Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 octobre 2021

Eric Fouassier : interview pour Le bureau des affaires occultes

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Éric Fouassier est le frère d’un ami, lui aussi auteur, Luc-Michel Fouassier (je les avais d’ailleurs réunis tous les deux pour une mandorisation commune). J’ai appris à connaître Éric de salon du livre en salon du livre et d’interview en interview… Il a sorti juste avant l’été un roman historique mêlant politique, science, ésotérisme, le tout dans un Paris remarquablement décrit. Dans Le bureau des affaires occultes, Éric Fouassier nous embarque dans les grandes découvertes de la science et de la médecine. On peut même affirmer que ce roman est une source riche d’information sur les avancées médicales du XIXe siècle.

Pour évoquer ce livre en passe de devenir best-seller, Éric Fouassier m’a donné rendez-vous sur la terrasse d’une brasserie parisienne.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor4e de couverture :

Automne 1830, dans un Paris fiévreux encore sous le choc des Journées révolutionnaires de juillet, le gouvernement de Louis-Philippe, nouveau roi des Français, tente de juguler une opposition divisée mais virulente.
Valentin Verne, jeune inspecteur du service des mœurs, est muté à la brigade de Sûreté fondée quelques années plus tôt par le fameux Vidocq. Il doit élucider une série de morts étranges susceptible de déstabiliser le régime.
Car la science qui progresse, mêlée à l’ésotérisme alors en vogue, inspire un nouveau type de criminalité. Féru de chimie et de médecine, cultivant un goût pour le mystérieux et l’irrationnel, Valentin Verne sait en décrypter les codes. Nommé par le préfet à la tête du « bureau des affaires occultes », un service spécial chargé de traquer ces malfaiteurs modernes, il va donner la preuve de ses extraordinaires compétences.eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor
Mais qui est vraiment ce policier solitaire, obsédé par la traque d’un criminel insaisissable connu sous le seul surnom du Vicaire ?
Qui se cache derrière ce visage angélique où perce parfois une férocité déroutante ?
Qui est le chasseur, qui est le gibier ?

Dans la lignée des grands détectives de l’Histoire, de Vidocq à Lecoq en passant par Nicolas le Floch, un nouveau héros est né.

Prix Maison de la Presse 2021

"LE roman historique de l'année. Vous ne le lâcherez pas.Gérard Collard - Le magazine de la santé

L’auteur : 

Après un doctorat en pharmacie puis un autre en droit, Éric Fouassier s’est spécialisé dans l’histoire de la médecine, qu’il enseigne à l’université. Passionné d’énigmes et de codes secrets, il est l’auteur de romans historiques. Le bureau des affaires occultes est le premier opus d’une série policière au héros récurrent : Valentin Verne.

Son site officiel.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorInterview :

Tu as changé de maison d’édition. Tu es désormais chez Albin Michel. Ça change beaucoup de choses pour toi ?

Albin Michel a une sacrée force de frappe promotionnelle, ce n’est pas négligeable. Et puis, dès que je suis arrivé dans cette maison, j’ai senti un grand enthousiasme autour de mon livre. De plus, j’ai désormais une agente littéraire, Isabelle Laffont. Je l’ai connue quand elle était éditeur conseil chez JC Lattès, ma précédente maison (voir mandorisation là).

Je verrais bien ton nouveau livre, Le bureau des affaires occultes, en série sur Netflix ou sur une autre plateforme.

C’est marrant que tu dises ça parce que mes fils et leurs copains m’ont fait la réflexion suivante : « Génial ! On dirait une série Netflix ! » Moi, je t’avoue que je n’étais pas trop consommateur de séries sur les plateformes, mais du coup, je me suis mis à en regarder quelques-unes. Pas de séries policières, plutôt du fantastique. Ça m’a influencé dans mes écrits sur l’ambiance d’une grande ville du 19e siècle. Je voulais que dans mon roman, le Paris de 1930 devienne un personnage.

Tu es très fort pour captiver le lecteur. Un véritable « page turner ».

Par rapport à mes précédents polars historiques qui étaient plus « classiques », là, j’ai voulu greffer une intrigue qui soit beaucoup plus moderne, beaucoup plus en rapport avec celles des séries actuelles. Pour moi, Le bureau des affaires occultes n’est pas un roman policier historique, c’est plus un thriller historique.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Photo par un lecteur d'Eric Fouassier.

Pourquoi as-tu commencé à écrire des polars historiques ?

