Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29 juillet 2009

"Envoyés très spéciaux" sort aujourd'hui en DVD!

Envoyes_tres_speciaux_DVD.jpg
Jour J pour la sortie du film "Envoyés très spéciaux" en DVD et en Blue Ray. Je rappelle pour les non habitués de ce blog que j'y ai "coaché" Gérard Lanvin pour certaines scènes liées au travail de journaliste... j'ai fini par y jouer mon propre rôle.
Il y a une rubrique Mandor au cinoche dans laquelle j'ai raconté l'expérience jour après jour.
Bande annonce:
 
Dans cet extrait, on m'entend à la radio et on me voit (rapidement) accompagné de la postière la plus connue de France...
 
 

Ici, les interviews "maisons" de Gérard Lanvin, Gérard Jugnot, Frédéric Auburtin (le réalisateur) et même Mandor (si,si!).

Edit du 11 août 2009:

Photos tirées du film... envoyées par mon pote Franck (à ce propos, Franck, ça se voit un peu que c'est pris à partir d'un appareil photo. Tu ne connais pas le procédé pour figer une image directement à partir d'un DVD? Enfin, tu as vu, je ne rechigne pas à leur publication...)

P1000966.JPG
P1000961.JPG
P1000965.JPG
De gauche à droite, Gérard Lanvin, Mandor, Emilie Zapalski et Omar Sy.
P1000972.JPG
Anne Marivin et Serge Hazanavicius... mais l'important est derrière, bien sûr.
P1000964.JPG
Pendant le générique, alors que je ne m'appelle pas comme c'est indiqué.
P1000970.JPG
A gauche, Serge Hazanavicius, à droite Anne Marivin. Mandor en proche arrière plan.
P1000962.JPG
Avec une vraie collègue, Emile Zapalski, dans une situation que nous connaissons parfaitement dans nos vies respectives.
P1000967.JPG
Avec Anne Marivin. Voyez comment nous jouons l'écoute attentive et la tristesse...
P1000973.JPG
Générique final.
 

22 janvier 2009

Pas de petit cours à l'usage des futurs journalistes...

... contrairement à cette note récemment publiée dans laquelle j'avais commenté un article du Parisien (édition Seine-et-Marne) me concernant.

Hier est paru dans l'hebdomadaire La Marne (n°3292) un article sur le même sujet.

Ma participation au film Envoyés très spéciaux.

(D'ailleurs, je le dis au passage, ceci sera ma dernière note sur cette comédie sortie hier...).

(J'ai parfaitement conscience d'avoir été redondant dans cette affaire là!)

(Que voulez-vous, je reste un indécrottable enthousiaste et possède un ego surdimensionné.)

(Je sais, avoir le culte de la personnalité chez les blogueurs, c'est un truc tout à fait rare...)

Bref, je voulais décrypter l'article ici. Mais, en la lisant, j'ai été très déçu de ne rien y trouver à redire.

Toutes les informations données ont été prises en compte.

Très honorablement synthétisées...

Bon, le (ou la) journaliste a poussé le vice jusqu'à mettre au conditionnel l'une d'elles: "Ce dernier (moi, donc) aurait notamment aidé Gérard Lanvin à travailler ses scènes d'homme de radio."

Un (ou une) bon(ne) journaliste doit TOUJOURS vérifier l'info. Il (ou elle) n'a certainement pas eu le temps de joindre Gérard Lanvin pour demander confirmation...

Bref, voici la bête:

Scan10007.JPG
77FM, en effet consacre sa semaine au film.

 

16 octobre 2008

Projection d'Envoyés très spéciaux!

envoyes-tres-speciaux_128.jpgHier soir, j’étais invité par Frédéric Auburtin à la projection d’équipe du film Envoyés très spéciaux. Film dans lequel je… et patati et patata… tout est là.

