Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 décembre 2014

Salon du Livre d'Ozoir-La-Ferrière 2014 : bilan et photos

Affiche recto salon 2014.jpg

C'est la sixième année consécutive que j'anime le Salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière (Voir là en 2009, ici en 2010, en 2011, en 2012 et l’année dernière). Toujours aussi fatigant, mais toujours aussi exaltant, dis-je chaque année. Plus de 20 interviews, deux débats de 45 minutes (l’un avec Didier Daeninckx, l’autre avec Nicolas Peyrac, un quizz littéraire et je ne sais pas combien de kilomètres parcourus...

Comme chaque année, je rapporte de ce salon quelques souvenirs photographiques (merci à la mairie d'Ozoir-la-Ferrière pour certains clichés de cette année...)

Commençons avec un article du Parisien Seine-et-Marne publié la veille du salon.

Le Parisien.jpg

Comme chaque année, le salon commence avec un quizz littéraire (concocté par l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier, présent sur la photo ci-dessous) auxquels participent le public, mais aussi les auteurs et les éditeurs présents. Cette année, il s'agissait de découvrir les anagrammes d'auteurs mondialement connus. Gros succès ! Nous nous sommes franchement bien amusés !

Salon livre (4).JPG

Une participation active de la jeunesse ozoirienne... :)

Salon livre (8).JPG

L'effet magique du Salon du livre d'Ozoir... les livres poussent sur les arbres (photo réalisée sans trucage, évidemment).

IMG_6517.JPG

A un moment donné, il y a eu la foule des grands jours...

10431461_10203007007960908_2291566705857068904_n.jpg

Stand Quadrature : l'auteure Pascale Pujole et deux de ses éditeurs, Catherine Nyssens et Jean-Louis Dufays.

Pascale Pujole catherine Nyssens Jean louis Dufays ses éditeurs.jpg

Moi aussi, j'achète des livres. Hum!

IMG_3900.JPG

J'ai eu deux Carole Zalberg pour moi tout seul... et oui! (Voir là toutes ses mandorisations).

IMG_6519.JPG

Et une xième interview de Carole...

Salon livre (58).JPG

Carole Zalbert, l'une des trois invités d'honneur, reçoit la visite du maire d'Ozoir-la-Ferrière, Jean-François Oneto et de l'organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier.

10435912_731851536892561_2158040106535453148_n.jpg

Ici, Carole discute avec un autre invité d'honneur, le romancier Didier Daeninckx.

fouassier2.jpg

Un café littéraire avec Didier Daeninckx, quand on aime le polar français, ça ne se refuse pas! Avant de se consacrer à son métier d’écrivain, il a exercé pendant une quinzaine d’années les métiers d’ouvrier imprimeur, d’animateur culturel et de journaliste localier. C’est le livre Meurtres pour mémoire, publié en 1984 qui l’a révélé au grand public et pour lequel il a obtenu le Prix Paul Vaillant Couturier. Dès ses débuts littéraires, Didier Daeninckx a placé au centre de ses polars les perdants et les oubliés de l'histoire et élargi ce travail en faisant resurgir sur le devant de la scène des épisodes refoulés, ou carrément occultés. Il dit écrire de vrais-faux romans policiers pour évoquer ce qui s'est trouvé interdit d'existence dans les différents récits de l'histoire. De tout cela nous avons parlé, mais de bien d'autres choses encore.

DSC09615.JPG

Ce café littéraire passionnant faisait figure d'évènement, car Didier Daeninckx a précisé que c'était le dernier auquel il participerait. Il a aussi annoncé officiellement que ce salon serait l'ultime pour lui. Il préfère désormais se concentrer sur l'écriture de ses livres et des enquêtes qui en découlent. Fierté pour moi (qui suis fan du monsieur) d'avoir été le dernier à débattre avec lui.

IMG_6521.JPG

Mon amie Jennifer Murzeau (mandorisée récemment) et Franck Balandier.

fouassier 1.jpg

Pour sa septième édition, le Prix Ozoir'elles 2014 a été remis lors du salon à Pablo Melher (ici avec son éditrice, Virginie Paultes) pour son recueil Derrière les grilles du Luxembourg (Editions Moires). Ce prix a la particularité d'être attribué par un jury de lectrices ozoiriennes.

