Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2012

Joël Dicker : interview pour La vérité sur l'Affaire Harry Quebert

joël dicker,la vérité sur l'affaire harry quebert,interview,mandor,actufnac

© Jeremy Spierer

L'écrivain genevois, Joël Dicker, a séduit le jury du Prix Goncourt des lycéens 2012, composé de centaines de lycéens français avec La Vérité sur l'affaire Harry Quebert, un roman complexe au souffle américain. Quatre autres auteurs figuraient en finale de ce prix organisé par la Fnac : Gwenaëlle Aubry pour Partages (Mercure de France), Jérôme Ferrari pour Le sermon sur la chute de Rome (Actes Sud), Linda Lê pour Lame de fond (Bourgois) et Joy Sorman pour Comme une bête (Gallimard).

Large favori, le jeune auteur suisse, déjà couronné cet automne par le Grand prix du roman de l'Académie française, a été choisi par 9 voix contre 4 à Joy Sorman par un jury de quatre garçons et neuf filles réunis à Rennes, au terme d'un processus de sélection qui a mobilisé une cinquantaine de lycées et près de 2000 élèves. L'an passé, c'est le livre de Carole Martinez, Du domaine des murmures (Gallimard) qui avait obtenu le prix.

Comme je travaille pour le journal gratuit de la FNAC, j’ai eu pour agréable mission de rencontrer Joël Dicker.Le 21 novembre 2012, rendez-vous est pris dans un hôtel parisien. Malgré le tourbillon médiatique qui le célèbre alors, l’auteur semble détendu. Il arrive souriant et avenant. Et je me rends vite compte qu’il est parfaitement lucide sur ce qui lui arrive. Ça me le rend particulièrement sympathique. Voici le fruit de notre entretien pour ActuFnac (daté du mois de décembre 2012/janvier 2013).

joël dicker, la vérité sur l'affaire harry quebert, interview, mandor, actufnac

joël dicker, la vérité sur l'affaire harry quebert, interview, mandor, actufnac

joël dicker, la vérité sur l'affaire harry quebert, interview, mandor, actufnac

La remise du Prix Goncourt des lycéens à Joël Dicker.

Interview bonus:

joël dicker,la vérité sur l'affaire harry quebert,interview,mandor,actufnacRevenons sur vos débuts dont on parle peu finalement et qui expliquent pourtant comment vous en êtes venu à écrire La vérité sur l’Affaire Harry Quebert.

J’avais écrit un précédent roman, Le dernier jour de nos pères, qui est sorti dans les librairies en janvier 2012, mais qui existait depuis juin 2009. Cela faisait en fait 3 ans que j’avais terminé ce roman et je n’avais trouvé personne qui voulait le faire paraître. Je me suis senti un peu déçu, un peu triste en recevant les lettres de refus des éditeurs. J’étais réellement triste que le livre ne puisse pas exister au-delà du manuscrit que j’avais écrit. Je me suis dit que c’était dommage de rester sur un sentiment qui soit celui de la déception, de l’erreur. Après tout, la vocation du livre, c’est aussi peut-être simplement quelque chose que tu écris pour toi, quelque chose qui te permette de grandir, de comprendre et d’avancer. Je me suis remis immédiatement au travail et c’est comme ça que j’ai commencé ce livre, La vérité sur l’affaire Harry Quebert. Je me dis, « écris un livre qui te donne du plaisir, écris un livre qui t’offre du plaisir et qui t’apporte quelque chose à toi de façon à ce que, si par hasard, lorsque tu l’auras terminé personne n’en veut, tu sois quand même heureux et qu’il se soit passé quelque chose en toi ». C’était vraiment le but du livre, ce qui explique au fond pourquoi il est peut-être si gros, pourquoi il y a parfois un tel mélange des genres. C’est qu’il y a eu  un plaisir et un amusement tout au long de son écriture.

