Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 mai 2018

Lembe Lokk : interview pour l'EP Comment te traduire

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

Qui n’a pas rencontré la chanteuse estonienne Lembe Lokk ne peut pas comprendre ce personnage aux 1000 vies. Il a été d’ailleurs extrêmement compliqué pour moi de résumer son parcours au maximum afin qu'on le comprenne.

« Elle interprète des chansons libres, dans un français qui se questionne et qui s’exulte. On y retrouve des textes sur l’exil et l’amour, sur l’autre qu’on essaie de comprendre. Un étonnant mélange d’intimité et d’expressionisme » est-il indiqué dans une biographie.

Le 24 mars dernier, nous nous sommes retrouvés une heure en terrasse d’un café des Grands Boulevards.

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandorBiographie officielle :

D’origine estonienne, Lembe Lokk est une chanteuse et comédienne versatile, poétesse publiée et performeuse dans l’espace publique. Un éclectisme assumé qui donne toutes ses couleurs à ses chansons, à sa voix, aux histoires qu’elle raconte.

L’univers de cette chanteuse et musicienne est à la fois très charnel et poétique. Sa voix navigue avec sincérité entre le simple parler-chanter, une étendue lyrique et la force d’une rockeuse. Elle évoque tour à tour la sensibilité d’une Barbara, l’étrangeté d’une Laurie Anderson ou encore de Diamanda Calas ou bien la force et le magnétisme d’une Annie Lennox. Sa présence est simple et profonde, elle laisse volontiers voir sa fragilité d’humain et partage avec générosité sa poésie. Un étonnant mélange d’intimité et d’expressionisme.

Le disque (argumentaire officiel):lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

Comment te traduire est un EP de 6 titres en français, écrit et composé par Lembe Lokk. Un enregistrement studio live avec le violoncelliste Karsten Hochapfel, volontairement épuré et acoustique pour rendre hommage à une belle série de concerts (semi)acoustiques que l’artiste a effectuée depuis un an et pour donner un aperçu de son univers. Des « chansons en liberté » selon les uns, des textes qui ouvrent de nouvelles portes sur la langue française, selon d'autres.

Habituellement, l’écriture de Lembe Lokk se fait tour à tour dans trois langues : le français, l’estonien, l’anglais. Dans son EP, elle a pourtant choisi de se concentrer sur la langue française pour mieux creuser sa poésie et les questions qu’elle fait surgir. Ainsi dans ces chansons, elle questionne sa place entre lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandorses origines estoniennes et sa culture d’adoption, la compréhension (im)possible entre deux êtres, l’absence, la distance, la présence à soi-même. Elle joue également de la langue française comme d’un instrument, avec l’acuité et le décalage d’une étrangère qui en fait une musique autant qu’un récit.

Sur ce disque, il s’agit bien de la chanson, mais nous sommes loin des structures habituelles et des formules. D’une balade transe à une chanson fleuve chantée-parlée avec maîtrise et sensualité on passe par des envolées vocales et mélodies inattendues. Un timbre de voix personnel et agréable, des arrangements simples qui font ressortir toute la beauté des chansons. Un dialogue entre deux musiciens extraordinairement sensibles et à l’écoute l’un de l’autre.

Musiques et paroles de Lembe Lokk
Réalisé par Malcolm Crespin
Enregistrement "live" & mixage par Ambroise Boret @ BKLEX Studio (Montreuil)
Mastering : Raphaël Jonin

Lembe Lokk : chant, guitare (sauf sur « tiens »), chœurs
Karsten Hochapfel : guitare portugaise, guitares, violoncelle, chœurs

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandorInterview :

Tu as commencé ta vie d’artiste en France ou en Estonie ?

J’ai commencé ici. J’écrivais depuis toujours, mais c’est une part de moi que j’avais oublié pour d’obscures raisons. Après le bac, je rêvais de devenir comédienne, mais je ne suis pas allée au bout de ce rêve dans mon pays. J’ai fait toutes sortes de choses très différentes. De la céramique et du dessin, mais je n’ai pas osé faire les Beaux-Arts. J’avais l’impression que ce n’était pas pour moi. J’ai fait aussi un peu de théâtre et j’ai chanté dans une chorale pendant 10 ans. Mais je n’avais pas l’impression d’avoir une vie artistique. J’ai fait beaucoup de choses : secrétaire de nuit du président d’Estonie pendant un an, assistante réalisatrice, journaliste pigiste. L’Estonie est un petit pays, je sentais qu’il fallait que j’aille voir ailleurs.

