Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 avril 2016

Claire Favan : interview pour Serre moi fort.

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

Claire Favan, de livre en livre, devient notre Stephen King à nous. Elle ne se contente pas d’écrire des thrillers d’une efficacité redoutable, elle prend un malin plaisir à nous terroriser. Elle l’assume, comme elle me le disait dans sa deuxième mandorisation : « Je pense toujours à ma mère qui, un jour, a refermé un livre de Stephen King en disant : « C’est génial ! C’est l’histoire d’un tueur en série. Je n’avais jamais lu un livre comme ça ! ». Ce jour-là, elle m’a donné une deuxième naissance. » 

(La première mandorisation (où elle n'était pas toute seule) est .)

Dans ce 5e roman, Serre moi fortClaire Favan nous raconte l’enquête du policier Adam Gibson sur un charnier où toutes les victimes sont des femmes. Une fois de plus, Claire ballade le lecteur dans tous les sens. Son nouveau thriller est d'une noirceur à vous couper le souffle. Le 15 mars dernier, je suis allé la rejoindre dans un bar parisien pour évoquer ce nouveau livre (notamment).

claire favan,serre moi fort,interview,mandor4e de couverture :

« Serre-moi fort. » Cela pourrait être un appel au secours désespéré.
Du jeune Nick, d'abord. Marqué par la disparition inexpliquée de sa sœur, il est contraint de vivre dans un foyer brisé par l'incertitude et l'absence. Obsédés par leur quête de vérité, ses parents sont sur les traces de l'Origamiste, un tueur en série qui sévit depuis des années en toute impunité.
Du lieutenant Adam Gibson, ensuite. Chargé de diriger l'enquête sur la découverte d'un effroyable charnier dans l'Alabama, il doit rendre leur identité à chacune des femmes assassinées pour espérer remonter la piste du tueur. Mais Adam prend le risque de trop, celui qui va inverser le sens de la traque. Commence alors, entre le policier et le meurtrier, un affrontement psycho logique d'une rare violence...

Ce qu’ils en disent :

« Monstrueusement magistral, horriblement bon ! » Bruno Lamarque, Librairie de la Renaissance, Toulouse.
« Intime, violente, déroutante, l'intrigue de Claire Favan s'enroule autour du lecteur tel un serpent. » Olivier Norek, auteur de Code 93,de Territoires et Surtensions.claire favan,serre moi fort,interview,mandor
« Une des grandes du polar français ! » Gérard Collard, librairie La Griffe noire, Saint-Maur.

L’auteure :

Née à Paris en 1976, Claire Favan travaille dans la finance et écrit sur son temps libre. Son premier thriller, Le Tueur intime, a reçu le Prix VSD du Polar 2010, le Prix Sang pour Sang Polar en 2011 et la Plume d'or 2014 catégorie nouvelle plume sur le site Plume Libre. Son second volet, Le Tueur de l'ombre, clôt ce diptyque désormais culte centré sur le tueur en série Will Edwards. Elle a également participé aux recueils de nouvelles du Collectif des auteurs du noir : Santé !, Les Aventures du concierge masqué et Irradié. Après les succès remarqués d'Apnée noire et de Miettes de sang, Claire Favan nous revient avec un thriller d'une noirceur absolue : Serre-moi fort.

claire favan,serre moi fort,interview,mandorInterview :

Par rapport à notre précédente rencontre, les choses ont évolué pour toi. Tu commences à te forger une belle réputation. Comment vis-tu cette nouvelle notoriété ?

Je le vis raisonnablement parce que je sais que rien n’est gagné et qu’on ne peut pas plaire à tout le monde. Je prends les bonnes choses comme elles arrivent, mais je reste prudente et je ne me relâche pas. La notoriété t’apporte aussi des regards moins bienveillants, je suis en train de le remarquer.

Je trouve que ça va très vite pour toi. Est-ce que ce qui t’arrive te donne confiance en toi ?

Chaque livre est un nouveau pari. Une fois que ton plus récent roman est cautionné, tu n’as plus qu’à recommencer sur le suivant. Ça donne confiance, certes, mais il y a quand même toujours une part de frissons.  

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

claire favan,serre moi fort,interview,mandorEn lisant tes thrillers, j’ai remarqué que tu prends un malin plaisir à manipuler les lecteurs.

