Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08 novembre 2011

Mister You et Mokobé : interviews pour MusiqueMag.

Souvent, je me demande si je dois publier l’ensemble de mon travail sur ce blog ou si je dois me contenter de montrer uniquement ce qui correspond à mes goûts musicaux à moi que j’ai.

J’hésite souvent. Et puis, je me dis que plus tard, quand je serai vieux (quoi c’est déjà le cas ???),  je pense que cela me fera sourire.Donc, voilà, j'ai décidé de tout livrer.

Pour MusiqueMag, il m’arrive d’interviewer les rappeurs.

Or, les rappeurs, ce n’est pas ma tasse de thé. Pour des raisons culturelles, de différences de générations, de non intérêt que je porte à ce style musical. Si je n'adhère pas, je respecte.

Je finis même par toujours prendre une certaine satisfaction à mes entretiens avec eux.

Aujourd'hui, grand lâchage!

Je vous en propose deux d’un coup.

Ne me remerciez pas!

4a338b700e.jpg

DSC01588.JPGLe premier est Mister You. Presque un an jour pour jour après la sortie de son street album  MDR (Mec de rue), le rappeur parisien a sorti il y a deux semaines son premier (vrai) album intitulé Dans Ma Grotte. Malgré une absence totale de promo, Mr Yougataga (comme on le surnomme) étant incarcéré à la prison de la santé (voir son histoire ici), son street album s'était classé 9e du Top lors de sa sortie. Le rappeur a souhaité prendre son temps afin que son premier opus "ne respire pas l'univers carcéral". Le succès de "Funk You", et le bon accueil reçu par son nouveau single "Mets-toi à l'aise, un duo avec Colonel Reyel, confirme que le public ne l'a pas oublié. Interview chez Universal, le 13 octobre dernier. Mister You m'est apparu un peu timide, pas habitué, selon ses dires, à se faire interviewer "comme un artiste normal".

mister you,dans ma grotte,mokobe,africa forever,interview,musiquemag

mister you,dans ma grotte,mokobe,africa forever,interview,musiquemagMokobé, j’avoue, m’a plus intéressé. Il est plus âgé et c’est un garçon engagé. Depuis la semaine dernière il est de retour dans les bacs avec son second album solo intitulé Africa Forever. Le rappeur du 113 (plus de 3 millions de disques vendus) réussit, une fois de plus, à faire le pont entre les musiques africaines et le hip-hop. Que ce soit avec Soprano sur "Taxi Phone" où avec Jah Cure sur "Africa Forever", les combinaisons fonctionnent à merveille. Rencontre avec Mokobé, le 19 octobre dernier, dans les nouveaux locaux de sa maison de disque Sony. Je suis ressorti agréablement surpris par cette conversation, finalement trop courte.

12 octobre 2011

La chanson du dimanche: session acoustique à MusiqueMag

lcdd.jpg

La Chanson du Dimanche, musicalement, ce n’est pas exactement ma tasse de thé. Parfois, leurs propos me font sourire. Quand on m’a proposé de les recevoir à MusiqueMag, j’ai accepté parce qu’ils me sont sympathiques et que leur carrière (et la façon de la gérer) m’intéresse.

DSC01299.JPG

Petit rappel sur ce qu’est ce duo. A la base, un concept: deux potes chevelus se lancent le défi de poster chaque dimanche sur internet, une chanson en vidéo faisant écho à l'actualité. Le nombre de visites sur les vidéos explose tellement, que le duo décide de devenir un vrai groupe et de déplacer leur savoir-faire sur scène.

Le public est au rendez-vous et le groupe sort un premier album intitulé Plante un arbre. Ensuite y a eu la télé, d'autres vidéos sur internet, et en 2010, ils écrivent ensemble une série retraçant les aventures de deux trentenaires immatures confrontés à leur quotidien. La chanson du dimanche, la série !  (voir la série en streaming) qu'on a pu voir sur la chaîne Comédie puis Canal +.

La première saison terminée à la télé, place à l'album (dans les bacs depuis le 26 septembre) qui regroupe 19 titres inédits. Un album à l'image du groupe : affranchi, éclectique et engagé ! (dixit le dossier de presse un chouia excessif).

Du second degré, il y en a en tout cas.

DSC01301.JPG

DSC01306.JPG

On aime, on n’aime pas, mais La Chanson du Dimanche est « différent » (on met un e à « différent » dans ce cas de figure ? Je ne sais pas.)
Voici la session acoustique (enregistrée le 20 septembre dernier) de « Je ne leur ressemble pas » dans nos locaux.

Pour la voir directement sur le site de MusiqueMag.

DSC01310.JPG

J'ai tenté une interview... elle n'apportait rien. Je ne la diffuse donc pas.

J'avoue que je ne suis jamais très à l'aise face à des invités qui répondent toujours en mode second degré. Je le sais depuis toujours, je ne suis pas bon dans cet exercice. Au visionnage de l'entretien, l'évidence s'est imposée, il n'apportait rien et n'avantageait personne. Ce n'était ni drôle, ni intéressant. J'ai besoin de sincérité, d'une faille dans laquelle m'engouffrer... rebondir dans la déconne n'est pas ma spécialité.