Pablo Mehler et son éditrice fouassier 5.jpg

Pablo Melher lors de la remise officielle du Prix Ozoir'Elles 2014.

10438984_731851453559236_4409374124428633535_n.jpg

DSC05598.JPG

Et soudain, Nicolas Peyrac... ici lors de la cérémonie de bienvenue orchestrée par le salon et plus particulièrement le maire d'Ozoir, Jean-François Oneto.

10155213_731851400225908_9124498484879933862_n.jpg

L'écrivain et chanteur Nicolas Peyrac, en pleine séance de dédicaces avant...

Fouassier 6.jpg

...de se livrer à moi (comme l'indique cet autre article du Parisien Seine-et-Marne).

parisien 2.jpg

Quelques photos de cette jolie rencontre où Nicolas Peyrac s'est livré comme rarement. Je regrette juste de ne pas avoir enregistré cet entretien.

DSC09596.JPG

DSC09598.JPG

Un public attentif...

Salon livre (33).JPG

fouassier4.jpg

DSC09613.JPG

DSC09607.JPG

Affiche verso salon 2014.jpg

Et après le salon, nous avons diné/bu chez Luc-Michel Fouassier (l'organisateur du salon et néanmoins ami) en compagnie notamment de Nicolas Peyrac. Et c'était un chouette moment...

IMG_6525.JPG

02 mai 2014

Carole Zalberg : interview pour Feu pour feu

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

(Photo : Mélania Avanzato)

Carole Zalberg devient une auteure reconnue (enfin) à sa juste valeur. De livre en livre, son œuvre parfaitement cohérente devient de plus en plus forte et sensible avec toujours l’exil et la famille en toile de fond. Son nouveau, court et intense roman, Feu pour feu, vient de sortir. L’occasion d’une nouvelle et belle rencontre (ses autres mandorisations, là), le 26 février dernier à l’agence.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor4e de couverture :

Le récit d’exil d'un père et sa fille, dont les deux voix, mues par une énergie d'entrailles et tissées sur le fil du rasoir, disent l’abîme qui les sépare : la rage urbaine de la jeune Adama face au mutisme résigné de son père, qui voit comme une malédiction la mort arriver par la main de sa fille inculpée pour un incendie dans la cité.

Explications de l’auteure :

"Au départ, il y a ce fait divers qui m’a frappée pour l’écart entre ce que je suppose aussitôt de dérisoire dans le geste et ses conséquences tragiques. Il y a plus de dix ans, des adolescentes avaient incendié les boîtes aux lettres d’un immeuble et le feu s’était propagé aux étages, faisant de nombreuses victimes. Puis il y a l’image au journal télévisé d’un bébé porté au-dessus des flots lors du sauvetage de clandestins à Lampedusa. Cette image me chavire parce que c’est une vie sauvée, mais une vie qui démarre, et je me demande ce qui suivra. Je me dis que ça n’est pas gagné et de là naît le livre : j’imagine que quinze ans plus tard, cette enfant est l’une des incendiaires et qu’entretemps, le silence a œuvré.

Je choisis de faire parler le père, de le faire parler à sa fille alors qu’elle passe une premièrecarole zalberg,feu pour feu,interview,mandor nuit en prison. Par sa voix s’impose assez vite le rapprochement entre les deux feux, le dernier réveillant le premier. Le geste d’Adama est un petit geste. Elle est peut-être une guerrière, une combative au moins, certainement pas une meurtrière. Mais le père n’en sait rien, ne sait que ce qu’il voit : la mort par la main de sa fille ou sa complicité. Je veux le suivre dans ce cheminement.

Je cherche l’essentiel. Mon essentiel. Le point où ce parcours me parle, me remue, me concerne et me permet d’écrire.

Ces trajectoires, bien sûr, on les connaît. D’autant que je me suis imprégnée de témoignages pour ensuite reconstituer une sorte de parcours emblématique. La singularité, je crois, tient au rapport du père et de sa fille, un rapport de peau, tout le temps que dure la fuite. Et aussi au tissage des langues, celle du père, précise, tellement maîtrisée qu’elle n’est que reconstitution du vivant, celle de la fille urgente et explosive, cravachant les mots, fertile, elle."

