Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17 décembre 2018

Pur-Sang : interview pour leur premier EP

Caro Tchitchou et MT Image.jpg

Artwork et photo : Caroline Diard-Muriel Thibault.

46262663_354808211941872_4329283569298964480_n.jpgClaire Joseph et Skye sont deux chanteuses aux carrières bien distinctes qui, un jour, se sont rejointes. Après la fabuleuse épopée du trio Sirius Plan sept année durant, elles reviennent avec PUR-SANG. Ce choix de nom leur convient parfaitement tant on les imagine indomptables, indépendantes, fonceuses et infatigables. Elles sont habitées par la musique et rien ne les arrêtera. Comme elles le disent « ce disque a un battement de sabot unique, ça groove sévère en soulevant la poussière ! »

Pour écouter l’EP sur leur page bandcamp.

Rendez-vous est pris avec ces deux chanteuses musiciennes irréprochables… et très sympathiques, dans un bar de la capitale le 5 décembre dernier.

La biographe officielle (la plus courte de l’histoire de la biographie officielle) : Au son d'un Dust-Folk glissant vers le Blues, PUR-SANG avance au rythme du cœur, pour offrir une musique qui se vit en mouvement, droit devant.

Caro Tchitchou et MT Image 2.jpg

Artwork et photo : Caroline Diard-Muriel Thibault.

IMG_7763.JPGInterview :

Vous vous connaissez depuis 12 ans, je crois.

Skye : On a toujours aimé partager des scènes, chanter ensemble. Nous ne nous sommes jamais dit qu’on allait faire un duo ou un trio, les choses se sont simplement enchaînées comme une évidence. On n’a pas besoin de musique pour s’entendre et se comprendre, mais c’est un lien très essentiel pour faire naître de nous deux, dans n’importe quel projet, quelque chose qui va nous rendre heureuse et plus riche.

Vous avez travaillé avec Christophe Willem, Emmanuel Moire, Lulu Gainsbourg, mais aussi pour des projets plus indépendants comme Nathalie Réaux, Katel, Angèle Osinski…

Claire Joseph : Nous allons là où ça nous parle. Nathalie Réaux et Emmanuel Moire, je les ai rencontrés à Astaffort en 2002.

Skye : Moi, je connais Katel depuis que j’ai 15 ans. Mon premier duo signé en maison de disques, c’est avec elle. 

forum leo ferré novembre 2018  Christèle Fürbringer.jpg

Au Forum Léo Ferré, en novembre 2018 (photo :Christèle Fürbringer)

Quand vous avez arrêté Sirius Plan, c’était pour créer Pur-Sang ?

Skye : Quand on a arrêté ce trio, on pensait que chacune allait s’occuper de sa carrière solo. J’étais donc de nouveau partie dans mon projet Skye, mais ça ne s’est pas passé comme prévu. Je montre toujours mes compositions à Claire parce que j’aime son écoute et son regard. Je lui ai dit que j’étais embêtée parce que je considérais que ma première chanson n’était pas pour moi toute seule, mais que j’avais quand même envie de la chanter. Je la joue, Claire commence à mettre son grain de sel, on s’amuse… et on comprend vite qu’un duo s’impose.

Claire Joseph : On trouvait que c’était facile de chanter ensemble ce genre de chanson-là.

Skye : J’ai arrêté de me poser les mauvaises questions. Ça nous plaisait ? Ca nous mettait en joie ? Oui. Quatre chansons sont nées en même pas deux semaines. Les choses se sont enchaînées de façon aussi basique et enfantine que cela.

café de la danse 26 novembre en 1ere partie de Lulu Gainsbourg.jpg

Au Café de la Danse, le 26 novembre en 1ere partie de Lulu Gainsbourg.

Vous créez dans la joie ou dans la souffrance ?

Skye : Là, c’était dans la joie et la plénitude la plus complète. Pour avoir connue les deux, personnellement, je trouve que c’est un plaisir sans nom de faire de la musique dans un état positif. On touche à quelque chose de pure qui fait un bien fou.

Claire Joseph : Je suis d’accord avec toi. C’est un luxe. J’ai déjà composé très triste et très malheureuse des chansons que j’adore, mais ces nouvelles chansons ont autant d’intensités alors que nous les avons créées dans l’amusement et le soleil.

Est-ce que vous parvenez à associer les mots « travail » et « musique » ?

Skye : Dans le mot travail, étymologiquement, il y a le mot douleur dedans.

Claire Joseph : Moi, je ne peux pas associer « travail » et « musique ».

Skye : Ce qui ne nous empêche pas de jouer avec beaucoup de sérieux et de respect. Quand on arrive sur scène, nous sommes prêtes vocalement. Les gens payent pour venir voir des gens jouer, il faut les respecter.

Pur-Sang est donc parti de qui ?

Skye : C’est Claire qui l’a verbalisé. Moi, j’ai juste fait la remarque que ces chansons n’étaient pas faites que pour moi.

Claire Joseph : Ca a tracé la route. C’est souvent le cas parce que Skye a une façon de tout transformer en lumière, du coup, si tu t’acoquines à ce un de ses projets, tu prends le virus.

photo caroline diard.jpg

(Photo : Caroline Diard)

37601754_278857336203627_868169558043656192_n.jpgJe crois qu’il s’est passé quelque chose sur la deuxième chanson, « Soleil ».

Claire Joseph : Un jour, je dis à Skye que ce serait bien qu’on aille chez ma mère, près de la mer méditerranée, afin de prendre le soleil, la chaleur… bref, un peu de bon temps. On arrive là-bas, on pose le pied sur le tarmac et il pleut des cordes. La gosse en moi était désespérée. J’avais 10 ans mentalement et je suis arrivée de très mauvaise humeur chez ma mère. Skye m’a laissé être ce que j’étais à ce moment-là et elle a pris sa guitare pour jouer. On a commencé à écrire un texte qui expliquait que tu peux avoir le pire ciel du monde,  juste au-dessus, il y a le soleil.

Skye : On doit tous s’accrocher à ça pour rester vivants. On a parlé de ce soleil comme quelque chose d’indétrônable auquel on s’accrochera toujours. Ça nous a fait du bien.

Les autres chansons sont venues comment ?

Claire Joseph : Ce sont elles qui sont venues à nous.

Skye : Après, c’était du ping-pong. J’ai ça, Claire ajoute ça et vice versa… et c’est parti.

Claire Joseph : On se connait tellement que tout est matière à rebondissement. Nous étions parfaitement en phase.

Skye : L’inspiration est arrivée rapidement et naturellement… en torrent. 39245203_2478467368833977_4675022664190918656_n.jpg

Claire Joseph : C’est comme si on avait décidé, sans se le dire, qu’on était prête à accueillir ce qui allait arriver.

Skye : Quand tout est juste, que c’est centré, que ça s’aligne, il n’y a pas photo, ça vient. 

Il y a juste quatre chansons dans cet EP, c’est un peu frustrant. 

Skye : Mais pour nous aussi c’est frustrant. On n’avait pas le temps d’en faire plus. On a réussi à avoir une semaine de studio en juillet à la maison des artistes de Chamonix. C’est de l’autoprod, on n’avait pas de gros moyens, donc on a fait un troc génial. On avait l’endroit pour enregistrer et en contrepartie, on a fait deux concerts gratuits.

Claire Joseph : En quatre jours, on a enregistré et mixé quatre titres.

Skye : D’ailleurs merci à Nicolas Falque qui était assisté par Robin Vandamme.

Vous avez déjà quelques années de musique et une réputation positive. Est-ce que monter un projet comme Pur-Sang, c’est repartir à zéro ?

Skye : Oui, mais on a recherché cette « virginité ». Il faut trouver l’équilibre entre l’expérience que nous avons et un jeune projet qui ne doit pas ressembler à ce que nous faisions avant. On se pose des questions sur comment interpréter, quelle intention donner… il faut lutter contre ses automatismes habituels pour rentrer dans un nouveau terrain de jeu. Si tu acceptes cela, tu t’éclates.

42147875_10156489600108211_1187982671263825920_n.jpgClaire Joseph : Moi, je me dis que c’est un nouveau voyage, mais nos bagages sont de mieux en mieux rangés et sont plus solides, du coup, le voyage ne fait pas peur. Avec Sirious Plan, j’ai changé trois fois d’instruments, j’ai placé ma voix en haut, en bas, dans tous les sens… Je me retrouve dans ce nouveau projet avec une voix plus forte et des aptitudes instrumentales plus affinées.

Skye : Avec Claire, à part la grande notoriété, je crois que nous avons à peu près tout connu. Sans être têtes d’affiche, nous avons joué plusieurs fois à l’Olympia, au Zénith, on a enregistré dans de supers beaux studios, nous sommes parties aux Etats Unis… on a vraiment fait des trucs de fous. Et en même temps, on a joué dans les plus petits clubs du monde, on a fait la manche, nous nous mettons au service d’autres artistes en tant que choristes. Tout ça créer un immense décor un peu féérique. Si la notoriété vient, c’est fabuleux, si elle ne vient pas, en tout cas, ce que nous avons vécu et ce que nous vivons en ce moment, on est super d’accord avec.

44310999_2601089286571784_8835460911486468096_n.jpg

(Photo : Caroline Diard)

Musicalement, vous dites que votre son est un Dust-Folk glissant vers le Blues…

Skye : On a inventé ce terme. On avait la sensation d’être dans quelque chose de blues, de folk aussi, de country parfois, mais sans que ce soit ça exactement. En tout cas, on avait les pieds dans la poussière, la poussière vole autour et même ça, c’est joyeux. Dust-Folk, ça nous parlait bien.

Claire Joseph : Ce sont des chansons qui se chantent en voyage.

Vous chantez en français. C’est bien.

Skye : C’était important pour nous. On n’a aucun problème avec la langue anglaise qu’on adore, mais on avait besoin que notre langue maternelle soit là.

Claire Joseph : Nous voulions que le propos soit le plus clair possible.

Photos ©Pur-Sang de l’enregistrement réalisé en quatre jours, dans les conditions du live, en juillet à la Maison des Artistes de Chamonix.jpg

Skye lors de l'enregistrement de l'EP.

Avec Sirius Plan, vous êtes allés en Louisiane, ça se ressent un peu musicalement.

Skye : Ce voyage nous a tellement émues, voire ébranlées. Nous, les français, on cherche la poésie dans toutes nos tournures de phrases, eux, leurs phrases sont très simples, mais mélangées à leur mélodie, c’est d’une redoutable efficacité. On a donc décidé d’aller vers du français le plus simple possible, mais qui crée une poésie après. Une poésie d’images, d’odeurs, de toucher.

Sur scène, comme vous n’avez que quatre titres, vous faites quoi ?

Claire Joseph : On les joue en boucle (rires).

(C’est pas beau de se moquer, mais ma question était naïve, j’avoue).

Skye : On n’a pas pu enregistrer plus de quatre titres, mais dès que le robinet a été ouvert, ça n’a pas arrêté. Nous avons bien une douzaine de titres finis… et nous les jouons donc.

Vous vous sentez comme des alter ego toutes les deux?

Skye : Je crois. Nous sommes vraiment différentes, mais il y a une complémentarité totale.

36517368_261529177936443_2131341490159353856_n.jpg

Claire Joseph lors de l'enregistrement de l'EP.

Je sais qu’à la base, vous n’écoutiez pas la même musique.

Claire Joseph : Moi, je suis dingue de la musique dite « black », ça a été ma base vers 13 ans… et en même temps, il y a eu les Beatles et Elvis Presley. Je me sentais faite de tout ça. Après, j’ai constaté qu’Elvis était dingue de musique black. Quant aux Beatles, ils ont fait une sorte de rhythm’n’blues qu’on a fini par appeler la pop. Stevie Wonder et Jimi Hendrix ont repris les Beatles… tout est connecté. Je suis très amatrice de hip hop également.

Skye : Moi, quand j’aime un plat, je le cuisine trente fois. Par exemple Barbara et Brel, j’ai écouté à fond. Tout comme j’ai écouté à fond Prince, Paul Simon, mais aussi Crosby, Still Nash & Young, Joni Mitchell… J’ai eu ma période classique, notamment Robert Shumann.

Claire Joseph : Quand j’avais 15 ans, un voisin m’a offert un CD de Tori Amos et elle est devenue ma religion. C’est elle qui m’a amené vers la musique metal, vers Led Zeppelin, parce qu’elle en a fait une digestion. Elle était fan de Robert Plant, de Joni Mitchell, du coup, je me suis intéressée à tous ces artistes. Kate Bush aussi. 

IMG_7761 (2).JPG

Joni Mitchell, c’est le seul nom commun entre vous deux.

Claire Joseph : C’est Francis Cabrel, aux Rencontres d’Astaffort, qui m’a dit que ma voix se rapprochait de la sienne. Je lui ai demandé s’il avait un album d’elle à me conseiller, il m’a dit Blue, un album qui date de 1971. J’ai écouté et j’ai tout compris. J’ai cru que c’était la base de tout.

Vous vivez la musique comme une mission ?

Skye : On a fait le constat que quand on était sur scène et que l’on chantait, on voyait les réactions du public. C’est là que l’on se dit que l’on est peut être fait pour cela. Pour rendre heureux les gens.

Pour moi, l’artiste est le maillon essentiel de la chaine humaine. Sans lui, on ne sort pas de notre quotidien souvent morne.

Claire Joseph : Les artistes sont indispensables. Moi, je pense que nous avons tous une mission. J’ai longtemps hésité. Au départ, je voulais être dans la médecine pour faire du bien, mais aujourd'hui, je pense que la musique peut aussi soigner, différemment. 

IMG_7766.JPG

Avec Claire Joseph et Skye, après l'interview.

14 décembre 2018

Christophe Misraki : interview pour l'année hommage à son père Paul Misraki

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandorEn 66 ans de carrière, le répertoire du compositeur français Paul Misraki contient plus de 790 titres incluant pas moins de 350 chansons, dont la plupart font partie du patrimoine culturel français du XXè siècle (« Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux », « Tout va très bien Madame la Marquise » pour l'orchestre de Ray Ventura, « Je Chante » pour Charles Trenet… mais Edith Piaf, Yves Montand et les plus grands interprètes ont chanté sur les compositions de Paul Misraki). Le compositeur et pianiste de l'orchestre de Ray Ventura est aussi à l’origine de 185 musiques de films pour les plus grands cinéastes (Et Dieu créa la femme de Vadim, Le Doulos de Melville, Alphaville de Godard, mais aussi pour Buñuel, Chabrol, Welles, Clouzot, Becker…). Ce n’est pas tout, Paul Misraki a aussi composé 7 comédies musicales et opérettes, deux symphonies… et il a écrit quatorze romans et essais autobiographiques, philosophiques et religieux (dont l’un a été couronné par l’Académie Française).

Son site officiel.

Sa page YouTube.

Sa page Wikipédia (très complète).

"Tout va très bien, Madame la Marquise" par Sacha Distel, Jean-Pierre Cassel, Roger Pierre et Jean-Marc Thibault 

Ray Ventura et ses collégiens : "Qu'est-ce qu'on entend pour être heureux".

Charles Trenet : "Je chante".

2018 est une année riche en anniversaires de Paul Misraki :

Né il y a 110 ans, le 28 janvier 1908,

Mort il y a 20 ans, le 30 octobre 1998,

Il a composé l’un de ses plus grands succès, « Qu’est-ce qu’on attend pour être heureux ? », en 1938, il y a 80 ans exactement.

Pour célébrer ces multiples anniversaires, une formidable année Paul Misraki 2018 vous est proposée, regorgeant d’événements rendant hommage à l’œuvre de l’artiste entre septembre 2018 et juin 2019.

Citons les plus proches :

-Qu’est-ce qu’on attend pour être mômes ?christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

200 enfants et adolescents sur scène, chansons et musiques de films. Christophe Misraki sera sur scène pour des interludes joués. Parrainage par le Grand Orchestre du Splendid.

Au Théâtre Déjazet, les 17 décembre 2018 et 25 mars 2019.

-Conférence de Christophe Misraki : La naissance du thème musical christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandordans un film.

A la Médiathèque Municipale de Paris, le 19 décembre, de 19h à 20h30.

-NORMANDIE : comédie musicale en deux actes, de Paul Misraki, Henry Decoin et André Hornez, présentée au public pour le première fois en 1936, est jouée avec l’Orchestre des Frivolités Parisiennes au Théâtre Impérial de Compiègne, en Première le 7 février 2019.

J’ai rencontré dans la maison familiale son fils, Christophe Misraki, grand chef d’orchestre de l’invocation de la mémoire de son père.

christophe misraki, paul misraki, compositeur, interview, mandor

Paul Misraki, chez lui, à la fin de sa vie.

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandorInterview :

Pouvez-vous nous présenter votre père en quelques mots, ce qui doit être extrêmement difficile étant donné la multitude d’activité qu’il avait.

C’est effectivement très dur. Mon père est un compositeur qui a vécu 90 ans dans le XXe siècle, de 1908 à 1998. Il a déposé son œuvre à la SACEM  de 1928 à 1994, il a donc 66 ans de carrière. Il avait un talent fou parce que c’était naturel. La musique lui venait comme ça, instinctivement.

Ce qui est fou, c’est qu’il n’a même pas fait le Conservatoire.

Il n’a pas appris la musique, ça lui venait tout seul. Après, il y a un boulot de fou derrière son œuvre et ses partitions sont hyper complexes. C’est un musicien qui a duré très longtemps parce qu’il avait la possibilité de s’adapter… et il a accepté de s’adapter. Il était aussi moderne en 1972 qu’en 1928. Il était capable de faire une musique de film pour un réalisateur aussi classique que Jean Delannoy, que pour ceux de la Nouvelle Vague.

Votre père était, parait-il, quelqu’un de très gentil.

Je ne vais pas employer mes mots pour parler de comment était mon père. Je vais utiliser ceux de Martin Pénet qui a fait tout une série d’émission sur mon père (à écouter ici) sur France Musique : « Paul Misraki est un musicien surdoué qui a marqué l’histoire de la chanson et de la musique de films de façon indélébile. D’une gentillesse proverbiale, il avait en outre le talent d’aligner les tubes avec une régularité déconcertante. »

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

UTOPIA (aka K), en 1951 avec de gauche à droite : Paul Misraki - compositeur, Suzy Delair, Max Elloy (debout), Oliver Hardy, Adriano Rimoldi Designer, Stan Laurel. Bref avec Laurel et hardy, quoi!

