Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25 octobre 2019

Robi : interview pour Traverse

robi,traverse,fraca,interview,mandor

(c) Marikel Lahana

« Pour signer ce troisième album attendu, Robi a pris le temps. Celui de chercher sans se précipiter, de questionner pour mieux créer, d’attendre de se reconnecter à sa plus profonde nécessité. Traverse témoigne aujourd’hui d’un chemin » explique le dossier de presse. Le Mandor que je suis avait beaucoup apprécié ses précédents chemins, celui de son premier album L’hiver et la joie et celui de La cavale. Cette fois-ci, poursuit le dossier de presse, « Robi nous offre avec cet album accueillant et solaire une forme de memento mori qui semble nous dire : buvons, dansons à chaque seconde que la mort n’aura pas. Avec Traverse, sa musique reflète plus que jamais la femme, la mère, l’artiste qu’elle est aujourd’hui, engagée sur un chemin qui s’affirme, d’album en album, n’être résolument que le sien. L’élégance. »

Vous pouvez écouter l'album ici.

Le 30 septembre dernier, Robi m’a donné rendez-vous sur une terrasse d’un hôtel de Pigalle pour une troisième mandorisation.

robi,traverse,fraca,interview,mandorBiographie officielle (légèrement écourtée):

(c) Marian Adreani

Robi ressemble tout entière à sa musique, à moins que ce ne soit l’inverse. L’une et l’autre sont éprises de franchise et d’absolu, puisant leur force dans leurs contradictions intimes. Avec ce troisième album, Traverse, elle chante l’été en réponse à l’hiver d’autrefois, cherchant désormais moins le contraste et le tranchant que l’équilibre et l’harmonie.

Robi n’a jamais su faire semblant. Elle n’est pas de ces artistes qui se plient aux modes de l’instant mais de ceux qui suivent leur instinct profond, traquant sans relâche les vérités les plus nues. Habile à faire sonner les espaces entre les mots, elle scrute ses propres failles avec une lucidité implacable pour mieux parler aux nôtres. Préférant faire siens les moyens dont elle dispose plutôt que de se plier aux codes d’une industrie volontiers frileuse, elle s’inscrit dans une famille musicale où partage est le maître mot : qu’elle réalise des clips pour elle-même ou pour d’autres (Superbravo, Maud Lübeck, Maissiat), prête son tube « On ne meurt plus d’amour » à la revue du cabaret Madame Arthur ou fonde avec Emilie Marsh et Katel le label 100% féminin FRACA !!!.

La presse a cherché des filiations du côté de Joy Division, Portishead, Bashung, Barbara ou encore Dominique A – lequel lui apporte très tôt son soutien en l’invitant à assurer ses premières parties, puis en lui prêtant sa voix pour chanter « Ma route » en duo. L’hiver et la joie, son premier album, remporte en 2014 le prix Georges-Moustaki couronnant un premier album indépendant. L’année suivante, La Cavale surprend par son choix radical de tourner le dos à une formule familière (textes scandés, motifs répétés) pour s’aventurer sur d’autres terres musicales : impact mois frontal, écriture plus ample, constructions plus complexes mettant en relief un chant de plus en plus affirmé. Un album salué comme plus abouti et personnel encore que son prédécesseur.

L’album (argumentaire de presse) :robi,traverse,fraca,interview,mandor

Si l’on retrouve intactes les obsessions de toujours (le passage du temps, la mort inéluctable, la solitude inhérente à l’être humain) et la densité de l’écriture poétique de Robi, quelque chose a changé. La noirceur inquiète cède ici la place à une lumière nouvelle. Une forme d’acceptation : l’apaisement de ceux qui ont douté, tâtonné, scruté les gouffres et frôlé les abîmes pour commencer enfin à se trouver. Une manière de victoire sur les manques, les angoisses, la dureté de l’existence. La mort nous attend au bout du parcours, mais il y a tant de choses à goûter dans l’intervalle : l’éblouissement d’une vague et le plaisir des sens (« C’est dire le bonheur »), l’âge accueilli comme un cadeau précieux à l’approche de la quarantaine (« La bienvenue »). Et quand Robi s’adresse à ses deux enfants pour leur confier les âpres vérités de ce monde, c’est avec une infinie bienveillance (« Le soleil hélas »). Même quand les sujets sont graves, elle les regarde enfin sans peur.