En tout cas, toute la presse et les lecteurs louent l’originalité de votre livre… ces différentes strates dont nous parlions plus haut…

Cette originalité, j’avais peur que ce soit la faiblesse du livre. J’avais peur que l’on me reproche que ce livre soit à contre-courant de ce qui se fait, de ce qui se lit. Le monde de l’édition, quand il traverse des moments difficiles, a tendance à vouloir qu’un livre reste dans un certain créneau pour assurer à un livre de marcher plus ou moins. Mon livre, c’était vraiment quitte ou double.

Outre vos deux prix, vous êtes passé à deux doigts du Goncourt. Cela fait de vous un phénomène d’édition. Comment vit-on ce statut ?

On le vit de façon très calme. C’est un bonheur, mais c’est un bonheur qui est très éphémère. En France, on a la chance, entre fin août et fin novembre, d’avoir cette rentrée littéraire, avec ces prix et toutes ces excitations générées autour des livres et qui les mettent très en avant. Quand vous avez la chance et le bonheur d’avoir un livre qui figure dans ces prix, il est particulièrement relayé et très vu et donc, du coup, on parle beaucoup de vous. Au mois de janvier, il y a la deuxième rentrée littéraire qui balaye la première, qui sera balayée par la troisième rentrée, celle d’avril-mai, les romans de l’été, qui eux même seront balayés à leur tour par la rentrée de septembre 2013. Tout ça pour vous dire qu’on est perpétuellement remplacé.

joël dicker,la vérité sur l'affaire harry quebert,interview,mandor,actufnac

Vous êtes en train de relativiser ce que vous êtes en train de devenir dans le monde des lettres.

Je relativise parce qu’il faut relativiser. Je reste calme parce que j’ai conscience que c’est un moment très éphémère et que c’est important de le prendre comme ça. Mais, tout ceci me permet de mieux respirer sur ma condition d’écrivain et m’encourage fortement.

Votre livre est aussi une réflexion sur l’acte d’écrire, sur le monde de l’édition et sur la littérature en général. Vous êtes d’ailleurs assez impitoyable. Qu’en pensent vos propres éditeurs ?

Mes éditeurs n’ont rien de commun avec ceux qui figurent dans mon livre, soyez-en certain. C’est marrant, vous êtes le premier à me poser cette question. A priori, ils ne se sont heureusement pas sentis concernés.

Vous avez du mal à rendre votre texte ?

C’est compliqué en effet. Il faut le rendre quand on pense qu’il est aboutit et qu’on ne peut pas faire mieux. À un moment, on sent qu’on ne peut pas aller plus loin, il se passe quelque chose. On a tout fait, on a lu, relu, on sent que c’est terminé. Ensuite, on le soumet à son éditeur. Et puis le temps passe et on se met à réécrire certains passages. On pourrait passer sa vie à réécrire éternellement le même livre et ne jamais en être satisfait. On peut toujours faire mieux, c’est un fait établi. Il faut savoir être raisonnable. Juste, il faut se dire que le prochain sera mieux parce qu’on aura plus d’expérience. C’est important si on veut avoir l’impression d’une évolution dans son  écriture et dans son travail.

Vous êtes serein pour attaquer le prochain roman ?

Vous savez, ce qui me plait le plus, c’est d’écrire. C’est important de faire la promo des livres, mais j’ai peu de temps pour écrire le prochain. Je me réjouis beaucoup de rentrer chez moi pour me remettre au travail. 

joël dicker,la vérité sur l'affaire harry quebert,interview,mandor,actufnac

Avec Joël Dicker, le 21 novembre à l'hôtel d'Aubusson, après l'interview.

joël dicker, la vérité sur l'affaire harry quebert, interview, mandor, actufnac

09 octobre 2012

Oxmo Puccino : interview pour Roi sans carosse

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

Le 13 septembre dernier, j’ai reçu dans les locaux de l’agence Oxmo Puccino, à l’occasion de la sortie de son nouvel album Roi sans carrosse.

Vous trouverez ici l’interview publiée dans ActuFnac (daté du mois d’octobre 2012). Il est l’artiste du mois. Et, évidemment, ensuite, la version complète pour Les chroniques de Mandor.

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

oxmo puccino, roi sans carosse, interview, actufnac, mandor

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

Bonus mandorien :

Dans la chanson « Parfois », vous dites que la liberté passe par un long chemin… J’ai l’impression que vous êtes le rappeur le plus libre d’entre tous.

