Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

18 décembre 2017

MontparnassE: Interview pour (Des) Couleurs manifestes

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

(Photo : Lo Bricard)

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandorMontparnassE, je ne connaissais que de nom. Je savais que l’artiste existait, mais je ne l’avais jamais écouté/entendu. Récemment, son attachée de presse (amie de moi) me glisse son dernier disque, (Des) Couleurs manifestes, dans la main en m’indiquant que  je devrais aimer (je suis donc si prévisible que cela Anne Claire Galesne ?) Bon, elle avait raison. J’ai adoré dès la première écoute. Une voix Goldmanienne, des chansons Coldplayiennes et de magnifiques mélodies. Evidemment, j’ai souhaité rencontrer Philippe MontparnassE. Ainsi fut fait le 20 novembre dernier dans son QG parisien. Un sympathique bar à vin (dans lequel, raisonnablement, nous avons bu un café).

Biographie officielle :

La chronologie de MontparnassE est simple. Tout part du rock et y revient. En 2007 Jean-Patrick Capdevielle produit les premiers titres de Philippe Deyrieu, qui se produira désormais sous le nom d’emprunt de MontparnassE. Très vite un album destiné uniquement aux sorties de concerts verra le jour Pop Tasty, Philippe joue beaucoup sur scène et rôde déjà les chansons de demain. C’est tout naturellement que vient alors le premier vrai disque studio de l’artiste, Anachronique réalisé par Ken Ploquin (Bashung, Daho, Hugh Coltman). MontparnassE emmène cet album aux 4 coins de la France et bien au-delà, pour enfin s’arrêter à Londres où démarre la production de son second album, Studio d’Eux. C’est à Abbey Road que ce 2ème opus prendra racine, réalisé par Chris Bolster (Coldplay, Paul McCartney, Oasis) MontparnassE y enregistre les 12 titres d’un LP où se rencontrent les bienveillants fantômes des idoles Pop, des idoles rock, des années Never mind et Doc Martens.

Un single plus loin, ce sont des pages inattendues qui s’ouvrent : l’invitation un dimanche sur un célèbre canapé rouge, de Michel Drucker et Jean-Paul Belmondo, ému d’être cité dans son titre « Quand j’étais Jean-Paul Belmondo ».

En 2013 MontparnassE signe la BO du film Le Cœur des Hommes 3, et démarre une tournée d’où sera tiré Détours Live, le premier album live de l’artiste. Pour le mixage de ce dernier, Philippe fait appel à Vincent Perrot (arrangeur sur quelques titres d’Anachronique, 5 ans plus tôt). L’entente est comme au premier jour... Et l’idée de confier le tout nouveau titre fraîchement écrit intitulé « Another Strange day » à Vincent pour « essayer des choses » fait son chemin...L’envie d’insuffler un peu d’électro dans sa musique aussi... Le résultat est remarquable...

Fort de cette nouvelle collaboration, Philippe entame l’écriture et la composition des 10 autres chansons originales qui, associées à « Ma France » - superbe reprise de Ferrat - et à « Écoute moi jusqu’au bout » dont Cali signe le remarquable texte - forment aujourd’hui le 3ème album studio de MontparnassE.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandorLe disque :

MontparnassE nous livre un nouvel album aux sonorités pop, électroniques, qui sans que l'on s'en aperçoive, nous font battre du pied, bouger la tête, chanter, nous lever et danser. Pendant l'enregistrement, très vite s'est imposé l'envie de partager avec des artistes, amis de longue date et plus récents, cette jolie fête "manifestement colorée". Ainsi vous retrouverez sur cet album Cali (« Ecoute-moi jusqu'au bout »), Jean-Patrick Capdevielle (« Kiss Kiss ») et Noémie Alazard (« Quand tu m'entraines »). (Des) Couleurs manifestes est le 3ème album studio de MontparnassE. Arrangements et réalisations Vincent Perrot. Orchestre symphonique de Budapest dirigé par François Rousselot. Mixé par Vincent Perrot et masterisé par Benjamin Joubert.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

(Photo : Lo Bricard)

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandorInterview : 

Ta passion de la musique vient-elle de ta famille ?

J’ai un grand-père qui était accordéoniste de bal, mais ça n’a rien à voir. Quand j’étais jeune, ma mère écoutait beaucoup de chansons françaises comme Ferrat et mon père était très Pink Floyd et Beatles. Moi j’aimais bien Goldman, Souchon et Cabrel. J’ai été bercé par ces différents  artistes pendant très longtemps. 

