Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

15 novembre 2016

Patricia Kaas : interview pour son nouvel album éponyme

KAAS ITW PAGE 4.jpg

Aujourd'hui, je vous propose l'interview de Patricia Kaas pour le magazine de la Fnac, "Open Mag" (daté du mois de novembre 2016), à l'occasion de la sortie de son nouvel album. Elle s'est tenue le 3 octobre dans une caravane/loge entre deux enregistrements d'émissions de télévision. 

KAAS ITW PAGE 1.jpg

KAAS ITW PAGE 2.jpg

KAAS.jpg

KAAS ITW PAGE 6.jpg

KAAS ITW PAGE 6 - Copie.jpg

 

IMG_1491d.JPG

A l'issue de l'entretien le 3 octobre 2016. 

Pour terminer, voici le clip de "Madame Tout Le Monde" tiré de ce nouvel album.

16 mai 2016

Christophe Maé : interview pour L'attrape-Rêves

christophe maé,l'attrape-rêves,interview,mandor,open mag

Christophe Maé vient de fêter ses 40 ans. Et il les chante dans son nouvel album L’Attrape-rêves, qui est sorti ce vendredi. Il se livre sur son bonheur, ses fils, Jules et Marcel, et sa femme qu’il demande en mariage. Notamment.

Le 18 avril 2016, j’ai rencontré le chanteur pour la cinquième fois (mandorisation en 2007, , en 2010, ici, en 2011, , et en 2013, ici). L’interview s’est tenue dans un bar parisien (dont je tais le nom, car il s’agit de son QG). Toujours aussi sympathique et simple. Pas star du tout, lucide, voire franchement amical. 

Voici le fruit de notre conversation pour le magazine de la Fnac OPEN MAG (daté du mois de mai 2016).

OM-185 Maé.jpg

OM-186 Maé.jpg

OM-188 Maé.jpg

Clip officiel de "Il est où le bonheur".

OM-189 Maé.jpg

OM-190 Maé.jpg

christophe maé,l'attrape-rêves,interview,mandor,open mag

Le 18 avril, après l'interview...

christophe maé,l'attrape-rêves,interview,mandor,open mag

10 mai 2015

Nadia Coste : interview pour Le premier

Nadia Coste NB 3.jpgJ’ai interviewé récemment l’auteure jeunesse Nadia Coste pour son nouveau roman, Le Premier (pas vraiment à mettre entre toutes les mains des plus jeunes, je trouve). Je dois dire qu’il n’est pas de tout repos. Rebondissements en cascade et scènes sanglantes à profusion. Sacrément passionnant en tout cas pour qui aime les romans d'aventure rondement menés.

J’ai chroniqué ce livre pour Open Mag (le journal offert dans les Fnac de France) daté du mois d’avril 2015 et je l’ai questionné pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc daté du mois de mai 2015.

L’auteure :

Moyenne à l’école malgré son imagination débordante, elle délaisse les livres jusqu’à ses dix-huit ans, année où elle découvre les littératures de l’imaginaire. Le déclic se fait alors, et ses propres histoires commencent à mûrir. En 1998, elle s'autorise enfin à coucher ses histoires sur le papier.

Six ans et neuf versions plus tard, le premier volume de Fedeylins est publié chez Gründ.

Après la parution des trois tomes suivants, la tétralogie est complète. Nadia se consacre alors à d’autres univers pour les plus jeunes, dont la trilogie Les Yeux de l’Aigle à destination des lecteurs de 8 à 12 ans, publiée entre 2012 et 2013 chez Gründ.

Elle est membre de CoCyclics, un collectif de jeunes auteurs qui s’entraident pour améliorer leurs manuscrits grâce à la relecture critique, où elle sévit sous le pseudonyme NB.
Elle est également membre de la Charte des Auteurs et Illustrateurs Jeunesse.

Mon article pour Open Mag :

hélène1.jpg

Mon interview pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc :

LIVRE-4.jpg

LIVRE-5.jpg

LIVRE-6.jpg

LIVRE-7.jpg

Une question bonus:

Vaïn doit notamment se débarrasser d’êtres maudits. Mais ces êtres maudits sont des enfants. N’avez-vous pas eu du mal à écrire ces scènes ?