Je dois être l’un des plus heureux en tout cas. Je suis conscient de ce que je vis, j’œuvre pour et je profite du moment. Ce bien-être que j’ai par rapport à ça ressort sur ma création. Je n’ai pas le syndrome du stress de monter sur scène, parce que je suis content du rendez-vous, je n’ai pas tellement peur de rentrer en studio parce que je sais que je vais y croiser des musiciens, je n’ai plus tellement peur de sortir un disque parce que je sais ce que je mets dedans. Je suis donc un des rappeurs les plus chanceux, c’est sûr.

Est-ce qu’il faut être toujours en mouvement, ne jamais s’arrêter comme vous le faites ?

C’est le seul moyen que j’ai pour me situer dans mon échelle temporelle. Il faut toujours vivre, toujours exister, c’est ça qui est le plus important. Plus on travaille, plus on a des chances de s’améliorer, de rencontrer et d’avancer. Je n’ai aucune raison d’arrêter parce que c’est par là que je prends le plus de plaisir.

Le plaisir par la diversité ?

Uniquement. Ça ne peut venir que de là. Le mot diversité est pour moi une définition du monde dans lequel on vit. Personne n’est totalement identique à son voisin. La diversité est plus un problème d’esprit cloisonné que de voir le monde autrement. La diversité, c’est la normalité. C’est aussi la nature.

Je ne cesse de vous voir, de vous entendre sur des projets d’artistes connus ou en émergence. Encore récemment avec Scotch & Sofa. Vous aimez transmettre ?

C’est plus une notion de partage que de transmission. La transmission ne va pas que dans un sens comme on pourrait le penser. Pour Scotch & Sofa, par exemple, j’ai accroché tout de suite à leur travail alors qu’ils n’étaient pas encore tout à fait connus. Repérer un bijou avant que tout le monde saute dessus est une grande satisfaction. Le partage est donc bilatéral. On prend tous les deux l’un de l’autre.

Peut-on dire que vous êtes un artiste amoureux des autres artistes ?

Je suis un artiste amoureux du travail des autres artistes, bien sûr. Je dissocie parfois l’artiste et son œuvre, c’est important parce qu’on n’est pas tous responsables de nos créations. Je suis amoureux des artistes parce que ce sont eux qui rendent le monde beau. Quel que soit le prétexte, le moyen de transport utilisé pour faire passer son message, ça rend le monde plus beau, quoi qu’il en soit.

Dans « Artiste », vous parlez de la condition d’un artiste. Vous dites qu’il faut être droit dans ses bottes et avaler des couleuvres… j’ai l’impression que vous, vous vivez une vie d’artiste parfaite.

Ça y ressemble, en effet. Moi, j’étends le mot « artiste » à tous ceux qui déchaînent toute leur énergie pour assouvir leur passion. Ça passe par un travail qui peut déboucher sur un savoir-faire qui dépasse le travail bien fait. Oui, ça demande des sacrifices, des concessions, des décisions à prendre, pas toujours faciles. Mettre son œuvre au centre de sa vie ne se fait pas sans occasionner de dégâts. C’est difficile, mais c’est beau. De toute façon, je pense que rien n’est facile, alors quitte à choisir ses difficultés, je préfère écrire des chansons.

« Les gens de 1972 » est une chanson anti passéiste. Vous vous élevez contre ceux qui trouvent que c’était mieux avant.

Je trouve insupportable que l’on fasse référence au passé en voulant étouffer le présent. C’est inacceptable de vouloir se garder pour soi un secret qui n’est même pas vérifiable et de dénigrer quelque chose que nous partageons tous. Là, nous sommes tous là et c’est ce moment qu’il faut chérir, tout en respectant le passé. Tout rattacher à une période qui est mythique, c’est couper l’herbe sous le pied d’aujourd’hui, et c’est injuste. Dénigrer le présent aujourd’hui va en faire un triste passé.

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

« La danse couchée » est un hymne aux bienfaits de l’acte sexuel. Une histoire de mélange des corps.