Vos grands-parents ne souhaitaient pas que votre père devienne musicien, mais plutôt assureur. Pour quelqu’un qui a composé sa première valse à 8 ans, ça devait être impossible d’emprunter une autre trajectoire que celle de la musique.

Evidemment qu’il ne pouvait pas faire autre chose. Il vivait pour la musique. Il n’a jamais compris comment les notes, voire des orchestrations complètes, lui venaient à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Vous avez vécu dans une atmosphère musicale constante.

Justement pas. Mon père essayait deux trois notes, après il pouvait y avoir une heure et demie de silence total pendant lesquelles il écrivait ce qu’il entendait dans sa tête. Il y avait de longs silences à la maison, parce que dans ces moments-là, il ne fallait pas faire de bruit.

3 musiques de films composées par Paul Misraki.

Le doulos de Jean-Pierre Melleville. 

Chien perdu sans collier de Jean Delannoy.

"Les volets clos" de Jean-Claude Brialy.

Quand il créait, il était dans une certaine fragilité ?

Oui, absolument. C’est pour ça qu’il ne fallait faire aucun bruit. S’il entendait un peu fort un disque à moi, je détruisais le château de cartes qu’il y avait dans sa tête.

Il écoutait de la musique moderne ?

Il était obligé pour rester à la page et écrire des musiques de films modernes. Il écoutait mon disque des Pink Floyd, The Dark Side of the Moon, les Beatles, Simon & Garfunkel… Il essayait de comprendre cette musique électrique et électronique qui apparaissait. Il devait s’adapter constamment. La musique, dans cet appartement où nous sommes, c’était du boulot. Il n’en écoutait jamais pour lui, car ça lui donnait l’impression de travailler.

Vous tentiez vous-même de lui faire écouter des disques que vous appréciez ?

Oui, mais il considérait que c’était de la musique de sauvage. Je me souviens de ce fauteuil à côté de vous où il écoutait Wind and Wuthering de Genesis en 1976. Je ne peux pas vous dire qu’il s’en délectait.

Pourquoi défendez-vous la mémoire artistique de votre père ?

J’ai découvert l’univers de mon père il y a dix ans. Quand j’ai commencé à mettre mon nez dedans, j’ai trouvé que son œuvre était hallucinante. Je m’y suis immergé avec plaisir et j’ai vu arriver 2018, j’ai bien compris qu’il fallait qu’il se passe des choses autour de mon père. Je viens du marketing donc je sais ce que c’est que de créer un évènement ou des actus pour intéresser le public et les journalistes.

Que préférez-vous dans l’œuvre de votre père ?

J’aime bien ses chansons sentimentales avec une petite touche d’humour comme « Le petit souper aux chandelles » interprété par Henri Salvador. Mon père, lui, préférait « Insensiblement » et tout le monde est d’accord avec ça. Dans les musiques de films, on trouve aussi des joyaux. Pour le moment, j’ai un coup de cœur pour le final du film de Godard Alphaville.

Henri Salvador: "Un petit souper aux chandelles".

Alphaville de Jean-Luc Godard : Thème d'amour.

Renée Lebas : "Insensiblement".

Il n’était pas très mondain votre papa…

Il était timide. Quand il parlait musique avec des professionnels, pas de souci, mais dès qu’il s’agissait de faire des mondanités, c’était compliqué pour lui. Parler de son univers à des journalistes, par exemple, ça ne le dérangeait pas. Je suis allé sur le site de l’INA, j’ai vu qu’il y avait 351 extraits d’émissions de télé avec lui.

Lundi prochain, le 17 décembre 2018, il y a un premier spectacle, « Qu’est-ce qu’on attend pour être mômes », un cabaret musical autour des œuvres de Paul Misraki. 200 enfants et adolescents chanteront et joueront des compositions de votre père, tous gens confondus, c’est ça ?

Il y a plusieurs formations musicales d’enfants et d’adolescents qui sont impliquées. Il y aura une première partie « chansons » avec une formation orchestrale ensuite avec un big band d’enfants et d’ados. La deuxième partie, ce sera les musiques de films avec l’Orchestre des Petites Mains Symphoniques.

Vous-même, vous participez au spectacle.

Au lieu de me faire parler devant le public, on me fait jouer un rôle avec deux garçons de 13 ans qui me donnent la réplique. Ce sera un semblant de conflit de générations sur un mode humoristique pour annoncer et raconter les chansons qui vont venir. Je ne suis jamais monté sur scène pour jouer un rôle, c’est donc une grande première pour moi.

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

Pendant l'interview...

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandorVotre père écrivait beaucoup de livres sur le questionnement existentiel.

L’ensemble des livres de mon père est cohérent. On ne peut pas prendre un de ses bouquins de façon isolée, je trouve que ça a moins de sens. Le problème de Paul Misraki, c’est qu’il est né dans une famille d’assureurs. Son père voulait qu’il soit dans les assurances et lui ne vivait que pour la musique. A un moment donné, il y a eu un vrai conflit père-fils. A partir de là, il s’est posé beaucoup de questions. Qui suis-je ? A quoi ça sert que je sois ici ? Quel est le sens de tout ça ? Il a rencontré des hommes de religions diverses, il a beaucoup lu… il a fini par se convertir au catholicisme. Ses livres ont tous un rapport avec ça.

Vous les avez lus?

Oui, mais je ne suis pas un grand spécialiste de ses ouvrages. Ma sœur est beaucoup plus intéressée par cet aspect-là de sa création.

Vous êtes fier de votre papa ?

On aurait du mal à ne pas l’être. Mais, pour moi, c’est une découverte tardive. Je n’avais pas pris la mesure de son œuvre. Il a composé 180 musiques de films. Il y a des années, je ne comprends même pas comment c’est possible. En 1956, 1957 et 1958, il fait 12 musiques de films avec des partitions écrites la main, comme je vous les ai montrés dans le placard. Comment on fait ça ? Un par mois… C’est fou ! 

christophe misraki,paul misraki,compositeur,interview,mandor

Avec Christophe Misraki, dans la maison familiale, le 12 décembre 2018.

Bonus : Après mon interview, est arrivé le très sympathique Alain Leroy pour L'œil du spectacle. Voici le fruit de son travail  (parfaitement complémentaire du mien). 

10 décembre 2018

Arthur Ely : interview pour l'EP Standard

MtuCM5BQ.jpeg.jpg

MfmDoWIQ.jpeg.jpg« Débarqué de Strasbourg pour tutoyer la gloire, Arthur Ely s’est construit, pièce par pièce, un univers à sa mesure, un monde dont il est fatalement le prince, le roi. Un univers hérissé de guitares électriques et de beats hip-hop; de dictions fantaisies, de variété française aux rimes acérées. » C’est ainsi qu’est présenté Arthur Ely dans un mail à destination des journalistes musicaux pour nous le faire découvrir. J’y ai vu de la malice et de l’autodérision, pas de la prétention. Le mail nous demande de nous « laisser embarquer dans l'univers totalement fantasque et cliché d'Arthur ELY,  jeune artiste "en quête de gloire, parachuté dans un marché de la musique standardisée" ». Soit, faisons ça !

Après écoute de ce premier EP, Standard, j’ai appelé immédiatement l’attaché de presse de l’artiste tant j’ai eu l’impression rare de déceler un énorme potentiel. Il ne faut pas que je passe à côté de ce jeune homme, de toute  évidence, brillant et malin qui a, nous dit-on, « l'ambition de créer une variét' pertinente ».

Le  4 décembre dernier, rendez-vous est pris dans un bar de la capitale. J’ai devant moi un jeune homme moins insolent qu’il en a l’air, mais sûr de lui et loquace.

Le Pitch (officiel) : "... Ambitieux et décomplexé, le strasbourgeois surfe sur les styles musicaux qui l’ont forgé et fait le pari de rénover une musique endormie : la variété française. Nourrie de ses fantasmes, de sa vie quotidienne et de ses prétentions futures, la musique d’Arthur ELY coupe court à la frilosité ambiante pour assumer une identité forte : des riffs de guitare électriques sur des basses sombres, du rap sur des synthés épiques et des refrains lyriques. Voilà ce qui différencie Arthur ELY des autres produits !..."

Le disque (argumentaire officiel) :IMG_7750 (2).JPG

Standard, son premier EP (re) vient de loin: tennisman en devenir, Arthur Ely ne jure que par la raquette jusqu’à ce qu’un mauvais coup mette un terme à son cursus de Sport Etudes en même temps qu’à ses rêves de Grand Chelem. La guitare servira la catharsis: entre colère et déception, les 6 cordes deviennent une obsession. Jamais naïf, comme il le révèle désormais -« J’fais ça pour la thune », chante-t-il semi-ironiquement sur « À Raison ou À Tort » -, il plonge dans la musique, rêve de Miles Davis et écoute Django Reinhardt, obsédé par la soul, le blues et Jimi Hendrix. Jusqu’à ce que surgisse le rap, monolithique, immense et plein comme un soleil noir. Les manières des stars du genre, le home-studio et la MAO deviennent nouvelle religion  au service d’un ego trip qui sert à la perfection ses rêves de gloire et se décline désormais sur ces 5 titres au creux desquels se mêlent les lignes de l’intime, de l’authentique, et celles du fantasme. Mais il y a plus : on ne sait pas bien si Arthur Ely rappe sur une variété française dont il a envoyé promener le beau-parler, MaBZSWJQ.jpeg.jpgla poésie désuète, au profit d’un verbe egocentrique hanté par les rappeurs  français, ou s’il chante de manière neuve sur les beats  abrasifs  du  hip-hop  moderne  ;  le  fil  est  fin,  le  rasoir  aiguisé,  la  diction  singulière,  repeinte  d’un  chant  personnel, d’inflexions discrètes pillées en secret chez une poignée de rappeurs comme chez les grands conteurs de la variété française.

Propulsé par le clip de son single « Le Dernier homme  », il crève désormais les baffles, armé d’une séduisante désinvolture, d’un verbe lourd et chargé de sens,  tour à  tour moqueur, bourré d’ego ou de mépris  rentré. Un  fantasme de petit garçon arrogant où Blanche-Neige est une pute et où les portes s’ouvrent comme par magie. Une mégalomanie de poche, assumée et parfaitement mise en scène. 

Le rêve, le Grand Chelem et la gloire: voici Standard.

36311530_2087597001528088_7942961385913188352_n.jpg

IMG_7748.JPGInterview :

As-tu l’impression d’être différent des autres artistes de ta génération ?

Naturellement, j’ai toujours l’impression d’être super différent de tout le monde, pas que dans la musique d’ailleurs. J’ai la sensation que ma vie est plus forte et que mes émotions sont décuplées par rapport à celles des autres. Dans le métier, je me sens décalé, parce que j’évoque aussi l’Histoire et la mythologie dans mes chansons, mais je sais qu’il y a beaucoup de choses à choper dans l’énergie vivante des gens de ma génération.

Avant cet EP, tu étais plus dans la chanson « poétique ».

Au départ, j’étais simplement guitariste donc je faisais de la musique instrumentale. J’écoutais principalement du hard rock et du jazz. Quand j’ai commencé à écrire seul mes chansons, il est vrai que mon écriture était poétique. L’adolescent que j’étais visait Baudelaire, Rimbaud… c’était le passage obligé. Un jour, l’écriture poétique m’a fatigué parce qu’elle me paraissait désuète, déconnectée et superficielle, je me suis donc mis à écouter du rap. Beaucoup. Cela m’a incité à parler plus frontalement de ce que je vivais, quitte à ce que la poésie qui était encore en moi puisse sortir de manière différente.

Quel est ton rapport à la musique ?

Je suis persuadé, et ce de manière têtue, que je vais faire de la musique mon métier et que j’atteindrai la gloire. J’écris moi-même ma mythologie pour que la prophétie se réalise.

Clip de "Le dernier homme", extrait de l'EP Standard

La plupart de tes chansons évoquent aussi ta musique.XYE2MQLg.jpeg.jpg

J’ai tendance à être fatigué par les artistes qui prétendent que leur création est quelque chose de totalement pure et autonome. Je n’y crois pas. Il y a aussi beaucoup de business derrière. Ca me parait normal et sain, en tant qu’artiste, d’être un peu traversé et perturbé par ces trucs-là. De tout temps, l’art a été contraint par des considérations économiques. Je peux paraitre un peu provocateur sur le monde de la musique, mais je le suis surtout envers moi. Quand je dis « au début, la musique, c’était une passion, maintenant, j’ai l’impression de faire ça pour la thune », je ne dis pas ça pour énerver les gens, c’est quelque chose qui me perturbe vraiment.

Comme chez les rappeurs, il y a beaucoup d’ego trip dans tes chansons.

Quand j’ai commencé à mettre la poésie de côté dans mon écriture, je me suis beaucoup servi de l’ego trip. Ça m’amusait. L’ego trip finalement est plus sincère que tout autre texte poétique et faux modeste… et au final, ça permet de moins se prendre au sérieux et d’être plus direct. C’est aussi une manière de dédramatiser un peu quelque chose que j’ai en moi. Je me choque moi-même de la pulsion que j’ai de vouloir me sentir supérieur aux autres et de vouloir dominer tout le monde. En parler de manière assumée, ça me permet de ne pas être comme ça dans la vie de tous les jours avec ma famille et mes potes… et de ne pas être insupportable.

Je comprends en t’écoutant me parler que tes chansons sont au premier degré, alors que je pensais qu’elles étaient au second.

Tu as raison, il fallait que ça sorte et c’est sorti ainsi. Mais le second degré, je crois l’avoir vis-à-vis de moi-même.

Clip de "A raison ou à tort", extrait de l'EP Standard.

sME_oi5Q.jpeg.jpgEst-ce qu’Arthur Ely est un personnage ?

Ce n’est pas un personnage comme Matthieu Chédid se métamorphose en M par exemple. J’aime juste jouer sur un côté théâtral. Je fais en sorte qu’il y ait plusieurs personnages qui représentent chacune de mes pulsions. Je montre cela dans mes clips.

Es-tu un homme pressé ?ef4newfo.jpeg.jpg

Par rapport au fait d’atteindre la gloire à tout prix, oui. Je suis pressé, mais avec une certaine exigence. Quand je suis arrivé à Paris en guitare-voix, beaucoup me demandaient pourquoi je ne faisais pas The Voice. Je sentais que je n’étais pas encore assez solide et que se presser pour se presser ne servait à rien. Il fallait que je sois plus en accord avec ce que je voulais faire. Oui, je suis pressé, oui, j’ai la dalle, mais en sachant qu’il faut le temps de construire un vrai projet.

Vouloir dominer le monde, c’est bien dans ce métier. Ça permet d’avancer plus vite, sans état d’âme non ?

Ce métier est une grosse compétition quand même. J’ai fait pendant longtemps du sport de compétition, donc j’ai ce truc-là en moi. Il faut croire en soi, c’est le seul moyen d’avancer.

Photograsmique.jpg

(Photo : Photograsmique).

Tu sens que l’on s’intéresse à toi de plus en plus, professionnellement. Tu étais la semaine dernière, 3ZGuDdBw.jpeg.jpgl’invité de Didier Varrod dans Foule Sentimentale sur France Inter avec Patrick Bruel et Gringe notamment. Ça te fait bizarre de te retrouver dans ce genre de situation ?

Non, ça ne me fait pas bizarre. Depuis que j’ai commencé la musique, il y a 6 ans, je sais où je veux aller. Ça peut paraître prétentieux, mais je t’assure que ça ne l’est pas. Je ne suis surpris par rien parce que je suis au début de ma carrière et que je continue à construire, alors je n’ai pas le temps d’être subjugué par ce que je traverse. 

Tu es au début de ta période promo. Tu aimes ça ?

Les chansons de l’EP ont été composées entre 6 mois et un an. Je dois défendre des titres alors qu’en termes de création, je suis déjà sur autre chose. Il y a un léger décalage.

Tu sais que tu es un peu clivant ? Tu peux énerver certaines personnes par ton côté un peu arrogant et sûr de toi.

Ça ne me dérange pas. Je ne veux surtout pas être lisse et ne rien provoquer. Je lutte pour ne pas paraître banal. Dans mes chansons, il y a pas mal d’ego trip, je te l’accorde, mais si on écoute bien, il y a aussi beaucoup de sensibilité, de paradoxes. Il y a des jeux contradictoires.

ED0Exm8g.jpeg.jpg

Tu parles aussi de tes parents. Le père disparu, la maman que tu as envie de gâter pour ne pas qu’elledPYDFzVg.jpeg.jpg ressente la perte de son mari…

Tout est vrai. Ça va avec la prophétie que je me souhaite. La figure de la mère et du père dans les cieux, c’est un peu ma mythologie… j’en ai besoin.

Vocalement, tu varies beaucoup les tonalités de ta voix.

Je me suis aperçu que les chanteurs que j’appréciais étaient ceux qui avaient des modulations différentes. J’essaie de travailler ça. Avoir une voix virile, puis enchaîner avec quelque chose de très rappé, puis plus susurré… je suis à l’étape 10 sur 100 de mon travail vocal, j’en ai conscience.

Te considères-tu comme un produit ?

Oui, et il vaut mieux l’assumer. C’est ce que je fais en appelant mon EP Standard et en mettant en avant une bouteille de parfum. C’est à la fois un produit de luxe et quelque chose que tout le monde peut acheter parce qu’au final, ce n’est pas si cher par rapport à d’autres produits de luxe. Une fois que l’artiste assume que c’est un produit, il est plus libre de créer comme il veut.

C’est dur d’être libre dans ce métier ?

La liberté, il faut savoir où elle est, il faut savoir la préserver, c’est très mouvant. J’essaie d'y penser sans cesse pour me sentir plus libre que je ne le suis. La liberté se construit et doit se maitriser.

Je crois savoir que tu apprécies Daniel Balavoine. Qu’aimes-tu chez lui ?