Mon éditeur m’a dit qu’il ne pensait pas qu’une mère de famille pouvait écrire ce genre de scène. Dans l’écriture, le gros avantage d’aller dans l’extrême, c’est que l’auteur extériorise sa violence intérieure. Si mes enfants m’énervent, ils seront préservés de cette colère-là. Françoise Dolto disait qu’une mère normale avait envie de passer son enfant une fois par jour par la fenêtre. Ecrire permet d’évacuer ses pulsions meurtrières en toute légalité (rires).

19 avril 2015

Hélène Molière : interview pour Harcelé-harceleur

Hélène Molière (c) Thierry Rateau.jpg

(Photo : Thierry Rateau)

Dans Harceleur-Harcelé, une histoire de souffrance et de silence, Hélène Molière brise un tabou en tentant de comprendre comment des enfants peuvent se transformer en bourreau. Le harcèlement, c'est une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Des petites piques, des blagues d'un goût douteux, le harcèlement commence subrepticement. Mais parfois ça peut aller jusqu'au chantage ou à a violence physique. En tous les cas, quelle que soit l'ampleur, cela marque à vie.
Pour Openmag n°174 (magazine offert dans le FNAC de France), daté du mois d’avril 2015, j’ai rencontré la psychothérapeute dans son cabinet du 9e arrondissement de Paris. A l’origine, l’interview devait être (beaucoup) plus longue (les aléas de la vie d’un magazine…), je publie donc l’article tel qu’il est paru et la suite (en bonus mandorien).

Hélène Molière couverture en HD.jpgNote de l’éditeur :

« Julie Lunettes » ainsi qu’avait décidé de la baptiser son institutrice, s’est jetée du troisième étage de son immeuble, n’en pouvant plus de se faire traiter de « mémé » de « vieille » de « moche » jour après jour, par ses « copains » de classe.
Jonathan a tenté de s’immoler par le feu submergé par les insultes d’un chefaillon et de ses sbires, insultant à longueur de journée sa famille, son nom (Destin) son poids, etc.
Camille n’a pas accepté de se faire supplanter par une rivale, aussi belle, aussi fraiche et délicieuse qu’elle, derrière laquelle SA cour, s’était ralliée. « Elle m’a volée ma vie » a-t-elle déclaré à sa mère, et a plongé dans la dépression et la drogue. Louise, Noé, Samir, Kevin... autant d’enfants victimes du harcèlement à l’école.

Les enfants harcelés ne vont pas tous jusqu’au suicide, mais le harcèlement, continu, sans répit, répétitif, peut avoir des conséquences à court, moyen ou même long terme des conséquences absolument désastreuses. Hélène Molière, psychothérapeute pour enfant, explique dans cet essai avec beaucoup de lucidité, comment ces gamins désignés de manière aléatoire, par un « meneur », ne comprenant pas ce qui leur arrive, endossent dans un mutisme ravageur la peau de la victime.
Elle explique surtout aux parents et aux enseignants l’attitude à adopter en cas de symptômes qu’elle décrit, comment faire parler un enfant pour se livrer er se délivrer, en mettant des mots sur une douleur insupportable et toujours recommencée: le harcèlement, et surtout comment s’en débarrasser avant qu’il ne soit trop tard.

L’auteure :

Hélène Molière est psychanalyste et psychothérapeute à Paris 9ème. Après des études de lettres et de philosophie elle devient journaliste, presse écrite, radio, télévision, spécialiste des sujets de société et singulièrement de l’éducation. Elle travaille aujourd’hui et ce depuis des années en qualité de psychologue clinicienne, diplômée de l’université de Paris 7 au CMPP de Chelles (77) et aux Lierres, hôpital de jour pour enfants de Sèvres (92).

L’article publié dans Openmag :

hélène.jpg

IMG_6985.JPGBonus mandorien :

Revenons sur le fait que l’enfant harcelé pense que c’est lui qui n’est pas comme les autres.

Tant qu’il n’y a pas de mot pour décrire ce phénomène et que ce n’est pas reconnu par quelqu’un d’autre, il se sent responsable et même, pire encore, coupable.

Vous citez le cas de parents qui vont voir la directrice de l’école primaire et qui minimise les faits et parle d’enfantillages. C’est souvent le cas ?