Au demeurant, je précise que les deux membres du duo, Clément Marchand (guitare et chant) et d'Alexandre Castagnetti (synthétiseur et chant) ont été très gentils et n'ont absolument pas la grosse tête. Juste, leur show ne correspond pas au mien et ce n'est la faute de personne...

DSC01311.JPG

16 septembre 2011

Nadeah: chronique, photos et session acoustique

nadeah,session acoustique,chronique,musiquemagLe  2 septembre dernier, Nadéah est venue dans les locaux de MusiqueMag pour une session acoustique

Avec déjà trois groupes à son actif et des origines indiennes, serbes et portugaises, la chanteuse ne manque pas d'horizons différents pour trouver  l'inspiration. Ses chansons pop-folk oscillent entre mélancolie et explosion de bonne humeur. Déjà disponible sur le net et ce lundi (19 septembre 2011) en format CD, son nouvel album Venus gets Even devrait confirmer ce goût pour le mélange des genres et révéler au grand public une artiste qui a lancé sa propre croisade musicale contre le pessimisme et la mauvaise humeur.

Avant de continuer, voici ma chronique sur son disque, paru dans le dernier Addiction, le mag, celui daté du mois de septembre 2011.

Scan10034.JPG

Nadéah est donc venue avec son attaché de presse (salut Éric !), pimpante et souriante. Elle est très grande (si elle ne fait pas 1m 85, elle n’en est pas loin) je suis très petit (comme si j’allais préciser les centimètres… Tsss…). Pour lui faire la bise, il a fallu que je me mette sur la pointe des pieds, mais le pire, c’est qu’elle s’est baissée ostensiblement (certainement pour me foutre la honte, hein ? J’vois que ça).

Bref, elle a pris sa guitare, répétée une petite fois et nous l'avons filmée interprétant Suddenly Afternoon.

J'en ai profité (vous me connaissez) pour prendre quelques clichés de la prestation de Nadéah. En douce, comme d'habitude.

DSC01166.JPG

DSC01164.JPG

DSC01165.JPG

DSC01168.JPG

Et pour finir, le clip officiel de Odile.


Nadéah - Odile [Official Video] par CInq7

11 mai 2011

Empyr: Quizz, session acoustique et photos à l'occasion de la sortie de "Unicorn"

empyr,unicorn,interview,session acoustique,musiquemag,mandor

A l'occasion de la sortie de leur deuxième album, Unicorn, j’ai reçu récemment les membres du groupe Empyr dans les bureaux de MusiqueMag. Avant tout, voici l’article publié dans le journal Addiction, le mag, daté du mois d’avril 2011 (synergie d’entreprise, quand tu nous tiens).

Scan10014.JPG

Maintenant que vous en savez un peu plus sur ce deuxième album, je vous propose l'interview "Quizz" à laquelle j’ai soumis le groupe. De Ken Andrews, leur producteur américain et ses deux groupes (Failure, Year Of The Rabbit) à Mélanie Laurent, en passant par Deftones, Pro Evolution Soccer 10, Les Experts, Jena Lee ou Dexter, les musiciens me donne leur point de vue sur différents thèmes.

Deux photos de l'interview...

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

 A présent, Empyr dévoile un second morceau du disque avec "Do It" en version acoustique.

Quelques photos de la session...

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

empyr, unicorn, interview, session acoustique, musiquemag, mandor

 Empyr sera en concert à la Boule Noire à la fin du mois, le mardi 31 mai 2011.

Bonus: Aux Etats-Unis, leur titre "It's Gonna be" (qui figure sur Unicorn) a été utilisé pour le trailer des Experts Manhattan.


Experts Manhattan: "It's gonna be" du groupe... par TELEOBS

10 mai 2011

Lisa Portelli: interview et session acoustique pour "Le régal"

Lisa Portelli.jpg

Lisa Portelli est une jeune auteur-compositeur-interprète de 24 ans. Je suis sa carrière de près depuis 2007. Je ne vais pas raconter comment j’ai découvert cette artiste, puisque je l’ai déjà mandorisé il y a tout juste deux ans. Quoi qu'il en soit, après des années à se produire dans les bars, à parcourir les tremplins et les festivals, elle arrive enfin avec un premier album "officiel" enregistré par Lionel Gaillardin (Keren Ann, Benjamin Biolay...). Le 7 avril dernier, j’ai demandé à la lauréate de Paris Jeunes Talents 2010 de venir dans les locaux de MusiqueMag pour une session acoustique de sa chanson "Le tableau". J’en ai profité pour lui poser quelques questions sur cet album. A mon avis, l’un des plus beaux de la production discographique française de cette année.