Le souffle, la voix, la force des paroles et des mélodies. Balavoine, c’est l’idéal que j’essaie d’atteindre.

IMG_7749 (2).JPG

A la fin de l'interview, le 4 décembre 2018.

30 novembre 2018

Vianney : interview pour son album live "Le concert"

30652733_994845297336423_3252730529775352142_n.jpg

Interview pour Le Magazine des Loisirs Culturels Auchan (daté des mois de novembre et décembre 2018.

AUCHAN42 - P14 a (2).jpg

AUCHAN42 - P14 a (3).jpg

35225688_1033015663519386_678732732599107584_n.jpg

"La même" (Live) extrait du CD-DVD "Le concert", enregistré à l’AccorHotels Arena.

AUCHAN42 - P14 a (4).jpg

"J'm'en fous" (Live) extrait du CD-DVD "Le concert", enregistré à l’AccorHotels Arena.

21 novembre 2018

Sacha Toorop : interview pour Les tourments du ciel

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

Le liégeois Sacha Toorop revient avec un nouvel album à mi-chemin entre jazz, chanson française et pop : "Les Tourments du Ciel". Onze titres qui abordent les thèmes universels des voyages, des clivages, des espoirs. Comme à son habitude, ses titres jazzy-pop au style très personnel sont surmontés de sa voix pleine de sensibilité.

Pour être franc, je ne savais de Sacha Toorop pas grand-chose, sauf qu’il était le batteur emblématique de Dominique A (mandorisé là maintes fois). Quand j’ai écouté son nouvel album, j’ai eu la curieuse sensation d’être passé à côté d’un grand artiste. Il fallait rattraper le temps perdu et rencontrer ce curieux et passionnant personnage  (qui sera demain, le 22 novembre 2018 au Studio de l’Ermitage, à Paris). Ainsi fut fait le 14 novembre dernier dans un bar de la Gare du Nord.

Mini biographie officielle:

Entre collaborations fructueuses – Dominique A, Yann Tiersen ou Axelle Red – et projets musicaux personnels, Sacha Toorop crée depuis quinze ans un univers unique, entre rock expérimental, chansons désabusées et jazz enfumés. Autodidacte passionné, multi-instrumentiste chevronné, Sacha Toorop, c’est cette voix insaisissable, cette plume d’orfèvre qui nous guide vers des contrées inexplorées aux frontières du rêve et de la réalité.

Après 5 albums à la tête du groupe Zop Hop Op et un premier opus en langue française, Sacha Toorop revient avec Les Tourments du Ciel, un nouvel album qui dévoile son plaisir à jouer de la langue française et à expérimenter les musiques qui le transportent.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandorLe disque (argumentaire de presse) :

Les Tourments du Ciel est un album à double teinte, clair et obscur, à l’image de son auteur, voguant entre les zones troubles d’ombre jazz et de lumière pop. De sa voix douce et écorchée, Sacha Toorop dépeint avec naïveté et passion onze tableaux des tourments de la vie d’un homme aux prises avec ses angoisses et joies personnelles qui sont aussi universelles. Onze titres, chacun possédant son essence si particulière. «La Route 69» nous emmène aux surprises d’un amour sur un bitume musical brûlant et entêtant. « Orient Occident » décline, au travers des voix de Françoiz Breut et de Sacha Toorop, les clivages entre les antinomies communes. «Je Te Reviendrai» nous rassure sur les intentions de cet homme croisé et aimé. «Aussi Belle Est Douce » nous enamoure pour cette « sirène qui soulève des montagnes » et nous rappelle aux contradictions des jeux de l’amour. La carrière d’ «Anne » nous heurte tendrement à l’envol de nos enfants, parfois loin de nos espérances.

Le tout est chargé d’épaisses volutes sublimées par le jazz et d’éclaircies soutenues par une musique pop assumée. Une invitation intemporelle à éprouver en solitaire ou rassemblés.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandorInterview :

Tu as commencé quand ta carrière de musicien ?

J’ai commencé en 1991. Mon arrivée en France, je le dois à Dominique A. J’avais fait une cassette avec 4 titres qu’il avait entendu à l’époque où il cherchait quelqu’un pour compléter un groupe qui existait déjà pour sa tournée « La mémoire neuve ». On s’est rencontrés lors d’un concert à Liège.

Tu t’es senti sur la même longueur d’ondes que cet artiste ?

Pas du tout. Quand j’ai rencontré Dominique, ce qui m’a fait rire, c’est qu’il m’avait parlé d’emblée comme si l’affaire était faite, comme si on allait partir en tournée… alors que je ne connaissais pas ce qu’il faisait. C’est moi qui lui ai dit que si ça se trouve, ça n’allait pas marcher entre nous deux. En fait, ça s’est très bien passé. La première année on avait 60 dates de prévue, on a terminé avec 140 dates au compteur. Ça m’a permis de connaître les salles françaises et le réseau musical de chez vous.

Tu t’es pas mal cherché avant de devenir musicien.

Oui, je faisais à la fois du dessin, de la peinture et un peu de musique. Je ne savais pas trop quoi faire.

Tu as commencé à chanter en anglais avec ton groupe Zop Hop Op.

C’était ma culture musicale à cette époque-là. J’étais jeune et j’écoutais beaucoup de musiques anglophones. Mon papa était musicien, j’ai donc écouté beaucoup de musique  quand j’étais petit, du rock’n’roll et de la country… c’était très américain.

Clip de "Je te reviendrai" extrait de l'album Les tourments du ciel.

Ton premier album en français, Au clair de la Terre, est sorti en 2006.

Au préalable, j’avais fait 6 albums en anglais avec Zop Hop Op. Ils ont été édité dans le Benelux et on a pas mal tourné avec, mais plutôt à l’Est comme en Hongrie et en Tchécoslovaquie… C’est resté un peu underground, mais nous avions un certain public qui nous suivait. Au clair de la Terre, je l’ai sorti sous mon vrai nom, Sacha Toorop. Puisque je chantais entièrement en Français, je trouvais que c’était bien de dissocier Zop Hop Op qui était une musique plus expérimentale, plus rock psychédélique, plus progressive, de cette nouvelle aventure qui était plus « classique ». Ce premier disque en Français m’a ouvert plein de portes et d’opportunités, du coup, j’ai mis Zop Hop Op de côté.

La langue française t’a rendu plus « sage » ?

Peut-être. Cet album a cette image-là en tout cas.

C’était un album de belles chansons, je trouve.

Je n’aime pas le terme « chanson ». Il fait très ancien, très daté, très établi et je n’ai pas le sentiment que ce que je crée est comme ça. Je n’ai pas la prétention de faire des chansons d’ailleurs, je fais plutôt des morceaux de musique, des expérimentations musicales et des expérimentations verbales. Je n’ai pas de structures d’écriture et je ne me sens pas auteur particulièrement. Ce que je couche sur papier, ce sont plutôt des flashs, des idées.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

C’est un problème de légitimité ?

Peut-être. J’ai l’impression qu’il y a une structure dans une chanson que je ne respecte pas toujours.

Parfois, c’est bien de mettre un coup de pied dans la fourmilière.

Je suis le premier à le désirer, mais de là à dire que je le fais, je n’en sais rien.

Tu es modeste.

Non, je ne suis pas quelqu’un de très modeste. Je connais ma valeur plutôt. Je suis juste réaliste. Je suis un grand mélomane et j’écoute beaucoup de musique. Depuis une quinzaine d’année, j’ai comblé mes lacunes en chansons françaises anciennes. J’ai découvert Mouloudji, je me suis plongé dans toute la discographie de Brel, de Léo Ferré et bien d’autres. J’ai une image de la chanson française qui me semble pas tout à fait correspondre à ce que je propose, qui, encore une fois, est plus de l’ordre de l’expérimentation sonores. Ce que je crée n’est jamais très réfléchi. Je suis un spontané et autodidacte. Je découvre les choses en les faisant.

Clip de "Aussi belle est douce" extrait de l'album Les tourments du ciel.

Dans ton nouveau disque Les tourments du ciel, tes morceaux sont très variés et accessibles à toutes les oreilles en tout cas.

De disque en disque, c’est mon grand souhait : être de plus en plus clair, accessible et lisible.

Tu as travaillé avec des gens aussi différents que Dominique A, Axelle Red, Yann Tiersen, Adamo… tu puises quelque chose dans chacun des artistes que tu as accompagnés ?

Au départ, je ne suis fan d’aucun de ces artistes, mais je le suis devenu parce que j’ai rencontré les personnes. Adamo, il le dit lui-même, une grande période de sa vie, on l’a pris pour un ringard. Moi-même j’ai cru ça. Je pensais qu’il avait fait son temps. Avec le temps et la maturité, on redécouvre des choses impressionnantes dans son répertoire. Ce que j’aime bien aussi chez lui, c’est qu’il a gardé sa naïveté après un si long parcours. Ca inspire le respect.

Alors que tu joues aussi de la guitare, de la basse et du clavier, pourquoi es-tu pris uniquement comme batteur quand tu accompagnes d’autres artistes ?

C’est l’instrument derrière lequel je me suis placé spontanément quand j’ai commencé à jouer de la musique. On me demande plus d’être batteur parce que je pense avoir le feeling pour battre la mesure et amener le rythme quelque part. Au fil du temps, ça s’est presque dessiné tout seul et malgré moi. Au départ, quand je suis rentré dans l’équipe de Dominique A, lors de la première tournée que j’ai faite avec lui, j’étais bassiste, percussionniste et un peu claviériste. De répétition en répétition, de balance en balance, j’ai fini derrière la batterie et Dominique a apprécié mon groove. Pour la tournée de l’album Remué, il m’a demandé d’être son batteur. Au fond de moi, je ne me sens ni batteur, ni guitariste, je me sens simplement musicien.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

Côtoyer Dominique A t’a apporté quoi ?

Ça m’a sans doute un peu décomplexé et peut-être aussi un peu rassuré, ce qui m’a permis d’accepter de chanter en français. Il y a 20 ans, pour moi, c’était impensable.

Dans l’argumentaire de presse, j’ai lu «…voguant entre les zones d’ombres du jazz et la lumière pop ».

Tu as raison, c’est peut-être un peu cliché. C’est une bonne remarque. Le jazz, on l’imagine toujours un peu enfumé, un peu sombre et la pop, on l’imagine un peu solaire. Dans le fond  ce sont des termes qui ne veulent pas dire grand-chose.

Ca correspond à ce que tu es : sombre et lumineux ?

Je crois que ça correspond à ce qu’est tout être humain en général. On est tous pareils. C’est dommage qu’on ne s’en rende pas plus compte que cela, ça éviterait les clivages qui existent aujourd’hui. On est tous des êtres sur une même planète et dans le fond, on a tous besoin des mêmes choses : manger, boire, dormir, avoir de l’amour et de l’attention.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

L’être est paradoxal.

Paradoxal et un peu idiot même. Très idiot même. Je ne veux pas faire de philosophie à cinq francs, mais c’est dommage que l’on soit sur un si bel endroit, que nous soyons portés par une magie aussi gigantesque, qu’on soit si petit face à cette grandeur là… et qu’on soit dirigés par de si petits hommes.

A ta façon, tu as des textes engagés ?

Mes mots ne définissent pas un cycle d’histoire de A à Z. Il n’y a pas de fil précis à suivre, mais à travers mes mots qui émettent certaines images, on peut ressentir quelque chose de commun… Ecrire des textes engagés, c’est pourtant mon but, mais pas de façon frontal. Avec une certaine forme de poésie, de beauté et d’humour. Mon but est de fédérer des gens pour que l’on se retrouve en force.

Un artiste est là aussi pour changer le monde ?

Ce serait bien que la marche du monde prenne un autre pli. Si c’est par l’intermédiaire d’un écrivain, d’un chauffeur de taxi, d’un boulanger, d’un restaurateur, d’un camionneur ou d’un chanteur, je suis pour.

Et divertir les gens, c’est déjà pas mal, non ?

Ce serait génial que j’y parvienne. Je ne pense pas que mon style de musique peut divertir. J’ai l’impression que c’est trop sombre et trop compliqué.

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

(Photo : Lara Herbinia)

Ce n’est pas du tout ce que j’ai ressenti en écoutant ce disque. Je le trouve presque solaire…

Ça vient de moi, je me demande toujours si ce que je fais n’est pas trop pesant, si des gens vont vouloir écouter ça… Mon disque s’intitule Les tourments du ciel. Cela me semble refléter un état d’esprit commun aux gens que je vois autour de moi. Tout le monde est trop tourmenté, alors que ça pourrait être si simple. Comment on se complique la vie, c’est dingue !

Un chanteur doit-il être politique ?

Nous sommes politiques sans être politicien. Mais, s’adresser à un public et chanter un texte, c’est un acte politique, en effet. Peut-être qu’un chanteur devrait être politicien, tu as raison. Ça pourrait éclaircir plein de choses ou que ça accélèrerait certains processus.

Tu aimes la promo ?

Je n’ai pas fait 1000 disques, donc sortir un album, ça reste un évènement. Je suis très touché par l’intérêt que portent les médias en Belgique et en France aux Tourments du ciel. On me reçoit, on me pose des questions, on me demande d’où je viens, d’expliquer ce que je fais. C’est agréable de voir qu’on s’intéresse à mon travail, qu’on le chronique. C’est autant enrichissant que réjouissant.

Ce n’est pas gênant de parler de son œuvre ?

Non. C’est gratifiant. On a tous besoin qu’on s’intéresse à nous. Moi, je me cherche toujours un peu, je suis pétris de doutes, ça me touche donc beaucoup que l’on me donne la parole et que l’on me demande des explications pour approfondir certaines choses. 

sacha toorop,les tourments du ciel,interview,mandor

Le 14 novembre 2018, après l'interview.

19 novembre 2018

Thomas Cogny, Arthur Le Forestier et Bruno Guglielmi : interview pour l'album de STAFF

thomas cogny,bruno guglielmi

« STAFF, c’est la contraction d’Astaffort » explique le dossier de presse. « L’esprit et l’âme de ces rencontres entre créateurs de musiques actuelles, auteurs et compositeurs de chansons, imaginées et créées par Francis Cabrel (mandorisé là) et organisées par l’association Voix du Sud depuis 1994 (dont je parle en détail ici). Le génie de cette initiative : repérer, encourager les talents, et associer les forces d’auteurs compositeurs aux parcours différents. Les allier dans un seul but : provoquer de l’étincelle, de l’inspiration, et constituer un collectif autour de la création d’œuvres musicales. »

Pour la première fois, un album vient donc concrétiser les chansons produites par la parfaite harmonie de l’équipe formée pour les 45èmes rencontres parrainées par Julien Doré (mandorisé là) en septembre 2017. Thomas Cogny a assuré la cohésion musicale en arrangeant et réalisant l’album, secondé par Bruno Guglielmi et Arthur Le Forestier. J’ai rencontré ces trois artistes le 31 octobre dernier dans un café de la capitale.

44792241_10213481493420911_5795639288813060096_n.jpg

L'équipe de STAFF.

Qui est STAFF  (extrait de l’argumentaire de presse officiel)?

Qui sont ces 13 artistes qui composent le groupe ? Fidélité à l’esprit d’Astaffort, ils viennent des quatre coins de la francophonie et développent tous séparément un projet en tant qu’auteur, compositeur ou/et interprète. La plupart ne se connaissaient pas, certains si peu, et les voici réunis dans la même aventure, prêts pour dix jours d’odyssée enchantée : La franco-ontarienne Céleste Lévis, la diva pop Stellia Koumba d’origine gabonaise qui s’est fait remarquer par un spectacle dédié à Édith Piaf, la chanteuse et comédienne Aelle, les deux sœurs d’origine malgache Antsa & Mendrika, le belge Quentin Maquet leader du groupe de country folk Dalton Telegram, le guitariste Cheveu, l’auteur et multi-instrumentiste Bruno Guglielmi qui a notamment écrit plusieurs chansons pour Julien Clerc, le chanteur Arthur Le Forestier, le trublion de l’électro acoustique Ben Michel, le chanteur tarbais Baptiste Braman, le musicien pop à voix haut perchée Valentin, le très bashungien Grimme qui pour la première fois chante en français, et enfin le guitariste Thomas Cogny.

Staff.jpgLe disque (extrait de l’argumentaire de presse officiel) :

L’idéal de l’entreprise est respecté : chacun donne le meilleur de soi dans l’intérêt du collectif. Au gré des créations, les artistes se croisent, les sensibilités se frôlent et s’additionnent, des duos, des trios se composent, les forces se répondent et se multiplient. De ces alliances inédites naissent des textes et des musiques originaux qui ont pour dénominateur commun la joie de créer ensemble. Cette énergie et cet idéal se retrouvent dans les chansons :

Ce qui frappe à l’écoute de ces titres, c’est leur grande diversité et leur belle exigence. En confiance, chacun donne le meilleur de soi. C’est le message des deux chansons citées, mais on pourrait parler aussi de la pureté classique de Les coups de peinture, du surréaliste et trippant : « Victoria », du fédérateur à l’esthétique country : « Dans mes yeux », ou de la fausse légèreté réjouissante de ce constat improbable : « C’est l’heure où toutes les meufs appellent pour dire bonne nuit ». L’humour n’est jamais loin, la volonté de faire des chansons qui restent dans la tête – et dans le temps - omniprésente.

Le STAFF s’est mis au service des chansons, a bénéficié des conditions créées par Francis Cabrel et de la bienveillance experte de Julien Doré.

Un album à la fois éclectique et tenu par la force, la vitalité de faire de la musique ensemble.

Francis Cabrel explique le projet STAFF.

IMG_7206.JPGInterview :

Ce sont les Rencontres d’Astaffort qui vous ont réuni. Pourquoi avez-vous participé à ces « rencontres » ?

Bruno Guglielmi : C’est Anne-Claire Gaslene qui nous a proposé de vivre cette aventure.

Arthur Le Forestier : On me l’avait proposé une première fois quand j’avais 20 ans, mais je ne me sentais pas du tout faire ce genre de chose. Année après année, j’entendais beaucoup de bien de ces Rencontres. A chaque fois que je croisais Anne-Claire ou Francis Cabrel, ils me demandaient quand j’allais venir. La dernière fois que cette proposition m’a été faite, avec Bruno, nous avons accepté.

