Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22 novembre 2013

Flow : interview pour toutes sortes de choses... sans langue de bois.

flow,interview,intime conviction,mandor

Voix cassée et rage au cœur, Flow chante comme on mène une bataille. Toutes ses chansons sont comme des cris de révolte. Cette grande dame de la chanson est une sorte de grand-reporter de la chanson, fière et insoumise.

J’aime beaucoup Flow. Depuis son premier album. Pour ses chansons et son caractère entier et sans concession. Une forte personnalité, ça manque pas mal.

J'ai déjà interviewé Flow pour son précédent disque. J’avais déjà constaté que la chanteuse n’avait pas la langue dans sa poche… cette fois-ci, elle a encore moins de retenue. Tant mieux. Je n’aime ni les discours formatés, ni les propos conventionnels. Et puis, parfois, il est bon de rencontrer des humains humains. Des francs du collier. Des qui prennent des risques. Des qui parlent  sans peur, mais avec cœur.

Flow est venue à l'agence le 4 septembre dernier avec l'idée de me parler sans s'autocensurer.

flow,interview,intime conviction,mandorBiographie (un chouia réduite) :

Après plus de dix ans passés à sillonner le monde, pour réaliser des reportages photo pour de nombreux quotidiens en France et au Québec, Florence Vaillant, globe-trotteuse se pose à Saint Barth et se met à écrire des chansons. Yannick Noah (mandorisés ici) l’entend chanter lors d’une soirée et l’invite à se produire en première partie de ses premiers concerts parisiens au Café de la Danse. Rappels et standing ovation, elle ne repartira pas.  

Son premier album L’Âme De Fond est produit par Guizmo (Tryo) et sort fin 2008, accueilli par d’excellentes critiques. Suivront des dizaines de concerts en France, Suisse, Belgique et Québec, la remise du prix Raoul Breton par la Sacem, le premier prix du jury et celui du public du Festival Le Mans Cité Chanson.

Réalisé par Romain Didier (à moitié mandorisé), Larmes Blanches sort en janvier 2011 sur sa propre étiquette (Les Ailes Du Chat) distribué par Wagram.

2012 est année de réflexion et de recherche. Dans sa retraite de l’arrière-pays montpelliérain, Flow se consacre pleinement à l’écriture et à la composition d’un troisième album qu’elle souhaite différent de ce qu’elle a fait auparavant. Si sa plume est plus inspirée que jamais et si les mélodies sont d’une  lumineuse évidence, l’album s’annonce intime et acoustique comme en témoigne un premier EP de trois titres.

Enregistrés à Paris début 2013 en compagnie d’Étienne Abeillon (guitare et chant), les 13 titres de ce nouvel opus ont été réalisés par Stéfane Goldman et mixés par Gilles Martin (Miossec, Dominique A, Deus, Claire Diterzi, Jil is Lucky, Indochine…) . 

L’album intitulé Intime Conviction sortira, à priori, en 2014.

Lu Dans La Presse :

"Une jeune femme qui ressemblerait à Patti Smith et élevée par une grand-mère punk qui aurait écouté Piaf…"
(Sud-Ouest)

"Une voix à réveiller les âmes !"
(Le Midi Libre)

"Il y a les marchands de sommeil et puis il y a Flow, vendeuse de réveil."
(Francofans)

"Ce n’est plus de la chanson engagée, c’est de la chanson nécessaire."
(Marianne)

"Poésie à fleur de peau qui ne peut laisser personne indifférent."
(Addiction Le Mag) Tiens! Ça, c'est moi.

"Artiste à la voix puissante et hors du commun"
(Longueur D’Ondes)

"Flo chante avec conviction et une étonnante énergie sur des musiques métissées qui balancent entre chanson réaliste et punk classique"
(Dernières Nouvelles d’Alsace)

flow,interview,intime conviction,mandorInterview :

Je te décerne le prix de la plus rebelle et la plus revendicatrice de la chanson française.

Une grande gueule oui ! Je pensais que je pouvais être un grain de sable dans la machine. Ce n’est pas aussi simple que cela.

