Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14 décembre 2013

Les Ptits Courageux dans Enfant Magazine !

img605.jpg

img607.jpgCertains d’entre vous le savent, je suis papa d’une petite fille de 8 ans atteinte par une maladie génétique : le syndrome de Crouzon. J’en parle parfois ici, mais rarement. Étant le responsable communication de l’association « Les Ptits Courageux, association des enfants porteurs  d’une facio-craniosténose syndromique », il m’arrive d’en parler à des journalistes qui en font la demande.

Pas assez. (Je culpabilise d’ailleurs beaucoup de ne pas donner plus de temps pour l’association).

J’ai été contacté par une journaliste médicale, la très sympathique Frédérique Odasso, qui souhaitait interroger des parents dont un enfant est touché par une maladie génétique.

J’ai accepté avec plaisir. Nous avons donc parlé plus d’une demi-heure de l’association et de comment ma femme, Hilda, et moi avons vécu l’annonce de la maladie et comment nous avons réagi pour nous en sortir (à peu près).

Je suis journaliste, je sais comment cela se passe. Il faut choisir la substantifique moelle de la conversation pour en tirer quelques lignes bien senties. Dans ce cas précis, le résultat est assez juste, même si rien de ce que l'on a ressenti n'est vraiment expliqué et si  j’ai relevé deux approximations...  Rien de grave, cela étant, mais j'y reviens après vous avoir laissé lire le témoignage:

img606.jpg

Quelques précisions : la page Facebook est administrée principalement par Héloïse Reichardt-Ogier, la présidente de l’association Les Ptits Courageux. Quelques autres membres de l’association ont les « clés » de la page, dont ma femme et moi. Nous nous contentons le plus souvent de donner des nouvelles de Stella, notre fille. Donc, que les choses soient claires, c’est Héloïse qui anime la page régulièrement et qui en reste la grande administratrice. 

53660ccf4b095e9.jpgLe livre Les 7 Petits Nègres n’est pas dédié à l’association Les Ptits Courageux, mais une partie des bénéfices reviennent à elle (ce qui est encore mieux).
Pour en savoir plus sur ce livre et vous le procurer éventuellement !
Sinon, ma fille Stella va bien, mais nous ne sommes jamais complètement rassurés sur son sort, comme tous les parents des "ptits courageux" envers leurs enfants.

Merci à Frédérique Odasso pour ce coup de projecteur sur l'association Les Ptits Courageux.

(Et merci à Carole Zalberg qui nous a mis en relation...)

26 octobre 2013

Spécial Les 7 petits nègres, l'exquise nouvelle, saison 2

Couv7PN_W.jpg

 

Edit du 26 octobre 2013:

Le calcul des droits d'auteurs du livre Les 7 petits nègres (L’exquise nouvelle saison 2) va bientôt être clos pour 2013. Or, vous le savez peut-être, mais une partie des bénéfices revient à l’association Les Ptits Courageux, dont je fais partie (pour des raisons expliquées ci-dessous).

Aussi, aujourd’hui, je remets en ligne la chronique sur ce livre (publiée au mois d'avril de cette année). On ne sait jamais. Si cela peut inciter certaines personnes à se le procurer…

En cliquant ici, rien de plus simple...

Bonne lecture !

(Merci à la petite fille atteinte du syndrome de Crouzon qui pose avec le livre en début d'interview et, surtout, merci à ses parents d'avoir accepté que je publie cette photo!)

J’avais déjà évoqué L’exquise nouvelle en septembre 2011 sur ce blog. C’était à l’occasion de la première saison. Pour sa deuxième édition, sur le principe des Exercices de Style de Queneau, c'est la maison In Octavo qui publie cet ouvrage atypique, qui mèle auteurs confirmés et amateurs autour d'un même thème. Ainsi, Les 7 petits nègres entrent en lice. Un formidable et délirant roman policier collectif, dont voici la 4e de couverture (expliquant notamment qu’une partie des bénéfices revient aux P’tits Courageux).

img292.jpg

Le 24 mars 2013, j’ai rencontré l’un des 3 eXquisMen, David Boidin, de passage à Paris lors du Salon du Livre. Nous nous sommes installés dans un coin, et je lui ai posé quelques questions sur ce projet « L’exquise nouvelle » et plus particulièrement sur la deuxième saison.

DSC07336.JPG

Interview:

20130519_11h42h24.JPGPeux-tu me raconter la genèse de cette série L’exquise nouvelle ?

La première exquise nouvelle est une idée de Maxime Gilliot qui est un auteur de polar du nord de la France. En 2010, il a considéré que ça pouvait être rigolo de construire une histoire à partir de statut Facebook. Les statuts Facebook ne pouvaient dépasser à l’époque 420 signes. Il a lancé l’idée, j’ai rebondi dessus et nous nous sommes retrouvés ensemble à organiser un cadavre exquis en utilisant la contrainte des statuts Facebook de l’époque. On s’est retrouvés à 80 participants, à la fois des auteurs réputés, reconnus et puis des gens qui n’avaient jamais écrit, à concevoir une nouvelle unique : la poursuite du tueur à l’andouillette. On a lancé ça, fin août 2010 et ça a duré jusqu’au mois de décembre. On s’amuse, des gens laissent des commentaires, bref, c’est une joyeuse pagaille.