Bruno Guglielmi : Il y a aussi Benoit Dorémus (mandorisé là) qui m’en avait parlé. Il a achevé de me convaincre. Parce que je suis un animal un peu farouche, ça ne me tentait absolument pas. Il a su trouver le mot pour m’inciter à accepter. Je n’avais pas envie de sortir de chez moi pour frotter mon expérience à celles des autres. Aujourd’hui, je ne regrette pas.

Thomas Cogny : C’est la première fois que je faisais les Rencontres mais cela faisait trois fois que j’allais à Voix du Sud pour les « Répertoires ». En discutant avec Pascal Bagnara et Béatrice Pontens, ils m’ont très fortement conseillé de participer aux 45e Rencontres. Du coup, j’y suis allé avec mon pote Baptiste Braman.

Bruno Guglielmi : Je me souviens qu’avec Arthur, sur la route, on hésitait encore jusqu’au dernier moment. Nous étions fébriles. Arthur s’arrêtait sur chaque station d’autoroute pour faire demi-tour. On se demandait pourquoi on allait s’infliger une peine pareille… et évidemment, dès que nous sommes arrivés, notre angoisse s’est envolée.

44757004_1913760468661623_142004306139152384_n.jpg

Francis Cabrel et le groupe lors de la présentation de l'album STAFF aux Nuits de Champagne, le 25 octobre 2018.

arthur-le-forestier © Magda Lates.jpgEt comment ça s’est passé ? (Photo à droite : Arthur le Forestier par Magda Lates)

Arthur Le Forestier : Ce qui est rigolo, c’est que nous travaillons beaucoup ensemble dans la vie avec Bruno. A Astaffort, la première semaine, nous n’avons eu aucune collaboration commune. Le premier jour, ça s’est bien passé au niveau de l’écriture. De belles choses sont sorties. Mais le lendemain a été terrifiant.

Bruno Guglielmi : Jérôme Attal (mandorisé là) nous a mis un petite claque. Il nous a dit que ça n’allait pas du tout. Et effectivement, c’était beaucoup moins bien que la veille, alors ça nous a fait du bien d’être « brusqué » un peu.

Arthur Le Forestier : Quand on écrit à plusieurs, il faut mettre son ego au placard.

Bruno Guglielmi : J’ai une technique d’écriture, une méthode bien à moi. Quand un formateur comme Jérôme Attal, pour lequel j’ai un profond respect mais qui n’a pas du tout la même façon d’écrire que moi, te dit « franchement, ça, ce n’est pas bien ! », il faut savoir l’entendre et ravaler sa fierté. Au fond, ça fait même du bien de sortir de ses habitudes, surtout que ces réflexions sont dites avec bienveillances et nous savons que c’est pour le bien du groupe. Ce n’est jamais gratuit.

Le troisième jour, ça s’est mieux déroulé ?

Arthur Le Forestier : Oui, on avait récupéré et à partir de ce moment-là, tout a roulé.

Courts extraits des chansons de STAFF en live.

Au final, Francis Cabrel a trouvé toutes les chansons qui ont été choisies pour le spectacle de fin de thomas-cogny.jpgstage extraordinaires. Et il ne dit pas cela à chaque fois. Vous aviez conscience vous-même que vous teniez là un sacré répertoire ? (Photo à droite : Thomas Cogny)

Thomas Cogny : Il a fallu qu’on nous le dise parce qu’on avait trop le nez dedans.

Bruno Guglielmi : On savait qu’il y avait vraiment quelques chansons intéressantes, comme celle d’Arthur, « Les coups de peinture » ou « Les éoliennes » chanté par Antsa et Mendrika.

Thomas Cogny : J’insiste sur le fait que Francis Cabrel trouvait qu’il y avait surtout une belle cohésion dans le groupe, entre les chansons et les artistes que nous sommes.

Bruno Guglielmi : Il y avait une belle unité, mais en plus Francis Cabrel a vite repéré que Thomas avait des capacités de réalisateur. Il avait déjà fait des petites productions avec son ordi. Bref Francis a dû se dire qu’il y avait des chansons vraiment valables, que le groupe se tenait et qu’il y avait un mec qui pouvait tenir tout ça.

Thomas Cogny : En plus, dans le groupe, il y avait un bassiste, des guitaristes, des pianistes, un batteur… on avait besoin d’aucun élément extérieur. Juste Julien Lebart (intervenant « musiques » des Rencontres d’Astaffort) a participé au clavier et j’ai beaucoup aimé sa façon très moderne d’appréhender les morceaux.

La réalisation de l'album par Thomas Cogny, Bruno Guglielmi et Arthur Le Forestier.

bruno-guglielmi © Magda Lates .jpgComment vous a-t-on annoncé qu’il y aurait un album ? (Photo à gauche : Bruno Guglielmi par Magda Lates)

Thomas Cogny : Toi qui passe parfois à Astaffort, tu sais comment ça se passe en fin de soirée après le spectacle. On est dans l’euphorie… Avec Bruno, on a décidé d’aller voir Francis Cabrel.

Bruno Guglielmi : Excuse-moi, je te coupe, mais il nous avait dit avant : « ça serait bien de faire un CD ». Nous, nous exultions, mais il n’est pas revenu sur la question.

Thomas Cogny : Du coup, on se chauffait tous depuis deux jours pour cette histoire d’éventuel CD. Avec Bruno, nous sommes donc allés lui demander comment ça allait se passer pour ce disque.

Bruno Guglielmi : On savait qu’il fallait saisir cette chance avant qu’il quitte la soirée. On lui a dit qu’on pouvait le faire. L’idée était qu’il fallait qu’il ait confiance en nous et en notre capacité à mener à bien ce projet. Tout de suite, il nous a dit que c’était faisable, que l’on pouvait loger à Voix du Sud, qu’on allait s’arranger pour les repas… bref, on a eu l’impression que dans sa tête, la machine était en route.

Thomas Cogny : On a discuté un quart d’heure sur ce sujet et deux semaines après, on nous a appelés pour nous dire que le projet était accepté officiellement. Ils m’ont nommé réalisateur. Avec Arthur et Bruno on a très vite commencé à travailler sur l’album.

Clip de "Comme en exil".

Cabrel  vous a filé les clefs de son studio ? 14666269_10207794448720937_6764912578973596172_n (2).jpg(Photo à droite : Bibi avec Baptiste Braman et Thomas Cogny.)

Thomas Cogny : D’abord, on a mis tout en place avec Bruno et Arthur. Mise à part le fait d’arranger, nous nous sommes aussi occupés de tout l’aspect logistique. Faire le planning n’a pas été une mince affaire à cause de la disponibilité des uns et des autres. Nous nous sommes fixés d’enregistrer du 7 au 14 janvier 2018.

Bruno Guglielmi : Il fallait définir qui allait jouer quoi. Ensuite, nous avons préparé des maquettes bien ficelées pour que Francis Cabrel soit en confiance. On ne voulait pas le faire flipper en arrivant avec des guitares-voix. Thomas a bien gérer le truc et Arthur et moi étions les aides de camp.

Thomas Cogny : Quand tu dis que Cabrel nous a filé les clefs de son studio, c’est vrai, mais il y avait son ingénieur du son, Sébastien Bramardi, pour nous chapeauter. Il était à 100% avec nous quand il a vu que nous sommes arrivés avec des chansons bien avancées. Au début on devait être au studio à 9h30 et le quitter à 19h. Ce n’est jamais arrivé. On quittait le studio parfois à 4 heures du matin. Une semaine pour faire un album, c’était hyper chaud.

IMG_20181025_130117.jpg

Quelques membres du groupe.

IMG_20181025_205320.jpgIl a fallu que vous ménagiez la susceptibilité des 10 autres artistes, je présume. Répartir les chansons de manière à ce que personne ne se sente lésée.

Bruno Guglielmi : C’est Francis qui a fait le choix des chansons… c’était toutes celles du spectacle. On a juste enlevé deux titres. Tout le monde a sa chanson et nous nous sommes partagés les instruments. Ça a été plutôt simple.

Et un jour, il faut faire écouter à Francis Cabrel le résultat final. 

Thomas Cogny : Il venait tous les jours au studio, donc il a entendu l’évolution petit à petit.

Bruno Guglielmi : Il donnait son avis, mais discrètement. Il nous a vraiment laissé faire. Il a joué une guitare et des chœurs. Il est hyper cool. A son image. Je me souviens que quand Thomas avait besoin d’un effet, il était là : « Je vais te le chercher cet effet. Il partait chez lui et il revenait avec des effets qui ressortaient super bien. » Il nous a donné accès à toutes ses guitares. Accéder à toutes les guitares de Francis Cabrel, c’est le délire.

IMG_20181025_102953.jpg

IMG_20181025_204728.jpg

STAFF sur scène.

Ces chansons ont été faites dans l’urgence lors des Rencontres. Avez-vous modifié certains textes pour le disque ?

Thomas Cogny : Ca nous est arrivé de revoir tous les aspects d’un morceau, ses structures, comme dans « New York »… mais très peu les textes. Sur « Sauve-moi », on est reparti de zéro parce que ça ne collait pas. On voulait vraiment que l’album soit parfait, juste et bon, manière aussi de faire honneur à ces Rencontres.

Avant de clore cette interview, pouvez-vous me dire quels sont vos projets respectifs ?

Arthur Le Forestier : Là, je travaille beaucoup sur l’album de mon père (Maxime Le Forestier, mandorisé ici) en tant que guitariste. Je suis un peu mono tâche, donc pour le moment, je ne me concentre qu’à cela.

Bruno Guglielmi : J’ai des chansons que j’ai envie de rassembler pour en faire un album. J’écris aussi pas mal pour d’autres artistes, mais je n’en parle pas tant que ce n’est pas validé. Je suis comme Arthur, je travaille sur un projet, ensuite, je passe au prochain. Là, je suis au stade de réflexion.

Thomas Cogny : Après cette expérience de réalisation et d’arrangement, ça m’a beaucoup plus. Je crois que je vais continuer dans ce domaine. Je fais des arrangements et je compose pour d’autres et aussi pour moi. Là, j’ai fait un arrangement avec pas mal de moyens pour un groupe qui vient de signer chez Universal, « « La dérive ».

IMG_7209.JPG

Avec (en haut) : Bruno Guglielmi et bibi. (En bas) Arthur Le Forestier et Thomas Cogny.

thomas cogny,bruno guglielmi

18 novembre 2018

Fabien Lecoeuvre : interview pour 50 tubes de Johnny Hallyday

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

Spécialiste de la chanson française, Fabien Lecœuvre est aux côtés de Patrick Sébastien depuis plus de dix ans dans l’émission Les Années Bonheur sur France 2.

Il est auteur de nombreux ouvrages consacrés à la chanson. Ses livres rassemblent d’incroyables histoires et de fabuleuses anecdotes. Des ouvrages référentiels, richement illustré, qui se classent régulièrement dans les meilleures ventes de livres. Le dernier en date s'intitule 50 tubes de Johnny Hallyday racontés par Johnny Hallyday. Interview téléphonique pour Le magazine des Loisirs Culturels Auchan (daté des mois de novembre et décembre 2018).

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

fabien lecoeuvre, 50 tubes de johnny hallyday, le magazine des loisirs culturels auchan, interview, mandor

Quelques tubes inoubliables de Johnny Hallyday (INA.fr).

17 novembre 2018

Naouack : interview de Mc Yacé pour Trop bien mais trop court

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

(Photo zOz)

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand"En réponse à un Hip-hop sérieux fait de clashs et d’égotrips, les Naouack prêchent le faux pour nous mettre face au vrai. En bref, du gros son et des textes ironiques pour  nous permettre de nous agiter… mais avec le sourire.

Leur style musical s’inscrit dans un hip-hop hybride mêlant les phrasés énergiques et ironiques (voire loufoques) d’un rap alternatif, les riffs d’un rock survolté et les rythmes effrénés de l’électro ou de la dubstep. Le tout accompagné d’une bonne dose d’énergie. Les textes sont cash et dénonciateurs, teintés d’humour mais conscients." Voilà… conscients, pas engagés, pas moralisateurs (ce que je déteste par-dessus tout dans la chanson française).

Le 23 octobre dernier dans un bar de la capitale, j’ai rencontré l’un des trois Naouack, Mc Yacé, peut-être le plus turbulent et le plus sage du groupe (mais non ce n'est pas paradoxal) pour parler de ce premier album, Trop bien mais trop court.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

Argumentaire de presse officiel :

L’injonction désuète « Tu fais vraiment NAOUACK ! » prend une toute autre tournure et même un renouveau avec ce groupe « Comédie Rap » s’insurgeant sourire béant en mettant leurs fantaisies au service de la triste réalité. Ils produisent une musique à scander, à danser ou à débattre en faisant entrer le rap dans des contrées ou personne n’avait jamais encore empoigné un micro.

Ces 3 Clermontois ont déjà sillonnés la France, la Belgique et la Suisse avec plus de 280  concerts et 2 EP en 6 ans ! Ils nous reviennent en ayant franchi le cap de la singularité artistique avec ce 1er Album Trop bien mais trop court sorti en Mai 2018.

L’album : naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

On sent qu’ils ont digérés l’ironie de notre société en la dénonçant sans jamais abaisser leurs mots et même en les ouvrant à l'émotion, à la tendresse, au fantasque jusqu’à la rage dénonciatrice ! Un duo plus présent dans les morceaux avec d’un côté, le timbre guttural d’un nihiliste bienveillant, Mr Vince, et de l’autre, la contestation nasillarde d’un amuseur caustique pour Mc Yacé. Wizz quand à lui pose son flow d’infatigable geek utopiste quand leur message se veut un hymne de leur vision controversé de l’Homme et de ses travers. C’est également lui qui a perfectionné les compositions et les univers sonores aux accents trap, jazzy ou boom-bap, avec l’aide de notre indissociable Maître Gume, leur incompressible technicien du son, compositeur d’un titre et mixeur de cet album.

Ce projet est ancré dans un état d’esprit rap humaniste et résolument « rock’n’rolla » révolté par l’idiocratie et ne ratant aucune occasion de faire la part belle à l’ego-dérision.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

(Photo zOz)

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrandInterview :

Ainsi, tu es l’amuseur caustique du groupe, si j’en juge l’argumentaire de presse ?

Oui, même si on peut parfois partager les rôles. Rien n’est gravé dans le marbre, mais généralement, je suis celui qui ironise pas mal. On tient chacun le rôle de ce que nous sommes dans la vie. Ce que nous sommes dans nos chansons ou sur scène, ça transpire notre vécu et ce que nous sommes dans la vie de tous les jours.

Vous faites beaucoup de scènes un peu partout en France.

On a un vrai spectacle à proposer. Il y en a pour tous les âges et tous les goûts. Chaque morceau à un univers grâce à des samples cinématographiques. On essaie de donner une puissance aux mots et à la musicalité des mots, ce qui se perd un peu de nos jours, à cause de la technique… Même dans notre façon de rapper, on a décidé de changer. On rappe plus lentement pour que notre propos soit écoutable plus facilement.

Avant, vos flows étaient trop rapides ?naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

Surtout le mien. Je suis un peu le speed du groupe. J’étais trop rapide et j’avais un côté instantané, même dans l’écriture. Là, on a pris deux ans pour faire cet album comme il le fallait. On a véritablement mis en avant le travail studio, ce que nous avions eu du mal à faire sur les deux EP précédents.

Monter sur scène, c’est comme monter sur un ring ?

Oui. On se met en ligne et on se tatane les fesses. C’est notre rituel pour se donner un coup de fouet. On veut que le public soit satisfait. On ne veut décevoir personne. Qu’ils aiment ou pas nos textes, on ne veut pas entendre dire par les gens dans la salle que nous n’avons pas travaillé. Il y a un aspect théâtral dans notre spectacle très millimétré, notamment avec une fausse bagarre qui dure une minute trente sur scène. Ça nous a demandé 6 jours de 9 heures du matin à 22 heures. On va vraiment au-delà du simple concert musical.

Clip de "Trop  bien".

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrandDans « Trop bien », vous racontez nos vies qui passent à une vitesse folle.

C’est ça. La nouvelle génération ne pense pas à la retraite, mais pense à l’instant présent. Nous on espère avoir une retraite, mais on ne sait pas trop. Cette chanson explique qu’il faut choisir les petits instants les meilleurs que nous traversons. Avant que l’on ait dit ouf, on est déjà parti, alors profitons de la vie. C’est un peu le message.

Vos chansons racontent vos histoires ?

Les nôtres et celles des gens. C’est pour ça que beaucoup de personnes se retrouvent dans nos chansons. On essaie de saisir les instants de chacun.

"Walking raide", audio.

Vous vous moquez de vous-même aussi dans les chansons. Dans « Walking raide » notamment.naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

J’ai arrêté de boire il y a 6 ans, donc, là, il ne s’agit pas de moi. Si je n’avais pas arrêté, je serais parti assez vite, je pense. Dans cette chanson, du coup, je joue un rôle. Nous sommes des gens de la nuit, ainsi que les gens qui viennent nous voir. Je sais qu’on s’alcoolise trop et que le lendemain, au réveil, on a l’impression d’être des zombies. Le parallèle avec The Walking Dead était donc logique. Il faut savoir s’arrêter de boire pendant qu’on est encore rigolo, mais pas encore un zombie.

Vous ne faites jamais la morale dans vos chansons ?

C’est hors de question. Nous ne sommes pas moralistes pour un sou. Nous, on a fait des erreurs et on continuera à en faire avec délectation. C’est comme ça que l’on vit. Il y a tellement de choses tristes dans la vie que nous avons pris le parti de faire sourire les gens, même avec des choses parfois morbides.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrandIl y a cette notion de faire sourire dans tous les titres ?

Non.

Dans « Loto papers », effectivement, ce n’est pas très drôle.

