Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01 septembre 2011

Aslan Skinazy Vs Mandor!

francois alquier 027.jpg

Il y a quelques semaines, alors que je me trouvais dans une librairie parisienne pour assister à une séance de dédicaces d’un ami auteur, Louis Lanher, je rencontre Cyril (Aslan) Skinazy promenant son chien à la recherche d’un bon bouquin. Nos regards se croisent, puis, rapidement, nous tombons dans les bras l'un de l'autre. Non, en fait, je m’approche en le saluant d’une bonne poignée de mains (signe d’une extrême virilité !).

Skinazy, je le connais un peu. Nous nous sommes croisés dans des manifestations culturelles, toujours très rapidement, sans jamais vraiment converser. Et puis, nous sommes amis Facebook (c’est dire la belle amitié qui nous lie… à la vie, à la mort, quoi !).

Je connais parfaitement son travail pour le suivre régulièrement dans ses pérégrinations sur le web. Caméra numérique au poing, il s’est lancé dans un vaste projet mêlant rencontres filmées, reportages et interviews.

« Le ton libre et novateur de ces court-métrages regroupés sous le label ZeroTV signe la première tentative de Web TV avant-gardiste au point qu’un centre d’art contemporain en fera le sujet d’une de ses expositions », explique très modestement sa biographie officielle.

aslan skinazy, abrakadakebab, mandor, interviewMes quelques verres de vin rouge ayant commencé à agir sur ma pensée profonde, je lui offre mon livre et lui dit d’un ton à la limite du péremptoire : « J’accepte que tu m’interviewes, mais uniquement si tu tentes de me piéger, uniquement si tu ne me poses des questions vaches ou dérangeantes, uniquement si tu tentes de m’assassiner ». (Il me semble que j’en avais un peu marre que ma promo soit aussi bienveillante que le contenu de mon livre).

Cyril Skinazy ne m’avait rien demandé, même pas suggéré qu’il serait intéressé de m’interviewer mais je lui ai vraiment dit ça.

(Les ravages de l’alcool…)

Gentiment, il accepte. Nous nous échangeons nos coordonnées et je file boire mes derniers verres. (Je rappelle que j’étais en présence de quelques écrivains et quelques journalistes.)

Evidemment, le lendemain, j’avais complètement oublié cet échange…

Mais quelques semaines plus tard, il me contacte.

Voilà le résultat de cette rencontre un peu décousue ou le terrible Aslan Skinazy (qui sort bientôt un roman, Abrakadakebab), en profite (même pas discrètement) pour faire sa propre promo.

Finalement, il ne m’a pas tué.


MANDOR INTERVIEW DECOUSUE par ZeroTV

Merci à Amélie Lalaudière qui a filmé l’entretien (avec impertinence, je reste circonspect par rapport à certains gros plans, mais bon, je ne discute pas la direction artistique), puis qui s’est adonnée à une petite séance photo improvisée… dont le fruit du travail de ce jour-là se trouve ici.

aslan skinazy,abrakadakebab,mandor,interview

Photo de la joyeuse troupe par Stella Alquier...