Et ton rapport avec un instrument de musique, il est venu comment la première fois ?

Très banalement. J’ai fait mes premiers accords basiques sur la plage pour draguer les filles, nous étions dans les années 90. C’est comme ça que j’ai commencé, mais après j’ai continué. Je ne faisais que des reprises.

Tu as eu l’idée d’écrire tes chansons rapidement ?

C’était à une époque où je travaillais dans un restaurant à Montparnasse. Avec le copain qui m’avait appris mes premiers accords, Vincent, on écrivait des chansons pour se marrer et se faire plaisir, sans penser en faire quelque chose de concret. Un jour, on a écrit une chanson qui s’appelle « Ce ne sont pas des anges ». Dans le restau où je travaillais, on avait comme voisin Jean-Patrick Capdevielle. Un jour, je suis allé lui demander si je pouvais lui donner une cassette avec quelques morceaux. Il accepte en me disant qu’il me donnera son retour. 15 jours après, je reçois un message sur mon répondeur. C’était lui qui me disait qu’il trouvait qu’il y avait quelque chose dans mes chansons. Du coup, d’une partie de rigolade, je commençais à vouloir que cela devienne un truc sérieux.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

Jean-Patrick Capdevielle et Philippe MontparnassE.

Ça a été un déclic ?philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

Oui, parce que pour  une fois j’avais l’avis d’un pro. Ma famille et mes amis adoraient ce que je faisais, mais j’avais besoin d’avis de personnes objectives. Depuis ce jour, toutes les chansons que j’écris, je lui envoie systématiquement. Il écoute et il me donne son avis.

Vous n’avez pourtant pas le même univers musical tous les deux.

C’est vrai. Jean-Patrick est un peu hostile à la chanson française et je crois que le fait qu’il aime mon projet et qu’il décide de le produire m’a beaucoup rassuré sur le chemin que je devais prendre.

Un jour tu lui envoies « M’enfermer dehors ».

Oui, et il change de discours. Il voudrait que l’on se parle parce qu’il souhaite me produire. Ce qu’il fera en 2007 avec l’album Anachronique.

A partir de là, tu te dis : « si j’en faisais un métier ? »

Disons que c’était un rêve qui commençait à devenir un peu une réalité. J’avais autour de moi des gens qui aimaient bien ce que je faisais, qui avaient l’air motivé, je jouais avec des types comme Christophe Deschamps qui était le batteur de Goldman, j’entends mes chansons dans des versions professionnelles... c’est sûr que ça me galvanisait pas mal et ça m’a incité à continuer à écrire de  nouvelles chansons. Tout d’un coup, les choses devenaient possibles.

Clip de "Couleurs manifestes".

Ta voix (que  j’adore) a-t-elle été influencée par tes ainés ?

Je ne sais pas. Pendant des années, j’ai chanté le répertoire des autres, il m’en reste peut-être quelque chose inconsciemment.

Ton disque sonne très actuel ?

Pour ce nouvel album, j’ai adapté le projet aux sons d’aujourd’hui, ce qui n’était pas le cas dans les précédents. J’ai procédé différemment  qu’avec les deux autres : J’ai écrit les musiques, on les a réarrangées et je me suis interdit d’écrire une ligne de texte. Avant j’écrivais paroles et musique en même temps, désormais je souhaite que les arrangements expriment un univers par lui-même.

Reprise de "Ma France" de Jean Ferrat. Une chanson importante pour la famille de Philippe MontparnassE.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandorParle-moi de ta collaboration avec Cali.

Nous nous sommes rencontrés aux Francofolies de Spa en Belgique. Je crois que l’on peut dire que nous sommes les deux artistes les plus programmés de ce festival. Au bout d’un moment, j’ai voulu faire la connaissance de cet artiste que j’aime beaucoup. On m’en parlait à chaque fois en bien. Je le confirme, c’est un type bien. Je lui ai proposé de chanter une chanson ensemble, il n’a pas dit non.

Et ensuite ?

