Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 mai 2013

CD'Aujourd'hui : Anne Sylvestre pour "Juste une femme"

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interviewCette femme est une légende de la chanson française. Elle a un public fort nombreux et est très respectée. Une quantité considérable d'artistes aimant le bel ouvrage la vénère. Il faut dire que depuis 1957, sur des mélodies intemporelles, Anne Sylvestre s’est engagée dans un parcous sans fausse notes, ponctué de textes engagés: Mon mari est parti (pendant la guerre d'Algérie), Non, tu n'as pas de nom (deux ans avant la loi Veil), Gay, marions-nous (en 2007).

Son 22e album, Juste une femme, est dans cette même veine délicate et féministe, mais aussi souriante et enlevée. Entre dentelles et acier, la mère des Fabulettes ne désarme jamais. Composé de dix morceaux, ce bijou parle d'amour, de liberté, et bien sûr, constante chez Anne Sylvestre, du droit des femmes au respect, à la dignité et à la liberté.

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

Le 14 mai j’ai rencontré ce monument pour CD’Aujourd’hui (diffusé le jeudi 23 mai).

Pour voir l’émission, c’est ici !

Quelques photos de l’interview…

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

Lors de l'enregistrement de la chanson...

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

Après l'interview...

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

cd'aujourd'hui,anne sylvestre,juste une femme,interview

21 avril 2013

CD'Aujourd'hui : Lara Fabian pour "Le secret"

lara fabian,le secret,cd'aujourd'hui,interview,mandor

Lara Fabian n’est pas ce que j’écoute dans la chanson française. Je ne suis pas précisément amateur des chanteuses à voix. Mais, je ne l’avais jamais rencontrée. Et je n’aime pas ne pas avoir rencontré une artiste aussi populaire. Ne me demandez pas pourquoi, je n’en sais rien. Bref, le 2 mars dernier, pour CD’Aujourd’hui, l’occasion m’a été donnée d’interviewer la chanteuse à l’occasion de la sortie de son album Le secret. Je l’ai d’ailleurs chroniqué pour Le magazine des loisirs culturels Auchan daté des mois d’avril-mai 2013.

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

Lara Fabian est arrivé sur le lieu du tournage avec pas mal de monde, dont un attaché de presse, une maquilleuse, un garde du corps et 4 autres personnes dont je n’ai pas déterminé les fonctions.

Elle, très souriante et sympathique, ne s’est pourtant pas comportée en diva. Juste en professionnelle à la notoriété quasi mondiale.Il y a une nuance.

Voici donc le fruit de ses deux heures passées ensemble pour CD’Aujourd’hui (diffusé le 15 avril dernier).

Les photos de la session acoustique de Deux "ils" deux "elles".

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

Après l'interview...

lara fabian, le secret, cd'aujourd'hui, interview, mandor

07 avril 2013

CD'Aujourd'hui : Mickaël Miro pour Le temps des sourires

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandorDeux ans à peine après avoir marqué les esprits avec son premier album Juste comme ça, certifié disque de platine et son célèbre "Dam Dam deo, l’horloge tourne" (+ de 6 millions de vues sur le net), après avoir enchainé les tubes radios, mais aussi  une tournée sold out, Mickaël Miro revient avec un deuxième album, Le temps des sourires. L’explorateur du sentiment amoureux continue à livrer ses récits d’histoires d’amour, ses rencontres, son besoin d'aimer et d'être aimé. Entre variété et chanson française, son cœur balance. Cet "obsédé du cœur", petit à petit, s’impose un peu plus comme une des valeurs sûres de la chanson française.

Comme je l’avais déjà notifié dans une précédente mandorisation, j’émets quelques sérieux bémols sur ses textes. Le garçon est hyper sympathique, il chante bien, compose des mélodies efficaces… mais les paroles… c’est important les paroles. (Non, parce que "la vie c'est méchant", personnellement, j'ai un peu de mal!)

Le propos. Le sens. Le message à véhiculer. Même léger. Il y a du travail de ce côté-là. Il ne lui manque que ça. Pour le troisième ?