Épaulée par Auden qui l’aide à donner corps à ces dix morceaux, elle poursuit sa quête de l’émotion la plus vraie, du mot le plus juste et de la mélodie la plus immédiate, parant sa musique d’une gamme de couleurs nouvelles, de la légèreté sautillante d’une comptine macabre (« La belle ronde ») à l’émotion d’une poignante confession (« Ma déconvenue »). La mer, le soleil, le voyage s’invitent et imprègnent les textures électros, puisant dans la terre et l’eau d’une enfance et d’une adolescence vécues entre Afrique, Calédonie et Réunion : sonorités fluides et aquatiques, rythmiques évoquant le battement étouffé d’un cœur plus serein ou de sa petite musique première. Ce périple comme chemin vers soi et vers l’autre. D’autres collaborateurs viennent d’ailleurs lui donner la main : Katel qui réalise « Impatience et paresse », Valentin Durup et Hervé qui arrangent respectivement « Chambre d’embarquement » et « Traverse », lui même co-écrit avec Mélanie Isaac.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

(c) Marikel Lahana

robi,traverse,fraca,interview,mandorInterview :

Ce troisième album me semble te retrouver plus apaisée…

Dans les deux premiers disques, j’étais dans quelque chose de l’ordre de la colère et de la rage. J’ai l’impression que je cherchais à en découdre. Ce troisième est peut-être celui de la maturité.

Je n’aurais jamais osé prononcer cette phrase.

C’est pourtant vrai. Je cherche moins à me battre. Aujourd’hui, je cherche plus à englober, à comprendre, à réfléchir et aussi plus à me donner. Dans un premier album, il y a toujours quelque chose de très cathartique, quelque chose que l’on porte en soi, souvent depuis l’adolescence. Je crois que j’ai dégueulé des choses très enfouies et de très intimes. Ensuite, on devient ce que l’on fait. Je suis enfin devenue chanteuse quand j’ai retrouvé le désir et une forme d’innocence.

Il s’est passé quatre ans entre ton album La cavale et celui-ci. C’est long, non ?

J’ai écrit un troisième album assez rapidement, puis je l’ai jeté à la poubelle en totalité. J’avais l’impression d’être dans la démarche de faire un troisième album. C’est la plus mauvaise raison pour faire un album. Je n’avais pas de raison concrète de m’exprimer. Pour avoir quelque chose à dire à dire d’essentiel, il faut vivre.

Aujourd’hui, j’imagine que tu n’as plus le même regard sur le monde et sur toi.

C’est tout à fait cela. J’avais aussi besoin de déconstruire quelque chose pour ne pas éternellement écrire le même album et creuser les mêmes sillons. Je refuse de me laisser enfermer dans une ornière. Je suis de nouveau dans l’envie.

Clip de "Le soleil hélas".

"Tourné chez elle à La Réunion, "Le soleil Hélas" , une ballade, à la manière d'un « dark zouk » , entre joie et nostalgie, entre électro et béguine, fait le lien entre hier, aujourd’hui et demain. Une adresse en filigrane à ses enfants, une réflexion en demi teinte sur la vie, sa puissance et son intrinsèque solitude. Un voyage mental et sensuel dans l’espace et le temps, de l’évocation de ses lointains ailleurs à celui de maintenant : son adolescence réunionnaise après une enfance en Afrique ( Nigéria, Sénégal, Madagascar),  partie le jour de ses 18 ans en direction de ses rêves, Paris. Il s'y dit l'horizon fini et infini de l'Homme."

Quand as-tu senti que le moment était arrivé de revenir ? robi,traverse,fraca,interview,mandor

Quand la musique est revenue en moi. Et elle est revenue quand j'ai  renoncé. A un moment, dans mon corps, je me suis dit que je pouvais vivre sans la musique. Donc, ce qui est venu derrière, c’était du désir, pas du volontarisme.

Il est écrit dans la bio que tu « scrutes tes propres failles pour parler de celles des autres ».