Un jour, de passage à Paris, il m’appelle pour  me dire qu’il est en studio et que si je le souhaite, on peut se voir. Je lui fais écouter les chansons du nouvel album, il semble adorer tout et me complimente sur ma voix. Après il repart en tournée, je lui envoie des musiques, dont celle d’ « Ecoute-moi jusqu’au bout ». Un peu plus tard, il me fait un texte dessus. On se retrouve ensemble de nouveau à Paris et il tient à me le faire découvrir devant moi pour me jauger pendant que je l’écoute. Il était vraiment au service du projet et d’une humilité totale, parce que je ne suis personne. Il n’avait pas de précautions particulières à prendre avec moi et pourtant, il en a pris. Le texte était magnifique et je ne pouvais rien lui apporté de plus, alors on a décidé de l’enregistrer.

Clip de "Another Strange Day".

Je suis impressionné par la production de ton album.

Je le dois à Vincent Perrot. Pas l’animateur d’RTL, hein ! Il a arrangé et réalisé tous les titres. Il a fait un travail formidable. Avec nous, nous avons eu l’orchestre philarmonique de Budapest… et puis, on a enregistré dans de très bons studios. Ce n’est pas un album d’appartement (rires).

C’est quoi le style MontparnassE ?

Je ne sais pas. Je pense que c’est de la chanson française avec une connotation pop anglaise. Il y a des références qui s’installent derrière, toutes proportions gardées bien sûr. Parfois un peu de Coldplay, parfois un peu de Beatles… c’est parce que j’écoute beaucoup ces artistes. Je ne crois pas plagier quiconque, mais j’aime ces sons-là.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

Pendant l'interview...

Il y a eu du financement participatif ?

Avec KissKissBankBank, c’est devenu une aventure incroyable et collective. J’ai tout expliqué au fur et à mesure de l’avancement du disque à ceux qui ont participé. Certains contributeurs ont fait les chœurs de certaines chansons. Beaucoup sont venus écouter dans un studio la première mouture du disque… bref, je les ai impliqués. Beaucoup  de liens entre nous se sont créés. C’est devenu leur disque. Bon, il faut aussi que je précise qu’après, il a fallu que j’ajoute de l’argent parce que la machine s’est emballée (rires).

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandorTu as fait la BO du film Le cœur des hommes 3. Comment es-tu arrivé sur ce projet énorme ?

C’est encore une histoire de rencontre. Dans ma vie musicale, ce n’est que ça. Il n’y a pas de choses forcées en fait. Avec le réalisateur du film, Marc Esposito, nous avons une amie comédienne en commun, Albane Duterc. Elle est venue me voir en concert accompagnée de Zoé Félix et Marc Esposito. Il semblerait que ce dernier ait beaucoup aimé ce qu’il a vu et entendu. Comme il  y avait un after après le concert dans un bar, avec Marc, nous avons sympathisé jusqu’à 4 heures du mat. On s’est revus pour diner ensemble la semaine suivante, ça s’est terminé encore jusqu’à 4 heures du mat. Bref, on est devenu potes, mais on ne parlait jamais musique. Notre relation était telle que je m’interdisais de lui demander quoi que ce soit de professionnel de peur qu’il pense que tous nos moments passés ensemble étaient intéressés. Un jour, il part tourner son film « Le cœur des hommes 3 » en juillet et août et moi je pars en vacances. En septembre, il m’envoie un mail m’expliquant que tout s’est bien passé. Il me demande si je veux faire des essais de musique pour le film. Evidemment,  j’accepte. Je m’enferme pendant une semaine et je lui écris une douzaine de titres. Je lui envoie un vendredi soir, le samedi matin, il me répondait. Il a adoré. Après on a affiné et peaufiné par rapport aux différentes séquences. 

Tu avais vu les deux premiers ?

Oui et j’en étais fan. Ce qui a facilité la création des musiques… quand on connait parfaitement les personnages et l’univers dans lequel ils évoluent, on est plus inspiré.

philippe montparnasse,(des) couleurs manifestes,cali,jean-patrick capdevielle,interview,mandor

A la fin de l'interview, le 20 novembre 2017.

27 mars 2015

Cali : Interview pour L'âge d'or

cali,l'âge d'or,interview,mandor

(Photo : Yann Orhan)

C’est déjà le sixième album de Cali et il est l’un des plus brillants, touchants et émouvants de sa production discographique. En tout, treize chansons qui frappent directement au cœur. Le troubadour engagé en appelle à la mémoire de l’auditeur et aux souvenirs de l’enfance qui permettent, selon lui, de mieux conjuguer la vie au présent. L’âge d’or est un album concept élégant, euphorique et énergique sur tous ces âges heureux de nos existences, et sur ce qui au final reste, et parfois manque.

