Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23 avril 2021

Clio: interview pour L'amour hélas

clio, l'amour hélas, interview, mandor

(Photos : Mélanie Elbaz)

clio,l'amour hélas,interview,mandorClio est de Besançon. Elle a beaucoup écouté Alain Souchon et Barbara, puis plus tard Vincent Delerm et Alex Beaupain. On le savait depuis son premier album éponyme en 2016 (mandorisation ici à cette occasion), et Déjà Venise l’avait confirmé en 2019 : Clio dessine une carte du Tendre contemporaine et post-romantique à la fois (dixit Bertrand Dicale).

Ses complices Florian Monchatre, Augustin Parsy et Paul Roman ont arrangé les dix nouvelles chansons de l’album L’amour hélas, avec des claviers vintage, des nappes faussement rêveuses. Et puis il y a le miracle de "L’Appartement", chanson qu’elle rêvait en duo, et pour laquelle a craqué Iggy Pop. On en reparle plus bas avec elle.

Le 15 avril dernier, de passage à Paris, nous avons devisé sur ce troisième album.

Son site officiel.

Sa page Facebook officielle.

Pour écouter le disque.

Biographie officielle par Betrand Dicale (extraits) :clio,l'amour hélas,interview,mandor

Navrée et mutine à la fois, Clio a quelque chose d’une Barbara rewritée par Marguerite Duras ou d’une Lio revue par Nick Cave. La ville est endormie, le mec n’a rien compris, l’automne dure toute l’année et elle prend des notes sur un ton calme et cinglant, qu’elle dépose sur la houle de claviers et de boîtes à rythmes flegmatiques. 

L’Amour hélas, le troisième album de Clio, parle de couples qui se séparent, qui se sépareront ou qui se sont séparés. On a quitté Paris, on part en voyage à Berlin, on revient à Paris puis finalement non. Il pleut, on devrait être malheureux mais il n’y a pas de quoi, puisque de toute façon ça finit toujours comme ça...Et ces chansons désolées sont très douces. Il y flotte un sourire opiniâtre derrière les constats de faillite, une ironie obstinée derrière les larmes…

clio,l'amour hélas,interview,mandorClio dessine une carte du Tendre contemporaine et post-romantique à la fois. Elle croit en l’amour tout en sachant qu’il n’y faut pas croire, un peu comme jadis des personnages de Truffaut ou de Rohmer (d’ailleurs, beaucoup l’ont découverte avec sa chanson « Éric Rohmer est mort » en 2016).

Certes, elle habite bien ses textes mais elle n’a pas autant de chagrins d’amour qu’elle en chante. Tout vient de l’écriture, plaisir ancien et métier récent. Entre spleen tendre et tendresse amère, entre ivresses abandonnées et abandons amoureux, Clio navigue avec une douceur à la fois triste et vaillante.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

(Photo : Mélanie Elbaz)

Interview :

Ce disque est la continuité du précédent Déjà Venise.

C’est dans mon deuxième album que je suis allée vers mes goûts. J’ai donc gardé la même équipe pour faire ce troisième disque. J’ai l’impression de jouer de la musique qui me ressemble et je fais tout pour ne pas me perdre en route.

Tu chantes toujours des chansons d’amour un peu désillusionnées, mais tu as l’art de trouver des angles inédits.

Même quand j’essaye d’écrire quelque chose qui n’a rien à voir, j’en reviens toujours à des histoires entre deux personnes et aux sentiments. J’ai du mal à aller dans une autre direction.

Clip de "Elle voudrait".

Souvent, pour ne pas dire toujours, les héroïnes de tes chansons ne se sentent pas à leur place et elles veulent toujours ce qu’elles n’ont pas.

Tu as peut-être raison, je ne m’en suis pas vraiment aperçue. Je pense que c’est parce que j’ai souvent cette impression : ne pas être exactement à l’endroit où je dois être. Par exemple, avant de me diriger vers la musique, je ne savais pas comment je pouvais utiliser mes écrits. J’écrivais tout le temps, mais je ne voyais pas sous quelle forme mettre en avant mes textes. Je crois que j’ai pris le bon chemin.

Le bon chemin musical ou personnel ?

A tout point de vue. C’est pour ça que j’écris souvent à la troisième personne. Parce que ce que je raconte, c’est derrière moi. Ce sont des choses que j’ai vécues dans le passé et qui m’ont beaucoup préoccupées. Je pense que l’on parle mieux des choses quand on n’est pas en plein dedans. Aujourd’hui, je me sens à ma place.

Tu n’as pas besoin de souffrir pour écrire, comme beaucoup d’artistes ?

