Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

09 juillet 2019

Eric Genetet : interview pour Un bonheur sans pitié

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

Le 5e roman d’Éric Genetet est impressionnant. Dans Un bonheur sans pitié, il évoque un sujet difficile avec tact et force, ce qui n’est pas incompatible. On rentre dans le processus vertigineux de la manipulation mentale au sein d’un couple. Evidemment les lecteurs n’en sortent pas indemnes… et peuvent éventuellement réfléchir sur leurs propres comportements.

Le 16 mai dernier, j’ai mandorisé une troisième fois (la première ici, la deuxième ) cet écrivain qui, lentement mais sûrement, construit une belle œuvre.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor4e de couverture :

« Je n’aurais jamais imaginé devenir cette fille-là. Personne ne peut comprendre pourquoi je ne le quitte pas, je l’ignore moi-même. »
Après quelques mois d’une passion enivrante et sans nuage, Marina sait qu’elle a enfin trouvé le bonheur avec Torsten. Mais un jour, le masque se fissure et il révèle son vrai visage. Emportée par ses sentiments, Marina pardonne inlassablement et s’habitue à l’inacceptable, jusqu’à se perdre et sombrer.
Un bonheur sans pitié est le récit d’un amour insensé, incompréhensible et fatal. Avec justesse et sensibilité, Éric Genetet raconte, sans jamais la juger, l’histoire d’un couple régi par une violence physique et morale qui engloutit leur existence et transforme leur union en prison.

L’auteur :

Né en 1967, Éric Genetet vit entre Strasbourg et Paris. Il est l’auteur de Solo, Le Fiancé de la lune, Et n’attendre personne et Tomber (prix Folire et prix de la Ville de Belfort 2016).

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandorInterview :

L’histoire que tu racontes est arrivée à une amie à toi, c’est ça ?

Je me suis inspiré de cette histoire qu’elle m’a racontée il y a 6 ans. J’ai vite compris que bien d’autres femmes avaient vécu des évènements similaires. Elles sont les proies d’hommes qui ne cherchent que leurs bons plaisirs. Pour cela, ils sont prêts à tout, y compris à détruire la personne avec laquelle ils vivent.

Pour dresser une personnalité à ton personnage masculin, Torsten, as-tu puisé un peu en toi ?

Peut-être que dans ma vie j’ai été considéré comme un agresseur. Evidemment, je n’ai pas été jusqu’où Torsten a été lui-même, mais je suis allé chercher des choses en moi que je n’avais pas compris au moment où je les vivais. J’ai mis des morceaux de ma vie et des comportements de gens avec qui j’ai vécu. Dans chaque couple, il y a de la manipulation, même si c’est de la manipulation douce. Je ne suis ni un pervers narcissique, ni un sociopathe, mais il m’est arrivé de ne pas avoir eu de bons comportements. En partant de ça, mais en allant beaucoup plus loin, j’ai construit les personnages de Torsten et de Marina.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

Dans le livre, tu as donné la parole aux deux. Tu t’es glissé dans la peau de la victime et dans celle du bourreau. Cela donne deux visions sur une même histoire.

Quand un couple se sépare, les deux protagonistes ne savent pas toujours pourquoi. En tout cas, il y a toujours un monstre, mais ce n’est jamais le même… et surtout, c’est toujours l’autre. Même si Torsten a un problème pathologique, je voulais qu’il puisse prendre la parole pour qu’il aille au bout de son histoire.

Tu n’utilises jamais le mot pervers narcissique.

Je ne veux pas être dans le jugement. Et puis, comme c’est une pathologie et que je ne suis pas médecin, je préfère m’abstenir. Mais pour être honnête, il s’agit bien de cela.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

Lui-même n’avoue jamais qu’il est manipulateur ou pervers narcissique.

C’est le cas de toutes les personnes qui le sont. Torsten pense qu’il a raison et qu’il est dans son bon droit. Parfois même, il se victimise. Il est dans son propre système de pensée et il ne peut pas en sortir. C’est une maladie.

Marina, elle, est dans le déni total très longtemps.

Elle refuse l’idée qu’elle est avec un tyran. S’il elle avoue qu’elle est dans cette situation de victime, elle s’écroule complètement. Elle pense que ça va finir par s’arranger car elle s’accroche aux six premiers mois qui ont été merveilleux. C’est comme une drogue pour elle. Elle est prête à tout pour retrouver ce bonheur qu’elle a vécu avec lui. Elle est même prête à le sauver lui, alors qu’elle se sacrifie déjà à tous les points de vue.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

La violence est plus morale que physique.

Dans tous les témoignages que j’ai pu recueillir, il y avait plus d’emprises psychologiques que de violences physiques, même s’il y en a aussi toujours un petit peu.

Est-ce que dans tous les couples, il y a de la manipulation ?

Je ne sais pas si c’est de la manipulation, en tout cas, elle n’est pas comparable avec celle que je décris dans le livre. Je pense que pour plaire à l’autre, on est prêt à se mentir à soi-même. C’est déjà une première manipulation.

Tu ne juges personne dans ce livre.

Ce serait mal venu de ma part de juger mes personnages. Je suis très factuel. Je pose et décris les choses pour que le lecteur se débrouille avec ça.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu racontes cette histoire avec une vraie sensibilité.

Ça me fait plaisir d’entendre ça. J’ai peut-être développé cette sensibilité avec le temps.

C’est un livre sur la violence dans le couple.

Oui, à tel point que je voulais intituler ce livre « Une femme en grand danger ». Il est clair que Marina est en grand danger. Ce livre donne peut-être des clefs pour que les femmes qui vivent la même chose s’en sortent.

Ce livre a trouvé ses lecteurs. Tu es surpris ?

Quand j’écris, je ne me pose aucune question sur le fait de savoir si ça va intéresser des gens. J’écris un sujet parce que j’ai envie de l’écrire, point barre. Je ne suis pas un faiseur de livres, je trace mon sillon littéraire. Quand j’écris, je me sens en harmonie avec le monde. Dans ma jeunesse, l’écriture était tellement loin de moi, aujourd’hui elle est devenue le centre de ma vie. Je suis très fier de cela.

eric genetet,un bonheur sans pitié,interview,mandor

Après l'interview, le 16 mai dernier.

08 juillet 2019

Arnaud Dudek : interview pour Laisser une trace

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

(Photo : Baudouin)

Dans son 6e roman, Laisser des traces (son premier livre chez Anne Carrière), Arnaud Dudek nous charme et nous étonne encore une fois.

A travers le regard d’un maire d’une ville fictive (mais tellement réelle), l’auteur s’interroge et interroge le lecteur sur l’action politique au sens noble et moins noble du terme, sur l’inutilité de certaines actions menées, sur l’intérêt d’être le premier édile de la ville si c’est pour perdre son âme... Tout cela évoqué sans cruauté, mais avec lucidité et (oui, oui) tendresse. C’est bien là l’exploit d’Arnaud Dudek : trouver un sujet qui pourrait éventuellement sembler rébarbatif (la vie d’une mairie, quoi !), et le rendre humain, terriblement humain. Passionnant, terriblement passionnant. Je pourrais dire aussi que j’ai beaucoup appris sur les rouages parfois complexes d’une municipalité, mais j’aurais peur d’être trop réducteur (et pourtant, c’est sacrément intéressant).

J’ai déjà mandorisé Arnaud Dudek en 2013 pour son deuxième livre Les Fuyants, en 2015 pour son troisième, Une plage au pôle Nord et pour son cinquième, Tant bien que mal l’année dernière, tous chez Alma Editeur.

Le 3 juillet dernier, il m’a donné rendez-vous près de La Bibliothèque François Mitterrand pour une nouvelle conversation.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeArgumentaire de presse :

Mais qui est donc Emma Nizan, cette jeune femme qui cherche à rencontrer le maire fraîchement élu de Nevilly ? On ne le sait pas, puisque Maxime Ronet s’efforce, bien malgré lui, de reporter ce rendez-vous. Une fois, deux fois, trois fois… Le jeune Ronet espère faire de la politique autrement, il veut bouger les lignes, être disponible pour chacun de ses administrés… Mais la gestion quotidienne de sa commune de 59 629 habitants et de 86 millions d’euros de dépenses annuelles de fonctionnement va lui faire perdre de vue la raison de son engagement. La rencontre ratée avec Emma Nizan vient le rappeler à l’ordre…

Dans le style qui le caractérise depuis son premier roman (Rester Sage, Alma 2012) – chapitres aussi courts que ses phrases – et avec la légèreté de celui qui ne se prend pas au sérieux, Arnaud Dudek aborde des sujets au plus près du quotidien, et raconte les gens ordinaires avec tendresse et bienveillance par petites touches, le sourire en coin.

L’auteur : arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Arnaud Dudek vit et travaille à Paris. Selon des sources concordantes, ce garçon discret serait né à Nancy, en 1979. Dans ses nouvelles (pour la revue littéraire Les Refusés ou pour Décapage) et dans ses romans (la plupart publiés chez Alma), il raconte les gens ordinaires avec humour et tendresse. Son premier roman, Rester sage (2012) a fait partie de la sélection finale du Goncourt du premier roman et a été adapté au théâtre par la Compagnie Oculus. Le second, Les fuyants (2013), a été sélectionné pour le prix des lycéens et apprentis de Bourgogne. Le troisième, Une plage au pôle Nord (2015) est traduit en allemand. Viennent ensuite Les vérités provisoires (2017) et Tant bien que mal (2018). Laisser des traces (2019) est son 6e roman.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeInterview :

Laisser des traces n’est pas un roman aussi « dudekien » que d’habitude.

Justement, il était temps que je sorte de ma zone de confort au profit d’une nouvelle méthode de travail. J’avais envie de changer de mes personnages d’hommes habituels : les doux rêveurs, les antihéros et les gens cabossés. Là, j’emprunte une autre voie en consacrant un livre à une personnalité plus forte. Pour se faire, j’ai décidé de creuser l’échelon local de la politique.

Dans la littérature ou dans les séries, les maires sont souvent arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmecaricaturés.

Oui, je sais bien. Don Camillon contre Peppone par exemple. Les maires sont souvent en arrière-plan ou en sujets humoristiques, comme dans la série de TF1 Père et maire. Dans les séries dites « sérieuses », on est toujours sous les ors de la République. C’est de la politique fiction au niveau présidentielle… Du coup, mettre en avant un maire me paraissait intéressant à raconter. J’ai essayé d’être le plus réaliste possible sans être trop lié par le quotidien.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeCa a impliqué que tu te documentes.

Je me suis documenté avec des revues spécialisées comme « Le courrier des maires » et « Edile ». J’ai regardé aussi pas mal de documentaires. J’ai obtenu des rendez-vous avec des élus. J’ai interrogé quelques maires par mails et en ai rencontré plusieurs en face à face, dont un député qui m’a consacré pas mal de temps.

Tu n’as pas été victime de langue de bois ?

Pour éviter le vernis politique, j’ai posé quelques questions naïves et ça m’a permis d’avoir des réponses sincères. J’ai réussi à obtenir quelques confessions sur le pourquoi du comment de l’engagement et sur l’organisation d’une mairie.

T’es-tu servi des réseaux sociaux ?

Oui, parce qu’il y a beaucoup d’élus qui sont connectés. Il y un compte Twitter qui est pas mal suivi, Petit maire. Il est moins présent sur le réseau en ce moment, mais il racontait le quotidien d’une mairie rurale. J'ai appris beaucoup.

Après, tu as fait le tri des informations emmagasinées ?

C’est exactement ça. Je n’avais pas vocation à écrire un documentaire, mais il fallait poser l’action et raconter une histoire. C’était la deuxième étape et pas forcément la plus facile. L’angle de l’engagement me paraissait intéressant. Pourquoi fait-on de la politique ? Quelle trace veut-on laisser dans le quotidien des gens ? Là, comme on est sur l’échelon local : crèches, aides au quotidien, relogements, migrants… avec un budget souvent limité et le poids de l’intercommunalité qui s’ajoute à cela, fort décrié par de nombreux maires.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Tu portes ce projet en toi depuis quand même quelques années, je crois.

J’ai toujours été passionné par la politique. Même gamin, je suivais les débats et les émissions politiques.

C’est peut-être une question d’éducation ?

Mes parents non jamais été militants, même si le vote a toujours été très important. Ni eux, ni moi n’ont séché une élection. Le devoir démocratique a toujours été important dans la famille.

