Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04 mars 2014

Nougaro... 10 ans déjà!

nougaro,maurane,le coq et la pendule,nougaro ou l'espérance en l'homme,chronique,culturissimo

nougaro,maurane,le coq et la pendule,nougaro ou l'espérance en l'homme,chronique,culturissimo
Il y a 10 ans, le 4 mars 2004, disparaissait Claude Nougaro.
Je reviens donc aujourd'hui sur mon unique rencontre avec lui.

C'était à Cayenne, en Guyane française, le 25 octobre 1991.

Je me souviens qu’il ne voulait pas donner d’interview.

Aucune, à personne.

Le hasard a fait que l’organisateur du concert, Thierry, était un pote doublé de mon voisin du dessous.

Une semaine avant l'arrivée de ce monument de la chanson française, j’ai donc pratiqué du harcèlement. Du vrai.

J’ai fait le forcing chez lui quotidiennement…

 Las de mes assauts répétés, Thierry a fini par me dire :

-Si j’accepte pour toi, les autres journalistes vont me le reprocher… Je ne peux pas me permettre de me froisser avec le peu de médias importants qu’il y a à Cayenne. 

-Et bien, tu n’as qu’à choisir deux autres confrères et on l’interroge à trois.

Scan10006.JPG

Ainsi fut fait.

Je me suis retrouvé pour RFO dans une petite salle de l’aéroport de Cayenne Rochambeau avec mes confrères de CFM100 et Radio Caraïbes International.

Je n’aime pas du tout exercer mon métier dans ces conditions, mais ça s’est plutôt bien passé.

Très bien même.

Scan10004.JPG
Scan10005.JPG

nougaro,maurane,le coq et la pendule,nougaro ou l'espérance en l'homme,chronique,culturissimoMes deux confrères et néanmoins amis, n’ont fait que tendre les micros. Pas une question. Ils étaient certainement un peu intimidés (ou alors, j'ai monopolisé tout le temps de parole, je ne sais plus bien.)

Je n'ai aucun souvenir de l'échange avec lui... mais je me rappelle d'un Claude Nougaro aimable, bien qu'un peu fatigué par le voyage.

Après l'interview, un petit verre avec l’artiste.

De l’eau, je crois… (je ne parlerai qu'en présence de ma vodka!)

Scan10007.JPG

Donc, merci Thierry d’avoir capitulé...

Concert intégral de "Hombre et Lumière", un film de Maxime Ruiz.

28 septembre 2011

Mort de Cizia Ziké... l'hommage!

cizia-101[1].jpg

"L'écrivain et aventurier français Cizia Zykë, qui avait connu le succès dans les années 1980 avec son roman "Oro", sur ses périples de chercheur d'or, est décédé mardi à Bordeaux à l'âge de 62 ans, au terme d'une vie mouvementée, a annoncé son frère Jean-Claude à l'AFP."

Merde! Les boules.

Ceux qui me connaissent savent que j'aimais ce type-là (que tout le monde n'aimait pas). Il fuyait les médias, mais acceptait pourtant toujours de me voir (même avec un micro).

Je republie donc ma dernière mandorisation.

Elle date du 9 juillet 2009.

 

C’était un soir du mois dernier. J’avais rendez-vous dans un hôtel parisien avec l’aventurier de mon enfance.

Cizia Zikë.

Il pleuvait à torrent.

J’arrive trempé de la tête au pied. Une allure de chien errant.

Je m’ébroue devant l’entrée de l’hôtel, mais me retiens de faire pipi sur le mur.

Personne à la réception. Pendant 10 minutes. Je cherche partout. Aucune âme qui vive.

Ça y est, je suis en retard.

15 minutes plus tard, je vois un type souriant qui arrive tranquillement.

-Ça fait 30 minutes que j’attends ! (Quand je suis en colère, j’exagère toujours un peu.)

-Excusez-moi monsieur, je ne vous avais pas entendu.

C’est un peu normal, il n’était pas là.

Bref, je la fais courte (Waldheim).