Donc, j’ai été convié au Club 13 de l’avenue Hoche, raison pour laquelle je me suis d’abord rendu au Ciné 13 de Montmartre.
Comme j’étais très en avance, (après avoir mis un temps fou à trouver une place) j’ai eu le temps de me promener et de m’apercevoir que je n’étais pas au bon endroit en regardant l’adresse indiquée sur mon calepin.
(Non, je n’ai pas de BlackBerry ! ! !)
Mais, comme j’étais vraiment très en avance, j’ai eu le temps de rejoindre l’avenue Hoche et d’arriver une demi-heure avant l’heure initiale.
(Tout ceci est sacrement passionnant !)
Je trouve une place devant le Club 13.
Ca n’arrive jamais un truc comme ça. Une chance de…
Un doute m’effleure.
J’appelle ma femme et lui demande avec qui elle est.
« Mais avec personne, enfin ! Je donne le bain à Stella ».
Mouais ! je réponds méfiant.
Une place juste devant, c’est louche quand même.

Bref, je sors de ma voiture discrètement. Ca fait toujours un peu idiot d’arriver trop en avance.
Je vais aller boire une bière avant la projo.

-Hé ! Salut François !
-Oh ! Frédéric ! Ca va ? Ch’uis un peu en avance, là, je vais aller me promener. Il y a un kiosque là-bas, je vais m’acheter Le Monde Diplomatique.
-Oui, oui, c’est ça… T’as le temps d’aller boire un canon, ça démarre pas tout de suite, me répond le réalisateur.

Pfff… n’importe quoi.

OCT08 003.jpg

Bref, après quelques légères libations, je me trouve enfin dans la salle de projection. Dans des fauteuils en cuir qui incitent à dormir tellement ils sont moelleux.
Ah, on n’est pas à l’UGC du coin.
Générique de début.
Générique de fin.
La salle applaudit sincèrement.
La salle s'est beaucoup amusée.

Beaucoup de rires, même.

Pourtant, les forces en présence ont tous travaillé pour le film.Ce n’est pas le public le plus facile.
Non, maintenant, je peux le dire, c’est une sacrée bonne comédie.
Avec deux trois scènes qui resteront cultes, j’en suis sûr.
Bien sûr, les scènes où j’apparais illuminent le film.
Cela va sans dire.
Aheum…

Un cocktail a suivi la projection.
J’ai suivi la foule.
Je discutaille avec quelques personnes rencontrées lors du tournage.
Fredéric Auburtin vient me voir et me demande si je mandorise la soirée. Il m’explique qu’il me lit de temps en temps. « Pas tout, parce que parfois, tu es trop long ! Mais ta note sur Dany Boon… excellente ! ».
J’espère que son film va marcher… non, parce qu’on a déjà un peu commencé à fêter sa sortie prochaine.

Il me raconte qu'il a fait un projection test auprès de 300 personnes.

96% du public était très satisfait du film. Un véritable succès.

Je lui souhaite sincèrement de trouver le public lorsqu'il sortira en salle.

Le 21 janvier 2009.

En attendant "Tchin!".

