Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24 août 2018

Boulevard des Airs : interview de Sylvain Duthu pour Je me dis que toi aussi

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Sylvain Duthu et Florent Dasque (Photo : Cedrick Nöt)

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbesDès leur premier album, sorti en 2012, Paris-Buenos-Aires (certifié disque d’or), le groupe Boulevard des Airs, à l’époque considéré comme un groupe « festif » avec leurs cuivres mis en avant, a trouvé un large public. En 2013, avec leur deuxième album, Les apparences trompeuses, il était net qu’il se passait quelque chose autour d’eux. Une tournée de presque deux ans s’en est suivie ainsi que des critiques positives dans tous les médias.

Quand j’ai reçu le troisième album, Bruxelles, la claque ! J’ai compris que ce groupe était une perle et qu’il y avait une forte probabilité qu’il devienne un des nouveaux poids lourds de la scène française. Avec ce disque (vendu à plus de 200 000 exemplaires), ils affichaient clairement une volonté d’évoluer vers des sons plus modernes. Moins de cuivres et une touche d’électroboulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes sur des textes de plus en plus aboutis de Sylvain Duthu. Résultat, des tubes en  pagailles (« Emmène-moi », « Bruxelles », « Ce gamin-là » et « Demain de bon matin ») et des concerts complets partout.

Boulevard des Airs revient avec un disque encore plus ambitieux, écrit et enregistré entre Tarbes et Bruxelles. Avec les onze nouveaux titres de Je me dis que toi aussi, mixés par Lionel Capouillez (Stromae), BDA va plus loin encore dans l’exploration du son électro-pop d’aujourd’hui. C’est impressionnant.

Rencontre avec le chanteur et auteur du groupe, Sylvain Duthu, dans un bar devenu une institution, L’Europe, en plein centre de Tarbes, le 20 août dernier.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Sylvain Duthu à L'Europe à Tarbes.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbesInterview :

Que ressent-on quand un nouvel album va être divulgué au public ?

Ce n’est pas une angoisse. Nous sommes simplement excités. Nous avons travaillé sans discontinuer pendant près de neuf mois. Je ne dirais pas jusqu’à épuisement, mais on a tout donné en tout cas. On a fait ce que l’on a voulu, ce que l’on aime et ce que l’on aurait aimé entendre dans le paysage musical. Est-ce que cela va correspondre à ce qu’attend le public ? C’est notre seule crainte. Nous nous sommes lancés, nous verrons bien.

Depuis l’album Bruxelles en 2015, le son de BDA est devenu très moderne. Mais alors, avec celui-là, vous franchissez une étape supplémentaire.

D’abord cela vient de nos influences. Pour ma part, je parlerais notamment d’Odezenne, de Vitalic, de Vald et de Damso. Très français modernes, donc. Les autres membres écoutent des choses différentes et m’ont fait découvrir des milliers d’artistes durant l’élaboration de cet album. Tout cela s’est mélangé et a donné un son d’aujourd’hui. Les trois compositeurs du groupe, Jean-Noël Dasque, Florent Dasque et Jérémie Planté, ont monté un groupe électro qui commence à tourner et qui s’appelle Trackead. Du coup, ils ont acquis un savoir-faire énorme sur les machines et sur la production. Ça se ressent sur notre nouvel album qui est donc plus léger, plus moderne.

Le serveur du bar où nous sommes nous interrompt. boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

-Excusez-moi, vous me dites quelque chose. Vous êtes chanteur, non ?

-Si.

-De Boulevard des Airs ?

-Oui, c’est ça.

-J’aime beaucoup ce que vous faites. Mais je peux encaisser tout de suite ?

Je reprends.

Tu aimes ça, être reconnu ?

Ce n’est pas que j’aime où que je n’aime pas, c’est comme ça. Je n’ai pas le choix. Mais c’est toujours gentil, simple et bienveillant. Les gens qui ne t’aiment pas te laissent tranquille.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

(Les  cinq autres membres du groupe, de gauche à droite : Jean-Noël Dasque (guitare-programmation), Jérémy Planté (piano-programmation), Laurent Garnier (basse), Jean-Baptiste Labe (trombone) et Ernst Caree (batterie).)  Photo : Cédrick Nöt

Au début de votre carrière, il y avait pas mal de cuivres. Là, plus du tout.

Deux membres du groupe sont partis, Manu et Mélissa, et comme ils jouaient respectivement de la trompette et du saxophone, nous nous sommes dirigés ailleurs musicalement et eux ont pris un autre chemin. Mais nous nous sommes quittés dans une très belle entente, je le précise.