Je lui demande de prévenir mon héros que je suis là (et las).

5 minutes plus tard, il descend.

Pas seul.

Avec un jeune homme de 36 ans, au visage avenant.

 

Cizia ne me le présente pas encore.

On parle météo, puis décidons d’aller nous sustenter dans une brasserie du coin, spécialisée dans les poissons.

À notre menu : sole grillée, lotte, pavé de thon purée, avec une modeste bouteille de blanc.

(J’ai le sens de la précision…)

Cizia Zikë me présente son camarade.

Karim Djelouah, 36 ans.

"Le Karim ?", je demande.

Oui, LE.

Karim est un des héros de l’ultime livre de Cizia Zikë. Monsieur Catastrophe et monsieur Pad’chance réunis.

Très curieuse la sensation de diner avec deux personnes dont on vient de lire les aventures.

10.06.09 Cizia Zikë 3.JPG
Cizia Zikë et son "disciple", Karim Djelouah.
10.06.09 Cizia Zikë 5.JPG
Karim tout seul. Hilarant dans Oro and Co.

Pour ceux qui ne le savent pas, Cizia Zikë, pour beaucoup (confrérie dont j’appartiens) est une légende vivante. Le dernier aventurier des Temps modernes.

C’est la deuxième fois que je le mandorise.

La première fois, ça avait fait toute une histoire...

Je n’ai jamais compris pourquoi il acceptait de me rencontrer. Il ne parle jamais (où extrêmement rarement) aux journalistes.

Pas sa tasse de thé.

Avec lui, le facteur humain compte.

Il ne fait pas ce qu’il ne sent pas.

Je crois qu’il a perçu en moi une sincérité et une bienveillance à son égard.

9782265088368R1.jpgLe fait est que nous sommes réunis pour évoquer Oro and Co. Il y raconte dans les premières pages son aventure éditoriale, puis très vite, sa dernière aventure dans la jungle amazonienne. Au Surinam et en Guyane française.

Au début, Cizia veut bâtir une ville au bord du fleuve, puis il devient trafiquant d’or pour pénétrer le monde des garimpeiros, les orpailleurs clandestins brésiliens qui pillent l’or de la Guyane française.

 

Voici un podcast de 4 minutes enregistré ce soir de pluie et de poissons.

Il vous permettra d’en savoir plus.

 
podcast

Et d'autres questions venues glanées ici et là, pendant le repas.

 

-Votre réputation sulfureuse, vous arrange-t-elle dans vos nouvelles aventures ?

 

-Non, pas du tout. Elle me dérange. Ma réputation a démarré avec la question de Pivot, en 1984, quand je suis allé présenter Oro (voir à la toute fin de la note). Il m’a demandé si j’avais déjà tué. C’est le genre de question à laquelle il est impossible de répondre. Si je dis la vérité, que je n’ai jamais tué quiconque et que je préfère préserver la vie humaine, ça ne marche pas. Pour beaucoup, je n’ai pas pu aller dans tous les coins chauds de la terre pour y faire du bizness sans avoir du sang sur les mains. J’aurais eu à me disculper ou à me justifier, j’ai donc toujours éludé la réponse.

 

10.06.09 Cizia Zikë 1.JPG
Zikë version sourire...

-Que pensez-vous de votre lectorat ?

 

-Du bien évidemment. Là aussi, on fantasme sur mes lecteurs. J’ai lu maintes fois qu’ils étaient constitués uniquement de fachos, de gens d’extrême droite, de fascistes… il y en a, je le sais bien, mais ce n’est pas tout mon lectorat. Vous, je sais que vous me lisez depuis des années, vous n’êtes pas comme ça je suppose ? Il y a beaucoup de femmes qui me lisent, mais aussi des jeunes en quête d’aventures, de dépaysement et de liberté… Ce sont, d’ailleurs, souvent les parents qui ont donné mes livres à leurs enfants. Je vends la liberté et la liberté ne devient pas obsolète, ni le désir d’entreprendre, soit dit en passant. Ma légende est parfois lourde à porter, mais il n’y a rien que je puisse faire pour la mettre en miette.