D’abord parce qu’à partir du moment où j’ai écrit ce genre littéraire, j’ai pu accéder à des maisons d’édition plus importantes. J’ai toujours aimé l’histoire et je me suis dit que ça allait me permettre de capitaliser sur mes compétences. A la fois l’histoire de la médecine et de la pharmacie. Je rappelle qu’au 19e siècle, un pharmacien est un homme de science. C’est dans les arrière-boutiques des officines que se sont faites les grandes découvertes en chimie. Mais ils ne se contentaient pas de cela. Par exemple, à la campagne, ce sont eux qui s’occupaient des feux d’artifice. Ce sont eux aussi qui sont intervenus au début de la photographie parce que c’était des problèmes de chimie. Ils étaient vraiment des touches à tout. Pour moi, écrire sur eux était une façon d’avoir une certaine légitimité puisque je suis spécialiste en la question (note de Mandor : Éric Fouassier donne notamment des cours de droit pharmaceutique à l’Université). J’ai remarqué qu’habituellement, lorsqu’il y a des personnages d’apothicaire dans des romans historiques, il y a des approximations. 

Même si tu es spécialiste de l’histoire de la médecine et de la pharmacie, as-tu tout de même appris des choses en écrivant cet ouvrage ?

Bien sûr ! En tant qu’auteur, j’apprends toujours pendant l’écriture d’un livre. Je passe au moins six mois à me documenter sur la période que je vais traiter. Egalement quand certains de mes personnages ont vraiment existé. Je fais en sorte qu’ils soient le plus proche de la réalité et je ne vais pas leur faire faire des choses qu’ils n’auraient jamais réalisé en leur temps.

C’est pour ça que ton public est très fidèle ? Ils savent la véracité systématique de ce que tu racontes ?

Sans doute. Certains lecteurs de polars historiques veulent apprendre l’histoire de manière ludique. Apprendre des choses sur le passé en se distrayant, quoi de plus agréable ?

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandorTu t’es inspiré de quoi pour créer ton bureau des affaires occultes ?

D’une série assez désuète sortie en 1970 sur la deuxième chaîne de l’ORTF, La brigade des maléfices. Elle m’avait marqué quand j’étais petit. Ça racontait l’histoire de l'inspecteur Paumier, chef de la brigade des maléfices chargé à la préfecture de police de Paris d'enquêter sur les affaires les plus insolites que la science policière échouait à résoudre. Avec Albert, son fidèle second, il poursuivait les malfaiteurs les plus inattendus : vampires, fées, fantômes et même une incarnation du diable. 

Qui est ton premier lecteur ?

Une première lectrice. Mon épouse. Elle ne s’attarde pas à la construction de l’intrigue, mais va corriger de petits détails.

Tu as écrit ce roman en combien de temps ?

Huit mois, sans compter le travail préparatoire.

Tu as reçu pour ce thriller historique le prix de La Maison de la Presse. J’imagine que tu es heureux…

Comme tu ne peux pas t’imaginer. Au début, le jury composé d’une trentaine de libraires de La Maison de la Presse avait sélectionné quatre-vingt-dix livres. Ensuite, il y a eu un écrémage pour n’en retenir que treize, puis six. Mon éditeur savait que mon roman avait soulevé beaucoup d’enthousiasme, mais rien n’était joué.

Ce qui est bien avec ce prix, c’est qu’il ne peut pas y avoir de triche. Pas d’accointances possibles avec les uns ou les autres puisque le jury est composé de beaucoup de libraires de toute la France.

Oui, ce sont de vrais lecteurs incorruptibles. Du coup, quand on gagne, on est fier.

Où étais-tu l’après-midi de la délibération ?

Comme je suis professeur d’université, j’y donnais des cours avec mon téléphone coupé parce que je présidais un jury de sélection pour un concours de Maître de conférences. Au milieu de l’après-midi, je constate que mon portable vibre sans cesse, mais je ne peux toujours pas décrocher. Je me disais que si j’avais perdu, ça ne se bousculerait pas pour m’appeler. Quand j’ai fini ce que j’avais à faire, j’ai vérifié les messages et c’était donc la bonne nouvelle.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Quand on a déjà quatorze livres à son actif, on doit être content d’avoir enfin un encouragement des professionnels, non ?