OCT08 006.jpg
J’étais content de revoir ma collègue journaliste Emilie Zapalski qui joue, comme bibi, quasiment son propre rôle dans le film.
(Nous avons d’ailleurs une scène ensemble lors du générique de début.)
(Nous sommes magnifiques !)
(Surtout elle, d’ailleurs…)
Bref, elle est là avec son homme, le photographe Laurent Teisseire.
OCT08 011.jpg
Omar Sy, toujours aussi charmant, poli, gentil.
(Et excellent dans le film !)
OCT08 004.jpg
Je croise Gilles Loufti, le directeur de Production (le monsieur qui joue au méchant quand le budget risque de dépasser. Je l'ai vu à l'oeuvre.)
On s'est toujours bien entendu, mais bon, parfois il se fout un peu de ma gueule.
Enfin, il me semble.
Il me dit: "Alors, tu t'es vu?".
Malicieux (vous me connaissez), je réponds: "oui, je suis formidable quand je parle derrière un micro. On croirait que j'ai fait ça toute ma vie!".
Il me répond: "il aurait fallu te donner le premier rôle...".
Très drôle!
J'ai aussi passé un long moment avec la monteuse du film, Béatrice Herminie.
C'est son premier long métrage en tant que monteuse principale.
Marrant parce qu'elle vient du cinéma d'auteur.
Elle a pris beaucoup de plaisir à monter ce film.
La voici avec le réalisateur.
OCT08 010.jpg
Allez, une petite photo avec l'héroïne du film.
J'aime beaucoup le flash dans le miroir.
C'est pour surligner que la comédienne est lumineuse.
OCT08 008.jpg
Je parlais plus haut de scènes cultes. L'une d'elles est joué par ce monsieur.
Dans le film, il giffle violemment les deux Gérard (Jugnot et Lanvin).
Une scène irrésistible.
Celui qui joue un terrosite irakien, dans la vie, est tout à fait sympathique.
OCT08 009.jpg
Et puis, j'ai revu Dominique Lacour. Le Chef Opérateur Son.
Je l'ai déjà dit ici, le type le plus gentil et le plus compétent de la Terre entière.
Il n'aime pas être pris en photo.
Donc...
OCT08 002.jpg
A un moment, Gérard Jugnot m'interpelle. Je  m'approche de lui et il me demande:
"Vous qui êtres journaliste, vous pensez que vos confrères vont nous assassiner dans la presse, avec un tel sujet?"
Je n'en ai aucune idée.
Ce film dénonce les travers des médias quand l'actualité s'emballe.
L'urgence de l'information, la course aux scoops  provoquent des excès, des petits (ou énormes) arrangements avec la réalité.
Un thème traité avec humour et second degré.
Voilà, en gros, ce que je réponds.
"Sinon, vous trouvez que notre duo avec Lanvin, fonctionne?"
Là, je n'hésite pas.
Oui, il fonctionne parfaitement ce tandem.
Souvent hilarant.
On parle de ses derniers films sortis.
Il déplore que Faubourg 36 ne marche pas beaucoup.
Et il me raconte le thème du film qu'il réalise en ce moment, Rose et Noir

(Une comédie historique dont l'action se déroulera dans l'Espagne du XVIe siècle.)

Bref, hier, j'ai trouvé Gérard Jugnot, beaucoup plus ouvert et détendu que pendant le tournage.

OCT08 001.jpg
Bon, ce matin, j'ai mal aux cheveux...
Le Champagne, on m'a dit, ce n'est pas de l'alcool.
Si?
Ah bon!
P.S: Merci à l'équipe du film pour leur confiance, leur accueil et aussi merci d'avoir accepté que je raconte l'intérieur du tournage, les coulisses de l'avant, pendant et après.
Certains me lisent.
Je les salue.
PS: Message personnel (en toute discrétion): Frédéric, puisque tu risques de passer ici. Je ne suis pas contre le fait de réitérer l'expérience.
Pas contre du tout.
Même un rôle tout mini mini.
Une apparition fugace.
OK?
OK!
Tape là!
(Euh... ça va sinon?)
(Hé ho! On a bien le droit de rêver, non?)
(Tsss...)


 

14 mars 2008

La vie, c'est pas du cinéma...

Quoi ? Mandor n’a pas publié sa note du jour hier ???

Des mois que ça ne lui été pas arrivé.

Tsss… vous savez, être comédien de renommée internationale, ça crève son homme.

(Quoi, euuh ???)

Bon, ces deux derniers jours sont passés sur un rythme enlevé. Les scènes dans la rédaction de cette radio fictive ont été nombreuses, parfois un peu compliquées et beaucoup chorégraphiques. Mes collègues « acteurs de complément », "silhouettes" et moi avons passé beaucoup de temps à bouger de manière parfois chorégraphique d’un bureau à l’autre pour représenter une rédac en pleine effervescence (rapport à une nouvelle terrible qui chamboule le personnel…).