Aucun album ne se ressemble, je trouve que vous prenez des risques de disque en disque.

Pendant l’enregistrement de cet album, on a eu conscience de cela. On a fait vraiment ce qu’on aimait. C’est ainsi depuis le premier album, donc nous continuons sur cette voie. Parfois, on se disait qu’on allait peut-être un peu loin, mais à partir du moment où ça plaisait aux trois compositeurs et moi, on y allait quand même.

Clip de "Je me dis que toi aussi".

Vous travaillez un album dans la sérénité la plus totale ?

Oui, surtout sur celui-ci. On a de plus d’expériences et de savoir-faire… et on se connait de plus en plus.

Mais vous vous connaissez depuis le lycée !

Oui, mais on continue à apprendre de chacun. Nous nous sommes connus à 15 ans, aujourd’hui, nous en avons 30, nous sommes donc devenus adultes et par la même occasion, une véritable famille. On s’apprécie vraiment beaucoup et il y a un respect mutuel très fort. Aujourd’hui, on n’a plus peur de se dire les choses.

Et l’ego entre les membres du groupe ?

Déjà que nous n’en avions pas beaucoup, avec l’âge, on en a encore moins. Etre en groupe est une école sublime pour calmer son ego. Ce n’est pas ton projet personnel et tu n’as pas toujours raison. C’est l’intelligence du groupe qui a raison. BDA n’appartient à personne en particulier, c’est le bébé de sept personnes.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Sylvain Duthu et Florent Dasque (Photos : Cédrick Nöt)

Pourquoi sur la pochette de Je me dis que toi aussi, il n’y a que Florent Dasque et toi. C’est la première fois que vous êtes isolés comme ça.

C’est uniquement pour être un peu plus identifiés. Quand on déplie l’album, il y a tout le groupe. Ça fait dix ans que l’on se produit, mais quand les gens nous demandent dans une discussion ce que l’on fait dans la vie, nous répondons que l’on joue de la musique au sein de Boulevard des Airs. Souvent les gens nous répondaient qu’ils ne voyaient pas qui était ce groupe. Quand on leur parlait de « Cielo Ciego », « Bruxelles » et « Emmène-moi », ils disaient qu’ils connaissaient très bien. On a donc décidé qu’on n’allait pas faire toute notre carrière sans être identifiable. On ne voulait pas que les chansons soient connues et pas du tout le groupe.

Je sais pourtant que Florent et toi n’aimez pas vous mettre en avant.

(Rires) Les autres, c’est pire. Ils sont extrêmement timides. Voir nos têtes en gros sur les affiches, Florent et moi, ça ne nous rend pas fous de joie, mais nous acceptons cela pour le bien de BDA. Quand le public entend les chansons de nos copains Jain et Vianney, direct, il voit leur visage. Il y a plus d’affect de la part du  public pour l’artiste quand il y met un physique.

Grand moment parmi bien d'autres, Boulevard des Airs aux Francofolies de la Rochelle en 2017 : "Bruxelles".

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbesPuisque tu évoques Vianney, parles-moi du duo avec lui sur cet album.

On l’aime beaucoup. On a fait des participations dans ses concerts et lui dans les nôtres. Même si on a quelques connaissances, on n’a pas beaucoup de vrais amis dans le métier. S’il y en a un, c’est lui. Il est simple et humble. On voulait absolument faire un duo avec Vianney. Nous sommes allés chez lui, on a écouté les six premiers morceaux de l’album et il a adoré. Sa préférée était « Allez reste ». On lui a proposé de la chanter avec nous, quitte à ce qu’il y mette sa patte perso. Il a accepté, on a fait quelques légères modifications, il a ajouté un gimmick avec sa guitare. C’est un vrai duo comme on les aime. Il n’est pas juste venu poser sa voix, on a vraiment fait le morceau ensemble.

Vous faites tout vous-mêmes et êtes très indépendants. C’est rare dans ce métier.

On a une liberté totale. Maison de disque, manager, tourneur… aucun ne nous embête parce que cela fonctionne comme cela depuis des années. Il y a juste Bertrand Louis, notre manager, qui ne lâche pas le morceau si quelque chose le gêne… et il a souvent raison.