C’est inspiré du « Panama paper ». On ne dit pas que réussir est une tare et que ça rend les gens mauvais. On dénonce ceux qui sont nés avec une cuillère d’argent dans la bouche et qui ne pensent pas aux autres malgré les avantages qu’ils ont. Ils ont même tendance à écraser l’autre… et nous, on n’aime pas ceux qui ne pensent pas aux autres, ceux qui ne pensent pas à ceux qui sont en dessous. Coluche disait : « Je suis capable du meilleur et du pire. Mais, dans le pire, c’est moi le meilleur. » C’est navrant de savoir que des gens peuvent aider d’autres personnes, peuvent équilibrer un peu la balance, et qu’ils ne le font pas.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

(Photo : zOz)

Vous faites du rap social et humaniste ? naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

On a choisi de dire que nous faisons de la comédie rap, en référence à la comédie humaine. Le terme de comédie est là pour amener à différentes déclinaisons de comédies. Il y a la comédie de mœurs, la comédie dramatique, la comédie burlesque aussi. On est fan de Terry Gilliam et de Wes Anderson. Ils font de la comédie qui n’est pas forcément très drôle quand on comprend le fond. Nous on veut faire pareil : donner à sourire et à réfléchir en même temps. On est les Ken Loach de la chanson (rires).

C’est toi qui écris les textes de Naouack ?

Non. Nous écrivons à trois ou au moins à deux. Nous définissons une thématique, ensuite, l’un a plus d’aisance sur le sujet et commence avec son propre angle d’attaque, ensuite les autres surenchérissent et proposent leurs idées. Ça prend plus de temps que quand on écrit seul, mais c’est beaucoup plus riche. Il y a des débats, des concessions, des compromis… c’est ce qui permet d’avoir une chanson aboutie. Quand on écrit seul, on a tendance à s’auto-satisfaire. Je crois qu’il faut vraiment plusieurs regards sur un texte.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrandLe fait d’avoir un style d’écriture différent, ce n’est pas gênant ?

Si, mais c’est aussi ça notre force. Avoir des tournures de phrases qui ne sont pas forcément les nôtres, ça nous enrichit et ça nous amène vers des directions vers lesquelles nous ne serions jamais allés seuls.

Dans « Rien à branler », il faut comprendre exactement le contraire.

On adore les pieds de nez. On dénonce les futilités qu’il ne faudrait pas que nous ayons. Parfois, on s’intéresse à des choses sans importances par rapport à l’état du monde.

Mais l’Homme a besoin de futilité, non ?

De temps en temps oui. Dans la musique, il y en a tellement qu’on a voulu s’attarder à donner un peu plus de sens. Les albums qui ont marqué nos esprits, c’est plus L’école du micro d’argent d’IAM que les derniers albums de PLK ou de PNL. Je ne dénigre pas sur la forme, mais je reste circonspect sur le fond. Nous, on est de la culture Pierre Desproges, Coluche ou plus récemment Haroun, Nicolas Bedos ou Gaspard Proust. Ils savent faire de la futilité, mais avec des messages porteurs et symptomatiques de ce que l’on a au fond de nous… de vraies valeurs.

naouack,mc yacé,interview,trop bien mais trop court,mandor,clermont ferrand

08 novembre 2018

Bertille : interview pour #EP

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

(Photo : Vincent Bourdin)

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor« Bertille c'est un son, une humeur, une voix singulière, et le sensible comme étendard. L'élégance brute et sans compromis d'une chanson électronique et orchestrée ». C’est ainsi que nous est présentée Bertille dans son dossier de presse. Bien vu. Cela fait quelques temps que je suis cette multi-instrumentiste de formation classique dans ses différents projets. Déjà mandorisée en 2015 pour le duo qu’elle constituait avec Olivier Daguerre et plus récemment en 2017 pour sa participation au groupe Wallace. J’ai toujours apprécié l’artiste qu’elle est, mais aussi cette jeune femme, toujours souriante, un peu timide et d’une désarmante gentillesse.

Dans ce premier EP en solo (qui sort le 16 novembre), elle se livre donc pour la première fois sans se « cacher » derrière quelqu’un. Le dossier de presse l’indique parfaitement : « Un univers féminin, mélangeant le doux au dur, les caresses aux coups de griffes. »

Le 15 octobre dernier, j’ai donné rendez-vous à Bertille Fraisse en terrasse d’un bar parisien pour un troisième entretien… mais cette fois-ci, en tête à tête. C’était sa toute première interview pour ce disque.

Biographie officielle (par Samuel Rozenbaum) :bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

Si c’était la bande annonce d’un film, ce serait au début de l’après-midi. Intérieur, jour. Une lumière bleutée envahit le salon. Sur le canapé, de dos, une jeune femme. Gros plan sur sa joue, une larme coule. Avant d’atteindre le menton, l’eau a séché. Seule une légère trace reste sur sa peau, comme en filigrane, invisible si ce n’est au soleil.

La montée des océans ne peut pas être imputée à Bertille. De ses histoires tourmentées, elle ne garde que l’essence, celle qui lui permet d'avancer. Inutile de s’encombrer de la part liquide de la tristesse, elle a confié ses larmes au vent. Peut-être est-ce par pudeur, peut-être par timidité. Quoiqu’il en soit, Bertille se cache moins qu’on ne l’imagine. Nous ne sommes pas en présence d’une éternelle indécise qui bascule de la chanson à l’électro selon la mode du moment. Nous ne sommes pas face à une musicienne qui ne sait que choisir entre son violon et ses claviers. Elle est de ces figures inspirées qui ne font pas la course, qui s’exercent et peaufinent leur art sans savoir qu’elles exercent et peaufinent leur art. Bertille ne fait qu’être. Et voici le moment de la révélation, dans la succession de ses mots, l’évidence de son oreille musicale. Tout est cohérent, tout est aligné. La fréquence de chaque élément qu’elle révèle entre en résonance avec ce qu’elle est. Tout sonne juste. Nous sommes en présence d’un accord parfait.

À n’apercevoir que la légèreté de Bertille, je n’avais pas fait attention à l’épaisseur de son talent. J’ai hâte de découvrir de quelle couleur sera la fin de l’après-midi.

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

(Photo : Vincent Bourdin)

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandorInterview :

Enfin, nous voilà en tête à tête. Jusqu’à présent, je t’ai toujours vu accompagnée d’autres artistes.

C’était pour moi plus facile de ne pas être seule. En termes de création, on est partie prenante, mais on peut doser l’implication, alors que seule, il faut y aller en entier.

Pourquoi as-tu franchi l’étape de l’EP en solo ?

C’est la suite de mon chemin. Je ne suis pas quelqu’un qui se projette. J’avance au jour le jour. Dans mon parcours musical, j’ai toujours fonctionné ainsi : aux rencontres, à l’amitié et à l’intérêt que je porte aux projets qui me sont proposés… C’est ce chemin et les personnes que j’ai rencontré qui m’ont amené là. Le fait de chanter, par exemple, c’est quelque chose que j’ai fait petit à petit, au fil des collaborations, jusqu’à Olivier Daguerre avec qui j’ai fait l’album Daguerre et Bertille où là, j’ai trouvé une vraie place de chanteuse.

A la base tu es sidewoman (accompagnatrice).

Oui, j’ai mis ce que j’avais à proposer au service des projets des autres. J’ai fait ça très longtemps. Etonnamment, c’est l’écriture qui m’a donné envie de concrétiser ce projet solo. Moi, aussi j’ai des choses à dire.

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

Bertille est aussi une formidable violoniste.

Tu les couches régulièrement sur papiers ces choses ?

Je n’ai pas encore trouvé mon fonctionnement. Parfois, ça vient d’une idée qui me traverse l’esprit, parfois ça vient d’une mélodie. Mon moteur, c’est l’émotion et le sentiment. Je suis assez novice en écriture, mais pour l’instant mes textes sont souvent ces émotions que je mets en abyme et que j’essaie de décrire le plus honnêtement  possible. Pour le moment, je suis dans ma bulle, mais dorénavant, j’essaierai d’écrire des chansons en arrêtant de regarder mon nombril pour mieux voir ce qu’il se passe autour de moi.

S’il te plait, ne fais pas de chansons engagées.

Je ne sais pas comment font ceux qui y parviennent. Je ne sais pas le faire.

Pour moi, ce n’est pas le rôle de l’artiste. Je préfère qu’il me fasse rêver plutôt qu’ils me donnent l’impression de regarder BFM TV.

Sur ce point-là, c’est très vrai. Je n’irai jamais dans cette direction. Mon engagement est dans ma vie de tous les jours.

Clip de "Je plonge".

Tu as écrit tous les textes de cet EP ?

Non, j’ai demandé à certains artistes que je connais bien et dont je suis admirative de m’accompagner. Cette façon de m’accompagner c’est aussi, de leur part, une façon de me placer sur la route. Olivier Daguerre a écrit « Les rivières" par exemple. « La véranda » est une chanson écrite par Jérôme Pinel de Strange Enquête. C’est quelqu’un que j’ai rencontré aux Rencontres d’Astaffort. Le dernier jour de cette session, il a écrit cette chanson en 24 heures et je me la suis appropriée.

A Astaffort, tu as appris à écrire pour les autres aussi ?

Quand tu écris pour toi, il faut interpréter en assumant le propos. Quand j’ai écrit pour les autres, j’ai eu l’impression de m’être autorisée beaucoup plus de choses. Grâce à Astaffort, au moment de l’écriture, je peux me dissocier de l’interprète. Avant, j’écrivais en m’imaginant interpréter ce que j’écrivais.

Tu écris à quelle fréquence ?

Pour tout t’avouer, je n’écris pas beaucoup. Je trouve que c’est un acte très précieux. Je suis très admirative des gens qui écrivent, du coup je me sens très petite par rapport à l’écriture. D’ailleurs certaines chansons ont eu trois ou quatre versions. Je suis une besogneuse.

Tu es pudique dans la vie ?

Très pudique.

Avec les chansons de cet EP, tu n’as pas eu l’impression de te mettre à nue, de te livrer à tout le monde ?

Je m’en suis rendu compte après la création. Quand j’ai écouté les chansons finies, j’ai été effarée par ce que je racontais sur moi (rires). Même si, quand on écrit une chanson on travestit un peu la réalité, il y a quand même beaucoup de moi dans mes textes.

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

(Photo : François Mandor Alquier et iPhone5)

Il parait que tu puises aussi dans tes muses… Qui sont-elles ?

Mes muses, ce sont les gens qui m’ont appris des choses et qui m’ont fait ressentir des choses très fortes, qu’elles soient positives ou plus dures à vivre. Mon amoureux, d’anciens amoureux… parfois, je les mélange et je puise de l’inspiration dedans.

Tu comparerais la musique à quoi ?

A de la peinture par exemple. J’aime les paysages sonores. J’ai été forgée à l’école classique, donc il me faut de belles mélodies, mais j’aime la texture. C’est en cela que ça peut se rapprocher de la peinture. Ce que je trouve fabuleux avec la musique électronique, les synthétiseurs et les cordes, c’est la matière. Au moment de l’écriture, je décris quelque chose plus que je ne l’écris.

Tu pourrais faire des musiques de films ?

J’adorerais. Je suis toujours fascinée quand la musique fonctionne avec l’image.

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

Bertille Fraisse et Maëlle Desbrosses.

Comment défends-tu tes nouvelles chansons sur scène ?

Nous sommes deux. Je travaille avec Maëlle Desbrosses, une musicienne magnifique. Elle est violoncelliste, altiste et fait les chœurs aussi. Ce que j’aime, c’est qu’elle vient de la scène jazz contemporain, expérimental même. Moi, j’ai mon ordinateur, mon synthétiseur, mon violon et ma voix. C’est la formule idéale pour mes chansons.

Que pensent Erwann de Wallace et Olivier Daguerre de cet EP? Je le rappelle, ce sont deux des artistes avec lesquels tu as collaboré.

Ils aiment beaucoup, mais c’est vrai qu’ils m’aiment beaucoup…

Tu veux dire par là qu’ils ne sont peut-être pas objectifs ?

Si, ils le sont. Ils sont honnêtes et de bons guides, alors leur avis était important car je leur fais confiance. Ils connaissent ma sensibilité et mes limites. Ce sont deux personnes qui m’ont beaucoup poussé et fait évoluer. Daguerre est à l’origine de cette envie de chanter seule. Il m’a montré que j’en étais capable.

A quelques jours de la sortie du disque, tu te sens comment ?

Je suis très entière, alors je ne peux pas faire comme si j’étais très sure de moi. La façon que j’ai de « survivre », c’est d’avoir été honnête avec ma proposition. Ce que je trouve génial, c’est que l’EP va sortir et je ne le vis pas comme une fin en soi, mais comme un début de quelque chose. Une continuité de mon chemin…

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

Après l'interview, le 15 octobre 2018.

bertille,bertille fraisse,#ep,interview,mandor

07 novembre 2018

Zaza Fournier : interview pour Le déluge

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

(Photo : Raphaël Neal)

Après 3 albums à son actif, Zaza Fournier livre un spectacle musical envoûtant à la croisée des genres. Cette fable poétique commence après le fameux « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Voyez le projet ci-dessous, mais je suis sûr qu’il intéressera autant les hommes que les femmes. La relation à l’autre ne va pas que dans un sens.

Cela fait 10 ans que je suis la carrière de Zaza Fournier (lire ici les mandorisations précédentes) et ce que j’apprécie par-dessus tout, c’est qu’elle évolue d’album en album et qu’elle ne se place jamais où on l’attend.

Respect.

Pour évoquer son nouveau projet, Le déluge, elle m’a donné rendez-vous, le 15 octobre dernier, au Café sans nom à Paris.

Elle sera le 13 novembre au Café de la Danse pour ce  nouveau spectacle.

zaza fournier,le déluge,interview,mandorLe projet :

Cette histoire est celle du DÉLUGE du dedans, de l'intime. L'histoire de nos tempêtes secrètes.  Le DÉLUGE  qui se déchaîne en chacun de nous. Que nous avons appris à dompter. Nous, dresseurs professionnels de Déluges !  À l'heure où l'on nous demande d'être définissables, nets, lisibles, quand nous sommes des êtres mouvants, changeants, des corps qui bougent.  Cette histoire questionne le couple, le désir, défie la fidélité, interroge notre façon d'être ensemble.  Cette histoire est celle de nos monstres, tendres et féroces.  Elle se raconte en mots mais d'abord en chansons. Des chants qui parlent à la tête et au ventre. Des chants qui remuent. Treize chansons, que Zaza Fournier écrit pour ce spectacle.  Pour les porter, elle s'entoure de deux chanteuses et musiciennes, Diane Villanueva (chant et rythmiques) et Juliette Serrad (Chant et violoncelle). Pour raconter cette histoire, là-bas au fond du bois, où les doutes sont des bêtes qui se tapissent dans l'ombre, les désirs des poissons flottants, et les remèdes des chants qui agitent.

Petites biographies des 3 artistes :

Zaza Fournier pourrait être étiquetée « chanteuse française », et l’est d’ailleurs par un public friand zaza fournier,le déluge,interview,mandord’identité marquée… Elle a un petit rien de la tradition réaliste parisienne et pourtant les mots qu’elle utilise, son jeu de scène, sa recherche de sonorités la place dans une catégorie de jeunes contemporains qui fluctuent entre l’iPod et le vintage.

zaza fournier,le déluge,interview,mandorDiane Villanueva – Percussions :

Diane a commencé la musique, au conservatoire du 9ème en chant. Elle continuera en horaires aménagés au CNR de Paris puis dans une école pluridisciplinaire (chant, danse et théâtre).

Plus tard elle découvre la percussion corporelle et décide de se perfectionner dans cet art. Elle travaillera avec des artistes comme Camille, Leela Petronio et sa compagnie le " Hip Tap Project ".

Forte de son expérience avec  Squid and the stereo, dont elle était la chanteuse, elle décide de lancer son nouveau projet Üghett, trio house/dance en français avec univers nineties élégant et culture street.

Juliette Serrad – Violoncelle :zaza fournier,le déluge,interview,mandor

Violoncelliste et chanteuse, après une formation de violoncelle classique, Juliette fait entrer dans son univers la soul, le jazz, l'électro. C'est sa rencontre avec Ibrahim Maalouf au Conservatoire de Paris qui la mène à travailler avec d'autres artistes, en mêlant le chant et le violoncelle. Elle a notamment collaboré avec Isabel Sorling, Yael Naim, le Starpop Orchestra, Gino Sitson, LAAKE... 

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

(Photo : Raphaël Néal).

zaza fournier,le déluge,interview,mandorInterview :

Ce que j’aime chez toi, c’est que tu évolues de disque en disque et que tu participes à plein de projets différents. C’est pour ne pas te lasser de ce métier ?

Le résultat, c’est celui-là, mais je ne me pose pas la question ainsi. Je me demande à chaque fois : « que veux-tu faire exactement pour de vrai ? » Ce métier, c’est beaucoup de joie, mais c’est aussi plein de moments de remises en question, de frustrations…. On est sans arrêt à la merci du regard des autres, à la merci du désir des autres aussi, mais moi, j’ai décidé de faire uniquement ce qui m’est nécessaire. Si je commençais à penser à ce qu’on attend de moi, je ne ferais plus ce métier aujourd’hui. Je n’aurais pas tenu. La seule raison de continuer à faire ce métier, c’est de faire ce qui n’est pas négociable en soi.

C’est amusant, parce que finalement, c’est le thème du déluge.

Exactement.

Le déluge parle beaucoup de comment il faudrait être par rapport à ce que les gens attendent de toi, c’est ça ?

Pas que les gens. C’est une injonction que l’on peut se faire à soi-même en fonction des grands schémas qui construisent nos sociétés occidentales. Le mariage, la famille, exister socialement, être adulte c’est gagner de l’argent… Il y a des grandes lois comme ça. Il y a aussi une nécessité de se situer vis-à-vis de ces lois parce que le monde fonctionne ainsi. Moi, je crois qu’il y a un endroit de liberté à ne pas lâcher. Il faut continuer à être proche de sa singularité, de ce qui nous rend unique, voire parfois monstrueux.

Monstrueux ?

Je pense que c’est bien de se faire des amis des monstres que nous avons en nous. Ils sont là, autant que l’on s’entende bien avec eux.

C’est quoi les monstres ?

Ce sont les désirs coupables, les impulsions sauvages, ce que l’on n’assume pas de soi-même. On nous demande souvent d’être très définissables, d’être très clairs sur ce que l’on est, d’être complètement lisibles.