Tu es rentrée dans le système par le biais de Yannick Noah. Il a fait entrer le loup dans la bergerie, non ?

Yannick n’a pas fait ça pour ça, mais il m’a laissé peut-être foutre mon bazar, car  il aime les challenges. Il m’a sentie pugnace. Mon travail à moi, dans la vie, je crois que c’est clown. Mais clown social. Mon maître à penser, c’est Coluche. Sur l’approche politique et humaine. Il bougeait ses fesses et faisait en sorte que les choses évoluent, en bousculant très fort. C’est le travail que je cherche à faire dans mes chansons. Elles sont satiriques, mais elles restent hyper tendres.

Quand je te vois évoluer, revendiquer, j’ai l’impression de regarder Don Quichotte se battre contre les moulins à vent.

Je crois que c’est Bilal qui dit : « Être des hommes libres est peut-être une utopie, mais l’idée est si belle, qu’elle vaut la peine d’être défendue ». Étienne, le guitariste avec lequel je joue et aussi le parrain de ma fille, était vraiment petit quand je l’ai rencontré. Il avait 16 ans. À 16 ans, on suit la lumière sans vraiment réfléchir. Plus âgé, un jour, il m’a écouté parler avec beaucoup de flamme à des gens et il est venu me dire à part : « tu sais, je ne voudrais pas être désagréable, mais on ne peut pas le changer le monde ». Je lui ai répondu : « Chut, je vais te dire un secret : Je le sais. Je suis au courant, mais ce n’est pas grave. J’essaie quand même. Un jour je serai morte et toi tu seras encore vivant. Et si ma fille te demande comment j’étais, tu répondras : ta mère était un peu folle, mais au moins elle a essayé. » Bien sûr que David et Goliath, ça n’existe que dans les livres. Moi, me contenter de regarder les choses passer, ça m’est insupportable. Je m’en fous de me cogner la tête souvent.

Clip de "Sans regret".

flow,interview,intime conviction,mandorEn ce moment, tu essaies de sortir ton 3e album… et ce n’est pas simple du tout. Je crois que tu as rencontré des personnes qui ont voulu travailler avec toi, mais ça ne s’est pas bien passé.

On n’a plus été d’accord. Quand on n’est plus d’accord avec quelqu’un avec lequel on n’a que l’argent en commun, il faut payer. C’est un peu comme un mariage. Au début, on s’aime beaucoup, puis on ne s’aime plus. On divorce. Il faut partager les meubles, mais c’est difficile de couper le chien en deux. J’essaie de récupérer ce que je considère être à moi. Le droit d’écrire et de chanter mes chansons.

Tu as voulu t’associer à des personnes qui n’étaient pas comme toi. C’est ça l’erreur ?

Je suis un peu comme un chien qui renifle de l’eau. Je ne réfléchis pas assez. Je devrais me poser plus souvent, m’emballer moins vite et être moins réactive parfois.

Visiblement, tu n’y parviens pas.

La bête qui est sur scène, ce n’est pas du cinoche. L’espèce de machin qui saute dans tous les sens, qui hurle, qui s’arrache le ventre, les tripes et le cœur à volonté, je vis avec tous les jours. Flow, l’artiste, tous les jours, je me réveille avec elle… et elle n’est pas facile à gérer.

Es-tu une schizophrène revendiquée ?

Je le suis un peu (la réelle schizophrénie est une chose bien plus grave). Comme tous les artistes. En fait, je suis honnête voir brutale et ça, ce n’est pas très bankable. Les gens n’aiment pas qu’on leur révèle que sur les droits de reproduction mécanique, c'est-à-dire la vente directe des disques, sur un prix moyen de 18 euros, bien moins d’un euro seulement reviennent à l’artiste signé, selon son contrat, dire le commerce acharné fait autour de la culture et de la musique. Oui,  il faut être honnête, peut-être que les gens arrêteront d’acheter des disques, peut-être qu’ils voudront donner plus d’argent directement à l’artiste qui les porte…

En 2011, Yannick Noah continue de présenter Flow aux médias. Ici "Le sourire d'un môme" en live à Chabada.