Plutôt une famille de gauche ?

Oui, mais déçue par le socialisme d’aujourd’hui, cela va sans dire.

Tu as même tâté du syndicalisme étudiant quand tu étais à la Fac.

Oui, mais ça n’a pas duré très longtemps. La façon dont les choses étaient faites ne m’a pas convaincu. On était déjà dans du bourrage d’urnes. J’ai assisté à de la triche, ça m’a vite dégoûté.

Donc, c’est un sujet qui te tenait à cœur depuis longtemps.

Oui, d’ailleurs, il y a toujours eu un fond politique dans mes romans, mais ça n’a jamais pris le premier plan.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

En lisant ton livre, je me suis dit qu’un maire avait beaucoup d'actes de présences obligatoires et peu intéressants.

A partir du moment où on franchit une certaine taille de commune, la représentation prend un poids assez important. Un élu m’a dit que c’était une manière de tisser du lien social. D’autres préfèrent avoir les mains dans le cambouis, agir et faire des choses plus constructives que de la représentation. Le maire de mon livre, Maxime Ronet, se demande si ce qui ne l’intéressait pas, ce n’était pas plus la conquête du pouvoir que son exercice. Dans le cadre d’un parachutage, il a pris énormément de plaisir à conquérir.

C’est quoi son parcours ?

Il n’est pas du cru. Au départ, c’est un apparatchik. Il a fait des études autour des sciences politiques. Il a fait ses armes dans les couloirs d’un parti politique. Il a commencé par apporter des cafés, puis rédiger des dossiers et à avoir de plus en plus de poids dans le décisionnel. Petit à petit, il a gravi tous les échelons. Un jour, il est parvenu à se frotter au suffrage universel. C’est un parcours assez classique. Je me suis pas mal inspiré de trentenaires du PS qui ont pu avoir un parcours similaire.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarmeTu as des noms ?

Des gens comme Boris Vallaud ou Gabriel Attal par exemple, pour les plus jeunes.

En tout cas, je trouve Maxime Ronet plutôt sympathique.

Ça a été toute la difficulté. Il fallait que je trouve un juste milieu entre le requin aux dents longues et la jovialité de cette personne.

Dans les 40 premières pages, il est assez lisse.

On ne peut pas lui trouver d’aspérité, parce que je voulais que le lecteur y mette ce qu’il voulait derrière. Il est aussi un peu charmeur et séducteur, mais c’est normal parce qu’aujourd’hui, on est plus comptable d’une communication que d’un bilan. Il fallait que je trouve cet équilibre entre les fissures qui arrivent petit à petit et ce côté assez jovial et lisse.

Tu écris : « En politique, les ennemis intérieurs sont plus dangereux que les véritables adversaires ».

C’est valable dans tous les milieux à partir du moment où il y a du pouvoir. Dans une mairie, les adjoints ou les vice-présidents veulent devenir calife à la place du calife. L’opposition est parfois plus constructive. Les maires ont souvent plus à craindre de ses alliés que de ses vrais opposants.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Tu n’as pas eu peur d’être un peu chiant en décrivant la vie d’une mairie ?

Complètement. J’ai encore des doutes (sourire). Il fallait du rythme et ne pas verser dans le documentaire.

Ton maire a une secrétaire, Alice Larchet. Un personnage essentiel de ce roman.

Je ne voulais pas être dans la caricature de la secrétaire indispensable, mais elle l'est. Elle est la voix de la sagesse, elle rappelle les rendez-vous, elle surveille si tout se passe bien. Elle est aussi là pour le soutenir quand ça va moins bien.

Je l’aime bien parce qu’elle est normale.

Tu as raison. Je me suis amusé à la construire à petites touches. J’ai voulu qu’elle ne soit pas trop dans l’admiration de son maire ou trop dans l’esprit critique. Mon éditeur, Jean-Baptiste Gendarme, m’a aidé a trouvé la bonne note pour chacun des personnages. Il ne fallait pas qu’elle soit trop minorée, ni trop importante. Je ne voulais tellement pas la représenter comme la candide secrétaire.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Pendant l'interview...

Tu aimes bien ce milieu ?

En tout cas, il est intéressant à observer et à creuser, mais ça ne m’a pas donné envie de me présenter à des élections. Cela dit, ça m’intéresserait d’apporter ma pierre à l’édifice en prolongeant ça avec une œuvre de fiction.

Un jour, il arrive quelque chose à Emma Nizan, une jeune femme qui a demandé rendez-vous maintes fois à Maxine Ronet, sans succès. Et là, l’édile change du jour au lendemain. Son humanité ressort enfin.

Il a tellement privilégié sa carrière et certaines actions par rapport à ses propres rendez-vous à la mairie, qu’après cet évènement, il se remet complètement en question. Ce qui arrive à cette administrée à la moitié du livre vient le rappeler à l’ordre.

Tu l’aimes bien Maxime Ronet ?

Oui, comme tous mes personnages, sinon, je ne vais pas au bout de mes histoires. Il faut que j’ai de l’empathie, que je le comprenne, pour pouvoir le raconter. C’est quelqu’un que j’ai aimé suivre durant ces 200 pages.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

Après l'interview, le 3 juillet 2019.

arnaud dudek,laisser des traces,interview,mandor,anne carrière,jean-baptiste gendarme

07 juillet 2019

Richard Gaitet : interview pour Rimbaud Warriors

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Au mois de juillet 2018, Richard Gaitet, auteur et animateur sur Radio Nova, s’embarque dans une aventure menée tambour battant : 111 kilomètres à pied dans les bottines d’Arthur Rimbaud, de Charleville-Mézières à Charleroi, sur l’itinéraire supposé de sa célèbre fugue d’octobre 1870.

Le 14 juin dernier, en terrasse, un jour de forte chaleur (ce qui justifie les bières dans la photo finale, comme si nous avions besoin de ça…), Richard et moi avons devisé sur Rimbaud et sur cette marche devenue livre fou, drôle, instructif… aux rebondissements incessants.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor4e de couverture :

Des poèmes plein les poings : à 15 ans, Arthur Rimbaud songe à devenir journaliste et plus encore à quitter l'inqualifiable contrée ardennaise, notamment Charleville, supérieurement idiote. Punk avant l'heure, l'élève prodige conspue l'école, l'Église, les bourgeois ou les politiciens, tout en cherchant à fuir l'emprise de sa Mother qui l'étouffe. C'est au cours de sa deuxième fugue, une course énorme à travers les faubourgs et la campagne, qu'il aurait rompu avec la vie ordinaire et écrit ses vers les plus célèbres - dont Le Dormeur du val.

Dans les bottines de l'incandescent poète adolescent, Richard Gaitet a voulu refaire ce parcours à pied, lors d'une traversée des Ardennes jusqu'en Belgique, d'abord en été au sein d'une escouade de onze vaillants « warriors », puis seul en hiver avec la tempête Gabriel sur les talons. Une épopée débraillée menée tambour battant - avec, sur la route, des rencontres inoubliables : Patti Smith, Julie la cartomancienne gitane, un coiffeur de myrtilles ou encore l'écrivain Franz Bartelt

L’auteur :

Né à Lyon en 1981 Richard Gaitet est journaliste et écrivain. Depuis 2011, il anime et produit l’émission Nova Book Box de Radio Nova. Il a fondé en 2012 le Prix de la page 111 (en compagnie d'un collectif d'auteurs, critiques ou traducteurs, le prix récompense l’auteur de la page 111 d’un roman paru à l’occasion de la rentrée littéraire.) Parallèlement, il est l’auteur de quatre romans: Les Heures pâles (2013), Découvrez Mykonos hors saison (2014) (mandorisé une première fois ici pour ces deux livres), L’Aimant (2016, avec les dessins de Riff Reb’s) (mandorisé une seconde fois pour celui-ci) et Tête en l’air (mandorisé une troisième fois ici).

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Richard Gaitet et les warriors.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandorInterview :

Cette histoire de marche sur les traces de Rimbaud a commencé un soir de libations et de délibérations.

Je te donne la version la plus probable, car nous ne savons pas, exactement, comment toute cette histoire a démarré. Un soir où nous délibérions pour la phase préparatoire du Prix de la Page 111, avec mes camarades, écrivains, traducteurs, libraires et autres trapézistes textuels, nous avons reçu un appel d’un copain de Guillaume Jan, qui s’appelle Frédéric Thomas. Il est docteur en sciences politiques à Bruxelles et spécialiste des aspects politiques de l’œuvre d’Arthur Rimbaud. Frédéric nous suggère de transposer le Prix de la Page 111 à Bruxelles parce que la Belgique a peut-être des dispositions naturelles pour accueillir notre délire. De plus, quelques années auparavant, Guillaume a remonté la Meuse à pied en suivant une partie de l’itinéraire qu’avait emprunté Rimbaud en 1870, à 15 ans, lors de sa deuxième fugue. L’idée nous est donc venue de partir ensemble pour suivre ce chemin. Le lendemain, Bertrand Guillot nous indique qu’entre  Charleville-Mézières, point de départ, et l’arrivée jusqu'à l'emplacement du "Cabaret Vert" de Charleroi où il a écrit le poème du même titre lors de cette fugue, il y a... 111 kilomètres. On attendait qu'un signe absurde pour décider officiellement de faire cette balade entre copains. Nous sommes donc partis au mois de juillet 2018.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

D’une simple balade entre potes pour marcher sur les traces de ce poète sulfureux, ça se transforme aussi en émission de Radio pour Nova.

En effet, je me dis que ces jours sur la route pourraient donner un bon reportage radio. J’en parle à la direction qui accepte de jouer le jeu. C'est devenu un feuilleton en quatre épisode d'une heure. (Vous pouvez les écouter là).

Vous avez même suggéré à vos auditeurs de vous rejoindre.

Nous avons annoncé en ligne notre trajet entre Charleville-Mézières et Charleroi. Trois auditeurs se sont joints à nous. Le 1er juillet 2018, nous sommes partis à 11.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Par l’intermédiaire de Frédéric Thomas, tu as consulté trois spécialistes de Rimbaud pour être certain du parcours.

Ils m’ont donné 5 ou 6 villes dans lesquelles Rimbaud est passé avec certitude. Nous en avons traversé d'autres qu'il a tout a fait pu traverser. Il y a dans cette marche 20% de flou.

Quand tu m’as parlé de ce projet l’année dernière, juste avant de partir, je me suis dit que cette marche n’était pas compliquée. En lisant ton livre, je me rendu compte que ce n’était pas évident de traverser les Ardennes à pied.

L'équipe ne comptait aucun sportif, à part Bertrand Guillot. Il n’y a pas eu de dangers majeurs ou de blessures, mais nous sommes partis sans préparation, en mode pieds nickelés, avec quelques erreurs de débutants. Une camarade a choisi de ne pas porter de chapeau alors qu’il faisait 35°, elle a chopé une insolation. Nous nous sommes fait piquer par des tiques. On ne savait pas lire les cartes, nous partions donc à gauche au lieu d’aller à droite…

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Richard Gaitet et Guillaume Jan.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Cette balade était chiante parfois.

Il y a des moments, marcher trois heures sur la départementale, ça ne faisait pas rêver.

La récompense de fin de journée de marche, c’était la bouffe et les bières.

C’est le seul exploit sportif dont on revient plus gros, plus lourd et plus gras qu’on ne l’était au départ. Parfois, le soir, on en était à 6 ou 7 tournées, je leur disais « les gars, on ne va jamais s’en sortir ! Vous savez qu’on a 25 bornes à faire demain matin ! »

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Tu es reparti seul quelques mois plus tard.

Ce qui me gênait avant l’écriture du livre, c’est que je savais que nous n’avions pas terminé la fugue de Rimbaud. Il ne s’arrête pas à Charleroi. Il part ensuite à Bruxelles à pied. De Bruxelles, il va à Douai en train. Il passe là-bas trois semaines et c’est là qu’il a rassemblé dans ses « Cahiers de Douai » tous les poèmes qu’il a écrits pendant le mois de fugue, dont Le Dormeur du val, Au Cabaret-Vert, Ma bohème et Rêvé pour l'hiver, qui sont ses « tubes ». Si je n’avais pas poussé la marche jusqu’au bout, j’aurais eu l’impression d’avoir triché.

Tu as fait cette deuxième partie à la fin du mois de janvier de cette année.

