Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28 mai 2015

Dominique A : interview pour Platine "Ce que je pense de la variété"

DominiqueA6.jpg

11169488_1584838841787904_2623166505308741478_n.jpgUn jour, tu téléphones à ton pote attaché de presse chez Cinq7 pour lui demander une interview de Dominique A (qui vient de sortir un superbe album, Eleor) pour le magazine de la variété, Platine. Tu lui dis que tu veux lui faire parler de variété, alors que tu sais bien qu’il n’aime pas vraiment ce genre musical (c’est ce qui te paraît intéressant). Tu lui dis que Juliette, Didier Wampas, Christophe Mali (de Tryo) et Ben l’Oncle Soul ont déjà joué le jeu. L’attaché de presse, qui te connait depuis des années et qui connait aussi ta bienveillance, te dis « pourquoi pas ? » Et il te rappelle très vite pour caler une date.

Le jour J, tu viens dans la maison de disque du chanteur (que tu aimes et que tu interviewes régulièrement). Et tu fais ton boulot. Tu as en face de toi un artiste qui répond à tes questions, le plus honnêtement possible. Certes, sans prendre de gants. Il répond à la hussarde, mais toi tu es content. Tu n’aimes pas le consensuel. Mieux encore, tu aimes bien que le discours ne soit plus formaté, franchisse les lignes. Ça fait du bien. Et ça te change. Dominique A te balance des trucs un peu « hard » (avec le sourire) sur certains artistes que tu aimes beaucoup, mais tu t’en fous. Tu trouves que c’est bien qu’un chanteur s’exprime sans langue de bois, même si tu n’es pas d’accord. Tu estimes que l’opinion de l’autre n’est pas moins bonne que la tienne. Tu es tolérant. Et tu penses que les autres le sont aussi.

Ben non. Quel naïf tu fais!

Les autres, ils n’aiment pas qu’on piétine leurs idoles.

Et tu constates que tes confrères ont lu ton interview. Au moins un en tout cas. Et puis d’autres (les sites "people" les moins regardants sur la déontologie professionnelle) qui copient sur lui sans lire l’article original (,, là, là, et, par exemple). D’autres qui reprennent des extraits sortis de leur contexte. Évidemment, ça fait un peu plus mal.

Tu t’étonnes du bad buzz qui survient (le deuxième de ta carrière après celui-là). Tu ne fais pas ce métier pour ça. Tu fais ce métier pour mettre en avant les artistes, par pour les nuire.

Alors tu espères que Dominique A ne t’en voudra pas et qu’il continuera à te faire confiance. Parce que tu n’as pas envie de ne plus le rencontrer. Tu l’aimes bien Dominique A. Quoiqu’il dise, même s’il critique les chanteurs que tu aimes. La franchise est une valeur que tu apprécies (même si tu ne l’appliques pas toujours).

Voilà donc cette fameuse interview. A vous de vous faire une opinion.

a1.jpg

A2.jpg

DSC00153.JPG

Pendant l'interview le 16 avril 2015, dans les locaux de Cinq7.

A3.jpg

A4.jpg

A5.jpg

DSC00154.JPG

Après l'interview...

31 mars 2012

Dominique A : interview pour "Vers les lueurs"

dominique a,vers les lueurs,livre sur provins,mandor,interview

(Photo: Julien Mignot)

Voici une rencontre que j’attendais depuis longtemps (même si ce n’était pas ma première avec lui). Dominique A est un maître de la belle chanson française. Beaucoup de jeunes artistes se revendiquent de lui. Il le sait, mais reste humble et détaché par rapport à l’image qu’il véhicule. Fausse ou vraie, cette interview réalisée à l’occasion de la sortie de son nouvel album Vers les lueurs était un bon prétexte pour revenir sur sa réputation et sur son œuvre en général… 

Le 13 mars dernier, nous nous retrouvons en tête à tête dans un bureau de son label (Cinq7). Voici l’interview publiée dans ActuFnac daté du mois d’avril 2012 (dans les magasins FNAC à partir de lundi).

dominique a, vers les lueurs, livre sur provins, mandor, interview

dominique a, vers les lueurs, livre sur provins, mandor, interview

dominique a, vers les lueurs, livre sur provins, mandor, interview

Voici un avant goût de Vers les lueurs, le premier clip tiré de cet album : "Rendez-nous la lumière".

Un autre extrait de l'album, mais en live... "Par les lueurs".

Bonus mandorien : Avec Dominique A, on a aussi parlé littérature…

Vous n’êtes pas sans savoir que j’anime depuis 3 ans le Salon du Livre de Provins, grâce à David Sottiez et l’association Encres Vives qui me réitèrent leur confiance chaque année. Ce même David a convié l'année dernière Dominique A à chanter à Provins, ville dont il est originaire. Pour l’artiste, c’était un moment unique et troublant… qui lui a donné envie d’écrire un livre. Explications.

Vous sortez  bientôt un livre de souvenirs, principalement lié à votre enfance…  à Provins (en Seine-et-Marne).

Oui, j’ai écrit sur mon rapport à Provins. Un rapport que je qualifierais d’ambivalent. Je n’aurais pas écrit ce livre s’il n’y avait pas eu un problème.

Vous avez eu envie d’écrire ce livre, quand l’année dernière, vous êtes venue à Provins chanter à l’initiative de David Sottiez dans le cadre du festival Encre Vives.

Oui, et cette journée est devenue la dernière partie du livre. Plusieurs fois, je suis revenu à Provins parce qu’il y a quelque chose qui m’attire et en même temps qui me révulse dans la ville et ses environs. Ce que la ville dégage. Cette espèce de solitude, ce truc qui tire vers le bas. Ces vieilles pierres, cette humidité antique. En même temps, j’ai l’impression que cette ambiance correspond à mon état d’esprit vraiment.

Vous vous êtes, je crois, beaucoup interrogé...

Des interrogations sur : Dans quelle mesure un lieu vous modèle ? Quel effet miroir ou non ? Et ce jour-là, le fait de revenir là-bas pour chanter certaines chansons qui étaient en rapport avec Provins, voir la réaction des gens, je vous assure que j’appréhendais beaucoup. Je me suis aperçu que certaines idées que j’avais préconçues sur moi et sur la ville étaient faussées. Cette journée m’a permis de me rendre compte que j’étais dans l’erreur. À la fin, du livre, je suis dans les rues de la ville et je raconte ce que je ressens, ce que je vois et ce que j’en retire. C’est un portrait de la ville peu engageant et, du coup, je ne suis pas sûr que les Provinois apprécieront particulièrement. Je ne pense pas que l’office du tourisme de Provins mettra en avant ce livre. Après je serais ravi de revoir David pour en parler et participer éventuellement au Salon du Livre de l’année prochaine. Il faut voir…

dominique a,vers les lueurs,livre sur provins,mandor,interview

Avec Dominique A, dans les locaux de sa maison de disque, Cinq7 le 13 mars 2012.