Je suis content pour moi, mais aussi pour les gens qui m’ont fait confiance, comme Isabelle Laffont et les gens de chez Albin Michel. Plus intimement, je suis aussi content pour mon frère, Luc-Michel, que tueric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor connais bien. Quand on avait 18-20 ans, on écrivait déjà. Je nous revois faire un petit film avec nos manuscrits pour essayer d’envoyer ça aux éditeurs afin de potentialiser le fait que deux jeunes frères écrivent… Luc-Michel est un super auteur. Il écrit des choses très différentes de moi et moins populaires, mais j’espère que je pourrai lui ouvrir des portes. Il mérite. Pour moi, il est un vrai écrivain. Pour Luc, l’histoire est un prétexte au style. J’ai adoré et j’ai été impressionné par son dernier roman Les pantoufles (mandorisation ici), mais l’histoire tient sur un timbre-poste. Moi, je suis plus romancier. Je mets le style au service de l’histoire. Quand on en parle entre nous, on aime bien cette différence écrivain/romancier. Finalement, tout cela est sans importance pour le lecteur.

Je sais qu’à la maison, les livres chez vous, c’était sacré.

C’était génial ! Nos parents, de très grands lecteurs, nous ont fait un cadeau exceptionnel en nous initiant très tôt à la lecture. Nous savions que si nous avions envie d’un livre, ils nous l’achèteraient.

Le nom de ton héros, Valentin Verne, n’est pas choisi au hasard, je présume.

Valentin, en référence au commissaire Paul Valentin dans les Brigades du Tigre et Verne, pour rendre hommage à Jules Verne. 

S’il n’y avait pas une obligation de fidéliser ton lectorat et de rassurer les professionnels, idéalement, tu aimerais écrire quoi d’autres ?

Je vais te répondre clairement. Ce serait un cycle de quatre ans : Un thriller historique, un polar contemporain, un roman littéraire catégorie « blanche » comme Luc-Michel et un recueil de nouvelles. Là, je serais le plus heureux des hommes.

Là, tu es plutôt parti pour sortir un Valentin Verne par an pendant un moment ?

Ça peut s’envisager ainsi, en effet, mais si le deuxième fonctionne aussi bien que le premier.

Aujourd’hui, tu te sens plus professeur d’université ou romancier ?

Honnêtement, ça commence à pencher vers romancier, même si j’ai encore six ans à donner des cours à l’Université.

eric fouassier,luc michel fouassier,le bureau des affaires occultes,interview,mandor

Après l'interview, avec Eric Fouassier le 26 mai 2021 au café Le Rostand.

30 mars 2017

Eric Fouassier : interview pour Le piège de verre

éric fouassier,piège de verre,interview,mandor,le magazine des loisirs culturels auchan

éric fouassier,piège de verre,interview,mandor,le magazine des loisirs culturels auchanÉric Fouassier membre de l’Académie nationale de pharmacie, grand spécialiste de l’histoire de la
pharmacie qu’il enseigne en faculté depuis plus de vingt ans, est un passionné de jeux de piste et d’énigmes. Bayard ou le Crime d’Amboise est le premier tome d’une série. Le deuxième tome, Le Piège de Verre, vient de sortir en parallèle aux Éditions Jean-Claude Lattès en grand format. De livre en livre, Éric Fouassier commence à se faire un nom dans le domaine du polar historique français. Je l’ai déjà mandorisé deux fois (en 2010 et en 2011 avec son frère Luc-Michel, lui aussi écrivain… de qualité). Cette fois-ci, je l’ai interviewé pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté de Février/Mars 2017).

EricFouassier.jpg

EricFouassier1.jpg

EricFouassier2.jpg

04 janvier 2011

Mes livres de l'hiver 2011 (1) : Eric Fouassier pour "Le traducteur" et Luc-Michel Fouassier pour "Les hommes à lunettes n'aiment pas se battre"

Après Mes livres de l’été 2010, Mes livres de l’automne 2010, voici Mes livres de l’hiver 2010/2011. (Le grand fou que je suis est capable de continuer le principe des années et des années, faites gaffe !)

Bref, j’entame donc la une nouvelle série. Et là, je fais d’une pierre deux coups. Après avoir interviewé les frères Fouassier, chacun leur tour, à 77FM (Eric et Luc-Michel ici), j’ai pris l’initiative de les réunir ensemble (pour la première fois mondiale dans le monde de la littérature française. J’aime être novateur). Chacun ayant un nouveau livre, je trouvais l’idée très originale (et surtout conceptuelle comme jamais !).