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

Pour CD’Aujourd’hui, le 13 février, je me suis rendu (avec Thibaut aux caméras) à l’Olympia pour interviewer Mickaël Miro (et pour filmer une session acoustique). L’artiste est toujours aussi avenant et disponible. Un chic type.

Pour voir l’émission, cliquez ici !

Quelques clichés des coulisses de l'enregistrement:

Pendant l'interview.

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

La session acoustique.

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

 Après l'effort... le réconfort.

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

mickaël miro,le temps des sourires,cd'aujourd'hui,mandor

02 avril 2013

CD'aujourd'hui : Arman méliès pour AM IV

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,cd'aujourd'hui,mandor

La quête du son et du sens, c’est un peu le travail d’Arman Mélies depuis son premier disque en 2004. Après une pause de quatre ans, le temps d’offrir quelques compositions à Bashung, Thiéfaine ou encore Julien Doré, Arman Méliès revient avec un quatrième disque, justement intitulé, AM IV. Sobre, classieux et brillant, réalisé avec Antoine Gaillet (Wampas, BB Brunes, Julien Doré, Mademoiselle K entre autres), musicalement, on retrouve ce qui semblerait du son new wave des années 80 (mais qui n’en ai pas vraiment) mixé avec la technologie d’aujourd’hui. Arman Méliès est l’un de nos artistes français les plus importants d’aujourd’hui, a classer sans hésiter (dans un genre sensiblement différent) au même niveau de puissance créative que Benjamin Biolay. Le contraire serait injuste.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Le 11 mars dernier, je l’ai rencontré chez un disquaire/antiquaire pour l’émission CD’Aujourd’hui (diffusée le 26 mars 2013). Vous pouvez voir l’émission .

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Photos du tournage de la session acoustique... (à la caméra, David Vallet).

Je vous propose ici la version intégrale de l’interview (agrémentée de quelques photos de l’enregistrement de l’émission). Arman Méliès est un artiste discret, qui n’aime pas trop parler aux journalistes, ni même se confier sur son processus de création… j’ai donc fait ce que j’ai pu. Merci à lui d’avoir joué le jeu comme il a pu.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Interview :

La guitare laisse la place aux synthés… Pourquoi ce changement musical ?

La prédominance des synthétiseurs est essentiellement due à l’envie de jouer et d’être un peu déstabilisé, de perdre un peu les repères qu’on peut avoir en écrivant ou en arrangeant à la guitare. Je voulais m’amuser avec un instrument que je ne maîtrise pas très bien. Les synthétiseurs, c’est plein de boutons très compliqués. C’était pour moi très plaisant, très ludique de jouer avec cette patte sonore sans savoir exactement ce que je faisais et d’arriver à mes fins totalement par hasard. Au bout d’un moment, j’aboutissais sur un son qui me plaisait, que je trouvais évocateur et/ou poétique. Je l’utilisais pour une partie de chanson. Le lendemain, je rallumais le synthé, j’étais incapable de restituer le même son, donc  je repartais sur autre chose. J’ai adoré cette espèce de recherche permanente et j’ai adoré aussi me surprendre moi-même en étudiant des instruments que je ne maitrise pas.

La création musicale doit-elle être un jeu pour vous ?

La mythologie de l’artiste veut que ce soit en souffrant que l’on compose les plus beaux poèmes ou les plus belles chansons. Moi, j’écris une chanson parce que j’en ressens le besoin, parce que sur le coup, ça me soulage, ça m’amuse… y compris les chansons tristounettes que je peux écrire parfois. Non, parce que vous l’avez remarqué, il y en a quelques-unes qui sont plutôt mélancoliques. Même celles-ci, je vous assure, j’y trouve un vrai plaisir.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Je sais que cela vous agace, mais je trouve que votre album a quelque chose à voir avec le romantisme du 19e siècle. Cette sorte d’élégance…

On m’a souvent taxé de musicien romantique, c’est même un adjectif qui revient assez souvent. Cet album ne l’est pas plus que les autres, je trouve. C’est curieux parce qu’en terme littéraire, par rapport à ce que j’écris, je n’ai pas du tout l’impression d’être influencé par cette période-là, ni par ce style-là. Dans la mesure du possible, j’essaie d’écrire des choses qui sont un peu cohérentes avec la période dans laquelle je vis. Je ne suis pas trop tourné vers le passé.