Tu avais déjà un mini-album, mais là, les choses deviennent sérieuses…

Mon premier album était plus une maquette qui m’a permis de faire des concerts. Mais, j'ai un peu de bouteille, donc, ce qui m’arrive en ce moment, j'arrive à le gérer. Avec cet album, je n'ai pas si peur que ça, parce que c’est vraiment le fruit de trois ans de travail et que je suis plutôt contente du résultat. J’ai beaucoup recomposé, trois mois avant de rentrer en studio. Les autres morceaux se sont faits dans l'urgence, mais comme j'avais une vision d'ensemble de ce que je voulais faire, ça n'a pas été un exercice trop difficile.

Lionel Gaillardin a réalisé l’album. C'est un cador.

Entre nous, il y a eu une vraie relation humaine, du coup, j'ai été en totale confiance avec lui et on a travaillé très facilement ensemble. Il a réalisé, mais il a également enregistré… On cherchait les sons de gratte ensemble. Pour lui, j'ai un son de guitare un peu particulier, il voulait que je mette ça un peu en avant. Il m'a aussi donné des conseils pour la voix. J’ai utilisé pas mal de textures de voix différentes. Il n’a pas fait beaucoup d’arrangements, car il a voulu conserver mon univers. Il a trouvé que c’était déjà très riche au niveau des chansons.

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

Il y a beaucoup de cohérence dans ton album. J’ai l'impression qu’aucune chanson n’est placée au hasard…

Tu as raison, il y a une histoire dans l'ordre choisi. L'album raconte quelque chose. On commence dans une ambiance très terrienne, blues avec une voix chaude, dans les bas, et on finit dans l'air… Comme si l'esprit s'en allait. Dans la chanson "L’échelle", il y a du mouvement. Je trouve qu'elle est symbolique. Elle représente l'élévation.

Ton album sur scène est beaucoup plus rock que dans la version originale.

Oui. Les clips qui sont sur internet, ce sont des chansons calmes de moi, du coup, on peut s'imaginer que mon répertoire est sage et lent, alors que non. Sur scène, ça peut être complètement déchaîné.

Tu as un côté même provocatrice parfois.

Je ne suis pas toujours provoc. C’est vrai qu'il m’est arrivé de l'être, mais ce n'est pas une arme pour moi. Ce n'est pas un rôle que je me donne, je ne veux surtout pas jouer un personnage sur scène. C'est plutôt une envie de tout donner, un côté brut et sauvage sur scène ! Quand on va voir quelqu’un en concert, ce n’est pas pour voir quelqu’un de la vie de tous les jours.

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

Pourquoi ne fais-tu pas un disque carrément rock ?

C’est très dur de faire un disque de rock, surtout en français. Un disque rock, ça s’enregistre en live. En plus, à l’époque où nous avons enregistré je n’avais pas encore mon groupe. Et puis, j’ai beaucoup de chansons atmosphériques qui sont intéressantes aussi. On a voulu plus expérimenter, c’est pour cela que c'est plus pop que rock. Je trouve aussi que c'est intéressant d'avoir ce contraste-là. Que l'album soit différent de la scène. C'est juste une question d’énergie qui n'est pas la même.

Tu as quasiment dix ans de scène, mais tu estimes que tu continues tous les jours à apprendre.

J'ai beaucoup travaillé sur ça, je me suis posé beaucoup de questions. Le "lâcher-prise ", ça prend du temps. Il faut jouer le plus possible devant un public. C'est comme ça que tu deviens de plus en plus naturelle.

Dans tes chansons, on sent bien que tu es une contemplative…

J'adore passer des moments à regarder des choses où on a l'impression qu'il ne se passe rien. Dans la musique, c'est très important d’avoir l'impression qu'il ne se passe rien, alors qu’il se passe tout. Si les gens l’entendent, c’est gagné.

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

Quand on te demande de raconter tes chansons, ce n'est pas un peu gênant ?

Même si mes chansons paraissent poétiques, il y a toujours une explication rationnelle que je pourrais éventuellement donner. Il y a toujours un vrai propos, mais il y a aussi beaucoup de mystère. J’aime la notion de flou dans la chanson.

Tu es confiante en ton avenir musical ?

Ce qui est certain, c’est que je ne suis pas dans une optique de buzz. Mon univers est quand même un peu fort et je pense que ma carrière se jouera sur le long terme. Je ne me fais pas d'illusion sur la vente des disques.

Voici à présent la session acoustique de sa chanson "Le tableau", tirée de son album et réalisée dans les locaux de MusiqueMag.

Et pour finir quelques photos…

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

Et la dernière. On ne se refait pas !

lisa portelli,interview,musiquemag,mandor,le régal

Terminons avec les deux clips de Lisa Portelli tiré de cet album. "Dans l'air" et "L'échelle".


Lisa Portelli - Dans l'air (premier album : 09... par wagramlabel


Lisa Portelli - LEchelle par wagramlabel

18 septembre 2010

Philippe Katerine : interview du seul chanteur "surréaliste" !