166192_1616212159467_1061225683_31469222_7295330_n.jpgLuc-Michel Fouassier sort Les hommes à lunettes n’aiment pas se battre (Quadrature):

4e de couverture :

Pourquoi se battre? Surtout lorsqu’on porte des lunettes. C’est, à coup sûr, dépenser beaucoup d'énergie, se rendre ridicule et surtout prendre le risque de casser ses verres. Alors, à quoi bon?
Voilà qui vous modifie un caractère. Les personnages des seize nouvelles qui composent ce recueil ont décidé́ d'éviter les joutes frontales. Pourtant, ils n’en demeurent pas moins résolus à se faire entendre...


L'auteur : Grand amateur de textes courts, organisateur du salon du livre et de la nouvelle d’Ozoir-la-Ferrière, Luc-Michel Fouassier signe son deuxième recueil aux éditions Quadrature. Par ailleurs, il collabore à la revue Rue Saint Ambroise.
Il est myope et légèrement astigmate.

9782355930911.jpgÉric Fouassier sort Le traducteur (Pascal Galodé éditeurs).

4e de couverture :

Un ouvrage mythique, le Livre de Pao, qui serait un chapitre oublié de la Bible… 

Un peuple mystérieux parlant une langue menacée d’extinction…

Le brouillon d’un poème d’Arthur Rimbaud qui recèlerait un secret demeuré inviolé…

Une étonnante mystification aux dimensions planétaires…

Tels sont les principaux ingrédients de ce beau roman qui commence comme un récit d’aventures pour s’achever en une fable douce amère sur le mensonge, la mémoire et les mirages de la postérité.

Mais Le Traducteur, c’est aussi et surtout, sous le soleil implacable d’Éthiopie ou dans le Paris des années folles, l’histoire d’une étrange fascination entre deux hommes que tout semble pourtant opposer : le narrateur, un jeune rentier naïf, et son mentor, un ancien médecin au passé trouble.

« L’histoire de Gabriel Prometh, je suis le seul à pouvoir la raconter. Car pendant un an, j’ai servi cet homme. J’en fus tour à tour le secrétaire, le valet de chambre, le garde du corps et même le confident. Pourtant, malgré le recul du temps, il m’est impossible de dire si j’ai davantage admiré cet homme qu’il ne m’a inspiré de dégoût. Une seule chose est certaine : jamais, au cours de ma longue existence, je n’ai retrouvé l’exaltation qui fut la mienne durant ces mois que je passai auprès de Gabriel Prometh… toute ma vie fut dans cette unique année. »

L'auteur : Éric Fouassier est né en 1963 en région parisienne. Romancier et nouvelliste, il nous livre avec Le Traducteur une œuvre profonde et singulière, aux multiples résonances.

J’ai donné rendez-vous aux frères Fouassier le 21 décembre dernier à 13h devant le Grand Rex. À 13h05, Luc-Michel m’appelle et me dit gêné : « Ça va François ? Écoute, là, je suis encore dans ma voiture, je suis coincé dans un embouteillage de folie, j’arrive dans pas longtemps ». « Mais tu es où là exactement ? Je te rappelle que je n’ai qu’une heure… ». « Oh, pas loin, je pense arriver dans une demi-heure. »

À sa décharge, c’était peu après les fameuses intempéries et il y avait encore un sacré bordel dans la circulation parisienne. Mais bon…

« Et Éric, il arrive ? ». « Oui, il m’a dit qu’il arrivait dans 5 minutes ».

25 minutes plus tard, Éric Fouassier arrive. Il me trouve raide comme un piquet devant notre lieu de rendez-vous. Son premier travail consiste à me décongeler. Il doit taper avec un marteau la glace qui m’entoure et me statufie. Une fois la bouche libérée, je parviens à lui dire : « A 50 ans, si on n’a pas de montre, on n’a pas réussi sa vie… et on continue à arriver en retard ! ».

Éric ne semble pas comprendre le message. « Mais, je n’ai pas 50 ans !».

L’homme est si sympathique que je laisse tomber les commentaires sur les vertus des horaires respectés.

D’autant qu’il y avait aussi un sacré bordel dans les métros.

(Laissez-moi être de mauvaise foi, merci !)

Nous nous installons à une table de ce qui est désormais ma cantine. Une brasserie chère, mais dont la salade niçoise est honorable. Après avoir commandé deux bières, je lui propose de commencer l’interview sans son frère.

Fouassier's brothers 21.12.10 3.JPG

Mandor : Comment passe-t-on d’un polar à un roman quasi initiatique ?