L’auteure :

Née en 1965, Carole Zalberg vit à Paris. Romancière, elle est notamment l’auteur de Mort et vie de Lili Riviera (2005) et Chez eux (2004), publiés aux éditions Phébus, et de La Mère horizontale (2008) et Et qu’on m’emporte (2009), parus chez Albin Michel. Elle a obtenu le Grand Prix SGDL du Livre Jeunesse pour Le Jour où Lania est partie (Nathan Poche, 2008). Animatrice d’ateliers d’écriture en milieu scolaire et de rencontres littéraires, Carole Zalberg travaille également à des projets en lien avec le cinéma ou le théâtre : À défaut d’Amérique (Actes Sud, 2012) est actuellement en cours d’adaptation pour le cinéma.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandorInterview :

Après ton précédent roman, À défaut d’Amérique, les choses ont changé pour toi.

C’est un ensemble de choses. Mon arrivée chez Actes Sud m’a fait me sentir un peu plus à ma place. Pour cette maison, quand tu accueilles un nouvel auteur, tu mets pas mal d’énergie à le défendre. Actes Sud est vraiment un endroit pour moi. Il y a un ensemble d’éléments qui fait que ça se passe super bien et de mieux en mieux. Je pense que se sentir à la bonne place est primordial. Depuis que je suis chez Actes Sud, je touche plus de lecteurs ou de journalistes susceptibles de s’intéresser à mon travail. Donc ça fait vraiment avancer les choses.

Feu pour feu, lui aussi, est très bien accueilli par les critiques. Ce court roman semble bénéficier d’articles et de réactions tout aussi élogieux.

J’avais peur que ce texte soit réduit à des dimensions qui n’ont rien à voir avec de la littérature comme « à partir d’un fait divers », « un livre sur les jeunes en banlieue »… je suis ravie parce que l’accent a été mis sur la langue de l’écriture.

Tu devrais dire les langues de l’écriture. Il y en a deux : celle du papa et celle de la jeune fille. Celle du père est presque châtiée.

Je n’ai pas voulu imiter une façon de parler ni chez l’un, ni chez l’autre. J’ai préféré surprendre en ayant une langue qu’on n’attendait pas de ce type de personnages. Pour le père, en tout cas, ça se justifie tout à fait parce que je connais beaucoup d’hommes de certaines régions d’Afrique qui parlent ainsi, de façon digne et très posée. Ils ont souvent un rapport à la langue très respectueux.

La langue de sa fille est moins formelle et plus « bouillonnante ». carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

Je voulais absolument ce contraste. Deux extrêmes.

Utilise-t-elle la langue des cités ?

Non, pas vraiment, parce que sinon, elle daterait rapidement. C’est une langue fascinante qui est en mouvement perpétuel, qui s’invente, se réinvente, qui s’approprie toutes sortes d’expressions. Je me suis inspirée de la façon dont la langue des jeunes gens des cités et d’ailleurs évolue. Les choses qui se perdent dans la syntaxe, cette façon de mélanger le vieil argot avec des mots très classiques de la langue française sans qu’ils s’en aperçoivent… Ils recyclent, récupèrent et remixent tout ça à leur sauce. Ça change tout le temps.

Adama, cette jeune fille de 15 ans qui fait des bêtises, est tout de même attachante. Je schématise et raccourcis, mais quand elle comprend qu’il y a des injustices dans le monde, elle pète un câble.

Elle se construit en guerrière. Il y a quelque chose qui se protège et se durcit chez elle. Elle fait le lien avec quelque chose de son passé qu’elle ne connait pas. Pour vivre en ayant l’impression d’être solide, elle se radicalise. Ce n’est pas intellectualisé, c’est vraiment une réaction, mais elle ne veut plus être touchée par la souffrance, par le mal, par ce que le monde peut être.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandorLe père est un homme d’une dignité comme j’en ai vu rarement dans un roman.