Oui, puisqu’il fallait que je rende mon manuscrit au mois de mars. J’ai apprécié l’effet de contraste avec la première marche. L’été contre l’hiver. Le groupe joyeux contre l’introspection en solitaire.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

A un moment, à Douai, tu parviens à pénétrer dans la chambre où Rimbaud a écrit quelques chefs-d’œuvre.

Ça m’a beaucoup ému. Cette chambre est aujourd’hui occupée par un ado de 15 ans, âge qu’avait Rimbaud à l’époque où il l’occupait lui-même… et le seul poster qu’il y a dans cette piaule, c’est celui de Retour vers le futur. J’ai trouvé ça dingue parce que c’est ce que j’avais l’impression de faire : un voyage dans le passé en m’interrogeant sur ma propre époque et la survivance de la poésie de Rimbaud aujourd’hui.

Il y a eu pleins d’autres coïncidences…

Oui, mais je préfère que les lecteurs les découvrent.

Rimbaud était un marcheur obsessionnel.

Il a écrit : « Je suis un piéton, rien de plus ». C’est vraiment quelqu’un pour qui la marche à pied était absolument essentielle... et il en est mort d’ailleurs. Il marchait 15 à 40 kilomètres par jour, même en Abyssinie, à la fin de sa vie. Les médecins lui ont diagnostiqué une synovite au genou droit, qui a terriblement enflé, rendue à un point si inquiétant que l’amputation a été inévitable. Il est décédé 6 mois plus tard, à 37 ans, en 1891. Vraiment, il est mort d’avoir trop marché.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Quelques warriors et Richard Gaitet.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Les mêmes avec l'auteur Franz Bartelt, venu brièvement  à leur rencontre.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandorSur le bandeau du livre, il y a une citation d’un illustre écrivain des Ardennes, Franz Bartelt, pour qui Rimbaud a été comme "une autorisation à foutre le bordel ".

Par sa farouche indépendance, Rimbaud te dit que toutes les règles, toutes les lois, toutes les conventions, toutes les convenances, il faut les questionner et les contester. Cette révolte perpétuelle, cette personnalité rétive à toute autorité, c'est très inspirant. Ca fait du bien de se frotter à de pareils énergumènes, ça nourrit, ça éduque.

Toi-même, sans être un rebelle, tu as une personnalité à part dans le monde de la radio par exemple.

Disons que je réalise, au fil des années, que je suis plutôt anticonformiste, c’est-à-dire que j'essaye d'éviter les formats, le formatage, les cadres connus, qui encombrent, qui freinent un peu l'imagination. J’essaie de faire en sorte que mon émission, chaque soir, soit différente, de surprendre et de ne jamais être là où on m’attend. J’essaie aussi d’inviter des gens qui sont eux-mêmes en dehors des discours dominants.

Quels sont tes prochains projets littéraires ?

Cet été, je vais écrire un livre pour enfants sur la fonte des glaces, avec les illustrations de Nazheli Perrot. Ensuite, j’ai dans les tuyaux deux romans. Un sur les voyages dans le temps et l'autre sur... le sang. Nous songeons aussi, avec les « warriors » qui m’ont accompagné sur la marche, de repartir sur la trace d’un autre écrivain haut perché, Alfred Jarry. Mais cette fois-ci en vélo, parce que c'était un fou de bicyclette. Je me réjouis de me coltiner à des sujets différents... pour ne pas me répéter.

Toutes les photos de la marche sont signées Eva Sanchez.

richard gaitet,rimbaud warriors,arthur rimbaud,interview,mandor

Après l'interview, le 14 juin 2019.

04 juillet 2019

Armèle Malavallon : interview pour Dans la peau

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandor

(Photo : Christophe Carlier)

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandorJ’ai connu Armèle Malavallon en 2014 lorsque j’ai participé au recueil collectif Les aventures du concierge masqué (voir la mandorisation là). C’est elle qui avait la lourde tâche de gérer les auteurs (très nombreux), de corriger, voire de faire retravailler la copie de quelques-uns, tout cela avec diplomatie et efficacité.

Je l’ai retrouvée un an plus tard, alors qu’elle venait de remporter le Prix VSD Polar 2015 avec son premier roman Soleil noir (mandorisation à lire ici). Elle revient aujourd’hui avec un thriller psychologique rondement mené. Il y est question de tourments intérieurs, d’assassinats, de tatouages, d’amours compliquées... et plus anecdotiquement d'un chien protecteur et d’un chat qui s’appelle Canard.

Mon conseil lecture pour cet été !

Armèle Malavallon et moi nous nous sommes retrouvés à Pézenas le 26 avril dernier, lors du Festival Printival pour évoquer ce deuxième roman.

4e de couverture :armèle malavallon,dans la peau,interview,mandor

Paris, en plein été. Le corps d’une femme non identifiée est repêché dans la Seine. Adèle Hème, journaliste spécialisée dans les faits divers, est en pleine rupture sentimentale quand elle tombe sur cette information a priori anodine. Quel est le lien entre l’inconnue de la Seine, Jérôme Fasten, flic à la criminelle, et Oscar Ortiz, un mystérieux artiste parisien ? À tenter de vouloir le découvrir, Adèle va sombrer petit à petit dans l’obsession et la paranoïa au point de tutoyer la folie…

L’auteure :

Armèle Malavallon est vétérinaire. Elle a travaillé sur les maladies infectieuses et la nutrition animale en France et à l’étranger. Elle a publié au sein d’ouvrages collectifs (recueils de nouvelles, polar collaboratif lancé par TF1) et son premier roman Soleil Noir a remporté en 2015 le Prix VSD du polar, présidé par Franck Thilliez.

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandor

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandorInterview :

Dans ce thriller psychologique, rien n’est simple dans les rapports humains.

C’était principalement ce que je voulais évoquer dans ce livre : les rapports humains, les relations amoureuses et les rapports humains dans la relation amoureuse.

Adèle, ton héroïne est complexe. On sent qu’elle a du mal à gérer les choses de l’amour.

Elle a l’impression de plier sous le poids des hommes et des sentiments qu’ils éprouvent pour elle. Elle ne sait pas trop comment y répondre. Du coup, elle répond mal ou trop tard… et rarement avec enthousiasme.

Oscar, le tatoueur d’Adèle, a beaucoup de mal également avec les rapports humains.

Il a eu des problèmes dans son enfance dont il ne parvient pas à se remettre. Cela lui donne une personnalité très froide, impassible, dénuée de sentiments qui fascine Adèle. Elle a l’impression qu’il parvient à la cerner immédiatement, qu’il peut presque lire dans ses pensées.

Alors que les deux hommes de sa vie, Jérôme, le flic, et Graham, le patron de son journal, sont un peu trop exubérants et intrusifs.

Ils l’accablent trop de leurs sentiments respectifs. Elle étouffe parfois, mais elle a quand même besoin d’eux. Comme tout le monde, elle est très paradoxale.

De toute manière, on peut dire que tous tes personnages sont torturés dans ton thriller, non ?

Ils sont tous borderline et à un moment de leur vie très particulier. Adèle vient de se faire plaquer par Graham et vient de commencer son travail de tatouage qu’elle souhaitait depuis 20 ans. Quant à Jérôme, sa femme vient de le quitter et il connait des gros problèmes dans son travail. Enfin Oscar, lui, est dans une période où quelque chose va basculer. Mais je ne peux pas en dire plus, sinon je spoilerais…

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandor

L'héroïne du livre, Adèle Hème et ses monstres intérieurs.

Il y a dans ce livre une réflexion sur la mort donnée à l’autre. Tu démontres que l’on peut tuer sans être un criminel.

J’ai voulu que l’on comprenne les rouages psychologiques de tous les personnages et pourquoi toutes ces choses terribles sont arrivées. Qui a tué ? Au fond, même si je donne la solution, ça n’a pas une importance capitale. L'intérêt est dans  l'enchaînement des faits qui vont  conduire à cette fin inéluctable. Découvrir ce qu'il s'est passé, mais surtout pourquoi ça s'est passé.

Tu prouves que n’importe qui peut devenir un assassin… ce qui n’est pas rassurant.

Tous les assassins ne sont pas forcément des monstres, des serial killers ou des psychopathes qui torturent, violent et découpent en morceau les femmes dans les caves. Les faits divers que nous lisons dans les journaux, la plupart du temps, ça n’a rien à voir avec ce que l’on voit dans les séries américaines.

Il y a une scène de sexe un peu particulière. A-t-elle été facile à écrire ?

Elle est venue assez naturellement. Je n’avais pas envie d’écrire une scène de sexe pour écrire une scène de sexe. En tout cas, elle a beaucoup marqué parce qu’on m’en parle beaucoup (rires).

Quand tu écris, y a-t-il un dosage à faire pour ne pas trop en dire ? Je reformule ma question. Laisses-tu sciemment un peu de place à l’imagination du lecteur ?

J’ai toujours en tête de ne pas trop expliquer au lecteur. Je considère qu’il ne faut pas le prendre pour un idiot. Je ne décris pas trop le physique des personnages, les décors, les lieux… d’abord parce que je trouve cela ennuyeux et surtout parce que j’aime laisser au lecteur sa part d’imaginaire.

armèle malavallon,dans la peau,interview,mandor

Après l'interview, le 26 avril 2019 à Pézenas.

01 juillet 2019

Benjamin Fogel : interview pour son livre La transparence selon Irina

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

(Photo : Alexis Fogel)

La transparence selon Irina nous embarque en 2058, dans un monde où le Revenu Universel est opérationnel et où le Réseau a remplacé Internet. En échange d’une promesse de plus de sécurité, la transparence est devenue la règle, chacun ayant accès aux données centralisées et publiques de chacun. Une fois que j’ai dit cela, je n’ai rien dit tant ce livre est foisonnant et visionnaire.

J’ai connu ce brillant auteur en 2015, au Salon du Livre, Alternalivres, à Messey-sur-Grosne (lire et voir ici). Quand j’ai reçu La transparence selon Irina (sorti chez Rivages/Noir) j’ai compris que je tenais là une petite bombe en puissance. Aldous Huxley, George Orwell… si vous nous regardez ! 

Le 6 mai dernier, j'ai donné  rendez-vous à Benjamin Fogel dans un bar de la capitale  pour une première mandorisation.

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor4e de couverture :

2058 : le monde est entré dans l’ère de la transparence. Les données personnelles de chacun sont accessibles en ligne publiquement. Il est impossible d’utiliser Internet sans s’authentifier avec sa véritable identité. Pour préserver leur intimité, un certain nombre de gens choisissent d’évoluer sous pseudonyme dans la vie réelle.
Sur le Réseau, Camille, 30 ans, vit sous l’emprise intellectuelle d’Irina Loubowsky, une essayiste controversée qui s’intéresse à l’impact de la transparence sur les comportements humains. Dans la réalité, Camille se fait appeler Dyna Rogne et cultive l’ambiguïté en fréquentant un personnage trouble appelé U.Stakov, aussi bien que Chris Karmer, un policier qui traque les opposants à Internet. Mais Karmer est assassiné. Entre cette mort brutale et le mystère qui entoure Irina, Camille remet en question sa réalité mais reste loin de soupçonner la vérité. 

L’auteur : (photo de droite, Alexis Fogel)benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

Benjamin Fogel a 37 ans. Cofondateur des éditions Playlist Society, il a déjà publié un récit sur l'une des figures phares du mouvement punk, Le Renoncement de Howard Devoto (Le Mot et le Reste). Dans La Transparence selon Irina, qui mêle anticipation sociale, thriller et roman psychologique, il dépeint avec une impressionnante justesse le monde de demain, qui est déjà presque le nôtre, à l'heure du développement fulgurant des réseaux et de l'intelligence artificielle.

Voyez ce que deux confrères disent de ce livre (parmi pléthore de critiques dithyrambiques).

Les Inrockuptibles : Une critique de la société de contrôle… Il y a des romans rares, précieux, qui donnent l’impression que la réalité copie la fiction. Ce sentiment est encore plus étrange quand le livre en question se passe dans un avenir proche, la fin des années 2050 en l’occurrence.

Benzinemag : La Transparence selon Irina est l’une des lectures les plus stimulantes, perturbantes même, du moment, et qu’il est extraordinairement rassurant de voir des jeunes auteurs s’émanciper aussi franchement des codes de la littérature « dominante », que cela soit ceux du polar standard comme ceux de la littérature française « noble », la plupart du temps incapable de voir plus loin que son nombril.