On ne parle jamais que de soi et de son rapport au monde. Quand on parle de l’intime, on va vers l’universel. Il n’y a rien de plus relié à l’universel que l’extrême intimité.

« Bienvenue » et « Le soleil est là » sont des chansons dans lesquelles tu t’adresses à tes enfant.

Je m’adresse à mes enfants, mais aussi à celle que j’étais et à celle qui est en devenir Ce n’est pas que ma jeunesse est finie, mais je suis à un moment de passage. Il y a quelque chose qui ne m’appartient plus. Je passe le relais. Je le ressens très fort. Dans la vitalité de mes enfants, je sens que c’est leur monde à présent. C’est beau. Grandir, vieillir, c’est apprendre à mourir. C’est un renoncement à son propre ego. Aujourd’hui, j’accompagne la colère de mes enfants, plus du tout la mienne.

Dans ce disque, il y a de l’espoir.

Dans mes morceaux que l’on m’a dits « sombre », j’y voyais une rage de vivre, quelque chose d’extrêmement vivant dans ce rapport contrasté à la mort. Je trouve qu’on oublie trop souvent que l’on va mourir. Pour moi, c’est une source d’énergie et de joie.

Clip de "C'est dire le bonheur", un titre entre lumière et nostalgie qui énonce la foi de ROBI en la parole comme sixième sens. Une parole de chaire et de vibration, qui contient en elle même tous les autres,  les continue. Une parole qui nous projette en nous même et vers l’autre. Une parole comme un geste, quand énoncer les choses, passé, présent, futur,  donne corps et sens à la vie. Sens, comme synonyme de  signification en philosophie et en linguistique. Sens comme métaphysique : raison, fondement, justification, destination, intention, ou valeur : « La vie a-t-elle un sens ? » Sens, en physiologie, comme dispositifs de perception d'informations chez les animaux, dont l’homme.

Certains trouvent-ils ce nouvel album lumineux ?

Oui et heureusement. La musique l’est davantage, mais il y a quelque chose de nostalgique dans cet album, quelque chose de plus subtil et de plus complexe quant au rapport à la vie et au monde.

Chez toi, il y a toujours une double lecture.

J’avoue que je ne me sens pas toujours très comprise. Mon écriture n’arrête pas de dire « soyons heureux parce qu’on est malheureux » ou « c’est terriblement malheureux de savoir qu’on est heureux parce que ça va s’arrêter ». Elle dit toujours le contrepoint de ce qu’elle a l’air de dire. C’est mon rapport à la vie qui est comme ça.

Malgré le fait que cet album soit plus lumineux, il y a toujours les mêmes obsessions que dans tes précédents disques, le rapport au temps et à la mort principalement.

Notre finitude est quelque chose qui m’obsède, mais pas du tout d’une façon négative. Cela me rend très joyeuse de me lever le matin, de voir le soleil et de rire beaucoup. J’ai un rapport à la fête et à la joie quasiment militant. Je me le dois à moi-même et aux autres.

Parfois, on se montre différent que ce que nous sommes, mais j’ai toujours tendance à penser que l’on est ce que l’on écrit.

On est ce qu’on écrit, on est aussi ce qu’on est dans la vie sociale. Mon écriture explique ce contraste, il me semble.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu fais des clips pour d’autres artistes. Qu’est-ce que cela t’apporte ?

C’est une autre écriture. Je filme et je monte moi-même. Je m’accapare l’image comme la continuité du geste musical. Aujourd’hui, je ne peux pas me passer du bonheur de travailler et de réfléchir l’image. Mais je ne veux pas me professionnaliser dans ce domaine, sinon, je risquerais de ne plus avoir de parti pris personnel.

Parle-moi du label FRACA!!! que tu as monté avec Katel et Emilie Marsh.