On ne peut pas dire que tu te sentes bien dans l’industrie de la musique…flow,interview,intime conviction,mandor

Il y a l’industrie de la musique, certes, mais je rêve que l’artisanat musical existe.Je veux qu’il y ait une place obligatoire (une loi) pour les artistes autoproduits dans les festivals et sur les radios, comme on a fait une tranche pour la chanson française.Il y a les majors qu’on connait et il n’y aurait pas une place pour le reste ?! Moi, je dis qu’il peut y avoir deux énormes Mac Donald dans la même rue et un petit Bouchon lyonnais aussi.

Tu n’as pas envie de rentrer dans le mode proposé.

Je voulais jouer le jeu de la matrice pro, mais je crois que les règles me déplaisent. Et surtout je crois qu’y en a qui trichent !! (Sourire)

Ton deuxième album a été distribué chez Wagram, tu t’es associée à des hommes d’affaires pour tenter de sortir le 3e. Ça se passe mal tout le temps, tu es en conflit à chaque fois…

C’est vrai. Mais tu sais, je me dis que ce n’est pas que de leur faute. Je suis terrible quand je m’énerve ou que ça ne se passe pas comme je veux ; je prends ma part de responsabilité. Je n’ai ni haine, ni envie de violence contre ces gens. C’est juste des gens.

Mais pourquoi tu vas vers eux ?

Parce que je te l’ai dit, je suis utopiste et  je crois que même chez un monsieur très très riche, il y a un petit garçon dedans. De l’humanité aussi. Finalement, je me rends compte que l’argent et l’ego sont très forts contre le coeur humain.

Oui, mais ça tu le savais avant, je présume. Pourquoi ne pas te contenter de faire cet album grâce à Ulule et le soutien de ceux qui t’aiment ?

L’idée c’est l’autoroute. Tu as une voiture, elle roule vite. Moi, j’ai la chance que l’on m’ait donnée une grosse voiture, c'est-à-dire que mes textes plaisent et que ma force de scène fonctionne, alors j’ai voulu essayer l’autoroute pour aller plus vite. C’est légitime, non ? Je me demande pourquoi je prends les camions de face. Peut-être que je prends l’autoroute dans le mauvais sens (rires).

"Citoyen" enregistré le 23 Mars 2011 à L' Affiche à Reims.

Tu n’arrives pas à jouer le jeu, en fait.

Je voulais venir à la fête, mais je ne veux pas boire. Et, je ne veux pas que l’on mette de l’alcool dans mon verre. Et je n’ai pas envie de boire pour faire comme tout le monde. Alors, au bout d’un moment, on me trouve chiante et on ne m’invite plus à la fête. On a le droit d’être différent et de vouloir intégrer le système quand même ! On est un peu responsable de ce qui nous arrive. S'ils vendent Génération Goldman 2 ,3 ou 4 carrément, c’est qu’il y a des gens qui achètent. A croire qu’il n’y a plus d’auteurs. Ils cherchent en radio-crochets ou téléréalité les nouvelles sources de talent… avides de pognon et de strass… pour les passer a leur sauce… Et du coup les éteindre.

Par contre, je sais que tu aimes bien Stromae. Tu vois que tout n’est pas à jeter aujourd’hui.

Je n’ai jamais dit qu’il fallait tout jeter. Ce Belge, j’ai l’impression que c’est un bon monsieur. Il y a du texte derrière tout ce qu’il fait. Je ne l’ai pas rencontré, mais il me plait dans ses interviews. Il a l’air chouette. Par contre, on nous gave de « Papaoutai » à la radio et il n’y a plus rien pour les autres.

Mais ce dont tu parles n’est pas nouveau. Ça a toujours été comme ça.

Et alors, qu’est-ce qu’on attend pour faire quelque chose ? Les artistes autonomes  doivent être légitimés et ne doivent surtout plus être marginalisés.

flow,interview,intime conviction,mandor

(Photo: André Hébrard)

Tu as une personnalité qui peut faire peur, du moins qui peut impressionner, quand on ne te connait pas.