Etre clair sur ce que l’on est… mazette ! C’est compliqué d’être clair avec soi-même.

Tu as raison, c’est impossible. On est en mouvement permanent. L’être humain est une sacrée bestiole. 

L'EPK du projet "Le déluge".

Le poids moral est important en Europe ?zaza fournier,le déluge,interview,mandor

On a plus ou moins de marche de manœuvre selon l’endroit où l’on vit, il faut être honnête. C’est plus facile pour moi, trentenaire à Paris, que pour un jeune garçon qui se découvre homosexuel au fin fond de Nord-Pas-de-Calais dans un village de 200 habitants et qui se rêve femme.

Tu parles de la norme dont la société exige que nous soyons intégrés. Dans ta vraie vie, l’es-tu ?

Aujourd’hui, je ne me pose vraiment plus cette question. Dans mon adolescence, je me sentais complètement à côté de la plaque et donc, pas validée socialement. Je ne me reconnaissais pas dans les désirs des gens autour de moi. Je ne m’habillais pas de la même façon que les filles de mon âge. Je sentais qu’il ne fallait pas sortir des rails pour ne pas prendre le risque d’être visible pour de vrai.

Tu ne te sentais pas visible ?

Si. Je n’avais pas de problèmes avec le fait d’être moi-même. Par contre, je m’en suis plein la gueule d’être ainsi.

Devenir artiste t’a aidé à t’intégrer ?

Le luxe phénoménal que j’ai, c’est qu’en tant qu’artiste, on me demande absolument l’inverse. J’ai le droit d’être qui je veux être et d’être absolument moi-même. On me paye et on paye pour venir voir la personne que je suis moi. Ce sont ma musique et mes mots et ce n’est absolument pas interchangeable.

La Zaza Fournier de la scène est la même que la Zaza Fournier de la vraie vie ?

Maintenant, il n’y a pratiquement plus d’écart. Quand j’ai commencé il y a 10 ans, il y avait un décalage évident. A 23 ans, je me sentais 10 fois plus moi-même sur scène que dans la vie. Allez, je vais plus loin. J’avais l’impression d’être moi puissance 1000.

La première fois que je t’ai interviewé, pour ton premier disque, je t’ai trouvé très timide.

Bien sûr. A 23 ans, j’étais encore une enfant. Tout était nouveau pour moi et je ne me sentais pas légitime.

zaza fournier,le déluge,interview,mandorEn 2018, quand tu es applaudie sur scène, tu as l’impression d’être le maître du monde ?

Non, il ne s’agit pas de ça. J’ai juste l’impression d’avoir le pouvoir du temps. C’est grisant d’avoir une heure et demie où c’est moi qui malaxe l’espace et l’air.

Tu veux mettre en mouvement les sens des spectateurs ?

Quand ils le permettent. C’est plus que grisant, c’est carrément addictif. Je partage parfois plus avec le public qu’avec les gens qui font partie de mon quotidien.

Le déluge, c’est un spectacle musical ?

Oui, il y a autant de textes que de chansons. Il se passe beaucoup de choses, mais on ne sait jamais ce qu’il va se passer au tableau d’après.

Tes années de comédienne t’ont servi pour ce spectacle ?

Comme j’ai commencé le métier de chanteuse par accident, il a fallu que je travaille sur ce sentiment de légitimité. J’ai mis 10 ans à accepter tous mes endroits. Je fais des chansons depuis toujours, mais je sais que je ne suis pas une grande musicienne. L’écriture est centrale dans mon travail. Ce qui m’intéresse, c’est d’être dans l’incarnation.

Tu aimes transcender le réel ?

Oui, parce que je m’en fous du réel quand je vais au théâtre ou au concert. J’ai besoin d’être surprise. Je ne veux pas voir ce que j’avais prévu de voir.

Le réel, tu l’aimes bien ?

Ça dépend. Je suis très attentive à trouver de la joie dans la vie. C’est presque ma mission. Je pense que je suis fatigante parce que je suis capable de tricher pour inventer un peu de joie. J’essaie de me concentrer sur le sublime du quotidien.

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

Zaza Fournier avec ses deux musiciennes, Diane Villanueva et Juliette Serrad.

(Photo : Raphaël Neal)

Un artiste a-t-il une mission ? zaza fournier,le déluge,interview,mandor

L’artiste doit témoigner du monde tel qu’il est. Quand on monte sur scène, nous avons la responsabilité d’avoir un truc à dire. C’est un métier. Les gens payent et prennent de leur temps pour venir te voir.  La mission, c’est d’avoir travaillé.

Le #metoo correspond bien aux propos que tu tiens dans ton spectacle, mais c’est une coïncidence ?

Oui. Mes obsessions sont les mêmes depuis 10 ans, donc, on ne peut pas dire que je suis ce mouvement. Je ne cesse de parler de la tentative de vivre ensemble, de vivre avec l’autre.

Faut-il se laisser aller à son propre désir ?

Qu’est ce que la fidélité ? Nous sommes des êtres en capacité d’être troublés en permanence. Il y a des interactions physiques incontrôlables. Nous sommes tous sujets à ça. Pour lutter contre, certains finissent dans le déni absolu parce que le poids moral est le plus fort. Ma théorie est que c’est une émotion sublime d’être troublée par l’autre. Il y a des gens qui passent leur vie à se taper sur la gueule, il y a des guerres à travers le monde, alors quand je me sens troublée par quelqu’un, je ne pense qu’à l’amour du prochain. Après chacun fait ce qu’il veut de cette émotion-là, mais je la trouve extrêmement précieuse. Je tiens à dire que mon spectacle ne dit pas quoi faire avec cela.

Le teaser du Café de la Danse, le 13 novembre prochain.

zaza fournier,le déluge,interview,mandorTu poses de nombreuses questions dans le spectacle, mais, effectivement, tu ne donnes pas forcément les réponses.

Mes réponses bougent. Tout est une question de contexte dans la vie, c’est pour ça que je ne peux pas faire de généralité. Je ne peux donner que des réponses en rapport à ce que j’ai vécu moi à tel moment de ma vie. Il faut juste se dire qu’il n’y rien d’irréversible. Est-ce qu’être ensemble, ce n’est pas d’abord être avec soi-même? C’est la grande question.

C’est un spectacle très féminin.

C’est normal. Nous sommes trois femmes sur scène. Mais, je pense que mes chansons pourraient toutes être chantées par des hommes. J’ai eu des conversations avec des hommes qui se sentent concernés par ce que je raconte et d’autres qui sont en résistance totale.

Avec Le déluge, tu lâches les chiens ?

C’est génial.

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

Pendant l'interview...

Tu te sens apaisée ?

Non, pas spécialement, parce que ce sont des questions que j’ai résolu avant de les évoquer. C’est la première fois de ma vie que je me sens aussi alignée avec ce que je suis aujourd’hui. D’être absolument moi-même, ça me donne une sensation de super pouvoir.

La légitimité dont tu me parlais tout à l’heure, tu l’as maintenant ?

C’est une question que je n’ai pas résolu. Je sais que j’ai une place et j’ai conscience de ce que je sais faire. Mais je ne suis pas dupe sur mes faiblesses et ce n’est pas toujours facile à assumer. Je ne me sentirai jamais une musicienne incroyable, en même temps, je n’ai jamais travaillé pour ça. Je ne me suis jamais enfermée 15 heures par jour pour faire de la musique parce que cela n’est pas ce qui m’intéresse.

Quel rapport as-tu à la langue ?

Je ne m’excuse jamais de ce que j’écris. C’est peut-être l’endroit où je me sens le mieux. Je me sens autrice. Un musicien virtuose n’a pas de problème pour ce définir comme tel, mais il peut devenir baba devant quelqu’un qui fait des chansons simples et qui improvisent parce qu’eux ne parviennent pas à ça.

Avec tes deux musiciennes, vous êtes sur la même longueur d’onde ?

On adore ce spectacle parce qu’il n’est pas confortable.

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

Le 15 octobre 2018, après l'interview.

zaza fournier,le déluge,interview,mandor

05 novembre 2018

Liz Van Deuq : Vanités

(c) Stéphane Merveille.jpg

(Photo : Stéphane Merveille)

lizvandeuq-merveille7.jpgL’espiègle Liz Van Deuq n’y va pas toujours de main morte. Écriture subtile, sensible, elle dit beaucoup de choses « mine de rien ». Elle envoie sous son air enjôleur quelques scuds bien sentis sur la vie, sur la sienne et notre jolie société irréprochable (ironie). Sous des airs de pianiste/chanteuse de formation classique, elle se dévoile rapidement en concert comme un personnage à double facette, la diva punk expulsant en une seconde la trop sage diplômée du conservatoire.

Après un premier album très remarqué et une tournée de deux ans, Liz Van Deuq  revient avec un nouvel album, Vanités. La sortie de ce disque est associée à une tournée 2018-2019. Pour ce nouveau projet, elle s'accompagne du label Neômme (Amélie-les-crayons), du distributeur L'Autre Distribution, de la salle Les Bains Douches (Lignières 18) et d'une solide réputation scénique.

(Pour en savoir plus sur cet album, l'excellente critique du siteNos Enchanteurs signé Michel Kemper).

(Toutes les photos professionnelles en studio sont signées Stéphane Merveille.)

J’ai donné rendez-vous à la chanteuse dans un café de Pigalle, le 18 octobre dernier, la veille de la sortie du disque. Le moins que l’on puisse constater, c’est qu’elle n’a pas la langue dans sa poche… et c’est tant mieux.

Biographie officielle :

Pianiste au touché rugissant, Liz Van Deuq est au cœur d’un piano-solo qu’elle mène au doigt et à l’œil. De son tempérament vigoureux et ultra-sensible, l’artiste fait exploser les barrières de la chanson en nous promenant, entre poésie éclairée et humour acidulé. Un spectacle qui manie la dextérité ; autant dans l’écriture des textes que dans son jeu de piano bien personnel.

Anna-Liz est son premier album. Il reçoit en 2015 le Prix Georges Moustaki, le prix de l‘ UNAC-SACEM (Union Nationale des Auteurs Compositeurs) ainsi que le Prix de la Ville du Mans. En 2015, la ville de Nevers attribue aussi à Liz Van Deuq une médaille d‘honneur pour la chanson Nevers with an «S». Un EP - 6 titres piano-voix est sorti en 2016, Musique de chambre. Son deuxième album Vanités est sorti le 19 octobre LizVanDeuq_Vanites_Cover_Square_rvb.jpg2018 chez Neômme / L'Autre Distribution.

Le disque (argumentaire officiel):

Vanités sort avec une couleur musicale plus « British », moderne et pop. C'est le duo de réalisateurs lyonnais JMZ/Sarro qui s'est attelé avec Liz à fabriquer ces textures et ambiances aériennes ou robotiques à coups d'expérimentations, pianos traités, bandes passées à l'envers, et autres alchimies musicales. En ressort un album enveloppant, où les mélodies superbes de la chanteuse sont sublimées par un habillage automne-hiver extrêmement séduisant.

lizvandeuq-merveille18.jpg

(Photo : Stéphane Merveille)

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandorInterview :

Tu as commencé le piano à l’âge de 7 ans. C’est tôt.

Oui, mais je ne fais pas partie des prodiges non plus. Je ne suis pas une grande technicienne de l’instrument.

Tu as pourtant cette réputation-là dans le métier.

Je ne sais pas d’où ça vient. Peut-être que c’est parce que le piano est mon accompagnateur constant. Il y a sans doute une attente du public pour qu’il y ait quelqu’un de virtuose… mais ce n’est pas moi (rires). En chanson, la place à la virtuosité musicale est moindre. On n’est pas là pour ça, je crois.

L’envie de faire de la chanson est très vite arrivée ?

Disons que j’ai commencé à 24 ans, ce n’est pas si tôt que cela. Avant, j’étais claviériste pour des groupes. Accompagnatrice est d’ailleurs une place que j’aurais envie de reprendre, même aujourd’hui.

Comment as-tu découvert la chanson française ? liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

J’étais journaliste dans une radio associative. Mais j’étais aussi programmatrice et je passais beaucoup de temps à écouter les disques que nous recevions. J’ai eu de la curiosité plus profondément pour les textes un peu plus tard, mais je me suis quand même rendu compte qu’il y avait une certaine pauvreté dans les paroles des chansons, même si la musique était bonne. Je me suis dit que mes chansons avaient peut-être une place dans ce milieu…

Dans ce que tu recevais à la radio, il n’y avait vraiment pas d’artistes intéressants textuellement ?

Si, bien sûr. Je faisais là une généralité. Il y a 10 ans, j’ai reçu le disque de Claire Diterzi, Tableau de chasse. C’est en tout point une merveille. Cette chanteuse instrumentiste est libre, ses paroles sont originales et elle a une façon de chanter unique. Il y a aussi des artistes comme Agnès Bihl que je trouve formidable. Elle propose de la bonne chanson engagée comme on n’en fait pas si souvent. J’aime aussi beaucoup Jeanne Cherhal. Je me sens proche de son travail.

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

En  2015, Liz Van Deuq, la gagnante du Prix Georges Moustaki de cette année-là interviewée par Thierry Cadet et moi-même. (Photo : Marylène Eytier-Aubondeclic.com)

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandorJe trouve que tu as un style tout à fait personnel. C’est difficile de s’extraire des influences des artistes que l’on admire ?

Ça se passe un peu malgré nous. Par inconscience, par impression, par mémoire tout simplement. La mémoire inconsciente mémorise beaucoup de choses, il faut donc essayer de ne pas être dans la répétition et le mimétisme. Personnellement, je n’invente rien non plus. Mes harmonies sont assez simples.

Quelles sont les différences entre ton premier album, Anna-Liz, et celui-ci ?

Elles sont plus dans la réalisation, dans la manière d’enregistrer les instruments et la manière d’y aller directement dans les synthés et les boites à rythmes. Harmoniquement, je suis restée sur du conventionnel.

Dans le titre « Le wifi ou dieu », on est carrément sur du slam, là !

Dans cette chanson, ce qui est marrant, c’est qu’on ne sait pas vraiment où on va… On est dans un état émotionnel.

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

Liz Van Deuq au Pic d'Or 2016 (photo : Cédrick Nöt).

Que s’est-il passé dans ta tête pour faire une corrélation entre dieu et le wifi ? liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

C’est débile (rires). J’étais dans un bus, fatiguée, je ne sais pas pourquoi, je me suis dit qu’il y avait plein de points communs entre le wifi et dieu. C’est un peu la même chose, sauf que le wifi, c’est pour les jeunes et dieu, pour les vieux. Chacun son placebo. Il y a une sorte de rite entre les jeunes qui sont derrière leurs écrans et la génération de mes grands-parents qui sont dans le rite d’aller à la messe et de retrouver régulièrement, eux aussi, une communauté. C’est marrant, j’en parlais à quelqu’un qui m’a indiqué qu’il existait une expression : « Google God ». Google est dieu car il sait tout. C’est ça : la connaissance aspirée par le web ou la connaissance par dieu… c’est une théorie qui fonctionne.

(Aparté mandorien : ce matin j’ai appris dans un quotidien qu’un nouveau jeu arrivait sur les écrans. Après Pokémon Go, voici Follow Jesus Christ Go. L’Eglise catholique s’inspire du jeu qui permet de chasser des créatures Pokémon en réalité augmentée, avec cette appli en mode « biblique », où l’on capture dans les rues Jésus, Moïse ou Saint Thomas…)

Il y a des chansons où tu t’amuses vraiment avec les mots. C’est le cas de « Le béguin » par exemple.

Celle-là, j’ai mis deux ans à l’écrire. Je pensais la faire en duo avec un copain, mais en fait, elle marche toute seule. Je ne regrette pas d’y avoir passé autant de temps parce qu’aujourd’hui j’en suis satisfaite.

Clip de "Supporter".

Dans « Supporter », tu te moques de la « beauferie » de certains.

Je comprends cet engouement pour le foot, mais je trouve que c’est une attitude moutonnière un peu vide de sens.

« Disque dort », c’est une pointe d’ironie sur l’industrie du disque ?

Les plateformes d’écoute de disques en streaming et certains réseaux sociaux gagnent beaucoup d’argent sur le dos des auteurs et des compositeurs. A la SACEM, ils disent qu’il y a au moins 15% de ce qui circule sur Internet qui est de la culture. Le titre est payé 0,07 centimes. Pour m’acheter une baguette, il me faut au moins 1000 écoutes. Ça ne nous rapporte rien et ça tue la profession. Ça tue aussi l’entente qu’il y avait entre l’artiste, les producteurs de disques, les managers... beaucoup n’ont plus de boulot à cause de ça. On s’est fait avoir, alors que je suis certaine que les gros groupes savaient ce qui allait nous tomber dessus.

Parfois, tu n’as pas envie de baisser les bras ?

Si. Tous les jours. Je n’ai aucune certitude, je reste lucide, alors je profite de chaque instant que m’apporte ce métier.

Ecrire une chanson, c’est facile pour toi ?

Je suis hyper précautionneuse et laborieuse vis-à-vis des chansons que j’essaie de bâtir. Je peux mettre des années à être convaincue d’une chanson. La plupart de celles qui sont dans ce deuxième album ont eu deux-trois années de taillage, de polissage. Je considère une chanson comme mon bébé, alors je dis à mon équipe d’en faire très attention (rires).

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

(Photo : Marisa Winter)

C’est sérieux de faire une chanson ?

Oui, c’est sérieux. Je veux que mes chansons me plaisent et qu’elles aient de l’originalité, que ce soit au niveau de la musique, des textes et de la facture.

Il faut que les chansons soient aussi faites pour la scène.

Le disque est une chose. La scène, c’est comment on assume la fluctuation d’énergie, en fonction des tempos, en fonction de l’enchainement.

Tu as étudié la théorie musicale dans différentes universités.  Ça t’a beaucoup servi pour écrire.

Oui, pour la question du vocabulaire, du côté précieux et sérieux de la chose. La théorie musicale, c’est bien pour pouvoir définir les choses. Moi, je me raconte mes histoires et ma manière de faire des chansons avec cette théorie-là, ce qui ne m’empêche pas de ne pas être très académique.