En France, tu as « bourlingué » avant de devenir artiste.

Je suis arrivée le 27 décembre 1997. En arrivant, j’ai gardé des enfants, j’ai vendu des glaces, je distribuais de flyer…

Mais pourquoi es-tu venue en France ?

Pour étudier les cultures africaines. Je t’explique sans trop rentrer dans les détails, car c’est assez compliqué. En Estonie, j’ai étudié la philologie russe, pendant ce temps-là, un grand chagrin d’amour m’a frappé. J’ai vu une petite annonce à l’université qui disait en substance : « cherche étudiant d’échange pour aller vivre au fin fond de la Russie ». Comme j’étais perdue, j’ai postulé et je suis partie. Là-bas, j’ai rencontré des africains qui m’ont donné envie de partir en Afrique. De retour en Estonie, je me suis retrouvée dans une soirée où se trouvait aussi l’attachée culturelle française. Je lui ai expliqué que j’avais comme projet d’étudier les cultures francophones africaines. Elle m’a répondu qu’elle avait justement une bourse pour cela que personne n’a demandée. Elle m’a donc proposé d’étudier ça à Paris trois mois après. C’est ainsi que je suis arrivée dans la capitale française.

Une nouvelle série en coordination entre Only French et Mandolino : Chanson Voyage.

Le ministère de la culture estonien t’a récompensé pour ton travail sur la culture à Paris. Pour quelles raisons ?

J’ai créé une école estonienne à Paris en 2008. Quand j’ai eu ma première fille, j’ai constaté que toutes les théories sur le bilinguisme s’avéraient complètement fausses. Je lui parlais en estonien, elle me répondait toujours en français. Un jour, elle m’a dit : « si tu ne veux pas que je te parle en français, j’attends que papa rentre et je lui parlerai (rires). Du coup, j’ai souhaité qu’elle voit d’autres enfants estoniens et j’ai créé cette école. Je chantais aussi avec un groupe estonien en estonien et j’ai participé à l’organisation de la saison culturelle estonienne de l’Institut Français en 2011. On a donc jugé que je devais être récompensé pour tout ça.

Et un jour tu décides de devenir chanteuse…

Un mercredi soir, à 20h, j’ai décidé de devenir chanteuse. Je me souviens de ce moment précisément. Je m’étais tellement cachée ce désir que mon corps s’est battu contre sa réalisation. Quand j’ai pris la décision de devenir chanteuse, mes poumons se sont remplis de ganglions et mon corps à gonflé. J’ai été hospitalisé et j’ai été sous cortisone pendant des années. Pour la médecine française, j’aurais dû rester comme ça. J’avais 25 ans, je marchais comme une mémé… Aujourd’hui je suis complètement guérie. 

Making of de l'EP Comment te traduire.

Parlons de cet EP. Les chansons du disque te sont arrivées rapidement ?

Il a fallu que je m’instaure une discipline. Je me suis trouvée un endroit pour travailler au calme. J’ai fait comme si j’allais au bureau tous les matins. Je me mettais devant mon clavier et à ma guitare et j’écrivais ou composais mes chansons.

Les chansons « Comment te traduire » et « T’inquiète pas » viennent de textes que tu as présentés à un festival de poésie, c’est ça ?

Oui. Mais je trouvais que ces textes méritaient de devenir des chansons. J’ai fait en sorte qu’elles le deviennent un an plus tard.

Dans ce disque, tu chantes, tu parles, il y a des envolées lyriques. C’est très déstructuré… tu te rends compte que tu casses les codes de la chanson ?

Non. Ce n’est pas volontaire en tout cas. Je ferai attention pour le prochain album (rires).

Je ne dis pas ça dans un sens négatif, au contraire. C’est ce qui fait ton style et ton originalité. Tu devrais continuer comme tu as commencé.

En fait, je doute de moi. Dès que l’on me dit quelque chose sur mon travail, je ne sais pas si c’est bien ou pas.

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

Le 2 mars 2018, Lembe Lokk au  TEDx de Tallina Vangla en Estonie, dans la prison de Tallinn Magasini. dans le pris

Tu es d’origine estonienne, mais tu maîtrises parfaitement notre langue.

On m’a dit que j’avais une écriture surprenante. Ce doit être parce que pour les français, la langue française est une routine. Moi, je ne connais pas cette routine, alors j’écris autrement. Je dois la maîtriser le mieux possible, alors je fais attention à chaque mot.