Je suis plus sur l’importance donnée aux détails dans un rapport qui peut s’apparenter à des préliminaires. En fait, ce sont des choses simples qui sont magnifiées à leur juste valeur.

Il y a le pendant de « La danse couchée », c’est « Pas ce soir ». Là vous abordez le refus du sexe par la femme et le dépit de l’homme qui s’en suit…

C’est la femme qui ne veut pas se donner, mais aussi l’homme. Ce n’est pas une réponse à la réaction féminine, c’est une conséquence. Je pense qu’elle peut s’appliquer à une bonne partie des relations hommes femmes aujourd’hui. Le sexe a longtemps été vu comme une arme, comme un objet de conviction, un pouvoir et je trouve que c’était déplacer le sujet que de le présenter comme ça. Dans cette chanson, je tente de démystifier ce rapport au charnel qui en fait aujourd’hui, correspond plus à un idéal à une sorte de fantasme.

« Le sucre pimenté », c’est presque un egotrip. Vous dites, un peu, « méfiez-vous de l’eau qui dort… je suis là et je vous explose tous ».

J’ai l’habitude dans mes albums d’avoir un morceau de rap traditionnel avec le beat de référence, avec un ego trip où j’affirme que je suis le meilleur rappeur de l’univers et c’est quelque chose que tous les rappeurs font au début pour s’imposer. Ces morceaux me permettent de me raccrocher à la base, peu importe le voyage que j’effectue. Le sucre pimenté, c’est un ego trip, mais en même temps, une sorte de peinture de la diversité dans ses extrêmes.

C’est aussi pour dire que vous êtes encore un rappeur sur lequel il faut compter ?

Je n’ai pas besoin de le rappeler, puisque j’ai fini d’avoir quelque chose à prouver, mais néanmoins, c’est toujours bon de le rappeler.

oxmo puccino,roi sans carosse,interview,actufnac,mandor

30 mars 2012

Revolver : interview pour "Let Go"

revolver,let go,interview,actufnac,mandor

Le 12 mars dernier, je me suis rendu dans les locaux d’EMI, afin d’aller interviewer les 3 membres du groupe Revolver.  J’aime bien musicalement et humainement ces jeunes hommes particulièrement matures et talentueux. Voici le fruit de notre conversation pour ActuFnac (daté du mois d’avril 2012 et dans les FNAC à partir de lundi).

FNAC12 - P08 - MUSIQUE-1.jpg

FNAC12 - P08 - MUSIQUE 2-1.jpg

FNAC12 - P08 - MUSIQUE 3-2.jpg

Pendant l'interview...

DSC03350.JPG

Après l'interview, avec la participation amicale et discrète de David Robert Jones.

DSC03356.JPG

Pour finir, le premier clip de Revolver tiré de ce deuxième album, Wind Song.

16 mars 2012

Rover : interview d'une future star mondiale !

229554_10150189611110496_42296275495_7430508_7327588_n.jpg

Le titre de cette chronique est un brin exagéré et provocateur, mais bon, je ne suis pas loin de le penser. Ce serait, en tout cas, assez logique étant donné le talent immense de la personne concernée…

Le 5 mars dernier, j’ai reçu le très charismatique Rover à MusiqueMag pour une session acoustique et pour une interview. J’ai eu un vrai gros coup de cœur pour son premier et magnifique album. Ses compositions et sa voix m’ont bluffé au plus haut point. Comme très rarement, en fait. J’avais écrit dans le FNAC ACTU daté du mois février 2012 un article pour le moins dithyrambique sur la sortie de son EP. À lire pour comprendre un peu mieux le personnage.

FNAC10 - P26 - ZIK 1.jpg

FNAC10 - P26 - ZIK 2.jpg

Les deux sessions acoustiques...