Qui écoute en premier vos nouvelles chansons ?boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Les autres membres du groupe. Leurs avis sont primordiaux. Dans un second temps, on fait écouter à nos amis et aux proches. Là, pour la première fois, on a d’excellents retours de la part de proches qui n’étaient pas particulièrement amateurs de notre musique. Ça nous a rassurés. Ensuite, on les fait écouter à Bertrand et au label… et là, on a plus d’angoisses. Ça ne s’est jamais aussi bien passé que pour ce disque. Tout le monde était ultra content, du coup, ça a boosté et surmotivé la maison de disque et créée une belle dynamique générale.

Tu es l’auteur de tous les textes. Sur votre musique énergique, ils sont un peu mélancoliques. Tu évoques beaucoup le temps qui passe par exemple.

J’ai l’impression de me répéter (rires).

Les chanteurs parlent d’amour depuis la nuit des temps.

Moi, je veux faire de belles chansons. Il y a trois grands tiroirs : l’amour, la mort, donc le temps qui passe et la société. Depuis Homère qui a écrit l’Illiade et l’Odyssée, les deux premières œuvres de la littérature occidentale, ce sont toujours ces mêmes grands thèmes qui sont évoqués. Il faut juste ne pas trop se répéter. J’essaye toujours de trouver un angle d’attaque différent pour diversifier notre répertoire.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbesTu es quelqu’un de mélancolique ? 

Apparemment, c’est inné en moi. Je suis comme ça, je n’y peux rien. Dans les chansons de BDA, c’est toujours de la mélancolie joyeuse, car il y a toujours de l’espoir. Dans la chanson « Emmène-moi » qui est quand même très sombre, dans les trois dernières phrases la lueur est là. Je procède ainsi souvent.

Je te rencontre parfois, tu es toujours calme et posé. Dès que tu es sur scène, ce n’est plus le même Sylvain que je vois.

Avec le recul, je me rends bien compte que je rentre en transe. Je ne suis plus du tout le même homme. Un jour, je me suis cassé l’orteil d’un pied, je suis rentré sur scène, pendant une heure et demie et je n’ai strictement rien senti. J’ai eu extrêmement mal, de nouveau, après le concert. Quand on joue devant un public, on oublie tous ses maux.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Les disques de Boulevard des Airs sont désormais vendus au Japon. Ils viennent d'y effectuer (avec succès) une mini tournée.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbesJean-Noël Dasque, Florent Dasque et Jérémie Planté ont leur projet de groupe techno, Trackhead, toi tu as ton spectacle pour enfant Quand j’étais petit, j’étais une limace. Ça fait du bien de sortir de sa zone de confort ?

Ça fait du bien de mener un projet avec une amie, en l’occurrence Fanny Violeau. Grâce au producteur de la pièce qui est Le Parvis, la scène nationale de Tarbes, on est parti d’une simple idée et elle s’est transformée en spectacle avec deux musiciens et une équipe technique. On a même fait les Francofolies de la Rochelle cet été. Et tu as raison, ça fait du bien de faire autre chose que ce je fais depuis 10 ans. Il est bon de se prouver qu’on est capable de sortir des chemins déjà battus.

La présentation de l’album se passera à Tarbes à La Plage de l’Arsenal le 1er septembre prochain, toute l’après-midi à partir de 16h,  jusqu’au soir. C’est symbolique ?

On est d’ici, la ville et les tarbais nous sont très fidèles, ça nous fait plaisir de présenter ça en avant-première ici. C’est vraiment la moindre des choses… Après, on fera la promo partout ailleurs, mais depuis notre premier album, c’est toujours Tarbes d’abord.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Pendant l'interview, le 20 août 2018, à l'Europe à Tarbes.

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

Et enfin, les premières dates de concert prévues...

boulevard des airs,bda,sylvain duthu,interview,je me dis que toi aussi,tarbes

27 avril 2016

Boulevard des Airs : interviews de Sylvain Duthu et Florent Dasque pour la réédition de Bruxelles

AUCHAN 30 - P13 - ZIK.jpg

Au mois de juillet 2015, j’avais interviewé Florent Dasque, l’un des deux « capitaines » du vaisseau Boulevard des Airs,  pour Mandor, afin d'évoquer l’album Bruxelles (lire là). A l’occasion de la réédition du disque (succès oblige) agrémenté de quelques bonus essentiels, j’ai passé un coup de fil au deuxième « capitaine », Sylvain Duthu. J’ai fait un mix des deux interviews pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois d’avril-mai 2016). Voici le résultat.

AUCHAN 30 - P12 - ZIK.jpg

AUCHAN 30 - P12 - ZIK1.jpg

AUCHAN 30 - P12 - ZIK3.jpg

Extrait de la réédition de l'album Bruxelles qui comprend 7 nouveaux titres et remixes inédits.