Vous pourrez retrouver Cali en concert à partir du 26 mars et au zénith de Paris le 27 mai dans un nouveau show chargé d’énergie et de passion.

Le 13 mars dernier, j’ai rencontré Cali dans un bureau de sa maison de disque, Sony. Un Cali détendu (plus qu’il ne l’était lors de ma précédente interview pour CD’Aujourd’hui), de très bonne humeur même. Heureux des premiers retours extrêmement positifs et des premiers chiffres de vente de son nouvel album, ce qui n’était pas le cas pour ses deux précédents, La vie est une truite arc-en-ciel qui nage dans mon cœur (2010) et Vernet-les-Bains (2012).

cali,l'âge d'or,interview,mandorArgumentaire de l’album (en version nettement raccourcie) :

Voilà un album de sève, de sourires, de rocs, de rêve, d’amour qu’on veut sentir couler en soi.

Douze chansons qui frappent tour à tour le cœur, le bonheur, les heures qu’on croyait oubliées dans le grand chapiteau de l’enfance. Un passé conjugué au fil du disque au moment présent.

Le rockeur qu’on connaît si engagé, ce troubadour qui souffle des flammes de liesse sur son public depuis maintenant plus de vingt ans, a chapitré son existence d’un « Age d’or ».
Et c’est vrai : il ouvre ici ses ailes. En mots. En musique. En confidence. Avec une puissance nouvelle : celle d’un homme ébloui par la vie, tirant de son expérience une force et une joie pures.

Ses textes, si intimes, ricochent sur Prévert, Apollinaire ou Brel. Le féminin abonde toujours dans ses mots, mais prend des visages inattendus. C’est racé. Et pourtant d’une brutalité intacte. Comme si les battements de son cœur n’étaient jamais tout à fait apaisés. Son volcan se joue de nous. Et explose de temps à autre.
Cali chante comme il vit, sans mensonge et sans artifice.

L’élégance et l’émotion, égrenées tout au long du disque, naissent aussi d’une fusion : celle du chanteur avec David François Moreau, compositeur de musique de film et de ballet, et réalisateur, musicien et arrangeur de L’Age d’or.

cali,l'âge d'or,interview,mandor

cali,l'âge d'or,interview,mandorInterview :

Tout le monde dit du bien de cet album…

Je ne sais pas ce qui va se passer pour le disque, mais j’ai déjà le succès d’estime et ça me rend très heureux. Ça m’a rassuré parce que, très honnêtement, je ne savais pas trop où j’allais. On n’est jamais sûr de rien quand on sort un nouveau disque.

Vous avez travaillé avec  David François Moreau, un compositeur venu du cinéma, qui signe la plupart des musiques. Pourquoi l’avoir choisi ?

A la fin de 2013, on a fait le Téléthon avec Bénabar, Patrick Bruel et une jeune chanteuse, Marina Russo. Nous avons chanté ensemble sur une musique de Patrick Bruel. C’était David François Moreau, le frère de Patrick, qui a arrangé la chanson. J’ai trouvé le résultat très performant et classe. Il nous a dirigés vocalement. Sa façon de faire, rigoureuse, douce et intense ma beaucoup plu. Quand j’ai joué ma pièce de théâtre à Paris, il est venu me voir. La petite voix qui s’appelle intuition m’a fait lui demander s’il voulait travailler avec moi. C’est mon sixième album et j’ai toujours su où je voulais aller au niveau de la direction musicale. Là, pour la première fois, j’ai dit à quelqu’un : « tu fais ce que tu veux avec moi ».

Pour la première fois, vous avez donc décidé de ne plus être maître de toutes les situations. C’était risqué ?

Le risque majeur était d’être surpris. La première chanson qu’il a travaillé a été « La vie est une menteuse ». J’ai compris la direction qu’il voulait prendre, j’ai trouvé ça jouissif. Il me montrait ce qu’il voulait faire au fur et à mesure de la création de l’album. Il y avait un côté cinématographique qui me plaisait. Mais, franchement, on ne savait pas la couleur que ce disque allait prendre… Nous sommes très satisfaits parce que je trouve cet album hyper cohérent.