Je ne suis pas schizo. En vrai, je suis hyperactive. Depuis l’enfance. Ça m’a fait renvoyer des collèges… c’est juste une tare. Ça emmène une bipolarité certaine, je ne suis pas dupe. Par exemple, j’ai déjà écrit le 4e album alors que le 3e n’est pas encore sorti et qu’il est même en bagarre. Il faut que j’écrive tout le temps. J’écris, j’écris, j’écris. Écrire pour ne pas mourir, chantait Anne Sylvestre (mandorisée là).

Tu n’as pas envie parfois de lâcher prise un peu. Tu n’as pas envie de te reposer…

Si je regarde ma fille, j’ai trop honte. Dès que je baisse un peu ma culotte, je la regarde et je la remonte tout de suite. Je ne peux pas lui dire « ça y est, on est sorti de la merde, on a une belle maison parce que maman, elle a sucé le kiki ! » Le goût il reste dans ta bouche. Jusqu’à ta mort.

Ta façon d’expliquer les choses est assez brutale.

Mais, le monde est brutal, alors je fais comme le monde. C’est la seule manière pour que les gens comprennent.

Te sens-tu seule dans ton combat ?

Non. Je me sens même pas mal entourée. Ma maitresse à penser de la révolution musicale, elle n’est pas connue. Elle s’appelle Géraldine Torres. Voilà une femme irréprochable. Il nous faut des Lucie Aubrac, des incorruptibles magnifiques !!!

Ton attitude est un peu risquée pour perdurer dans ce métier.

Quand les gens me rencontrent, ils voient bien que je suis une sorte d’allumée en mission ; je n’ai pas de carrière. J’ai une vie et un idéal, la chanson est une des formes, un des outils, c’est tout.

Il y a de tout dans ce métier. Mais, toi, tu es vraiment à part. Différente…

Je ne prends pas de coke. Je n’ai pas de problème sexuel. Je suis fidèle. Je suis même stricte. Très famille. J’aime rester chez moi. Je n’ai rien à voir avec ce métier. J’aime manger bio. J’aime l’eau de source. J’aime courir dans les bois. J’aime les chevaux… J’ai vraiment cru que je pourrais emmener une nouvelle couleur à l’arc-en-ciel. C’est prétentieux, hein ?

C’est utopique, je dirais. Tu te sens désillusionnée, du coup ?

Je me suis surestimée c’est sur, ou j'ai sous-estimé le bouillon culturel commercial.

Tu es considérée comme très chieuse, mais sacrément talentueuse. Tu le sais ?

Tu me mords, je te mords. Tu me pousses, je te pousse. Je voulais changer les choses et je me suis pris des baffes : j’ai tenté de les rendre !! (Rires). Le talent vient de la fêlure. Je suis fêlée !!!

flow,interview,intime conviction,mandor

Flow discutant à l'agence avec un personnage d'Assassins Creed...

Et aujourd’hui, tu vas te calmer ?

NON !!! Mais quand tu ne cesses de passer sous des rouleaux compresseurs, au bout d’un moment, tu es lassé. La nouvelle Flow est bien plus posée et bien plus libre. Je vais enfin arrêter de me faire du mal. Chaque goutte d’adrénaline pourrit mon muscle, me rend vieille, m’use. Il faut que je réagisse.

As-tu une idée de la date de sortie du disque ?

La vraie réponse serait : quand on sera prêt ! Mais : le plus vite possible me plait d’avantage. La force d’être indépendant et autonome c’est de pulvériser les calendriers habituels et de tenter  la surprise !!!

Pour finir, je voudrais que tu me parles du bracelet que tu portes…

C’est une idée amusante : c’est la queue de la souris verte !! C’est l’enfance, la différence, la force des petits regroupés !! C’est une façon, de dire que l’on cherche à avoir une culture autre que seulement celle de la grande diffusion. C’est un symbole un peu comme le ruban rouge solidarité contre le sida. On a déposé le projet il y a quelques mois ! Un site est en construction. C’est une forme de reconnaissance symbolique, ça veut dire : je choisis ce que je consomme aussi au niveau culturel. Ça s’appelle : CHOISIS TA CULTURE. Moi j’y crois !!