Éric Fouassier : Tu veux la vérité ? Ce roman a été écrit bien avant Morts thématiques. La première version de ce roman date de 1990, je faisais mon service militaire. Je l’ai retravaillé un nombre incalculable de fois. J’ai rééquilibré les 3 parties. Le lecteur peut s’imaginer au début que c’est un roman d’aventures pur, il comprendra vite que c’est un roman sur la mystification par l’écrit. Je trouvais intéressant de mystifier le lecteur, moi aussi. Le narrateur, Sébastien Violette, au départ est un jeune de 20 ans un peu oisif et sans ambitions pour sa vie future… ce qu’il va vivre avec Gabriel Prometh, va devenir initiatique.

Et l’éditeur, Pascal Galodé, il ne s’est pas interrogé sur le bien fondé d’éditer un tel roman après le polar précédent, qui n’a vraiment rien à voir (hormis un suspense intense) ?

Éric : Si, et c’est pour cela que je lui en suis reconnaissant. Parce qu’il a aimé Le traducteur, il a pris le risque de le sortir quand même. Il est vrai que Morts thématiques a trouvé ses lecteurs et qu’il a été nominé pour quelques prix littéraires… un autre roman de genre, ne fidélise pas forcément…

Tu évoques un livre mythique : le livre de Pao, peut-être un chapitre oublié de la bible. J’ai cherché dans Google. Point de livre de Pao. Tu confirmes décidément que tout écrivain est mystificateur. Tu illustres par le roman ce que tu racontes…

Éric : J’y crois profondément. Un écrivain transfigure la réalité, il se l’approprie, la transforme, la malaxe… tout écrit est quelque part mensonger. Dans mon livre, je me suis amusé à mêler du vrai et du faux. Tout ce que j’écris sur Rimbaud est vrai par exemple. Tout ce que je dis sur les peuples d’Éthiopie sur les mouvements de civilisation est vrai… sauf que le peuple Amodéen n’existe pas. Il faut qu’un écrivain capte le lecteur, une fois qu’il est bien capté, c’est assez jouissif de l’emmener autre part…

Je n’ai pas réussi à comprendre qui est Gabriel Prometh. Un moralisateur sûr de lui capable de sortir des phrases définitives ou un sage ?

Éric : On oscille en permanence entre les deux. Je voulais laisser le soin au lecteur de se faire sa propre opinion… mais surtout, je ne voulais pas qu’il soit manichéen. Il a des côtés vraiment détestables, très cyniques, très acerbes, très irritants, mais d’un autre côté, il poursuit, lui aussi, un idéal, une quête. C’est respectable de partir pour l’absolu.

Fouassier's brothers 21.12.10 2ff.jpgJ’ai senti une fascination sur la période de l’entre-deux-guerres ?

Les années 20, c’était les années folles parce qu’il y avait un besoin de se lâcher après le carnage qu’a été la Première Guerre Mondiale et paradoxalement, ce sont pendant ces années qu’émergent tous les fascistes. Hitler, Mussolini, tous ces gens-là vont monter pendant cette période. Pour ça, je trouve cette période assez fascinante, en effet. En même temps, d’un point de vue artistique, c’est une période qui était très riche.

Dans Le traducteur, Gabriel Prometh a écrit le chef-d'œuvre de la littérature mondiale. Il a désiré les honneurs, puis quand il les a eus, il les a fuis… Toi, tu aimerais les honneurs littéraires ?

Plus que les honneurs, ce sont les lecteurs qui vont avec que j’aimerais. Si j’avais les honneurs sans les lecteurs, ça ne m’intéresserait pas. Par exemple, j’aime beaucoup les salons parce que je trouve cela très agréable de rencontrer les lecteurs. C’est même un des aspects les plus intéressants de l’après écriture d’un livre.

Luc-Michel Fouassier, arrive enfin… 13h40. Il recommence à prétexter le fait de venir de Seine-et-Marne et que la neige, le gel, les bouchons, tout ça, tout ça... Magnanime, je lui permets de s’assoir à notre table (parce que, surtout, j’aimerais bien qu’il me prenne comme animateur pour la troisième fois pour son salon du livre d’Ozoir-la-Ferrière dont il est le directeur).

(Voir et ici... les bilans des salons Ozoiriens).

On plaisante un peu (je ne suis pas rancunier) et je commence mes questions collégiales. Ce n’est pas tous les jours que je rencontre deux frères qui s’adonnent à la littérature. De mémoire, je n’ai retenu que les frères Bogdanov, Poivre d’Arvor et Goncourt… aujourd’hui, donc les frères Fouassier.