 
Une belle session dans la jungle de MusiqueMag...

rover,interview,actufnac,mandor

rover,interview,actufnac,mandorInterview :

Vous venez de nous interpréter deux titres en acoustique. Je vous sens habité quand vous chantez…

C’est la première fois que l’on me le fait remarquer, mais personnellement, je sais que c’est indispensable pour interpréter les morceaux de Rover. Inconsciemment, je suis obligé de rentrer dans une émotion qui est la plus vraie possible. Les morceaux ont été écrits avec une émotion assez forte qui j’espère est ressentie à leur écoute. Le plus facile pour bien chanter une chanson, c’est de savoir et comprendre ce qu’on est en train de chanter, pourquoi on a écrit ces paroles et s’appuyer là-dessus. Je fais comme un acteur qui joue son texte au théâtre. Je prends donc votre réflexion comme un compliment.  J’ai une tendance à avoir une relation amoureuse avec la musique. Je la consomme et je la joue de façon passionnelle. J’essaie d’être le plus « dedans » et le plus « avec ».

Il y a des influences évidentes quand on vous entend, Bowie et les Beach Boys par exemple, et pourtant, vous avez votre propre style… c’est difficile de se détacher des gens qu’on a beaucoup écoutés ?

Oui, pour être franc, c’est difficile évidemment. Je suis absolument certain qu’il ne faut jamais renier ses influences, les disques avec lesquels on a grandi… Il faut bien assimiler ses influences, les assimiler, bien les passer dans son filtre. Il faut s’appuyer sur leur travail prémâché et parvenir à mettre ses propres émotions, sa patte, à travers les clés qu’ils nous donnent. Ce sont des alliés, pas des concurrents.  David Bowie en fait partie et c’est un nom qui revient très souvent quand on parle de ma voix. C’est très flatteur, du moins si cela fait écho à la première période de son travail, dont je grand fan. Il fait partie des 5 grands song writers de ses 50 dernières années, alors j’accepte volontiers cette remarque élogieuse.

rover,interview,actufnac,mandor

rover,interview,actufnac,mandorVous venez d’un groupe punk rock. J’ai remarqué que les artistes qui viennent de ce genre musical  ont besoin d’apaisement et ont tendance à avoir en solo un répertoire calme.  

C’est drôle comme réflexion. Je n’y avais jamais songé, mais c’est fort possible. Les rockeurs sont souvent des gens très doux, tout comme les balèzes, les gens très forts et très grands… en fait, s’ils font peur au premier abord, ils sont très sensibles. Un rockeur, c’est un song writer qui crie juste un peu plus fort pour qu’on l’entende. Moi, je ne fais pas une grande différence entre les catégories de chansons, entre un chanteur de folk, un rockeur ou un rappeur. Ce sont juste des habillages qu’on utilise qui diffère. Que ce soient les influences, les outils, les instruments ou les codes vestimentaires,  tout ça permet de faire passer son message. Mais au fond, peut être que vous avez raison, il y a ce sentiment de prendre une retraite après le rock…

Vous venez parler de message. Quel est le vôtre ?

Il y a une thématique qui rejoint le ressenti que j’ai au moment d’écrire des chansons. Quand je vis mon quotidien, c’est ce temps qui passe. La musique, c’est la raison n° 1 qui me donne la foi au quotidien, pour écrire une chanson, pour prendre ma guitare ou me mettre au piano… j’essaie d’avoir un peu d’emprise sur le temps qui passe, je crois que c’est ce qu’il y a de plus dur à notre époque. Tout est chronométré dans la vie, la musique me permet de me mettre dans une bulle intime ou je peux suspendre le temps. Ce n’est pas une volonté de ne pas vieillir, c’est juste ne pas en être le témoin chaque minute qui passe.

rover,interview,actufnac,mandor

Quand vous créez, vous êtes un solitaire ?

Plus on met d’éléments, plus ça peut devenir des pollutions potentielles. On est toujours diverti de l’essentiel quand on est plusieurs. La solitude à cela de fantastique qu’on est en relation qu’avec soi même et on apprend à se connaître, du coup, on en sort enrichi.

Quand vous êtes sur scène, vous avez des musiciens. C’est facile pour vous de donner votre musique à d’autres personnes. Les musiciens doivent s’accaparer votre musique.