Si on considère qu’un artiste doit souffrir pour créer, je ne dois pas être artiste (rires). J’ai une vie très tranquille depuis que j’existe. Je n’ai jamais traversé de grands tourments. Parfois, quelques petites mélancolies passagères me traversent, mais ce n’est pas ce qui me pousse à écrire.

Tes chansons sont effectivement très mélancoliques.

C’est un état que je reconnais tout à fait. La mélancolie, ce n’est pas de la tristesse. Je l’accepte tout à fait.

Clip de "L'appartement" avec Iggy Pop.

clio,l'amour hélas,interview,mandorParlons du duo avec la légende du rock Iggy Pop dans « L’appartement ». Comment on le « décroche » pour un duo ?

Si tu savais comme l’histoire est simple. La réponse est minuscule par rapport à Iggy Pop (rires). On lui a envoyé la chanson par le biais de son agent en France. Il y a eu quelques petits intermédiaires qui ont été très efficaces et rapides. Il a répondu qu’il aimait beaucoup ce texte et qu’il était d’accord pour la chanter. Ça a été d’une simplicité incroyable.

Tu étais fan de lui ?

Pas vraiment, mais je le suis devenue. Il a été merveilleux dans les échanges que nous avons eus. Quand j’ai écrit ma chanson, j’avais dans la tête l’idée d’un duo avec un homme avec une voix grave et un accent anglais. En disant ça à Hugo, mon agent/manager, je ne sais pas trop comment l’appeler, il s’est souvenu d’une chanson qu’Iggy Pop chantait en anglais, du coup on a écouté le disque qu’il a sorti où il chante des classiques en  français. J’ai adoré et ça correspondait exactement à mes rêves pour « L’appartement ». Du coup on a tenté et ça a marché. Aujourd’hui, j’ai encore du mal à réaliser. Je n’ai pas encore fait le lien entre lui et moi.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

(Photo : Mélanie Elbaz)

Tu es contente de comment les choses tournent pour toi ?

Je suis ravie. Je sais bien que je n’ai pas encore une grosse notoriété, mais j’ai l’impression de construire tranquillement les choses. Je n’ai pas du tout envie que ma carrière aille plus vite. J’aime le rythme que j’ai pris. Je n’ai pas de rêves de tourbillons. Mon rêve autour de ce métier, c’est de pouvoir écrire des chansons et de fabriquer une œuvre. Je veux juste vivre de mon art, mais si en plus la notoriété arrive, je ne m’en ficherai pas. Je fais ce métier avec passion.

Je trouve que ce que tu fais dans la musique est assez unique en 2021. Je ne parviens pas à te comparer à d’autres artistes.

Ça me fait plaisir, mais j’ai l’impression que personne n’invente rien. Quand j’entends ce qui sort aujourd’hui, je n’ai pas envie de m’accrocher aux wagons, j’ai même plutôt le réflexe inverse.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu écris tout le temps ?

Oui. J’ai toujours plein de textes en construction. Ce disque est sorti un peu vite par rapport au précédent, parce qu’il y a eu le confinement qui a correspondu au moment où je me suis acheté un piano. Du coup j’avais un piano, une maison sans voisin et du temps. Pendant ces mois enfermés, j’ai aussi écrit frénétiquement.    

C’est plus simple aujourd’hui pour toi d’écrire ?

Non, parce que je suis plus exigeante qu’avant.

Clip de "Ai-je perdu le nord".

 Dans « Ai-je perdu le nord », tu te demandes où sont passés les gens, « est-ce que tout le monde est mort ». Il n’y a plus personne à Paris… tu as écrit cette chanson pendant le confinement ?

Cette chanson a été écrite avant. Quand le confinement est arrivé, nous étions en train de faire les arrangements. Du coup, le refrain raisonne de manière spéciale.

Je sais que tu vas écrire des chansons pour la réalisatrice Isabelle Maurel.

Oui, du coup, pour cet album, elle réalise tous mes clips.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

(Photo : Mélanie Elbaz)

Pour elle, tu vas devenir l’Alex Beaupain de Christophe Honoré ?

J’ai toujours trouvé géniale leur complicité. Je serai très heureuse de faire le même genre de collaboration.

Ce nouvel album, c’est celui que tu préfères ?