Cover-album-P.KATERINE.jpg

En recevant le disque de Philippe Katerine et sa pochette immonde revendiquée (ci-dessus), je me suis demandé quelle farce allait nous jouer le monsieur. Parce que oui, je m’attendais à un disque drôle et délirant.

Pas déçu.

Il est même expérimental.

Je ne détaille pas pour ne pas couper les effets aux personnes qui vont se lancer dans l’aventure étonnante de l’écoute de ce disque. 

Je vais vous dire la vérité, au début, ce disque m’a énervé. Je l’ai trouvé facile et enfantin. Beaucoup trouveront qu’il est tout bonnement jouissif, original, osé.

Pourquoi pas ?

la-banane-philippe-katerine.jpg

dominiquegouband3.jpgComme je devais le rencontrer pour MusiqueMag et pour Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc (voir plus bas), je me suis plongé dans son univers pas mal de fois. Et j’ai fini par comprendre que Philippe Katerine, en vrai, est le premier chanteur « surréaliste ». Dans le sens qu’il appartient au mouvement artistique initié par André Breton.

Définition piquée chez Wikipédia (sorte d’hommage de ma part à Michel Houellebecq) : « Le surréalisme : automatisme psychique pur, par lequel on se propose d'exprimer, soit verbalement, soit par écrit, soit de toute autre manière, le fonctionnement réel de la pensée. Dictée de la pensée, en l'absence de tout contrôle exercé par la raison, en dehors de toute préoccupation esthétique ou morale ».

 Tout à fait Philippe Katerine, non?

« Le surréalisme repose sur la croyance à la réalité supérieure de certaines formes d'associations négligées jusqu'à lui, à la toute-puissance du rêve, au jeu désintéressé de la pensée. Il tend à ruiner définitivement tous les autres mécanismes psychiques et à se substituer à eux dans la résolution des principaux problèmes de la vie [...] »

N’en jetez plus, la coupe est pleine !dominiquegouband5.jpg

Il n’en reste pas moins que je n’étais pas parfaitement à l’aise en allant l’interviewer chez Barclay. Non pas que l’homme m’impressionne (j’en ai vu d’autres !), mais il fait partie des artistes pas évidents à interroger. Il faut se fondre dans son monde. Accepter ses silences, ses réponses, ses regards. Jouer à son jeu sans faire le malin.

Ce n’est pas évident. Je ne suis pas sûr d’avoir gagné mon pari, mais il me semble que j’ai obtenu quelques réponses que je n’avais pas entendues ailleurs.

Il me semble.

Julien (le cadreur) et moi patientons un moment devant la salle réservée aux interviews… il y a un journaliste de « Basket Magazine » avec lui. Je trouve l’idée réjouissante. Thierry, son attaché de presse, finit par intervenir pour arrêter l’interview. Quand il me salue, il me dit que c’était très agréable de parler sport au lieu de parler de son album…

Ca commence bien.

Voici l’interview pour MusiqueMag.

08.09.10 Philippe Katerine.JPG

Crédit photos : toutes les photos (sauf celle avec Mandor!) sont signées Dominique Gouband.

Voici l'interview publiée dans Le Magazine des Espaces Culturels Leclerc datée du mois d'octobre 2010.

Scan10013.JPG

Scan10014.JPG

Scan10015.JPG

Scan10016.JPG

 

17 août 2010

M Pokora : interview pour son nouvel album "Mise à jour".

0256018F03253198-c2-photo-m-pokora-mise-a-jour.jpg

40638_429633732611_6098107611_4821197_610955_n.jpgJ’ai déjà écrit ici sur M Pokora.

Pardon, j’ai déjà écrit à M Pokora ici.

Une lettre personnelle.

En janvier 2007.

Donc, je ne vais pas répéter ce que je pense de lui.

Si, en fait.

En résumant.

Je n’appartiens pas à sa génération et j’adhère plus que moyennement à son œuvre artistique.

Mais, mon métier me permet de m’intéresser à toutes formes de styles musicales et à rencontrer toutes sortes d’artistes.

M Pokora, je l’ai interviewé pour chacun de ses albums et nous nous sommes toujours bien entendus. Ceci étant, j'ai aussi participé à une de ses conférences de presse en février 2008 et je goûte peu cet exercice. Un jeune homme bien sympa avec la tête sur les épaules (ce qui est rassurant pour son état de santé).

J’espère que son nouvel album trouvera son (jeune) public.

38804_429633207611_6098107611_4821185_1375609_n.jpg

Plus de deux ans après l'album MP3, M Pokora revient donc avec Mise à jour le 23 août prochain. Le premier single, « Juste une photo de toi », fait déjà son petit bout de chemin à la radio et son clip passe en boucle sur les chaînes musicales. J’ai rencontré le performer français pour MusiqueMag dans les jardins de sa maison de disque.

C’était il y a plus de deux mois. Le 4 juin 2010.