L’époque, la politique, l’état du monde ont eu plus d’influences qu’à l’accoutumée pour cet album ?

J’ai très peur de la musique engagée parce que la plupart du temps, ça donne des résultats très caricaturaux. On se retrouve à chanter des slogans plutôt que des textes et je trouve que ça dessert la cause que l’on défend et la musique de manière générale. C’est donc délicat, mais pour autant, il est vrai que le contexte politique et social de l’époque où je travaillais sur cet album, encore sous la présidence Sarkozy, m’a quelque part influencé dans certains textes, dans le ton et dans la volonté de faire un disque qui se voulait plus dur, plus froid, un peu robotique.  Je trouvais cela représentatif de l’époque dans laquelle on vit.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Vous dites que si on n’a pas de paroles sur une musique, on n’en met pas. C’est rare ce discours.

Moi j’ai toujours été intéressé par la musique instrumentale. J’en écoute beaucoup et ça m’a beaucoup influencé, ne serait-ce que la musique de films. Ennio Morricone et Nino Rota pour ne citer qu’eux sont des références notables dans ma musique et je ne l’ai jamais caché. Les instruments sont nécessaires dans un album où il y a aussi des chansons. Ça permet d’articuler le disque. Le disque, pour moi, ce n’est pas une collection de chansons, c’est vraiment une œuvre complète. Ces deux instrumentaux, pour moi, c’était le minimum syndical.

Du coup, on entend plus votre côté pop, revendiqué par vous depuis toujours.

Je me suis toujours plus revendiqué de la musique anglo-saxonne que de la chanson française. Il y a une sorte de malentendu, je n’ai pas l’impression de faire de la chanson française. Je chante français parce que c’est ma langue natale et que c’est la langue dans laquelle j’arrive à écrire ce que j’ai envie de transmettre. Non, franchement, j’ai toujours eu l’impression de faire de la pop. Même si c’est de la pop mélancolique, de la pop neurasthénique, de la pop suicidaire, mais ça a toujours été de la pop. Dans ce nouvel album, effectivement, il y a des morceaux où c’est un peu plus immédiat, parce que plus entraînant.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Ce disque ne sonne pas années 80, ce qui, quand on utilise des synthés comme vous l’avez fait, est une sacrée performance.

Je n’ai rien contre les années 80, parce qu’il y a eu plein de belles choses. Aujourd’hui, le nombre d’artistes qui se réclament de cette période-là et de ce courant musical est très important. Moi, justement, j’avais peur d’être assimilé à ce revival des années 80. Mes maquettes sonnaient eighties avec ce côté très synthétique, avec peu de chaleur et peu de matière. Quelque chose d’un peu fantomatique. En studio, j’ai voulu sortir de cette ornière et faire quelque chose qui soit plus actuel en utilisant des machines qui se font actuellement, soit en utilisant des très vieilles machines qu’on utilisait dans les années 60 -70 quand on a commencé à faire de la musique électronique et psychédélique.

Jusqu’à présent, vous composiez à la guitare, pour cet album, vous vous êtes forcé à ne pas composer avec cet instrument. Ça change tout ?

Au départ, j’ai quand même composé beaucoup à la guitare, parce que je suis vraiment mauvais pianiste. Mais par contre, c’est vrai qu’une fois que j’avais l’idée, l’ossature du morceau, très vite, j’ai abandonné la guitare pour essayer de refaire le morceau de façon harmonique avec les synthétiseurs, ordinateurs et les boites à rythmes. Pareil pour les arrangements… Ça m’a permis de jouer sur les textures, trouver des mélodies nouvelles, rencontrer de nouveaux univers et finalement voir un peu ailleurs ce que je peux y faire.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Vous n’avez pas peur de décontenancer votre public, dont quelques représentants sont très fidèles.  