Les dysfonctionnement de ce type arrivent très souvent. En primaire, souvent le directeur cumule avec la fonction de professeur, il est donc débordé, ce qui empêche d’être attentif à ce qu’il se passe. Mais il y a aussi beaucoup de cas de harcèlements déjoués parce qu’un prof à couper court au problème et a su dire ce qu’il fallait pour que ça ne dérape pas. Le harcèlement, c’est un dérapage.

Le harcèlement touche 10% de la population scolaire, dont 5% est très gravement atteinte. C’est un chiffre conséquent.

Oui, mais les proportions sont les mêmes dans tous les pays développés. Il est aussi rependu en Ile-de-France qu’en province et aussi fréquent dans les établissements privilégiés que dans les établissements défavorisés. Il n’a rien à voir avec le milieu social ou culturel. Il n’est pas possible  d’expliquer le statut d’agresseur et de victime d’un élève comme la conséquence de mauvaises conditions socio-économiques. Dans une société qui espère toujours en finir avec la violence, le jeune harcelé et ses harceleurs nous lancent à la figure le rituel archaïque du « bouc émissaire » et nous mettent sous les yeux ce que nous ne voulons pas voir : la violence irrémédiable, instinctive et consubstantielle de la relation humaine. 

Harcelement-a-l-ecole-l-attitude-des-personnels-en-question_article_popin (1).jpg

Quelle est la seule façon de déceler que son enfant est victime de harcèlement ?

Il ne faut pas être obsédé par ça, mais si votre enfant à ses notes qui chutent subitement, s’il a les yeux cernés, s’il pleure systématiquement au moment d’aller à l’école, s’il a mal au ventre avant d’aller à l’école, s’il change brutalement de comportement… ce sont des signes qu’il ne faut pas laisser passer. Si l’enfant voit que ses parents s’interrogent, se renseignent, se méfient, il ne sent pas lâché et c’est déjà beaucoup.

Ces enfants-là, dites-vous, ne sont pas faibles, mais se mettent dans des situations de faiblesse.

En effet, ils ne sont pas plus faibles que les autres, mais de toute façon, il n’y a pas de profil type du harcelé. Il y a juste des tempéraments. Quelqu’un qui a le sens de l’autre, qui est dans l’empathie et le langage, qui peut douter, qui est dans la loi, qui est respectueux de son prochain et qui est un peu réservé a un peu plus de possibilités d’être harcelé. Mais ça ne veut pas dire qu’il va l’être.

Et y a-t-il un profil pour les harceleurs ?harcelementenfant.jpg

Ce sont souvent des enfants qui sont en souffrance. Ils ont certainement connu l’humiliation. Ils ont besoin d’attirer le regard sur eux. Ils n’ont pas intégré le permis et l’interdit. Le permis et l’interdit, ça vient vers trois ans. Si on laisse passer ce moment, c’est difficile de revenir en arrière.

Le harcèlement peut conduire jusqu’au suicide de l’enfant ou, au minimum, au traumatisme… peut-être à vie.

Plus ça dure, plus il y a des conséquences désastreuses. Il y a beaucoup de tentatives de suicides ou des scarifications. Ce qui est certain, c’est que cela va marquer la suite des relations sociales de l’enfant harcelé. Il y a une forte probabilité qu’il se méfie à vie de l’autre et qu’il soit constamment sur la défensive. On voit même des familles où il y a des échos du harcèlement… c’est plus du côté de la névrose familiale. Pour le harcelé ou le harceleur, il y a souvent des histoires de coups. Ça cogne au niveau des parents, voire même des grands-parents. Ce n’est pas systématique, mais assez fréquent.

Parlons du harcèlement dans les réseaux sociaux.

C’est la forme moderne et la plus terrifiante du harcèlement. Elle fait des dégâts extrêmement importants parce que ça va beaucoup plus vite et ça s’adresse à beaucoup de monde à la fois. La rumeur s’étend hors de l’école. Si l’enfant est victime à l’école, cela va s’exporter et ça va devenir non-stop à l’extérieur. L’enfant rentre chez lui et il n’a pas le répit qu’il pouvait avoir avant. Les réseaux sociaux étendent le phénomène dans l’espace et dans la durée. Être harcelé 24 heures sur 24 heures, ce n’est pas tenable.

Harcelement-a-l-ecole-tout-le-systeme-educatif-mobilise_visuel_article2.jpgAvez-vous été victime de harcèlement dans votre jeunesse ?