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandorInterview :

L’action de ton roman se situe en 2058, mais le monde décrit ressemble beaucoup à celui d’aujourd’hui.

Le livre est rarement dans la science-fiction, mais plutôt dans l’anticipation. Il ne s’appuie pas sur des évolutions technologiques à venir, mais sur des technologies déjà existantes, mais qui aujourd’hui ne communiquent pas encore entre elles.

C’est vrai que ce qui peut paraître un peu futuriste dans le livre existe déjà.

Le système de notations des êtres humains est déjà déployé en Chine. Les puces que l’on greffe dans les bras existent dans les pays nordiques. En Estonie, il y a des comptes qui sont créés en ligne à la naissance des personnes… Si toutes ces briques existent, elles ne font pas système. L’idée de mon livre est d’imaginer ce qu’il se passerait si on faisait communiquer entre elles toutes ces innovations et toutes ces technologies pour en faire un système… et un système politique.

Internet a été remplacé par le "Réseau" et la plupart des données des gens sont désormais accessibles publiquement. Pourquoi en arrive-t-on là ?

Aujourd’hui, nous sommes dans un monde qui génère beaucoup de flous, de confusions, d’interrogations. Il y a une succession de problèmes tels que la crise écologique, la déliquescence des marchés financiers comprenant délinquances en col blanc, traders inconscients, boursicotages… On a aussi des problèmes de communication et d’information à cause des fakes news. Nous sommes dans un monde difficile à diriger politiquement, parce qu’il y a beaucoup de mensonges et de manipulations. Il faut se battre pour aller chercher la vérité sous les choses. La transparence est donc devenue un projet de société pour assainir tout ça et sortir des crises écologiques et économiques. A partir du moment où tout le monde sait tout sur tout, il est plus facile de mettre en place des politiques qui permettent de trouver des solutions à tous les problèmes.

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

Le réseau...

Pour toi, ce serait un monde idéal ? 

Ce qui m’intéressait, c’était de travailler à la fois sur l’ambiguïté et sur des scénarios alternatifs. J’ai tenté de montrer comment la société pourrait fonctionner différemment. La société que j’ai décrite n’est pas utopique. La transparence apporte beaucoup de choses positives, mais également des choses négatives.

Lesquelles ?

La perte de la liberté et de l’anonymat. Je pose une question : Qu’est on prêt à sacrifier comme liberté pour avoir un fonctionnement qui serait un peu plus juste ?

Aimerais-tu un monde comme celui que tu imagines ?

Dans mon livre, cette société est imparfaite et dangereuse. En revanche, j’ai réfléchi sur ce que l’on pouvait prendre de notre société actuelle et de cette société future pour les faire cohabiter. Où placer le curseur ? Quand va-t-on trop loin ?

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandorSelon sa sensibilité, on peut considérer que ce livre est soit utopique, soit dystopique.

Personnellement, je m’incarne dans mon personnage principal, Camille Lavigne. Il est entre les deux mondes. Camille a une activité très forte sur les réseaux, comprend le sens de la transparence et ce que cela rapporte. En même temps, il souhaite à tout prix conserver son anonymat dans la réalité pour préserver le souffle de vie qu’il permet. Camille ne veut pas choisir. Il veut profiter du meilleur des deux mondes.

Camille n’est pas « genré ». Pourquoi ne se positionne-t-il pas entre le sexe féminin et le sexe masculin ?

Tout comme il veut profiter du meilleur de la vie virtuelle et de la vie réelle, il veut profiter du meilleur de l’homme et du meilleur de la femme.

Il y a 5 catégories de classe dans cette société. Il y a d’abord les Rienacalistes.

Ce sont sont les extrémistes de la transparence. Ils réclament une exposition et un contrôle accru des données et souhaite que toute forme d’anonymat soit interdite. On pourrait les associer à des partis d’extrême droite.

Qui sont les Rienacas ?

Le terme signifie « rien à cacher », un mot-valise caractérisant ceux qui ont embrassé l’ère de la transparence et qui utilisent leur véritable patronyme dans la réalité, permettant ainsi à quiconque de faire le lien avec leur profil sur le Réseau. Ils constituent plus des trois quarts de la population mondiale. Les Rienacas seraient un mélange entre la droite et le centre.

Il y a aussi les Nonymes.

Ce sont ceux qui ont décidé de recourir à un pseudonyme dans la réalité. Cela ne les empêche pas d’utiliser massivement le Réseau, mais leur assure que les personnes croisées dans la vie réelle ne puissent pas accéder à l’intégralité de leurs données. Eux sont plutôt de gauche.

A ne pas confondre avec les Nonistes !

Eux, ce sont des nonymes qui ont coupé les ponts avec le monde virtuel. Quoi qu’il advienne, ils ne se connectent jamais au Réseau, et vivent en marge de la société. Ils seraient d’extrême gauche.

Peut-on dire que les méchants sont les Obscuranets ?

C’est une organisation qui s’oppose au Réseau et à la prolifération du monde virtuel. Dire qu’ils sont dangereux est une question de point de vue. Encore une fois, selon sa propre sensibilité, on peut considérer que ce sont les méchants ou les véritables héros du roman. Les Obscuranets ne sont pas contre tous les apports que la transparence a pu apporter à la société, en revanche, ils trouvent que nous sommes allés trop loin et qu’il n’y a rien qui justifie la perte de liberté. On est peut-être dans une société plus juste, mais le sacrifice de la liberté a fait que c’est une société qui est morte. Une société qui est morte n’a pas de sens. Ils ne sont pas là pour dire qu’il faut retourner en arrière, ils sont là pour détruire la transparence, mais en gardant ce qui est bon dans ce système politique. Ils ont leur utilité. On pourrait les rapprocher des anarchistes d’aujourd’hui.

Ton livre s’appelle La transparence selon Irina. Qui est cette sorte de gourou influente et benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandorintransigeante ?

C’est un livre qui met en exergue la compétition. A partir du moment où tout est transparent, les gens sont notés et classés entre eux. Ce qui finit par départager les gens, c’est leur capacité intellectuelle. Irina Loubovsky, qui est une essayiste et une intellectuelle brillante, règne sur le monde du Réseau parce qu’elle a un niveau de connaissance et d’analyse très supérieure à la moyenne. C’est un personnage violent, écrasant, qui est dans l’exigence des autres et personnelle. Elle est intransigeante face à l’inculture. Elle considère que toute personne non cultivée ne sont pas dignes d'intérêt. Elle génère beaucoup de malaise chez les gens qu’elle côtoie sur le Réseau. En même temps, elle a un projet intellectuel très intéressant.

Il y a des annexes où tu présentes ce projet intellectuel. C’est impressionnant ! Ça donne l’impression que cette personne a réellement existé.

Souvent, dans les œuvres, on te parle d’un scientifique, d’un écrivain, d’un musicien qui est un génie de son temps, mais on ne voit jamais sa création. A partir du moment où j’ai créé le personnage d’Irina, il était clair que le lecteur devait avoir accès à sa production d’écriture.

Cette partie-là a-t-elle été la plus difficile à écrire ?

Non. En termes d’écriture, ce qui a été le plus difficile, c’était la question grammaticale du genre de Camille. Il ne fallait pas que la grammaire dévoile son genre, tout en m’imposant que le texte reste fluide. La deuxième grosse difficulté était de faire connaitre ce monde et l’exposer sans être dogmatique. J’ai donc procédé par petits à-coups, par petits détails. Enfin, la production littéraire d’Irina dans les annexes a été la troisième difficulté.

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

Malgré tout ce que nous sommes en train de se dire, je tiens à préciser que ton livre est parfaitement compréhensible.

Si mon livre était compliqué en termes de propos, je voulais qu’il soit simple en termes de réception. Pour moi, le travail d’édition est une vraie composante du travail d’écriture. Avant d’envoyer le manuscrit à mon éditrice, ma compagne, Elise Lépine (co-éditrice avec l’auteur chez Playlist Society), m’a relu et a fait un premier vrai travail d’édition. Ensuite, mon éditrice chez Rivages, Jeanne Guyon, a fait le plus gros. C’est quelqu’un qui a la capacité à tirer le meilleur des auteurs. Elle m’a poussé dans mes retranchements pour que j’assume complètement ce que j’avais envie d’écrire. Je parle aussi bien de l'histoire que du style.

Dans ton livre, tu poses beaucoup de questions, mais tu ne donnes pas de réponses.

Parce que souvent, je n’ai pas les réponses (rires). Je pars aussi du principe que le lecteur est assez intelligent pour analyser une situation avec sa propre sensibilité et ses propres expériences. Moi, j’essaie de lui donner un maximum de clefs de compréhension et d’information pour qu’il puisse se faire son propre avis.

A-t-on le public que l’on mérite ? benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

Le problème n’est pas « est-ce qu’on a les lecteurs que l’on mérite ? », c’est plutôt « est-ce que les lecteurs ont les auteurs qu’ils méritent ? » Aujourd’hui, il y a énormément de livres qui sortent. On a une production de 100 000 titres par an, rééditions comprises. Quand tu viens rajouter un livre à tout ce paquet, l’auteur a une responsabilité. Il faut apporter au lecteur ce qu’il est venu chercher… et tenter de ne pas faire un livre inutile.

Pour terminer, y a-t-il des aspects autobiographiques dans ce livre ?

En effet. Il y a des choses que j’ai vécues en étant dans la peau de Camille, en particulier sur la partie manipulation psychologique sur Internet. Le fait d’être poussé par quelqu’un à l’exigence, d’entretenir des relations de maitre à élève… en cela, le livre est aussi une métaphore d’un certain état d’esprit qu’il pouvait y avoir sur Twitter à la fin des années 2000.

Ça t’a fait du bien d’écrire ce livre ?

Ça m’a fait beaucoup de bien. C’était un moyen pour moi de mettre un point final aux histoires que j’avais vécues. J’ai pu prendre du recul sur elles et voir la part de responsabilité que j’avais. Dans le livre, Camille dit que dans une histoire de manipulation, il faut qu’il y ait un manipulateur ou une manipulatrice et un manipulé ou une manipulée.

benjamin fogel,la transparence selon irina,rivages noir,playlist society,interview,mandor

Après l'interview, le 6 mai 2019. Photo floue comme l'est le monde d'aujourd'hui...

18 mai 2019

Héloïse Goy et Tatiana Lenté : interview pour Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie

Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie, héloïse Goy, tatiana lenté, interview, mandor

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorHéloïse Goy et Tatiana Lenté, créatrices du blog littéraire Peanut Booker, signent l'ambitieux Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie (Hachette, 22 mai prochain), préfacé par Alexandre Jardin. Un livre idéal pour (re)découvrir les pouvoirs magiques de la littérature.

Page Facebook de Peanut Booker.

Pour le magazine Contact (journal des adhérents de la Fnac), j’ai interviewé les deux auteures de ce formidable ouvrage. Voici la version complète de leurs réponses (parce que tronquées dans la publication pour cause de « pas beaucoup de place »).

Argumentaire de presse :Bibliothérapie, 500 livres qui réenchantent la vie, héloïse Goy, tatiana lenté, interview, mandor

Et si les livres avaient de merveilleux pouvoirs magiques pour soigner vos chagrins et vos blessures ?

Et si la littérature pouvait vous faire rire, voyager, aimer, pardonner ?

Dans ce livre, Héloïse et Tatiana du blog Peanut Booker vous prescrivent:
•  500 livres qui font du bien pour guider vos humeurs grâce à des textes inspirants, drôles, apaisants, consolants.
• Près de 20 témoignages de personnalités qui ont accepté de partager avec vous les livres qui les ont le plus touchées.

Traitement garanti sans effet secondaires!

AVEC LES COUPS DE COEUR DE :
ISABELLE ADJANI - DOMINIQUE BONA - MICHEL BUSSI - CLAIRE CHAZAL - HÉLÈNE DARROZE - GRÉGOIRE DELACOURT - FRANÇOIS-XAVIER DEMAISON - STEPHANE DE GROODT - CHRISTIAN LACROIX - INÈS DE LA FRESSANGE - ALEXANDRE JARDIN - PATRICE LECONTE - NICOLAS MATHIEU - FRANÇOISE NYSSEN - SARAH OURAHMOUNE - AUDREY PULVAR - CHARLOTTE DE TURCKHEIM - CÉDRIC VILLANI.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorLes auteures :

Héloïse Goy est journaliste littéraire pour Télé 7 jours, Version Femina, et le pure player Do it in Paris. Avant cela, elle a perfectionné ses élans d'écriture en hypokhâgne-khâgne puis dans un master de journalisme au CFJ où elle s'est spécialisée dans l'image. Entre les livres qu'elle grignote quotidiennement et les articles qu'elle écrit, il y a sa passion pour la vidéo, qui l'a amenée sur les rivages du documentaire de société, dans lesquels elle décrypte les hommes et leurs travers avec beaucoup de bienveillance.