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandorQuand on apprend des théories officielles, a-t-on justement envie d’en sortir ?

On est là pour ça. Aujourd’hui, le gars qui fait des chansons comme Georges Brassens et qui pense que c’est ça la modernité, je pense qu’il se plante. Je ne comprends pas le succès de la plupart des chansons que j’écoute dans les médias. C’est trop glucose pour moi. J’ai l’impression que c’est écrit en français pour les quotas. Dans la catégorie dans laquelle je suis, nous sommes nombreux à faire attention, mais on ne nous entend pas trop en radio.

Il y a des sujets que tu n’aborderas jamais ?

Oui. La politique. Je ne me sens pas prête non plus pour la chanson engagée. L’engagement fort, militant, s’il n’est pas étayé sur le sujet, ça n’a aucun intérêt. C’est comme si on faisait un communiqué de presse pour dire qu’il faut arrêter la pollution, sinon, on est tous morts dans quelques années. S’il n’y a pas des gens qui disent qu’il faut réduire nos déchets et qu’il faut arrêter de rouler comme des cons dans des bagnoles, ça ne sert à rien.

Tu fais beaucoup de concerts, j’ai remarqué.

Oui. Des petites et des moyennes jauges. J’ai la chance de pouvoir vivre de mes spectacles. La sortie de l’album va relancer l’intérêt que l’on peut déjà me porter.

Avec cet album plus pop, plus moderne que le précédent, est-ce que tu vas changer la configuration de tes concerts ?

Je continue à me présenter sur scène souvent seule au piano, mais j’ai une petite machine en plus avec moi…  petite,  mais elle fait pas mal de trucs. Je reste un personnage derrière son piano, absolument pas planqué derrière des synthétiseurs à lancer des trucs qui le dépassent. Cela reste des concerts intimistes.

J’ai lu quelqu’un dire de toi que tu es « moqueuse, tendre, pince-sans-rire et très légèrement dérangée ».

Je suis un peu critique, mais je dis les choses en douceur. Quant à « pince-sans-rire », je l’entends beaucoup parce que c’est vrai. Par contre  « très légèrement dérangée », uniquement sur scène, pas dans la vie. C’est l’effervescence de me présenter devant des gens qui me fait accentuer mon comportement, je pense.

Je t’ai croisé deux fois. La première au Prix Moustaki 2015, que tu as d’ailleurs remporté et laliz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor seconde au Pic d’Or en 2016. J’avais l’image de toi, un peu timide.

Peut-être que c’est parce que je suis quelqu’un qui ne prend pas sa place tout de suite. Moi, je n’aime pas les gens qui parlent fort et très longtemps. Ca me dérange. Je ne m’impose jamais en société.

Ton vrai prénom est Vanessa. Doit-on considérer que Liz est un personnage ?

Oui. C’est un personnage, un habit, une manière d’être. Je ne veux pas que les gens s’ennuient et Vanessa est un peu ennuyeuse, alors je me transforme en Liz. Il y a tellement de constructions et de recherches dans mes chansons et mes spectacles que je ne peux pas y aller en moi simplement. Je veux être libre de dire ce que je pense et que cela rejoigne des gens.

Tu es contente de ce disque ?

Oui. Je suis aussi contente de ne pas l’avoir fait toute seule. J’ai fait les arrangements et il y a eu quatre regards dessus. Les deux arrangeurs, JMZ et Sarro, Bruno Cariou, de mon nouveau label Neômme, et le mien. 

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

Le 18 octobre 2018, après l'interview.

liz van deuq,vanités,neômme,interview,mandor

03 novembre 2018

Koutla : interview pour son album Sur les bords

koutla,sur les bords,interview,mandor

Après un 1er EP 7 titres (À la vôtre en 2015), Koutla sort un premier album comptant 14 titres, Sur les bords. Première constatation, cet artiste d’origine guadeloupéenne devient de plus en  plus rock, même si certains titres sont encore très intimistes. On le sent à fleur de peau, mais je vous le dis tout net : ce disque engagé, enragé est surtout un concentré d’émotion et de profondeur.

Cela fait 18 ans que Koutla est dans la musique. Il s’est pas mal cherché artistiquement, mais aujourd’hui, incontestablement, il s’est trouvé.

Nous nous étions rapidement croisé au Pic d’Or 2016, mais là, j’ai souhaité le mandoriser. J’avais l’étrange sensation de passer à côté d’un artiste de qualité. Bref, Koutla m’a donné rendez-vous le 12 octobre 2018, dans son fief parisien, un rade que je ne connaissais pas, mais dans lequel j’ai senti de l’énergie positive. Il s'appelle "La liberté".

Biographie officielle (mais raccourcie) :koutla,sur les bords,interview,mandor

Début 2000, Koutla se lance dans la musique. Il intègre l’univers du Dancehall et du reggae. Il écrit alors ses premiers textes. Quelques années plus tard, il rejoint le collectif Bad Side Crew, constitué de compositeurs et de chanteurs. Lors de cette période, il participe à des mixtapes et se produit sur plusieurs scènes. Après deux années d’expériences et d’enrichissement musical, le groupe se dissout. Koutla continue d’écrire et décide de poursuivre la musique en solo : guitare/voix. Le Dancehall disparait peu à peu de son registre. Petit à petit, son univers musical change, en s’influençant de styles musicaux variés qu’il écoute au quotidien : Sizzla, Mano Solo, Renaud, Brassens, NTM… Son morceau intitulé « Grève » (2010) ouvre une nouvelle page dans sa vie artistique. Ce titre marque un nouveau style d’écriture basé sur son expérience personnelle, au travers duquel il dévoile une partie de lui-même. Sa composition en est également changée, et dès lors, il crée son véritable univers musical, qui appartient désormais à la chanson française.

koutla,sur les bords,interview,mandorInterview :  

Tu sors un disque avec 14 titres très variés. Le premier morceau, « Sur les bords », est très rock et il ne me semble pas que ce soit dans tes habitudes.

Ça découle des nombreux live que je faisais avec mes musiciens de l’époque. Après mon premier EP, A la vôtre, on a monté un groupe et on avait tendance à aller vers le rock. Pas pour toutes les chansons, mais quand même.

Ton album est un cri du cœur ?

Toutes mes chansons le sont. La musique ça doit être un cri du cœur.

Comment te viennent les idées de chansons ?

J’ai l’impression que l’on me parle quand j’écris. Les mots viennent à moi. Je ne sais pas expliquer cela.

En tout cas, tu écris beaucoup dans des bars.

Ici, précisément à la table où nous sommes, j’ai écrit quelques morceaux. J’aime bien écouter les gens. Il y a quelques énergumènes qui passent et qui m’inspirent. Les gens m’inspirent. Mes chansons, sont comme de la peinture… des portraits.

Clip de "Geronimo".

 « Geronimo » parle de la désespérance d’un artiste et de sa remise en question.

Oui, notamment. Je me remets en question tout le temps. C’est pour ça que j’ai besoin d’écrire de nouvelles chansons en permanence. Je veux toujours faire mieux que les précédentes. Dans « Geronimo », je laisse sortir mon côté guerrier que j’ai un peu.

Pourquoi fais-tu de la musique ?

Pas pour l’argent, sinon, ça fait longtemps que j’aurais arrêté (rires). J’en ai besoin, c’est tout. Evidemment, j’ai envie que mon travail soit reconnu et ça, ça prend beaucoup trop de temps. Je suis un peu pressé. Cet album a mis du temps à sortir parce qu’il y a beaucoup de gens sur le projet. Il y a 14 musiciens, alors tu imagines le boulot.

C’est énorme 14 musiciens !

J’ai voulu que ça joue vraiment. Cela dit, toutes les chansons peuvent être chantées en guitare-voix, mais elles n’ont pas le même impact. Je pense que c’est un bon disque. Un disque qui a des couilles.

koutla,sur les bords,interview,mandor

Koutla au Pic d'Or 2016 (photos : Cédrick Nöt)

koutla,sur les bords,interview,mandorTa voix, au Pic d’Or, me rappelait celle de Mano Solo. Ce vibrato que tu avais est atténué dans le disque.

Je n’ai pas appris à chanter comme ça. Ma voix chante ainsi naturellement pour faire passer les émotions. Bien sûr, Mano Solo est un de mes repères, comme Renaud… Parfois, on me dit que ma voix ressemble à celle de Bertrand Cantat. Moi, quand je m’écoute, je ne vois pas le rapprochement.

Tu es d’origine guadeloupéenne,  j’imagine que chez toi, on n’écoutait pas forcément de la chanson française. Pardonne-moi mon énorme cliché.

Mais tu as tellement raison. On écoutait pas mal de zouk. Mes parents ne sont pas mélomanes et je n’ai aucune éducation musicale. Je me suis fait musicien tout seul. J’étais très curieux, alors un jour, je me suis dit que j’allais écouter Brassens, Renaud, Brel et quelques autres. Je n’ai jamais arrêté depuis.

Le truc c’est de faire attention à ne pas trop avoir d’influences marquées?

Il faut savoir devenir soi, c’est certain. Maintenant, ce que tu as beaucoup écouté est là en toi, tu ne peux pas y échapper.

koutla,sur les bords,interview,mandor

En 2017, Koutla, une des trois étoiles espoirs du Parisien.

Est-ce que tu te sens dans une famille musicale ?koutla,sur les bords,interview,mandor

Non. A Paris, je suis allé voir beaucoup d’artistes de ma génération sur scène, mais je me suis rendu compte que personne ne venait me voir. En arrivant dans ce milieu-là, je pensais qu’il y aurait du partage entre artistes. Moi, j’ai toujours envie de travailler avec plein de monde. J’aime l’émulation que cela provoque. Tout le monde ne doit pas être dans la même démarche et ce n’est pas grave.

Ne penses-tu pas que le fait que tu sois noir, que tu portes des dreadlocks et que tu chantes de la chanson française à texte puisse perturber ton auditoire ?

Si. C’est l’histoire de ma vie. Je suis déjà arrivé dans des endroits où on n’avait pas écouté mon disque et c’était marqué : Koutla, reggae. En même temps, j’aime bien que les spectateurs soient surpris. 

"A quoi tu mens".

koutla,sur les bords,interview,mandorQue représente la chanson pour toi?

Il n’y a rien de sérieux dans la musique. Quand j’écris, là, oui, c’est sérieux. Je suis limite autiste. Je suis dans ma bulle et je n’en sors pas facilement. Après avoir digéré une chanson, je considère que tout ça n’est qu’une blague. La chanson, c’est du divertissement. Même la chanson triste. Quand tu regardes un film triste, c’est du divertissement.

On a tendance à trop intellectualiser la chanson ?

Oui. A commencer par moi. Cela m’arrive de me surprendre à raconter mes chansons sérieusement. Mais quand je fais le bilan, je rigole.

C’est quoi la thématique principale de ton œuvre ?

Je parle d’amour et de poésie. Quand je dis poésie, c’est ce qu’il me semble être beau. Parfois, je ne comprends pas un de mes textes, ou alors après coup. Sur d’autres, j’ai des lectures différentes. Pour moi, une chanson, ce sont surtout des émotions, du son et des vibrations.

koutla,sur les bords,interview,mandor

koutla,sur les bords,interview,mandor

01 novembre 2018

Françoise Bourdin : interview pour Gran Paradiso

FB.jpg

françoise bourdin,gran paradiso,le magazine des loisirs culturels auchan,mandorNée à Paris en 1952 de parents chanteurs lyriques, Françoise Bourdin est plongée dès son plus jeune âge dans le monde artistique. Passionnée d'équitation depuis l'adolescence, elle l'est aussi par la littérature. Elle commence, dès quinze ans, à écrire des nouvelles et publie son premier roman, Les Soleils mouillés, à l'âge de vingt ans. Plusieurs grands succès littéraires font d'elle une romancière reconnue. Elle a également signé de grandes sagas télévisées à succès : Un été de canicule et Terre indigo. Mère de deux filles, Françoise Bourdin vit en Normandie. Pour Le magazine des Loisirs Culturels Auchan daté des mois de septembre/octobre 2018, j'ai interviewé à la fin du mois d'août l'auteure pour évoquer son nouveau roman, Gran Paradiso.

 

1.jpg

2.jpg

françoise bourdin,gran paradiso,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

3.jpg

Archives:

françoise bourdin,gran paradiso,le magazine des loisirs culturels auchan,mandor

Photo datant du 3 juin 1999 à Radio Notre Dame… (donc 19 ans avant cette interview).

31 octobre 2018

Laura Flane : interview pour son premier EP

LauraFlane_Crédit Justino Esteves.jpg

(Photo : Justino Esteves)

Bac avec mention très bien et 3 prix au concours de piano de Radio France. Sciences Politiques… Laura Flane suivra-t-elle une carrière toute tracée ?

Non. 30 ans. Congé sabbatique. La musique prend la place centrale. Les concerts s’enchaînent, un premier disque voit le jour. Laura Flane est une artiste qui déborde d'énergie et son EP variété, tendance pop (à écouter ici), m’a emballé dès la première écoute. Le 11 octobre dernier, pour sa première mandorisation, elle m’a donné rendez-vous dans un bar de la capitale…

Mini bio officielle (photo de la pochette : Jeanne Delecluse): 42158440_1138112726340498_7553311382905552896_n.jpg

Laura Flane grandit derrière son piano, avec Liszt et Chopin dans les doigts, des mélodies anglo-saxonnes dans les oreilles et des textes de chansons françaises sur la table de chevet.

Avec ces influences, c’est une pop douce, sensible et féminine qu’elle écrit et compose, dans un premier EP, sorti le 21 septembre 2018.

Ses chansons : des textes subtils et des mélodies qui marquent, avec des thèmes qui sortent des sentiers battus. Sur les pas de William Sheller, Jeanne Cherhal ou encore Zazie, ce premier EP raconte le parcours initiatique d’une jeune femme qui chante tout haut ce qu’elle avait gardé tout bas.

Sur scène, à nouveau derrière son piano, on comprend qu’elle s’est trouvée, et qu’il y a de belles choses à découvrir chez cette jeune femme qui flâne…

IMG_6882.JPGInterview :

J’ai lu dans ta biographie qu’après une formation classique en piano au conservatoire, tu as appris le chant et la guitare en autodidacte. Pourquoi ?

Je voulais prendre mes libertés sur la guitare. Je ne voulais pas d’un enseignement classique de cet instrument. Et j’ai choisi la guitare parce que je ne pouvais pas trimballer mon piano partout dès que j’avais besoin de jouer de la musique. Enfin, au départ, la guitare m’a permis de plus écrire de chansons.

Tes premières chansons étaient donc en anglais et à la guitare.

Oui, et aujourd’hui, je suis revenue vers le piano et la langue française.

Ta famille écoutait quoi ?

Mes parents, principalement de la musique classique. Mon père écoutait aussi beaucoup de pop rock anglo-saxon des années 60 et 70. J’entendais Bob Dylan, Jimi Hendrix  et pas mal de blues. Bref, j’écoutais beaucoup de musique en anglais. J’adorais Ben Harper, les Cranberries…

Le français est venu après j’imagine.

Oui. J’adore Zazie. Elle est un modèle important pour moi. J’ai découvert la chanson française à texte un peu sur le tard : Brel, Barbara, Brassens.

Qu’aimes-tu chez Zazie ?

Beaucoup de choses. Sa façon d’écrire. Elle arrive à mettre des textes intelligents qui ne font pas forcément « chansons à texte » sur des musiques qui sont très pop. En plus, elle fait passer des messages. J’aime la liberté qu’elle prend et sa manière de se renouveler sans cesse. C’est comme Radiohead. Ce groupe n’arrête pas de se renouveler et c’est ce que j’apprécie par-dessus-tout chez un artiste.

Audio "Avec la mer pour horizon".

La première fois que je t’ai croisé, c’était aux 3 Baudets. Je suis reparti avec ton disque en me disantIMG_E6873 (2).JPG que j’allais encore écouter du guitare-voix ou du piano-voix, et moi, je n’en peux plus du guitare-voix ou du piano-voix. On est en 2018, passons à autre chose. Bref, quand j’ai écouté ton disque, je l’ai trouvé bien produit et moderne. Un disque d’aujourd’hui.

Merci. C’est Fred Perriot qui a réalisé l’EP au Studio Little de Fabien Martin qui a d’ailleurs mixé les chansons. Ils se sont bien occupés de moi. Je suis arrivée avec mes mélodies, mes chansons en piano ou guitare-voix… mais ce sont eux qui les ont rendu « vivantes ».

Pourquoi avoir choisi Fred Perriot comme réalisateur?

Nous nous sommes croisés dans les couloirs de l’Atelier de Cédric. J’y ai participé presque un an. C’est amusant parce que je disais à Cédric que je cherchais un réalisateur comme Dominique Blanc-Francard, des gens comme ça. Fred était à coté de nous. Il s’est présenté comme réalisateur. Il a écouté mes chansons et il a saisi immédiatement ce que je voulais comme son. Les orchestrations, ce n’est pas mon truc. Lui a compris que ce devait être pop. Je trouve qu’il a révélé mes chansons musicalement.

Tu as été sélectionnée en 2012-2013 pour suivre le cursus Auteur-Compositeur-Interprète d’ACP - la Manufacture Chanson.

Oui, j’ai été formé là-bas. La Manufacture Chanson est une super école pour le chant. Je venais du monde classique et je débutais dans la « variété ». J’avais mes chansons, mais je ne savais rien du reste du métier. A ce moment-là de mon début de carrière, ce passage-là a été primordial.

Et l’Atelier de Cédric ?

Ça m’a beaucoup aidé pour professionnaliser mon projet et pour penser à tout ce qu’il y autour. On était plus sur l’environnement professionnel et l’image qu’on doit montrer que sur l’artistique. Le fait de rencontrer autant de pros était bénéfique pour moi.

Avant cet EP, il existait un album, il me semble.

Oui, mais je le considère comme une maquette améliorée. Je l’avais réalisé avec très peu de moyens. Depuis ce premier essai, j’ai pris du temps. J’ai beaucoup travaillé pour en arriver à ce premier EP.