C’est le travail d’un auteur de polar. J’écris sur les tueurs en série et, à priori, tout a déjà été écrit sur eux. Quand j’écris je me demande jusqu’où je peux aller pour sortir des sentiers battus. Ma priorité est d’écrire des livres qui parviennent à me surprendre moi-même. Je ne veux pas de sentiments de « déjà lu ».

Pourquoi mets-tu en scène toujours des tueurs en série ?

Ça fait partie un peu de mon image désormais. Et puis, je ne pourrais pas écrire une histoire policière basique… Je n’ai pas fait d’études ou de recherches dans ce domaine, je ne suis pas tueuse en série, mais ces criminels m’intéressent beaucoup, je ne sais pas pourquoi. A chaque livre, je trouve un angle différent pour expliquer le pourquoi du comment des actes commis.

Je sais que tu as rencontré le spécialiste mondial des tueurs en série, Stéphane Bourgoin. Lui as-tu poséclaire favan,serre moi fort,interview,mandor des questions sur ce qu’il y a dans la tête de ce genre de tueur ?

Non, parce que lui est vraiment dans la vérité, moi dans la fiction. Je ne prétends pas être autre chose qu’une romancière, mais je tente de faire en sorte que mes explications tiennent la route psychologiquement parlant. Je fais tout pour être crédible.

Il y a quelques scènes très émouvantes dans ton livre. Notamment quand le fils de la famille s’occupe de ses parents qui se laissent dépérir après la disparition de leur fille.

Stephen King, notre maître à tous, prend toujours des gens dans le quotidien pour tout bouleverser de manière fantastique. Il raconte un peu leur vie, cela permet que tous les lecteurs se sentent concernés. C’est ce que je fais également. Il faut que l’on soit touché par le sort des uns et des autres, que l’on soit presque dans l’empathie.

Mais, tu aimes bien, aussi, traumatiser le lecteur.

Je ne veux pas le traumatiser, mais l’idée de le secouer ne me dérange pas (rire).

Comment vis-tu la phase de création ?

Je ne la vis pas dans la sérénité, ça se rapproche même de la souffrance. Avant, quand j’avais le temps, j’écrivais des livres soupapes non publiés pour me libérer l’esprit. Aujourd’hui, je n’ai plus le temps.

claire favan,serre moi fort,interview,mandorLes histoires qui sont dans ta tête, ne parasitent-elles pas ton quotidien ?

Il y a des auteurs qui disent que quand ils écrivent, ils ne peuvent pas lire. Moi, je peux. Ce que je lis ne va pas m’influencer. La journée, je suis responsable, j’encadre des gens, je construis des dossiers, il faut que je sois concentrée. Le soir je rentre, il faut que je sois disponible pour ma famille. J’ai une bonne faculté à compartimenter. J’arrive devant mon ordinateur, je sais que c’est pour bosser, donc je bosse.

Tu es toujours dans la banque. Il n’y a pas un moment où tu vas devoir faire un choix entre la littérature et la finance ?

Je ne le souhaite pas. Le doute fait partie de mon travail, mais si je n’avais que du doute, j’imploserais en vol. Et puis, pour être sincère, actuellement, je ne vends pas suffisamment pour me le permettre. Je ne me plains pas, mais là, c’est encore un peu tôt (rire).

claire favan,serre moi fort,interview,mandor

Le 15 mars 2016, après l'interview.

Bonus :

La chronique de Gérard Collard sur Serre moi fort.

21 février 2014

Claire Favan : interview pour Apnée noire

claire favan,apnée noire,interview,mandor

Attention ! Apnée noire est un livre dangereux. Une fois ouvert, vous ne pouvez plus le refermer. Dans ce troisième thriller, Claire Favan met en scène deux enquêteurs qui reviennent sur une affaire mal jugée un an plus tôt. Cet inspecteur et cette agent du FBI (une femme magnifique) se retrouvent à collaborer suite à une scène de crime "déjà vue". Leur duo est loin d'être calme et serein... mais nous assistons, médusés, à leur rapprochement.

Cette auteure nous entraine dans l’univers d’un tueur en série avec pudeur et intelligence.

Mais ce roman est bien plus que cela. IL FAUT LE LIRE ABSOLUMENT!