Oui, je pense. J’ai l’impression qu’il n’y a pas de pas en dehors de la route que je veux suivre.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

Après l'interview, le 15 avril 2021.

clio,l'amour hélas,interview,mandor

10 mai 2016

Clio : interview pour son premier album

clio,chanteuse,interview,mandor

clio,chanteuse,interview,mandorEt Clio, tu connais ? Cette question récurrente posée par mes confrères journalistes spécialisés dans la chanson française commençait à m’agacer. A cela, je répondais. « Oui, ce qu’elle fait est plutôt bien troussée ». Réponse un peu vague que l’on peut attribuer à de nombreux artistes. Réponse mensongère, de surcroît. J’aurais dû répondre, vexé comme un pou : « pas du tout, lâchez-moi avec cette Clio que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam », mais ce n’est pas digne d’un journaliste spécialisé dans la chanson française de mon envergure. J’ai ma réputation et une crédibilité professionnelle sans faille à protéger.

Bref, un beau jour (ou peut-être un nuit), je reçois le disque de Clio (non, je n’avais pas eu, entre temps, la curiosité de chercher sur YouTube deux, trois vidéos de la demoiselle, histoire que je me fasse une idée et que je puisse répondre avec honnêteté). Et je l’écoute, donc. Une voix douce et « emportante » (qui nous emporte, quoi !), des chansons empreintes de mélancolie, une écriture subtile, des mélodies discrètement accrocheuses. Je ne sais pas pourquoi j’aime, mais j’aime. Elle sort du lot de la multitude de chanteuse à texte s’accompagnant seule à la guitare. Je lis l’argumentaire qui accompagne le disque de cette diplômée de Lettres Modernes. 

« Il y a autant d’histoires chez Clio que d’introspections. Sans nostalgie. A peine le fond de mélancolie nécessaire à l’hygiène de l’âme. Clio interroge la relation, la questionne du haut de ses 28 ans, de sa langue élégante, de ses métaphores-sémaphores. En noir et blanc, en couleurs, avec subtilité et malice. Avec tantôt un zeste d’ironie à l’encre sympathique, tantôt un humour franc et clairement affiché. »

On ne saurait mieux dire.

clio,chanteuse,interview,mandor

Clio est donc venue le 23 mars dernier dans les locaux de Webedia pour une première mandorisation (quelques jours avant qu’elle ne reçoive les trois f de Télérama, j’ai donc rencontré une chanteuse en devenir encore humble et sans garde du corps (oui, ça va, je plaisante !))

Biographie officielle :clio,chanteuse,interview,mandor

Clio écrit des histoires, et chanter l'amuse.

Avec sa voix unique, elle promène ses jolis textes, poussés par des mélodies qui rentrent dans la tête. Elle parle de balades seule à observer le monde, de garçons pas vraiment les bons, de petits morceaux de vie qui laissent un goût sucré, ou iodé.

Son premier album est sorti le 1er avril 2016 (uGo&Play / L'Autre Distribution).

Clio vient de remporter le 1er Prix du Tremplin Francophone Le Mans Cité Chanson 2016 et fera partie du Mégaphone Tour 2016/2017.
Et un peu avant : Clio a remporté en 2015 le premier prix du Carrefour de la Chanson de Clermont-Ferrand, et le 3ème prix de la médaille d'or de la chanson de Saignelégier. Elle était en juin 2015 dans les 6 finalistes du radiocrochet "Partons en Live #LaReleve" de France Inter présenté par André Manoukian

clio,chanteuse,interview,mandor

clio,chanteuse,interview,mandorInterview :

Ta passion pour la musique vient-elle de ton enfance ?

Pas du tout. Mes parents sont profs et ils ne m’ont pas incité à jouer de la musique étant petite. Mes frères et sœurs eux en faisaient. C’est amusant parce qu’aujourd’hui, je suis la seule à faire faire ce métier.

Quand as-tu envisagé de faire de la musique et de chanter alors ?

Depuis toute jeune, j’écrivais beaucoup et plein de choses différentes dans des cahiers qui trainaient partout. Vers 22 ans, j’ai appris un peu la guitare, du coup, ça m’a incité à chanter. J’ai commencé en interprétant avec deux accords de guitare le répertoire de Georges Moustaki et de Maxime Le Forestier. Ensuite, j’ai essayé de mettre des accords et des mélodies à moi sur certains de mes textes. J’ai beaucoup travaillé parce qu’au départ, ce que je faisais n’était pas encore façonné pour la chanson. Un jour, j’ai estimé que je pouvais me lancer. J’ai tout de suite compris que j’aimais faire ça. Cela m’a surpris parce que c’était inattendu que je me dirige dans cette voie-là.

Et tu aimais chanter ?

En tout cas, je ne me sentais pas légitime. Je n’avais jamais voulu chanter et ça m’intimidait de le faire. Aujourd’hui, j’écris avec l’idée que je vais chanter moi-même mes textes, mais ce n’était pas le cas à l’époque. Je n’envisageais même pas de chanter sur scène, cela me faisait bien trop peur.