M Pokora parle de ce nouvel album, de sa petite traversée du désert et de sa confiance en l’avenir… Dans ce disque, il revient aux mélodies qui se mémorisent et aux vraies chansons "textuelles" plutôt que des beats sans but et du franglais qui ne veut rien dire. De la pop urbaine bien ficelé.

Voici l'interview :

Allez, habituels lecteurs de ces chroniques… ne critiquez pas trop le bonhomme. Il veut aller au bout de ses rêves et s’en donne les moyens.

Terminons avec quelques photos prises pendant et après l'entretien.

 

M Pokora 04.06.10 1.JPG
M Pokora 04.06.10 2.JPG
M Pokora 04.06.10 3.JPG
(Bien fait de faire mon régime, moi, soit dit en passant. Parce qu'il y a deux mois...)
(Ok! Ok! Je n'en parle plus.)

31 juillet 2010

Sébastien Agius : interview du premier (et unique) gagnant de X Factor.

30719_125713197468602_113905131982742_125900_4211380_n.jpg

- Allo ! C’est Marion ! Veux-tu interviewer Sébastien Agius pour tes journaux et MusiqueMag ?

- Qui ?

- Sébastien Agius, le gagnant de X Factor.

- Ben, je ne connais pas du tout. Et tu sais, on a plein d’interviews pas encore mises en ligne sur le site. Je ne préfère pas, alors.

- Va écouter quelques titres de son album à venir sur son MySpace et tu me diras ce que tu en penses.

- OK ! Tu peux m’appeler demain, si tu veux.

l_8d3a4f7dcb304b80aaa050b49626ce42.jpg

Le lendemain :

- C’est Marion! Alors, tu as jeté une oreille attentive ?

- Oui, j’aime bien la voix du garçon. Et puis, j’ai un peu enquêté sur lui. Il a un passé artistique déjà conséquent et semble humble et sympathique. Je prends, pour l'instant au moins pour MusiqueMag. 

 

29414_113908918649030_113905131982742_78257_2684110_n.jpgAinsi, le 6 juillet 2010, je me retrouve dans un bar branché de Paris, situé à côté de l’Olympia.

C’est la toute première journée promo de Sébastien Agius (qui sort son album Ma chance à la fin du mois de septembre). Avant de rencontrer le chanteur, je vois l’attachée de presse et la chef de projet. Cette dernière me met dans les mains le disque de l’album, complet, (que je demandais depuis une semaine). Je lui fais remarquer qu’elle me donne un disque qu’il aurait été préférable que j’écoute tranquillement avant que je vienne l’interviewer. Au moins la veille. Elle prétend qu’elle les a justement reçus la veille. « Et puis, là, c’est une interview pour le single, pas pour l’album ! ».

Ce genre d'argument me laisse toujours dubitatif. Je ne sais pas ce que l’on peut raconter à un artiste pendant 30 minutes, juste sur un single, mais bon… les bizarreries des maisons de disque...

Ceci étant, on trouve toujours des questions, mais c'est moins poussé artistiquement.

 

06.07.10 Sébastien Agius 1.JPGJe vois arriver un jeune homme lumineux, souriant, sûr de lui (mais sans être prétentieux), avec un discours qui prouve que ce nouvel artiste a la tête bien vissée sur les épaules. Avant l’interview, nous conversons, notamment de La Réunion, île sur laquelle j’ai vécu deux ans et qui accueille actuellement, une partie de ma famille (dont mon père). Sébastien Agius aussi à passé sa jeunesse là-bas et ses parents y vivent encore. Un point commun qui détend l’atmosphère (qui n’était pourtant pas pesante).

Voici l’interview pour MusiqueMag (avec des extraits de son premier clip "Ma chance").

Deux autres clichés après  la rencontre :

06.07.10 Sébastien Agius 2.JPG
06.07.10 Sébastien Agius 3.JPG

27 juillet 2010

Clara Morgane : interview à propos de son futur album "Nuits Blanches"

14761_177948031642_175106081642_3411915_2292641_n.jpg
F.A.Q (foire aux questions) :
 

33429_408342791642_175106081642_5013137_7769158_n.jpgNon, je n’ai pas visionné toute sa filmographie avant d’aller l’interviewer.

Oui, une rédac pleine de garçons vanne le journaliste en partance pour Sony afin de rencontrer une ex-star du X (et oublie facilement qu’elle est actuellement chanteuse, styliste, animatrice télé et plus généralement femme d’affaires redoutable).

Non, je n’ai pas été particulièrement troublé pendant l’interview parce que ce n’était pas la première fois que j’interviewais une belle jeune femme.

Oui, elle est sympathique, mais elle fait gaffe à son image : « je préfère que vous filmiez ce profil plutôt que l’autre, vous avez filmé jusqu’où ?… »

Non, elle ne m’a pas fait de proposition indécente (tsss… les clichés ont la vie dure).14761_177937851642_175106081642_3411783_4315963_n.jpg

Oui, elle mène bien sa barque.

Non, elle ne m’a pas paru (du tout) prétentieuse, au contraire.