Le 15 janvier dernier, j'ai reçu pour la seconde fois Claire Favan, à l’agence (la première, c'était pour ce recueil collectif).

claire favan,apnée noire,interview,mandorRésumé :

« Vêtue d’un pyjama en satin écru, la jeune femme repose dans une baignoire remplie, en position de foetus inversé. Ses mains et ses chevilles sont étroitement liées derrière son dos et elle flotte encore avec un soupçon de grâce. » A Columbia, sur la côte est des États-Unis, c’est la scène macabre que découvre le lieutenant Sandino. Officier intègre, c’est aussi un homme brisé depuis la disparition de sa famille. Pour mener cette enquête, il doit collaborer avec Megan Halliwell, l’agent du FBI qui a permis l’année précédente l’arrestation de Vernon Chester, un tueur psychopathe qui vient d’être exécuté. Très vite pourtant, il apparaît que ce dernier meurtre présente des ressemblances troublantes avec les crimes commis par Chester. Comment est-ce possible ? Tandis que Megan n’ose imaginer le pire, une erreur judiciaire, Sandino se concentre sur certaines incohérences. De discordes en silences la relation des deux policiers évolue, alors que chaque jour le tueur semble se rapprocher d’eux, omniprésent et insaisissable…

L’auteure :

Claire Favan a déjà publié deux thrillers : Le tueur intime (Points seuil, 2010) qui a obtenu le Prix VSD du polar et Le tueur de l’ombre (2011).

claire favan,apnée noire,interview,mandor

claire favan,apnée noire,interview,mandorInterview :

Avant tes trois livres publiés, tu en as écrit des dizaines, je te cite, « impubliables ».

Je dis "impubliables" parce que c’est un tout autre style et je n’ai aucune intention un jour de les faire paraître. J’écrivais pour mon propre plaisir, « pour mon ordinateur », comme disaient mes proches. Un jour, ces derniers m’ont poussée à tenter l’expérience.

Tu écrivais quoi à cette époque ?

Je me faisais la main sur des intrigues historiques, des histoires un peu sentimentales.

J’ai lu que tu écrivais beaucoup, étant plus jeune, pour fuir la réalité et pour oublier le divorce de tes parents…

Effectivement, écrire a été une soupape. J’écrivais pour accentuer cet effet que je cherchais déjà dans la lecture. Accéder à une part de rêve et à des choses qui ne faisaient pas partie de ma vie de tous les jours… Petit à petit, je me suis fait mon style, jusqu’au jour où le rêve est devenu réalité.

Tu es passée à la littérature noire de quelle manière ?

Parce que je ne lisais que ça. Un jour, je me suis demandé pourquoi je ne faisais pas un alliage entre ce que j’aime lire et le fait d’écrire. Quand j’écrivais des livres historiques, je trouvais ça très compliqué parce qu’il faut s’exprimer avec un langage différent. D’un seul coup, écrire des romans contemporains, ça devenait beaucoup plus facile.

Tu lisais quoi précisément ?claire favan,apnée noire,interview,mandor

Je suis très Stephen King. Je pense toujours à ma mère qui, un jour, a refermé un livre en disant : « C’est génial ! C’est l’histoire d’un tueur en série. Je n’avais jamais lu un livre comme ça ! ». Ce jour-là, elle m’a donné une deuxième naissance.

Tout le monde s’accorde à dire que tu as une parfaite technique de ce genre littéraire là.

Pourtant, je n’ai aucune méthode. Je suis autodidacte. J’écris pour me faire plaisir. Je sais quels livres me font plaisir en tant que lectrice, donc le minimum que je puisse faire, c’est d’essayer de rentrer dans les codes des romans noirs… en sachant que je ne les connais pourtant pas. C’est instinctif.

Tu n’as pas lu Ecrire un livre en 10 leçons ?

(Rires)  Non, j’ai lu Ecrire un livre pour les nuls.

Tes deux premiers romans sont plus violents que celui-ci.

Dans mon premier livre, je voulais répondre à mes questions de lectrice. Le côté psychologique me passionne et je voulais qu’on comprenne pourquoi et comment on devient un tueur en série. Will Edward, mon tueur en série des deux premiers romans, est violent et pervers. J’ai d’abord décrit son traumatisme à lui et je l’ai transcrit sur ses victimes, façon miroir.