Clip officiel de "La vie quoi!"

Cet album a été écrit au début de l’année 2014. Vous jouiez au théâtre à Paris. Comme vous étiez loin de votre famille et de votre sud, du coup, vous avez écrit une soixantaine de chansons. Vous étiez dans une bulle créative ?

Absolument. Si j’avais écrit ces chansons chez moi, entouré de tous les gens que j’aime, elles auraient été peut-être belles, mais avec moins de lumière. Comme j’étais loin, je me suis créé une lumière personnelle. Pour moi, ce disque est le plus lumineux au sens propre du terme.

C’est un disque lumineux, comme vous venez de le préciser, mais aussi assagit, optimiste et mélancolique.

Si vous parlez de mélancolie, ajoutez mélancolie heureuse. Quant à « assagit », ça me fait marrer. J’ai tellement une image de chien fou que de toute façon, dès que je me calme quelques minutes, on ne peut dire que ça de moi. Est-ce qu’être sage, c’est réaliser qu’il ne faut pas être sage. Dans « Le cœur chargé comme un fusil », on pense que je parle de mon grand-père, mon référent constant, qui a fait partie des Brigade Internationales. Et bien pas du tout. Je parle de moi. A 20 ans, je voulais refaire le monde, on s’est présenté à des élections municipales avec des potes… et puis la vie avance, on s’embourgeoise un peu, on rentre dans le rang et on à tendance à moins dire ce qu’on a dans le ventre. Dans cette chanson, je me dis : « Réveille-toi ! Redeviens l’enfant, celui qui va prendre le couteau rouillé pour se battre, partager la vie et mordre les salauds qui ont fait pleurer leur père ».

cali,l'âge d'or,interview,mandor

(Photo : Yann Orhan)

Vous me paraissez serein. Mais vraiment. 

Je mène une vie incroyable, j’ai l’impression d’être en permanence en colonie de vacances. Je suis toujours sur la route avec des amis proches, c’est merveilleux, c’est le cirque. Si on m’avait dit que ma vie active serait ça. Quand on me demande ce quel métier je fais, je ne sais pas quoi répondre. Et puis, un bébé est arrivé dans ma vie. C’est mon troisième enfant, je ne peux qu’être serein.

Votre chanson « Je dois te dire ça »… difficile de ne pas être touché.

Je raconte l’histoire d’une copine qui est allé voir un docteur pour un truc anodin. Il lui a annoncé qu’elle était au dernier stade d’un cancer. Aujourd’hui, on sait qu’elle n’est pas condamnée. Quand elle est sortie de chez ce médecin, elle a regardé le ciel, les oiseaux, ses amis, sa voiture… rien n’était pareil. Elle prenait conscience des choses. Moi, j’ai eu conscience de la vie, par sa conscience de la mort. Je me suis mis dans sa peau. Je me suis imaginé un jour rentrer chez moi et devoir annoncer une telle nouvelle à ma famille. Il y a une question sous-jacente dans cette chanson : pourquoi ne pas tout dire aux personnes qu’on aime avant le dernier souffle?

cali,l'âge d'or,interview,mandor

(Photo : Yann Orhan)

Vous dédiez une chanson à votre fille de deux ans, Popée, et vous chantez avec votre autre fille, Coco, neuf ans.

Coco fait du violoncelle et du piano de manière assidue au conservatoire et elle adore ça. Mais elle me dit toujours qu’elle veut être obstétricienne. Ça me plait parce que cela prouve qu’elle fait de la musique pour de bonnes raisons, pas pour être sous la lumière. Elle fait ça parce que la musique lui apporte de la vie et qu’elle est heureuse de jouer. Je pouvais donc me permettre de m’amuser avec elle. Je suis ravi parce que je pense souvent à Charlotte Gainsbourg. Elle fait une carrière merveilleuse, mais je suis sûr que parfois, elle doit s’arrêter pour écouter la chanson qu’elle chante avec son père « Lemon Incest » et verser quelques larmes. J’imagine que ma fille, un jour, en pensant à son papa disparu, fera pareil.

Elle aime la vie de son chanteur de papa ?

Ça lui plait parce que ça lui permet aussi de vivre des choses. Elle vient parfois avec moi sur la route, elle est copine avec tous mes musiciens, elle rencontre des grands chanteurs connus… Mais surtout, elle voit que papa est heureux. 

cali,l'âge d'or,interview,mandor

(Photo : Yann Orhan)

Vous chantez Le Grand chemin avec Jimmie O’Neill, leader des mythiques Silencers.

