Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05 avril 2019

Frédéric Zeitoun : interview pour son album Duos en solitaire

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

(Photo : Pierrick Bequet)

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicQu’il soit sur un plateau (Télématin, C’est au programme sur France 2) ou sur une scène, Frédéric Zeitoun est un entertainer à l’énergie contagieuse. On le sait moins, mais cet homme de la télé mène en parallèle une belle carrière de parolier et de chanteur, interprétant depuis déjà 10 ans ses spectacles musicaux. Si Frédéric Zeitoun parolier de Hugues Aufray, Louis Bertignac, Carlos, Zaz, Charles Dumont, Frédéric François, Enrico Macias, ou dans un registre plus humoristique Laurent Gerra, a le sens de la formule, Frédéric le poète suggère plus qu’il ne formule.

J’ai mandorisé Frédéric Zeitoun il y a un an pour son spectacle En chanteur et pour l’ensemble de sa carrière (lire ici). Je crois que je peux affirmer que nous sommes devenus très amis depuis…

Bref, j’ai récidivé le 27 février dernier, cette fois-ci à l’occasion de la sortie de son premier album, Duos en solitaire (à écouter là). Il y chante avec (par ordre d’entrée en scène) : Charles Aznavour, Doc Gynéco, Lynda Lemay, Marie-Paule Belle, Yves Duteil, Michel Fugain, Enrico Macias, Manu Dibango, La chorale gospel de Rueil Malmaison, Oldelaf, Sanseverino et Philippe Lavil.

L’album (argumentaire officiel très écourté) :frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

1+1 = 2, vraiment ? Chez Frédéric Zeitoun, les additions ne sont pas qu’une simple histoire de chiffres et les équations de la vie riches en inconnues, comme le prouve cet album de duos conçu comme une symphonie chorale. En l’écoutant, on comprend rapidement que le duo n’est pas un face-à-face, mais un unisson. Et si on voulait vraiment coller à la logique mathématique, on préférait la notion de coefficient multiplicateur, de talent en l’occurrence.

Frédéric Zeitoun n’hésite pas à se mettre en scène pour questionner la société et aborder la thématique des différences. Pas de charges frontales ni de pathos chez cet homme qui fuit les regrets, mais des métaphores charnelles, de l’humour caustique et beaucoup d’autodérision.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicIl est souvent question de coups du sort, de montagnes russes, de remonter la pente. De vivre sans frein ni rétroviseur. Quelques larmes, mais aussi beaucoup de rires dans ses chansons. Musicalement, cet album dans une esthétique résolument intemporelle, au travers des harmonieux dialogues piano-accordéon, s’inscrit dans la grande tradition de la chanson française. De la variété aussi, dans tous les sens du terme, via les escales dans les rythmes caribéens ou les fièvres rockabilly.

Alors, ces duos tout sauf solitaires : des manifestes humanistes, hédonistes ? Non, Frédéric Zeitoun n’aime ni lews slogans ni les étiquettes.

Sur son dernier spectacle, il se présentait de la sorte : "Voyageur, écriveur, doux rêveur, total glandeur et matinal chroniqueur, Frédéric Zeitoun vous revient... en chanteur ". Il l’a toujours été.

Ce qu'en pense France Info:.

Chez Karl Zéro à Europe 1.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

(Photo : Pierrick Bequet)

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicInterview :

Comment est arrivé ce projet ?

J’ai joué une année entière tous les dimanches à 18h à L’Alhambra. Au fil du temps, c’est devenu le rendez-vous des potes qui venaient chanter une chanson avec moi. Gérard Davoust, qui est mon éditeur et ami depuis de nombreuses années, venaient pratiquement à chaque représentation, y compris le 31 décembre. Un soir, Gérard rentre chez lui et je vais diner avec Gérard Capaldi, ami, réalisateur et compositeur émérite et Thierry Communal, mon frérot depuis plus de 30 ans. Les idées fuses et à un moment, Gérard me propose de faire des maquettes si je trouve deux ou trois personnes pour venir chanter avec moi. Il trouvait que faire un album avec d’autres artistes m’allaient bien. Thierry nous dit que son studio est le nôtre pour ce projet. Une semaine après, Gérard Capaldi et Thierry Communal se voient avec Gérard Davoust. Tous les trois ont décidé de foncer pour mener à bien ce projet d’album. Ça s’est vraiment fait aussi simplement que ça.

Les chansons qui figurent sur ce disque existaient déjà ?

Elles étaient toutes dans mon spectacle En chanteur, sauf « Duos en solitaire » que j’ai ajouté à la fin pour faire un pied de nez à la thématique du disque.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicCet album s’ouvre sur le duo poignant, "Bien au contraire". C’est le dernier duo enregistré par le grand Charles Aznavour en mai 2018, soit quelques mois avant son départ.

C’est lui qui a fait la musique de cette chanson. Quand Gérard Davoust m’a dit qu’il acceptait de la chanter en duo avec moi, j’ai eu du mal à le croire. Sa seule condition était que nous venions enregistrer chez lui à Mouriès en région Provence-Alpes-Côte d'Azur. Le 8 mai 2018 est une journée que je garderai à jamais dans l’agenda de mon cœur. On a passé un long moment fabuleux avec un monsieur gentil et drôle. Il a fait trois prises des trois refrains et c’était bon. Le 7 septembre, il est venu écouter le résultat et il était content. Il a été confondant de gentillesse. Je crois qu’encore aujourd’hui, j’ai du mal à réaliser le cadeau qu’il nous a fait. C’est une des plus jolies rencontres que la vie m’a offerte.