Oui, elle est motivée dans sa nouvelle carrière.

Non, sa musique n’est pas ma tasse de thé.

Oui, je fais mon travail consciencieusement.

En occultant mes goûts personnels.

Très souvent, d'ailleurs.

Non, rien ne me fait peur.

Oui, je l'ai embrassé (sur les joues).

 

Mon interview de Clara Morgane, version chanteuse, le 19 juillet dernier…

Merci à Xavier de m'avoir facilité les choses...

Et à Julien d'avoir filmé l'entretien en ayant fait preuve d'une parfaite maîtrise de lui. Il sait de quoi je parle.

Petits souvenirs mandoriens… en couleur :

19.07.10 Clara Morgane 3.JPG
Et en noir et blanc : comme vous le voyez, Mandor est flou de bonheur !
19.07.10 Clara Morgane 2d.jpg

06 juillet 2010

You and You : interview et session acoustique (de mon gros coup de coeur du moment !)

you-and-you-4bcdeba10c83b.jpg

pochettejpeg.jpgC’est notre stagiaire de MusiqueMag, Sabine (spécialiste mondiale des groupes/chanteurs français qui jouent de la musique folk/rock), qui m’a fait découvrir le groupe You and You. Elle m’a obligé, un revolver sur la tempe, d’aller jeter deux yeux et deux oreilles sur leur MySpace.

Et ce que j’y ai entendu m’a beaucoup plu.

Les You and You « écrivent des chansons oniriques et mélancoliques, où la simplicité et la mélodie priment sur tout effet de manche », explique la bio.

Vrai de vrai.

Regardez ce très beau clip. Necrocannibal Holocaust.

Et aussi, j’ai lu le bel article que Sabine a écrit à leur propos sur son blog/site. Allez banco ! Nous allons rencontrer Félix Perez, le chanteur (et souvent porte-parole) de You and You. Je tais le fait que nous sommes allés à notre rendez-vous avec deux caméras, un caméraman (Julien) et Sabine avec 24 heures d’avance. Que nous avons attendu 3 quarts d’heure avant que nous comprenions ma bévue.

Trop la honte !

Mais, c’est beau, le bassin de la Villette.

Nous n’avions pas rendez-vous le mercredi 30 juin devant le MK2 Quai de Seine… mais le jeudi 1er juillet.

Le lendemain matin, donc, sans les autres membres du groupe, Clément Simounet (guitares, banjo, pianos et chœurs), Samuel Lebouc (basse et choeurs) et Maurin Zahnd (batterie), Félix Pérez a bien voulu répondre à quelques questions et chanter à la guitare un des titres de leur premier EP intitulé Songs, Stories and Magic, absolument remarquable. C’est Rainbow que Félix Perez nous interprète, presque les pieds dans l’eau...

Et voici quelques photos du tournage...
Installation de micro par Julien.
02.07.10 You and you 1.JPG
Interview de Mandor...
02.07.10 You and you 2.JPG
Sabine surveillant le tournage...
02.07.10 You and you 4.JPG
02.07.10 You and you 5.JPG
Félix Pérez en pleine action.
02.07.10 You and you 6.JPG
02.07.10 You and you 7.JPG
02.07.10 You and you 9.JPG
02.07.10 You and you 10.JPG

23 juin 2010

Zaz : interview et session acoustique sous un saule pleureur...

JBM-8344-copie-BLOG.jpg
(Photo de l'excellent Jean-Baptiste Millot présent sur place : http://www.qobuz.com/blogs/jeanbaptistemillot/ )

Zaz, avant que tous les médias s’en emparent, j’en avais déjà entendu parler. Mais, pour moi, ellel_d800614b218c12d250f130b32e1ef510.jpg était « juste » la chanteuse qui interprétait ses chansons dans les bars et dans les rues de la Butte Montmartre…

« Radio Cliché bonjour ! »

Et puis son titre « Je veux » a déboulé sans prévenir absolument partout. Son swing suranné, ambiance jazz musette déployant à l’envi des textes empreints de nostalgie, de rage de vivre et de fraîcheur. Quand on creuse un peu dans sa bio, on constate que Zaz est loin d’être une débutante (voir ma chronique pour Addiction, le mag, ci-dessous). 

l_cc65e6c5e1d146ba86bb72448065f360.jpgHier, la nouvelle est tombée.  Zaz est numéro un des ventes d’albums en France avec son premier album (éponyme).

A écouter et à télécharger là!

Après dix semaines en tête des ventes de disques en France avec Spiritus Dei, la chanteuse détrône Les Prêtres.

Pour MusiqueMag, rendez-vous nous a été donné avec Zaz sous le pont de Grenelle de Paris. Au programme des festivités : interview et session acoustique.

C’était le 3 juin dernier, sous un soleil radieux. Nous avons (Clément, qui a filmé l’ensemble, et moi) trouvé une Zaz souriante, mais visiblement fatiguée par la tourmente promotionnelle et scénique dans laquelle elle se trouve actuellement.