Avant de commencer, Luc-Michel, sort son livre et nous lit sérieusement une de ses nouvelles tirées de son premier recueil, Histoires Jivaro. « Le soir, une fois couché dans mon lit… etc. » Une nouvelle qui raconte l’histoire d’un type désœuvré parce qu’il a changé ses montures de lunettes et qu’aucune des personnes rencontrées dans la journée ne l’a remarqué.

« J’ai changé de lunettes les mecs !», crie-t-il. Ce type est fou, c’est pour ça que je l’aime. Je lui fais remarquer au passage que, lorsque ma propre femme change de coiffure, je le remarque à peine… alors, ce ne sont pas ses changements de montures qui vont me sauter aux yeux.

Bref, je leur pose mes premières questions communes. Ils y répondent joyeusement en se chamaillant sans arrêt.

Fouassier's brothers 21.12.10 5.JPG

Qui a commencé à écrire entre vous deux ?

Éric : C’est moi, parce que, de toute façon, Luc-Michel copie tout sur moi.

Luc-Michel : Mais celui qui a commencé à écrire avec talent, c’est moi.

Éric (qui se marre): J’ai commencé à écrire à l’âge de 15 ans.

Luc-Michel : oui, mais il a 5 ans de plus que moi…

Éric : Nos parents étaient de grands lecteurs. Notre père connaissait beaucoup de choses, mais avec une grande humilité, il n’étalait pas sa science.

Est-ce qu’il n’y a pas un côté chez vous « j’écris des livres pour impressionner papa » ?

Éric : Je pense que quelque part, ça joue, parce qu’effectivement, lui aussi à écrit et peut-être aurait-il voulu être écrivain si on lui en avait donné les moyens à l’époque. Mais, je pense que Luc-Michel et moi, profondément, on a envie d’écrire.

Luc-Michel : Je pense que c’est plus vrai pour moi. Moi, j’ai une écriture qui est beaucoup plus une écriture du ressenti, de choses que je perçois et que je veux transmettre. Éric, il crée des histoires, ce qui ne l’empêche pas de faire passer des choses dedans. Je sais que quand mes parents ne seront plus là, quand j’aurai fini un texte, il y aura un vide, un manque immense. J’aurai moins de joie, il y aura quelque chose qui ne sera pas fini parce que mes parents n’auront pas lu. Mes parents sont mes premiers lecteurs.

Éric : Pas moi. De mon côté, c’est mon épouse. On fait lire à ses proches, au début, pour voir si les textes que l’ont écrit sont bons. Au bout d’un moment, on finit par savoir si ce que l’on a écrit va ou pas.

Et l’avis de l’un sur les écrits de l’autre, c’est important ?

Luc-Michel : Moi oui, au début. Clairement aujourd’hui, je me suis affranchi d’Éric. Nous avons deux écritures tellement différentes que je me suis dégagé de son influence. On n’a pas les mêmes centres d’intérêt, les mêmes démarches dans l’écriture. Finalement, aujourd’hui, son avis, je m’en fous.

(Il rit).

Éric : Quand je lui dis que c’est bien, c’est que c’est très bien. Quand je ne lui pas grand-chose, c’est que c’est peut-être bien, mais il peut mieux faire.

Fouassier's brothers 21.12.10 1.JPG

Y a-t-il de la compétition littéraire entre vous deux ?

Luc-Michel : Moi, pas du tout. Je me réjouis de ce qui peut lui arriver de bon et beau à travers la littérature et l’écriture.

Éric : Ça pourrait, mais il y en a aucune ! Il pourrait y avoir éventuellement de la  jalousie si on écrivait typiquement la même chose, si on était sur le même créneau, s’il se mettait à faire du polar. Luc-Michel est un orfèvre, qui va ciseler sa phrase. Parfois, il me fait rigoler quand il me dit qu’il a bossé pendant trois heures pour faire une demi-page. Moi, si en 3 heures, je ne fais qu’une demi-page, je me flingue.

Écrire des nouvelles ou un roman, ce n’est pas le même travail…

Luc-Michel : Mais, tu sais, je viens de finir un roman. Je suis aussi très lent dans cet exercice. Sur un roman de 140 pages, j’ai mis un an et demi.

Éric : On n’a pas la moindre rivalité, au contraire. On se dit même que tout ça va se potentialiser.

Luc-Michel : Et puis, tous les deux, on gagne notre vie autrement. Ça nous permet d’être plus relax par rapport au succès éventuel.