Dans « J’ai appris », tu chantes avec Yves Duteil.frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

Le texte de cette chanson, au départ, était prévu pour Céline Dion. Un jour, je le montre à Yves Duteil et il m’annonce qu’il va me faire une musique, toujours pensant que c’était pour Céline Dion. Renseignement pris, il s’avère que Céline Dion n’avait pas besoin d’auteurs, c’était une fausse rumeur véhiculée par la presse française. Avec Yves, on laisse donc tomber. Plusieurs mois passent, Jean-Claude Ghrenassia, le ils d’Enrico Macias, vient à la maison. Il découvre cette chanson et revient quelques jours après avec une magnifique musique. Là, nous sommes fin juillet 2018. Début août, Yves Duteil m’appelle et m’annonce que le fameux texte l’intéresse pour le chanter lui-même pour son propre album qu’il est en train de terminer. Je suis dépité parce que la musique était déjà faite depuis trois jours… Je lui explique et il me dit que c’est dommage. J’étais désolé parce que Duteil est un des auteurs que j’aime le plus. Etre chanté par lui aurait été un honneur.

Tu le revois quelques mois plus tard dans le Loft Music d’Yvan Cujious sur Sud Radio.

Yves Duteil m’invite dans cette émission pour chanter en duo une de ses chansons. Ensuite, j’ai l’opportunité d’interprété une chanson à moi. Je choisis « J’ai appris »… avec la musique qu’Yves ne connaissait pas. Duteil, très élégant, me dit à l’antenne qu’il n’aurait pas fait mieux. Un soir, je lui demande s’il veut bien la chanter pour mon disque, il m’a dit oui tout de suite.

C’est d’ailleurs le cas de beaucoup d’artistes. Ils ont accepté rapidement.

Ça m’a énormément touché parce que je n’ai rien prouvé en tant qu’interprète. En tant qu’auteur oui, mais pas en tant qu’interprète, j’en ai totalement conscience. La confiance de ces artistes installés pour la plupart depuis plusieurs décennies était là. Ça m’a fait chaud au cœur qu’ils prennent le risque de chanter avec un « débutant » en la matière.

L'EPK de Duos en solitaire.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicTe sens-tu légitime dans le métier de chanteur ?

C’est une vraie question. Quand on a trente ans de carrière et qu’un artiste te dit qu’il ne se sent pas légitime, on sait bien que c’est de la coquetterie. Moi, par exemple, je me sens légitime en tant qu’auteur, je n’ai pas peur de le dire. Je gagne ma vie en écrivant depuis des années, je ne vais pas faire semblant de ne pas me sentir légitime dans ce domaine. Mais en tant qu’interprète, je peux te dire que je ne me sens pas au même niveau que les autres. Bien sûr que j’aimerais que cet album trouve son public, mais d’avoir mené à bien son existence, avec tous ces grands chanteurs, c’est déjà une réussite. Le cadeau est là : j’ai chanté avec tous les gens que j’adore.

Parmi ces artistes, je ne m’attendais pas à entendre Doc Gynéco. frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

Je devais faire une interview de Doc Gyneco pour l’émission de Sophie Davant. Je lui donne rendez-vous à 11h du matin dans un bureau du 7e étage de la SACEM. Il arrive, mais pas tout à fait en état de faire l’interview. Il est très drôle, très bien élevé, très érudit, mais il répond à des questions que je ne lui ai pas posé. Il est joyeux, éclate de rire toutes les cinq minutes. Je sentais qu’il était bien et qu’il avait envie d’être là. Je te passe les détails, mais à la fin, il me dit qu’il aimerait bien que l’on reste en contact. Le soir, je bosse sur l’album et sur la chanson « Comme tout le monde », je ne savais pas avec qui la chanter. Je repense à Doc Gynéco et, justement, comme il n’est pas comme tout le monde, je l’appelle. Après avoir lu le texte, il me rappelle et il me dit : « ça ressemble à du Souchon, je vais être ton Voulzy ». A la séance, malgré ses 4 heures de retard, il a été charmant, super professionnel, attentif à ce qu’il faisait. Je pense que c’est quelqu’un qui joue beaucoup avec lui-même et avec son image. Il est beaucoup plus sérieux et attentif aux autres qu’il ne le montre en public.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

Dans le métro depuis hier...

Tu as signé dans une maison de disque un peu branché, Roy Music. C’est amusant parce que tu es plus dans la chanson française intemporelle.

Je ne suis pas branché, mais les deux responsables de ce label ont accepté le projet très rapidement. J’avoue en être étonné.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy musicJe vais dire la vérité ici. On se connait bien. Un soir de novembre, tu m’as invité chez toi et tu m’as fait écouter tes chansons. J’avais dans l’esprit que ça allait être assez traditionnel. Et de chansons en chansons, je me suis surpris à tout aimer… et pas qu’un peu.

Ça m’a fait plaisir. Il ne faut jamais s’y croire, mais j’ai commencé à y croire. Je fais bien la différence. Avec tous les doutes qui me submergent, j’espère quand même avoir une carte à jouer dans ce domaine. La vie, les étoiles qui sont au-dessus de nous, ont l’air de vouloir qu’il se passe quelque chose. Je pense que les gens qui ne sont plus là, parfois, nous protègent et nous envoient des bonnes énergies. A 57 ans, je n’ai plus le temps de faire n’importe quoi… je vais exercer ce métier très professionnellement. A moi d’être digne de cette nouvelle ambition et surtout de mon éditeur, Gérard Davoust. Je ne veux pas décevoir celui qui me fait confiance depuis si longtemps. Il a toujours été là pour moi. Que la vie me laisse ce monsieur jusqu’à au moins120 ans.

frédéric zeitoun,duos en solitaire,interview,mandor,roy music

Après l'interview, le 27 février 2019.