Peut-on dire que c’est un disque aux textes graves ?

Tu trouves que c’est grave ? Je n’ai pas l’impression tant que ça. Pour moi, c’est poétique. Les histoires « lourdes » que je raconte, j’ai l’impression de les tourner de façon à ne pas plomber l’ambiance.

On sent une profondeur dans ta poésie…

Je n’essaie pas de cacher ma fragilité, ni mes émotions, du coup ça libère les gens dans leur fragilité. Ca les autorise à être fragile également. Les gens pleurent parfois sur mes textes. Mais c’est souvent sur mes chansons en estonien. Je crée peut-être des vibrations qui font vibrer les gens, je ne sais pas.

"Il est si tard", version audio.

Tu es auteure, compositrice, interprète, mais aussi comédienne, performeuse… peut-on dire que tu es artiste et point barre.

Je pense que c’est la solution. Je me pose la question régulièrement : est-ce bon de partir dans tous les sens ? Aujourd’hui, je laisse plus de place à la chanson, parce que je reconnais que j’aimerais que mon travail de chanteuse trouve son public. Je commence à voir ce que mes chansons provoquent sur les gens, du coup, j’ai envie qu’il y en ait encore plus qui traversent les émotions que je propose.

Mais chassez le naturel, il revient au galop ?

Tu as raison. Je ne peux pas m’empêcher d’écrire des textes qui ne deviendront pas des chansons et j’ai plein d’idées de performances que je n’ai pas encore réalisées. Si je veux que « l’autre » m’entende, il faut que je me rende compréhensible, d’une manière ou d’une autre. Mais au fond, il y a une logique et une cohérence à ce que je fasse toutes ses choses.

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

(Photos extraites du spectacle M.A.MA.E, meurtre artistique, munitions, action, explosion).

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandorOui, là par exemple, tu joues dans une pièce de théâtre. Tu as été engagée parce que tu es chanteuse.

Je joue dans une pièce de Nadège Prugnard,  M.A.M.A.E, meurtre artistique, munitions, action, explosion. J’y fais aussi une sorte de performance. J’adore m’adonner à des trucs excentriques, bizarres…

(Pour en savoir plus sur toutes ses expériences, lire ici, à la rubrique : Autrement…)

Parle-moi du clip de « Comment te traduire » dont l’animation est signée Barbara Creutz et qui a été déjà sélectionné à TMFF à Glasgow (Ecosse) et Simply Shorts Film Festival à Brisbane (Australie).

C’est une artiste qui a fait le clip de mon premier groupe Rouge Madame, « Kaua », mais surtout, elle fait des vidéos pour des opéras du monde entier. Elle a aussi réalisé des films d’animation. Avec elle, on a estimé qu’il fallait créer toute une imagerie. Comme un couple, on a traversé des moments pas évidents et on a fini par sortir quelque chose qui m’a convaincu à 100%.

Clip officiel de "Comment te traduire" de Lembe Lokk par Barbara Creutz.

Il y a aussi un joli livret avec tes textes et ses dessins. Par contre il est plus grand que l’EP.

Il s’agit d’un EP, donc ce n’était pas cohérent de faire une énorme dépense de livret. Du coup, on a voulu que ce livret soit quelque chose que l’on conserve indépendamment du disque. Nous étions frustrées de ne pas pouvoir publier, Barbara ses dessins et moi mes textes. La personne qui a fait la mise en page du disque et du livre m’a proposé de faire un livret de la taille d’un 45 tours. Ça reste un format musical, mais qui n’a rien à voir avec un EP.

Tu les vends à la fin de tes concerts.

Oui et sur la boutique de mon site.

lembe lokk,comment te traduire,ep,interview,estonie,estonienne,chanteuse,artiste,mandor

Après l'interview, le 24 mars 2018.

10 mai 2016

Clio : interview pour son premier album

clio,chanteuse,interview,mandor

clio,chanteuse,interview,mandorEt Clio, tu connais ? Cette question récurrente posée par mes confrères journalistes spécialisés dans la chanson française commençait à m’agacer. A cela, je répondais. « Oui, ce qu’elle fait est plutôt bien troussée ». Réponse un peu vague que l’on peut attribuer à de nombreux artistes. Réponse mensongère, de surcroît. J’aurais dû répondre, vexé comme un pou : « pas du tout, lâchez-moi avec cette Clio que je ne connais ni d’Eve, ni d’Adam », mais ce n’est pas digne d’un journaliste spécialisé dans la chanson française de mon envergure. J’ai ma réputation et une crédibilité professionnelle sans faille à protéger.