C’est un label qui a renoncé au cynisme et à l’amertume. On est à un endroit militant où tout est collectif. Nous travaillons ensemble, les unes pour les autres, avec de la joie et de la bienveillance. On croit en la musique et aux humains… et nous pensons que la vie vaut le coup d'être vécue le plus intensément et avec le maximum de fraternité.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

Après l'interview, le 30 septembre 2019.

robi,traverse,fraca,interview,mandor

29 mars 2019

Emilie Marsh : interview pour la sortie de son album éponyme

emilie marsh,fraca,interview,mandor

(© Gil Lesage)

emilie marsh,fraca,interview,mandorJ’adore l’idée d’écouter un disque d’un(e) artiste qu’on ne peut comparer à aucun(e) autre. C’est rare. Dans l’album d’Emilie Marsh qui sort aujourd’hui sur le nouveau label FRACA, on est dans du pop-rock qui, à coups de riffs de guitares saturées et de textes en français écrit avec précision, tend vers un rock énergique, moderne, avec du sens (je suis donc assez d'accord avec la revue trimestrielle Hexagone). C’est assez inédit en France.

J’observe cette artiste depuis des années et je ne peux que louer son évolution. D’un début balbutiant (comme tout le monde), elle maitrise désormais parfaitement son chemin, sa musique, son attitude… et les codes et ficelles du métier qu’elle peut désormais contourner facilement.

L’oiseau tombé du nid est devenu puissant aigle.

Le 7 mars dernier, nous avons conversé un moment dans un bar de la capitale pour évoquer son album, son label (dont elle est à l’origine avec Katel, mandorisée ici, et Robi mandorisée là)… et de bien d’autres sujets.

Biographie officielle :

Sur scène, une guitare blanche Duesenberg se détache sur une silhouette noire, soulignée de rouge à lèvres : Émilie Marsh est une femme guitariste. La formule révèle une attitude et une filiation.

Elle prolonge l'odyssée des héroïnes pop ou rock, qui ont redoublé de talents et d'énergie pour s’imposer parmi les hommes. Depuis quelques années, elle se fraie un chemin jusqu'aux plus grandes scènes en tant que guitariste ou leadeuse (Francofolies, Pause Guitare, Printemps de Bourges...). Elle y apparaît seule, en groupe (BODIE) ou aux côtés d'artistes de renom comme Dani, avec qui elle forme un duo complice (« Sur les ondes »). Elle participe aussi à divers projets musicaux et littéraires : Scènes d’Amour avec Simon Mimoun, et La Nuit Ne Dure Pas en compagnie d’Emmanuelle Seigner et Dani. En mars 2019, elle fera une apparition au cinéma, dans Nos Vies Formidables de Fabienne Godet, dont elle a aussi composé la chanson du générique.

Mi-loup, mi-chaperon rouge, c'est une artiste double : une guitariste vouée aux énergies pop et rock, et une auteure-compositrice habitée par la sensibilité poétique. Osmose des contraires. Son jeu transporte une sueur animale drapée d’élégance. Ses accords électriques se mêlent à la douceur de sa voix pour envelopper des mots ciselés.

Teaser de l'album réalisé par Tristan Sébenne. 

L’album (argumentaire officiel) :emilie marsh,fraca,interview,mandor

Émilie Marsh joue et chante le rock au féminin. Sur son album, elle cultive un style hybride et singulier, combinant le son et le sens. Le thème des textes trouve de l’écho dans les compositions et la production, résolument ancrées dans le présent. Elle revendique le droit au désir, sans engagement, ni étiquette. Le désir charnel, sensuel, et surtout le désir de vivre l’intensité du moment, de jouir de l’instant (« J’embrasse le premier soir »). Au fil de l’album, sa musique traque l’ivresse de l’instant. Elle retient toute l’intensité du moment vécu, 31 minutes pour faire durer le plaisir.

Ecrit et composé par Emilie Marsh sauf « Sur les ondes » écrit par Pierre Grillet, composé par Emilie Marsh et « Vents Violents » écrit par Céline Ollivier (mandorisée là) composé par Emilie Marsh.

Réalisé par Katel & A.L.B.E.R.T mixé par Fabien Martin (mandorisé ici) sauf « Sur les ondes » réalisé par Adrien Daucé mixé par Fabien Martin.

Vous pouvez écouter l'album ici.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

(© Gil Lesage)

emilie marsh,fraca,interview,mandorInterview :

Ce disque est arrivé tranquillement mais sûrement, non ?