Non, je me suis juste demandée « pourquoi tant de haine ? » J’avais des souvenirs cuisants de la récréation. Dans une cour de récré, il y a vraiment une violence et une façon d’être. Soit tu fais partie d’un groupe et tu suis le chef, le leader, soit tu es un peu en marge. Et si tu es un peu en marge, tu peux être pris comme victime. Moi, je n’avais aucune envie d’être leader, ce n’était pas mon tempérament, mais je n’avais aucune envie de suivre le troupeau. J’étais susceptible d’être harcelée, mais comme j’avais une « meilleure amie », je n’étais pas esseulée. J’étais très sensible à la violence de ce qui était dit. Dans le livre, je l’écris, ceux qui sont victimes de harcèlement sont souvent des enfants un peu plus mûrs que les autres, mais ils ne savent pas se défendre face à cette boule de défense qu’ils ont en face d’eux. Mon livre apporte des solutions et donne des conseils.

13 novembre 2014

Antoine de Caunes : interview pour les 30 ans de Canal+

o-DE-CAUNES-GRAND-JOURNAL-facebook.jpg

antoine de caunes,30 ans de canal+,interview,mandorLe 4 novembre 1984, une petite révolution s'est produite dans le PAF avec l'arrivée d'une nouvelle chaîne de télévision qui ne manque pas d'ambition: Canal+. Après des débuts difficiles, la première chaîne française privée à péage va peu à peu connaître le succès en rassemblant de plus en plus d'abonnés au fil des années.

Très vite, la «chaîne du foot et du cinéma» se démarque de la concurrence avec son ton résolument plus jeune, transgressif, incisif et audacieux pour l'époque. Pour parler de cet anniversaire, autant s’adresser à un pilier de la chaîne, Antoine de Caunes.

Voici le fruit notre entretien pour OpenMag (mensuel de la Fnac) daté du mois de novembre 2014. Il est suivi d’un bonus mandorien.

001.jpg

002.jpg

003.jpg

IMG_4046.JPGBonus mandorien:

Quand on a trente ans d’existence, il faut savoir se renouveler tout en gardant son ADN. Changer tout en restant dans une certaine continuité, c’est ça la difficulté ?

On essaie de bouger avec l’époque, à la fois en la reflétant et en l’anticipant un peu. On ne doit pas être dans une avant-garde absconse. On essaie de rester prescripteur. C’est une vigilance au quotidien pour faire en sorte que la ligne ne dévie pas.

Comment faites-vous pour fidéliser vos téléspectateurs tout en attirant les jeunes ?

C’est compliqué parce que, par rapport au démarrage en 1984, le PAF a considérablement changé. Ce n’est ni le même paysage, ni la même manière de consommer la télévision. Il faut tenir compte de tout ce qu’il se passe autour de nous. A l’époque où nous étions les seuls à faire un talk-show à 19h, la question était moins brûlante qu’aujourd’hui. Désormais, nous sommes nombreux à jouer sur le même terrain. Il faut garder son identité et ne pas essayer de changer de cap. Il faut  juste évoluer avec le temps, être souple, attentif à ce qu’il se passe. Il faut faire en sorte qu’à l’intérieur de l’émission, ça bouge en permanence.

Bande promo des animateurs pour les 30 ans de Canal+.

antoine de caunes,30 ans de canal+,interview,mandor

Vous mettez en avant des jeunes qui ont du talent. Y a-t-il une crainte que les élèves dépassent le maître ?

Vous voulez parler du syndrome « petit scarabée » ? A l’époque, avec Philippe Gildas, je n’avais nullement l’ambition de devenir Philippe à la place de Philippe. C’était le point commun de l’époque de tous les gens qui bossaient sur Nulle Part Ailleurs. Jackie Berroyer, Les Deschiens, José Garcia, Alain Chabat, Edouard Baer sont des gens qui ne se destinaient pas à faire de la télévision. Ils n’avaient absolument pas l’optique de devenir Michel Drucker. L’ironie de l’histoire, c’est que moi, après 15 années où j’ai réalisé des films et des docs, on m’a demandé de prendre la relève… j’ai trouvé ça très sexy et amusant. J’ai accepté avec joie. Ce n’était ni un plan, ni une stratégie. Je ne pense pas que les Jérôme Niel ou les Poulpe soient animés de mauvaises intentions. J’ai l’impression qu’ils ont envie de garder cette liberté. Croyez moi ou pas, mais on n’est pas du tout dans une humeur où tout le monde s’observe avec des jumelles à longue portée ou un fusil à lunettes pour voir lequel va dégommer l’autre pour prendre sa place. Nous ne travaillons pas dans cet esprit-là. C’est ce que je me plais à croire.

