Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

13 septembre 2018

Féloche : interview pour la sortie de Chimie vivante

féloche,chimie vivante,interview,mandor

Féloche sort son nouvel album, Chimie vivante demain (le 14 septembre 2018) et ce soir, il sera au Café de la Danse pour fêter cette sortie.

J’aime cet artiste depuis son premier album, il y a 8 ans, mais, curieusement, nous ne nous étions jamais croisés. Il m’a toujours touché musicalement… et humainement. Je n’ai jamais trop su pourquoi. Après l’interview qu’il m’a accordée le 29  juillet dernier, j’ai compris.

Mini biographie officielle :

Découvert avec le chantier des Francos en 2010, Féloche sort la même année La vie cajun, son premier album marqué par un duo endiablé avec Docteur John ainsi que le titre phare « Darwin avait raison ». Sélectionné pour le prix Constantin, Féloche part dans la foulée, en tournée dans toute la France. Trois ans plus tard, sort l’album Silbo dont il a chanté la chanson éponyme aux Victoires de la musique (révélation scène). Chimie vivante est le troisième album de Féloche.

féloche,chimie vivante,interview,mandorArgumentaire de presse :

Revoilà Féloche, toujours un peu d’ailleurs et pourtant pile à l’heure. En équilibre sur une corde de mandoline ou une comète synthétique, écoutez-le expérimenter en funambule l’envers et l’endroit, le dessus et le dessous, partageant son étonnement face à la beauté du monde. Loin des moroses qui empoisonnent toute idée neuve, Féloche conserve dans tout son éclat ce que nous avons perdu. Son vol est superbe parce qu’il recueille ce que nous n’avons plus, cette précieuse lumière – l’enfance, celle des devenirs toujours à conquérir, des imaginations sans fins et des ivresses sans lendemains.   

Chimie vivante est le troisième album de Féloche, et c’est peut-être son plus personnel. Avec lui, cela signifie qu’une grande tribu sera de la partie. Les enfants, leurs voix décidées et hésitantes, leurs éblouissements et cette sagesse immédiate qui, émise par eux, renverse les certitudes pas bien sérieuses des adultes. L Nico, l’ami poète et ses algèbres d’incertitudes, ses images qui bousculent l’ordre du désordre pour ouvrir sur les fulgurances du chaos. Naïf Herin, gouailleuse italienne venue titiller un Féloche réincarné en gentleman crooner. Julia Wischniewski, dont les accents lyriques ornent les « structures atomiques » d’une Chimie vivante pétrie par Christophe Alexandre, également auteur des « Crocodiles ». Tout cela tient du galion de bric et de broc, de la grande fantaisie débridée, feu d’artifice et cotillons, arcs en ciel et grande roue.

Il est rare d’entendre autant d’innocence sincère, une poésie aussi peu concertée. Ici la dinguerie est douce et généreuse, elle réchauffe, ranime. Féloche, c’est tout un cirque, le grotesque en moins. Du burlesque pur, de la cabriole sans calcul, une légèreté inespérée, hors de la pesanteur.

Sa musique agit comme l’antidote inattendu à nos oublis, nos renoncements. « Après la mer, y’a l’Eldorado », dit-il. Avec lui, on y croit et l’on s’embarque, une nouvelle fois, cap sur le pays des merveilles. 

féloche,chimie vivante,interview,mandor

féloche,chimie vivante,interview,mandorInterview :

Dans ce nouvel album, la mandoline est bel est bien là, mais mélangée avec des sons que je ne connaissais pas chez toi.

Je fais tout seul, je suis donc immergé dans la matière et les sons, alors j’aime aussi m’amuser, j’aime aller là où on ne m’attend pas. Comme dans « P’tite tête » où je fais du rap. C’est une chanson d’amour et d’aventure un peu terrifiante et violente sur une musique qui te transperce. J’expérimente beaucoup, tout en continuant à faire de la musique que j’aimais quand j’avais 15 ans. D’ailleurs, quand tu fais de la musique, tu as toujours 15 ans.