Tatiana Lenté a étudié en hypokhâgne avant de s'envoler pour l'Université de Cambridge poursuivre un Bachelor en philosophie politique et sciences humaines. Elle revient ensuite à Paris pour un master de management à l'ESCP. Depuis peu, elle embrasse son rêve à pleines dents en composant, interprétant et dansant ses propres chansons. Passionnée de littérature et éternelle amoureuse, son âme d'artiste lui ouvre les portes d'une sensibilité précieuse.

En Juillet 2015, Tatiana et sa meilleure amie Héloïse, décident de créer Peanut Booker, un blog littéraire qui répertorie et commente des livres (romans, BD, théâtre...) qui font du bien en fonction des maux et des humeurs. Ce livre est une nouvelle aventure pour elles deux qui commence.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Interview :

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorQuelle serait votre définition de la bibliothérapie ?

Tatiana : Stricto sensu, la bibliothérapie signifie utiliser le livre comme soin thérapeutique, c’est à dire comme un medium pour apaiser ses troubles psychiques, ses humeurs et ses douleurs. Plus personnellement, et dans le même mouvement, pour moi la bibliothérapie, c’est chercher et trouver dans le livre – surtout les œuvres de fiction - un rayon de lumière dans l’obscurité, des réponses à nos interrogations, un point d’équilibre au sein de nos vertiges, un échappatoire qui renouvelle le regard, et surtout, une main tendue vers la beauté du monde. Dans son discours d’ouverture du congrès littéraire de 1878, Victor Hugo déclame « La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire ». C’est fou, il a toujours raison ce grand Victor.

Héloïse : La bibliothérapie est une manière de vivre plus grand, en vibration avec son moi profond et le monde qui nous entoure à travers les livres. Par les mots qu’ils emploient, par les histoires qu’ils racontent, par les personnages qu’ils font vivre, les auteurs ont le pouvoir de nous faire explorer d’autres vies que les nôtres et stimuler notre imagination. Ce processus est très précieux lorsque la vie nous impose des obstacles difficiles à surmonter comme un deuil ou une séparation car la littérature est capable de nous faire sortir de notre réalité en nous faisant rêver, voyager ou rire. Il est d’ailleurs prouvé scientifiquement que les livres agissent favorablement sur le cerveau et contribuent à résorber des traumatismes.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Coups de cœur livresques de Grégoire Delacourt.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorEst-ce que vous avez déjà soigné les mots par les mots ?

Héloïse : La dépression dont j’ai souffert il y a deux ans m’a fait prendre conscience de l’incroyable pouvoir magique des livres. Alors même que je ne parvenais plus à sortir de chez moi ne serait-ce que pour promener le chien, ce sont des livres comme Des souris et des hommes de Steinbeck, Mauvaise fille de Justine Levy ou encore Rester en vie de Matt Haig qui m’ont fait renouer avec le monde extérieur: les personnages et leurs histoires ont su m’accompagner dans la souffrance pour me redonner de l’espoir et du courage. Même si je vais beaucoup mieux aujourd’hui, les livres continuent de m’accompagner partout car ils restent mes meilleurs anxiolytiques pour le stress du quotidien, les doutes, les chagrins ou les coups de blues.

Tatiana : Je ne fais que ca ! Je m’apprête à être chanteuse, et, ma témérité est une denrée rare que j’égare aussi souvent que mes clés ! Dans ces moments de beaucoup de doutes et d’un peu de désespoir, je vous avouerais que je ne rechigne jamais à lire Martin Eden, L’Alchimiste, Le cercle des Poètes disparus, ou Au Revoir La Haut, la pépite qu’Héloïse ma conseillée. Je passe sous silence toutes les fois ou Cyrano de Bergerac et bien d’autres œuvres sublimes ont apaisé mes bien trop multiples chagrins d’Amour. Ah ! Puisqu’on est dans la confidence, je tiens à vous dire que les œuvres de Grégoire Delacourt et Wadji Mouawad m’aident, continuellement, à apprivoiser le silence et accepter ma famille que j’aime, mais que, comme nous tous, je n’ai pas choisie. Autrement, mes amis m’appellent désormais à la rescousse pour que je leur conseille des livres qui a) vont leur redonner le courage dont ils peuvent manquer pour créer leur Start-ups b) vont sécher les larmes de leurs cœurs éplorés dans les moments de deuil et même c) des livres pour stimuler leur libido partie en pèlerinage depuis bien trop longtemps.

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandorDeux des 15 rubriques! À chaque rubrique correspond une humeur, un élan, une aspiration profonde ou latente, secrète ou? exubérante !

Que trouve-t-on dans votre livre outre la prescription de 500 livres parmi des romans, des pièces de théâtre, des bande-dessinées ou des essais ?

Héloïse : Dans ce livre, nous avons décidé de partager aux lecteurs des parties de nos quotidiens à travers des dialogues afin de leur présenter les situations dans lesquelles les livres ont réenchanté nos vies. L’objectif était de montrer à tout le monde, y compris à ceux qui ne lisent pas ou peu, que les livres peuvent souvent apporter une solution à nos problèmes. Par exemple, lorsque Tatiana exprime sa peur d’échouer dans sa carrière de chanteuse et son impossibilité de faire des choix, je sais qu’un livre comme la biographie d’Helena Rubeinstein par Michèle Fitoussi agira, pour elle et les lecteurs qui se reconnaissent en elle, comme un booster de courage en lui offrant un mentor de choc. Afin de montrer que chacun peut se retrouver dans les livres, nous avons également demandé à dix-huit personnalités inspirantes de nous parler des livres qui ont accompagné leur vie lors des moments de doutes ou de chagrins.

Tatiana : C’est une très bonne question! Alors, ce qu’il faut préciser c’est tout d’abord que ces 500 œuvres sont classées ou catégorisées par maux ou par besoins, parmi lesquels : rire aux éclats, voyager, oser vivre ses rêves, accepter sa famille, stimuler sa libido, se sentir moins seul, ou même encore, se débarrasser de ses complexes! A cela s’ajoute des mini-dialogues cocasses et existentiels entre Héloïse, les lecteurs et moi. Dans certains, je leur raconte mes déboires amoureux sacrément foireux, ma maman déjantée, ma quête de l’absolu, mes sessions de sports à outrance entre trois paquets de popcorn, quelques crumbles et deux trois crèmes glacées. Héloïse, nous, vous raconte beaucoup de choses aussi, mais d’un autre ordre puisqu’elle est presque-mariée-mais-pas-encore-car-elle-m‘attend, qu‘elle adore le fromage et qu‘elle a toutes sortes de désirs. Florilège donc. Mais vous allez rire et vous faire deux amies peu recommandables! Enfin, à chaque nouvelle humeur ou thématique du livre, un personnage très sympathique et peu commun dénommé sobrement Dr Livre, discute avec le Lecteur et lui donne invariablement quelques conseils de vie et de précieuses suggestions littéraires. Voilà, je crois que vous savez tout!

bibliothérapie,500 livres qui réenchantent la vie,héloïse goy,tatiana lenté,interview,mandor

Merci à Héloïse Goy et Tatiana Lenté!

16 mai 2019

Julien Jouanneau : interview pour Le voyage de Ludwig

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

(Photo : Pascal Mary)

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor(Photo de droite: Pascal Mary) Julien Jouanneau est un écrivain très doué que je suis depuis 11 ans déjà. Je l’ai déjà mandorisé là en 2008, là en 2014 et là en 2016 (ce n’est pas pour rien, j’ai une haute estime pour son écriture et son imagination). Dans Le voyage de Ludwig qui se situe sous l’occupation, il emprunte la voix et le regard d’un chien pour raconter son périple le long de la voie ferrée à travers l’Europe, pour retrouver sa maîtresse Hannah, une jeune fille juive déportée. Cet animal pur et innocent se trouve confronté à la période de notre histoire la plus sombre et perfide. Il faudra qu’il se sorte de bien des péripéties. Il y a de l’action et de vrais moments d’émotion. Ce livre est un morceau de bravoure au sens propre comme au figuré.

-Interview sur RTL à écouter là.

-Interview et analyse du livre sur WEBTVCULTURE.

Le 16 avril dernier, j’ai donné rendez-vous à Julien Jouanneau dans un bar de la capitale pour évoquer ce roman que j’estime important.

4eme de couverture :julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Ludwig est un compagnon parfait. Affectueux. Le rayon de soleil de sa maîtresse Hannah dans leur quotidien assombri par l’Occupation. Le jour où elle est jetée dans un wagon à bestiaux en partance vers une destination inconnue, Ludwig se lance à la poursuite du train. Sans jamais s’arrêter, sans jamais quitter les rails. L’espoir de retrouver Hannah lui fait traverser une France ravagée par les ténèbres, exsangue et suffocante. Une terre où les menaces surgissent le long du chemin de fer, où la sauvagerie rôde. Pris au piège des parfums de la guerre, épuisé et meurtri, Ludwig court entre les deux bras d’acier. Sa fidélité bravera les enfers.

À travers le regard de Ludwig se dessine sous nos yeux le paysage de la France occupée, où le bien et le mal sont à la fois l’œuvre des hommes et celle des bêtes.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandorInterview :
Le Voyage de Ludwig est autant un roman initiatique qu’un formidable roman d’aventure ! Il y a tout dedans. Une vraie odyssée littéraire.

J’ai fait en sorte que ce livre respecte le chemin classique du roman d’aventures, tous ses codes qui nous agrippent. Une quête, des ennemis, des apprentissages, des révélations, de la terreur, du bonheur, de la poésie, de la philosophie, des rêves, des cauchemars, des sentiments, des péripéties… et une fin qui doit renverser les lecteurs. Le héros, innocent au début et confronté à la disparition de sa princesse, décide de courir le long de cette voie ferrée pour la chercher coûte que coûte. Il rencontre un mentor, affronte un ennemi tout-puissant, exactement comme dans toute épopée littéraire. On retrouve ces codes dans L’Odyssée d’Homère, Le Seigneur des anneaux et même Star Wars...

C’est un roman initiatico-philisophico-guerrier. Il m’a fait aussi penser à la nouvelle de Joseph Conrad, Le cœur des ténèbres, et aussi au film Stand by me. Pourquoi avoir pris comme héros un chien ?

Je souhaitais plonger le héros le plus pur dans la période la plus obscure. C'est passionnant au niveau littéraire! Le chien s’est imposé. Au début des années 2000, j'avais visionné un film d'archives en noir et blanc émouvant, sur lequel on voit le quai de Westerbork aux Pays-Bas, au moment de la déportation de juifs. Là, pendant quelques secondes, un chien vagabonde. A qui appartient-il? Que cherche-t-il? Son histoire possible était à raconter. J'ai souvent écrit aussi sur les chiens et les animaux, en me mettant même dans leur peau, depuis le début de ma carrière de journaliste au Progrès, au Monde Interactif, à Paris Match ou L’Express.

On est aussi comme dans un jeu vidéo. Le chien Ludwig acquiert des compétences. (Photo ci -dessous : Bernard Lehut)julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Tu as complètement raison. Le long de ce chemin de fer, il acquiert des compétences de combat, de pensée, de lecture, de souvenir… c’est un personnage qui évolue et auquel les lecteurs peuvent vraiment s'identifier, même ceux qui ne sont pas fanas de chiens. Ludwig doit progresser, réussir des épreuves mentales et physiques. Il traverse tant de péripéties qu'elles ne peuvent que le forger!

Au fur et à mesure, c’est un bouclier...

Quand tu as tout perdu, tu n’as plus rien à perdre. Et seul l'espoir te guide.

Tu as écrit ce livre facilement ?

J’y suis allé petit bout par petit bout. Je notais même parfois sur mon téléphone pour ne pas oublier certaines "fulgurances". Après il est difficile de quantifier, avec les relectures, les corrections, les doutes…

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Julien Jouanneau, lors d'un récent salon du livre.