Il faisait partie du quintet magique du rock héroïque, U2, Simple Minds, Waterboys, Silencers, Big Country… Quand j’écoutais ce genre de musique, j’avais l’impression de rentrer dans une cathédrale. Je vois la lumière qui passe à travers les vitraux. Ça fait un bien fou cette lumière qui vient des pays magiques : l’Ecosse, l’Irlande, les pays celtiques… tout cela me fait rêver ! Pour revenir à Jimmie O’Neil, je suis fou de sa poésie et de sa voix. Un jour, il m’appelle pour me prévenir qu’il vient me voir en concert le lendemain à Rennes. Je n’en revenais pas. Je lui ai dit que, dans ce cas, il devra chanter avec moi. On a chanté et toute la nuit, je lui ai posé des questions de fans. J‘ai eu la même réaction qu’avec Coco, je veux graver sa voix avec la mienne. C’était un moment merveilleux de studio.

Vous avez chanté avec tous vos héros musicaux.  Vous vivez un rêve éveillé !

Oui, j’ai chanté dans un de mes albums avec Mike Scott, le chanteur des Waterboys, une chanson qui s’appelle «Pas la guerre ». J’ai aussi chanté avec les Simple Minds et Patti Smith. Quand j’en reparle, je trouve ça fou.  Je dis merci à la vie.

Quand sort un nouvel album, vous êtes dans une période un peu anxieuse ?

Oui. Il y a à la fois la joie et le beau trac. Comme quand on offre un cadeau à quelqu’un. Il le déballe, mais est-ce qu’il va l’apprécier ? Je viens de signer chez Columbia, avec des gens merveilleux qui bossent beaucoup. Pour moi, c’est ultime. C’est Bob Dylan, Léonard Cohen, Bruce Springsteen… ce sont mes héros. Voir le logo Columbia sur ma galette, c’est important pour moi. C’est symbolique et fort pour moi. Je n’ai pas envie que les gens du label soient déçus.  Si le disque se vendait, au moins raisonnablement, ce serait une belle aventure jusqu’au bout.

cali,l'âge d'or,interview,mandor

Cali et David François Moreau. (Photo Yann Orhan)

Cet album, c’est un peu le changement dans la continuité.

Non, c’est le changement tout court. David François Moreau m’a emmené vers des terrains harmoniques et des instrumentations  vers lesquels je ne serais pas allé spontanément. De plus, il m’a fait chanter différemment.

Avec L’âge d’or, vous renouez vers le succès.

Mon premier album a surpris les gens, il a très bien marché et j’ai eu des critiques dithyrambiques. Si je dois résumer, les trois premiers albums ont cartonné et j’en ai eu deux qui se sont un peu planté… disons qui se sont moins vendus. L’un était un album très rock et l’autre très acoustique, presque piano voix. Là, avec L’âge d’or, j’ai l’impression de récupérer le public qui s’était un peu éloigné.

cali,l'âge d'or,interview,mandor

Le 13 mars 2015, après l'interview.

30 novembre 2012

CD'Aujourd'hui : Cali pour Vernet-les-Bains

cd'aujourd'hui,cali,vernet-les-bains

cd'aujourd'hui,cali,vernet-les-bainsVernet-les-Bains, le nouvel album de Cali commence en douceur, chant apaisé, musique légère, tendre même. Mais les fantômes de Cali l’accompagnent toujours. Une partie de ses textes est une nouvelle fois secouée de tempêtes amoureuses. L’amour est un fardeau et notre catalan le porte à genoux, avec sa ferveur habituelle.

Pour CD’Aujourd’hui, le 17 octobre dernier, je suis allé à sa rencontre au Théâtre de Puteaux, afin qu’il me parle de cet album.

Pour voir l’émission, c’est ici.

Deux photos (que l'on peut qualifier de "fabuleuses" et "irréprochables" techniquement) de la session acoustique pour l'émission...

cd'aujourd'hui,cali,vernet-les-bains

cd'aujourd'hui,cali,vernet-les-bains

Après l'interview...

cd'aujourd'hui,cali,vernet-les-bains

Pour finir, le clip officiel de "L'amour est éternel".