Pourquoi une jeune femme comme toi écrit des choses si noires ?

Ce n’est peut-être pas dans l’ordre des choses, mais je suis ainsi. Si tu me colles une autobiographie dans les mains, je pleure. La réalité en livre ne m’intéresse absolument pas. Je ne veux pas le quotidien, je veux du rêve.

Pourquoi Apnée noire est il moins violent que tes deux précédents livres ?

Je ne suis pas tueuse en série, donc jouer dans la surenchère, très peu pour moi.  Je ne me voyais pas écrire un degré au-dessus de mes deux premiers romans, sinon, c’était le carnage absolu. Dans mon dernier livre, le tueur est différent, je m’ajuste à lui.

claire favan,apnée noire,interview,mandorLe très médiatique libraire, Gérard Collard a décrété à la télé que tu étais la polardeuse à suivre absolument en 2013.

Avant lui, il y a eu François Paf, un de mes lecteurs qui a décidé qu’il fallait que Gérard Collard lise le livre. Et il a fait des pieds et des mains pour qu'il en soit ainsi. Sans lui, le livre ne serait probablement jamais arrivé jusqu’à ses yeux. Le fait qu’il parle de mes deux premiers livres à la télé de cette façon, je ne m’y attendais pas du tout. Ça a été une merveilleuse surprise.

Ça a boosté les ventes ?

Oui. Il a un impact énorme. C’est le dieu des auteurs (rires). Cela dit, il ne faut pas s’emballer. On repart à zéro avec chaque livre et il faut toujours faire ses preuves. Rien n’est jamais gagné. Je me fais plaisir et j’essaie de faire plaisir aux autres.

Tu es analyste financier, donc tu gagnes ta vie autrement qu’avec la littérature. Ça permet de rester zen ?

C’est une indépendance d’esprit. J’ai juste le trac de la perception du livre. Je sais ce que j’ai voulu dire, mais je ne sais pas comment les gens vont le percevoir.

Pour balader le lecteur, c’est compliqué ?

Non, parce que je sais où je vais dès le départ, donc je peux emprunter de fausses pistes. Au départ, j’ai une idée de base. Soit elle passe et ça veut dire qu’elle n’était pas viable, soit elle reste et elle est complétée par plein d’autres idées qui deviennent des scènes et les principaux ressorts de mon intrigue. Je connais ma scène d’intro, je connais ma scène finale, je sais par où je passe.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

claire favan,apnée noire,interview,mandorTu m’as dit en off que, quand tu étais la Claire Favan écrivain, tu ne te comportais pas exactement comme la Claire Favan analyste financier.

Dans ma vraie vie, je ne fume pas. Claire Favan fume. Je ne me maquille pas. Claire Favan oui.

Oh ! Le beau cas de schizophrénie ! Tu m’inquiètes.

(Rires) Physiquement, je n’ai pas tout à fait les mêmes caractéristiques. Mince ! Je n’aurais pas dû le dire ! Tout le monde va avoir peur. Claire Favan n’existe pas tout le temps. La majeure partie du temps, je suis moi, avec sa part de vie secrète.

Le plus dur, dans un thriller, c’est de ne pas louper la fin ?

La fin d’Apnée noire a changé parce que je devais toujours la justifier à mes premiers lecteurs. Donc, je ne trouvais pas ça normal. Si on doit expliquer une fin, c’est qu’elle n’est pas bonne. Soudain, mon éditeur m’a donné un conseil et cela a débloqué la situation. Bingo ! Je suis partie sur autre chose et, du coup, je n’ai plus besoin de la justifier.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

Tu écris en ce moment ton 4e livre officiel et un autre pas publiable. Explique-moi pourquoi tu écris aussi des livres non publiables. Ça me travaille.

C’est pour faire plaisir à mon ordinateur, je te dis…  j’ai besoin de beaucoup écrire. Plus sérieusement, la parution d’Apnée noire a été compliquée éditorialement parlant, du coup, j’ai eu beaucoup de phases de doute et d’incertitude. J’ai donc écrit ce fameux roman qui ne sera pas publié pour me prouver que le plaisir d’écrire était encore là. C’était une soupape. Il n’y avait plus aucune pression de nulle part et en un mois, je l’avais écrit. Mais, je tiens à dire que ma vie privée et mon quotidien sont prioritaires par rapport à l’écriture.