 

Quelques photos prises hier…

Deux potes en pleine action.

 109629034.JPG

Une comédienne qui joue une secrétaire, (diablement belle), et dont je ne connais que le prénom : Zelda.

(Derrière, c'est mon copain Dominique, le chef opérateur son, le type le plus gentil du monde (au moins!)).

attali.JPG

Une scène avec la demoiselle (qui fait semblant de ne pas être attiré par mon physique de sportif accompli, la joueuse...).

scen.JPG
scene 2.JPG

Je vous passe les détails, parce que, franchement, quand on ne vit pas le truc, j’ai bien conscience que ce ne doit pas être hyper intéressant à lire… (Mais, bon, vous me connaissez… je raconte quand même, de surcroît, en me mettant en avant. C’est ma marque de fabrique.)

Sans plaisanter, je suis parfois un peu gêné parce que je suis quasiment de tous les plans de la rédac. Je pense avoir repéré deux-trois personnes qui ne comprennent pas pourquoi.

Hier j’ai encore eu une scène en duo avec Anne Marivin (c’était d’ailleurs la dernière de cette comédienne pour ce film. Elle était similaire  à celle de mercredi. J’attends les photos)… En sortant, j’ai eu le droit à une réflexion du genre : « Il est amoureux de toi le réalisateur, ou quoi ? ». Je me suis senti obligé d’expliquer (comme un connard qui ressent toujours le besoin de se justifier!!!), que pour jouer le rôle d’un journaliste radio qui désannonce une autre journaliste, au regard de mon expérience professionnelle, je pensais être qualifié comme personne pour tenir se rôle… (C’est un peu comme si on me filmait en train de boire des coups avec des membres de la FAPM … la scène, je n’en doute pas, serait fortement réaliste puisque fréquente, donc naturelle…)

Je précise un truc : nous sommes 8 journalistes professionnels à tourner dans ces séquences. Tous vraiment très sympathiques (mais vraiment) et qui vivent cette expérience avec un recul et un émerveillement qui font que nous sommes enthousiastes et volontaires.

Et pas blasés.

Ces gens-là m’ont réconcilié avec ma « corporation ». (Je le répète souvent, je ne suis pas très fan des gens qui font ce métier. Mais, là, chapeau !)

Bon, je vous laisse… je dois repartir à Bry-Sur-Marne (la belle !). On nous a rajouté une journée supplémentaire pour tourner des plans qui devraient figurer dans le générique du film.

(Paraît que dans le cinéma, il vaut mieux parler au conditionnel...)

Avant cela, je vous présente mon rédacteur en chef « fictif », Serge Hazanavicius (là, juste après son ultime scène).

haza.JPG

Tout ça se termine ce soir (pour moi)… il va falloir que je me rappelle que cette expérience était provisoire et que je me ressaisisse…

Non, Mandor, tu n’es pas comédien. Tu es journaliste.

Je vais vous dire la vérité, je me suis pris à rêver du contraire.

Mon copain d’enfance est réalisateur et aussi producteur de films… je crois que je vais le harceler pour tourner dans ses productions…

Franck, je vais devenir lourdingue avec ça, je te promets…

12 mars 2008

Enfin... une scène!

Hier, la journée avait pourtant mal commencée...

Le matin, beaucoup de scènes tournées de loin, répétitives, sans intérêts pour le grand acteur que je suis.

Aheum...

Après la pause déjeuner, les figurants, enfermés dans une salle en attendant qu'on les "utilise", n'ont rien eu à faire jusqu'à 18h45.

Heureusement, Laurent Bourdon (l'auteur d'un magnifique Dictionnaire Hitchcock chez Larousse et animateur radio pendant longtemps sur France Inter) et moi étions tout de même conviés sur le plateau afin de vérifier si les scènes de radios, de papiers lus, de lancements de sujets à l'antenne étaient crédibles... Nous avons donné quelques conseils.