flow,interview,intime conviction,mandor

Liens Facebook : flowdesflow ou flowofficiel

www. Lesflow.fr (work in progress)

25 septembre 2012

GaliM : interview pour Rien n'est perdu

IMG_6093.JPG

GaliM est une chanteuse qui habite dans le Tarn-et-Garonne, à côté de Montauban, mais qui tourne dans toute la France. Et de plus en plus. Elle bénéficie d’un incroyable bouche-à-oreille à tel point qu'à la force d'en entendre parler, j'ai voulu absolument la découvrir. A l'écoute de son disque il y a quelques semaines, j’ai beaucoup apprécié sa voix énergico-flamboyante et ses textes ambitieux, jamais anodins.

GaliM 1.jpgSon EP 6 titres Rien n'est perdu est sorti le 6 avril dernier. Nous avons convenu une rencontre lors d’une prochaine visite de la chanteuse dans la capitale. Ce qui fut fait le 14 septembre dernier.

Galim et sa bookeuse Frédérique Demange arrivent à l’agence, valises à la main, après quelques heures de train. Un petit café et magnéto Serge !

Extrait de sa biographie officielle :

Une femme, une guitare, une silhouette fragile et le cheveu rouge flamboyant, GaliM est facilement identifiable !

Auteure-compositeure de chanson française, GaliM privilégie l'écriture et son interprétation portée par une voix qui offre une variété de tons se déroulant en tension maitrisée, en émotions tenues et lâchées. Son répertoire distille tour à tour des sons rock et d'autres plus festifs, des rythmes hispanisants ou à trois temps pour habiller des textes empreints de nostalgie et d'espoir, de souffrances et d'amour.

DSC05556.JPG

Interview :

As-tu reçu une formation musicale ?

Quand j’étais petite, j’ai pris des cours de batterie à 8 ans, ensuite j’ai pris des cours de guitare classique jusqu’à 12 ans. J’ai commencé à écrire et composé pour moi, quand j’étais ado.

Tu as eu entre 2005 et 2009, une période parisienne où tu as bien bourlingué.

Paris, c’est l’idéal pour faire ses armes. C’était une bonne école que de chanter dans les bars, de tenter de capter l’attention des personnes présente dans la salle.


GALIM en concert au Rio à Montauban - Oct 2011 par stephanie_arnoud

Ça ne doit pas être évident, car tes textes sont exigeants, je veux dire par là qu’ils demandent à être écoutés avec attention.

J’ai même tenté de chanter dans le métro. C’est extrêmement difficile. Quand tu parviens à faire en sorte que deux trois personnes s’arrêtent pour écouter au moins une chanson, tu es déjà très content. Au bout de 5 ans de Paris, j’ai eu un ras-le-bol de tout. Du temps, du stress… Pour développer mon projet musical, j’ai trouvé que ça saturait à un moment. Je suis allée voir ailleurs, en province. L’air est plus pur, le soleil est là, les gens son plus accueillant… et en plus je suis payée, c’est magnifique.

Dans ta région, désormais, tu chantes « officiellement ». C’est ton métier.

Oui. On ne peut pas dire que j’en vis encore bien, mais je commence à avoir mon public.

GaliM et Flow invitées par Melissmell à l'Européen le 31 mars 2011.
GaliM et Melissmell interprètent sublimement "les écorchés vifs" de Noir Désir. Puis Flow, Galim et Melissmell rendent hommage à Mano Solo en chantant "Il m'arrive"...

Je t’associe pas mal à Géraldine Torres, Melissmel et Flow

Oui, c’est vrai. J’ai l’impression que l’on fait partie d’une même famille. Nous exprimons ce qui nous dérange, ce que l’on voit et vit. On a la chance d’avoir le micro et la parole… allons-y, quoi !

Tu te sens double ? La chanteuse et la femme de tous les jours.

En tout cas, ce qui frappe les gens qui me connaissent, c’est qu’ils discernent deux personnes entre ce que je suis sur scène et ce que je suis en dehors de la scène. Dans la vie, je suis quelqu’un de plutôt réservé, alors que je ne le suis plus du tout sur scène.

