Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30 avril 2021

MontparnassE: Interview pour La vie Revolver

montparnasse,a vie revolver,interview,mandor

montparnasse,a vie revolver,interview,mandorIl y a des artistes talentueux qui sont reconnus à leur juste valeur. Et il y a ceux qui n’ont pas moins de talent, mais que l’on ne connait pas… ou peu. Et c’est injuste. MontparnassE fait partie de cette deuxième catégorie. Incompréhensible. Musique et mélodies d’une redoutable efficacité et textes souchoniens. Alors, que manque-t-il à Philippe MontparnassE ? Je n’en sais rien. Ce sont les mystères de la notoriété. Nous avons pourtant affaire-là à un auteur compositeur interprète qui sait y faire. Le quatrième album de MontparnassE, La vie revolver, a franchement  de quoi épater la foule. En tout cas, moi, il m’épate.

Voici donc la deuxième mandorisation du bonhomme (la première est là), en espérant que vous aurez la curiosité de jeter une oreille attentive à l’œuvre de ce chanteur en état de marche. C'était le 14 avril dans les locaux de Music Media Consulting.

Son site officiel.

Sa page Facebook officielle.

Pour écouter l’album.

Biographie officielle (mais écourtée) :montparnasse,a vie revolver,interview,mandor

C’est en 2007 que Jean-Patrick Capdevielle produit les premiers titres de Philippe Deyrieu, un voisin autodidacte, qui se produira désormais sous le nom d’emprunt de MontparnassE, en hommage au quartier de leur rencontre. Philippe joue beaucoup sur scène et rôde déjà les chansons qui constitueront son premier album : « Anachronique » réalisé par Ken Ploquin (Bashung, Daho, Hugh Coltman). Les titres « M’enfermer dehors » et le duo avec Sylvie Hoarau (Brigitte) « Ce n’sont pas des anges » connaitront de prometteurs succès d’estime. MontparnassE emmène cet album aux 4 coins de la France et bien au-delà, pour enfin s’arrêter à Londres où démarre la production de son second album, Studio d’Eux. C’est à Abbey Road que ce 2ème opus prendra racine, réalisé par Chris Bolster (Coldplay, Paul McCartney, Oasis). De retour d’Angleterre, il répond à l’invitation du célèbre canapé rouge de Michel Drucker à l’occasion de l’anniversaire de Jean-Paul Belmondo. Ce dernier sera ému de l’hommage que lui rend Philippe en lui chantant sa chanson fraichement enregistrée : « Quand j’étais Jean-Paul Belmondo ». En 2013 MontparnassE signe la BO du film « Le Cœur des Hommes 3 » de Marc Esposito et démarre une tournée d’où sera tiré l’album : Détours Live. L’unique album live de l’artiste à ce jour, et considéré par bon nombre d’observateurs comme l’un des tous meilleurs ‘one shot’ des productions de l’année 2014.

3 ans plus tard sort le très remarqué 3ème album studio intitulé : (des) Couleurs manifestes, source d’illustres rencontres…Avec Cali d’abord, avec qui il co-signe et chante en duo l’émouvant « Ecoute moi jusqu’au bout ». Rencontre avec l’immense Bernard Lavilliers lors d’un « Grand studio RTL » où le poète, bienveillant, lui confiera les clefs d’une de ses premières parties. Rencontre, enfin, avec la poésie de son enfance puisqu’en clôture de l’album, Philippe reprend avec beaucoup de modernité et d’humilité le titre « Ma France » de Jean Ferrat. C’est Vincent Perrot, architecte de ces évolutions, qui avait admirablement réalisé et arrangé « (des) Couleurs manifestes, qui est à nouveau le complice de Philippe pour ce nouvel opus intitulé La vie revolverPhilippe veut aller de l’avant, positiver, crier au monde cette urgence de vivre ce qu’on a à vivre, ici et maintenant sur un air qui donne envie de danser d’oublier et de profiter… Loin de la « branchitude » ambiante, il creuse son sillon en affirmant son style, en se souciant de faire évoluer sa musique au grès des sujets abordés, quitte à flirter avec différents environnements d’un morceau à un autre.

montparnasse,a vie revolver,interview,mandor

montparnasse,a vie revolver,interview,mandorInterview :

La vie est-elle si dure que tu as décidé d’intituler ton disque La vie revolver ?