Comment choisissez-vous les chroniqueurs ?

Pour moi, ce qui est important dans Le Grand Journal, c’est qu’il y ait un esprit de tribu. Je souhaite que l’on soit tous heureux de travailler ensemble, que tout le monde soit à sa place, que chacun joue son rôle. Si en plus, il y a un vrai lien entre les gens, c’est la cerise sur le gâteau. 

IMG_4047.JPG

A l'issu de l'entretien, à l'agence, en octobre 2014.

27 octobre 2014

Le club des cinq : Julien Blanc-Gras, Richard Gaitet, Bertrand Guillot, Guillaume Jan et François Perrin

1.jpg

Openmag.jpgPour le journal Open Mag (le gratuit offert dans toutes les Fnac de France) daté du mois d’octobre 2014, j’ai voulu rendre hommage à cinq auteurs qui forment un club (sans en former vraiment). Ils s’en défendent, mais j’estime qu’ils pourraient allègrement être à l'origine d'une nouvelle école littéraire.

Julien Blanc-Gras, Richard Gaitet, Bertrand Guillot, Guillaume Jan et François Perrin sont des amis/écrivains aux tons, aux styles et aux sujets originaux et modernes. Je suis ces cinq bons vivants, pour la plupart, depuis le début de leur « carrière » littéraire.

(Et je les aime beaucoup humainement.)

Au passage, voici les dernières mandorisations de Julien, Richard, Bertrand, Guillaume et François (et la participation amicale de Philippe Jaenada.)

2a.jpg

2b.jpg

2c.jpg

2d.jpg

3.jpg

3a.jpg

3b.jpg

2e.jpg

4.jpg

4a.jpg

4b.jpg

24 septembre 2014

Bertrand Guillot : interview pour Sous les couvertures

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmag

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmagBertrand Guillot est une des plus intéressantes fines plumes des Lettres françaises actuelles. Outre le fait que je connais le jeune homme depuis quelques années, j’ai toujours été admiratif de son style. Écriture élégante, subtile, souvent drôle, Bertrand à l’art de faire mouche à chaque phrase... tout en délicatesse. Je suis heureux de l’avoir interviewé (le 20 août dernier) à l'occasion de ma première collaboration avec le journal OPENMAG. Je l’ai déjà mandorisé trois fois et c’est toujours un réel plaisir de passer du temps avec lui pour évoquer son amour de la littérature et son œuvre.

Bertrand Guillot écrit dans son nouveau livre Sous les couvertures : « Et si le grand livre, c’était celui devant lequel le lecteur se sent tout petit ? »

Et si le grand auteur actuel, c’était lui ?

4e de couverture:10516877_10152406695674125_1508214906165060912_n.jpg

Un samedi soir, une librairie de quartier. Comme toutes les nuits, sitôt le rideau tombé, les livres s’éveillent et se racontent leurs histoires… Mais ce soir, l’heure est grave : les nouveautés viennent d’arriver, et les romans du fond de la librairie n’ont plus que quelques jours pour trouver un lecteur! 

Pour sortir par la grande porte, il leur faudra s’unir et prendre la place des best-sellers solidement empilés près de la caisse. Autant dire qu’ils n’ont pratiquement aucune chance…

L'auteur :

Bertrand Guillot est l'auteur de quatre ouvrages : le roman Hors-jeu (Le dilettante, J'ai Lu),  B.a, ba (Editions rue fromentin), son livre-reportage sur l’illettrisme et Le métro est un sport collectif (Editions rue fromentin), recueil de chroniques consacrées au métro parisien. Avec Sous les couvertures, il s'attaque au conte pour en faire roman d'une rare originalité.

bertrand guillot,sous les couvertures,interview,rue fromentin,mandor,openmag

(Photo : Marie Planeille)

001.jpg

001g.jpg

001k.jpg

DSC09389.JPG

Pendant l'interview.

001l.jpg

DSC09387.JPG

Après l'interview, le 20 août 2014.