Cela s’explique par le fait que j’accompagne de nombreux artistes sur scène à la guitare. Au-delà de ça, il y a eu plusieurs essais, plusieurs versions… De s’extraire de son propre projet permet de voir les choses autrement. Et puis, je voulais d’abord jouer les chansons sur scène pour savoir lesquelles j’allais garder. Ce temps-là a permis de murir le projet et de savoir vers quel son j’allais me diriger. Par contre quand on a enregistré le disque, c’est allé très rapidement. Il me semble que l’on ressent cette urgence dans l’album.

Tu commences à avoir l’image de la chanteuse à la guitare électrique. Il n’y en a pas beaucoup en France.

C’est devenu mon identité. Corporellement, quand j’ai ma guitare électrique, il se passe un truc chez moi que je n’arrive pas à définir. Mais j’ai du mal à m’en passer désormais.

Tu as joué du rock  avec plein d’artistes, évidemment, ça rejaillit sur ton disque.

Je ne sais pas si c’est conscient ou pas, mais en tout cas, j’assume ce côté guitariste rock. L’énergie que je donne sur scène, j’ai essayé de l’intégrer lors de l’enregistrement de l’album.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

Ce soir, Emilie Marsh fête une nouvelle fois la sortie de son disque à Toulouse dans la mythique salle du Bijou. Et ça déménage grave (selon ceux qui ont assisté au concert hier).

J’ai connu plusieurs Emilie Marsh. As-tu l’impression que tu as vraiment trouvé ton style?

Oui, et ça a été long. Au départ, j’étais dans une esthétique plus rock encore que ce que je fais aujourd’hui, ensuite,  j’ai fait une tentative plus pop. Aujourd’hui, j’ai l’impression d’avoir trouvé l’équilibre entre les deux.

C’est amusant parce que tu n’as pas une voix de rockeuse. Elle est plutôt claire et douce.

J’en ai fait une force en créant un contraste entre la musique et la voix. Pour moi, le rock c’est plus une énergie, une attitude, une manière de gérer la scène et une vision des choses.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

(Photo : Marie Monteiro)

Tu écris et compose toi-même tes chansons. A deux exceptions près. D’abord sur ton duo avec Dani, « Sur les ondes » dont le texte est signé Pierre Grillet, auteur de centaines de chansons pour, entre autres, Alain Bashung, Johnny Hallyday, Marc Lavoine, Sylvie Vartan, Vanessa Paradis, Feist, Caroline Loeb…

Je voulais symboliquement qu’il y ait un duo avec Dani sur l’album parce qu’on a beaucoup tourné ensemble ces dernières années, mais je ne suis pas parvenue à écrire des paroles sur la musique que j’avais composée. J’ai donc choisi un auteur important qui a beaucoup écrit pour Dani. Comme il l’a connait bien, il a vraiment su trouver le bon ton.

Autre chanson dont tu n’as pas fait le texte, « Vents violent ». L’auteure est Céline Ollivier.

Pour cette chanson, j’ai un peu calé sur l’angle et les mots. J’ai donc fait appel à une écriture que je connais bien et qui est assez aérienne. Je trouve que ça collait bien avec ma musique. 

Clip de "J'embrasse le premier soir".

Parlons du très sensuel et audacieux clip de « J’embrasse le premier soir ».

On voulait montrer une vague de baisers qui arrivaient soudainement. C’était un plan séquence absolument fabuleux à tourner. Les figurants ont bien joué le jeu et ont été parfaits.

Dans ce disque, tu n’as vraiment pas peur de revendiquer tes désirs, charnels ou pas.

C’est le sujet de toutes mes chansons : l’importance de l’instant, assumer ses désirs et cette soif de vivre à fond et au présent. Saisir le moment, prendre des risques aussi. Dans mon disque, il n’y a aucun texte au passé ou au futur. Tout est au présent.

Es-tu féministe ?

Je le suis complètement dans ma façon de vivre et dans mon attitude. Tant qu’il y a des inégalités, il faut les combattre. Mes textes n’évoquent pas forcément ça, mais ma vie oui.

Live session de "Goodbye comédie" réalisée par Robi.

As-tu conçu l’album idéal ?