Féloche, c’est un personnage ?

Je n’irais pas jusque-là, mais je mets des barrières et des petites limites à ce que j’ai envie de raconter dans mes chansons. C’est comme si j’écrivais pour quelqu’un d’autre que moi. Féloche, ce n’est pas moi sur scène. C’est vraiment une démarche artistique. Cali, est-ce qu’il est Cali toute la journée ?

Pour l’avoir croisé assez longuement et souvent ces derniers temps, je crois pouvoir te répondre oui.

Ce que je veux te dire, c’est que je pense qu’il est plus en forme quand il est sur scène qu’à 10 heures du matin. C’est une sorte de super héros. En fait, c’est le même, mais en plus fort.

féloche,chimie vivante,interview,mandor

(Photo : Christophe Cussat-Blanc)

Tu es fils d’un père connu pour ses musiques de films et de ballets de Béjart notamment, Hugues Le bars, qui lui-même était le fils de l’artiste-peintre et sculpteur Charles Le Bars. Tu es un vrai enfant de la balle.

Je vivais avec ma mère à Clichy, alors je n’ai pas été noyé dans la musique de mon père. Mon père était quand même comme un héros. Je ne le voyais pas, mais j’écoutais sa musique de loin. Aujourd’hui, c’est aussi pour ça que j’ai créé Féloche… pour qu’on ne fasse pas de comparaison.

Psychanalytiquement parlant, c’est intéressant. Tu fais le même métier que ton père.

Je suis d’accord, même si je n’aime pas l’admettre. C’est aussi pour cela que j’ai mis du temps pour trouver mon univers. Ce n’est pas pour rien que j’ai choisi de faire ce métier avec un autre nom. Ma filiation avec mon père s’est su très tard, ça m’a permis de créer en toute tranquillité et sans pression. Pendant très longtemps, je ne donnais pas mon vrai nom. Il fallait que je crée mon existence musicale personnelle et mon son.

Clip de "Crocodiles" réalisé par Yolande Moreau.

Ton père est mort il y a 4 ans. Il a donc connu Féloche.

Il a adoré La vie Cajun. Après il a eu une maladie qui l’a empêché de bien suivre la suite de ma carrière, mais il a vu et compris le chemin que j’empruntais.

Tu parles de La vie Cajun. Quand j’ai vu arriver l’album en 2010, j’étais content parce que c’était original. Il y avait une proposition différente avec des instruments qu’on n’avait pas l’habitude d’entendre.

Il y avait ceux qui disait que c’était génial parce que je m’étais approprié la musique cajun en délirant avec le son et l’imagerie et ceux, les puristes, qui étaient presque outrés. Je n’ai rien contre ces derniers. Ils défendent ce qu’ils aiment, on ne peut pas leur en vouloir. Ce qui est drôle, c’est qu’après, j’ai joué avec certains de ceux-là et ils ont apprécié de sortir de leur zone habituelle, l’imagerie bayou de la Nouvelle-Orléans. En Louisiane, aujourd’hui, il y a des spécialistes de la musique cajun qui me citent parce que le légendaire Dr. John a accepté un duo avec moi. Ça a légitimé ma musique en quelque sorte. Nous sommes devenus amis aujourd’hui.

Ta chanson « Miroir » est magnifique. Tu y évoques la vieillesse et ce que l’on devient.

Ce disque a mis 5 ans avant de voir le jour, mais j’ai perdu mon père et j’ai eu des mômes. Il y a eu le fils, le père, je suis devenu le saint esprit (rires). J’étais le lien parce que mon petit n’a pas connu son grand-père. Un jour, j’enregistrais en studio en sa présence et il y a eu une sorte de connexion. Je l’ai enregistré, comme un effet miroir. Moi, au même âge que lui, j’ai participé à l’enregistrement de Bébé funk. C’est moi, la voix de bébé qui fait « boom tschak » dans le générique de La Grande Famille sur Canal Plus qu’avait composé mon père. Ça a fait un effet spiral. On a cassé la faille spatio-temporelle (rires).