"Eric Rohmer est mort".

Quand as-tu sauté le pas ? (Photo à droite : Annie-Claire Hilga)clio,chanteuse,interview,mandor

Il y a quatre ans, pour mon anniversaire, mes parents  m’ont offert un petit papier sur lequel était écrit : « Bon pour enjoliver tes chansons ». J’ai vu sur le site de Jérémie Kisling qu’il proposait des ateliers. Je cherchais quelqu’un qui puisse m’aider à faire des arrangements à mes chansons. Cela correspondait à ce qu’il proposait. Grâce à mon bon, j’ai pris deux heures d’atelier avec lui à Paris. Je lui ai fait écouter deux chansons et il a beaucoup aimé. Il m’a dit qu’on allait faire un disque. A partir de là, nous avons travaillé ensemble pendant un an. Après, ça s’est un peu compliqué avec lui, alors nous avons interrompu notre collaboration. J’ai rencontré Ugo Berardi, qui travaillait pour la boite de production de Jérémie. Il a aimé mon travail et en avril 2014, il a envoyé des chansons à moi aux Trois Baudets. Le mois suivant, j’étais programmée. Il a fallu que je trouve un guitariste pour m’accompagner et Ugo m’a présenté Gilles Clément. 

Comment s’est passée ta première scène aux Trois Baudets ?

Je n’étais pas sûre de parvenir à chanter, mais au final, c’était vraiment très bien. Bien sûr, c’était maladroit, mais j’ai vraiment eu l’impression que j’avais donné quelque chose aux personnes présentes dans la salle. C’était une curieuse sensation que de partager avec les gens. C’était fort. La deuxième fois que je suis revenue chanter dans cette salle, j’ai l’impression que c’était moins bien, parce que je n’ai pas retrouvé la magie du premier soir.

Clip de "Des équilibristes".


Tu es en dispo de l’éducation nationale depuis trois ans. Il va falloir que tu finisses par choisir définitivement:

Pour le moment, j’ai fait le choix de laisser mon métier d’institutrice pour me consacrer à 100% à la chanson. On ne peut pas faire ce métier en dilettante, il me semble. Je fais tout pour reculer l’échéance, mais au mois de juin, je vais être obligée de démissionner.

J’ai l’impression que les choses vont vite pour toi, ressens-tu la même chose ?

Je vois comment ça se passe pour les uns et pour les autres, je suis obligée de constater qu’effectivement, il se passe beaucoup de choses pour moi en ce moment. J’ai un début de parcours rapide, voire idéal.

Tu n’es pas passée par la case EP, directement tu sors un album.

On voulait sortir un EP, mais c’est mon attachée de presse, Patricia Espana, qui m’a incitée à sortir directement un album. Elle croyait en moi et elle a considéré qu’elle allait réussir plus facilement à  capter l’attention sur moi si j’avais un album complet.

Que penses-tu de ta voix ?

Je n’ai aucune idée de ce qu’elle peut produire sur les gens. C’est ma voix, je fais avec puisque je veux être l’interprète de mes propres chansons.

clio,chanteuse,interview,mandor

Pendant l'interview...

Alain Cluzeau, le réalisateur de ton album a choisi de mettre en avant ta voix. C’est un grand réalisateurclio,chanteuse,interview,mandor qui a travaillé pour pléthores d’artistes. Comment cela s’est passé avec lui ?

Il a toujours été très réservé. C’est lui qui a choisi les titres qui figurent sur le disque. Plusieurs chansons sont parmi les plus vieilles de mon répertoire, des chansons de jeunesse, des chansons à chutes comme « Le coiffeur ». C’est un peu du gâchis autant de chansons qui ne me correspondent plus aujourd’hui. Bon, j’ai décidé de faire confiance…

Tu ne le regrettes pas aujourd’hui, je suppose ?

Je ne sais pas encore. Les chansons récentes et que j’aime bien seront donc sur un prochain album, j’espère.

Arrives-tu à te considérer comme une chanteuse ?

Je voudrais juste plus assumer le fait d’aller sur scène. J’aimerais bien être plus « fortiche ».

Idéalement, comment envisages-tu la suite ?

Je n’ai jamais été très forte pour me projeter dans l’avenir. Je ne prévois rien, mais ce qui me plairait c’est de pouvoir continuer tranquillement à chanter et à vivre de ce métier.

clio,chanteuse,interview,mandor

Le 23 mars 2016, après l'interview.