Et très vite, de petits éditeurs vous contactent.

Trois en une semaine, sans que l’on ne fasse aucune démarche. On a accepté l’une d’elles et on s’est lancé dans l’aventure. Pour finir en apothéose, on a demandé aux auteurs de céder leurs droits pour les reverser à une association caritative. Comme Maxime Gillio est associé de façon très personnelle à Écoute ton cœur qui est une association qui aide les enfants autistes à s’insérer par le sport, c’est tout naturellement que nous l’avons choisi.  

Le livre est sorti un an plus tard.

Oui. Et pour pouvoir le promouvoir, nous lançons une saison 2. Ce la nous permet de renouveler l’expérience et passer des cadavres exquis aux exercices de style à la Queneau. On lance le projet d’ailleurs le jour de la commémoration des 35 ans de la mort de Raymond Queneau. Chaque auteur a dû écrire une nouvelle avec plusieurs contraintes : entre 3500 et 5000 signes, avec une même scène de départ pour tout le monde, à la croisée d’Agatha Christie et des frères Grimm.

C’est quoi la scène de départ ?Couv7PN_W.jpg

Une pièce, une table sur laquelle Blanche est morte. Au bout de la table, il y a 7 nains noirs. De l’autre côté de la table il y a Armand Leprince qui dit : l’assassin est dans ces murs. À partir de là, chacun écrit sa nouvelle.

Mais, vous ne vous arrêtez pas là...

On rajoute 3 mots différents par auteur qu’il faut absolument intégrer de façon la plus subtile possible au sein de la nouvelle. Sur le site dédié à cette saison 2, chaque visiteur pouvait essayer de deviner les mots imposés.

Pour cette deuxième saison, une partie des bénéfices reviennent à l’association Les P'tits Courageux. Je suis le responsable communication de cette association et surtout papa d’une fille porteuse d´une facio-craniosténose syndromique, en l’occurrence, le syndrome de Crouzon. Donc, je tiens à vous remercier au nom de tous les membres de l’association de nous avoir choisies.

La première fois que j’ai entendu parler de cette association c’est quand tu m’en as parlé il y a deux ans. J’ai un peu étudié la question et j’ai constaté qu’effectivement, ces jeunes enfants touchés par cette maladie avaient bien besoin d’avoir un peu plus de médiatisation.

Je tiens à préciser, que je ne t’ai rien demandé, mais que j’ai été fort touché que vous, les eXquisMen, preniez cette décision de nous choisir. Bon, je sais que vous êtes en train de préparer la saison 3 et qu’elle sera la dernière. Pourquoi ?

Parce qu’il fallait que le concept soit un évènement, que ce soit exceptionnel. Je ne suis pas persuadé que l’aspect habituel  soit une bonne chose. Aujourd’hui, on a fait la trilogie, on s’est bien amusé, on a fait plaisir et on est fier de ça.

DSC07338.JPG

Voici la préface de Les 7 petits nègres, L'exquise nouvelle saison 2 par Jérôme Commandeur.

img293.jpg

img294.jpg

Pour acheter le livre, c'est là!

Bonus mandorien.

48092_598723280156432_1291276877_n.jpg

Pour compléter cette chronique, je mets en ligne la partie de l’émission "Quartier du talent" sur IDFM que la très sympathique et compétente Mireille Eyermann à  consacré à l’association Les Ptits Courageux en interviewant Héloïse Reichardt-Ogier, la présidente et fondatrice de l’association (par téléphone) et moi-même (en direct dans les studios à Enghien).

C'était le jeudi 4 avril 2012.
podcast

DSC07416.JPG

15 décembre 2011

Jérôme Commandeur pour son DVD "Jérôme Commandeur se fait discret"

jérôme commandeur se fait discret,dvd,interview,les p'tits courageux

Bizarre de mélanger l’amitié et le boulot. Bizarre, mais logique quand on a un ami (voir là) dont la carrière est en train d’exploser et que l’on travaille pour plusieurs journaux culturels… le télescopage est inévitable. Pour Le magazine des loisirs culturels des magasins Auchan, j’avais pour mission (entre autres) d’écrire une page sur l’actualité fort chargée de Jérôme Commandeur. Dans ces cas-là, je l’appelle directement et nous nous voyons illico. Pratique. Comme je suis poli, j’appelle aussi son attachée de presse, Émilie, pour la tenir au courant.

Bref, le 1er décembre dernier, j’ai joué au journaliste et lui à l’artiste. Évidemment, je signale dans l’article qu’il est le parrain de l’association « Les P’tits courageux » (association qui a besoin d’être plus mise en lumière…). Je l’ai déjà dit ici, j’en suis le responsable communication, car concerné (ma fille est atteinte du syndrome de Crouzon). N’hésitez d’ailleurs pas à adhérer à l’association : http://www.lesptitscourageux.net/

 

Scan10024.JPG

Scan10026.JPG

Scan10028.JPG


Exclu 10 minutes du dvd "Jérôme Commandeur se... par jeromecommandeur

Lors de l'entretien...