Je verrais bien ce livre transposé au cinéma.

Le scénario est prêt (rires).

A la fin de ton livre, il y a de nombreuses notes permettant de légitimer les actes de Ludwig.

Pour expliquer que les compétences de ce chien sont basées sur de vraies études. Le chapitre sur l’école de chiens savants nazis peut par exemple sembler loufoque, mais il est inspiré d’un article du Telegraph de mai 2011 consacré au livre Amazing Dogs de Jan Bondeson, qui évoque les chiens les plus intelligents de l’Histoire. Ludwig qui apprend des mots ne relève pas de la science-fiction. Un chien capable d’écrire un prénom, de visualiser des odorats ou de parcourir des milliers de kilomètres pour retrouver ses maîtres non plus. Je relie ces actes et d’autres à des articles réels sur ces questions. Je pense qu'il était important de faire cela pour donner de la crédibilité à ce héros canin exceptionnel.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

Après l'interview, le 16 avril 2019 au Pachyderme.

julien jouanneau,le voyage de ludwig,interview,mandor

03 mai 2019

Simon Clair : interview pour Lizzy Mercier Descloux, une éclipse

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorQuand j’ai su qu’une monographie sur Lizzy Mercier Descloux allait paraître, même si j’ai trouvé l’idée excellente, je me suis demandé à qui pouvait être destiné cet ouvrage. Hormis deux, trois tubes, dont le fameux « Mais Où Sont Passées Les Gazelles? », elle n’a pas laissé une trace très profonde dans l’inconscient collectif.

(Chapeau, donc, à la maison d’édition de Benjamin Frogel et Laura Freducci, Playlist Society, de prendre des risques.)

Simon Clair (journaliste culturel spécialisé dans la musique, Society, SoFilm, SoFoot, Tsugi, Les Inrockuptibles et Stylist) a entrepris de reconstruire l’existence de cette interprète-musicienne à travers les témoignages de ses proches, ses amoureux et ses collaborateurs professionnels. Son travail minutieux est impressionnant nous permet de comprendre comment fonctionnait l’industrie du disque de l’époque, mais aussi de nous attacher à cette rebelle, libre (mais pas toujours indépendante), qu’était cette étoile filante de la musique française.

Le 18 mars dernier, rendez-vous est pris dans un bar de la capitale avec Simon Clair

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorL’argumentaire de presse (officiel) :

Elle était la muse absolue de la scène rock de New York à la fin des années 1970, l’égérie parfaite du mouvement no wave. Patti Smith, Richard Hell, Lydia Lunch étaient fous de cette chanteuse française avant-gardiste. Pourtant, Lizzy Mercier Descloux est morte à 47 ans, dans le plus grand dénuement, ne laissant qu’une trace infime dans l’histoire de la musique. Comment une figure aussi culte a-t-elle pu tomber dans l’oubli ? Lizzy Mercier Descloux, une éclipse revient sur l’histoire tragique de la chanteuse à l’aide des témoignages de ceux qui l’ont connue.

Marchant dans ses pas de Paris à New-York, la suivant dans ses voyages en Afrique du Sud, aux Bahamas ou au Brésil, le livre révèle comment l’auteure de « Mais où sont passées les gazelles ? » a été précurseuse du courant qu’on appelle aujourd’hui la world music. Il dévoile une personnalité complexe à la carrière malmenée pour ses choix artistiques iconoclastes, au sein d’une industrie musicale sexiste.

Ce qu'ils en disent : 

Les Inrocks.

Libération.

Brain Magazine.

Benzine.

Section-26.

Sun Burns Out (avec pas mal d'albums de Lizzy Mercier Descloux à écouter en intégralité).

LitZic.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

(Photo : Michel Esteban)

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorInterview :

Quelle idée de faire un livre sur Lizzy Mercier Descloux ?

Je me souviens de la première rencontre avec mon éditeur, Benjamin Fogel. Je lui ai garanti que l’histoire était bien, mais aussi que nous n’allions pas en vendre des palettes. Bon, il se trouve que Benjamin lui-même, dans sa propre maison d’édition, Playlist Society, a écrit sur le groupe new-yorkais Swans, il a donc compris la logique de ma démarche. Il aime donner de la voix à des sujets qu’on ne trouve pas ailleurs.

Comment tu as connu Lizzy Mercier Descloux ? C’est plus de mon âge que du tien.

J’ai commencé à écouter beaucoup de musique autour des années 2000. C’était à un moment où il y a eu un retour du rock. Pour les gens de ma génération, cela nous a donné la possibilité de découvrir tout ce qu’écoutaient nos parents grâce à tous les sites de téléchargements illégaux. J’ai découvert le New-York rock revival qui est fantasmé par les gens de ma génération. J’ai creusé, creusé et encore creusé et après avoir découvert les Television, les Talking Heads, j’ai fini par croiser ce nom au milieu de mes découvertes, une certaine Lizzy Mercier Descloux, qui était présentée comme française. Ça m’a rassuré parce que je trouvais chiant le fait qu’à l’époque tous les meilleurs artistes soient anglais ou américains.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Et du coup, tu t’es interrogé sur elle. lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

C’est exactement ça. Je me suis demandé ce qu’elle faisait sur cette scène new-yorkaise à ce moment-là, comment elle était arrivée là, pourquoi elle était là... Je me suis renseigné très progressivement sur elle au fil des années.

Elle avait un côté iconique sur les photos de cette époque.

Iconique et magnétique. Elle m’a vraiment donné l’envie d’en savoir plus. J’ai un peu enquêté avant de me lancer pour savoir si son histoire pouvait être intéressante à raconter. J’en ai fait d’abord un article pour un journal… mais j’ai senti une frustration de ne pas être allé plus loin. J’avais gardé l’idée d’en faire un livre dans un coin de ma tête.

Artist: Rosa Yemen. Album: Rosa Yemen (Recorded: July, 1978 / Released: 1979)

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorMusicalement, il y a plusieurs Lizzy Mercier Descloux.

Elle a commencé avec le duo Rosa Yemen. A ce moment-là, elle a 17 ans et un très fort tempérament. Elle n’est pas encore musicienne, elle a juste des pulsions artistiques qui se matérialisent en des espèces de chants abrasifs qui sortent un peu n’importe comment. Elle ne parle pas encore l’anglais à cette époque-là, donc, il y a des bouts d’anglais qui se mélangent avec des bouts de français.

On est en plein début de la No Wave.

Ça lui donne envie de faire passer le geste artistique avant le morceau final. Elle préfère s’affirmer en tant qu’artiste qui fait ce qu’elle sent, très free, plutôt que de faire un morceau agréable et diffusable. Elle est intransigeante.

Lizzy Mercier Descloux dans Midi Première en 1979 : "Fire".

Son compagnon d’alors, Michel Esteban (graphiste, photographe, entrepreneur, rédacteur en chef du lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandormagazine Rock News, éditeur, producteur et cofondateur avec Michael Zilka du label discographique indépendant ZE Records) a-t-il participé au livre ?

Il a répondu à mes questions pour le livre, mais il n’a pas participé éditorialement, ni n’a eu un droit de regard avant publication. Au tout début, il m’a proposé de sortir ce livre dans une maison d’édition, Michel Esteban Editions, mais j’ai trouvé que c’était important que l’histoire de Lizzy Mercier Descloux soit, pour une fois, racontée par quelqu’un d’extérieur. Elle n’aurait pas été la même par Michel Esteban.

Tu as rencontré beaucoup de personnes qui ont été proches d’elle.

C’est le seul moyen de réussir à raconter une vie si singulière de quelqu’un qu’on n’a pas connu personnellement et qui est si complexe. Rencontrer tant de gens l’ayant côtoyé intimement m’a donné l’impression de la connaître vraiment. C’est quelqu’un qui a laissé une impression très forte aux gens. Je voyais bien qu’ils étaient tous bouleversés à l’idée de reparler d’elle. Il y a qui sont même tombés en pleurs en repensant à la fin de Lizzy Mercier Descloux. Parfois, j’ai été très ému par les témoignages.

Clip "Mais où sont passées les gazelles?"

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorTu expliques dans ton livre qu’elle avait peur de ne pas être crédible s’il n’y avait pas d’homme à ses côtés.

Elle était tellement magnétique qu’il y avait toujours des mecs qui lui couraient après. Souvent, ils avaient de l’argent et elle savait qu’ils pourraient l’aider. Elle n’avait jamais vraiment travaillé… A cette époque, s’il n’y avait pas l’appui d’un homme derrière pour parler aux maisons de disques, on n’était pas pris au sérieux.

C’est curieux parce qu’à New York, à cette époque-là, elle était censée être dans un milieu avant-gardiste…

On aurait pu croire que le sexisme allait être moins présent, mais pas vraiment.

Lizzy Mercier Descloux assumait aimer les hommes et les femmes.

Elle faisait ce qu’elle voulait, donc elle aimait qui elle voulait.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Lizzy Mercier Descloux et Patti Smith.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorSon amitié avec Patti Smith était de quelle nature ?

Elle ne l’a jamais dit, mais je suppose que c’était aussi un peu un rapport amoureux.

A-t-elle été sous-évaluée musicalement ?

Je pense que, s’il faut réévaluer une partie de sa carrière, il ne faut pas non plus tomber dans une hagiographie qui consisterait à dire qu’elle était révolutionnaire du début à la fin. Non, il ne faut pas tout revoir à la hausse. Il y a des passages dans sa discographie que je trouve un peu plus faible, notamment vers la fin de sa carrière.

Mine de rien, elle a lancé la sono mondiale, la word music avant Peter Gabriel et Paul Simon.

J’aurais du mal à croire qu’ils n’aient pas écouté le premier album solo de Lizzy Mercier Descloux. Par exemple, l’album de Paul Simon, Graceland, c’est point par point la démarche de Lizzy Mercier Descloux. On va à Soweto, on trouve des musiciens de Soweto et on fait un disque. Leurs albums respectifs ont d’ailleurs la même approche, sauf que celui de Paul Simon a eu plus de succès.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

T’es-tu attachée à elle ? lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Il y a des moments où elle pouvait être détestable. Je me souviens d’un concert au Palace ou elle a insulté les gens parce qu’elle n’était pas contente d’être dans cet endroit à la mode où il fallait être. Mais, évidemment, elle avait plein de côtés attachants, notamment son entêtement à suivre une direction autodestructrice.

Elle a connu une fin très triste, mais elle participe à sa légende.

C’est elle qui déclenche cette fin. Elle a un cancer très grave, mais refuse de se faire soigner. Elle refuse d’aller à l’hôpital et se réfugie en Corse pour vivre ses derniers jours. Elle n’en a toujours fait qu’à sa tête.

Tout au long de sa vie, elle a rencontré des légendes de la musique.

Elle a quasiment eu une histoire d’amour avec Patti Smith, elle a changé des cordes de guitare avec Éric Clapton, elle a rencontré Bob Marley, Grace Jones… et Chet Baket joue sur un de ses derniers disques.

Lizzy Mercier Descloux et Chet Baker interprètent "My Funny Valentine".

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandorMichel Esteban t’a raconté une anecdote sur Chet Baket qui a joué « My Funny Valentine » sur un album de Lizzy.

C’est quand même le seul morceau qu’il devait savoir jouer parfaitement. Et rien ne sortait de la trompette de cette légende absolue du jazz. Ça a été la croix et la bannière pour sortir des sons de son instrument… Il n'était pas dans un état "normal".

Avec ce livre, tu as ressenti le besoin de la réhabiliter?

Pas exactement, mais je serais content que les gens écoutent ses albums des débuts qui sont vraiment qualitatifs et novateurs. Je pense qu’en s’intéressant à son histoire, cela donne envie de s’intéresser à sa musique.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

Le 18 mars 2019, après l'interview.

lizzy mercier descloux,une éclipse,simon clair,interview,playlist society,mandor

23 mars 2019

Val Reiyel : interview pour Irineï et le grand esprit du mammouth

53609565_10218288513434776_5302767817089613824_n.jpg

IMG_9157.JPG« Partez dans la toundra pour une aventure palpitante sur fond de découvertes scientifiques, de vivre ensemble et de protection de la planète ! » nous dit l’argumentaire de presse. Merci à Val Reiyel de tenir cette promesse dans ce diptyque intitulé Irinéï et le grand esprit du mammouth. Vous allez tous vous attacher à ce jeune chaman sibérien de 12 ans qui, à travers son regard, va vous interroger, notamment, sur la préservation et le respect de la vie animale et humaine. Personnellement, et je vous jure que je ne suis pas excessif, j’ai pris de grandes leçons de vie. Il y a des évidences qu’il est utile de rappeler… et, cela, sans jamais faire la morale aux lecteurs. C’est une performance. A lire impérativement !