Je n’ai pas réfléchi au fait de mettre en scène un héros. Mais, c’est effectivement un héros d’une épopée en concentré. Il n’a survécu aux terribles évènements que je raconte dans mon livre que pour sa fille. S’il est obligé d’admettre qu’elle a brûlé l’immeuble volontairement et qu’elle est passée du côté du mal, il cessera de vivre tout simplement, car il n’y aura plus rien qui le fera avancer.

L’exil est un thème qui te tient à cœur. Là encore, dans Feu pour Feu, tu l’évoques à travers deux faits divers.

Il y a une dizaine d’années, j’ai été marquée par l’incendie d’un immeuble dû à un feu de boites aux lettres, mais sans me dire que j’allais écrire un jour autour de ça. Beaucoup plus récemment, toutes les images que l’on a vues des naufragés de Lampeduza, m’ont beaucoup bouleversée. Ça a fait écho à des choses qui m’ont toujours beaucoup travaillée.

Tu racontes l’exil par le mouvement et par le corps.

Ce qui m’intéressait de raconter c’était comment physiquement ça se passait à ce moment-là. Que se passe-t-il quand un père qui n’est pas programmé physiquement pour s’occuper de son tout petit doit se transformer quasiment en mère ? Qu’est-ce que cela fait au corps, qu’est-ce que ça change dans la relation père/fille ?

Passons à un deuxième livre de toi qui est sorti en même temps que Feu pour feu. Mort etcarole zalberg,feu pour feu,interview,mandor vie de Lili Riviera. C’est la version poche chez Babel/Actes Sud, d’un roman sorti en 2005.

Ce livre raconte la vie de Lili Riviera, ex-star du porno aux excessives courbes sculptées par la chirurgie. Sa mort est l’occasion de dresser le portrait d'une petite fille cachée derrière les attributs monstrueux d'une créature à fantasmes. Ce récit parle avant tout d'un éperdu besoin d'amour jamais comblé. Ce roman est sorti dans sa première publication chez Phoebus. Il n’avait quasiment pas eu de vie parce qu’il est sorti à un moment où il y avait eu de gros soucis dans cette maison. Je suis contente de le revoir surgir, car c’est un livre auquel je tiens.

Actes Sud rapatrie peu à peu l’ensemble de tes textes. J’imagine que tu es ravie.

Plus que ça. C’est agréable de savoir que son œuvre est rassemblée dans et par une maison dans laquelle on se sent chez soi.

carole zalberg,feu pour feu,interview,mandor

Après l'interview, le 26 février 2014.

24 janvier 2013

Carole Zalberg : interview pour Je suis un arbre

arton1628.jpgDeuxième mandorisation pour Carole Zalberg. La première fois, c’était l’année dernière pour la sortie de son précédent roman sorti aux éditions Actes Sud, A défaut d’Amérique.

Son nouveau livre, Je suis un arbre, est destiné aux adolescents à partir de 13 ans. Il m’a profondément touché parce que l’histoire que raconte l’auteure est proche de la réalité que j’ai vécue dans ma jeunesse (ceux qui ont lu mon livre ou ceux qui me connaissent comprendront). Je ne pouvais donc pas passer à côté de ce petit livre (de la collection D’une seule voix). Carole Zalberg est venue à l’agence le 4 janvier dernier.

COUV-je-suis-un-arbre-ok-1DECOUV.jpgL’histoire :

Fleur est solide. Fleur s’occupe avec patience et parfois résignation d’une mère aimante, fantasque, mais qui sombre un peu plus chaque jour dans l’alcoolisme. Louna elle aussi est livrée à elle-même. Fatiguée de s’occuper d’un père dépassé et négligent, Louna claque la porte et se réfugie chez Fleur et sa mère. La maladresse touchante et la fraîcheur de son amie envers sa mère vont permettre à Fleur d’accepter parfois de lâcher prise et un équilibre s’installe entre ces personnages, fragile, mais lumineux.

L’auteur :

Née en 1965, Carole Zalberg vit à Paris. Romancière, elle est notamment l'auteur de Mort et vie de Lili Riviera (2005) et Chez eux (2004) aux éditions Phébus, de La Mère horizontale (2008) et Et qu'on m'emporte (2009) chez Albin Michel. Elle a obtenu le Grand Prix SGDL du Livre Jeunesse pour Le Jour où Lania est partie (Nathan Poche, 2008). Animatrice d'ateliers d'écriture en milieu scolaire et de rencontres littéraires, Carole Zalberg travaille également à des projets en lien avec le cinéma ou le théâtre : À défaut d'Amérique (Actes Sud, 2012) est en cours d'adaptation pour le cinéma.