Que penses-tu de la communauté des gens qui écrit de la littérature « noire » ?

Sincèrement, j’ai rencontré des gens formidables dans ce milieu. Nous ne sommes pas forcément des amis, mais quand on se voit, c’est avec beaucoup de plaisir. On rigole bien et il y a des vrais partages d’expériences.

Tu ne te vois plus vivre sans cette deuxième vie d’auteure, je présume ?

Sincèrement, pendant ma période de doute, avant la parution d’Apnée noire, je me disais que si quelque chose comme ça, qui vient après la vie de tous les jours, faisait plus de mal que de bien, j’étais prête à l’abandonner. Au moment où j’étais prête à abandonner, les choses se sont débouclées. Aujourd’hui, j’ai compris que c’était comme ça. On écrit et il y a toujours des hauts et des bas. Ce n’est pas linéaire.

claire favan,apnée noire,interview,mandor

01 septembre 2013

Fabien Hérisson, Claire Favan et Jacques Saussey : interview pour Santé!

Couverture.jpg

Près de vingt auteurs ont répondu présents à l’appel de Fabien Hérisson pour l’écriture du recueil 2013 du collectif des auteurs du noir. Cette année, le thème est la santé, la maladie, sous toutes ses formes. L’année dernière, j’avais déjà reçu le directeur de collection pour un premier recueil de nouvelles, Les auteurs du noir face à la différence. Le 12 juillet dernier, Fabien Hérisson est revenu me parler de ce deuxième recueil dont les droits seront versés à La Fondation maladies rares. Il était accompagné de deux auteurs (et pas des moindres) ayant participé à cet ouvrage.

(Notez que j'ai été témoin de la signature du contrat d'édition entre Fabien Hérisson et Sébastien Mousse, le nouvel éditeur. J'aime bien voire naître un tel projet.)

Pour vous procurer le livre, aller là.

644418_131091567075792_1011952286_n-e1364560043173.jpg

Force en présence :

Fabien Hérisson : Il est né un soir de décembre 73. Il consacre une grande partie de son temps libre à la lecture de polars, à la rédaction de chroniques pour K-libre et à l’administration, sous le pseudo du Proprio, de Livresque du Noir, un site sous forme de tribune, dédié aux auteurs du Noir. Il organise aussi chaque année l’espace polar du Salon du livre de Provins.

Claire Favan : Elle travaille dans la finance, mais elle dévore des livres depuis son plus jeune âge. « Le Silence des Agneaux » de Thomas Harris marque un tournant définitif dans le choix de ses lectures alors qu’elle est âgée d’une quinzaine d’années. Sa passion pour les romans sur les tueurs en série est née. Elle-même écrit depuis une dizaine d’années. En juin 2008, elle se lance le défi de retracer le parcours d’un tueur en série depuis son adolescence. Si elle souhaite remonter aussi loin dans la vie de son personnage, c’est afin de traiter de sujets qui l’interpellent : la construction du mode opératoire, la signature et les motivations profondes de ce genre d’individus.

En octobre 2009, elle prend contact avec les éditions « Les Nouveaux Auteurs » qui lui offrent l’opportunité de réaliser son rêve… Elle a sorti dans cette maison d’édition deux thrillers à glacer le sang, Le tueur intime (Grand Prix VSD du polar 2010) et Le tueur de l’ombre. Un troisième est prévu pour bientôt.

Jacques Saussey : Il a commencé à écrire ses premières nouvelles à 27 ans, en 1988. Deux nouvelles ont été primées dans des concours (« Quelques petites taches de sang » en 2002 aux Noires de Pau, et « Alfred Jarry est mort » en 2007) et une éditée en BD (« Le joyau du Pacifique », en 2007). Il est l’auteur aux éditions « Les Nouveaux Auteurs » de De sinistre mémoire, Quatre racines blanches, Colère noire. Le 5 septembre prochain, sortira son dernier né, Principes mortels.

DSC0837nnn0.JPG

De gauche à droite: Jacques Saussey, Claire Favan et Fabien Hérisson.

Note de l’éditeur :

Le collectif des auteurs du noir remet le couvert !