Ce disque est un peu plus « down » que les trois précédents, en effet. Toutes les chansons de cet album sont empreintes de nostalgie et de mélancolie. C’est la chanson « La vie revolver » qui a donné son nom à l’album parce que j’ai estimé que ça représentait bien l’époque que nous vivons. Même si j’écris des textes avec de l’espoir, on est malheureusement toujours rattrapé par la réalité des choses. On est obligé de constater que la vie est une roulette russe. Aujourd’hui tout va bien et demain, on ne sait pas ce qui va se passer… voire dans l’heure d’après. Rien n’est figé. La vie revolver, c’est un sens générique pour expliquer tout ça.

Pour en revenir à ce titre « La vie revolver », tu nous proposes une musique tendance western à la Ennio Morricone.

C’était complètement voulu et le maestro était encore en vie quand j’ai voulu faire ça. Pour être clair, « La vie revolver » est née des gilets jaunes. Je voyais de manière très perceptible le mal-être de certaines personnes, j’ai donc imaginé l’histoire d’un couple qui n’était plus en phase avec la société et qui a décidé à un moment de rentrer en conflit avec elle. Il y a un passage à l’acte fort qui est traduit par ces notes de musique Morriconiennes. Jeanne Rochette  y chante dans cette chanson de manière lyrique et les contributeurs de mon album font les choristes.

Clip de "Aime la vie".

La chanson « Je n’partirai jamais » m’a presque fait pleurer.

Sur les trois précédents albums, il y avait une chanson par enfant. Je ne savais pas comment boucler la boucle. Au moment où mon grand m’a annoncé qu’il allait quitter la maison, ma fille, la petite dernière, a voulu me rassurer et m’a dit : « Moi, papa, je ne partirai jamais ! » Enfin mon autre fils, celui du milieu, m’a dit la même chose, tout en sachant que c’était faux. Bref, je me retrouve à un carrefour unique de ma vie. J’ai ressenti le besoin d’écrire une chanson avec la participation de mes trois enfants pour boucler la boucle. J’ai trouvé que leur faire dire eux-mêmes ces phrases-là aurait un impact beaucoup plus fort.

Chacune de tes chansons a des atmosphères différentes.

Je pars du principe que comme je  n’ai pas de maison de disque, je suis très libre. J’ai la totale liberté de faire les chansons que je veux avec les ambiances que je souhaite. Je ne veux pas faire le même disque à chaque fois. Sur deux-trois chansons, je me suis amusé à m’aventurer sur des terres inconnues.

Clip de "Sait-elle que c'est elle" en duo avec Ana Girardot.

« Sait-elle que c’est elle » est un duo avec Ana Girardot.

Pour moi, c’est une chanson qui devait être chantée par une comédienne. Il fallait qu’elle ne soit pas sur-interprétée. Je voulais une sensibilité réelle. J’aimais beaucoup le jeu de cette fille que je considérais comme une des plus prometteuses du cinéma français. Je ne savais pas si elle savait chanter, mais je lui ai fait cette proposition au culot. Elle a mis un peu de temps à répondre, mais un jour elle m’a écrit qu’elle avait été très touchée par le texte, qu’elle n’avait jamais chanté, mais qu’elle adorerait essayer. Elle a décidé que l’on se voit très vite. Au bout d’un quart d’heure on a décidé de se revoir en studio. Dès ses premières phrases, j’ai compris que c’était exactement ce que je voulais.

Clip officiel de "Il y aura". 

Cali participe de nouveau à ton disque. Mais pas dans un duo. Il a écrit « Il y aura » et il en a fait les chœurs.

Cali, c’est la famille maintenant. Il est « invitant ». Quand tu as travaillé et fait de la scène avec lui, tu as envie de récidiver. Il dégage la même impression. Un jour, il m’a dit : « Si tu as besoin d’un texte,  j’en suis. » Je voulais une chanson  très avenante, avec une sorte d’élan. Il a complètement répondu à mon attente. Quand j’interprète cette chanson, j’ai l’impression de répandre la bonne parole du bonheur simple.