Bref, un beau jour (ou peut-être un nuit), je reçois le disque de Clio (non, je n’avais pas eu, entre temps, la curiosité de chercher sur YouTube deux, trois vidéos de la demoiselle, histoire que je me fasse une idée et que je puisse répondre avec honnêteté). Et je l’écoute, donc. Une voix douce et « emportante » (qui nous emporte, quoi !), des chansons empreintes de mélancolie, une écriture subtile, des mélodies discrètement accrocheuses. Je ne sais pas pourquoi j’aime, mais j’aime. Elle sort du lot de la multitude de chanteuse à texte s’accompagnant seule à la guitare. Je lis l’argumentaire qui accompagne le disque de cette diplômée de Lettres Modernes. 

« Il y a autant d’histoires chez Clio que d’introspections. Sans nostalgie. A peine le fond de mélancolie nécessaire à l’hygiène de l’âme. Clio interroge la relation, la questionne du haut de ses 28 ans, de sa langue élégante, de ses métaphores-sémaphores. En noir et blanc, en couleurs, avec subtilité et malice. Avec tantôt un zeste d’ironie à l’encre sympathique, tantôt un humour franc et clairement affiché. »

On ne saurait mieux dire.

clio,chanteuse,interview,mandor

Clio est donc venue le 23 mars dernier dans les locaux de Webedia pour une première mandorisation (quelques jours avant qu’elle ne reçoive les trois f de Télérama, j’ai donc rencontré une chanteuse en devenir encore humble et sans garde du corps (oui, ça va, je plaisante !))

Biographie officielle :clio,chanteuse,interview,mandor

Clio écrit des histoires, et chanter l'amuse.

Avec sa voix unique, elle promène ses jolis textes, poussés par des mélodies qui rentrent dans la tête. Elle parle de balades seule à observer le monde, de garçons pas vraiment les bons, de petits morceaux de vie qui laissent un goût sucré, ou iodé.

Son premier album est sorti le 1er avril 2016 (uGo&Play / L'Autre Distribution).

Clio vient de remporter le 1er Prix du Tremplin Francophone Le Mans Cité Chanson 2016 et fera partie du Mégaphone Tour 2016/2017.
Et un peu avant : Clio a remporté en 2015 le premier prix du Carrefour de la Chanson de Clermont-Ferrand, et le 3ème prix de la médaille d'or de la chanson de Saignelégier. Elle était en juin 2015 dans les 6 finalistes du radiocrochet "Partons en Live #LaReleve" de France Inter présenté par André Manoukian

clio,chanteuse,interview,mandor

clio,chanteuse,interview,mandorInterview :

Ta passion pour la musique vient-elle de ton enfance ?

Pas du tout. Mes parents sont profs et ils ne m’ont pas incité à jouer de la musique étant petite. Mes frères et sœurs eux en faisaient. C’est amusant parce qu’aujourd’hui, je suis la seule à faire faire ce métier.

Quand as-tu envisagé de faire de la musique et de chanter alors ?

Depuis toute jeune, j’écrivais beaucoup et plein de choses différentes dans des cahiers qui trainaient partout. Vers 22 ans, j’ai appris un peu la guitare, du coup, ça m’a incité à chanter. J’ai commencé en interprétant avec deux accords de guitare le répertoire de Georges Moustaki et de Maxime Le Forestier. Ensuite, j’ai essayé de mettre des accords et des mélodies à moi sur certains de mes textes. J’ai beaucoup travaillé parce qu’au départ, ce que je faisais n’était pas encore façonné pour la chanson. Un jour, j’ai estimé que je pouvais me lancer. J’ai tout de suite compris que j’aimais faire ça. Cela m’a surpris parce que c’était inattendu que je me dirige dans cette voie-là.

Et tu aimais chanter ?

En tout cas, je ne me sentais pas légitime. Je n’avais jamais voulu chanter et ça m’intimidait de le faire. Aujourd’hui, j’écris avec l’idée que je vais chanter moi-même mes textes, mais ce n’était pas le cas à l’époque. Je n’envisageais même pas de chanter sur scène, cela me faisait bien trop peur.