Certes, tout le côté folk est vraiment abandonné, mais j’avais l’impression de faire un album dans la continuité des précédents et notamment du dernier, Casino, où il y avait déjà pas mal de synthétiseurs. J’avais semé quelques graines et là, j’ai essayé de creuser le sillon de ces musiques synthétiques. Mais, c’est vrai que les réactions sont un peu partagées entre les gens qui voient totalement où je veux aller et qui suivent sans bémol aucun et des gens qui ont l’air un peu décontenancés par le côté synthétique de l’album. Comme c’est le début de l’histoire de ce disque, peut-être que moi-même je ferai une réaction épidermique à ce disque d’ici six mois ou un an. Je vais peut-être vouloir retourner à quelque chose de plus organique.

Vous êtes toujours en état de création.

Malheureusement non. Parfois, pour être en état de création il faut être en état contemplatif. On réfléchit à tout et n’importe quoi, c’est comme ça que viennent les idées. Au bout d’un moment, elles vont émerger de nouveau de façon inconsciente pour donner des morceaux. J’aimerais bien être toujours en train de composer, écrire un texte ou avoir une idée musicale, mais ce n’est pas le cas. Il y a plein de moments qui sont plus proches de l’inaction et de la léthargie.

cd'aujourd'hui,arman méliès,interview,mandor

Bonus : Le clip de "Mes chers amis" (version parlée).

"Mon plus bel incendie", premier single de l'album AM IV.

Le clip dans lequel Arman Méliès fait éliminer la concurrence...

« Mon Plus bel Incendie », un film de Julie Gavras.
Ecrit par Arman Méliès & Julie Gavras.
Réalisé par Julie Gavras.
Olivier Rabourdin -- Le tueur
Avec, par ordre d'apparition :
Dominique A, Elodie Frégé, Julien Doré, Florent Marchet, Albin De La Simone, Robi, Fixi, Christophe, Sylvie Hoarau, Joseph d'Anvers, Christine, Benjamin Biolay.

26 mars 2013

CD'Aujourd'hui : Didier Barbelivien pour Dédicacé

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

Didier Barbelivien, même si je ne suis pas fan de lui en tant que chanteur, je ne peux que m’incliner sur sa brillante carrière de faiseur de tubes pour lui et surtout pour les autres. Je ne les cite pas, mais bon, sa fiche Wikipédia peut vous donner un aperçu de quelques chansons rester dans la mémoire collective de beaucoup.

Je suis allé à sa rencontre, chez lui, pour l'enregistrement de CD’Aujourd’hui consacré à la sortie de son nouvel album Dédicacé. Avant de visionner l’émission et de vous livrer quelques photos du tournage, voici l’article paru dans Le magazine des espaces culturels Leclerc (daté du mois de mars 2013).

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

img289.jpg

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

Le 28 février dernier, je me suis donc rendu chez Didier Barbelivien. Arrivé en premier, j’ai été gentiment accueilli par sa compagne Laure avec laquelle j’ai discuté jusqu’à l’arrivée de l’artiste et de son attaché de presse, puis quelques minutes plus tard, de l’équipe de tournage de CD’Aujourd’hui. Le temps de boire un thé ensemble, je découvre un homme prolixe et pétri d’humour, soudain concentré et professionnel lors de l’enregistrement de la session acoustique et de l’interview… des années de pratique, quoi !

Pour voir l’émission, c’est là !

Voici à présent quelques clichés de la session acoustique...

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

Vous noterez la créativité de cette photo. Ne me félicitez pas, le talent est inné.

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

Les coulisses de l'interview...

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

-Bon Didier, tu me joues quoi maintenant?

(Ah, pardon! Il y avait un photographe... nous n'avions pas vu.)