Fouassier's brothers 21.12.10 2ggg.jpgVous avez commencé tous les deux à publier des nouvelles. C’est plus facile ?

Éric : C’est plus facile parce qu’il y a de nombreuses petites revues, des recueils collectifs. Ton texte, il existe un petit peu. Il n’a pas une grande audience, mais il existe. Par contre, publier des nouvelles en livre, je t’assure que c’est duraille.

Éric, que penses-tu de l’œuvre de Luc-Michel ?

Éric : Ce qu’écrit mon frère est souvent super bien vu et c’est très bien écrit. Juste, aujourd’hui, il mériterait d’être connu comme romancier. Moi, j’ai publié deux recueils de nouvelles avant mon premier roman, donc, je ne doute pas qu’il fasse la même chose. À travers ce qui l’écrit, il peut toucher un lectorat nettement plus important.

Et toi Luc-Michel, que penses-tu de l’œuvre d’Éric ?

Luc-Michel : Je n’ai pas lu, ça ne m’intéresse pas. (Rires) En vrai, je trouve qu’Éric est extrêmement doué. Je ne suis pas épaté parce que lorsque nous étions enfants, nous jouions ensemble, aux petits soldats par exemple, et à chaque fois, il faisait les scénarii. Il construisait déjà beaucoup les histoires. Le traducteur, chez un grand éditeur, c’était un prix littéraire cette année, c’est clair. C’est un grand bouquin, parce qu’il est foisonnant. Éric mérite vraiment d’être présent dans la scène littéraire française. Il n’hésite pas à se lancer dans des choses dans lesquelles les auteurs d’aujourd’hui n’osent plus se lancer. Il a une certaine forme de classicisme dans son style. Mais pas du classicisme chiant.

Fouassier's brothers 21.12.10 4.JPG

Revenons à ton deuxième recueil de nouvelles, Luc-Michel… qu’elle est la plus grande difficulté pour écrire une nouvelle ?

Luc-Michel : J’ai énormément changé ma vision dans la lecture et dans l’écriture de nouvelles. Pour moi, l’archétype de la très bonne nouvelle c’est une nouvelle sans chute appuyée. Jusqu’à présent j’écrivais une chute qui faisait prendre sens à la nouvelle. Maintenant, je pense que ce n’est pas utile. Il faut qu’elle tienne seule sans une fin explicative. Il faut qu’à travers le texte, quelque chose soit dit. La bonne nouvelle, c’est la nouvelle que tu retiens.

Dans ton recueil, il y a beaucoup de nostalgie, voire de mélancolie.

Luc-Michel : Parce que je suis profondément nostalgique, j’ai sans arrêt le blues dans la vie. On se fait une fête des choses et les choses passent tellement vite… l’écriture, c’est peut-être de garder au maximum des choses qui passent trop vite. J’ai 42 ans et j’ai l’impression d’avoir basculé de l’autre côté. Je commence à regarder un maximum derrière moi. Ça se ressent dans mon écriture, en tout cas, dans ce recueil là.

Tu as l’image d’un type gentil, avenant, sensible, poli, alors qu’il y a dans ton recueil des nouvelles très cruelles. Tu montres dans l’écriture ce que tu caches en toi ?

Luc-Michel : C’est une soupape, c’est vrai. Il y a des nouvelles dans lesquelles je me suis lâché. C’est le monde qui veut ça, on enfonce des portes ouvertes en permanence. Aujourd’hui, nous sommes tellement dans le policé, que j’ai ressenti le besoin d’exorciser ce que j’avais en moi.

Éric, arrives-tu à lire les nouvelles de ton frère en toute objectivité.

Éric : Non, quand ce sont des histoires trop proches ? « Royan, marée montante », par exemple, j’étais incapable de dire si c’était une bonne ou une mauvaise nouvelle. Ça parle de notre grand-père… c’est vraiment trop proche.

Votre père doit être heureux de vous voir écrire des livres ?

Éric : Il m’a fait un beau compliment en me disant qu’en lisant Morts thématiques, il a fallu qu’il réalise que c’était son fils qui avait écrit le roman. Il s’est laissé complètement embarquer par l’histoire.

Luc-Michel : il m’a fait la même remarque…

Et votre mère ?

Éric : Elle montre plus qu’elle est fière. Mon père aussi est fier, mais il a plus de pudeur. En même temps, il a toujours eu peur que les choses s’arrêtent ou que l’on s’emballe trop. Il n’a jamais voulu que l’on se fasse d’illusion. Il a peur que l’on s’enthousiasme trop. Il est plus pudique que maman.