Cette fois-ci le thème imposé est la santé, chaque auteur a donc écrit une nouvelle dont il cède les droits. Retrouvez dans ce recueil : Bérengère de Bodinat, Jean-Luc Bizien, Armelle Carbonel, Luc Doyelle (mandorisés trois fois là), Claire Favan, Maxime Gillio, Fabien Hérisson, Annabelle Léna (mandorisée ici), André Marois, Bernard Minier, Michaël Moslonka, Max Obione, Jean-Marie Palach, Gaëlle Perrin, Stanislas Petrosky, Jacques Saussey.

Capture-d’écran-2010-01-05-à-07.46.56-272x300.jpgPréfacé par Marina Carrère d’Encausse, médecin échographiste, journaliste et présentatrice du magazine de la santé sur France 5.

Les droits d’auteurs seront reversés à la fondation maladies rares qui est née de la volonté des associations de malades et de celle de tous les acteurs, médecins et chercheurs, impliqués dans la recherche et la prise en charge des malades dans le domaine des maladies rares. La fondation maladies rares a pour principaux objectifs de mettre en lien et de fédérer les acteurs de la recherche et du soin dans les maladies rares, et de financer, sur la base d'appels d'offres pluriannuels, les projets de recherche ciblés sur les maladies rares, sans restriction du type de maladie ni de champ disciplinaire (Recherche clinique, physiopathologique, thérapeutique, sciences humaines et sociales).

Teaser du livre.

Interview:

Fabien, c’est toi qui es à l’origine de ce nouveau recueil de nouvelles. Peux-tu nous en parler ?

Fabien : Santé! est la continuité de ce que nous avions fait avec le premier, Les auteurs du noir face à la différence. Nous avons changé d’éditeur. Nous sommes maintenant chez L’atelier Mosesu. Le principe de ce recueil a plu à l’éditeur, Sébastien Mousse, et il a décidé d’en faire un rendez-vous annuel. Nous réitérerons donc régulièrement ce genre de recueil, toujours au format poche et à un prix très accessible (10 euros). Santé !cette année, est vendu au profit de l’Association maladie rare.

Ce recueil se fait sous ta direction, comment sélectionnes-tu les auteurs qui vont y participer ?

Fabien : Rien de plus simple. Je démarche les auteurs dont j’ai lu les ouvrages et que j’apprécie humainement. Certains m’on sollicité directement.

Et comment Jacques Saussey et de Claire Favran sont-ils arrivés dans l’aventure ?

Fabien : Je les ai frappés pour qu’ils acceptent (rire collégial). Non, on se voit régulièrement dans des salons notamment, et on en avait parlé de vive voix.

Claire, quand tu reçois ce genre de proposition, tu réagis comment ?

Claire : C’est vrai qu’au départ, moi, les nouvelles, ce n’est pas un exercice auquel je me livre spontanément. Je suis plutôt du genre à écrire des livres volumineux. Quand Fabien m’a parlé de ce recueil, je me suis immédiatement demandé si j’allais avoir une idée et de préférence, une idée de qualité pour que cette nouvelle soit intéressante et trouve sa place parmi les autres. Les gens, en achetant ce livre savent qu’ils font une bonne action. La contrepartie, c’est qu’ils prennent plaisir à ce qu’ils peuvent lire dans le recueil. C’est une mission pour nous de donner une nouvelle qui soit plus qu’honorable.

Être confrontée, avec des gros guillemets, à d’autres auteurs, est-ce que cela met de la fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesupression ?

Claire : Un peu oui. On veut faire au moins aussi bien. C’est une réaction naturelle. Je trouve que ma nouvelle sort un peu du cadre par rapport aux autres.

Et toi Jacques, comment tu as été contacté ?

Jacques : Je connais Fabien depuis un moment. On est en contact sur Facebook. J’ai vu passer son projet et ça m’a intéressé tout de suite. Contrairement à Claire, moi, j’ai démarré en écrivant des nouvelles. C’était vraiment mon premier type d’écriture. J’avais déjà écrit cette nouvelle dans mon propre recueil de nouvelles qui en contenait trente. Il y en avait deux qui concernaient la santé. J’en ai choisi une que j’ai retravaillée pour la retranscrire dans mon écriture actuelle.

Fabien, en tant que directeur de collection au sein de L’Atelier Mosesu, quand tu reçois les nouvelles, qu’en fais-tu ?