Il y a des chansons claires, sans détour, et d’autres, plus poétiques… « Cassilde » par exemple, je n’ai pas tout saisi.

J’aime bien quand on peut interpréter un texte selon son bon vouloir, son vécu, son humeur. Cette chanson dont tu parles, elle attire la curiosité de plein de personnes. Chacun à sa vision de l’interprétation.

"Sous les pavés".

« La vie à l’envers » est très originale. On meurt et après on est plus inquiet, on peut vivre sans avoir peu de la mort… c’est un sujet inédit.

Pas vraiment, puisque cette chanson a été inspirée par un texte de Woody Allen. Il a eu l’idée de commencer la vie par la mort et de la dérouler jusqu’à la conception.

On sent du Mano Solo dans tes influences…

Oui, c’est un artiste que j’ai beaucoup écouté et que j’écoute encore. Il fait partie des artistes qui m’ont touché. J’ai aussi beaucoup écouté, Miossec, Thomas Fersen et Noir Désir.

Et chez les Anglo-Saxons ?

Cela peut paraître étonnant quand on connait mes chansons, mais mes goûts vont vers Radiohead, Muse, les Pixies… mes goûts sont plutôt pop et rock.

Ton EP, c’est de l’auto production totale.

Oui, et c’est bien comme ça. Quand je vois les copines qui ont signé dans des labels importants, je pense que ce n’est pas pour moi. Je ne veux pas perdre mes valeurs. C’est trop compliqué pour moi de faire des concessions. Il faut vraiment prendre sur soi. Je veux rester ce que je suis. Mon but n’est pas de passer à la télé. Je veux arriver à vivre de ce que j’aime.  Je souhaite juste avoir un public qui me suive suffisamment pour remplir des petites salles. C’est très bien comme ça.

Reprise de "La non demande en mariage" de Georges Brassens au Festival des mercredis de la bastide à Castillonnés (47) le 8 août 2012.

À la fin des concerts, tu vas à la rencontre des spectateurs. Je sais que c’est très important pour toi.

J’aime voir dans le regard qu’il se passe un truc. Je trouve ça hyper touchant les gens qui viennent me voir en me disant que je les ai reboosté. On a l’impression de servir à quelque chose.

Comment fait une artiste « en devenir » pour se faire connaître ?

Beaucoup de concerts et les réseaux sociaux. Mais, en règle générale, les gens me découvrent grâce au bouche-à-oreille.

galim,rien n'est perdu,interview,mandor,flow,melissmell,frédérique demange

07 octobre 2011

Flow: interview pour "Larmes Blanches"

flow café de la danse.jpg

Ce soir la chanteuse Flow est au Café de la Danse. L’occasion pour moi de la rencontrer dans un restaurant des Halles pour une interview. Son deuxième album, Larmes Blanches, n’est pas de ce temps, tout en étant dans d’une modernité déconcertante. Son histoire en est pour quelque chose. Florence Vaillant, alias Flow a été reporter photographe et a réalisé des reportages en Israël, en Amérique Latine et à Gaza. Une baroudeuse incorruptible doublée d'une écorchée vive. Dorénavant passée à la musique, Flow a gardé une approche réaliste de la chanson qui transparaît dans ses textes à fleur de peau, servis de sa voix éraillée et profonde.

flow,larmes blanches,interview,café de la danseInterview:

Tu as une chanson qui explique qu’il faut se méfier des apparences. Toi, tu donnes l’image d’une femme de caractère qui dit ce qu’elle pense et qui lance des messages. Tu sembles te moquer de ce que les gens peuvent penser de toi.

Ce qui compte dans le bonbon, ce n’est pas le papier, c’est bien le bonbon. C’est un peu la maladie du siècle de s’arrêter à la première couche de vernis et de ne pas aller voir ce qu’il se passe derrière. Par exemple, quand on rencontre un artiste, c’est intéressant qu’on ne s’arrête pas à son single. Certes, on peut être déçu, mais je vous garantis qu’il y a encore pas mal d’artistes à univers. J’espère que j’en fais partie.