Laurent Bourdon, c'est lui (vu de mon bureau de cinéma dans une rédaction de cinéma parfaitement réaliste). Un type avec qui je passe le plus clair de mon temps sur ce tournage.

laurent.JPG

Mais, quand même, le temps nous a paru long. Au moment de tourner la dernière scène, vers 18h45 (donc), le réalisateur du film, Frédéric Auburtin me fait chercher par une de ses assistantes.

-Viens Mandor, Fred veut te voir!

Mazette, qu'ai-je fait? Je rappelle que je suis parano, je me demande donc ce que l'on va me reprocher.

-Tiens, assis toi là, à côté d'Anne (Marivin). Tu vas faire ton métier de présentateur de journaux, mais juste, on va te filmer.

Tu feras ci, tu feras ça...

Dominique, le chef opérateur son (dont j'ai déjà causé ici), a immortalisé ce moment.

auburtin3.JPG
moi.JPG
auburtinné.JPG
auburtin 1.JPG

Il m'explique mon rôle. Euh, en fait, j'ai fait ça toute ma vie, mais rarement filmé pendant une minute aux côtés d'une jeune fille qui tient l'un des rôles principaux d'un film qui bat tous les records de fréquentation en France. J'ai lu hier que "Bienvenue chez les ch'tis" avait déjà séduit 8 223 801 spectateurs. Anne Marivin, c'est la jolie postière convoitée par Dany Boon...

Marivin.JPG
L'aventure se poursuit jusqu'à demain...

11 mars 2008

Dernière semaine de tournage...

Bon, cette semaine, blog en service minimum...

Depuis hier et ce jusqu'à jeudi inclus, je participe de nouveau au film dont je parle depuis quelques jours dans la rubrique "Mandor au cinoche".

Je prête, ma voix, mes conseils et un peu mon physique d'athlète (quoi?) à une comédie qui risque bien d'être populaire.

Etant "convoqué" à 8h30 du matin à Bry Sur Marne pour revenir chez moi à 20h dans le Val d'Oise, ayant une femme et une fille à aimer, des articles à écrire, et des yeux pour dormir, vous comprendrez que je ne prendrai que peu de temps à consacrer à ce blog.

Je pourrais le laisser au placard une semaine, le monde ne s'arrêterait pas de tourner.

Soit.

Mais, je n'ai pas encore commencé ma cure de désintoxication à "l'écriture quotidienne du blog".

 Je vous conseille donc de revenir à partir de ce week-end, parce qu'il n'est pas exclu qu'ici, les sujets ne soient pas très variés.

Par exemple aujourd'hui... hop là, deux photos prises hier...

Là, un peu paparazziesque. (Euh... je suis au milieu! Un cliché pris à travers une vitre par un photographe non professionnel! Je ne le remercie pas.)

emilie.JPG

Et là, plus posé. (L'action de cette semaine se déroule dans une radio fictive. Je joue le rôle d'un journaliste. Un rôle de composition, évidemment.)

r2&.JPG

Sinon, j'ai passé hier une partie de l'après-midi installé derrière un bureau en faisant semblant de taper sur un clavier, l'air concentré, pendant que Jugnot et Lanvin passent devant moi.

Attendez-vous à ce que Mandor devienne la nouvelle Marion Cotillard de l'année prochaine grâce à cette scène.

(Non, je ne vais pas me faire opérer. Pfff....)

01 mars 2008

Petit bilan avant la prochaine session...

Pardonnez-moi, une nouvelle fois de revenir sur le tournage de ce film… mais, cela fait presque deux ans que je raconte chaque jour mes aventures professionnelles (et ses coulisses), je ne vois pas pourquoi je tairais cette expérience très nouvelle pour moi.

J’ai passé la semaine à Bry-Sur-Marne dans les studios de la SFP … j’ai déjà expliqué ce que j’y faisais ? Je n’y reviens donc pas.