 

10.06.09 Cizia Zikë 4.JPG
Zikë, version "faut pas me chercher"...

-Quels sont les inconvénients liés à la réputation qui colle à votre peau ?

 

En Guyane, par exemple, quand je me suis fais arrêter, je savais que j’étais dans l’illégal depuis le début, mais c’était pour effectuer une enquête. Et quand on effectue un travail de journaliste d’investigation, tous les moyens sont bons, n’est-ce pas ? Comme on me prête encore l’image d’aventurier, le juge d’instruction a été choqué que je puisse être un enquêteur. Alors que j’ai déjà enquêté sur la drogue à Amsterdam par exemple… mais qui que ce soit que je rencontre représentant la justice préfère ne voir de moi que le côté malfrat. Du coup, ce juge m’a interdit de fréquenter la moitié de la Guyane, et évidemment, la partie la plus intéressante pour mon enquête. Je vais donc retourner à Cayenne pour aller négocier le droit d’aller partout. Je ne lâche jamais vous savez.

 

Pourquoi avoir signé chez Fleuve Noir ?

J’étais en guerre contre tous les éditeurs parisiens, comme je l’explique dans mon livre. Depuis mon premier roman, j’ai eu des relations bizarres avec ces gens-là. Je me suis heurté au manque de respect et à l’hypocrisie. J’ai fait entre 10 et 12 maisons d’édition. Chez Fleuve Noir, les gens ont l’air honnête…

 

10.06.09 Cizia Zikë 2.JPG

Je remercie d’ailleurs ici Estelle Revelant, l’attachée de presse de Fleuve Noir, (que je connais un peu) et qui m’a organisé cette rencontre rapidement et impeccablement.

Voici, pour finir, mon article paru dans le Culturissimo du mois de juin qui vient de sortir (et trouvable dans les espaces culturels Leclerc).

Scan10001.JPG
Le milieu de l'édition étant ce qu'il est, Pocket en profite pour sortir conjointement son premier best-seller planétaire, Oro (1984).
OroPocket[1].jpg
La meilleure publicité que je puisse faire pour ce livre, c'est de vous proposer l'interview culte de Bernard Pivot dans Apostrophes en 1984, à la sortie d'Oro.
Un Pivot destabilisé et un Zikë calme et implacable.
A voir en intégralité... car gratiné.

04 janvier 2010

Lhasa fait mal les choses, finalement...

 Scan10002.JPG
J'avais scanné et publié mon article publié dans "Culturissimo" sur le dernier album de Lhasa le 28 avril dernier.
Le titre de ma note s'intitulait : Lhasa fait bien les choses.
J'ai donc changé d'avis...
Ce matin, son attachée de presse française m'a envoyé ce communiqué officiel (pour diffusion immédiate).