Voici pour commencer, l’interview :

Et la session acoustique de sa chanson « Trop sensible »:

Quelques photos, bien sûr… (Merci à Delphine Caurette !)

Zaz 03.06.10 1.JPG
Zaz 03.06.10 2.JPG
Ici, Clément installe le micro HF à Zaz.
Zaz 03.06.10 4.JPG
Zaz 03.06.10 5.JPG
Zaz 03.06.10 7.JPG
Zaz 03.06.10 9.JPG
La session acoustique, c'est parti!
Zaz 03.06.10 10.JPG
Zaz 03.06.10 11.JPG
Zaz 03.06.10 12.JPG
(Photo de l'excellent Jean-Baptiste Millot : http://www.qobuz.com/blogs/jeanbaptistemillot/ )
Pour terminer, voici mon article sur l'album de Zaz, publié dans Addiction, le mag du mois de mai dernier. J'avais vu plutôt juste...
Scan10002.JPG

21 juin 2010

Stromae et la boîte magique avec plein de questions dedans !

31174_400755652437_10894777437_4201631_933618_n.jpg

Bon, d’accord, la première fois que j’ai entendu Stromae à la radio « Alors on danse », je n’ai pas du tout adhéré aux sons, à la musique qui sonnait 90’s, à la techno, à cette voix ni chantée, ni rapée… Un ersatz d’Helmut Fritz et de son « Ca m’énerve », un « one shot » stressant et inutile.

Pensais-je.

9616_122903767437_10894777437_2324205_7572505_n.jpgEt puis, à la deuxième écoute, ce rythme entêtant commença à rester dans ma tête. Et, je me suis mis à écouter les paroles en dodelinant de la tête. « Pas si con les paroles », me suis-je dit toujours prompt à analyser (avec un sens aigu de la formule) les musiques pointues qui s’imposent à mes oreilles.

Bref, le type parle de la société dans ce qu’elle a de plus noire.

A la troisième écoute, j’étais foutu. J’aimais bien Stromae.

Mais, je ne l’avouais pas.

Faut quand même pas exagérer!

Il y a deux semaines, je reçois son premier album Cheese. Jamais entendu un tel disque. Des 4dntvuhh2yeo4npyb3igdet73odaolf$mcy7421jam4ez35jiezjkrxxigs4g6a.jpegparoles d’une noirceur, d’une dureté qui font parfois froid dans le dos. Ces titres laissent entrevoir un univers original, sombre et rythmé, 100% electro. Chez Stromae, tout est revu et corrigé et parfois, une répétition mélodique se fait entendre, mais l’interprétation de cet artiste donne une couleur à chaque titre.

A écouter là.

Stromae nous reçoit (Sabine, Vincent et moi) le 17 juin dernier, dans un patio de sa maison de disque, pour, notamment, répondre aux questions des lecteurs de MusiqueMag. Stromae joue le jeu avec enthousiasme, un certain recul et une franchise qui rendent cet artiste tout à fait sympathique. Il évoque notamment sa jeunesse, sa famille, son « dandysme », son argent, son pseudo… liste non exhaustive.

Voici quelques clichés de l’interview…

17.06.10 Stromae 3.JPG
17.06.10 Stromae 5.JPG
17.06.10 Stromae 2.JPG
Ci-dessous, le cousin de Stromae (en bleu) qui filme Stromae partout où il va, Vincent qui met en image les deux interviews que nous faisons et Sabine (jeune stagiaire de MusiqueMag qui se lance avec talent dans l'une d'elles)...
17.06.10 Stromae 6.JPG
Vincent récupère son micro HF et Stromae mange une cigarette au chocolat, évidemment (parce qu'il était 13 heures et qu'il avait un petit creux...)
17.06.10 Stromae 4.JPG
Qu'est-ce que je me marre avec les caméras! Mandor est joueur.
17.06.10 Stromae 7.JPG
Mon article sur l'album Cheese publié dans Le magazine des espaces culturels Leclerc du mois de juin 2010.
Scan10002.JPG

16 juin 2010

Peau : interview!

26875_411881614459_222088274459_5017202_3457845_n.jpg

Perrine Faillet en en train de se faire connaître sous le nom de Peau. Une artiste qui a pris le temps nécessaire avant de se lancer dans une aventure en solitaire, après 5 années passées au sein de la formation vocale Crise Carmen. En recevant un mail de son attaché de presse dans lequel il y avait un lien qui menait vers son clip de « Première mue », j’ai reçu une claque. Woaw ! Pas mal du tout ! (si vous saviez sur quoi je tombe parfois, vous comprendriez pourquoi, là, j’ai été impressionné…)

Allez, je vous propose de regarder ce clip fait par Peau herself !

418HA7gjM0L._SL500_AA300_.jpgJe me suis fait envoyer l’album dans la semaine et j’ai eu un véritable coup de cœur pour lui, car il joue vraiment avec les sens.  Après réflexion, on constate que c’est une œuvre bien plus humaine que la simple étiquette électro-pop qu'on pourrait lui coller au premier abord. J’ai demandé à ce que Peau vienne dans les locaux de MusiqueMag pour évoquer ses débuts dans la musique et surtout pour nous parler de cet album envoûtant.