Je veux juste dire que j’ai été parfaitement bien accueilli, que bien sûr, l’ambiance n’est pas toujours sereine, mais pas non plus électrique (remarque de normand que je ne suis même pas), que les comédiens ont été simples et très abordables et que je me suis attaché très rapidement à certaines personnes.

Parmi lesquelles, Dominique, l’ingénieur du son du film (qui a trouvé mon blog en deux temps trois mouvements, le petit malin !). Dominique est le genre de type dont on lit sur le visage qu’on peut lui faire confiance. De plus, il est sympa et compétent.

Avant-hier, il me demande gentiment.

-Tu peux me rendre un petit service, Mandor ?

Je suis sur le plateau du matin au soir et loin d’être constamment occupé (ce qui pour un hyper actif comme moi, n’est pas facile à gérer…), je réponds donc avec enthousiasme par l’affirmative. Et aussi parce que je l’aime bien et que je ne me vois pas lui refuser quoi que ce soit ayant un rapport avec mes capacités professionnelles.

-Oui, bien sûr, Dominique. De quoi est-ce qu’il s’agit ?

(Il me plait de faire semblant de ne pas parler correctement notre belle langue ! Faut dire, je suis un sacré déconneur. )

-Pour les scènes où la radio est audible en fond, tu peux m’écrire quelques textes et on les enregistre demain, pendant l’heure de la pause…

-Euh oui, bien sûr, tout ce que tu veux!

Et nous nous installons dans un coin. Il me pointe du doigt les scènes en question.

-Ah ouais, quand même !

Le petit service m’a pris trois heures, bien tassées, de recherches et de rédaction. Ma femme était ravie de la plaisanterie quand je suis revenu chez moi le soir…

(Tu culpabilises, j’espère Dominique ! Espèce d’exploiteur de journalistes !)

Le lendemain, (hier, donc), nous avons enregistré mes 5 pages de textes. Avec des tons et des rythmes différents.

Je pensais être seul avec Dominique pour effectuer ce petit travail, mais non, Frédéric, le réalisateur du film, décide de rester avec nous.

-Comme ça, je saurai de quoi tu parles. Ce sera plus facile au montage et au mixage. Allez, tiens, je vais faire ton perchman !

Me voilà donc avec deux micros et une perche au dessus de ma tête.

En fait, j’ai l’air d’ironiser, mais j’ai adoré m’adonner à cet exercice de style. J’étais installé dans le décor même où les scènes étaient tournées.

J’ai demandé à Dominique d’immortaliser ce passionnant moment.

voix.JPG

Oui, je sais, c'est émouvant.

Je reviens sur la gentillesse des comédiens présents. Celui avec lequel j’ai eu le plus de conversations et de contacts était Omar Sy. Vraiment charmant garçon. (Mais pas très bon magicien !).

Là, c'était hier, en fin d'après-midi.

omar.JPG

 

Avec Lanvin, c’est autre chose. Il est très courtois, sympathique aussi, mais, tu ne vas pas lui taper dans le dos comme s’il était ton meilleur ami. Respect à lui.

Il est le genre de type qui répond avec une voix tendre au téléphone entre deux prises et qui, en raccrochant dit : « C’était maman ! La seule personne que je ne peux pas envoyer valser quand je tourne ! ». Touchant.

Quant à Gérard Jugnot, il est très en retrait. Il joue ses scènes puis retourne dans sa loge. Il est moins présent. Poli, respectueux, pas l’once d’une prétentieux, mais moins abordable.

Hier, j’ai réussi à lui faire esquisser un sourire…

Tiens, une dernière pour la route. Petite pose dans le décor avec ma nouvelle copine à moi que j’ai (elle maquille Omar… principalement).

natrhalie.JPG

Ça peut paraître un peu con con, mais hier soir, en partant, j’étais un peu triste, du coup. Je m’attache vite, moi.

M’en fous, la suite de cette aventure se tiendra du lundi 10 au jeudi 13 mars…

28 février 2008

Gérard Lanvin en plein travail avec Mandor!