Montréal, Québec, Canada le dimanche 3 janvier 2010
La chanteuse Lhasa De Sela est décédée à son domicile de Montréal pendant la
soirée du 1er janvier 2010, un peu avant minuit.
Un cancer du sein qu’elle a combattu avec courage et détermination pendant plus de
21 mois l’aura finalement emportée.
Durant cette période difficile elle a continué à toucher la vie des gens qui
l’entouraient avec la grâce, la beauté, et l’humour qui la caractérisaient.
Elle a aussi réussi à terminer l’enregistrement de son dernier album et à assurer son
lancement sur scène au Théâtre Corona de Montréal et au Théâtre des Bouffes du
Nord à Paris. Les deux concerts donnés en Islande au mois de mai auront été les
derniers où elle aura interprété ses vibrantes chansons.
Elle préparait une grande tournée internationale qui devait commencer à l’automne
2009 et qui a dû être annulée. Elle travaillait également sur un prochain album  où
elle voulait interpréter des chansons des grands artistes chiliens  Victor Jara et
Violeta Parra.
Lhasa De Sela est née le 27 septembre 1972 à Big Indian dans le nord de l’Etat de
New-York.
Elle aura vécu une enfance originale, marquée par de longues périodes  nomades
avec ses parents et ses sœurs dans un bus à travers les Etats-Unis et le Mexique.
Dans ce bus, les enfants improvisaient de petites pièces de théâtre devant les
parents, soir après soir. Elle a grandi dans un univers qui lui a permis de découvrir le
monde loin de la culture conventionnelle.
Lhasa est devenue plus tard l’exceptionnelle artiste que le monde entier a découvert
avec La Llorona (1997), The Living Road (2003) et enfin Lhasa (2009). Ses trois
albums se sont vendus à plus d’un million d’exemplaires à travers le monde.
Il est difficile de décrire sa présence scénique et sa voix unique qui ont contribué à
en faire une icône dans plusieurs pays. Voici certains adjectifs qui ont été utilisés par
des journalistes : passionnée, sensuelle, indomptable, douce, profonde, troublante,
incantatoire, hypnotisante, feutrée, puissante, intense, millénaire.
Lhasa avait une façon unique de communiquer avec le public. Elle osait ouvrir son
cœur sur scène ce qui permettait aux spectateurs de sentir une intime connexion, de
se  sentir en communion avec elle. Elle aura marqué profondément plusieurs
personnes à travers les nombreuses villes et pays qu’elle aura visités.
Jules Beckman, un ami de longue date, a trouvé ces mots :
We have always heard something ancestral coming through her. She has always
spoken from the threshold between the worlds, outside of time
She has always sung of human tragedy and triumph, estrangement and seeking with
a Witness's wisdom.!She has placed her life at the feet of the Unseen.»

Lhasa laisse dans le deuil son conjoint, Ryan, ses deux parents, Alejandro et
Alexandra, sa belle-mère, Marybeth,  ses 9 sœurs et frères (Gabriela, Samantha,
Ayin, Sky, Miriam, Alex, Ben, Mischa et Eden), ses  16 neveux et nièces, son chat
Isaan, ainsi que de très nombreux amis, musiciens et compagnons de travail qui l’ont
accompagnée durant sa carrière, sans compter ses innombrables admirateurs à
travers le monde.
La famille et les proches ont pu vivre leur deuil paisiblement depuis deux jours et ont
énormément apprécié cette importante période d’intimité et de recueillement.
Les funérailles seront réservées à la sphère privée.
Il a neigé plus de 40 heures à Montréal depuis son départ. 

lhasa.jpg
Voici le clip de Rising, extrait du troisième (et donc ultime) album de Lhasa.

Et la version enregistrée aux Bouffes du Nord le 11 mai dernier:

10 novembre 2009

Pascal Obispo : Welcome to the Magic World of Captain Samouraï Flower!

 

Scan10003.JPG
Voici mon article sur le nouvel album de Pascal Obispo paru dans le Culturissimo du mois dernier.
Suit le podcast de mon entretien avec lui... et la version filmée et montée.
(Comment décliner une interview en 3 médias : presse écrite, radio et webtv...)
Scan10004.JPG
Scan10005.JPG
Scan10006.JPG
Et voici l'interview intégrale (dont je me suis inspiré pour écrire cet article).
Pascal Obispo m'a reçu le 21 septembre dernier dans son studio d'enregistrement perso (le Studio O) à Suresnes.
csfplateforme.jpg
Première partie : le point de départ du projet "Captain Samouraï Flower". Pourquoi un super héros pour évoquer l'écologie? Pascal Obispo est-il un super héros pour son fils, Sean?
podcast
Deuxième partie : le travail du graphiste/illustrateur Mark Maggiori. Que va-t-il se passer sur scène? L'année 1967, l'année idéale de la musique. Petites piques sur ses collègues chanteurs français...
podcast
02072016-photo-pascal-obispo-alias-le-captain-samourai-flower.jpg
Troisième partie : A-t-il tissé une toile d'araignée depuis le début de sa carrière? Pourquoi a-t-il joué tous les instruments seul pour cet album?
podcast
Quatrième partie : Comment Pascal Obispo a-t-il travaillé ce disque? La musique... est-ce un jeu? Star Wars, film visionnaire.
podcast
Cinquième partie : Comment se prépare-t-on à la guerre pour que l'écologie prime? Pascal Obispo, artiste rock? Son combat contre le SIDA.
podcast
l_80c0fc7b0d244c7a9de84fc9ae78c70f.jpg
Sixième partie : Un artiste sert à améliorer la vie des autres. Pascal Obispo démago?
podcast
Septième partie :
Est-il touché par ce que l'on dit de lui? Pascal Obispo n'a jamais voulu être chanteur. Produire les autres améliore son homme... La scène, essentielle dans sa vie.
podcast
Huitième (et dernière partie) : Ses super héros préférés? Sait-il quand un album est terminé? Être ou (surtout) ne pas être un "people"...
podcast
Sachez pour finir que cette interview a été filmée (en 2 parties, très montées et embellies) pour Musiquemag.com.
La voici :