Ton disque est un patchwork musical. Difficile de le cataloguer dans une quelconque catégorie. Il y a de la chanson française traditionnelle, du rock, du folk… mais pas que.

Il y a effectivement, plusieurs orientations, plusieurs lectures et plusieurs formes musicales. Quand on me demande ce que je fais comme musique, j’ai inventé un terme qui est : valse-punk-acoustique. Je me demande ce qu’aurait répondu un artiste comme Brel, à la grande époque de la chanson française, si on lui avait demandé ce qu’il faisait comme musique.

flow,larmes blanches,interview,café de la danse

As-tu l’impression de ne pas être née à la bonne époque ?

J’ai toujours eu cette impression parce que j’ai été élevée par des parents gaullistes catholiques rigoureux de l’ancienne époque et des professeurs soixante-huitards. A 15 ans, en échappant à l’autorité parentale, je découvre d’un coup, Janis Joplin, les Doors, les Rolling Stones, les Béru… tout à la fois ! Le choc. Je me demande comment j’ai pu vivre jusqu’à ce moment-là sans connaître ce monde, cette musique.

Tu chantes depuis 2003, mais c’est avec ce deuxième album que tout semble se débloquer pour toi.

Moi, je n’avais jamais fait de chansons de ma vie. Dans mon environnement de jeunesse, « artiste », c’est un quolibet. Je suis quelqu’un de travailleur, mes parents sont auvergnats, ça bosse dur, on n’a rien par l’opération du Saint-Esprit. Artiste, chanteuse, ça ne faisait pas sérieux. Moi, en vrai, j’étais journaliste, reporter photographe. En l’an 2000, je romps mon intérêt pour ce métier  parce que je ne m’y retrouve pas. Je suis une utopiste, j’aimerais bien qu’on dise la vérité. Après mon arrêt, je commence à chantonner et un soir, Yannick Noah me découvre sur l'île de Saint Barth où je m’étais retirée, plus ou moins. Ensuite, on a fait 12 000 exemplaires du premier album, sans radio.

flow,larmes blanches,interview,café de la danse

Comment expliques-tu que tu émerges en 2011 ?

Je surfe sur une vague. La vague de ce que l’on défend depuis toujours. Depuis que je suis maman, je regarde le monde qui m’entoure avec encore plus d’acuité. Si j’ai l’occasion de faire un tout petit truc pour que ça change, si je peux apporter ma pierre à la construction d’un monde qui ne ressemble pas à ce qu’on me propose et ce que l’on propose à mes enfants, je me lance à corps perdu dans cette bataille. Je pense que c’est l’heure du réveil et que les gens ont arrêté d’être dupes. Personne ne sait encore comment faire. Comment fédérer sans passer pour un enfoiré ? Dès que tu fédères, tu passes pour un de ces guignols qui essaient de récupérer des voix à la course à la présidence. Personne n’a le talent d’un Abbé Pierre ou d’un Coluche ! Alors, à plusieurs, on va peut-être y arriver. En ce moment, je me fais engueuler par mes copains punks parce que je travaille avec Yannick Noah. Ils me disent que je me « variétise ». Je dis : « Man, il faut rentrer. Le gars, il nous donne un coup de main, pourquoi je ne rentrerais pas dans la bergerie pour faire bouger les choses?".

Je comprends que l’on vous dise que Flow et Yannick Noah, ce sont deux mondes.

Non, je ne suis pas d’accord. Il n’y a pas plusieurs mondes. Ce sont les vendeurs de tapis et les vendeurs de produits qui nous ont saboté et saccagé le plaisir qu’on a entre artistes de travailler ensemble. Ils n’arrêtent pas de détruire tout ce qui est humain, tout ce qui est joli, tout ce qui est beau, tout ce qui est vrai. Moi, si je pouvais donner de l’argent sur des Zéniths que je remplis à des gamins pour que ça aille mieux dans leur vie, comme lui fait avec l’association de sa mère, je le ferais. Yannick Noah, c’est la personnalité préférée des français, il ne peut pas faire comme tout le monde. Il ne peut même pas aller boire un café tranquillement, sans qu’il y ait 25 demandes de photos avec lui avec un IPhone. Et discrètement, sans faire de pub, il donne ses sous. Et discrètement, il me permet de délivrer mes messages face à son public.

flow,larmes blanches,interview,café de la danseTu n’aimes pas évoquer ton métier de reporter photographe. Tu as vu pas mal de guerres… Je trouve cela dommage, car ça explique beaucoup tes chansons.