DSC06439.JPG

DSC06438.JPGInterview :

Si je simplifie un peu, Je suis un arbre est la version pour ado de ton roman La Mère horizontale. Tu racontes l’histoire d’une fille qui s’occupe seule d’une mère alcoolique, mais aimante. Dans une certaine mesure, j’ai vécu ce qu’à vécu Fleur. Et toi ?

Pas du tout. J’ai pu confronter ce que je pouvais percevoir de ces situations-là à des situations réelles. Dans la vie, j’ai croisé des enfants de parents alcooliques qui m’ont dit que j’étais proche de la réalité. À tel point que certains étaient même très gênés parce qu’ils pensaient que c’était mon histoire. Ma mère était d’ailleurs très malheureuse et je passais mon temps à rétablir la vérité. Paradoxalement, j’ai l’impression que c’est une partie de moi tellement je porte les personnages de cette trilogie depuis « La Mère horizontale ».

Mais, pourquoi ce thème ? Je ne comprends pas qu’on ait l’idée d’écrire un si beau et grave texte si on n’a pas vécu la chose.

Ce qui me bouleverse avant tout, c’est la force des enfants. Après, les sujets, tu les rencontres comme les gens. J’ai dû croiser d'anciens enfants qui ont été confrontés à ça et que je trouvais particulièrement solides. Je dis chapeau. On peut tenir debout en ayant vécu des choses pareilles.

La maternité, c’est un sujet déjà, à la base, qui te fascine.

Je trouve que la maternité est un très beau matériau romanesque. C’est un moment ou les positions sont complètement bouleversées. Pendant un certain temps, tu es autant ancien enfant de tes parents que nouvelle maman, voire tout le temps. Peut-être que c’est quelque chose qui reste et qui fait partie intégrante de cette relation-là. Ces situations de mères « empêchées » avec des enfants qui se retrouvent contraints d’assurer, je trouve qu’il y a quelque chose à la fois de très poignant là-dedans et de très intéressant. Tout est exacerbé. Parmi tout ce que je raconte, y a-t-il des peurs que j’ai en moi, ou que j’ai eues en devenant mère ? Je ne sais pas.

J’aime bien l’inversion des rôles. La fille qui s’occupe de la mère…

Ce qui est douloureux dans cette situation, c’est qu’effectivement, elle devient mère de sa mère, mais elle n’est encore qu’une adolescente. Il y a forcément une souffrance et un conflit par rapport à ça. On le voit un peu dans sa vie sentimentale et amoureuse qui n’est finalement pas très avancée. Ça fige certaines choses. Toute la maturité est mise dans ce rapport avec la mère, dans les responsabilités qu’elle a. Il n’y aucune place à la légèreté et pourtant, il en faut pour avancer dans la vie d’ado.

Fleur à une copine, Louna, qui elle-même a de gros problèmes de communication avec son père. A la suite du départ de sa femme, il a abandonné son poste de « papa ». Voilà un deuxième problème  que vivent parfois les jeunes.

Ces situations me paraissent assez fréquentes. Là, c’est le père qui se retrouve dans une situation de faiblesse et quasiment d’incapacité, je trouve ça intéressant à côté de l’image qu’on a des pères qui assurent, qui sont costauds. Il y a aussi des pères qui sont fragiles, qui s’occupent peu de leurs enfants, même quand ils les élèvent seuls, ce qui est rare. Ce n’est pas par désamour ou indifférence, mais parce qu’ils sont abimés. Le père de Louna est complètement handicapé, il s’est laissé happer par son chagrin. Peut-être que sa fille lui rappelle sa femme ?

Ce livre n’est jamais larmoyant ni pathétique.

