Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 novembre 2014

Agnès Abécassis : interview pour Assortiment de friandises pour l'esprit...

10003253_10152288227292520_839361668_n.jpg

1966698_10152791176762520_1426005831302040187_n.jpgAssortiment de friandises pour l’esprit ou l’art de positiver au quotidien est une arme anti-morosité signée de la romancière et scénariste Agnès Abécassis. Elle offre là à ses lecteurs un objet littéraire non identifié, entre vade-mecum zen et traité sur le bonheur, avec en fin de chaque chapitre des exercices qui font appel à nos sens et à notre créativité. Un ouvrage bourré d’humour, cadeau idéal pour les fêtes de fin d’année.

C’est toujours un réel plaisir de passer un peu de temps avec Agnès Abécassis (déjà mandorisées là). Cette fois-ci, je suis allé à sa rencontre pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté de Noël 2014) pour évoquer la sortie du livre cité plus haut et la réédition en version poche spéciale Noël de son plus grand succès, Les tribulations d'une jeune divorcée.

itw-agnes1.jpg

itw-agnes2.jpg

itw-agnes3.jpg

10658874_10152791121727520_2581570188185422076_o.jpgBonus mandorien :

En France, vous êtes la seule romancière qui publie aussi des bandes dessinées. 

Je ne sais pas si je suis la seule romancière à faire cela… je sais juste que je réalise un rêve d’enfance. Quand j’étais petite, mes proches pensaient tous que j’allais faire du dessin mon métier. Ils ont donc été étonnés de voir qu’en fait, je m’épanouissais dans l’écriture. Ceci étant, quand on m’a proposé de réaliser ma première bande dessinée, j’ai sauté sur l’occasion. Et puis c’est tellement agréable de passer d’un univers à un autre.

Vous vendez beaucoup de livres et vous êtes réputée dans votre domaine. Êtes-vous contente de votre sort littéraire ?

Je crois qu’on est content de son sort quand on prend le temps de se retourner sur son parcours. Moi, pour l’instant, j’ai plutôt la tête dans le guidon ! A chaque sortie d’un nouveau livre, j’ai l’impression que c’est la première fois. Je travaille toujours l’angoisse chevillée au corps. Je suis en permanence poussée par mon envie de bien faire. C’est mon moteur à moi.

16414_10152836960032520_3498671233633548433_n.jpg

17 avril 2013

Tatiana de Rosnay : interview pour A l'encre russe

021 Tatiana De Rosnay © David Ignaszewski-koboy.jpg

DSC07296.JPGTatiana de Rosnay est l’auteur français le plus lu en Europe et aux États-Unis. Sa belle aventure littéro-planétaire a débuté avec Elle s’appelait Sarah. En 2007, elle devient une star des lettres grâce à ce roman vendu à plus de 9 millions d’exemplaires dans 42 pays. Son douzième roman A l’encre russe  a pour origine une mésaventure subie par la romancière elle-même. Dans une très belle mise en abîme, ce livre raconte l’histoire d’un jeune homme, Nicolas Kolt qui, au moment de refaire sa pièce d’identité, découvre la véritable origine de son père mort en mer. À partir de cet événement, il va écrire un roman au succès planétaire. A l’encre russe vaut tant pour son intrigue que pour sa description du milieu littéraire.

J’ai beaucoup d’affection pour Tatiana de Rosnay et cela fait maintenant quelques années que nous nous connaissons. Je l’ai mandorisé de nombreuses fois.

Pour la sortie d’Elle s’appelait Sarah, pour une rencontre à la Fnac Val d’Europe à l’occasion de la sortie de Boomerang, pour une émission de télé sur le web, pour une projection privée d’Elle appelait Sarah, pour une rencontre avec des élèves de Provins et pour un Coca Light au soleil pour évoquer la sortie de La mémoire des murs.

Et, c'est elle qui a eu la gentillesse de préfacer mon livre, Les chroniques de Mandor.

Voici donc notre dernière rencontre. C’était le 19 mars dernier dans un bar situé près de chez elle. Une interview pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté du mois d’avril-mai 2013)

img312.jpg

img313.jpg

img314.jpg

photo.JPG

DSC07299.JPG

7d1a5dc090bc11e2b85522000a9e28f2_7.jpg

Le 19 mars dernier dans un bar parisien après l'interview...

05 novembre 2011

Maxime Chattam: interview pour Entropia

Pour Le magazine des Loisirs Culturels (des magasins Auchan), dont vient de sortir (hier) le deuxième numéro, daté de novembre 2011, j’ai notamment interviewé l’auteur de thriller et de fantaisy, Maxime Chattam. J’avoue le préférer en écrivain « noir » qu’en écrivain SF. Les hasards de la vie font que je le rencontre pour le deuxième genre. Pas de bol, mais pas grave... l’homme est aimable et disert. Un vrai plaisir de converser avec lui…

Scan10014.JPG

Scan10022.JPG

chattam-cool6.jpg

Scan10023.JPG