(Hum! On y croit?)

didier barbelivien,dédicacé,cd'aujourd'hui,interview,mandor

16 mars 2013

CD'aujourd'hui : Volo pour "Sans rire"

003©-VOLO-Fredo.jpg

Le 23 novembre 2012, je me suis rendu à La Cigale pour interviewer les frères Volo pour CD’Aujourd’hui (qui n’a été diffusé sur France 2 que le mercredi 13 mars 2013 pour coïncider avec la date de sortie de l'album. 4 mois après, donc). Avant de vous proposer de regarder l’émission, voici ma chronique sur l’album Sans rire publié dans Le magazine des espaces culturels Leclerc daté du mois de mars 2013.

img287.jpg

285893_219163614878015_1964432649_o.jpg

 Pour voir l’émission CD’Aujourd’hui consacrée à Volo, cliquez ici.

DSC06148.JPG

Dans les coulisses de La Cigale après l'interview.

20 février 2013

CD'Aujourd'hui: Alice Dona pour "Mes petites madeleines"

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanneAlice Dona a choisi de fêter ses 50 ans de carrière en sortant un nouvel album. Mes petites madeleines dans les bacs depuis le 28 janvier rassemble les chansons qui l'ont marquée depuis son enfance. Des "Petits papiers" de Gainsbourg qu'elle chante en duo avec Benabar à "Que c'est triste Venise" d'Aznavour, Alice Dona remue avec plaisirs de beaux souvenirs. Elle interprète à sa façon les auteurs/compositeurs qui lui ont donné envie de faie ce métier. 

Le nom d'Alice Dona est indissociable de celui de Serge Lama. Elle a écrit pour lui beaucoup  de chansons, dont "Je suis malade" et "Femme, femme, femme".

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

Pour CD’Aujourd’hui, je me suis rendu chez Alice Dona (dans une magnifique maison de la banlieue parisienne) le 23 janvier dernier. Elle a réservé à Thibault (mon caméraman) et à moi un accueil particulièrement chaleureux. Jean-Félix Lalanne (un peu malade ce jour-là) était également présent pour l’accompagner à la guitare. C'est en effet lui qui a arrangé tous les titres de ce disque. L'album a été enregistré dans les conditions du direct.

Pour voir l’émission, il faut aller là !

Voici quelques clichés de l’enregistrement…

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

Après l'enregistrement...

alice dona,mes petites madeleines,interview,cd'aujourd'hui,mandor,jean-félix lalanne

17 décembre 2012

CD'Aujourd'hui : Céline Dion pour "Sans attendre"

céline dion, sans attendre, cd'aujourd'hui, mandor, interview

Avec plus de 200 millions d'albums vendus à travers le monde, Céline Dion est une des plus grandes stars mondiales de la chanson.

(Je l’ai rencontré au début de sa carrière. Au tout début de sa carrière, comme en témoigne cette ancienne mandorisation).

Céline Dion n'avait pas sorti d'album français depuis D'Elles (composé par Jean-Jacques Goldman) en 2007. Elle revient avec  un disque rempli d’émotions, aux textes évocateurs sur les tracas et les joies de l’amour. Pour ses nouvelles chansons, elle s'est entourée notamment de Luc Plamondon, Grand Corps Malade, Maxime Leforestier et Miossec. L’interprète québécoise nous propose notamment trois duos : avec Johnny Hallyday, avec le regretté Henri Salvador et enfin avec le chanteur québécois, Jean-Pierre Ferland. Les nouveaux titres de Céline Dion sauront sans nul doute rejoindre son vaste public.

céline dion, sans attendre, cd'aujourd'hui, mandor, interview

Pour l’émission CD’Aujourd’hui, on m’a donné rendez-vous dans les coulisses de l’émission Céline Dion en toute intimité, le 29 novembre dernier, dans un studio de la Plaine-Saint-Denis.

Bon, je ne rentre pas dans les détails, mais disons que le tournage fut un peu, comment dire… compliqué à tourner.

L'émission est là... (mais aussi sur le site de l'émission).

Je tiens à préciser que la chanteuse a été très gentille, serviable et humainement irréprochable. Mais quand on est star mondiale, il y a un entourage parfois un peu… pointilleux (je ne sais pas si c’est précisément le terme). Bref, il ne nous à pas facilité la tache.

Petite photo après l'interview... (Céline, j'aurais aimé te parler du passé et te rappeler nos nombreuses rencontres dans les années 80. Mais non. Temps limité. Et garde rapprochée).

céline dion,sans attendre,cd'aujourd'hui,mandor,interview

Merci au blog Detoutsurvous pour les captures d'écran.