J’ai fait l’album que je voulais faire. Je suis vraiment contente et je l’assume à 200%. C’est la somme de ce que j’ai pu accumuler ces dernières années et la photographie d’un moment. Ce disque me ressemble et c’est pour ça que je ne lui ai pas donné de titre.

Te sens-tu légitime dans ce métier ?

Oui, depuis que je fais beaucoup de scènes avec différents artistes. Le regard sur moi a un peu changé, mais je ne peux pas te dire plus précisément comment et/ou pourquoi.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

Emilie Marsh, Katel et Robi, les créatrices du label FRACA.

emilie marsh,fraca,interview,mandorParle-moi du label FRACA (Fraternité Cannibale) que tu as monté avec Katel et Robi.

Nous sommes trois chanteuses aux compétences différentes. Katel a son studio ; elle fait de la réalisation et de la production musicale, Robi réalise des clips et moi je fais de la scène avec plein de gens et beaucoup d’ateliers. Cela faisait un moment que l’on s’entraidait. Nous faisions même des « soirées chanteuses » où nous évoquions nos problématiques de femmes dans le métier de la musique. Un jour, on a décidé de mutualiser nos forces de manière structurelle. C’est devenu un label. Nous maitrisons maintenant toute la chaine et nous avons une réflexion globale.

Vous n’avez pas la même esthétique musicale et êtes très différentes les unes des autres.

Nous sommes complémentaires et c’est bien là le principal. Nous avons uni nos réseaux pour qu’il s’élargisse. On sait où on va et on se bat pour défendre l’image et l’efficacité de ce label dirigé par des femmes. Je n’ai pas peur de dire que FRACA est un label engagé.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

Pendant l'interview...

Il y a ce que vous appelez « Les nuits FRACA » qui remporte toujours un succès considérable.

On veut que la joie soit liée à notre label. C’est pour cela que l’on rassemble plein de gens pour faire la fête de temps en temps.

Clip de "L'aventure".

Tu es artiste intervenante pour l’organisme de formation de Voix du Sud.

Comme d’autres artistes, j’interviens dans des établissements scolaires, des hôpitaux psychiatriques, parfois des foyers de femmes. Je fais des ateliers d’écriture qui aboutissent à un concert des chansons crées dans la semaine avec des gens qui ne sont pas du tout musiciens.

Pourquoi fais-tu ça ?

Parce que j’adore ça et que j’en ai vraiment besoin. Etre dans la transmission donne du sens à sa propre vie. Je n’en fais que trois ou quatre par an, car cela puise beaucoup d’énergie.

Clip de "Haut le cœur" d'après des images tirées du film Nos vies formidables. 

emilie marsh,fraca,interview,mandorTu joues et chantes dans le film de Fabienne Godet, « Nos vies formidables », actuellement au cinéma.

On a tourné ce film sur le collectif et la solidarité des gens qui sortent de l’addiction il y a deux ans. Au départ, j’avais juste un rôle en tant que comédienne. De fil en aiguille dans une scène se situant dans un atelier musique, la réalisatrice m’a demandé de jouer quelque chose au piano, puis de chanter ce que je voulais. J’avais en tête la chanson « Haut le cœur » qui existait déjà et je trouvais que c’était celle qui collait le mieux au film. La chanson n’est pas sur cette scène là, mais a été gardée pour le générique de fin. C’est un film magnifique qui parle des humains, qui parle de tout le monde. Il faut vraiment le voir.

Une chanteuse est un peu une comédienne ?

C’est plus un dépassement, un prolongement, une extension de ce que je suis, mais surtout pas un rôle. J’essaie de ne pas être différente dans la vie que sur scène. Si je deviens un personnage, ce n’est absolument pas conscient. En concert, je veux vraiment rester naturelle, tout en étant dominante. Dans « Goodbye comédie » je préconise l’idée d’être au maximum nous-mêmes… je suis donc ce que les préceptes dont je parle dans mes chansons.

emilie marsh,fraca,interview,mandor

A l'issue de l'interview, le 7 mars 2019 au bar Le Pachyderme. 

emilie marsh,fraca,interview,mandor

emilie marsh,fraca,interview,mandor