Non, ce n’est pas facile. Les musiciens qui composent l’équipe qui m’accompagne sur scène sont des gens humains, brillants, fins et intelligents. Ils ont tout de suite compris l’ambiance de l’album et ils ont su se l’approprier avec respect tout en injectant leur « touch ».

rover,interview,actufnac,mandor

rover,interview,actufnac,mandorPour un musicien, c’est dur de jouer du Rover ?

A mon avis oui. C’est un projet tellement personnel et je suis tellement exigeant avec moi-même au moment d’écrire et d’interpréter les morceaux que je le suis forcément avec les autres. Dans mon répertoire, il  y a une zone de sensibilité très fragile. L’émotion peut très vite devenir pathétique si elle est prise à la légère. Il n’y a rien de pire que de jouer avec les émotions. Il faut qu’elles soient pures, blanches, dans le sens translucides, et sans maquillage. C’est ce que j’aime en musique, c’est ce que j’aime en peinture et chez les gens en général.

Vous venez de parler de peinture. Vous dites qu’elle vous inspire souvent.

Au-delà du support artistique, c’est une façon d’aborder son travail. Je ne suis pas un grand historien de la peinture. Je découvre des toiles, des peintres, mais ce sont les  peintres romantiques du début du 20e siècle qui me fascinent le plus. La peinture, c’est comme la musique, il y a quelque chose d’impossible à toucher idéalement. Quand on y arrive, on se rend compte qu’il faut s’y remettre le lendemain. 

Vous sentez qu’il se passe des choses autour de vous en ce moment ?

Indéniablement. Je perçois une vraie réception des gens qui ont acheté le disque et qui écoutent. C’est toujours angoissant parce que c’est une musique très personnelle. J’ai voulu un disque vrai, sans fioritures et qui ne suit pas les modes. Voir cet engouement autour de lui et de moi, ça me touche réellement.

rover,interview,actufnac,mandor

Pour finir voici son premier clip officiel...

07 novembre 2011

Kid Bombardos: Session acoustique pour MusiqueMag

kid.jpg

Kid Bombardos était de passage le 23 septembre dernier (oui, je sais... encore très en avance le Mandor) dans les locaux de MusiqueMag pour interpréter deux titres tirés de son premier album Turnin' Wrong. Kid Bombardos a débarqué sur  la scène française en 2006. Le groupe commence sérieusement à prendre ses marques. Il faut dire qu’il a sillonné la France dans tous les sens à travers ses nombreuses scènes et festivals.

Avant de continuer, parce que je ne suis pas certain que tout le monde sache qui sont les Kid Bombardos, voici une chronique que j’ai écrite sur leur premier album dans ActuFnac daté du mois de septembre 2011.

Scan10014.JPG

Les kids (comme on va sûrement bientôt les appeler), n’hésitent pas à renvoyer le rock new-yorkais et la pop anglaise dans les cordes. Leurs compositions sont solides, précises et leurs rifs de guitares ne sont pas sans rappeler ceux des Strokes. Ce jeune (mais pas immature) combo est parfaitement décomplexé. Leurs morceaux sont souvent radieux et dotés d’un swing enivrant. Parfois, les membres de Kid Bombardos se déguisent en crooners et ça marche tout autant. Bref, ils sont de cette veine de rockeurs qui ont la classe, des mélodies subtiles et une énergie volcanique sur scène.

Voici deux extraits de leur album en version acoustique pour MusiqueMag:

Pour commencer, "Running for time".

Et "Sundays"...

Une photo du tournage de la session...

DSC01332.JPG

Petite conversation avec le groupe...

DSC01334.JPG

Ce qu'en pensent les Inrocks...

10 septembre 2011

dEUS: interview pour Keep You Close

Pour le magazine ActuFNAC daté du mois de septembre 2011, j’ai interviewé le groupe dEUS. Impossible de les rencontrer à Paris, ils ne sont pas encore en promo. J’ai donc fait ce que je n’aime pas faire, interviewer un artiste par téléphone.

Bon, là, pas le choix. C’est urgent !

Voilà ce qu’à donné mon coup de fil en Belgique au leader et chanteur du groupe, Tom Barman…

Scan10032.JPG

Scan10033.JPG

Scan10036.JPG

Scan10037.JPG