Son album « Première mue » nous fait découvrir une voix fragile et tourmentée, contrebalancée par une musique hypnotique mêlant folk rock et sobres touches électro. Les envolées rock restent cependant marginales sur ce disque qui met surtout l'accent sur la finesse, et tout particulièrement celle des textes. Le tout est porté par des chœurs et samples nombreux, mais jamais envahissants. Comme l’indique le site Star are underground, « qu'elle soit électronique, acoustique, électrique, qu'elle chante en Anglais ou en Français, Peau met ses expérimentations au service d'une poésie moderne et ensorcelante ».

Découvrez donc cette jeune fille en passe de se faire un nom, à l’instar d’une Camille, d’une Émilie Simon et d’une Björk, trois artistes à qui elle est constamment comparée. Je lui ai dit après notre interview... l’année prochaine, il sera difficile d’obtenir un autre rendez-vous avec elle. J’avais justement dit ça à Camille… et ce fut le cas!

Et comme d’habitude, voici quelques clichés pris pendant l’interview et après.

C’était le 18 mai 2010 dans les locaux de MusiqueMag

Peau 18.05.10 1.JPG
Peau 18.05.10 3.JPG
Peau 18.05.10 4.JPG
Peau 18.05.10 5.JPG

08 juin 2010

Benoît Doremus : interview pour l'album "2020"!

l_0d8385f642874221bb39b87d276ec296.jpg

l_155e9a2ee351495fbbc93f253df2f6fb.jpgBenoît Dorémus est un jeune artiste que je suis depuis son premier album « Jeunesse se passe ». J’avais déjà écrit une note après ma première rencontre avec celui que l’on appelle aujourd’hui, peut-être un peu vite, « le nouveau Renaud ». Je dis « un peu vite » parce que le sieur Dorémus à son propre talent… et aussi parce que comparaison n’est pas raison.

Poil au menton !

 

Le 17 mai dernier, je l’ai revu pour la promo de son nouveau disque « 2020 ».

Un disque que j’ai beaucoup apprécié, comme le témoigne l’article que j’ai écrit dans le nouveau « Addiction, le mag » du mois de juin (et sorti ce matin !), que je vous propose de lire à la fin de cette note.

Pour le moment, voici l’interview filmée (par Clément) pour MusiqueMag.

Et voici quelques clichés pris par Sabine, rédactrice stagiaire de MusiqueMag fort talentueuse et que j’emploie de temps en temps comme photographe pour ce blog. (Merci à elle!)

Avant l'interview...

 

Benoît Doremus 17.05.10 2.JPG

 Pendant...

Benoît Doremus 17.05.10 3.JPG

Benoît Doremus 17.05.10 4.JPG

 

Benoît Doremus 17.05.10 7.JPG

Après...

Benoît Doremus 17.05.10 11.JPG

 

Benoît Doremus 17.05.10 12.JPG

 Et pour clore de chapitre « Dorémussien », voici le sus-cité article pour « Addiction, le mag ».

Scan10003.JPG

06 juin 2010

Valéry Zeitoun: interview à propos de "Je veux signer chez AZ"

6a00d8341c74d453ef0133ecf777c3970b-400wi.pngLe label AZ se lance à la recherche de nouveaux talents en France et a ouvert le 6 mai 2010 un grand casting musical sur Facebook. Valéry Zeitoun, le patron d’AZ nous a reçus dans son bureau afin d’en dire un peu plus sur cette opération.

De quoi s’agit-il exactement ?

Les artistes en herbe devront uploader deux vidéos de leurs prouesses vocales, l'une en anglais et l'autre en français. Les 100 meilleurs candidats iront fouler fin juin les planches de l'Olympia devant un jury de professionnels. Les 40 plus talentueux accèderont ensuite à la finale de juillet, et le grand gagnant signera un contrat pro chez AZ pour l'enregistrement d'un album, accompagné d'un concert sur Paris et d'une première partie à l'Olympia.ssqqq.jpg
Tout au long de ce grand casting, des vidéos des auditions seront publiées sur la page Facebook de l'opération et les internautes seront appelés à désigner leurs favoris.
Pour en savoir plus, rendez-vous sur la page Je veux signer chez AZ sur Facebook.

Voici donc l’interview réalisée jeudi (3 juin) entre deux coups de fils de Valéry Zeitoun tentant de régler les derniers problèmes liés à la soirée AZ qu’il organise le soir même au VIP Room Theater (avec Cheryl Cole, les Scissor Sisters, V.V Brown et la jeune Maiysha, tous en live).

Le boss d’AZ, assurément, est un homme passionné par son métier et hyper motivé pour parler de son webcasting.

 (Note dédiée à Dominique, dite "Doud"... elle sait pourquoi.)