Boulevard des Airs (feat L.E.J) : "Emmène-moi".

Boulevard des Airs : clip de "Bruxelles".

15 août 2015

Florent Dasque de Boulevard des Airs : mini interview pour Bruxelles

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

La formation Tarbaise, Boulevard des Airs, parcourt les routes depuis 10 ans. Après des centaines de concerts, un disque d’or, une nomination aux Victoires de la Musique, plus de 80 000 disques vendus, des millions de vues sur Youtube et de nombreuses rencontres, elle nous présente leur 3ème opus.On retrouve dans Bruxelles, le son qui a fait leur succès sur Cielo Ciego, leur précédent album et immense succès. Comme à l’accoutumée, ils ont conçu leur album tout seul. La gestation de ce disque a été nettement plus longue que pour le précédent, certainement parce que le groupe a composé deux fois plus de chansons. Treize titres ont été sélectionnés. Le groupe Boulevard des airs interprète des mélodies solaires, imparables avec une touche de modernité.

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

J’ai fait la connaissance en mai dernier du capitaine du vaisseau BDA (comme on les appelle désormais). En effet, Florent Dasque était membre du jury du Pic d’Or, version 2015 (voir chronique à venir sur ce tremplin de chanson française la semaine prochaine). L’étant également (membre du jury), nous avons passé de nombreuses heures ensemble. Et j’ai découvert un type très sympathique et généreux. Je m’étais promis de le revoir dans sa ville pour le mandoriser. Ainsi fut fait le 14 juillet dernier. Nous nous sommes donné rendez-vous au Village du Tour de France (qui passait par Tarbes, ce jour précis).

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandorArgumentaire de « Bruxelles » :

« BRUXELLES » 3ème album et peut-être le meilleur ! La plume, toujours aussi honnête, s’est affûtée ; la simplicité se mêle à la dérision pour une écriture percutante. La chanson française « cuivrée » cohabite avec la fierté du flamenco, l’énergie des guitares saturées, l’efficacité des claviers et des machines. Ce disque est la parfaite synthèse de tout ce que le groupe est capable de faire et cela fonctionne ! Pour preuve on retrouve encore des invités croisés sur la route et qui ont été marqués par l’univers des BDA. «  «Pulpul » le chanteur de SKA-P et son engagement de toujours sur le titre « Quiero Soñar » et Zaz (mandorisée là) pose habilement sa voix sur « Demain de bon matin».

C’est une photographie d’un instant T de cette génération omnivore qui peut tout se permettre et leflorent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor fait avec poésie. Les fans seront autant ravis que surpris par cet album et le public va encore s’élargir comme le laisse présager le succès que rencontre le 1er titre « Emmène-moi » (Virgin Radio, RTL 2, Hit West, Alouette etc.). On retrouvera évidement BDA sur les routes : en France, en Belgique, en Espagne, en Allemagne, en Amérique du sud ou ailleurs pour proposer à des spectateurs toujours plus nombreux, une musique qui s’aime autant avec le cœur qu’avec  la tête…

Voici leur biographie officielle et une présentation de chacun des membres.

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

Les deux chanteurs de Boulevard des Airs, Sylvain Duthu et Florent Dasque.

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandorInterview :

Votre troisième album se vend très honorablement et vos concerts affichent complet partout. J’imagine que Boulevard des Airs est heureux.

On est super content. Ce qui nous fait particulièrement plaisir, c’est que notre premier single « Emmène-moi » a très bien fonctionné depuis février en média. C’est ce qui a permis de maintenir l’engouement sur la première semaine de sortie de l’album. Il a été 9e meilleure vente en France. C’est trop tôt pour parler de grands succès parce que l’album est sorti il y a un mois.

(Je rappelle que nous sommes le 14 juillet. L’album est sorti début juin).

Dans cet album, on retrouve votre côté « festif », mais il y a aussi des chansons complètement différentes de votre répertoire habituel. Y a-t-il eu une réflexion poussée pour faire évoluer votre travail ?

Pas plus que ça. Même dans les deux premiers disques, il y a toujours eu beaucoup de métissages musicaux et d’éclectisme. Il n’y a jamais eu dix titres qui se ressemblaient. A tel point que les médias n’ont jamais su dans quelle catégorie nous ranger. On a la chance d’être nos propres producteurs et de faire ce que l’on a envie artistiquement. Peut-être parfois faisons-nous des montagnes russes et que quelques personnes se perdent. Ce qui nous plait réellement, c’est de mélanger les genres et les styles. Nous avons une grande liberté et une seule contrainte : se faire plaisir.