J’en prends connaissance. S’il y a des choses à revoir, je contacte les auteurs pour leur demander d’apporter des modifications, mais après il y a un travail de relecture et de correction qui est fait par Maxime Gillio. Il se trouve qu’il y a eu généralement très peu de retouches à faire. Ce sont des auteurs expérimentés que nous avons là.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesu

Claire Favan et Jacques Saussey (par Paul Colize)

Claire, ta nouvelle se situe dans une maison de retraite. Ça change de ton héros récurrent, serial killer ; Will Edwards. Ça fait du bien de sortir de ses habitudes littéraires ?

En effet, c’est bien de sortir de ses histoires habituelles, mais ce n’est pas la première fois. Pour cette nouvelle, je me suis inspiré de ce que je vois quand je vais rendre visite à ma grand-mère dans une maison de retraite. Il ne se passe pas ce que je raconte, mais je trouve ces endroits monstrueux. J’ai exploité les traumatismes que me procure ce genre de lieux. J’ai mis pas mal d’humour noir, sinon, cette histoire aurait été trop glauque. Je ne voulais pas que le lecteur déprime (rire).

Toi, Jacques, tu nous livres une histoire de don de reins.

Jacques : Quand j’ai démarré, j’écrivais essentiellement des nouvelles très noires. Je voulais que l’angoisse se sente tout de suite dans cette histoire. Je voulais qu’au bout de quelques lignes, on se mette dans la peau de cette maman qui a un choix terrible à faire pour sa fille. Pour moi, la nouvelle Noire doit amener le lecteur là où il ne peut pas imaginer aller.

Claire, toi aussi, tu es d’accord. Il faut balader le lecteur?

Claire : Je suis toujours d’accord avec Jacques parce qu’il m’a tout appris sur la nouvelle. On se connait très bien et on a tendance à travailler en binôme. On est le premier lecteur de l’autre. Depuis nos publications respectives chez Les Nouveaux Auteurs, on se suit.

Jacques : On s’envoie nos premières moutures de textes pour avoir la réaction immédiate de l’autre. On essaie d’être le plus objectif possible. On a chacun nos techniques, mais on se les échange parfois. Je la conseille, elle me conseille… c’est un échange constructif.

Claire : Moi, j’ai lu son prochain roman et lui a lu le mien. On s’est dit des choses… on apporte mutuellement un regard sur ce que l’autre écrit.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesu

Pendant l'interview avec Claire Favan et Fabien Hérisson.

Fabien, toi, tu n’es pas écrivain, enfin tu ne t’assumes pas comme tel en tout cas, mais il y a toujours une nouvelle de toi dans tes recueils.

Fabien : J’aime participer. Ça m’amuse, ça m’exerce et ça me donne une légitimité pour le promouvoir. Cela dit, dans celui de l’année prochaine, je n’en ferai pas partie.

Ah bon ?

Fabien : Oui, parce qu’il sera 100% féminin.

Oui, en effet, c’est une bonne raison. J’ai remarqué que tu n’utilises presque pas les dialogues. Ton écriture est très compacte dans cette histoire de trafic de sang impliquant beaucoup de personnes haut placées.

Fabien : L’histoire s’y prêtait. Je suis plus dans un monologue puisqu’on assiste à un interrogatoire. Je voulais mettre le doigt sur l’état de la santé en France, les difficultés des hôpitaux, leur insalubrité, leur budget qui est de plus en plus restreints. Je voulais montrer qu’à vouloir tailler dans les budgets, on peut arriver à certaines dérives. Des trafics de se genre existent plus ou moins en Afrique.

Je me fais l’avocat du diable. Est-ce que ça sert à quelque chose de sortir ce genre de recueil ? Est-ce que ça rapporte quelque chose ou c’est juste symbolique ?

Fabien : C’est sûr que c’est essentiellement symbolique. Pour le premier recueil, les droits vont tomber ce mois-ci. On va reverser 1400 euros à l’association. Je pense qu’on sera sur la même chose pour celui-ci. 1400 euros, c’est symbolique, mais c’est aussi montrer qu’ensemble, quand on conjugue nos efforts, nos différents talents, on peut arriver à faire des choses.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesu

Avec Fabien Hérisson.