Ton nouveau single, c’est « Touriste ».  Une chanson un peu critique sur les touristes.

C’est un peu moi, c’est un peu toi, c’est complètement nous. On peut tous se retrouver dans cette chanson. Quand on est dans un pays qui n’est pas le sien, on est maladroit, égoïste, un peu à fleur de peau, on se sent presque plus fort que les habitants… Cette chanson m’est venue quand j’étais en Egypte en voyage avec ma femme et mon père. A un moment, j’étais au musée du Caire et une personne n’arrêtait pas de me passer devant, me bousculer pour faire des photos sans vraiment regarder les trésors proposés. Je retrouvais cette personne dans chaque pièce avec le même comportement. A un moment, je suis sorti et j’ai écrit le refrain et j’ai fredonné la mélodie dans mon dictaphone. Je pense que nous sommes toujours le touriste de quelqu’un.

Clip officiel de "Touriste".

Dans « La belle route », tu rends un hommage discret à Alain Souchon.

J’exprime mon admiration pour lui. Comme mon nom ne l’indique pas, je suis souvent à Montparnasse pour plein de raisons. C’est un quartier que j’aime beaucoup, les bars que je fréquente sont là-bas. J’ai une vraie vie dans ce quartier. Il m’est arrivé cinquante fois de voir Souchon s’y balader. Je me suis permis de lui parler une fois ou deux pour lui dire bonjour. Il est toujours avec une casquette et des lunettes noires. Il croit que l’on ne le reconnait pas. Moi, c’est comme ça que je le repère de loin (rires). J’adore le voir évoluer dans son périmètre. Cette chanson raconte le regard que j’ai sur les gens qui le regardent. Ce n’est jamais qu’un citoyen dans son quartier… certes, un citoyen pas tout à fait comme les autres.

Curieusement, on n’entend pas d’influences de Souchon dans tes disques, je trouve.

J’ai plutôt écouté de la musique anglo-saxonne dans ma vie, même si Souchon est mon auteur français préféré. Il y avait le carré magique au football : Tigana, Giresse, Fernandez, Platini. Moi j’avais le carré magique : Renaud, Goldman, Cabrel, Souchon.

Dans « Si tu restais », tu dis que tu te montres plus fort et sûr de toi que tu ne l’es. C’est vrai ?

Bien sûr. Je chante et j’écris pour ça. Enfant, j’étais extrêmement timide. La musique m’a aidé à passer des caps, à me comporter autrement en public, à savoir prendre la parole… Sur scène, il faut toujours avoir l’air sûr de soi, mais en fait, il y a beaucoup de failles en moi. Ce disque, comme les autres, raconte mes failles.

montparnasse,a vie revolver,interview,mandor

Pendant l'interview...

Ecrire et chanter t’aide à supporter la vie ?

C’est l’essence même de la vie d’artiste. On porte un masque derrière lequel on ose se comporter différemment et dire des choses  parfois enfouies. Je ne sais pas comment je me serais dépatouillé de ma vie sans ce moyen pour exprimer mes mots/maux. 

Ce qui m’impressionne chez toi, c’est ton sens de la mélodie.

Merci. Ça me touche. Ca tu le gardes dans ton article, hein ? (rires).

Dans chaque album, tu as des chansons tubesques comme « Au presque parfait » et « Si tu restais », un titre très Coldplayien.

C’est le reflet de ce que j’écoute, de ce que j’aime. Ce sont des chansons de scène. J’ai hâte de pouvoir les jouer devant un public.

montparnasse,a vie revolver,interview,mandor

Après l'interview, le 14 avril 2021.

Bonus :

Concert enregistré au Réacteur le 22 janvier 2021 à l'occasion de la sortie du nouvel album de MontparnassE, avec la participation de Jeanne Rochette, Natacha Régnier et Cali. Réalisation: Ulysse Thevenon.

montparnasse,a vie revolver,interview,mandor