CD'Aujourdhui : Sheila pour "Solide"

886490.jpeg

Sheila fête cette année ces cinq fois dix ans de carrière (elle a vendu 85 millions de disques, dont 39 disques d'or, presque autant que Johnny Hallyday). A l'occasion de son jubilé fêté il y a quelques semaines à l'Olympia à guichets fermés, Sheila est de retour avec Solide, un 26e album très personnel sur le mode de l'inventaire.
Outre Yves Martin, de nombreux artistes ont participé à la réalisation de cet album dont Gilles Morvan pour Je pardonnerai, Nina Bouraoui et Jacques Veneruso pour le titre Une arrière-saison, Patrick Lemaitre pour la chanson Pour sauver l'amour, Aurélie Anatolini pour La même histoire, Bruno Dandrimont pour Mon Eldorado et Florian Gazan pour la chanson Et je me passe.

22327_498386863518424_483971663_n.jpg

sheila,solide,cd'aujourdhui,mandorCe n’était pas ma "première fois" avec Sheila (1ere mandorisation, ici), mais c’est toujours avec plaisir que je pars à la rencontre de ce genre d’artiste. Ceux qui ont 50 ans de carrière ne sont plus légion. Ils ont tout vu, tout connu, tout vécu. J’aime donc me retrouver en face d’eux, car j’ai l’impression d'être en présence de "monuments". Si je n'écoute pas sa discographie, je ne peux que respecter cette grande dame de la variété française. Elle a fait son job de chanteuse populaire, nul ne peut le contester.

Le 13 novembre dernier, pour CD’Aujourdhui, j’ai interviewé Sheila chez Goumard, un restaurant du 1er arrondissement de Paris. Très souriante, de bonne humeur et particulièrement chaleureuse, elle semble très heureuse de ce retour dont les médias disent qu’il est gagnant.

Pour voir l’émission, cliquez là !

Pour finir, deux photos de l'enregistrement de la session musicale...

DSC06050.JPG

DSC06052.JPG

Après l'interview...

DSC06054.JPG

10 décembre 2012

Adamo: CD'Aujourd'hui + interview pour "La grande roue" + photos

Adamo.jpg

Salvatore Adamo est un artiste important dans ma vie. Il fait partie des artistes qui figurent dans mon livre Les chroniques de Mandor (avec cette chronique) … Quand on m’a proposé d’aller de nouveau à sa rencontre pour CD’aujourd’hui, j’ai été ravi.

285893_219163614878015_1964432649_o.jpg

Ainsi le 12 novembre dernier, rendez-vous fut pris dans un hôtel (caché) de la capitale.

Pour voir l’émission, cliquez ici !

Comme, rien ne se perd avec moi, voici l'interview décliné pour Le magazine des loisirs culturels Auchan (daté des mois de décembre 2012/janvier 2013), suivi de son bonus mandorien...

img182.jpg

img183.jpg

img184.jpg

Extrait du clip "je vous parle d'un ami".

DSC06023.JPG

Interview bonus:

Votre précédent album d’il y a deux ans a été disque d’or, est-ce que vous êtes étonnés d’être encore un chanteur en état de marche ?

Je prends ça comme un moteur. Les moindres encouragements sont les bienvenus. Ce disque a suscité un bel intérêt. Je me sens un peu gâté. Si ça veut continuer encore.

Vous ne vieillissez pas. Je trouve ça complètement dingue.