Toi, Fabien, de toute manière, c’est ta philosophie de vie.

Fabien : On peut toujours se plaindre et râler sur tout, sans jamais prendre d’initiative. Mais aussi, on peut râler et se demander ce que l’on peut faire à son niveau.

Claire et Jacques, c’est important d’avoir quelqu’un comme Fabien qui insuffle ce genre de chose ?

Jacques : Déjà, quand il a fait son site Livresque du noir, on a senti un esprit fédérateur qui rassemblait tous les auteurs du noir. Un espace ouvert où chaque auteur pouvait parler de son livre, il n’y en avait pas deux comme ça.

Claire : C’est marrant parce que j’ai déjeuné avec lui récemment, et je lui ai fait le même genre de déclaration. Je trouve extra tout ce que fait Fabien. Un dévouement pour le milieu du polar. Sa sœur Stéphanie est pareille d’ailleurs. Elle, c’est par le biais de sa librairie. C’est vraiment une famille hyper investie.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesu

Claire Favan et Fabien Hérisson signent le recueil...

Je trouve que les auteurs du noir sont moins égocentriques que ceux de la blanche. Je le pense sincèrement. Qu’en penses-tu Fabien ?

Il y a une différence, en effet. Il y a toujours des exceptions, mais l’ego est moins démesuré. Les gens sont plus humbles et il y a une certaine convivialité, une certaine fraternité entre auteurs. Quand tu vas dans des salons, tu regardes l’espace polar par rapport au reste, tu as tout compris.

Claire : On se connait tous, on s’apprécie tous… mais j’ai vraiment l’impression que c’est une grande famille.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesuFabien : J’ajoute qu’il y a un vivier de plumes dans la littérature française qui est assez exceptionnel. Je trouve qu’on ne les met pas suffisamment en avant. Je suis content que ma frangine Stéphanie (voir photo à gauche) ait le culot et le courage de mettre ces petits auteurs et ces petits éditeurs en avant dans sa librairie (la Librairie égrevilloise).Si toutes les librairies prenaient des  risques plutôt que de mettre en avant les têtes de gondole, ils verraient leur chiffre d’affaires évoluer différemment. Le lecteur viendrait chercher du conseil et découvrirait des bouquins qui en valent la peine.

Dans ce genre de recueil, il y a des auteurs qu’on connait moins, c’est aussi une façon de les faire connaître.

Fabien : C’était l’objectif premier de ces recueils. Mélanger des auteurs peu connus avec des auteurs confirmés.

Les auteurs très confirmés sont-ils faciles à convaincre ?

Je crois qu’ils aiment la démarche. J’ai rarement rencontré de refus. Ceux qui ont refusé ont eu toujours de bonnes raisons.

fabien hérisson,claire favan,jacques sussey,santé!,interview,mandor,atelier mosesu

Claire et Jacques, vous, on commence à beaucoup entendre parler de vous sur la planète polar.

Claire : On a l’impression, mais c’est parce que l’on se voit à travers Facebook, alors que ce réseau social déforme tout. Il faut rester suffisamment réaliste, savoir ouvrir les yeux sur notre place hors Facebook. Il y a une nuance. Avec la sortie de mon troisième roman, c’est là que je me rendrai compte et que j’ouvrirai les yeux (rire).

Jacques : On se rend compte que l’on a un public et qu’il augmente un petit peu de livre en livre, mais c’est tout. La seule évolution qui me saute aux yeux, c’est quand je relis mes premiers romans… c’est mon écriture qui évolue.

Claire : On apprend des choses des retours que nous font les lecteurs.

Jacques : Il faut être ouvert aux critiques et accepter celles qui sont judicieuses.

Fabien, parlons de la préface. Elle est signée Marina Carrère d’Encausse.

C’est une chance qu’elle ait acceptée de la rédiger. En plus, elle ne s’est pas contentée d’écrire une préface bateau. Elle a évoqué le rapport entre la médecine et le polar dans un très beau texte. De plus, elle avait une parfaite légitimité parce qu’on était sur la thématique de la santé, parce que c’est une fan de polar et de littérature policière, parce qu’elle est journaliste. Elle avait toutes les qualités requises pour être la préfacière. Je n’avais pas d’autres vues qu’elle pour l’écrire.

DSC08368.JPG