant. Non, parce qu’hier, à la médiathèque Joseph Kessel de Groslay, on ne peut pas dire que la foule en délire se soit précipitée sur le livre de « l’auteur local ». Autant, quand les salons, les rencontres littéraires, les interviews et tutti quanti se passent bien, je me vante allègrement (si, si, je le sais que, parfois, mes doigts sur le clavier sont dirigés plus par ma grosse tête que par mon cerveau), autant, l’honnêteté me pousse à raconter aussi ce que l’on peut considérer ne pas être un grand succès (échec, je n’aime pas écrire ce mot).  

Vendu 6 livres en 4 heures (ce qui me conforte dans l’idée que j’ai fichtrement bien fait de commander 40 nouveaux livres à mon éditrice).

Il est important de préciser à qui j’ai vendu ces 6 merveilleux ouvrages.

A deux amies de ma femme que je rencontrais pour la première fois, à un homme fort sympathique que je connais vaguement (croisé le matin même en sortant de la boulangerie et qui a trouvé amusant de me voir « en vrai » alors qu’une affiche avec ma tronche dessus, annonciatrice de l’évènement interplanétaire de l’après-midi, était scotchée derrière nous), à Marie-Laure Bigand (auteure de chez Laura Mare dont j’aime vraiment tous les livres…) qui est venue me soutenir (ça m’a fait très plaisir) et en a profité pour offrir mon livre à sa meilleure amie (en vrai, je la soupçonne d’avoir eu pitié de moi !) et enfin à deux inconnus de passage (amateurs, sans nul doute, de la grande littérature contemporaine française).

Je remercie en tout cas (et très sincèrement), Cyril Macadré, responsable de la médiathèque, ainsi que toutes les bénévoles qui m’ont tenu compagnie durant ces 4 heures de dédicaces, enfin, ces 4 heures de présence.

Bon, ceci étant, vous n’échapperez pas à mon reportage photo (Prix Pullitzer, je t’attends !).

D’abord, tu arrives et tu te prends pour un grand écrivain…

P1050699.JPG

Ensuite, on t’installe dans un fauteuil (confortable, il faut bien l’avouer).

(Et on se fait prendre en photo parfaitement surexposée).

P1050696.JPG

Les représentantes de la culture à Groslay passent te voir (ce que j’ai trouvé fort courtois) et posent avec toi et avec ton livre… À gauche, Fabienne Nicolas (la directrice de la Maison des Loisirs et de la Culture de la ville) et à droite, Odette Pla (responsable de la communication de la mairie de Groslay et intervieweuse de Mandor pour le journal Le Groslaysien).

P1050687.JPG

Ta collègue préférée (réellement), Marie-Laure Bigand, vient papoter une bonne heure avec toi et du coup, tu ne vois plus le temps passer.

P1050689.JPG

Tu signes quand même un peu.

P1050690.JPG

Ta femme et ta fille passent te voir.

-Papa, pourquoi t’es tout seul ?

Pas savoir quoi répondre…

Ta femme rentre à la maison et ta fille reste avec toi… et tue déjà le père en prenant sa place (la coquine).

P1050707.JPG

Et tu remballes tes livres.

Et ton sac est aussi lourd que quand tu es arrivé.

(Mais les sacs que l'on transporte tout au long de sa vie, c'est toujours lourd à porter, non?)

06 mai 2011

Les chroniques de Mandor dans le Lire et le dire sur Fréquence Paris Plurielle

Star-à-laffiche-FPP.jpgLe 24 avril dernier, pour parler de mon livre, j’ai été reçu par Jean-Claude Caillette, Maryline Martin et Éric Dubois pour l’enregistrement de l’émission « Le lire et le dire » diffusé sur Fréquence Paris Plurielle (diffusée le 3 mai 2011sur 106.3 FM à Paris). Une émission qui permet à un invité de répondre à des questions pendant une demi-heure, je suis bien placé pour savoir que ça devient très rare. C'est en tout cas plaisant à vivre.

Le lire pour le dire 27.04.11 3.JPG

De gauche à droite : Jean-Claude Caillette (l’animateur principal et essayiste), Éric Dubois (chroniqueur et poète dadaïste), bibi et Maryline Martin (chroniqueuse et blogueuse).

Belle émission animée par trois personnes bienveillantes et professionnelles.

La note de Maryline Martin sur cette émission.

Et celle d’Éric Dubois.

Grand merci à tous les trois!