29 octobre 2009

Pierre Lapointe...

Scan10006.JPG
4 chansons tirées de l'album...
Scan10016.JPG

14 octobre 2009

Cécilia Bartoli, divine diva!

0002894781523_600.jpg

Il y a quelques jours,  j'ai interviewé une chanteuse d'opéra. Une des plus grandes au monde.

La diva Cécilia Bartoli. A l'occasion de la sortie de son nouvel album évènement: Sacrificium.

Présente-t-on encore Cecilia Bartoli ? La star du chant n’a plus besoin de se montrer. Ses concerts affichent plus que complet, ses disques s’arrachent. Elle triomphe partout. Elle pourrait s’enfermer dans la tour d’ivoire qu’on bâtit autour d’elle. Se rendre inaccessible. Si elle reste discrète, secrète, elle ne rechigne jamais à donner de sa personne pour offrir sa passion : la musique.

Pour Virgin, j'avais rendez-vous avec elle dans un palace parisien. Malheureusement, j'ai chopé un virus quelques jours avant. J'ai donc dû déclarer forfait pour un tête-à-tête. L'attachée de presse m'avait pourtant prévenu: "Cécilia n'aime pas les interviews par téléphone!". J'ai rétorqué que « moi non plus ! », mais que  j'étais encore contagieux.

Donc, quand deux personnes qui n’aiment pas causer à travers un combiné causent dans un combiné, ça donne un bon moment quand même. Cécilia Bartoli semble symboliser la gentillesse personnifiée.

Avant d’écouter, voici le résultat de notre entretien pour le journal :

Scan10027.JPG
Scan10028.JPG
2%253A13%2520CeciliaBartoli_02.jpg
Scan10029.JPG
Le version intégrale de l'interview (téléphonique, donc).
Première partie: Intro-hommage aux castrats? - des jeunes garçons sacrifiés...

podcast
Deuxième partie: L'école de Nicola Porpora - le mystère de la musique des castrats - Farinelli: Michaël Jackson de l'époque...

podcast
Troisième partie (et dernière): L'émotion et l'expressivité des castrats - la pochette du disque - les prochains concerts...

podcast
Avant de se quitter, une page de pub:
sacrificium_specs_content_19.jpg

26 septembre 2009

Interview de Wax Taylor...

WAXTAILOR5[1] thomas lavelle.jpg
(Photo Thomas Lavelle)
J'ai vraiment découvert l'univers de Wax Taylor en bossant sur son nouvel album... en sachant que je devais l'interviewer, je me suis replonger dans son oeuvre.
Et je suis (re)tombé sur ce genre de pépite.

"Positively Inclined".

"The Games You Play".

"We Be".