Tu parles de la chanson « Je crie ». Cette chanson m‘a bouleversé. Ton fils parle de ton père qui tombe. Ca va loin.

Rien n’était prévu. Mon fils a improvisé ça. J’avais du boulot, je l’ai mis sur un synthé avec un casque pour qu’il s’occupe. Il a commencé à parler comme jamais il ne m’a parlé. J’ai donc appuyé sur REC en le laissant parler tout seul. Il y a eu un truc bizarre qui s’est passé. Un lien. Ce disque a pris du temps, mais c’est un lien avec moi en tant que fils et en tant que père. Une transmission involontaire mais réelle.

féloche,chimie vivante,interview,mandorTon disque parle de l’enfance, la mémoire, la passion de vivre…

De la vie, l’amour et la mandoline aussi.

Raconte-moi l’histoire de ta copine Capucine qui a donné la chanson Tara Tari. Une jeune femme qui a une maladie des articulations et qui a traversé l’océan avec un petit bateau. C’est un truc de dingue.

Je l’ai entendu un jour à la radio, je l’ai contacté et elle m’a répondu qu’elle écoutait beaucoup Silo aux Canaries. C’est fou. Quand elle est rentrée à Paris, elle m’a raconté son histoire. C’est après coup que j’ai écrit la chanson.

Clip de "Tara Tari".

Quel est le rôle d’un artiste pour toi ?

Je ne sais pas. Quand on monte sur scène, l’énergie qu’on a en soi est décuplée grâce à la pression et l’adrénaline. Dans mes concerts, j’essaie de mettre les gens dans un état joyeux, même si je chante parfois des choses profondes. Il faut trouver le juste milieu.

Ton nouvel album est textuellement plus dur que les autres, es-tu d’accord ?

Je n’avais pas décidé d’enregistrer un disque comme ça. Je me suis rendu compte au fur et à mesure de l’enregistrement qu’il devenait ainsi. A mon avis, un disque, c’est une série d’accidents heureux.

Tu jettes beaucoup quand tu écris ou compose ?

J’ai entendu dans une des très rares interviews de Gérard Manset : « je joue très bien de la corbeille ». Il jette. Je suis un peu comme lui, je fais beaucoup de trie dans la surabondance de sons que je produis.

En 1986, j’avais interviewé William Sheller. Il m’avait dit :  « la musique, c’est l’art de décorer le silence ».

C’est Satie. Lui, il remplissait l’espace comme du papier peint.

féloche,chimie vivante,interview,mandor

Pendant l'interview...

Et pour toi, c’est quoi la musique ?

Je vais te répondre en revenant au début de ce que l’on s’est dit. La musique, c’est l’émotion que j’ai eu quand je l’ai découverte. Aujourd’hui, j’essaie de la garder ou de la retrouver en continuant à jouer. Tu construis des sons et des émotions, c’est ça ce métier.

La part de l’ego, elle est où ?

Lego ou l’ego ? Non, parce que c’est pareil. Tu joues pour le jeu et pour toi en essayant de te construire, te déconstruire, te surprendre, avoir des émotions.

Un artiste ne fuit-il pas la réalité de la vie ?

Le plus dur, c’est que quand tu es en tournée, tu deviens un peu débile. On te balade partout et tu ne fais plus aucune preuve d’initiative. Tu deviens irresponsable. Quand tu rentres chez toi, soudain, il faut tout gérer alors que pendant des mois, tu as été couvé. Il faut redevenir responsable et ce n’est pas évident. Une tournée, c’est une soupape de malade. Tu redeviens un gamin. Les deux vies me vont, mais c’est la transition qui est violente.

féloche,chimie vivante,interview,mandor

Après l'interview, le 29 juillet 2018.