Je crois que dans ma façon d’écrire et dans ma façon d’aborder les romans de manière générale, c’est une constante. J’ai tendance à aborder des sujets graves, donc je considère qu’il ne faut surtout pas en rajouter. J’essaie d’être le plus sobre et le plus tenu possible dans la façon d’en parler. De plus, je ne vois pas forcément le pathos dans ces situations-là. Ce qui m’attire dans ce genre d’histoire, c’est la force qui s’en dégage et les moments de tendresse. Je crois qu’au bout du compte, c’est un texte dans lequel il y a énormément de douceur et de tendresse.

DSC06437.JPG

Ce qui m’a frappé dans ton livre, c’est qu’il n’y a pas d’interventions d’adultes pour aider les deux jeunes filles…

C’est parce que la mère de Fleur s’est retrouvée elle-même dans une situation où elle est très isolée par rapport à sa famille.

Mais, même l’école n’intervient pas.

Parce que Fleur se débrouille pour que personne ne remarque rien. Et sa mère n’est pas totalement hors circuit, elle se montre parfois, du coup, ça passe. Il n’y pas de stigmates chez Fleur, on ne se rend compte donc de rien.

Écrire un tel livre, est-ce aussi le moyen d’aider les jeunes qui vivent ce genre d’expérience ?

Je ne le fais pas pour ça en tout cas. Mais s’ils peuvent se reconnaître dans cette histoire et se dire qu’ils ne sont pas tout seuls à vivre ça et qu’on peut s’en sortir, je serai très heureuse. Comme je ne parle pas en connaissance de cause, je n’ai aucune légitimité à donner des conseils. Je n’ai pas non plus la prétention de développer des théories. Je suis juste allée au bout de mon intuition et de mon invention.

Tu n’as pas peur que certaines personnes qui vivent ce que tu racontes te demandent de quel droit tu racontes ce genre d’histoire ?

Je pense que les romanciers ont vraiment tous les droits, à leurs risques et périls. Tu peux t’emparer d’un sujet qui est très loin de toi et finalement tomber complètement à côté. Une chose à laquelle je fais très attention, c’est de ne pas être obscène, ni sordide.

En séance de dédicaces, plein de gens vont te raconter leurs histoires personnelles.

J’ai l’habitude de remettre les choses dans la littérature. J’ai parfaitement conscience que ce livre n’est pas un guide de vie, mais je sais qu’avec ce genre de sujet et on est tout de même confronté à cette conséquence.

Fleur est aussi une des héroïnes de ton précédent roman, A défaut d’Amérique.

Quand tu as créé des personnages, toute une lignée, autant aller partout et visiter tous les recoins avec eux. Ce doit être mon goût du cinéma qui fait ça. C’est comme si je déplaçais les caméras pour voir ce que ça donne d’un autre angle.

Je sais que tu as envie de faire des lectures de ce livre à voix haute…

Oui, c’est quelque chose que j’aime bien faire. J’aime l’idée de faire entendre un texte comme tu l’as toi dans l’oreille. C’est presque comme de la musique.

Tu te relis à voix haute après la phase d’écriture ?

Tout le temps. C’est essentiel et aussi important que le sens des mots. Je suis vraiment capable de changer un mot, même s’il dit parfaitement ce que je voulais exprimer, parce que je trouve qu’il ne sonne pas bien dans la phrase ou qu’il casse le rythme. Je pense que ça contribue au sens général du texte.

la-mere-horizontale.jpgJe reviens à ton livre La Mère horizontale, on peut dire que c’est la version adulte de Je suis un arbre ?

C’est beaucoup plus développé. La Mère horizontale, c’est donc Fleur qui est adulte et qui attend un bébé. Du coup, elle a la force de se pencher sur son passé et de se dire que les choses ne vont pas se répéter avec elle. La particularité de cette lignée de femmes, c’est de se transmettre cette incapacité, ou du moins, cette grande difficulté à être une mère et plus précisément, à être une mère debout et compétente. Fleur à la conviction au moment où elle entame le récit qu’elle va s’en sortir et qu’elle saura être mère.

Tu as une personnalité lumineuse, tu souris tout le temps, mais ton œuvre est grave…

Justement, je dépose dans tous mes livres ce qui est sombre en moi.