Halte à la nostalgie, parlons du présent.
L'actualité de Wax Taylor, c'est la sortie de son nouvel album "In The Mood For Life".
Un pur joyau inclassable.
Dans l'ordre, voici l'interview pour Culturissimo, la version "podcasté" et son nouveau clip...
cover_HD_ok[1].jpg
Scan10003.JPG
mur_bleu-_camille_roumane[1].jpg
Scan10006.JPG
WAXTAILOR6[1] thomas lavelle.jpg
(Photo: Thomas Lavelle)
Scan10005.JPG
Le podcast en 4 parties de 4 minutes... (et je ne remercie ni Bouygues, ni SFR...)
P1000731d.jpg
(Avec Wax Taylor au Saut du Loup, Paris, 22 juillet 2009)
Première partie:
-Wax Taylor, qu'est-ce que c'est?
-Artiste indépendant et global qui gère tout de A à Z.

podcast
Deuxième partie:
-Dans quel tiroir peut-on ranger son oeuvre?
-Artiste "populaire" et metteur en son sous influence.

podcast
Troisième partie:
-Apprécie-t-il les récompences et nominations (Victoires de la Musique)?
-Evolution du "projet Wax Taylor".
-Sa façon de travailler.
-La scène.

podcast
Quatrième partie:
-La fidélité dans le travail.
-Son duo avec Charlie Winston.
podcast

Et pour finir, le nouveau clip de Wax Taylor: "Say Yes".

16 juillet 2009

Interview d'Izia.

Z'avez vu? Je signe Mandor dans Culturissimo... et par mon vrai nom dans Virgin. Je deviens schizo.

Scan10001.JPG
Un quart d'heure de ma conversation téléphonique avec Izia monté en 5 minutes:

podcast

isser-bouffer-par-la-morosite-la-resignation-jacques-higelin-a-l-ecole-on-nous-dit-allez-c-est-fini-assez-rigole-mais-on-ne-rigole-jamais-assez,M24555.jpg

01 juillet 2009

Christophe Willem... interview!

Je l'avais oublié celle-là. L'interview du mois dernier (juin) de Culturissimo.

Scan10001[1].JPG
Scan10004[1].JPG
Scan10005[1].JPG
Le podcast (monté en 2 x 3 mn) de ma conversation téléphonique avec Christophe Willem:
Première partie:
podcast
Deuxième partie:

podcast
Pour finir, une interview de Christophe Willem et de Skye (citée dans l'interview) agrémentée d'extraits de l'album...

17 mai 2009

Exercice de style avec Isabelle Alonso...

eho_alonsop sandrine roudeix.jpgVous n’êtes pas sans savoir que je travaille pour deux magazines gratuits de magasins culturels.

Je m’occupe de toutes les pages « Musique » de Virgin et de Culturissimo (espaces culturels Leclerc).

Parfois, je participe aux pages « Livres ».

Le mois dernier, je me suis trouvé confronté à un exercice pas si évident que cela.

Écrire deux interviews de la même personne pour les deux journaux.

En l’occurrence Isabelle Alonso pour son nouveau livre roman/bio Fille de Rouge.

 

Le 10 avril dernier, nous nous sommes donc donnés rendez-vous (comme à chaque fois que je dois chroniquer un de ses livres) au Bar de l’Hôtel du Louvre.

On se commande une coupette de champagne (à 23 euros l’une… Gasp !) et nous parlons de l’ouvrage en question.

 

Ensuite, dans la foulée, je rentre chez moi et décortique l’entretien enregistré.

 

Et ensuite (bis), je rédige.

 

Et ensuite (ter), je partage le résultat de nos échanges en deux parties.

La difficulté est de ne pas écrire deux fois le même article.

Je tente de trouver des angles différents.

 

Dès ce qu’on appelle « le chapô », je dois résumer en deux/trois phrases le livre en deux versions.

Voici celle de Culturissimo :

 

Scan10004.JPG

Et celle de Virgin :

 

Scan10010.JPG

Quasiment la même chose, mais différent.

 

Et pour l’interview résumée…

Version Culturissimo :

Scan10005.JPG
Scan10006.JPG
10.04.09 Isabelle Alonso 1.jpg
Après l'entretien, le 10 avril 2009.

Et version Virgin :

 

Scan10011.JPG
Scan10013.JPG
10.04.09 Isabelle Alonso 2.jpg
Crédits photos: barman du bar de l'Hôtel du Louvre.