DSC02304.JPG

08 décembre 2011

Salon du Livre d'Ozoir-la-Ferrière 2011: bilan et photos

Tract Salon du Livre 2011_Page_1-1.jpg

IMG_6857.jpg

C'est la troisième fois que j'anime le salon du livre d'Ozoir-la-Ferrière. (Voir là en 2009 et ici en 2010). Toujours aussi fatigant, mais toujours aussi exaltant, dis-je chaque année. Plus de 40 interviews, un quizz littéraire et 1 table ronde (interview approfondie et participative). Cette année avait ceci de particulier que, pour la première fois, j’ai emmené ma femme avec moi. J’ai tendance à compartimenter mes vies (le boulot et la vie privée), alors ce fait est suffisamment rare pour que je le signale au passage. Pour la première fois, ils se sont scindés... pour la bonne cause. L’organisateur du salon, Luc-Michel Fouassier, nous a permis (grand merci à lui !) de faire connaître l’association Les P’tits Courageux (dont je suis le responsable communication) lors de cette journée littéraire. Ma femme, Hilda, a donc tenu le stand. Merci à elle (qui en a profité pour comprendre ce que fait son animateur de mari dans ce genre de contexte).

(Pour mémoire, J’explique ici pourquoi notre couple est concerné par cette association).

Comme chaque année, voici un port-folio de cette manifestation.

Pour commencer, l'invitée d'honneur du salon, le Prix Goncourt des Lycens 2011 (et finaliste du Prix Goncourt 2011), Carole Martinez.

1702 - 095 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder) 

Rencontre de Carole Martinez avec ses lecteurs...

1702 - 063 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Du monde sur le stand de Giulia Salvatori, la fille d'Annie Girardot venue présenter son livre sur sa mère, vendu au profit d'une association qui lutte contre la maladie d'Alzheimer.

1702 - 092 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Véronique Genest, membre du jury "Ozoir'Elles" (dont j'ai consacré une note récente ici) et fidèle du salon, est passée rendre une petite visite à Giulia Salvatori. (Devant Nathy Vivien).

1702 - 053 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Le stand des P'tits Courageux!

DSC02073.JPG

Hilda Alquier Capkan explique à Giulia Salvatori ce qu'est l'association Les P'tits Courageux.Toute l'association tient à remercier Giulia qui s'est empressée de faire un chèque "conséquent".

DSC02080.JPG

DSC02082.JPG

IMG_6819.jpg

Quand deux âmes généreuses posent ensemble... sous l'oeil mélancolique d'une troisième.

DSC02089.JPG

Elisabeth Robert Mozzanini derrière son stand des éditions Volpilière (sa maison à elle).

1702 - 145 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Une caméra nous surprend lors de l'interview...

1702 - 071 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Elisabeth n'est pas loin d'être ma meilleure amie... soit dit en passant.

lisa et moi.jpg

Du monde...

1702 - 150 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Isabelle Minière.

1702 - 068 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Interview de la délicieuse Isabelle Bary pour La Prophétie du Jaguar.

1702 - 178 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Gaëlle Pingault (à gauche) présente toute son oeuvre... deux magnifiques recueils de nouvelles.

1702 - 166 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Interview de Gaëlle Pingault pour Ce qui nous lie.

1702 - 170 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

IMG_6873.jpg

Eric Fouassier, pointe le doigt sur un extrait d'un article élogieux que Mandor avait écrit pour son roman Le Traducteur (je ne fournis pas la loupe).

DSC02083.JPG

Trois membres du Prix Ozoir'Elles. De gauche à droite, Simonetta Greggio (présidente), Macha Meryl et Véronique Genest.

1702 - 100 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Les mêmes avec en plus, à gauche Luc-Michel Fouassier, organisateur du salon et écrivain et Astrid Eliard (membre du jury du Prix Ozoir'Elles) et à droite Michel Lambert, le lauréat 2011  pour Dieu s'amuse et Jean-François Oneto, maire d'Ozoir-La-Ferrière.

1702 - 124 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

Interview de Véronique Genest...

1702 - 142 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

IMG_6866.jpg

DSC02097.JPG

Hilda Alquier Capkan expliquant l'association Les P'tits Courageux au maire de la ville, Jean-François Oneto.

DSC02103.JPG

Interview de Simonetta Greggio.

DSC02099.JPG

Interview de Gisèle Meunier.

1702 - 167 - 19.11.2011.JPG

(photo: Philippe Schroeder)

La table ronde de la journée avec le caustique et drôle Franz Bartelt, Prix Goncourt de la nouvelle en 2006 et président du jury du concours de nouvelles 2011 d'Ozoir-la-Ferrière.

DSC02107.JPG

DSC02106.JPG

Ma femme Hilda, Elisabeth Robert Mozzanini et son mari Franck.

DSC02108.JPG

Tract Salon du Livre 2011_Page_2.jpg