Intellectuellement, il s’agit simplement de rester curieux des choses du monde, de s’intéresser aux autres. Après, avoir l’impression de ne pas vieillir, cette impression de garder cette adolescence en soi, c’est sans doute le statut de l’artiste. Nous les artistes, on a cet immense privilège que le public attende que nous voyions les choses avec un peu de candeur, de naïveté ou une lucidité terrible qu’on essaie de faire passer à travers une forme de poésie. De par mon métier, j’ai été un peu éloigné de la vraie vie. Attention, je ne dis pas « préservé » de la vraie vie. À partir du moment où j’ai commencé à être connu, j’ai dû renoncer à certaines choses que tout le monde fait tranquillement, ne serait-ce que ces courses. Il y a 3 ans, au Québec, pour une émission de télé, on m’a lâché dans un supermarché pour faire mes courses. J’étais complètement perdu. Malheureusement, je vis un peu comme au théâtre et c’est une des raisons pour lesquelles je m’étais permis d’écrire un roman pour me forcer à retrouver les choses de la vie. J’ai peut-être une vision parfois édulcorée de la vie, je le sais. Quand je vais quelque part, même dans des pays où il y a des problèmes, les organisateurs me montrent ce qu’il y a de mieux. Après, c’est à moi de décider si je veux aller voir le reste. Ce que je fais souvent, d’ailleurs. Grâce à certains engagements, l’UNICEF notamment, là au contraire, je vais au cœur de certains problèmes du monde. Je suis allé au Vietnam, au Kosovo et en Afghanistan. Là, j’ai vu des choses que tout à chacun n’aurait pas vues. Je me considère comme privilégié parce que ça me permet d’être encore plus en paix avec ma conscience…

Parlons de l’état d’artiste. Vous faites rêver le monde… c’est très méritoire.

C’est une belle mission et je suis heureux, fier, et d’une certaine façon honoré, de pouvoir la pratiquer. Après, il y a sans doute que j’ai l’air d’une personne facile à vivre, ce qui n’est pas forcément le cas dans le privé, parce que tous ces privilèges que j’ai la chance d’avoir impliquent que j’ai dû sacrifier une partie de ma vie privée, du temps avec mes enfants, avec ma famille, avec ma femme, avec mes amis. Quand je rentre, je suis encore dans mon rêve et on me parle de réalité. Il y a parfois ce décalage dont je vous parlais dans la vraie vie, c’est plus souvent à domicile qu’il se révèle.

DSC06048.JPG

Avez-vous été tenté d’aller vers le spirituel, comme vous le chantez dans « La grande roue » ?

J’ai l’impression que le fait d’écrire des chansons, d’essayer d’amener le public vers des ailleurs plus faciles à vivre, il y a un début de spiritualité. Moi, à 20 ans, j’étais en technique de diffusion relation publique à Saint-Luc à Tournay. C’était des frères des écoles chrétiennes, j’étais donc tout imprégné de relation et de liturgie. Avec le temps, je me suis posé des tas de questions, j’ai abandonné des tas de choses qu’on m’a apprises. Quand on me demande si je crois, je dis, « j’espère ». J’espère toujours que nous ne sommes pas le fruit du hasard. Il y a un tel agencement magistral dans le monde, qu’il doit y avoir un ingénieur. Je ne mettrai pas de nom dessus. Même une appartenance à une âme cosmique. J’aime aussi l’idée très poétique que notre âme soit une parcelle d’une âme universelle.

C’est cette âme-là qui donnerait l’inspiration aux artistes ?

Il y a peut-être aussi une transmission de ce côté-là. Euh… je ne veux pas aller dans le paranormal, ce n’est pas du tout ma tasse de thé, mais il m’est arrivé, et j’en ai discuté avec des collègues, de me réveiller en ayant une chanson. Je parle en collectif. On se réveille, on a son petit carnet, on note des choses. Maintenant, est-ce que c’est simplement un effet mathématique de toutes ces notes que nous entendons dans la journée et qui dans le sommeil continue à s’amalgamer et qui pousse tellement que ça réveille l’artiste parce qu’une mélodie s’est formée… Il m’est même arrivé de me réveiller avec une mélodie sur des harmonies que je n’ai pas étudiées. Il y a une espèce de gestation spontanée dans la tête, dans le rêve.

DSC06047.JPG

Pour finir, voici quelques photos de la session acoustique tournée pour CD'Aujourd'hui...

DSC06025.JPG

DSC06027.JPG

DSC06028.JPG

DSC06029.JPG

DSC06033.JPG

DSC06045.JPG

DSC06038.JPG

DSC06042.JPG

DSC06044.JPG