Bon, avec les photos, j'y vais parcimonieusement...
C'était hier après-midi.
lanvin.JPG
Alter ego ou haltères égaux?

27 février 2008

Professeur de radio...

364204302.JPG
 
Hier, je ne devais faire qu'une journée... finalement, je suis enfermé là jusqu'à vendredi.

Bon, j'en dis un peu plus sur mes activités pour ce film dont je ne révèle pas grand chose dans mes précédentes notes (voir rubrique: Mandor au cinoche).

Si je suis figurant dans cette production, j'ai surtout été engagé pour "conseiller" Gérard Lanvin dans certaines scènes.

Je l'ai déjà précisé, je relativise beaucoup ce titre, hein, qu'on ne se méprenne pas.

Je ne me considère pas comme un "coach"... je suis juste un type présent pour "rassurer", dire deux trois trucs et lui donner la réplique dans certaines scènes.

Précision importante: Gérard Lanvin joue le rôle d'un journaliste baroudeur.

Lorsqu'il lit des papiers ou parle devant un micro, je suis là pour lui préciser quelques petites choses sur le ton journalistique, un certain rythme à trouver... des bricoles au regard du talent qu'il a.

Vous le savez, Lanvin est un comédien avec une forte personnalité et beaucoup d'expériences. Il prend ce qu'il juge intéressant mais garde ses idées de base sur le rôle.

Hier, j'étais sidéré par la façon qu'il a d'ingurgiter les informations que le réalisateur et moi lui donnions et de la manière qu'il a de les appliquer, tout en gardant son style.

Je ne sais pas trop si j'ai le droit de parler de tout ça, mais, après tout, je ne révèle aucun secret tendancieux...

biunker.JPG
bunker 2.JPG

Mandor, entre ombre et lumière, donc. 

(Pas impossible, que des clichés plus explicites de cette "aventure" déboulent bientôt!)

J'aime beaucoup cette expérience.

Comme l'indique la feuille de service d'aujourd'hui.

Mandor devient "conseiller radio".

1504719783.JPG

Un beau "nouveau" métier dont je ne suis pas peu fier!

 

15 février 2008

Un pied dans le... 7eme art!

6b0cff9cf44f7085ac98c8f8d848fc0c.jpgHier soir, alors que je discutais tranquillement avec Omar Sy (sans Fred) lors d’un buffet pour fêter les bons sondages d’une radio, Gérard Lanvin nous a interrompus en me bousculant un peu. Il m’a salué et a proposé un verre de champagne à Omar (j’en avais déjà une en main)… Il est allé chercher une coupe au bar, à un mètre de nous, mais n’est pas revenu très vite nous rejoindre… il en a profité pour draguer Valérie Kaprisky qui se tenait derrière moi.2795e22ead6fd08adf47ff5cb0db3f13.jpg

10 fois, la scène s’est déroulée ainsi.

À part l’attente, putain ce que j’aime le cinéma !

Déjà qu’on m’a proposé de "conseiller" Lanvin lors de certaines scènes liées à mon métier de journaliste (conseiller est un bien grand mot, je vous assure, parce que le monsieur n'a pas besoin de moi pour être bon), mais que l’on me demande en plus d’apparaître autrement qu’en vague ombre au fond d’un décor, j’avoue que je ne b5b8554e278d5aede09b75082bf190bb.jpgm’en remets pas.

J’y prends goût à cette espèce d’expérience surréaliste que je vis en ce moment.

(Il me reste une semaine de tournage au mois de mars)

(J’ai promis de ne diffuser aucune photo en rapport avec le plateau… Quelle frustration ! Moi qui vous montre ici tous les pans de ma vie professionnelle.)

(Et celui-ci, n’est pas le moins intéressant.)

(Sinon, j'ai fait une concession... le réalisateur m'a demandé (gentiment) de raser mon bouc.)

(J'ai cédé, donc ne vous étonnez pas de me voir sans dans certaines prochaines notes...)

(Bon, ça repousse...)