Le 19 février, nous nous sommes retrouvés dans un bar de la capitale pour une première mandorisation. (Non pardon, une deuxième, mais la première était à une époque, en 2011, où Val Reiyel écrivait sous son vrai patronyme)

4e de couverture :IMG_9130.jpg

Au cours d’une expédition scientifique en Sibérie, des paléontologues américains extraient du sol gelé une femelle mammouth parfaitement conservée. A leur retour à Los Angeles, ils se trouvent rapidement face à une incroyable énigme : la femelle mammouth porte un petit, les cœurs de la mère et du bébé battent encore… Seul Irineï, un jeune chaman de 12 ans qui vit dans une tribu de nomades éleveurs de rennes, connaît la clé du miracle: lors d’un voyage dans le monde des Esprits, il a redonné vie au Grand Esprit du Mammouth qui veut reprendre sa place sur Terre… Mais, bien loin des steppes glacées de Sibérie, le mammouth et son petit ne peuvent pas survivre sans Irineï. Pour les sauver, le jeune garçon va vivre loin de chez lui une formidable aventure humaine et spirituelle. Il va se battre pour le respect de la vie des animaux, et l’avenir de la planète.

(Note de Mandor : la fiction de Val Reiyel pourrait rejoindre la réalité. Lire ici.)

L’auteure :

Val Reiyel a plusieurs passions : l'écriture, l'image et la défense du monde animal. Il y a 18 ans, cette auteure, scénariste et comédienne, travaille sur un documentaire relatant l'incroyable découverte d'un mammouth en Sibérie. Elle s'empare de ce sujet et écrit son premier roman jeunesse autour de cette thématique chère à son cœur.

Val Reiyel nous raconte l'histoire d'Irineï sur les lieux du roman (documentaire réalisé par Sébastien Drouin).

IMG_9125 (2).jpgInterview :

Cette histoire, tu la portes depuis longtemps en toi, je crois.

Il y a plus de 20 ans, j’ai écrit pendant 3 mois des sujets dans une boite de prod de documentaires. Cette boite était en train de concevoir un 52 minutes intitulé Sur la piste du mammouth. Il racontait l’extraction d’un mammouth, censé être entier, en Sibérie par une équipe française dirigée par Bernard Buigues. Je voyais des images arriver et l’avancée du projet au fur et à mesure. Je trouvais cette histoire hallucinante et je me disais que ce serait géniale d’en faire une histoire, mais en faisant revivre le mammouth. Comme je ne voulais pas que ce soit un Jurassic Park bis, j’ai cherché ce qui pourrait faire la différence. J’ai donc inventé cet enfant chaman qui a des pouvoirs un peu magiques. A la base, j’ai écrit une trentaine de pages pour qu’il devienne un scénario pour le cinéma.

Tu l’as proposé à des producteurs ?

Oui, mais il y a 20 ans, ils me regardaient avec des yeux ronds. Comment faire vivre des mammouths ? A l’époque il n’y avait pas les effets spéciaux que l’on a aujourd’hui et surtout, on ne parlait pas encore des problèmes d’écologie, de la protection des animaux… Aux yeux de ces producteurs, mon projet est apparu farfelu et très cher à concevoir.

Aujourd’hui, on est en plein dedans.

Il y a deux trois ans, avec mon complice Sébastien Drouin, on a relancé le projet pour le cinéma, mais comme les décisions sont toujours un peu longue à se concrétiser, j’ai décidé d’en faire un roman pour que cette histoire existe concrètement.

IMG_9158.JPG

Photo de circonstance.

Ce livre est considéré comme un  roman pour les ados à cause de la magie et des pouvoir du chaman Irineï?

Oui, alors que les parents et les grands-parents peuvent aussi le lire. Je ne pense pas qu’ils s’ennuieront. Je reçois d’ailleurs plein de mails d’adultes qui adorent l’histoire soit par son côté écolo, défense des animaux, soit par le côté spirituel et chamanique, soit par son côté scientifique. Chacun y trouve le fil rouge qui l’intéresse : Irinéï, les mammouths, les animaux, la vie personnelle des protagonistes de l’histoire… Mon éditrice, Aude Sarrazin, qui épouse complètement l’idéologie véhiculée dans ce roman, considère que c’est un livre à partir de 12 ans, mais extensible.

Il y a de la science dans tes pages, mais accessible à tous et surtout, rigoureusement véridique.

C’est hyper documenté à différents niveaux, mais de manière très simple pour que même les plus jeunes puissent comprendre sans difficulté.

Il y a beaucoup de toi dans certains personnages, j’ai remarqué. Tu pars bénévolement à Bucarest régulièrement ramener des chiens en France pour une association.

De moi, il y a l’amour des animaux que j’ai depuis toujours, le respect de la planète, des peuples premiers qui ont une spiritualité que nous, occidentaux, nous avons complètement oublié. On a oublié le lien avec la nature, mais aussi avec les mondes spirituels.

Mammouth-800x480.jpg

Dans tes deux livres, tu rappelles des évidences écologiques.

Ce qui me touche dans les messages que je reçois, c’est que beaucoup me disent que ça les a fait beaucoup réfléchir sur leur façon de vivre et qu’ils ont pris conscience de plein de choses. Je suis heureuse car c’était le but de ce roman. Je rappelle que les causes de l’extinction de certaines espèces ne sont pas naturelles. Elles sont toutes dues à l’activité humaine : la destruction de l’habitat des espèces, la déforestation, la surpêche, la surchasse, la pollution, le changement climatique si rapide… tout cela vient de l’espèce humaine, qui, elle, en revanche, est en surpopulation et en surconsommation. Autre chose, on a perdu 60% des animaux sauvages en 40 ans. Dans 10 ans, il n’y a plus d’éléphants, de lions, d’orangs outangs, il n’y a plus rien. Ça va à une vitesse monstrueuse. On est dans une sorte de dissonance cognitive.  On a les infos, on voit ce qu’il se passe très précisément et en même temps, on n’y croit pas ou on ne veut pas voir…

image006.jpgOn en parle de la disparition des insectes ?

Ce n’est absolument pas anodin et les gens ne s’en rendent pas compte. S’il n’y a plus d’insectes, il n’y a plus d’oiseaux, de fertilisation et de pollinisation. Greenpeace dit que 75% de la nourriture mondiale vient de pollinisation des insectes. S’il n’y en a plus, on fait quoi ? La disparition des espèces entraînent de graves conséquences en cascade sur les écosystèmes.

Pour toi, ce roman n’est pas un roman de plus, tu veux vraiment faire passer des messages primordiaux et salvateurs.

Pour nos enfants et pour nous, il faut que nous ayons tous une prise de conscience sur ce qui est en train de se passer. Dans 10 ans ou, au maximum dans 20 ans, la vie sur Terre deviendra très compliquée… 

Tu as peur ?

Ce n’est pas la peur qui domine chez moi. C’est la tristesse et la colère. On va dans le mur. La question est de savoir quand nous allons le percuter. Dès aujourd’hui, il faut prendre des mesures sérieuses contre le réchauffement.

Quand Irinéï arrive aux Etats Unis, il nous fait comprendre que la société de consommation et plus généralement le monde moderne, sont complètement illogiques voire fous.

Il a une sorte de naïveté et une logique sur tout ce qu’il peut voir et constater d’une civilisation qu’il découvre qui rend absurde ce que nous, on connait. Il n’a rien contre les américains, mais il ne comprend pas pourquoi ils vivent ainsi, sans respecter aucune forme de vie, animale ou même humaine.

Hélina, la grand-mère d’Irinéï, elle-même grande chaman, dit : « Ils vont devoir ouvrir leur esprit et apprendre qu’il y a bien plus de choses dans l’univers que ce que leurs yeux peuvent voir ».

Voilà. Tout est résumé dans cette phrase.

Tout est dit aussi dans ce qu’inculque le grand esprit du mammouth à Irineï, je cite : « Les hommes Gaïa-grille-énergie.jpgdeviennent fous. Dans leur aveuglement et leur égoïsme, il ravage Gaïa, la Terre. Ils ne pensent qu’à leurs besoins immédiats, et pas même à l’avenir de leurs propres enfants. Mais Gaïa est un être vivant qui souffre des mauvais traitements qu’ils lui infligent. Chaque marée noire dans l’océan, chaque accident de centrale nucléaire, chaque forêt qu’on détruit, chaque bombe qui explose, chaque prairie et chaque rivière transformée en poubelles géantes, sont autant de blessures qui la meurtrissent. Les hommes ne réalisent pas qu’en massacrant leur Mère la Terre et en exterminant les animaux, ce sont eux-mêmes qu’ils détruisent. »

Ai-je besoin d’ajouter quelque chose ?

Non. J’aimerais parler du personnage de Marion Delamare, une française basée à Los Angeles qui est à la tête d’une association de défense des animaux. Une activiste qui agit dans le monde entier. Je sais qu’elle t’a été inspirée par Isabelle Goetz, la porte-parole de PETA (People for the Ethical Treatment of Animals).

Oui, c’est une amie à moi. Elle est très inspirante. Je trouve cette femme incroyable. Elle fait tellement d’happening pour faire bouger les choses. Je suis évidemment sympathisante de ce qu’elle défend.

Ce livre compte tellement pour toi, te demandes-tu ce que tu vas bien pouvoir écrire après ça ?

Ecrire d’autres aventures d’Irinéï ne me déplairait pas. Pas forcément avec des histoires qui se suivent… peut-être avec une histoire qui n’a rien à voir.

IMG_9128.jpg

Après l'interview, le 19 février 2019 au Pachyderme.

Bonus : 

53395002_2649684981725380_8060267014465257472_n (2).png

J’ai tellement aimé les deux volumes d’Irineï et le grand esprit du mammouth que, le 15 mars dernier, j’ai accepté avec plaisir d’interroger de nouveau Val Reiyel, mais cette fois-ci au Salon du Livre de Paris sur la scène « Sciences pour tous »... des jeunes lecteurs très intéressés qui posaient plein de questions et des moins jeunes très attentifs. Un débat sympathique et joyeux dont voici quelques photos.

53726552_10157024153463674_8539075079634419712_n.jpg

53778686_10218311253283258_3834603065940377600_n.jpg

53897085_10157024153358674_7941890663451197440_n.jpg

54522895_10218311255123304_8574268080312549376_n.jpg

54419841_10218311257803371_1376260882035638272_n.jpg

53853856_10218311257003351_6665042752306151424_n.jpg

53739876_10218311258563390_2492377987249340416_n.jpg

54114876_10218311258963400_2162039940706205696_n.jpg

53835476_10157024153663674_3038356420350181376_n.jpg

53510744_10157024153583674_5731798959349825536_n.jpg

53891027_10218311259683418_1580554639307177984_n.jpg

Et cela s'est terminé avec une longue séance de dédicaces pour Val Reiyel.

Bonus (bis) : Voici un documentaire de 50 mn, réalisé par Tim Walker en 2012. On y retrouve le scientifique Bernard Buigues évoqué par Val Reiyel au début de mon interview, mais ce n'est pas le film dont il est question dans ce même entretien. Il m'a tout de même semblé intéressant de le publier ici, car il y a des accointances avec les propos tenus par l'auteure dans cette mandorisation. 