Fouassier's brothers 21.12.10 6.JPG

Merci à Eric et Luc-Michel Fouassier pour leur talent, leur humour et leur sympathie permanente. Belle carrière littéraire à vous deux !

Dernière minute : Le roman d'Eric Fouassier Le Traducteur vient de se voir décerner le premier prix littéraire de l'année (Prix littéraire www.salondulivre.net), dont le vainqueur est proclamé sur Internet le 1er janvier, à la première seconde.

05 janvier 2010

Eric Fouassier : "Morts thématiques".

9782355930775.jpg

J’ai lu récemment un excellent roman policier. C’était d’ailleurs peut-être un roman noir, ou un thriller, ou un polar… je n’ai jamais vraiment su faire la différence.

« Morts thématiques », d’Éric Fouassier, (Pascal Galodé Editeurs).

 

4e de couverture :

Une dépouille au Panthéon… rien de plus normal.

Mais quand le cadavre est retrouvé non pas à l'intérieur, mais à l’extérieur d’un mausolée, en l’occurrence celui du grand mathématicien Lagrange… cela devient beaucoup moins normal. Si on ajoute que le mort porte, épinglé sur sa poitrine, un étrange poème qui se révèle être une énigme mathématique… là, les choses se compliquent singulièrement.

Le commandant Gaspard Cloux, de la brigade criminelle, est dépêché sur les lieux. Les situations inextricables, il connaît : sa femme est morte quatre ans auparavant dans un accident de la route dont il se considère responsable. Depuis, étouffé par la culpabilité, il tarde à reprendre pied. Ne parvenant pas à affronter le regard de sa petite fille de sept ans, il a confié celle-ci à ses beaux-parents, mais cette séparation le déchire.

Cette nouvelle affaire va l’obliger à remonter la pente et à surmonter sa douleur. Car le mort du Panthéon ne tarde pas à faire des petits… disséminés un peu partout dans Paris. Et toujours la même mise en scène macabre : le cadavre est retrouvé dans un lieu en rapport avec la vie d’un mathématicien célèbre et une énigme faisant appel à l’algèbre ou à la logique semble inviter Gaspard Cloux à suivre le tueur dans un funeste jeu de piste.

Qui est-il d’ailleurs ce mystérieux assassin ? Un tueur en série ? Un illuminé ? Un dangereux maniaque ? Une chose est sûre en tous cas : c’est une équation à plusieurs inconnues que devra résoudre Gaspard pour mettre fin à cette série de meurtres en apparence inexplicables.

 

9782916499161.jpgÉric Fouassier signe ici son premier roman. Docteur en droit et en pharmacie, membre du conseil de l’ordre des pharmaciens. Auteur de nouvelles depuis de nombreuses années, il a publié au sein de revues ou dans des collectifs. Depuis 2005, il a sorti deux recueils intitulés « Entre genèse et chaos » et plus récemment « Petits désordres familiers ».

À l’issue de l’interview qu’il m’a accordée le 21 décembre dernier à la radio, Éric me l’a d’ailleurs offert. Pas encore eu le temps de l’ouvrir, mais ça ne saurait tarder. Je reçois dans les prochains jours 4 autres auteurs, je lis donc leur livre en priorité…

Voici le podcast de l’entretien en 5 parties :

 

Première partie :

Auteur de romans et de nouvelles.

La caste des auteurs de nouvelles.

podcast

21.12.09 Eric Fouassier 1.JPG

Deuxième partie :

Son univers noir.

Son vrai métier.
podcast

Troisième partie :

Différence entre roman policier et roman noir.

L’intrigue du livre.

Pourquoi la thématique des mathématiques.
podcast

21.12.09 Eric Fouassier 4.JPG
Ceci est une photo artistique... oui, oui.

 

21.12.09 Eric Fouassier 5g.jpgQuatrième partie :

Fouassier/Vargas, même combat ?

La jubilation de tromper le lecteur.
podcast
Cinquième partie :

L’écriture, une affaire de famille (lire la mandorisation de son frère Luc-Michel) ?

Une suite à « Morts thématiques » ?
podcast

Je ne peux que vous inciter à découvrir ce roman palpitant et habile.

Les chausse-trappes et fausses pistes sont légions. L'émotion n'est pas oubliée...

Vous ne serez pas déçu, foi de Mandor!