DSC06440.JPG

21 février 2012

Carole Zalberg: interview pour A défaut d'Amérique

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandorJe n’avais jamais lu un livre de Carole Zalberg avant A défaut d’Amérique. Pour différentes raisons personnelles, j’ai été happé par ce roman… et du coup, je me suis promis de faire le maximum pour le faire connaître au plus grand nombre. Elle n'a pas forcément besoin de mon aide, mais bon... un + un + un = une visibilité conséquente. Ainsi, j’ai écrit un article dans un de mes journaux et je l’ai rencontré le 10 janvier dernier pour une interview destinée à un autre…

Avant tout, voici sa présentation « officielle » :

Née en 1965, Carole Zalberg vit à Paris. Romancière, elle est notamment l’auteur de Mort et vie de Lili Riviera (2005) et Chez eux (2004), publiés aux éditions Phébus, et de La Mère horizontale (2008) et Et qu’on m’emporte (2009), parus chez Albin Michel. Elle a obtenu le Grand Prix SGDL du Livre Jeunesse pour Le Jour où Lania est partie (Nathan Poche, 2008). Animatrice d’ateliers d’écriture en milieu scolaire et de rencontres littéraires, Carole Zalberg travaille également à des projets en lien avec le cinéma ou le théâtre : A défaut d’Amérique (Actes Sud, 2012) est actuellement en cours d’adaptation pour le cinéma.

L'interview publiée dans Addiction, le mag, daté du mois de février 2012.

carol1.jpg

carol2.jpg

carol3.jpg

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandorUn peu plus, pour les "chroniques de Mandor"...

Êtes-vous allée là où vous ne pensiez pas forcément aller ?

Quand je commence un roman, j’ai beaucoup d’images dans la tête. C’est comme si j’avais devant les yeux une sorte de fresque un peu suspendue. Les points essentiels sont là. Je les connais et je sais que je vais les aborder à un moment ou à un autre. Il m’arrive par contre d’être surprise par une direction que je prends, mais qui s’impose d’elle-même. Quand on est confronté à cette liberté et cette autonomie que prend le récit, on peut se dire qu’à priori, le roman existe. C’est encourageant.

Retravaillez-vous vos textes souvent ?

Je les retravaille beaucoup, mais au fur et à mesure. Je considère que ma séance de travail est terminée quand j’ai pesé chaque mot, chaque virgule, ce qui représente beaucoup de trituration et maturation. Je retravaille assez peu à la fin. Quand j’ai l’ensemble du texte, c’est plus des réglages afin que rien ne soit flottant.

Un auteur sait-il être objectif sur la qualité de son texte ?

La seule chose que l’on peut évaluer, c’est ce qu’on a fait par rapport à ce que l’on voulait faire au départ. On se demande aussi quelle sensation on va avoir en se relisant… Ce qui fait que je me dis que c’est plus ou moins réussi, c’est le fait d’être surprise en relisant.

Ce roman a-t-il des résonances personnelles ?

Après La mère horizontale et Et qu'on m'emporte, c’est le troisième roman d’une trilogie sur 3 générations de mères et de filles. Plus j’ai avancé dans cette lignée, plus je me suis rapprochée de mes propres origines familiales. Ma famille du côté paternel et maternel est de la même origine juive polonaise. Il y a beaucoup de similitudes dans les parcours : ma famille a éclaté aux quatre coins de la planète et elle a cette conscience permanente de la précarité de l’existence, du fait qu’on sait que l’on peut avoir à tout quitter et que tout peut basculer du jour au lendemain. Ce sont des choses que je porte en moi et qui sont présentes dans beaucoup de mes romans. Adèle est assez proche de ma propre grand-mère, je lui ai emprunté beaucoup de traits de caractère. J’avais en tête son image, son attitude dans la vie. Le côté frondeur que rien n’abat. C’est elle, oui.

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

(Merci à Jean-Paul Dayan pour la photo d'ouverture.)

Et n'oubliez pas, ce soir...

 

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

Pour en savoir plus sur cet évènement...

Edit: Quelques photos de la soirée...

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor

Merci à Kevin Juliat pour les photos... et pour sa présence avec Stéphanie Hochet (qui a participé activement à cette rencontre en posant tout plein de questions passionnantes)...

carole zalberg,a défaut d'amérique,interview,addiction,mandor