Clip officiel de "Emmène-moi".

Vous enregistrez dans votre propre studio, vous prenez donc le temps qu’il faut… c’est confortable de travailler ainsi ?

Nous prenons un an ou deux pour composer, écrire et enregistrer. Nous n’avons aucune pression et c’est un luxe. Il y a des chansons qui naissent en deux jours, d’autres en deux ans. On jette beaucoup et on ne retient que ce que nous estimons être le meilleur. Nous sommes heureux de constater que les gens apprécient la spontanéité qui en résulte.

Votre succès a été local, puis à présent national, voire européen.

Les deux premiers albums, nous ne les avions joués qu’en France, un peu en Espagne et dans les pays francophones comme le Canada.  Ce troisième disque est sorti en Allemagne. A ce propose, nous jouions là-bas encore hier soir à Dusseldörf. Bruxelles sort en Argentine à la fin de l’année…  on fait de la musique aussi pour que le fruit de notre travail s’exporte.

En Allemagne, les gens ne comprennent pas les paroles, c’est donc votre musique qui les séduit ?

C’est trop tôt pour analyser, mais c’est aussi certainement l’énergie et la spontanéité que nous dégageons.  Tu sais, en Allemagne, Zaz fait un carton monumental et les personnes qui viennent la voir ne comprennent pas un mot de ce qu’elle dit. C’est bien la preuve que la musique est universelle et que les textes n’ont pas besoin d’être compris pour que l’ensemble soit communicatif… et ça nous arrange bien.

Teaser de l'album Bruxelles (14 extraits en 7 minutes 32).

Tu parles de Zaz. Elle chante avec vous dans « Demain de bon matin ». C’est une histoire de marketing ce duo ?

Mais, pas du tout. Qu’est-ce que tu racontes ? Nous ne sommes même pas dans la même maison de disque. Nous nous sommes rencontrés à la gare de Brest.  Le soir, elle nous a entendues jouer « Cielo Cioego », notre premier tube, et elle est montée spontanément sur scène pour finir ce titre avec nous. Ensuite, nous avons discuté avec elle et nous l’avons invité sur un festival d’été l’année dernière.  Elle a chanté « Demain de bon matin » sur scène, on a trouvé sympa l’idée qu’elle participe aussi à la version de l’album. Elle a dit oui alors qu’elle a un emploi du temps pas possible.

Il y a une voix féminine qui vous a rejoint cette année, celle de Mélissa Doya.florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

Là encore, c’est une histoire de rencontre. Sur un festival de flamenco, j’ai fait la connaissance de  Mélissa. Dans la conversation, elle m’annonce qu’elle a joué du saxophone au conservatoire. On avait besoin de quelqu’un qui jouait de cet instrument, donc, elle fait désormais partie de l’aventure. On ne peut pas se priver d’un tel talent vocal et d’une telle musicienne. On est content parce que le public trouve qu’elle a une superbe voix. Ça nous conforte dans l’idée que nous avons bien fait de la faire venir parmi nous.

Cet été, vous n’arrêtez pas !

C’est un peu agité en effet. L’album vient de sortir donc, nous le présentons au public. C’est ce qu’on appelle la tournée de chauffe. La vraie  tournée en France démarre le 7 octobre et l’été prochain, nous ferons une grande tournée des festivals français.

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

Pendant l'interview.

Tous les membres du groupe sont très simples et gentils. On a l’impression que le succès ne vous change pas.

Je ne sais pas, c’est dans notre caractère. Nous sommes conscients de la chance que nous avons, mais nous connaissons aussi le caractère éphémère d’une éventuelle carrière. On essaie de profiter au maximum de ce qu’il se passe en ce moment, sans se prendre la tête. Nous nous rendons disponible, parce que ça nous parait évident.

Vous serez au Trianon à Paris le 20 novembre prochain. C’est une date plus importante que les autres ?

Oui, parce que c’est là où les grands médias viendront nous voir, nous le savons. On est attendu à Paris. Beaucoup vont vouloir voir ce que ce groupe de province vaut (rire).

Tu n’es pas trop crevé ?

Un peu, mais je ne me plains pas. Ce n’est que du plaisir…

florent dasque,boulevard des airs,bda,bruxelles,interview,mandor

Après l'interview, le 14 juillet 2015, au Village du Tour de France à Tarbes.