"Eric Rohmer est mort".

Quand as-tu sauté le pas ? (Photo à droite : Annie-Claire Hilga)clio,chanteuse,interview,mandor

Il y quatre ans, pour mon anniversaire, mes parents  m’ont offert un petit papier sur lequel était écrit : « Bon pour enjoliver tes chansons ». J’ai vu sur le site de Jérémie Kisling qu’il proposait des ateliers. Je cherchais quelqu’un qui puisse m’aider à faire des arrangements à mes chansons. Cela correspondait à ce qu’il proposait. Grâce à mon bon, j’ai pris deux heures d’atelier avec lui à Paris. Je lui ai fait écouter deux chansons et il a beaucoup aimé. Il m’a dit qu’on allait faire un disque. A partir de là, nous avons travaillé ensemble pendant un an. Après, ça s’est un peu compliqué avec lui, alors nous avons interrompu notre collaboration. J’ai rencontré Ugo Berardi, qui travaillait pour la boite de production de Jérémie. Il a aimé mon travail et en avril 2014, il a envoyé des chansons à moi aux Trois Baudets. Le mois suivant, j’étais programmée. Il a fallu que je trouve un guitariste pour m’accompagner et Ugo m’a présenté Gilles Clément. 

Comment s’est passée ta première scène aux Trois Baudets ?

Je n’étais pas sûre de parvenir à chanter, mais au final, c’était vraiment très bien. Bien sûr, c’était maladroit, mais j’ai vraiment eu l’impression que j’avais donné quelque chose aux personnes présentes dans la salle. C’était une curieuse sensation que de partager avec les gens. C’était fort. La deuxième fois que je suis revenue chanter dans cette salle, j’ai l’impression que c’était moins bien, parce que je n’ai pas retrouvé la magie du premier soir.

Clip de "Des équilibristes".


Tu es en dispo de l’éducation nationale depuis trois ans. Il va falloir que tu finisses par choisir définitivement:

Pour le moment, j’ai fait le choix de laisser mon métier d’institutrice pour me consacrer à 100% à la chanson. On ne peut pas faire ce métier en dilettante, il me semble. Je fais tout pour reculer l’échéance, mais au mois de juin, je vais être obligée de démissionner.

J’ai l’impression que les choses vont vite pour toi, ressens-tu la même chose ?

Je vois comment ça se passe pour les uns et pour les autres, je suis obligée de constater qu’effectivement, il se passe beaucoup de choses pour moi en ce moment. J’ai un début de parcours rapide, voire idéal.

Tu n’es pas passée par la case EP, directement tu sors un album.

On voulait sortir un EP, mais c’est mon attachée de presse, Patricia Espana, qui m’a incitée à sortir directement un album. Elle croyait en moi et elle a considéré qu’elle allait réussir plus facilement à  capter l’attention sur moi si j’avais un album complet.

Que penses-tu de ta voix ?

Je n’ai aucune idée de ce qu’elle peut produire sur les gens. C’est ma voix, je fais avec puisque je veux être l’interprète de mes propres chansons.

clio,chanteuse,interview,mandor

Pendant l'interview...

Alain Cluzeau, le réalisateur de ton album a choisi de mettre en avant ta voix. C’est un grand réalisateurclio,chanteuse,interview,mandor qui a travaillé pour pléthores d’artistes. Comment cela s’est passé avec lui ?

Il a toujours été très réservé. C’est lui qui a choisi les titres qui figurent sur le disque. Plusieurs chansons sont parmi les plus vieilles de mon répertoire, des chansons de jeunesse, des chansons à chutes comme « Le coiffeur ». C’est un peu du gâchis autant de chansons qui ne me correspondent plus aujourd’hui. Bon, j’ai décidé de faire confiance…

Tu ne le regrettes pas aujourd’hui, je suppose ?

Je ne sais pas encore. Les chansons récentes et que j’aime bien seront donc sur un prochain album, j’espère.

Arrives-tu à te considérer comme une chanteuse ?

Je voudrais juste plus assumer le fait d’aller sur scène. J’aimerais bien être plus « fortiche ».

Idéalement, comment envisages-tu la suite ?

Je n’ai jamais été très forte pour me projeter dans l’avenir. Je ne prévois rien, mais ce qui me plairait c’est de pouvoir continuer tranquillement à chanter et à vivre de ce métier.

clio,chanteuse,interview,mandor

Le 23 mars 2016, après l'interview.