Un jour, je me suis astreint à me dire que ce que j’écrivais pour les journaux n’était pas objectif. Quand tu es journaliste, tu dois l’être. Tu dois dire la vérité. Etre journaliste, c’est prendre le maximum d’informations, vérifier leur exactitude et les retranscrire dans leur état, sans donner ton point de vue. Un bon reporter rapporte ce qu’il a vu, ce qu’il a entendu et il le donne en l’état. Alors, quand j’ai commencé à écrire des chansons, j’ai pu enfin donner mon avis personnel. C’était important que j’exprime ce que je ressentais, car je ne pouvais plus le garder à l’intérieur. Pour moi, les chansons, c’est thérapeutique.

Tu es très fâchée avec les médias ?

Je suis contre la communication, c’est pour ça que j’en fais avec mes petits bras, mes petites mains, ma grande bouche. Quand je rencontre des gens comme Melissmell ou Yanick Noah qui ont ce genre de puissance artistique, je m’accroche.

Tu as changé depuis que tu es chanteuse ?

Je pense qu’il faut travailler sur soi dans la vie, avant de travailler sur les autres. Quand on se fait évoluer soi, on fait évoluer les autres. Je me suis aperçue que quand tu mets une claque à quelqu’un, tu ne peux plus parler avec lui. Et bien, on le fait tous les jours avec les mots. Ce ne sont pas de vraies claques physiques, mais le résultat est le même. Si on communique avec agressivité, que voulez-vous que vous donne l’autre ? Rien. J’ai mis très longtemps avant de comprendre que la diplomatie n’était pas des courbettes. C’est juste peut-être même la forme nécessaire pour pouvoir commencer quelque chose avec quelqu'un. Moi, j’ai pris beaucoup de temps pour comprendre ça, parce que je suis une hyperactive, directe et plutôt rentre dedans. Je prends sur moi tous les jours. C’est un travail au quotidien.  

flow,larmes blanches,interview,café de la danse

J’avais de toi l’image d’une femme qui n’aime pas trop la promo, un peu farouche…

Tout le monde pense que je suis un doberman très méchant. C’est faux, mais n’approchez pas trop quand même ! C’est comme avec les enfants, c’est vraiment libre chez moi, mais tu ne dépasses pas les bornes. On est vraiment bien ensemble, mais si tu commences à marcher sur ma figure, je vais rouspéter un petit peu. Punk, cash !

La scène, pour toi, c’est quoi ?

Le bonheur total. C’est un endroit où je suis à 100% moi-même. Si j’ai envie de pleurer sur ma chanson, je pleure. Si j’ai envie de crier merde dans mon micro, je le fais. On ne peut pas tricher sur scène.

Tu dis que tu fais ce métier, pas pour être chanteuse, mais pour amener quelque chose aux gens.

Sinon, ça ne sert strictement à rien. Je veux que les gens qui sortent de mes concerts soient pleins. De nostalgie, d’émotion… en tout cas pleins de quelque chose.

Toi, tu donnes beaucoup sur scène, mais tu veux que le public te donne aussi. Ce sont des concerts interactifs, finalement.

Je ne suis pas là pour être gentille, ni être en complaisance, encore moins  pour faire mon numéro. Il faut être très prétentieux pour faire ce métier. Vous vous rendez compte ? Monter sur une scène et dire aux gens : « Regardez ! Ce que j’ai à dire est très intéressant !».  Donc, si ça ne sert à rien, j’arrête. Et si je continue, c’est que ça sert à quelque chose. Je voudrais qu’il y ait plusieurs alternatives à la révolte.

Flow 05.05.11 7.JPG

 Petits souvenirs mandoriens, après l'interview...

Flow 05.05.11 4.JPG

Ce soir, donc, au Café de la Danse...