09 février 2019

Maryline Martin : interview pour La Goulue, Reine du Moulin Rouge

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Louise Weber, dite La Goulue, est une figure emblématique de Paris, du Moulin Rouge et du French Cancan. Elle a su s’imposer dans le milieu mondain et côtoyer les plus grandes personnalités de son temps avant de tomber en disgrâce. A l'occasion du 90e anniversaire de sa mort, découvrez l’histoire de cette danseuse, de cette muse, de cette icône du Paris de la Belle Epoque grâce au magnifique livre de Maryline Martin (déjà mandorisée là et un jour, c'est elle qui m'a invité), La Goulue, Reine du Moulin Rouge. Nous nous sommes retrouvés dans un bar de la capitale le 28 janvier dernier.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor4e de couverture :

À seize ans, la future reine du cancan est blanchisseuse. Mais le soir, Louise Weber « emprunte » les robes des clientes pour courir à l'Élysée Montmartre. Celle que l'on va surnommer La Goulue se fait rapidement remarquer par sa gouaille et son appétit de vivre. Au Moulin Rouge, elle bouscule les codes en arrivant avec un bouc en laisse, détournant ainsi l'interdiction faite aux femmes d'entrer dans un lieu public sans être accompagnées par un mâle ! Immortalisée par Toulouse-Lautrec et Renoir, elle va également s'imposer dans le milieu mondain et côtoyer les plus grandes personnalités de son temps – le prince de Galles, le shah de Perse, le baron de Rothschild, le marquis de Biron… – avant de tomber en disgrâce.

Pour mener à bien cette biographie, Maryline Martin s'est plongée dans le journal intime de la danseuse, conservé au Moulin Rouge. Elle a également consulté les archives de la société des amis du Vieux Montmartre, le service de la mémoire et des affaires culturelles de la préfecture de Police et les divers documents des bibliothèques spécialisées de la Ville de Paris. À partir de ses recherches, elle a pu dessiner le portrait tendre et intimiste d'une figure incontournable de la Butte Montmartre : une femme libre, fantasque, généreuse et attachante.

L’auteure :

Journaliste littéraire, Maryline Martin a écrit des nouvelles et des romans dans lesquels elle s'interroge sur la place et le rôle des femmes dans l'histoire.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

(La  Goulue)

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorInterview :

Avec ce livre, tu as voulu réhabiliter l’image et la mémoire de La Goulue ?

Oui, c’est exactement ça. C’est une femme dont l’image a été malmenée par des clichés réducteurs : vicieuse dénuée d’intelligence, perle sortie d’une fosse d’aisance, chair à plaisir… Personnellement, j’ai fait sa connaissance par le biais du peintre Henri de Toulouse-Lautrec. Dans sa biographie, j’ai lu qu’il avait été nommé « le peintre officiel de La Goulue ». J’ai donc eu envie d’en savoir plus sur elle. J’ai voulu feuilleter des bouquins qui parlaient de Louise Weber, son vrai patronyme, et j’ai constaté qu’il y en avait très peu. En faisant des recherches sur Internet, j’ai visionné un film sur le Moulin Rouge où il était mentionné l’existence d’un journal écrit de sa main. J’ai pris rendez-vous avec le chargé de communication du Moulin Rouge, Jean-Luc Péhau-Ricau. Je me suis présentée et lui ai exposé mon projet d’écriture. Au terme de cet entretien, riche en émotions, il m’a permis de repartir avec une copie du journal. Lui et moi avons beaucoup d’empathie pour cette femme.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

(La Goulue par Henri de Toulouse-Lautrec).

Ce n’est pas le seul document que tu as pu avoir.maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Non, en effet. La directrice du Musée du Vieux Montmartre, Isabelle Ducatez, m’a permis d’accéder à des documents, des photos, des extraits de journaux… En regroupant tous ces  éléments riches en informations je me suis rapidement aperçue qu’il y avait chez La Goulue autre chose qu’une personne fantasque, légère et peu cultivée. Elle était bien plus complexe que cela.

Je me suis dit en lisant ton livre que La Goulue aurait pu être une people d’aujourd’hui. Il y avait des gazettes qui parlaient des vedettes de l’époque, pas toujours de manière bienveillante, comme aujourd’hui dans Voici par exemple.

Tu as tout compris. Le Gil Blas, le quotidien dans lequel elle est le plus citée, était le Closer de l’époque. Louise Weber était très intelligente. Elle n’avait pas forcément les mots qu’il fallait pour s’exprimer à cause de son éducation, mais elle s’est beaucoup servie de la presse. Elle faisait souvent des procès, ce qui lui permettait d’avoir de la publicité dans les journaux. 

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorDans la relation homme-femme, La Goulue a toujours mené la danse, au propre comme au figuré.

Dans le quadrille naturaliste, plus communément appelé le French-Cancan, les femmes se démarquaient des hommes. Les hommes étaient des coqs dans un poulailler. Les femmes, elles, menaient le cavalier seul. Même si elle était en couple, elle souhaitait mener ses affaires en solo.

Au niveau de la pudibonderie, elle a été victime d’une certaine hypocrisie, non ?

Si elle levait trop haut son jupon, elle était mise à l’amende parce qu’il ne fallait pas montrer trop de chair, mais si elle ne levait pas assez haut la jambe, elle était aussi mise à l’amende parce qu’on considérait qu’elle n’exerçait pas son rôle de danseuse professionnelle. Ceci dit, on lui doit son fameux « coup de cul » (où elle montrait en retroussant ses jupons, le cœur brodé sur sa culotte) et le coup de pied  au chapeau, quand elle décoiffait d’un coup de pied le chapeau d’un spectateur qu’elle avait repéré dans l’assistance.

Sa façon de communiquer passait par la vulgarité et par les gestes.

Elle ne savait pas faire autrement, elle n’avait ni les mots, ni les codes. Elle s’était d’ailleurs vite affranchie des codes sociaux. Ce n’était pas facile d’être une femme à la Belle Epoque. L’article 213 (du code pénal) proclamait l’obéissance des femmes à leur mari et celles-ci ne pouvaient pas exercer une profession sans demander leur permission. Comme toute femme devant se rendre dans une administration devait être accompagnée d’un homme, elle a pris un bouc qu’elle promenait au bout d’une laisse. Elle portait autour du cou un petit collier de chien, c’était une de ses manières de dire « je n’appartiens à personne ». Dans le livre, je lui fais dire : « Ni dieu, ni maître ! »

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Ce n’est ni une courtisane, ni une demi-mondaine. maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Non, elle n’a ruiné personne et personne ne s’est suicidé pour elle. La preuve qu’elle n’était pas vénale, elle avait aussi des amants qui n’étaient pas fortunés.

Elle en avait beaucoup ?

Oui. Ça n’en faisait pas une prostituée pour autant. Quand les hommes qui collectionnent les femmes, on les considère comme des Don Juan et les femmes se font traiter de « trainées ». Je n’ai jamais compris ça.

Elle aime le sexe… avec les hommes et avec les femmes.

Elle aimait bien les femmes parce que ça la reposait des hommes.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandorQu’est ce qui faisait craquer les hommes chez La Goulue ?

Son petit côté borderline devait les émoustiller. Quand le bourgeois rentrait chez lui, il avait une femme clean, avec les codes de l’époque. Il avait besoin de s’encanailler, donc il allait voir un spectacle peu orthodoxe.

Beaucoup pensent que c’est elle qui a inventé le French-Cancan.

Non, elle l’a juste fait évoluer. Le chahut est devenu cancan dans  l’art de manipuler le jupon et de lever la  jambe. Grace à elle, on ne venait plus au bal pour danser, mais pour regarder danser. C’est elle qui a amené la professionnalisation de la danse. Elle était payée pour danser, ce qui était nouveau.

En te lisant, on comprend qu’elle avait un caractère bien trempé.

Au Moulin Rouge, elle menait son monde à la baguette. Avec ses copines danseuses, ce n’était pas toujours rose. Elle était la reine du Moulin Rouge et le montrait bien. Il y avait beaucoup de jalousie, mais elle voulait garder sa place. Parfois, elle pouvait en découdre avec une danseuse après le spectacle devant témoins. Un jour, elle est tombée sur plus forte qu’elle. C’était Aïcha, une femme qui allait enfanter de la mère d’Edith Piaf.

Pourquoi quitte-t-elle le Moulin Rouge ?

Elle avait pratiquement 30 ans, elle était fatiguée et en plus, elle était enceinte. Elle a accouché et très vite, Charles Zidler, l’un des deux créateurs du Moulin Rouge avec Joseph Oller, lui a intenté un procès parce qu’il l’accusait de concurrence déloyale. En effet, elle continuait à danser… même si c’était de la danse orientale.

Gros coup de cœur de Gérard Collard.

Après les années fastes du Moulin Rouge, elle s’essaie à pas mal d’activité.

Elle va danser dans une cage avec des animaux, puis carrément devenir dompteuse.

Elle était complètement inconsciente du danger. Elle a failli se faire manger par un puma.

C’est quelqu’un qui vivait l’instant présent. C’était une intuitive, une instinctive. C’était une performeuse de son époque et elle aimait attirer l’attention sur elle.

Elle a toujours été proche des animaux.

Même à la fin de sa vie, elle préférait nourrir ses animaux qu’elle-même. Elle a longtemps vécu avec une petite guenon qui est morte de pleurésie.

Symboliquement, c’est parce qu’elle n’a jamais été déçue des animaux, je suppose. Pourtant, elle a dompté tous les hommes qui ont traversé sa vie.

Le seul homme qu’elle n’a jamais réussi à dompter, c’est son fils… c’est lui qui va la mener à la ruine.

La Goulue au début des années 20, devant sa roulotte à Saint-Ouen (cette archive exceptionnelle ne contient pas de son). 

Elle a aimé son fils?maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Oui, à sa façon. Déjà, elle ne l’a pas élevé. Elle s’en est lassée très vite. Elle l’a donc mis en nourrice, puis en pension. Quand il est revenu vivre avec elle, c’était un jeune ado. Je subodore qu’il était jaloux de son cousin Louis, le fils de la sœur de Louise, Victorine. Elle s’en est occupée de sa naissance jusqu’à l’âge de 7 ans.

Ce fils a fait pas mal de conneries.

Pendant la Grande Guerre, en 1917, il a été condamné pour faux et usage de faux.  Il s’est battu, commis des vols. Des faits qui l’ont conduit au pénitencier… Ces informations m’ont été transmises par les Archives de Paris que je remercie d’ailleurs vivement.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Louise Weber, à la fin de sa vie.

A la fin de sa vie, malgré elle, Louise Weber a perdu de sa superbe et est devenue, malgré elle, un peu pathétique.

Elle m’émeut beaucoup parce qu’au fond, c’est une femme qui n’a pas eu de veine. Elle n’a pas eu l’éducation lui permettant de se reposer sur des valeurs et de se construire. Elle s’est faite toute seule et à un moment donné elle a tout lâché. Ça devenait trop compliqué. Elle a épongé les dettes de son fils et a vécu d’expédients. C’est moche parce qu’elle ne méritait une fin comme ça.

"Entrée Libre" sur la 5 parle du livre de Maryline Martin.

Tu parles de déterminisme quand tu évoques Louise Weber.

Elle n’est partie de rien du tout, ensuite elle a côtoyé les grands de ce monde, puis elle a fini de là où elle venait.

Tu es romancière, as-tu inventé certaines situations ?

L’époque (de la Belle Epoque aux années folles) et le décor, je ne les invente pas. Quand Louise est dans l’atelier de Renoir, tu t’imagines bien qu’il n’y avait pas de témoins de leurs conversations et de leurs actes, donc là, je fais fonctionner mon imagination. Mais comme je n’aime pas l’à peu près, au contraire je suis d’une grande rigueur, je ne balade pas le lecteur et l’atelier du peintre, je le restitue d’après mes lectures de plusieurs biographies liées à Renoir.

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Pendant l'interview…

Du coup, ta biographie se lit comme un roman.

Je ne voulais pas faire un catalogue de coupure de journaux et d’extraits du journal de Louise. J’ai juste pris de ce que jugeais essentiel et j’ai souhaité raconter son histoire dans l’Histoire.

Je crois savoir que le Moulin Rouge continue à entretenir la tombe de La Goulue.

Oui. Ils ne l’ont pas oublié. Elle a été la plus grande vedette de ce formidable établissement.

Christophe Hondelatte raconte l'histoire de La Goulue d'après le livre de Maryline Martin (qui est interviewée par lui à l'issue de sa narration).

Ce livre va-t-il déclencher des choses en faveur de Louise Weber ?

Tant que rien n’est fait, je ne préfère pas en parler.

Quel beau film ça ferait !

Tu n’es pas le seul à me le dire…Ce serait mon rêve parce que c’est un personnage, une gouaille. Je verrais bien Myriam Boyer ou Anne Benoit dans le rôle de La Goulue… 

maryline martin,la goulue,reine du moulin rouge,interview,mandor

Après l'interview, le 28 janvier dernier.