44315207_10155995699186158_3038635584634486784_n.jpg

MaMA Festival & Convention 2018. Laura Flane au PHONO Museum Paris -

(Photo : Jalal Aro)

Dans la chanson « Petite femme », tu parles d’une fillette qui joue à la femme plus âgée en se maquillant et en s’habillant comme une grande.

Il y a plein de sens possible, mais au départ, je pensais vraiment à une prostituée. Après, on peut aussi penser à une artiste qui monte sur scène. J’aime bien les doubles, voire les triples sens. Il y a une chanson de Barbara qui s’appelle « Silence » sur son album Soleil Noir. Je l’ai chanté plein de fois et il y a de multiples sens. J’adore ça. L’art existe aussi pour ça : que chacun puisse y donner son sens.

Dans « Je t’écoute », tu évoques bien les problèmes de communication au sein d’un couple ?

J’ai écrit cette chanson alors que je devais garder le silence pendant une semaine parce que j’ai eu un petit souci à la voix. C’était horrible. Je me suis donc mise dans la peau de quelqu’un qui ne pouvait pas parler et qui du coup, se contente d’écouter l’autre.

Il y a une chanson co-composée avec Fred Perriot, « Grandir un jour ».

J’ai écrit cette chanson lors d’un atelier d’écriture d’Éric Guilleton à la Manufacture Chanson. Il y avait une contrainte d’écriture. C’était un exercice de style, mais qui, au final, a donné une belle chanson. Ça parle de l’importance de l’enfance que l’on a pour l’adulte que l’on devient.

Clip officielle de "Ces mots".

Dans « Ces mots », tu parles des changements de vie. Il y a une raison bien précise à cela.

Il faut savoir s’écouter et se mettre en capacité de changer de vie. C’est vraiment un phénomène de société. Tu as plein de gens qui rêvent de pouvoir faire autre chose de leur vie.

Je voulais te faire dire que c’est aussi ton histoire.

Oui. Avant j’étais consultante en management dans l’entreprise. Pendant longtemps, j’ai mené cette vie-là tout en faisant de la musique, mais aujourd’hui, j’ai complètement arrêté. C’est un risque parce que je sais bien qu’aujourd’hui, vivre décemment de sa musique, c’est difficile. Petit à petit, j’essaie de constituer mon équipe. Maintenant, je cherche un éditeur pour me permettre d’écrire pour d’autres et je cherche une maison de disque. Pour cet EP je suis devenue artiste auto-entrepreneuse et c’est beaucoup d’énergie que je n’utilise pas pour la création.

IMG_6881d.jpg

(Photo : Pan Pieper)

Tu as fait déjà quelques scènes ces dernières années.

Oui, je vais maintenant tenter des tremplins, des concours, des festivals… histoire de me faire connaître un peu.

Je crois que tu es programmée dans un festival en Allemagne.

Oui, grâce à Gerd Heger. Il a une émission sur une radio franco-allemande à Sarrebruck, SR2. Il semblerait qu’il ait adoré mon EP puisqu’il lui arrive de diffuser des morceaux. Du coup, il m’a invité à participer à un festival en juin prochain.

IMG_E6877.JPG

Pendant l'interview...

Pourquoi veux tu être artiste ?

C’est une question que je me pose tous les jours. Je crois que la réponse est parce que j’en ai besoin. Personnellement, physiquement… j’ai besoin d’écrire des chansons, de jouer de la musique. J’ai fait Sciences-Po Paris en formation, j’ai travaillé en entreprise, mais mon plaisir est dans la musique. Je pense qu’il faut écouter la corde qui vibre en nous.

Es-tu pudique ?

Oui. Et justement, la chanson est un grand moyen pour s’exprimer.

Quel est ton souhait aujourd’hui ?

Pouvoir sortir un album, avec une équipe autour de moi.

IMG_6881.JPG

Après l'interview, le 11 octobre 2018.

44677303_10216052406930428_5253062899307380736_n (2).jpg

26 octobre 2018

Gilles Paris : Interview pour La lumière est à moi et autres nouvelles

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

(Photo : Didier Gaillard-Hohlweg) 

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardDans la lignée de son roman devenu culte, Autobiographie d'une courgette (Plon, 2002), adapté au cinéma en 2016 et récompensé par deux césars, Gilles Paris signe chez Gallimard (dans la collection « Haute enfance » dirigée par Colline Faure-Poirée) le recueil de nouvelles, La lumière est à moi. Une fois de plus, la plupart de ses personnages sont entre le monde de l’enfance et celui des adultes. Comme souvent chez Gilles Paris, ses histoires sont habitées par la perte et le manque d’une mère, d’un père, d’un frère ou d’une sœur. C’est beau, poignant, émouvant parfois noir... même si la lumière n’est jamais loin.

Avec ce recueil, est organisé une exposition (photographies : Didier Gaillard-Hohlweg/textes : Gilles Paris). "Des paysages saisis dans la fugacité, cet 1/125s entre ombres et lumières, comme une ouverture vers le champs des possibles, espace-temps où tout se décide. Issus de la chambre-noire, des portraits rouges, incarnations des émotions interdites. celles des personnages de Gilles Paris dans son nouvel opus La lumière est à moi.
Des extraits de textes qui ponctuent le parcours, donnant vie au tout."

Teaser de l'exposition La lumière est à moi.

J’apprécie beaucoup humainement Gilles Paris. Ses romans aussi. Ce n’est pas pour rien que je l’ai mandorisé déjà trois fois (là en 2012, là en 2014 et là en 2017). Je pense pouvoir affirmer qu’on aime bien notre rendez-vous « interview » à chaque sortie d’un de ses livres. Pour ce recueil de nouvelles, il s’est tenu le 10 octobre dernier dans le salon jaune de sa nouvelle maison d’édition, Gallimard.

4e de couverture : Anton, Eytan, Angus, Julian, Aaron, Lior, Ethel, Anna, Ruth, Ambre, Brune... Les hérosgilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard romanesques de Gilles Paris ont tous en commun une part d'enfance déchue, le   désir de s'échapper, happés par l'espoir d'une vie plus lumineuse. Des bords de Seine aux rivages du lac Léman, de la mer des Éoliennes à l'océan Atlantique, leurs destins intranquilles se nouent et se dénouent, à l'heure où les paysages s'incendient en fin de journée.

L’auteur : Gilles Paris travaille dans le milieu de l’édition depuis plus de 30 ans. Il a publié 5 romans, parmi lesquels Autobiographie d’un Courgette dont l’adaptation cinématographique en octobre 2016, sélectionnée aux Oscars, a reçu 20 prix dans le monde entier et deux Césars.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

(Photo : Didier Gaillard-Hohlweg) 

Igilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardnterview :

Tu viens de sortir un recueil de 19 nouvelles. En fait, tu as commencé l’écriture par ce genre-là.

J’en écris depuis l’âge de 12 ans. Chaque fois que j’ai signé un contrat dans une maison d’édition,  j’ai demandé si, après, je pouvais sortir un recueil de nouvelles et tous m’ont répondu non. A commencer par mon premier éditeur, Jean-Marc Roberts, qui m’a confirmé que mes nouvelles étaient superbes, qu’il y avait une atmosphère, mais qu’il préférait que j’en étire une pour en faire un roman. Il en résulte que mes deux premières nouvelles « Papa et maman sont morts » et « Icare et Camille » sont devenus mes deux premiers romans. « Icare et Camille » a été débaptisé pour devenir « Autobiographie d’une courgette ». Les éditeurs ont toujours été frileux pour publier des nouvelles, car les recueils se vendent moins bien que les romans.

La belle histoire c’est que tu as été contacté par Gallimard quand tu étais en pleine promotion de Le vertige des falaises l’année dernière.

Ils ont adoré Autobiographie d’une courgette et L’été des lucioles et ils m’ont demandé si j’accepterais d’écrire un recueil de nouvelles. Pour moi, c’était le rêve total qui se réalisait.

C’est agréable d’être demandé ?

Ça n’arrive pas souvent  parce que le milieu de l’édition est un milieu très conservateur, très hypocrite, à quelques exceptions près. Il faut vraiment trouver les bonnes personnes pour avoir une confiance mutuelle. Aujourd’hui, beaucoup d’éditeurs, pour des raisons économiques compréhensibles, font moins de paris et s’enthousiasment beaucoup plus pour des succès colossaux. Il faut faire son petit bonhomme de chemin au milieu de tout ça, ce qui n’est jamais évident. On demande davantage aux auteurs aujourd’hui qu’on ne le faisait il y a 30 ou 40  ans.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

Gilles Paris dans le salon jaune de chez Gallimard.

Il y a quelque chose qui m’interpelle sur le fait de te demander de rallonger tes nouvelles. Une gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardnouvelle se suffit à elle-même. Tout y est dit, normalement. Tu n’as pas l’impression de faire du remplissage ?

Non, vraiment pas. Papa et maman sont morts, par exemple, était une longue nouvelle, voire un très court roman si j’y réfléchis. Dans mon recueil La lumière est à moi, les deux nouvelles qui font l’ouverture,  « Les pins parasols »  et « Anton-Les pins parasols », je pourrais tout à fait aller bien au-delà de ce que j’ai écrit. Ce sont deux nouvelles qui se déroulent sur près de 40 ans, je me sentirai très bien le transformer en roman.

Quel plaisir prends-tu à écrire ?

J’aime prendre le lecteur et l’emmener dans une histoire forte, passionnante, passionnelle ou l’amour et l’enfance sont très présents. J’aime l’emmener vers quelque chose qui soit de l’ordre de la lumière et du vivant. Le vivant étant quelque chose qui nous fait battre le cœur et qui nous fait avancer dans la vie.

Dans ce recueil de nouvelles, tu t’es beaucoup intéressé aux étymologies des prénoms.

L’étymologie est intéressante parce qu’elle définit le prénom. Il parait que mon prénom, Gilles, vient d’un vieux nom allemand qui veut dire otage. C’est intéressant d’apprendre ça (rires).

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

"Il y a une brisure nette entre les pierres, en bas de l’avenue. Les pavés écorchés semblent suspendus au-dessus de la flaque d’eau, où se reflètent les feuilles des arbres, en ombres noires et mobiles. Une herbe humide et résistante pousse entre les pierres. J’y vois comme une promesse." 
Gilles Paris « Le fleuve des oiseaux peints » - Extrait du livre La lumière est à moi et autres nouvelles.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardL’ombre et la lumière sont dans tous tes romans.

Les deux vont ensemble. On ne peut pas traverser une vie guilleret, léger, insouciant, à moins d’avoir un pois chiche dans la tête. La vie n’est pas comme ça. On traverse tous des épreuves qui peuvent nous affaiblir, mais si nous les affrontons, les supportons et les dépassons, ça nous rend plus grands et forts. Et ça nous emmène justement vers la lumière. 

Une des nouvelles qui m’a le plus touché dans ton recueil, c’est « La petite dernière ». L’histoire d’une petite peste qui fait ce qu’elle veut car ses parents, les élèves et le professeur à l’école, lui passent tout… il y a évidemment une triste raison à cela.

Elle a semé la terreur partout et tout le monde se tait. La chute de l’histoire est encore plus terrible que ce que l’on pouvait imaginer. Dans « Incendie » aussi, il y a une petite peste qui accuse son professeur de l’avoir violé… sauf que.

Sauf que ce n’est pas possible. Et pour cause. Bref, on ne dira rien de plus, mais bravo parce que tu nous retournes toujours à la fin de chaque nouvelle.

Quand je trouve ce qui va faire le sel de ma nouvelle, je suis entre la jubilation et la jouissance. Ecrire, c’est comme faire l’amour. Tu peux écrire machinalement, mais quand ton texte prend une sorte de relief, comme une envolée lyrique, tu ressens presque une excitation.

Je crois savoir que tu n’es jamais totalement satisfait de ce que tu écris.

C’est parce que je me dis toujours que je peux faire encore mieux. Parce que je doute perpétuellement de moi, cela m’incite à beaucoup travailler mes textes.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

"Thomas, photographe, venu pour ces montagnes roses, ce ciel qu’il dépeint d’un bleu insolent, ces gens aussi rêches que la pierre, ce vide abyssal, ce rien loin du monde. Il m’a demandé si j’accepterais d’être photographiée par lui. J’ai haussé les épaules. Une insouciance pareille n’a pas sa place dans mon monde." 
Gilles Paris « Sur le toit du monde » - Extrait du livre La lumière est à moi et autres nouvelles.

On voyage beaucoup dans ton livre. gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

Oui. A Nice, aux Etats-Unis et en Italie notamment. Je trouvais intéressant de montrer différents décors,  différents lieux. Je voulais montrer que les sentiments et les émotions  restent les mêmes où que l’on soit.

Dans ton recueil, il y a des histoires racontées par des enfants, ça chez toi, c’est systématique, mais il y a aussi, pour la première fois, des histoires racontées par des adultes.

Les nouvelles « adultes », je les ai écrites spécifiquement pour Gallimard. Elles sont sorties de moi entre juillet et octobre dernier. Il y a quelques nouvelles « enfants » qui étaient déjà écrites depuis quelques années. On a convenu avec la directrice de la collection « Haute enfance », Colline Faure-Poirée, de faire une sorte d’alternance entre les adultes et les enfants, ce qui a donné une forme de respiration, de souffle. Malgré tout, chez les adultes qui racontent, l’enfance et l’adolescence sont primordiales. Soit, ils ont vécu quelque chose pendant cette période qui ne cesse de décrire leur destinée, soit ils sont observés par un neveu, une nièce, un fils ou une fille comme un personnage presque de fiction.

Tu vas finir par l’écrire ton roman dans le registre adulte ?

Oui, ce sera le prochain roman sur lequel je travaille depuis un an. C’est un gros livre, touffu, complexe, avec beaucoup de personnages, qui va me demander encore deux ans de travail. Il sera bien sûr question de l’enfance et de l’adolescence. Ça, je ne pourrai jamais l’enlever.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

"On fait du mal sans le vouloir. On sauve des vies, on en perd d’autres. On apprend à nuancer, à ne plus s’emporter autant. C’est sûrement cela être adulte : additionner les petites lâchetés et les sentiments qui nous paraissent les plus justes."
Gilles Paris « Les pins parasols » - Extrait du livre La lumière est à moi et autres nouvelles.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardDans ton recueil, j’ai trouvé une définition sur le fait d’être adulte exprimé par ton personnage Anton : « C’est sûrement cela être adulte : additionner les petites lâchetés et les sentiments qui nous paraissent les plus justes. »

Je fais mienne cette phrase. Quand je dis additionner les petites lâchetés, je veux parler des petits coups bas que l’on fait dont on ne parle jamais parce que l’on en est pas très fier. Ils s’additionnent les uns après les autres et en même temps, ça nous aide à grandir parce que l’on est passé à autre chose. Personne n’a été le meilleur amant, le meilleur ami, la meilleure relation possible… je parle aussi de cette petite satisfaction que l’on peut avoir de soi-même qui est un peu agaçante. Mais, il faut bien l’avouer, l’autosatisfaction, nous aide aussi à grandir.

Tu refuses d’être adulte ?

Non, parce qu’on est obligé de l’être. J’ai un appartement, je paye un loyer, des impôts… Etre adulte, c’est ça aussi malheureusement. Mais l’année prochaine, j’ai 60 ans… je n’ai pas l’impression de les avoir. Dans ma tête, j’en ai toujours 30 ans. Bref, je n’ai pas le sentiment de n’être qu’un adulte.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

Le vernissage de l'exposition "La lumière est à moi" le 2 octobre à la galerie 55 Bellechasse.

Parlons de cette histoire de photo  avec Didier Gaillard-Hohlweg. Il y a une exposition parallèlement gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimardà la sortie de ton livre.

Je suis très attiré par la photographie depuis longtemps et je connais le travail de Didier depuis un an et demi. J’ai vu la plupart des reportages qu’il a faits. Il a travaillé longtemps dans le domaine de la mode, ensuite comme la mode ne lui plaisait pas, il est allé couvrir des pays en conflit, en Serbie, en Bosnie, en Israël… Au lieu de photographier les gens, il a photographié les lieux. Les murs criblés de balles, des affiches de propagandes déchirées, des traces de mémoires de ce qu’il reste finalement. Il a aussi beaucoup travaillé sur la seconde guerre mondiale et ses lieux de mémoires qui existent notamment en Allemagne et en Argentine. A un moment donné, j’ai vu un reportage qu’il avait fait en Uruguay, à Colonia, et  je lui ai demandé de me passer 5 photos. Je les ai regardé un quart d’heure chez moi et j’ai inventé une histoire autour.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

"Je viens d’arriver à Colonia del Sacramento. Je suis restée longtemps sous la douche, les yeux fermés, appuyée contre le carrelage frais. Je sors de l’hôtel et marche au hasard dans cette ville d’Uruguay où j’ai vécu autrefois."
Gilles Paris « Le fleuve des oiseaux peints » - Extrait du livre La lumière est à moi et autres nouvelles.

Comment se présente cette exposition ?

Il y a des photos de paysages prisent par exemple à Malte, en Urugay, en Bretagne, en Argentine… L’idée, c’était que l’on accorde nos émotions. Le texte que l’on a mis sous chaque photo résonne sur l’émotion propre à elle. On a choisi 100 phrases tirées de mon recueil, on en a gardé 16. Lors du vernissage à la galerie 55 Bellechasse à Paris, nous étions contents, car les visiteurs regardaient autant les photos que les textes qui correspondaient. Il y avait une totale adéquation.

Tu as un deuxième livre en préparation pour ton éditrice Colline Faure-Poirée.

On a signé pour deux livres. Ce recueil de nouvelles et un livre jeunesse illustré, Inventez les couleurs, qui sortira en mars 2019 au moment du Salon du livre de Paris.

As-tu le sentiment de construire une œuvre ?

Non. De par mon métier d’attaché de presse, j’ai défendu de grands écrivains depuis 35 ans, donc je sais rester à ma place. J’estime qu’une œuvre, c’est quand tu as publié au moins 50 livres.

gilles paris,la lumière est à moi,interview,collection haute enfance,mandor,gallimard

Après l'interview, le 10 octobre 2018, dans les jardins de chez Gallimard.